Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?

« Jean Baptiste Girard » (G. Numa phot.). [Recueil. Personnalités françaises et étrangères sous le Second Empire] . Gallica (BnF)
Copie de la photographie confiée à Ian Frazer par les descendants de J.B. Girard à l’occasion du colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1984.

Les deux photographies ci-dessus symbolisent le travail de fourmi que demande la reconstitution de la biographie d’un personnage au patronyme répandu, qui ne semble pas avoir laissé d’archives personnelles1, et dont la légende a été plusieurs fois (ré)écrite. Si l’on ajoute que ce personnage a parfois brouillé les pistes pour éviter des tracas politiques, et qu’il semble avoir fait à la fois preuve d’audace pour les causes qui lui tenaient à cœur et d’une grande discrétion, on comprendra que ladite reconstitution est laborieuse et empreinte de questionnements… Néanmoins, depuis quatre ans2, d’heureuses surprises, liées à de longues recherches mais aussi à des hasards complets, ont permis de mieux cerner Jean-Baptiste Girard.

1/ Quelques déceptions et quelques bonnes surprises

La consultation de la Base de données des inculpés de l’insurrection de Juin 1848 et de la Base de données des poursuivis à la suite du coup d’Etat de décembre 1851 ne donne rien… On pouvait espérer y trouver sinon Jean-Baptiste Girard, du moins son frère peut-être prénommé Auguste.

Girard, frappé personnellement par le chômage, cherchera des remèdes à son état : il travaille comme cocher et a la douleur de voir son frère cocher lui aussi, déporté après les journées de juin3.

Le fichier alphabétique des condamnés de la Commune et des non-lieux signale en revanche deux Jean-Baptiste Girard… La consultation des archives du Service historique de la Défense révèle que le premier est entrepreneur en peinture, né dans le Doubs. Le second est un menuisier en fauteuils, né à Limoges… Cela n’a rien de surprenant, l’état-civil parisien permet de retrouver plus d’une vingtaine de Jean-Baptiste Girard entre 1850 et 1900…

Il faudra donc patienter encore pour (peut-être…) découvrir les activités de Jean-Baptiste Girard pendant la Commune… Un témoignage fait en effet état de distribution d’ouvrages aux blessés par les bibliothèques des Amis de l’Instruction.

Enfin, la mention par Madeleine Rebérioux d’une médaille obtenue par la BAI à l’exposition universelle de 18674 a permis d’orienter les recherches vers les archives de cette exposition et de découvrir qu’en réalité Jean-Baptiste Girard s’était vu décerner une médaille mais au seul nom de Girard, sans doute pour ne pas réveiller des souvenirs trop récents encore liés à son emprisonnement…

2/ Les vertus du hasard dans les recherches

Un carton ouvert par hasard aux Archives nationales en 20145, permet de découvrir une lettre de Jean-Baptiste Girard adressée à Jules Ferry.

Cette lettre est triplement intéressante. Elle confirme le fait que Girard depuis ses premières activités militantes (rappelons qu’il a été arrêté et emprisonné en 1850 pour associationnisme) jusqu’à la fin de sa vie espère améliorer la condition des ouvriers par la création d’associations. La graphie et le style de cette lettre attestent que Jean-Baptiste Girard n’est pas un demi-lettré. En effet, on ne connaissait jusqu’ici qu’une demande d’allègement de peine signée de son nom.  Cela ne signifiait pas obligatoirement qu’il l’avait rédigée. Enfin, de façon inespérée, la lettre confirme que Jean-Baptiste Girard n’a pas servi d’alibi « populaire » pour la fondation des bibliothèques, et qu’il en a bien été l’organisateur :

[À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres]

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif (…)

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry, juin 1883 (Archives nationales, série Instruction publique)

3/ Les vertus de la veille obstinée

Une veille régulière dans les bibliothèques numériques et en particulier dans Gallica permet parfois de repérer les nouveaux documents numérisés contenant des « Jean-Baptiste Girard ». Si le patronyme « Girard » est trop répandu pour permettre une veille efficace, à l’inverse, le prénom composé pose problème car il peut donner lieu à différentes contractions. Ainsi, c’est en recherchant dans Gallica « J.B. Girard » qu’on trouve la première photographie qui illustre ce billet. Elle présente un double intérêt:

  • elle confirme, si besoin était, que la photographie confiée en 1984 par les descendants de Girard à Ian Frazer (seconde photographie) était bien une photographie de Jean-Baptiste  Girard.
  • si l’identité de la personne ayant composé l’album n’est pas connue, ce qui ne nous permet pas de juger de ses liens avec Jean-Baptiste Girard, on remarquera toutefois qu’elle le fait voisiner avec des notabilités de la fin du Second Empire et/ou des personnes ayant un rôle important dans la réflexion politique contemporaine6.

Cette veille dans Gallica a permis également de retrouver un pan méconnu de la vie de Jean-Baptiste Girard, sa candidature aux élections sénatoriales de 1876. L’épisode semble confirmer que le très actif Jean-Baptiste Girard préfère rester dans l’ombre, et que sa légende d’ouvrier méritant se forge parfois malgré lui.

Enfin, la veille dans les inventaires d’archives a permis de repérer un don d’archives provenant de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement7. Si Jean-Baptiste Girard n’a pas été à l’origine directe de cette fondation, il a en revanche entretenu, en tant que fondateur de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, « fondateur des bibliothèques populaires » et cheville ouvrière de la Société Franklin, une correspondance avec la BAI-XIX qui a conservé deux de ses lettres. Ces deux lettres apportent des connaissances supplémentaires sur l’activité de Girard dans la Société Franklin et sur son attitude face aux événements de 1870.

En effet, en étudiant les compte rendus de la Société Franklin, Étienne Naddeo a pu établir que:

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent8 ?

Or les deux lettres conservées par la BAI-XIX montrent que Girard a toute latitude d’employer le papier à en-tête de la Société Franklin, qu’il ne signe pas ses lettres en tant qu’intermédiaire, mais bien en décisionnaire, et pour la seconde qu’il peut s’engager au nom de la Société Franklin. Cela donne tout son poids aux deux hypothèses exprimées ci-dessus : Girard ne peut prendre la parole officiellement à cause de son passé politique et peut-être d’un manque de légitimité sociale sous le Second Empire, mais les fondateurs officiels de la Société Franklin lui ont laissé dans les faits une large liberté. Enfin, comme le soulignent différents billets de ce blog, cela montre aussi que l’histoire des bibliothèques populaires, de la Société Franklin et du Syndicat des  bibliothèques populaires libres ne peuvent être écrits uniquement à partir des compte rendus officiels de ces associations, écrits guidés à la fois par la nécessité de ne pas contrarier les autorités politiques et par la nécessité pédagogique d’offrir une vision positive de leurs activités.

 

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP.

Si la première lettre est purement factuelle (Girard demande au fondateur de la BAI-XIX  le nom du président  désigné), la seconde est très intéressante. Elle est en effet rédigée à un moment-clé de la guerre de 1870, le 31 octobre. Apprenant la capitulation de Bazaine et d’autres nouvelles fleurant la capitulation, une partie du peuple parisien tente de se soulever. Belleville n’est pas en reste… Il n’est donc pas surprenant qu’Auguste Vorbe, jeune administrateur de la BAI-XVIII9, fondateur de la BAI-XIX en 1868 rue d’Allemagne où il est fondeur, vice-président du syndicat des bibliothèques populaires libres, propose que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris. Girard lui répond :

Mon cher vice-président

À  mon avis, l’idée que vous avez d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente; mais la pratique, les moyens de réaliser une somme de 5 à 6 000 francs, me paraissent très difficiles, pour cette raison que la plupart des bibliothèques de Paris sont fermées depuis la guerre, que les sociétaires sont très dispersés et qu’un bon nombre ont déjà versé à des souscriptions diverses, ce qui me fait supposer qu’il ne serait guère possible de réunir la somme nécessaire sans le concours des bibliothèques des départements, impossible en ce moment.

Enfin, quand une idée est bonne on peut toujours en essayer l’expérience, la Société Franklin consentira très bien à prêter son local pour un bureau central.

Votre tout dévoué,

Girard10.

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP

Cette lettre reflète la prudence dont Girard fait preuve depuis son arrestation et son emprisonnement en 1850 pour visées associationnistes.  Les deux courriers confirment que sa graphie et sa syntaxe sont celles d’un homme habitué à rédiger rapidement, dont l’orthographe est légèrement hésitante, peut-être sous la pression des événements.

4/ Un peu de généalogie

La numérisation de l’état-civil des Archives de la Haute-Marne et la Base de relevés d’actes du Centre généalogique de Haute-Marne permettent d’affiner, de corriger  et de développer les découvertes opérées il y a une trentaine d’années. Ian Frazer avait en effet recensé les éléments suivants concernant la jeunesse de Girard :

Jean‑Baptiste Girard naquit le 28 mai 1821, à deux heures de l’agrès‑midi, à Hortes, petit village du plateau de Langres (Haute‑Marne), dans la maison de son grand‑père, François Girard, également natif de Hortes et vigneron à la  ferme de la Malavisée. Le père, Didier Girard, était « absent » ; on ne sait rien de son métier. La mère était née Catherine Moris (Note: Je remercie le maire de Haute‑Amance (anciennement Hortes) pour son aimable envoi d’une copie conforme datée 23.3.1984 et pour l’acte de décès de François Girard du 2 mai 1828. La grand‑mère maternelle de Girard était Marie Vacher, ses arrières grands‑parents, Etienne G. et Marguerite Hugueny.). […] J.‑B. Girard dira en 1850 de son enfance : « Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur apportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais ». C’est la vie dure des petits campagnards. « Jusqu’à vingt ans j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais » (Note : Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850). La nécrologie la plus détaillée que j’aie découverte affirme que Girard vint s’installer à Paris à l’âge de dix‑neuf ans et débuta comme homme de peine. Il ne savait pas encore lire. Il aurait été, « successivement homme de peine, cocher de fiacre, lithographe »  (Note: E. Rotival, in Bull. de l’Assoc. Philotechnique, mai 1900, 144). Il apparaît néanmoins suffisamment lettré pour écrire son nom vigoureusement, sans les hésitations des demi-illettrés, lors de son mariage en 1846, où il est déjà ouvrier imprimeur litho­graphe.

La numérisation de nombreuses archives permet aujourd’hui  de conforter tout en la nuançant  la « légende » autour de Girard.  Celui-ci est en effet très représentatif des populations rurales pauvres de la Haute-Marne du milieu du XIXe siècle, menacées par un accroissement démographique trop rapide, dont la seule issue est d’aller chercher du travail dans la capitale en plein expansion. Les plans du cadastre ci-dessous permettent de situer la ferme familiale, à la sortie du village, près de la route menant à Bourbonne-les-Bains.

Zoom sur la ferme de la Malavisée- Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Tableau d’assemblage. S.d. – 3 P 2/243-1

Sur le cadastre, le morcellement des parcelles de vignes est éloquent autour de la ferme de la Malavisée, berceau de la famille Girard. Lorsque les familles s’agrandissent, la subsistance n’est plus assurée.

 

Zoom sur la ferme de la Malavisée. Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Section B 3. • S.d – 3 P 2/243-7

Le grand-père paternel de Jean-Baptiste, François Girard (1756-1828), est le fils d’Etienne Girard et Marguerite Hugueny, tous deux issus de familles vigneronnes dont on retrouve la trace à la fin du XVIIe siècle à Hortes. François Girard est né et a été baptisé le 8 décembre 1756. Son père Etienne a signé l’acte d’une main assurée11. François Girard, veuf de Marie Vacher qu’il a épousée en 1784 et dont il a eu une fille (Jeanne), se remarie le 22 février 1791 avec Catherine Clerget12. François Girard a au moins deux frères Nicolas et Jean. Nicolas se marie l’année suivante avec Marie Clerget qui est la sœur de Catherine (morte en 1846 à 83 ans). Les deux couples sont très proches, souvent parrains et marraines des enfants auxquels ils donnent la plupart du temps les mêmes prénoms. Les premiers (grands-parents paternels de Girard) ont cinq enfants entre 1792 et 1804.  Nicolas et Marie ont quant à eux au moins onze enfants, voire treize, entre 1792 et 181213. François, Nicolas et Jean Girard signent les actes d’état-civil alors que les deux sœurs Clerget déclarent ne pas savoir (signer). On notera également que lors de la naissance  de sa fille Anne en 1800, François Girard est absent14.

Didier Girard, le père du Jean-Baptiste qui nous intéresse, est donc né le 18 mai 1793 à Hortes. On le retrouve à Paris le 5 août 1817 : il se marie à Saint-Germain l’Auxerrois  avec Catherine Moris, cuisinière, domiciliée 10 rue des deux boules. Il habite quant à lui 20 rue de l’enclos Saint-Laurent, mais sa profession n’est pas indiquée15. Cette première donnée est importante : les deux parents de Girard ont vécu à Paris, ce qui relativise la légende d’un Jean-Baptiste Girard débarquant de sa campagne profonde pour vivre à Paris.

Catherine Moris, la mère de Girard, a également été poussée par la misère à Paris. Elle est née à Rosoy-sur-Amance16 le 19 septembre 1790 de Henri Moris, laboureur, et de Marie-Anne Guillaume. Elle est la septième d’une fratrie de huit enfants, sa mère meurt alors qu’elle a 8 ans,  puis elle perd son père à 14 ans.  Catherine Moris et Didier Girard ont un premier enfant, Auguste., vraisemblablement né à Paris le 6 juillet 181917. Le 23 mars 1820 une petite Marie-Louise naît, déclarée à Hortes  par son père qui signe, mais dont il est bien indiqué qu’il est domicilié à Paris18. Jean-Baptiste Girard voit le jour à Hortes le 28 mai 1821. Sa naissance est déclarée par son grand-père François, en l’absence de son père Didier19. Enfin, en décembre 1823, Anne-Joséphine naît à Paris dans le 2e arrondissement20. Ces allées retours de la famille de Jean-Baptiste Girard à Paris, semblent liées au négoce du vin. Les parents se fixent ensuite à Hortes où, selon les différents recensements et actes d’état-civil, Didier Girard est « cafetier » ou « aubergiste » rue de la Barre. C’est au tour des enfants de travailler à Paris, sans doutes par périodes liées à la nécessité pour la cellule familiale d’avoir quelque argent. Marie-Louise y meurt  le 25 août 1843 au 7 rue Poliveau. Elle est alors domestique, célibataire21. Anne-Joséphine selon son acte de mariage en 1847 est femme de chambre dans le premier arrondissement22, mais elle est inscrite dans le foyer de ses parents à Hortes lors du recensement de 1846 de même que son frère Auguste qui semble pourtant avoir travaillé en tant que cocher à Paris dans cette période23.

Après le décès de Marie-Louise, la famille connaît une décennie marquée par les difficultés. Même si cela reste à confirmer, Girard24 laisse à entendre que son frère Auguste, impliqué dans les événements de 1848, a été déporté. Jean-Baptiste connaît à son tour une arrestation et l’emprisonnement en 185025. Ses parents quittent alors Hortes, pour la commune voisine de Troischamps entre 1847 et 1849.  Didier Girard est recensé en 1851 à Troischamps26.  Il est présenté dans les actes officiels comme propriétaire-manouvrier, ce qui suppose une situation économique toujours difficile. Catherine Moris meurt à Troischamps en 1849, à 58 ans27. Didier Girard, remarié à Elisabeth Richardot en 1851, meurt le 6 mai 1864 à Troischamps28. De ses quatre enfants, subsiste à Hortes Anne Joséphine qui a deux enfants et tient un café avec son mari, François Chanticlair, jusqu’à la fin du siècle. Bien que domicilié à Paris depuis 1846 au moins (année de son mariage), Girard reste en relation avec sa famille. En effet, lorsqu’il vient fonder une bibliothèque populaire à Hortes en 1862, on retrouve parmi les membres fondateurs de cette bibliothèque son beau-frère François Chanticlair et son oncle paternel François Girard ((Voir prochain billet sur la bibliothèque populaire à Hortes.)). Le recensement de 1861 montre que désormais à la ferme de la Malavisée ne vivent que François Girard et son épouse, preuve supplémentaire de l’exode rural qui a touché cette famille trop nombreuse pour subsister à Hortes29.

Ces multiples vérifications confirment donc une situation économique difficile de la famille de Jean-Baptiste Girard. Tous les enfants ont dû travailler, et tôt. En revanche, elles mettent à mal définitivement la légende du Jean-Baptiste Girard analphabète lors de son arrivée à Paris. On note en effet que son arrière-grand-père, son grand-père, son père, ses oncles et ses frères signent les actes sans hésitations. L’acte de mariage de sa sœur Anne-Joséphine permet aussi de constater que la jeune femme signe avec assurance alors que leur mère (Catherine Moris) peine à former les lettres.

Acte de mariage de Anne-Joséphine Girard et de François Chanticlair (AD52 – BMS Hortes) Dans la famille Girard ont signé Anne_Joséphine, la mariée, son père Didier Girard, son oncle et témoin François Girard et sa mère Catherine Moris.

Ce constat est de surcroît étayé par le fait que la famille Girard a dans son entourage proche des instituteurs. Son grand-père maternel, lors de son mariage, a pour témoin un cousin recteur d’école. Un des deux témoins attestant du décès de Didier Girard30 est un instituteur et « ami du décédé » (mention portée en toutes lettres sur l’acte de décès). Il faut donc relire d’un œil neuf l’échange entre Jean-Baptiste Girard et le président du tribunal en 1850, en le citant de manière non tronquée. Plutôt que des reproches à ses parents, Girard déplore une situation dont on a vu plus haut qu’elle se reproduisait au moins depuis trois générations : pour subsister, les parents sont contraints à faire travailler leurs enfants depuis leurs sept ans jusqu’à la constitution de leur propre famille :

Le président au prévenu Girard : Vous avez pris plusieurs professions dans l’instruction ?

Girard : Oui, j’en ai eu plusieurs. Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur rapportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais.

Le président : Oh ! tenez, je n’aime pas ce langage et ces reproches adressés à vos parents.

Girard : Eh bien ! je me borne à vous dire que jusqu’à vingt ans, j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais.

Le président : La seule chose favorable à conclure de cela pour vous, c’ est que vous avez toujours demandé vos ressources au travail31.

Girard a vraisemblablement connu la même trajectoire que Sébastien Commissaire32: apprentissage des rudiments de l’écriture et la lecture avant ses sept ans, puis des lectures après les journées de travail. Ces quelques avancées supplémentaires dans la biographie de Girard pourraient être complétées par des archives privées… nouvel appel aux bonnes volontés!  On retrouve en effet la difficulté liée au patronyme répandu lorsque l’on recherche des archives privées…

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?," in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, http://bai.hypotheses.org/1522.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Ian Frazer, qui avait rencontré les descendants de Jean-Baptiste Girard n’a pas mentionné d’archives familiales: Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  2. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?, » in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148. []
  3. Ian Frazer…p. 54. Ian Frazer utilise un article publié par La République du 14 novembre 1850. Ce frère est prénommé Auguste.  []
  4. Madeleine Rebérioux, « Les ouvriers des métiers d’art à l’exposition universelle de 1867 », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  5. Une simple inversion des chiffres lors de la commande: le carton appartient bien aux fonds de l’Instruction publique mais pas aux séries concernant les bibliothèques… []
  6. Attention, en revanche, le titre de cet album a été donné au moment de son entrée dans les fonds de la BnF. []
  7. Voir très prochainement le billet sur la BAI-XIX. []
  8. Etienne Naddeo: « La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019. []
  9. Il est né en 1843 selon La Presse du 17 novembre 1894: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k547533m/f3.item, il a donc 27 ans en 1870. []
  10. Archives de la BAI-XIX, Archives de la Ville de Paris. []
  11. Archives départementales de la Haute -Marne (AD52): BMS Hortes en ligne:  1756-18http://haute-marne.fr/culture/archives-departementales/archives-en-ligne-bach/ []
  12. AD52: BMS Hortes. C’est donc Catherine Clerget et non pas Marie Vacher qui est la grand-mère de Jean-Baptiste Girard. []
  13. AD52: BMS Hortes. Deux décès d’enfants ayant pour parents Nicolas Girard et Marie Clerget sont en effet signalés dont l’âge indiqué et les prénoms ne correspondent pas à des naissances enregistrées. []
  14. Idem. []
  15. Archives de la Ville de Paris (AVP) – Etat civil reconstitué. []
  16. Depuis 1972, Hortes, village principal de la commune est associé aux villages de Montlandon, Troischamps et Rosoy-sur-Amance pour former la commune de Haute-Amance. []
  17. Auguste Girard vit avec ses parents et sa sœur Anne-Joséphine rue de la Barre à Hortes lors du recensement de 1846, il a 27 ans lors de ce recensement: AD52, Recensement de population, Hortes, 1846. Il n’est pas né à Hortes;  en revanche, un seul Auguste Girard est né à Paris en 1818/1819 selon l’état-civil reconstitué: ADVP. []
  18. AD52: BMS Hortes []
  19. Idem. []
  20. D’après son acte de mariage en mai 1847. AD52: BMS Hortes []
  21. D’après la transcription de l’acte de décès  figurant  aux AD52. BMS Hortes. []
  22. AD52, BMS Hortes. []
  23. AD52. Recensement de 1846 à Hortes. []
  24. Voir supra. []
  25. Voir Ian Frazer, op. cit. []
  26. AD52, Troischamps, recensement de 1851 . []
  27. AD52, BMS, Troischamps []
  28. Ibid. []
  29. AD52, Recensement de population à Hortes, 1861. []
  30. AD52, BMS, Troischamps []
  31. Gazette des tribunaux, 13 novembre 1850. []
  32. Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon ? (2), » in Bibliothèques populaires, 25/10/2016, https://bai.hypotheses.org/1166 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *