La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!

Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel (…), 1883. Gallica (BnF)

On doit à la belle initiative d’habitants de Saint-Arnoult-en-Yvelines appartenant à la société historique et archéologique locale la reconstitution d’une partie du fonds de la bibliothèque populaire fondée au XIXe siècle. Inaugurée le 11 février 2017, la bibliothèque Jules Poupinel au Moulin-Neuf permet aux Arnolphiens de découvrir 350 ouvrages provenant de l’ancienne bibliothèque populaire, sur place et sur demande à la Société. La bibliothèque sera également ouverte lors des Journées du patrimoine.

L’inscription de l’histoire de la lecture dans le patrimoine local, via la redécouverte des bibliothèques populaires, est souvent le reflet de l’énergie tenace des fondateurs de ces bibliothèques qui ont marqué durablement l’inconscient de leurs communes. C’est le cas pour Saint-Arnoult-en-Yvelines où la fondation de la bibliothèque populaire a permis aux habitants d’accéder en nombre à la lecture, mais  également déchaîné les passions quant aux livres à mettre au catalogue. En effet, si sous le Second Empire et les débuts autoritaires de la IIIe République différentes composantes de la société ont œuvré ensemble pour créer des bibliothèques, l’alliance vole en éclats dans la décennie 1880, et nombre de créations sont désormais marquées par un républicanisme anticlérical 1.

Jules Poupinel (1823-1891), avocat, vit entre son domicile parisien de la rue Murillo et Saint-Arnoult-en-Yvelines où sa famille possède le château du Mesnil. Il est conseiller général républicain de l’arrondissement de Dourdan et maire de Saint-Arnoult  de 1878 à 1881, puis de 1888 à 1891. La création de la bibliothèque populaire est votée par la municipalité en 1877 à l’initiative du docteur Joseph Rémond, membre comme Jules Poupinel du Conseil municipal2. Elle entre en fonctionnement en 1878 dans les locaux de la mairie et prend le nom de « bibliothèque populaire communale ». Ce type de fondation est alors assez répandu dans les communes de trop petite taille pour entretenir une bibliothèque municipale mais désireuses de fournir à la population la possibilité d’emprunter des livres: l’achat des livres, le fonctionnement de la bibliothèque sont assurés en partie grâce au bénévolat, et la commune complète éventuellement par une subvention et la fourniture de locaux gratuits3. Les créateurs suivent fidèlement les conseils de la Société Franklin : cette société donne en effet par l’intermédiaire de son bulletin de multiples conseils pour fonder et entretenir une bibliothèque populaire4. Entre autres conseils suivis par la bibliothèque populaire de Saint-Arnoult on retrouve :

  • la désignation de membres du conseil municipal à la tête de la bibliothèque, afin de fluidifier les relations avec les autorités
  • la volonté de délasser et instruire (le catalogue porte la mention « récréation et instruction ») reprise des Amis de l’Instruction  par la Société Franklin
  • l’appel aux dons de livres
  • les conseils insérés dans les ouvrages  pour que les lecteurs prennent soin des livres empruntés: « Ne point marquer d’un pli ou (comme on dit) d’une corne la page à laquelle on s’arrête : une marque est inutile au lecteur attentif (…) Ne jamais tourner les feuillets en les froissant avec un doigt mouillé. Etc5.

Le succès est au rendez-vous et les statistiques de prêt sont rapidement satisfaisantes pour une petite ville d’environ 1500 habitants. Jules Poupinel indique que:

27 volumes ont été prêtés en 1878.

259 — — 1879.

509 — — 1880.

1.166 — — 1881.

663 — — 18826.

Toutefois l’année 1882 connaît une décrue que Jules Poupinel analyse par le fait que les livres les plus amusants sont désormais connus des lecteurs, et d’autre part parce qu’il a fallu faire entrer les livres pour les cataloguer. Mais le catalogue constitue pour lui une promesse de nouveaux emprunts. Ici encore, il fait siens les principes de la Société Franklin qui recommande, tirant profit des expériences des bibliothèques des Amis de l’Instruction parisienne et des initiatives de Jean Macé en Alsace, de distribuer des catalogues simples et pédagogiques aux lecteurs afin de les attirer vers d’autres lectures:

La diminution des prêts en 1882 s’explique par ce fait que
les livres les plus amusants ont tous été lus, et qu’il a fallu
faire rentrer tous les volumes pour faire ce catalogue.

Cependant trop de livres sont restés sur les rayons et n’ont
pas encore été demandés, probablement parce qu’on ne les
connaît pas, ou qu’on ignore qu’ils sont là.

Ce catalogue, en les faisant connaître, augmentera certai-
nement le nombre des prêts; c’est dans ce but que je l’ai fait
imprimer et que j’en offre un exemplaire à chaque ménage7.

Distribué à chaque famille de Saint-Arnoult, le catalogue est donc organisé, selon les principes de la société Franklin, en suivant  un classement simple qui doit permettre au lecteur éventuellement peu instruit de repérer immédiatement des thèmes qui lui donneront envie de lire d’autres ouvrages que des romans:

  • A Philosophie. — Religions. — Morale. — Politique.
  • B Agriculture. — Horticulture. — Sylviculture. — Pisciculture, etc.
  • G Législation. — Administration. — Economie politique.
  • D Industrie. — Commerce. — Arts et Métiers.
  • E Hygiène. — Connaissances utiles.
  • F Pédagogie.
  • G Littérature. — Théâtre. — Poésie. — Contes. — Romans.— Œuvres diverses.
  • H Sciences mathématiques, physiques et naturelles. — Astronomie.
  • I Histoire. — Biographies.
  • J Géographie.—Voyages.

Mais Jules Poupinel enfreint totalement les conseils de modération de la Société Franklin en décidant de commenter abondamment les thématiques et certains ouvrages. Le catalogue devient pour lui une véritable tribune, particulièrement en matière de religion. Il se livre par exemple  à de longs développements sur la « secte catholique ». Il n’est donc pas étonnant que quelques semaines plus tard une brochure anonyme réplique ainsi : À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud8. Le rédacteur entend démontrer que les catholiques sont plus de 5 dans le canton, contrairement à ce que Jules Poupinel a avancé, et réfuter en une soixantaine de pages les assertions anticléricales du catalogue.

Brochure: A propos de la bibliothèque communale (…) 1883. Gallica (BnF)

La composition du fonds ne dénote pas quant à elle en 1883 d’audace particulière. On n’y trouve pas, contrairement à certaines bibliothèques des Amis de l’Instruction, d’ouvrages très polémiques en matière de religion ou de politique, ou pouvant choquer comme ceux de Zola9. En revanche, cette composition montre un réel souci de s’adresser à une population en quête de délassement et d’instruction:  romans les plus en vogue comme ceux de Dumas ou de Walter Scott, ouvrages adaptés à la composition de la population, comme ceux s’adressant aux instituteurs, ou bien encore aux agriculteurs.

Catalogue de la bibliothèque (….) 1883. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!," in Bibliothèques populaires, 26/02/2017, http://bai.hypotheses.org/1283.
  1. Voir: Agnès Sandras, « « Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?, » in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, https://bai.hypotheses.org/747. []
  2.  Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  3. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Agnès Sandras], Presses de l’enssib, 2014 []
  4. « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  5. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  6. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  7. Ibid. []
  8. À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud, L. Ronce, Versailles, 1883. []
  9. Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola, » in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107. []

Une réflexion sur « La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *