La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)

Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance… Gallica (BnF).

Une vingtaine de kilomètres sépare deux villages de Haute-Marne, Laferté-sur-Amance et Hortes (aujourd’hui principale commune de Haute-Amance). Ces deux villages ont été pionniers, mais de manière très discrète, dans la fondation de bibliothèques de prêt à la campagne, cantonale pour Laferté et populaire à Hortes, au milieu du XIXe siècle. Hasard ou coïncidence troublante ?

À Laferté-sur-Amance se trouve selon Henri Harant la première bibliothèque cantonale fondée en France vers 1840 :

Dès 1841, M. Hippolyte Chauchat [sic] prend la courageuse initiative de fonder, dans un modeste chef-lieu de canton, La Ferté-sur-Amance, une bibliothèque dont il fait la commune propriétaire; il recueille péniblement, lentement des souscriptions. et des livres, et, en 1850, il organise son institution, et peut prêter des livres de lecture à toutes les communes du canton. C’est donc à M. Chauchat [sic] le premier, ou un des premiers, que revient l’honneur d’avoir su créer une œuvre commune sans avoir recours à l’intervention de l’État, qui n’apparaît que pour ratifier les statuts adoptés1.

Nombreuses sont en effet les voix qui s’élèvent en France dans les années 1840-1850 pour demander des bibliothèques capables de lutter tout à la fois contre la littérature de colportage et les méfaits de l’alcoolisme, en offrant aux populations modestes la possibilité d’emprunter des livres distrayants et/ou instructifs. Les bibliothèques publiques ne proposent alors généralement pas de prêt, et leurs horaires ne conviennent pas aux ouvriers ni aux paysans. Les bibliothèques paroissiales disposent d’une littérature le plus souvent édifiante, ne répondant pas aux envies de la plus grande partie de la population. De plus, les bonnes volontés se heurtent aux soupçons qu’occasionne la création de bibliothèques et tombent sous le coup de la loi sur les associations2.

La mise en place d’une bibliothèque dans un petit village (la Ferté-sur-Amance compte alors environ 650 habitants), est donc exceptionnelle et demande l’intervention d’une personne à la fois bien insérée localement et bénéficiant d’un solide réseau parisien.

L’homme de la situation est le baron Hippolyte Chauchard (1808-1877), sous-chef au ministère de l’instruction publique en 1848, né à Langres d’un avocat juge suppléant au tribunal civil et de la fille d’un marchand-épicier3. Sa famille possédant une demeure à Laferté-sur-Amance, le baron Hippolyte Chauchard brigue différents mandats locaux. Il semble néanmoins résider le plus souvent à Paris où il fait des études de droit, travaille et se marie4.

Hippolyte Chauchard

Il est difficile d’apprécier ses véritables opinions politiques. Comme beaucoup de ses contemporains, il se rallie aux régimes successifs. Ses différents mandats à la chambre des députés en témoignent. Un de ses contemporains voit en lui un orléaniste, et tiède républicain:

En 1848, il se présenta à la Constituante et fut élu le 62e, par 39,019 voix. À cette époque M. Chauchard était-il républicain? Nous ne le croyons pas, cependant il se déclara dans sa profession de foi, pour le respect à la République, partisan de l’impôt somptuaire. Il vota pour les deux Chambres et le vote à la commune, pour la suppression des clubs.
— Il s’était déclaré partisan de la liberté illimitée de la presse. Quoi qu’on eût dit, M. Chauchard n’a jamais fait partie d’aucune réunion, ni de la rue des Pyramides, ni de la rue de Rivoli, etc. Il s’était prononcé pour M. Cavaignac, lors de l’élection du Président de la République.
En 1849, il fut réélu le premier, par 34,447 voix.
— Continuellement il a marché d’accord avec la majorité; dans les derniers temps, sans être bonapartiste, il votait cependant le rappel de la loi du 31 mai et contre la proposition des questeurs.
M. Chauchard appartient par ses goûts, par ses instincts, ses idées libérales, à l’opinion orléaniste.
Sa profession de foi pour le Corps législatif est loin d’être explicite; il veut la gloire par la paix, et la prospérité par l’ordre, la plus grande somme de liberté possible.
Au 2 décembre, il avait protesté contre le coup d’Etat; cette protestation ferme et digne était l’œuvre collective des représentants de la Haute-Marne5.

Les différentes circonstances dans lesquelles l’on retrouve Hippolyte Chauchard témoignent en tout cas d’une volonté de sa part de communiquer constamment avec les habitants du canton qu’il représente. En 1848, il fait par exemple imprimer une lettre à ses « compatriotes » du canton de Laferté-sur-Amance dans laquelle il explique son soutien au nouveau gouvernement. Soucieux du développement du département où il a vu le jour, il soutient une pétition pour que Laferté-sur-Amance se trouve sur le tracé d’une voie de chemin de fer, et multiplie entre 1848 et 1855 enquêtes et rapports sur la question des transports en Haute-Marne. Son autre préoccupation est celle de la propagation d’une instruction pour tous. Il contribue en 1839 à un Cours méthodique de géographie à l’usage des établissements d’instruction et des gens du monde, avec un aperçu de l’histoire politique et littéraire des principales nations, et participe en 1848 au Comité d’Instruction. En 1867, il est rapporteur de la loi sur l’enseignement primaire voulue par Duruy dont il est un proche6.

La mise en place d’une bibliothèque rurale dans le village qu’il représente à l’Assemblée, lui semble donc naturelle. Elle lui est sans doute plus facile qu’à d’autres, grâce à ses fonctions au ministère de l’Instruction publique, ministère alors sollicité pour les autorisations à donner aux bibliothèques, tout comme le ministère de l’Intérieur. Hippolyte Chauchard rapporte en revanche des difficultés matérielles liées au coût encore important des livres vers 1840-1850, et sans doute d’acheminement en attendant la voie de chemin de fer dont il avait facilité l’installation:

Il y a bientôt dix ans que, sous l’influence de cette idée, j’ai commencé à réunir les premiers volumes de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance; et depuis cette époque, je n’ai cessé de travailler à l’accroissement de cette Bibliothèque, au prix même de sacrifices considérables7.

Les trois pages d’introduction au catalogue rédigées par H. Chauchard sont en tous points semblables à celles des philanthropes contemporains sur la nécessité qu’il y a à accompagner les lecteurs après un passage souvent trop rapide à l’école. Le but est de lutter contre des ouvrages amoraux et de substituer un loisir instructif au cabaret. Toutefois, le député insiste tout particulièrement sur le cadre rural de son projet:

Notre cadre est assez vaste pour que toutes les intelligences et tous les intérêts y trouvent satisfaction. De la parole de Dieu à la loi du pays, de l’Évangile au Code civil, du bœuf à l’abeille, du chêne au grain de blé, tous les sujets utiles y occupent leur place. Ainsi, les ecclésiastiques, les magistrats, les maires, les officiers publics, les simples citoyens, même les femmes et les enfants, tous enfin, depuis le juge-de-paix jusqu’au garde champêtre, depuis le docteur jusqu’au berger, depuis le propriétaire aménageant sa forêt jusqu’au vigneron raclant ses paisseaux, y trouveront pour leur profession et pour toute leur conduite de bonnes leçons et de bons conseils8.

De la volonté d’Hippolyte Chauchard de satisfaire toute la population du bourg sans oublier ni heurter personne, et de ses connaissances en tant que spécialiste de l’instruction, naît un projet particulièrement original, ambitieux et novateur. La première particularité de ce projet est de développer une « bibliothèque cantonale » comme l’indique le titre du catalogue et le précise le règlement:

La Bibliothèque publique de Laferté-sur-Amance est la propriété de la commune.

Elle occupe une des salles de la mairie.

Elle est instituée dans un but d’utilité et d’agrément, pour les habitants de Laferté-sur-Amance ; néanmoins les habitants de tout le canton seront admis à en jouir, sous les conditions déterminées par le présent règlement.

Les livres sont communiqués au dehors9.

Les lecteurs ne sont pas admis à lire et à travailler dans le local de la bibliothèque, mais ils peuvent y consulter le catalogue. Les maires des treize communes du canton seront, en outre, invités à tenir un exemplaire du catalogue et du présent règlement à la disposition de leurs administrés10.

Afin de prévenir toute tracasserie administrative, H. Chauchard s’est donc assuré l’appui de son ministre (M. de Salvandy) et du gouvernement qu’il remercie dans l’introduction au catalogue pour leur soutien et les livres octroyés. Tout aussi habilement11, il place la bibliothèque sous la direction de la mairie de Laferté-sur-Amance et d’un conseil représentant sans doute différentes sensibilités du canton:

CONSEIL DE LA BIBLIOTHÈQUE.

Par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Cultes,
en date à Paris du 24 juillet 1850, ont été nommés membres du
conseil de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance :

MARIVET, maire de Laferté, président;
Jules MAURICE, bibliothécaire ;
MARTIN, curé de Laferté ;
CARTERET, juge-de-paix du canton;
Louis BANTON , docteur en médecine12.

Les autorités rassurées, H. Chauchard propose une organisation mûrement réfléchie. Le règlement prévoit dans le détail les conditions d’emprunt et de retour des ouvrages. Le catalogue est quant à lui d’une qualité supérieure à celle des catalogues des bibliothèques paroissiales contemporaines et à bien des futurs catalogues de bibliothèques populaires. En effet, les références des ouvrages sont données de manière très complète (noms et prénoms des auteurs, titres exacts et complets, lieu d’édition, éditeurs et éditions, etc.) et complétées par une table des auteurs avec renvois aux pages. Les ouvrages sont classés par thématiques. Toujours prudent, Hippolyte Chauchard a choisi de mettre en avant la Théologie, abondamment fournie. Néanmoins, il la fait suivre de thématiques bien plus novatrices pour un public non érudit, plus familier de la littérature de colportage que des bibliothèques savantes:

THÉOLOGIE

  1. Écriture Sainte, preuves du Christianisme, Morale religieuse.
  2. Histoire de la Religion.

JURISPRUDENCE.

  1. Droit ancien.
  2. Droit civil, commercial et pénal.

III. Droit ecclésiastique, public et administratif.

  1. Droit rural et forestier.

SCIENCES ET ARTS.

  1. Encyclopédies et Manuels d’enseignement.
  2. Philosophie, Morale.

III. Politique, Économie sociale.

  1. Instruction publique, Éducation.
  2. Sciences mathématiques.
  3. Physique, Chimie, Géologie.

VII. Histoire naturelle de l’homme, Hygiène, Médecine.

VIII. Histoire naturelle des animaux.

  1. Botanique .
  2. Agriculture.
  3. Préceptes généraux et Traités d’agriculture,. Économie rurale, Agriculture locale.
  4. Engrais, Amendements.
  5. Irrigations, Dessèchements, Prairies.
  6. Comptabilité rurale, Assurances.
  7. Sylviculture, Défrichements.
  8. Vignes, Vins.
  9. Horticulture.
  10. Animaux domestiques, espèces bovine, ovine, etc.
  11. Haras, Hippiatrique, Équitation.
  12. Abeilles, Vers à soie.
  13. Chasse et Pêche.

XII. Industrie, Arts et Métiers, Subsistances.

XIII. Beaux-Arts.

XIV. Arts divers, Jeux .

BELLES-LETTRES

  1. Grammaire .
  2. Rhétorique, Éloquence.

III. Poésie.

  1. Poésie ancienne.
  2. Poésie moderne.
  3. Théâtre.
  4. Romans.
  5. Romans français.
  6. Romans étrangers.
  7. Récits et Lectures pour la jeunesse.
  8. Histoire littéraire.

HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE..

  1. Histoire.
  2. Histoire universelle.
  3. Histoire ancienne.
  4. Histoire du Moyen âge.
  5. Histoire de France.
  6. Histoire des pays étrangers.
  7. Géographie et Voyages.
  8. Éléments de Géographie.
  9. Description de la France.
  10. Histoire et description des villes et provinces.
  11. Voyages.

III. Biographie et Mémoires, Mélanges13.

Le contenu du fonds reflète quant à lui une véritable visée encyclopédique que les thématiques suggéraient déjà. S’il mérite une analyse largement plus poussée, il faut déjà le feuilleter virtuellement ici pour en saisir la richesse: roman de Victor Hugo, nombreux ouvrages d’économie politique, d’agriculture, etc. Notons toutefois que ses visées sont plus prudentes que celles des futures bibliothèques populaires, sans doute par précaution en ces années où le poids de la surveillance est extrêmement présent14. Les lecteurs n’interviennent pas dans les demandes d’ouvrages; la lecture récréative a peu de place; les ouvrages mis à disposition sont souvent très édifiants. La place très importante des manuels Roret constitue par exemple un indice important sur les visées « philanthropes » d’un fonds, conçu par un érudit et non par un prolétaire15.

Cette bibliothèque a-t-elle réellement fonctionné? si oui, combien d’années et avec quel succès ? Il reste beaucoup à découvrir sur cette fondation très originale. À commencer par la fondation dix ans plus tard, à vingt kilomètres de Laferté-sur-Amance, d’une autre bibliothèque pionnière, la bibliothèque populaire d’Hortes que nous visiterons dans un prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)," in Bibliothèques populaires, 12/07/2017, https://bai.hypotheses.org/1484.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Voir Agnès Sandras, « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1) » in Bibliothèques populaires, 05/09/2016, et « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon?  (2)» in Bibliothèques populaires, 25/10/2016. []
  3. Archives départementales de la Haute-Marne: BMS Langres, naissance de Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard le 8 mars 1808 de Nicolas-Antoine Chauchard et de Guillaumine Bournot. []
  4. Archives de Paris. BMS: mariage en août 1836 avec Armande Claire Trouillebert, née en juin 1817 à Paris. []
  5. Achille Leymarie, Profils critiques et biographiques des sénateurs, conseillers …, Paris, Garnier, 1852. []
  6. Voir Jean-Charles Geslot, Victor Duruy: historien et ministre (1811-1894), Presses universitaires du Septentrion, 2009, page 234. []
  7. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid, article I du règlement. []
  10. Ibid, article IX du règlement. []
  11. Rappelons en effet que dix ans plus tard, les premières bibliothèques populaires devront se résoudre à nommer les maires présidents de leurs conseils pour obtenir les autorisations préfectorales… []
  12. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  13. Ibid. []
  14. Les bibliothèques populaires bénéficieront du tournant libéral du Second Empire. []
  15. Voir Agnès Sandras, « Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914) » in Bibliothèques populaires, 09/04/2017. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *