Le 19e siècle et les bibliothèques populaires argentines

Bibliothèque populaire Entre Todos, Bella Vista, Buenos Aires, Argentine, septembre 2012 (photo : Charlotte Perrot-Dessaux)

En 2010, le ministère de l’Education de l’Argentine publiait la première enquête consacrée aux bibliothèques scolaires argentines1. A partir des données d’environ 600 établissements scolaires divers (écoles publiques, privées, urbaines et rurales) de 3 provinces différentes (Chubut, Buenos Aires et Formosa), le rapport d’enquête dresse le portrait des bibliothèques scolaires argentines et souligne les difficultés et les insuffisances en matière de distribution et d’accès au livre et à la lecture dans le cadre scolaire. Si plus de 88 % des répondants (n=583) déclarent disposer d’une bibliothèque scolaire, l’examen des dates de création de ces dernières souligne le caractère récent de ces services scolaires. En effet, selon le rapport d’enquête, 65 % des bibliothèques scolaires des établissements répondants (et ayant indiqué leur date de création) ont été créées à la suite du retour de la démocratie en 1983. Près d’un quart est ultérieur aux années 2000, moins de 2 % sont antérieursà la seconde moitié du 19e siècle. Moins de 2 % des bibliothèques scolaires des établissements répondants ont entre 80 et 100 ans. Ces chiffres soulignent combien le développement des bibliothèques scolaires argentines est un fait récent. L’histoire des bibliothèques scolaires est intimement liée à celle des bibliothèques populaires argentines qui jouèrent longtemps le rôle de bibliothèque scolaire. En effet, la création et le développement de ces bibliothèques à statut associatif s’inscrit dans les dynamiques de scolarisation et d’alphabétisation impulsées par l’état argentin dans la seconde moitié du 19e siècle.

Aujourd’hui, la Conabip2 recense environ 2000 bibliothèques populaires, réparties sur l’ensemble du territoire national. Grâce aux travaux de Gutierrez et Romero3 et aux recherches plus récentes de Javier Planas4, chercheur au Conicet et à l’université de La Plata, nous avons accès à une partie de l’histoire de ces associations culturelles, qui continuent aujourd’hui d’œuvrer sur l’ensemble du territoire.J’ai personnellement investi ces associations comme objets de recherche dans une perspective sociologique, dans le cadre de partenariats de recherche entre des équipes françaises et argentines5. Ce texte propose une courte histoire de la première période de développement des bibliothèques populaires argentines, dans la seconde moitié du 19e siècle6.

C’est en 1866, dans la commune de San Juan, commune de naissance de Domingo Sarmiento, figure tutélaire des bibliothèques populaires argentines, que la 1ère bibliothèque populaire argentine voit le jour, quelques années avant l’adoption d’une loi officielle en leur faveur.

La seconde moitié du 19e siècle, contexte de naissance et de développement des bibliothèques populaires argentines, connaît plusieurs dynamiques culturelles et se caractérise par un procès d’alphabétisation et de scolarisation soutenu par l’Etat argentin. Cette dynamique de scolarisation va participer à la hausse du nombre de lecteurs, dans une société où l’accès aux livres est très inégal d’un point à un autre du territoire et où le système scolaire fait l’objet de vives critiques. En effet, les circuits commerciaux du livre restent peu développés dans l’Argentine du 19e siècle. De plus, le système scolaire est accusé d’être décousu, peu structuré, de souffrir de soutiens et d’initiatives politiques inégales d’une province à une autre. La question de la responsabilité du développement du système scolaire suscite des divisions entre le gouvernement national et les gouvernements locaux. Ces frictions vont nourrir les débats et les positions relatifs aux bibliothèques populaires à venir.

C’est dans un contexte marqué par de profondes interrogations relatives à l’éducation et à l’instructionqu’émerge une première phase de développement et d’expansion des bibliothèques populaires argentines. Si l’école constitue le principal dispositif culturel développé par l’Etat, il n’est pas le seul, puisque la création d’un réseau national de bibliothèques populaires va être engagée, dans une optique d’un soutien à l’instruction. Bien que l’Argentine comptât déjà des bibliothèques, celles-ci étaient réservées à une élite sociale et culturelle et inaccessiblesà la majorité de la population. C’est donc dans un contexte marqué à la fois par une augmentation du nombre de lecteurs, par de vifs débats relatifs à la situation du système scolaire, par l’existence de bibliothèques inaccessibles à une partie de la population et par l’insuffisance des voies commerciales d’accès au livre que va se concrétiser un projet étatique de soutien aux bibliothèques populaires.

Domingo Sarmiento (1811-1888, président de la République de 1868 à 1874)va jouer un rôle majeur dans le développement des bibliothèques populaires argentines. Figure intellectuelle,militante et politique majeure, Domingo Sarmiento, fortement engagé dans la promotion de l’instruction pour tous, reste très marqué par ses voyages à l’étranger et sa découverte de nombreux systèmes éducatifs et de bibliothèques populaires, notamment nord-américaines.

Dans un contexte d’une éducation et d’une instruction publiques insuffisantes, un projet de loi en faveur du développement d’un réseau de bibliothèques populaires va être discuté par les instances législatives argentines. Le projet de loi prévoyant la création d’un réseau de bibliothèques populaires suscite de vives tensions entre promoteurs et détracteurs. Domingo Sarmiento figure parmi les plus ardents défenseurs d’un engagement de l’Etat argentin dans le développement de ce réseau de bibliothèques populaires, moyen, à ses yeux, pour développer les circuits d’accès au livre et pérenniser des pratiques et des habitudes de lecture. Fortement influencé par les exemples nord-américains, il soutient également un modèle de bibliothèque éloigné de l’exemple de la bibliothèque nationale située à Buenos Aires et promeut, au contraire, une bibliothèque ouverte à tous, permettant le prêt à domicile et proposant des salles de lecture. Sarmiento se trouve engagé dans des débats l’opposant à des figures politiques soutenant les bibliothèques comme institutions à des fins de conservation et de patrimonialisation.

Selon Javier Planas, l’homme politique argentin défend les bibliothèques populaires comme étant à destination des « vecinos », soit les habitants de la zone, des environs de la bibliothèque populaire. La bibliothèque doit s’inscrire dans et participer à la dynamique associative fondatrice de sociabilités locales dans l’Argentine de la seconde moitié du 19esiècle. Dans cette perspective, le « populaire » des bibliothèques populaires ne fait donc pas étroitement référence aux classes populaires, à la classe ouvrière, mais recouvre un large pan de catégories et de groupes sociaux caractérisés par une appartenance/un ancrage commun dans un territoire donné. Pour Sarmiento, les bibliothèques populaires doivent contribuer à la construction des sociabilités locales, fondées sur un ancrage territorial. La qualité d’habitant, de voisin, de « vecinos » supplante les différentes catégories sociales.

Le projet de loi relatif aux bibliothèques populaires suscite d’intenses discussions. Alors que ses promoteurs y voient la possibilité d’une incursion de l’Etat national dans la structuration de l’éducation, ses opposants soulignent le coût à supporter que représenterait ce projet pour l’Etat et l’inefficacité présumée du projet lui-même en matière d’instruction et d’incitation à la lecture. C’est de ces débats que va naitre une collaboration originale et inédite entre une forme sociale et politique développée depuis la sphère civile, l’association, et le pouvoir politique. En effet, en réponse aux détracteurs soulignant les coûts d’un tel projet, les instigateurs de ce dernier, notamment Nicolas Avellaneda, alors ministre de la justice, du culte et de l’instruction publique, proposent d’appuyer le développement du réseau de bibliothèques populaires sur les nombreuses associations déjà existantes et en plein essor dans l’Argentine du 19e siècle. Le territoire et en particulier les grands centres urbains voient se développer de nombreuses associations (associations philanthropique, d’immigrants, de sociétés mutuelles, associations culturelles etc.). Ces entités associatives marquent le développement de nouvelles formes de relations sociales et de collaborations.

C’est donc dans un contexte caractérisé par la conjonction entre la consolidation de l’Etat et l’expansion de la société civile sous une forme spécifique, la forme associative, que le développement des bibliothèques populaires va être promu. Le projet sous-jacent de création d’un réseau national de bibliothèques populaires vise non seulement à promouvoir un espace destiné à la lecture mais entend également participer à l’organisation et à la collaboration communautaire (grâce à la création d’une bibliothèque populaire, à l’organisation de statuts, à la sollicitation de collaborateurs…). Dans un contexte marqué par les vives remises en question du système scolaire, par les critiques soulignant le manque de ressources livresques dans le cadre scolaire et la remise en question des méthodes pédagogiques, alors que les bibliothèques publiques sont axées sur des objectifs de conservation et de patrimonialisation et restent accessibles à une minorité lettrée, les bibliothèques populaires vont être chargées par l’Etat de participer à la diffusion du livre et à la compréhension de la lecture. A un moment où l’Etat argentin multiplie les efforts en direction de la scolarité et de l’alphabétisation, Sarmiento défend les bibliothèques populaires comme relais et prolongement de l’action de l’institution scolaire : à l’école la charge de l’instruction et de l’apprentissage de la lecture, aux bibliothèques populaires celle de favoriserl’accès au livre et la pratique de la lecture. Les bibliothèques populaires soutenues par l’Etat s’inscrivent dans un projet global qui dépasse la question du livre et de l’écrit, mais fait écho plus largement à un projet de consolidation et de modernisation de l’Etat-nation argentin dès la seconde moitié du 19e siècle et de transformation de la société gagnée par l’urbanisation. Pour Sarmiento, le livre et la lecture, via les bibliothèques populaires, sont un moyen de transformer la société argentine, de cimenter un sentiment d’appartenance nationale et de contribuer à la constitution de la nation argentine.

Le 23 septembre 1870, la loi n°419, dite Ley de subvencion a las bibliotecas populares de la Republica7, est adoptée8. Cette loi définit les conditions et les modalités de cette alliance entre le pouvoir associatif et le pouvoir politique. Organisée en 6 articles, la loi stipule que toutes les associations de particuliers ont le droit de prétendre aux aides et aux subventions de l’Etat en vue du développement d’une bibliothèque populaire. Cette loi encourage et s’appuie sur un modèle d’autogestion associative déjà existant, laissant à la société civile la volonté et donc la possibilité de développer une bibliothèque populaire. D’une certaine façon, cette collaboration inédite entre forme associative et pouvoir politique permet à l’Etat d’économiser le coût que représenterait la prise en charge du développement des bibliothèques populaires.

La même année est créée la Conabip (commission nationale des bibliothèques populaires), organe auquel les créateurs de bibliothèques populaires doivent rendre compte de leurs activités. En effet, la Conabip est chargée de veiller au développement des bibliothèques populaires et non de leur création, et doit également surveiller leurs activités. Afin de pouvoir bénéficier des subventions de l’Etat, les bibliothèques populaires doivent respecter certaines exigences et fournir certaines informations à la Conabip (rédaction de statuts, soumission de leurs catalogues aux autorités, publication de leurs comptes rendus d’assemblée générale9

Sur le modèle du bulletin de la société Franklin, la publication du Boletin de las bibliotecaspopulares10 est organisée. Le bulletin est divisé en deux sections, une première proposant des récits et des témoignages de constitution de bibliothèques populaires, et une seconde, à vocation pédagogique, composée de 4 ou 5 articles d’éducation populaire d’auteurs argentins mais aussi français (Charton, Laboulaye, Horace Mann), défendant une conception républicaine de la lecture. Sont également publiés des résumés d’œuvres acquises par des bibliothèques. Le bulletin diffuse aussi des conseils de la Conabip à destination des acteurs des bibliothèques populaires pour la mise en place du prêt à domicile. Des articles visent explicitement certaines catégories sociales lettrées et détentrices d’un certain capital scolaire et culturel (juges, acteurs municipaux, directeurs d’écoles, présidents d’association…) pour les encourager à s’investir dans le développement et la gestion d’une bibliothèque populaire. Le Boletin est la première publication spécialisée en bibliothéconomie en Argentine.

Domingo Sarmiento, très influencé par les expériences des bibliothèques populaires nord-américaines et françaises (auxquelles il fait explicitement référence dans ses écrits), défend la mise en place de salle de lecture et la systématisation du prêt à domicile. Ce dernier est d’ailleurs défini comme obligatoire par la Conabip pour que les bibliothèques populaires obtiennent la reconnaissance et donc le soutien institutionnel et financier de cette institution. L’implication des publics dans la constitution des collections des bibliothèques populaires est un autre élément majeur du projet de Domingo Sarmiento. Le paiement d’une cotisation est obligatoire et conditionne l’emprunt de livres, elle doit permettre l’entretien des collections et des locaux des bibliothèques populaires. Aux ressources livresques s’ajoutent des conférences diverses et variées, parfois éloignées du livre et de la lecture. Cette pluralité est liée au statut juridique lui-même de ces associations : la loi n°419, définissant le droit pour toute association de particuliers de constituer une bibliothèque populaire, offre la possibilité à des associations développant des activités parfois très éloignées de la lecture de se déclarer comme bibliothèque populaire.

Enfin, notamment à travers la parution du Bulletin des bibliothèques populaires, les femmes sont encouragées à se rapprocher et à prendre part aux activités des bibliothèques populaires, sous trois statuts différents : comme lectrice, comme usagère et comme membre de la commission directive, dans un contexte où leur présence et leur participation dans l’espace public restent limitées11. Les bibliothèques populaires sont ainsi conçues également comme espace public d’échanges et de discussions.

Ce soutien institutionnel et financier en faveur du développement des bibliothèques populaires se concrétisera par une élévation importante de leur nombre sur l’ensemble du territoire argentin : si ce dernier compte environ 12 bibliothèques populaires en 1871, elles sont, selon la Conabip, entre 150 et 200 entre 1870 et 187612.

L’année 1876 va marquer un tournant important dans l’histoire des bibliothèques populaires argentines, puisqu’à cette date sont supprimées la Conabip et la loi n°419. Domingo Sarmiento soutient cette suppression, estimant un décalage trop important entre le projet initial et sa réalisation effective. En effet, l’homme politique argentin promouvait à la fois la constitution des collections par les usagers des bibliothèques, la légitimité de la présence de certains imprimés (romans, livres plébiscités par les circuits commerciaux, journaux, encyclopédies…), le prêt à domicile et un droit de regard de l’Etat sur les collections des bibliothèques populaires. Or, jusqu’en 1874, les bibliothèques populaires ont eu entière liberté pour la constitution des collections. S’il s’agit d’un élément attractif qui a pu encourager la multiplication de ces associations, cette liberté a surtout été employée par les fondateurs des bibliothèques populaires eux-mêmes, rarement membres des classes populaires au sens sociologique. En effet, l’étude du Bulletin des bibliothèques populaires réalisée par Javier Planas fait apparaître l’importance du rôle joué par certaines autorités et figureslocales telles que des juges, des responsables municipaux, des directeurs d’école etc. Le développement des bibliothèques populaires a reposé parfois sur des personnages loin d’être des figures populaires au sens sociologique. Le choix des documents a principalement reposé sur cette élite locale qui n’a pas hésité à distinguer entre « bonnes » et « mauvaises » lectures, entre « bons » et « mauvais » livres, ni à durcir les conditions du prêt à domicile. Face à ce double écart – autonomie laissée aux acteurs des bibliothèques populaires dans le choix des collections et le fonctionnement des bibliothèques, et développement de pratiques d’encadrement et de prescription culturelle en direction des usagers – Sarmiento défend la suppression de la loi n°419 et de la Conabip.

Selon Javier Planas, il est difficile de mesurer avec exactitude si les bibliothèques populaires argentines ont touché un public dit « populaire ». D’après son étude des numéros du Bulletin des bibliothèques populaires, les bibliothèques populaires argentines utilisaient entre 1870 et 1875 des catégories variables pour dénombrer leurs usagers : certaines font référence à des « universitaires »,des « enseignants », « retraités », « enfants », « publics scolaires », « lecteurs de littérature »13. De plus, les informations concernant les publics ne reposaient que sur les informations transmises par les bibliothèques populaires à la Conabip. Ce « public » des bibliothèques populaires semble avant tout devoir être considéré en sa qualité de « vecinos », d’habitant de la zone de la bibliothèque populaire, et non à partir de catégories sociales précises.

Ce n’est qu’en 1908 que la loi n°419 et la Conabip seront réinstaurées, ce qui ouvrira peu à peu la seconde période de développement et d’expansion des bibliothèques populaires argentines, située dans l’entre-deux-guerres.

Salle de lecture de la bibliothèque populaire Entre todos, Bella Vista, Buenos Aires, Argentine, septembre 2012 (photo : Charlotte Perrot-Dessaux)
  1. Ministerio de Educacion, Las bibliotecas escolares en la Argentina : un diagnostico desde sus actores, SM de Ediciones, Mexico, 2010, disponible en ligne à l’adresse :

    http://www.bnm.me.gov.ar/redes_federales/estadistica/oei/docs/Bibliotecas_Argentina.pdf, consulté le 7 mars 2017. []

  2. Comision nacional de bibliotecas populares : Commission nationale des bibliothèques populaires. Il s’agit d’un organe dépendant du Secretaria de Cultura de la Nacion, créé en 1870 et chargé d’exécuter la politique gouvernementale au niveau des bibliothèques populaires. C’est l’institution principale de soutien et de protection de ces dernières. []
  3. Leandro H. Gutierrez et Luis A. Romero, Sectores populares, cultura y politica : Buenos Aires en la entreguerra, Buenos Aires, Sudamericana, 1995. []
  4. Les références de l’ensemble des travaux, communications scientifiques écrites et orales de Javier Planas sont disponibles en ligne à l’adresse :

    http://www.conicet.gov.ar/new_scp/detalle.php?keywords=&id=32691&datos_academicos=yes, consultée le 7 mars 2017. []

  5. Dans le cadre de deux programmes Ecos, un premier programme Ecos Sud Mincyt A09H03, France-Argentine, Université Paris Diderot-Paris 7/ Universidad Nacional de General Sarmiento, Espaces publics et conflictualités démocratiques, sous la direction d’Etienne Tassin (Université Paris Diderot-Paris 7) et d’Eduardo Rinesi (Universidadnacional de General Sarmiento), et un second programme Ecos Sud Mincyt A09H03 2014-2017, Lire et écrire dans les périphéries urbaines (Buenos Aires et Paris) : Bibliothèques, livres, chansons, écrits numériques, Université Sorbonne Paris Cité/IHEAL/CONICET-Universidadnacional de General Sarmiento, sous la direction de Denis Merklen (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et de Pablo Seman (CONICET, Universidad nacional de San Martin). Une partie de ces recherches a été mobilisée dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (Charlotte Perrot-Dessaux, La lecture publique à l’épreuve des quartiers populaires : enquête dans les bibliothèques de Seine-Saint-Denis, thèse de doctorat, sous la direction de Denis Merklen et Numa Murard, Université Sorbonne Paris Cité/ Université Paris Diderot-Paris 7, 2017). Voir également l’article suivant : Charlotte Perrot-Dessaux, « Les bibliothèques populaires argentines, ou quand la promotion de la lecture est prise en charge par la « communauté », in Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014, pp. 373-395. []
  6. Les données exposées s’appuient principalement sur le travail et les recherches de Javier Planas. []
  7. Loi de subvention des bibliothèques populaires de la République. []
  8. Avant cette loi existaient déjà des bibliothèques populaires mais ces dernières restaient des initiatives isolées et à l’avenir incertain. []
  9. Selon Javier Planas, on peut y lire un système de contrôle étatique des lectures populaires. []
  10. Bulletin des bibliothèques populaires []
  11. Javier Planas, « Lectoras, autoras y bibliotecarias : presencias y ausencias de las mujeres en las bibliotecaspopulares de la Argentina (1870-1890) », [en linea], III Jornadas de Intercambio y Reflexionacerca de la Investigacion en Bibliotecologia, 28 y 29 noviembre de 2013, La Plata, Argentina, disponible en ligne à l’adresse :  http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.3369/ev.3369.pdf, consulté le 7 mars 2017. []
  12. Javier Planas attire l’attention sur la dimension auto-promotionnelle de ces chiffres, véhiculés par le Boletin de las bibliotecaspopulares et s’inscrivant dans une dynamique d’autopromotion de l’Etat argentin. Ce chercheur insiste sur la diversité d’état (des locaux et des collections) et d’activités des bibliothèques populaires à cette période. []
  13. Javier Planas, « La pregunta por lo popular en Bibliotecas Populares », IV Jornadas de Sociologia de la UNLP, 23 al 25 de noviembre 2005, La Plata, Argentina, La Argentina de la crisis : Desigualdad social, movimientos sociales, politica e instituciones, disponible en ligne à l’adresse : http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.6685/ev.6685.pdf, consulté le 7 mars 2017. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *