Dessine-moi … une bibliothèque populaire !

    Mais au fait que recouvrait le terme « bibliothèque populaire » au XIXe siècle ? A quoi une « bibliothèque populaire » pouvait-elle bien servir ?

    C’est Francinet qui va nous servir de guide. Francinet est cet adolescent mis en scène par G. Bruno (Mme Augustine Fouillée) dans sa découverte de la vie professionnelle, découverte hautement pédagogique puisqu’elle permet d’inculquer  des « Notions élémentaires sur la morale civique, l’industrie, le commerce et l’agriculture1 ». Or Francinet pose cette judicieuse question à M. Edmond:

 » Monsieur, pour lire il faut des livres.  Quand on n’a pas assez d’argent pour en acheter, comment faire ?
— Mon ami, cette question a préoccupé déjà les esprits sérieux. Aussi a-t-on créé depuis quelque temps beaucoup de bibliothèques populaires où on peut  lire et emprunter gratuitement des livres.  (…) En France, on en a créé un assez bon nombre, et ce sont parfois les ouvriers eux-mêmes qui, en se cotisant, ont acheté les livres2 »

La réponse de M. Edmond en dit long sur les sympathies de Madame Fouillée puisqu’elle cite d’emblée  parmi les fondateurs des bibliothèques populaires les ouvriers. Le fait que des ouvriers puissent, en se cotisant, fonder des bibliothèques, à l’instar de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien (1861), n’est en effet pas encore du goût de tous, et en particulier des pouvoirs politiques qui se méfient des possibles foyers de sédition ainsi constitués. En revanche, Madame Fouillée reprend à son compte le discours édifiant alors en vogue sur les bienfaits que la lecture apporte aux prolétaires…

« Grâce à ces bienfaisantes institutions, qui se sont répandues partout en France, le travailleur peut passer sa soirée à la bibliothèque, au lieu de la passer au cabaret; ou encore, il peut la passer chez lui avec le livre que lui a prêté la bibliothèque, et dont il fait la lecture au milieu de sa famille.
Alors, au lieu de perdre sa raison et de dépenser son argent, il augmente les ressources de son intelligence, il fait une provision de choses utiles dont la lecture ouïe réjouit sa famille tout en l’instruisant. Enfin, à mesure qu’il se livre à ces nobles distractions de la pensée, il se sent devenir un autre homme ; il est plus fort pour accomplir son travail journalier, car il est devenu plus intelligent: il est meilleur, car il est content de lui, et le contentement du coeur rend l’homme plus doux. Il inspire aussi le respect à sa femme et à ses enfants, car il est pour sa famille un noble exemple de vertu3. »

    Toutefois, il est à noter que Madame Fouillée entretient une confusion alors très répandue en indiquant dans ses conseils pédagogiques aux instituteurs : « On peut compter au nombre des bibliothèques populaires les bibliothèques scolaires, dont le maître saura faire apprécier aux élèves les avantages4. »

Pour (tenter de ?!) y voir plus clair, reprenons la terminologie d’un dictionnaire quasi contemporain, le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire5. Celui-ci distingue:

– les bibliothèques cantonales, ou bibliothèques pédagogiques

– les bibliothèques communales

– les bibliothèques populaires

– les bibliothèques publiques

– les bibliothèques scolaires

Sa définition de la bibliothèque populaire est la suivante:

 » Ces établissements ont pour but de répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous. Leur création est due, soit à l’initiative des municipalités, soit à celle de particuliers ou d’associations libres. Les premières sont communales, les autres privées6. »

Il explique ensuite la différence de statut entre les bibliothèques populaires communales et les bibliothèques populaires privées.

« Les bibliothèques fondées par des municipalités ou avec leur aide, ou même simplement placées dans des bâtiments communaux, sont obligées de soumettre leur catalogue à l’administration centrale et de la tenir au courant de l’état de la bibliothèque par l’envoi de catalogues successifs datés, imprimés ou manuscrits. Elles sont également tenues d’accepter le contrôle de l’administration centrale pour les listes de livres acquis ou à acquérir, soit par dons, soit avec les ressources de l’oeuvre, ainsi que l’inspection de la bibliothèque par l’inspecteur général des bibliothèques et les agents désignés par le ministre de l’instruction publique, le ministre de l’intérieur et le préfet (…) Quant aux bibliothèques qui sont la dépendance naturelle d’un cercle ou d’une association ou qui ont été fondées par des particuliers, ces fondations sont placées, aux termes des lois municipales et des lois de  police, dans les attributions de l’administration préfectorale à laquelle il appartient d’examiner les statuts et les catalogues et d’accorder, de refuser, ou de retirer suivant les cas, l’autorisation dont elles ont besoin pour exister. Un certain nombre de ces bibliothèques désirent rester indépendantes et ne sollicitent ni l’appui ni le concours du gouvernement. Dans ce cas elles demeurent absolument étrangères à l’administration de l’instruction publique, mais il arrive très fréquemment que ces établissements ne possédant pas de ressources suffisantes pour satisfaire aux demandes de leurs lecteurs, s’adressent au gouvernement pour obtenir des concessions de livres. Elles doivent alors se soumettre rigoureusement aux règles imposées aux bibliothèques communales7. »

   Cette législation s’est mise progressivement en place à la fin du Second Empire et au début de la IIIe République. La première tentative d’organisation ayant concerné l’établissement de bibliothèques scolaires, consistant le plus souvent en quelques livres dans une salle de classe mis à la disposition des élèves et parfois des adultes (circulaire du 31 mai 1860), il n’en fallait pas plus pour entretenir une confusion que l’on retrouve dans certains documents administratifs au début du XXe siècle encore.

    La réponse de M. Edmond à Francinet a donc le mérite d’être claire et efficace. A une époque où l’accès à l’instruction n’allait pas de soi, où les livres constituaient pour un budget modeste une dépense considérable, où la lecture ouvrait l’horizon des possibles, quoi de plus important qu’un endroit où on peut « lire et emprunter des livres » ? N’oublions pas en effet que les horaires des bibliothèques publiques n’offraient alors guère de possibilités aux travailleurs de les fréquenter. Rappelons surtout qu’elles ne prêtaient pas d’ouvrages … Dessine-moi une bibliothèque populaire !

NB: on trouvera une chronologie précise dans « les pages d’histoire de la lecture publique » publiées sur le site de l’ADBP.

   

  1. G. Bruno, Francinet… Principes généraux de la morale, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture. Paris, Belin, 1869 []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Publié sous la direction de F. Buisson. Paris,  Hachette, 1882-1893. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175079g []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *