Emprunter du Zola dans une bibliothèque populaire…

Signalons la mise en ligne d’un article publié en 1974 par Colette Becker sur « l’audience d’Émile Zola ». Elle y mène une enquête très fouillée sur la présence du romancier dans les catalogues des bibliothèques populaires : pas ou très peu  d’œuvres zoliennes à la fin du XIXe siècle dans les bibliothèques populaires, à l’exception notable des bibliothèques populaires libres et en particulier des Amis de l’instruction. Colette Becker analyse les raisons de cette différence marquée, expliquant que les bibliothèques populaires dont les fonds provenaient essentiellement de concessions ministérielles ne recevaient pas d’œuvres de Zola et n’osaient en acquérir, alors que les bibliothèques libres, gérant elles-mêmes leurs acquisitions, étaient plus enclines à acheter du Zola, et parfois en nombre. On retrouve là la véritable indépendance des bibliothèques des Amis de l’instruction qui achetèrent plus volontiers du Sand que du Féval …

Précisons toutefois que les compte-rendus de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement rapportaient des discussions entre membres du Conseil sur l’opportunité d’acheter les œuvres zoliennes!

On lira également avec intérêt cet entrefilet de La Croix  (« Ce qu’on fait lire à la laïque »), datant de 1904, qui montre combien la présence d’ouvrages de Zola dans les bibliothèques populaires pouvait déchaîner les passions…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *