Édouard Charton et les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)

Comme beaucoup d’autres villes de la région parisienne, Versailles a eu, elle aussi, sa bibliothèque populaire, fondée au moment de l’essor de ce type d’institution, en 1864. Celui qui en fut l’un des principaux créateurs n’est autre qu’Édouard Charton, infatigable promoteur de l’éducation du peuple depuis les années 1830 et la fondation du Magasin pittoresque[1]. Comment ce Parisien originaire de l’Yonne se retrouve-t-il en ce milieu du second Empire à la tête du petit groupe d’édiles de l’ancienne ville royale décidés à créer une bibliothèque populaire ? La raison en est essentiellement politique. En 1864, Charton n’est versaillais que de fraîche date : il s’y est installé en 1863, à l’âge de 56 ans, après avoir vécu à Paris depuis 1825 et avoir été élu député républicain de l’Yonne en 1848. Vaincu à Sens aux élections de 1863, il rejoint à Versailles un solide noyau d’opposants au régime impérial, constitué autour de la figure d’Ernest Bersot, l’ancien professeur de Philosophie du lycée de la ville, révoqué en 1852 pour refus de prêter le serment au nouvel empereur. Aux élections municipales de 1865 ce groupe obtient 20 des 30 sièges : Versailles devient alors un bastion républicain et Charton, un conseiller municipal très actif[2].

[Edouard Thomas Charton] / Eug. Pirou

Le principal fondateur de la Bibliothèque populaire de Versailles : Édouard Charton (1807-1890)
Photographie d’Eugène Pirou, 1883 © BnF-Gallica

Dès avant cette promotion démocratique donc, Édouard Charton a été l’un des promoteurs d’une Bibliothèque populaire. La création de cette dernière se fait selon un processus relativement rapide. L’annonce du projet est faite au maire de la commune Pierre Ploix, le 23 février 1864. Dès le mois suivant, la société Franklin apporte son soutien à l’entreprise, et on recherche celle du ministre Victor Duruy[3]. Le 9 avril suivant, le préfet de Seine-et-Oise autorise la constitution de la société destinée à créer et gérer la bibliothèque, laquelle est à son tour fondée le 15 décembre, après une nouvelle autorisation préfectorale.

Il est à noter que Versailles possède déjà une institution de lecture publique : la bibliothèque municipale, fondée en 1804. Très bien équipée, elle possède en 1863 environ 62 000 ouvrages, ce qui la place au cinquième rang des bibliothèques municipales françaises en termes d’importance du fonds. Cependant, abritée dans un local exigu et vétuste, cette bibliothèque n’a guère d’impact auprès des classes populaires versaillaises[4]. Il faudra attendre la fin de l’année 1866 pour que la municipalité, sur proposition d’ailleurs d’Édouard Charton, et afin de favoriser la fréquentation des travailleurs, accepte de financer son ouverture le dimanche, et l’année suivante pour que soit également expérimentée son ouverture certains soirs de la semaine[5]. Cette faiblesse de l’offre de lecture est d’autant plus étonnante que la ville de Versailles connaît sous le second Empire un certain essor. L’année 1849 a ainsi vu l’ouverture de la gare des Chantiers, et la population de la ville est passée de 35 000 habitants en 1836 à 45 000 en 1861[6]. Pour pallier ce problème, le Club de l’Europe (démocrate-socialiste) avait bien tenté en 1848 d’initier une action en faveur de l’éducation populaire, mais cette idée avait été sans lendemain[7].

Plan pittoresque de la ville et du parc de Versailles

Versailles, ville la plus peuplée de banlieue parisienne sous le second Empire (Plan pittoresque de la ville et du parc de Versailles, par Auguste Logerot, 1854 © BnF-Gallica)

L’importance de la demande de lecture trouve se voit dans les progrès rapides de la bibliothèque populaire fondée à la fin de 1864. D’abord installée, avant l’autorisation de création, dans un petit local au 64 rue de la Paroisse (ne s’y trouvent que quelques rayonnages, deux chaises et une table pour la consultation) la bibliothèque déménage dès avril 1864 rue de Jouvencel, dans un espace suffisamment grand pour qu’y soient séparés les lieux de conservation et de consultation[8]. L’aide matérielle afflue : la Société Franklin fournit du mobilier, les ministères de l’Instruction publique et de la Marine offrent des ouvrages, qui viennent s’ajouter à ceux offerts par les particuliers (notamment en 1870 un don de 5 000 ouvrages d’histoire de l’art). De la centaine de volumes initiale, on passe à près de 800 au catalogue de 1865. Celui de 1869 contient 5 000 références et, en 1873, Charton évalue à une grosse dizaine de milliers de volumes le fonds de la bibliothèque. Le conseil d’administration de la société mène également une politique indirecte d’acquisition en formulant des vœux auprès des donateurs[9].

Le public est au rendez-vous. Deux éléments le permettent : d’une part le prix modique de l’inscription (1 franc) et de l’abonnement (50 centimes par mois), d’autre part les horaires d’ouverture (de 19h à 21h en semaine, à partir de 14h les dimanches et jours fériés)[10]. Tout ceci attire la population ouvrière de la ville, mais séduit aussi les étudiants, les employés, les commerçants, les rentiers, ainsi que les militaires – élément important de la sociologie versaillaise, puisque l’armée représente le quart de la population de la ville en 1861[11]. Le nombre de lecteurs passe de plus de 2 000 à plus de 8 000 entre 1865 et 1873.  Au 1er février 1865, Charton comptabilise déjà 200 livres empruntés[12] et le chiffre des prêts connaît un triplement en quelques années, avant les perturbations de l’activité provoquées par l’Année terrible – même si la bibliothèque reste ouverte durant toute la période de l’occupation de la ville par l’armée prussienne[13].

Mais comme souvent l’activité de la bibliothèque populaire de Versailles ne se limite pas au prêt de livres : des conférences sont également organisées. Les premières ont lieu en décembre 1865 en marge de la première Assemblée générale de la Société ; un millier de personnes sont alors réunies dans la fameuse salle du Jeu de Paume, pour écouter Charton parler de l’éducation populaire, et Édouard Laboulaye discourir sur « L’éducation et les bibliothèques populaires »[14]. Elle propose également au public des « cours gratuits d’anglais, de physiologie, d’histoire naturelle et de comptabilité. »

C’est donc une institution d’éducation populaire complète qui a été fondée à Versailles en 1864, une institution modèle qui correspond bien à l’idéal porté par le courant des promoteurs de l’instruction dont Édouard Charton est l’un des emblèmes. De ce point de vue, la Bibliothèque populaire semble correspondre autant au vœu des élites locales qu’à une demande de la population, et s’impose rapidement dans le paysage des institutions éducatives et culturelles de Versailles dans le dernier tiers du XIXe siècle.

Jean-Charles Geslot

[1] Sur Édouard Charton, voir Lagarde-Fouquet Annie et Lagarde Christian, Édouard Charton (1807-1890) et le combat contre l’ignorance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 248 p.

[2] Dauphin Noëlle, « Les Républicains à Versailles 1848-1889 », in Catherine Lecomte (éd.), Versailles au XIXe siècle. Evocations et variations. Conférence nationale des Académies des Sciences – Belles-Lettres et Arts. Académie de Versailles, colloque 9 octobre 1998, Versailles, Académie de Versailles, 1999, p. 72.

[3] Lettre d’Edouard Charton à Pierre Ploix, 14 mars 1864, in Charton Édouard, Correspondance générale, vol. 2, 1860-1890, Paris, H. Champion, 2008.

[4] Durand Romain, La Politique de l’enseignement au XIXe siècle. L’exemple de Versailles, Paris, Les Belles Lettres, 2001, pp. 117-119.

[5] Archives communales de Versailles : 1D56* (PV de la séance du 1er février 1869).

[6] Mollat Michel (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, Paris, Privat, 1971, p. 445 ; Dauphin, op. cit., p. 74.

[7] Dauphin, op. cit., p. 67.

[8] Lettre d’Edouard Charton à Pierre Ploix, 2 mai 1864.

[9] Dauphin Noëlle, « Volkslektüren in Frankreich im 19. Jahrhundert: Das Beispiel der Bibliothèque populaire von Versailles », in János riesz et Hans-Walter Schmidt-Hannisa (Hrsg.), Lesekulturen/Reading cultures, Frankfurt-am-Main, Peter Lang, 2003, pp. 71-73.

[10] Sur le prix, les horaires d’ouverture, le lectorat et les chiffres de prêts, nous renvoyons aux éléments fournis par les catalogues de la Bibliothèque populaire édités à Versailles en 1865 et 1874.

[11] Dauphin, « Volkslektüren… », op. cit., pp. 67-71.

[12] Lettre d’E. Charton à P. Ploix, 1er février 1865.

[13] Catalogue 1874, p. vi-vii.

[14] Revue des cours littéraires, 30 décembre 1865, p. 81.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *