1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)

sebastien_commissaire_ne_a_dole____marin-lavigne_louis-stanislas_btv1b53015326w
Sébastien Commissaire député du Bas-Rhin en 1849 (Gallica/BnF)

La tentative décrite dans le billet précédent pour fonder en 1838 à Lyon une structure apparentée à une bibliothèque populaire prêtant tous types de livres, y compris des brochures jugées séditieuses par les autorités, s’inscrit dans un intense bouillonnement politique. Il n’est donc pas surprenant que ses instigateurs aient été surveillés puis arrêtés, jugés, et pour certains d’entre eux emprisonnés.

Marianne Carbonnier a évoqué dans son étude sur une autre bibliothèque populaire de Lyon (la bibliothèque populaire protestante) dont la genèse est passionnante1, l’existence d’une « société des bibliothèques » d’inspiration icarienne signalée par les Mémoires de Sébastien Commissaire. La lecture de ces Mémoires, et plus largement des quelques éléments connus de la biographie de Sébastien Commissaire (1822-1900), est très éclairante. La trajectoire de Sébastien Commissaire2, ouvrier devenu député, est semblable à celle de Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction. Les deux hommes se sont nécessairement rencontrés puisqu’ils ont tous deux fréquenté à Paris, en 1849, le Club de la Montagne3 (club classé à l’extrême-gauche), et nourri un vif intérêt pour les théories de Fourier et de Victor Considerant4:

C’est en compagnie de M. Victor Considérant [sic] que j’entrai pour la première fois dans le Palais-Bourbon. Ce jour-là, j’eus l’honneur de voir plusieurs représentants non réélus que je n’aurais jamais vus sans notre visite au chef de l’Ecole phalanstérienne. Il y en a un surtout dont j’ai conservé un excellent souvenir, je veux parler de M.  Audry de Puyraveau qui me fit un accueil cordial auquel j’étais loin de m’attendre.

J’allai ensuite à la questure porter mon acte de naissance et donner mon adresse ; puis, le soir, en compagnie de mes collègues du Bas-Rhin, j’allai à la réunion de la Montagne, rue du Hasard, 6. M. Deville présidait la séance ; plusieurs membres de la réunion parlèrent, notamment MM. Ledru-Rollin, Félix Piat [sic], Gent, Gambon, etc5.

Les Mémoires de Sébastien Commissaire permettent de cerner les rapports à la lecture de gens d’origine modeste (Jean-Baptiste Girard est fils d’un petit vigneron de la Haute-Marne dont les enfants sont obligés de partir à Paris pour s’engager qui comme bonne à tout faire, qui comme cocher, etc. ; Sébastien Commissaire provient également d’une nombreuse fratrie dont le père exerce des métiers variés comme vendeur de foire ou tisserand) qui au XIXe siècle sont en quête d’ouvrages leur permettant de mettre à profit de très maigres rudiments scolaires. Sébastien Commissaire décrit fort bien les frustrations de son père et les conséquences de la censure pesant sur la vente des livres:

Doué d’une intelligence au-dessus de la moyenne et d’une mémoire prodigieuse, il aimait à lire, il aurait voulu être instruit. Malheureusement, il lui manquait un guide et de bons livres. De loin en loin, il achetait un de ces livres que les colporteurs cachaient dans le double fond de leurs balles et vendaient en secret. C’était à la fin du premier Empire et sous la Restauration ; sous ce dernier gouvernement surtout, le parti clérical était tout-puissant, il empêchait la vente des livres qui le gênaient, qui auraient pu éclairer les populations, mais il était impuissant à empêcher la vente de ces livres qui souillent l’imagination du lecteur.

La bibliothèque de mon père se composait presque exclusivement des Œuvres de Piron, des Contes de La Fontaine, de la Pucelle de Voltaire, de La Guerre des Dieux de Parny, et de plusieurs autres livres plus immoraux encore6.

De la même manière, le jeune Sébastien Commissaire, mis au travail à dix ans, ne sait comment s’instruire. Les ouvrages sont trop chers pour lui, les quelques bibliothèques n’ont pas d’horaires satisfaisants si tant est qu’elles acceptent des enfants, et les bibliothèques scolaires n’existent pas encore :

En même temps que je renonçais aux amusements de mon âge, le désir de m’instruire devenait impérieux : je dévorais tous les livres que je pouvais emprunter. Je lisais indistinctement les bons et les mauvais, je n’avais personne pour me guider.

Ce que j’avais appris chez les Frères était bien peu de chose. Tout mon savoir se bornait à la lecture, à l’écriture, à l’arithmétique : en outre, j’avais quelques notions de géographie. Je connaissais très peu l’orthographe, je n’avais aucune notion d’histoire universelle et aucune idée de ce qu’était une science.

Je n’avais rien de ce qui est indispensable pour étudier; je n’avais ni livres classiques, ni conseils, tout me manquait. Que de lecture perdue faute d’un guide !

D’ailleurs, où aurais-je appris à distinguer les livres qu’on peut lire avec fruit de ceux qui sont plutôt nuisibles qu’utiles ?

Ma mère ne sachant pas lire trouvait que j’étais assez savant; elle me grondait parce que je veillais tard pour m’instruire et aussi parce que je brûlais de l’huile7.

Devenu adolescent, Sébastien Commissaire essaie de suivre les cours du soir et tente toujours de trouver des livres. Il s’engage également dans les luttes politiques des Canuts lyonnais, et fréquente les disciples de Cabet, Fourier, etc. Aussi, lorsqu’il croise le chemin d’hommes résolus à fonder une bibliothèque, participe-t-il avec enthousiasme à l’aventure:

A peu près vers la même époque, les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.

Dans notre ignorance, nous pensions n’avoir rien à craindre des lois de septembre 1834, en nous réunissant au nombre de vingt seulement. C’était une erreur; nos groupes communiquaient entre eux par le moyen d’un délégué par groupe, tous nos groupes concouraient au même but, l’affiliation était facile à établir et dès lors nous tombions sous le coup de la loi. La magistrature du roi Louis-Philippe nous l’a bien prouvé.

Pendant quelques mois tout alla bien, les recrues abondaient; mais un jour le procureur général vint jeter le trouble dans la société en faisant arrêter tous les membres d’un groupe.

Poursuivi pour délit de société secrète, le président du groupe, M. Millet, fut condamné à deux ans de prison; plusieurs de ses coaccusés furent condamnés à des peines un peu moins fortes.

La Société des bibliothèques n’en continua pas moins à fonctionner; on prit un peu plus de précaution, voilà tout8.

Fonctionnement, nom,  dates, et sort de cette bibliothèque populaire avant l’heure sont ceux que les journaux évoquaient lors du procès fait à une « société des bibliothèques » lyonnaise (voir le précédent billet). La ville des Canuts a donc bien eu sa bibliothèque icarienne. On pardonnera à Sébastien Commissaire des approximations sur le nom des prévenus et la durée d’emprisonnement. Comme Jean-Baptiste Girard, Sébastien Commissaire a connu un emprisonnement de nature  politique, et traversé bien des tourmentes …

 

 

  1. CARBONNIER, Marianne. La bibliothèque populaire protestante de Lyon au XIXe siècle [en ligne]. Mémoire d’étude du diplôme supérieur de bibliothécaire. Villeurbanne : École nationale supérieure de bibliothécaires, 1976 []
  2. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/10509) []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74948v/f187.image []
  4. Ian Frazer raconte comment Girard et ses camarades « furent conduits lors de leur arrestation de 1849 au dépôt de la Préfecture, où ils aggravèrent leurs cas en lisant à haute voix, pour tuer l’ennui, des extraits du livre Destinée sociale, de Victor Considerant, chef fouriériste proscrit ». Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction(1861) », Actes du colloque de 1984 sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ; voir également : BOUCHET Thomas, « « Je les aimais comme des philanthropes ». Sébastien Commissaire (1888)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Fourier (et le fouriérisme) vu(s) par… » , février 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article612 (consulté le 24 octobre 2016).   []
  5. Mémoires et souvenirs, de Sébastien Commissaire, Meton, Lyon, Garcet et Nisius, Paris, 1888, 2 vol. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *