Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Cite this article as: Etienne Naddeo, "Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?," in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *