Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon)

Les milliers de bibliothèques populaires de la fin du XIXe siècle ont laissé des fonds, souvent mal connus ou identifiés et des archives qu’il est parfois difficile de repérer d’emblée. Le recours à la presse numérisée permet toutefois de (re)découvrir la fondation de bibliothèques annoncée dans la presse locale, ou des événements plus saillants répercutés par la presse nationale. On peut alors tirer le fil et explorer les archives à la découverte de bibliothèques populaires ayant fait parler d’elles dans les journaux : j’y reviendrai prochainement pour des bibliothèques comme celles de Verzenay ou de Saint-Mandé.

Néanmoins, le recours à la presse du Second Empire s’avère compliqué. Certes, les premières bibliothèques populaires (qui fonctionnent par associations, prêtent des livres à domicile tenant compte des véritables besoins et demandes des lectrices et lecteurs) naissent à cette période. Mais cette naissance se fait dans la douleur: le gouvernement impérial encourage officiellement les créations tout en les décourageant dans les faits. Les médailles octroyées en 1867 le sont à des bibliothèques ayant accepté dans leurs rangs des fidèles de l’Empire et suivi les règles de fonctionnement imposées par les autorités. Elles ont exposé au Palais de l’Industrie les preuves de leur  respect des impératifs administratifs: statuts associatifs, catalogues, compte-rendus, autant de documents vérifiés régulièrement par la préfecture. Napoléon III peut lors de cette Exposition universelle se prévaloir aux yeux de l’opinion nationale et internationale d’un effort pour l’instruction du peuple, mais en réalité, les fondateurs de bibliothèques populaires ont souvent rencontré de nombreux obstacles et ces difficultés ont probablement découragé d’autres créations. De cette politique obstructive, la presse contemporaine n’entend pas se faire l’écho, soit par fidélité au régime en place, soit par crainte d’une suspension. Une feuille ose cependant souligner les difficultés rencontrées et prendre position de manière marquée. Il s’agit du Siècle qui est alors dans une période républicaine et anticléricale, et persiste malgré les avertissements reçus. Journal influent, il est  goûté de la bourgeoisie et connaît une diffusion importante:

Ce roman [La Fortune des Rougon], que l’éditeur Lacroix s’était engagé, par traité, à éditer, devait d’abord paraître en feuilleton, dans Le Siècle, alors le plus répandu des journaux politiques. C’était une puissance, cet organe, qui, selon l’aristocrate et le dédaigneux Figaro, avait surtout la clientèle des marchands de vins. Il n’était pas d’une lecture distinguée. Modéré de ton, anticlérical, hardi, prudemment républicain, le Siècle fut longtemps le seul journal d’opposition. L’empire libéral le tolérait, tout en le craignant. Mais ne fallait-il pas une soupape pour l’échappement des bouillonnements populaires?
Pour l’époque, ses tirages étaient considérables 60.000 abonnés. On ne l’achetait guère au numéro; c’était un journal cher le numéro se vendait, à Paris, 15 centimes, le prix de l’abonnement était de 80 fr. par an.
On ne prévoyait guère alors de grands quotidiens à six ou huit pages, se payant trente sous par mois. Ces journaux coûteux avaient un tirage restreint et une vaste influence. L’abonné du Siècle, qui ne croyait pas toujours en Dieu, croyait en son journal, et propageait, comme articles de foi, les propositions des rédacteurs. On se prêtait, on se repassait chaque numéro. Il y avait des groupes, et comme des coopératives de liseurs : un principal abonné, dans de petits cercles de voisins, acceptait des sous-abonnés. Quelques-uns de ces locataires n’avaient droit qu’au journal de la veille, payant une redevance moindre au titulaire de l’abonnement. Les feuilletons étaient patiemment découpés et cousus; ils formaient de gros cahiers de lecture qui se louaient, se prêtaient toute une bibliothèque roulante de romans circulant de mains en mains1.

Le Siècle se préoccupe tardivement de la question des bibliothèques populaires. S’il signale dès 1850 la fondation de quatre « bibliothèques populaires » à Berlin, « composées d’ouvrages d’utilité générale et spécialement destinés aux personnes des classes laborieuses, qui seront admises gratuitement à lire ces ouvrages sur place, et même à en emprunter pour les lire chez elles2 », l’expression « bibliothèque populaire » ne revient dans ses colonnes qu’en 1857 à propos d’un projet d’architectes datant de 18333:

D’après le plan de ces deux architectes, les mairies nouvelles devaient renfermer dans un même édifice tous les services qui se rattachent d’une manière plus ou moins directe à l’organisation municipale. Ils plaçaient donc dans leur maison commune, outre le prétoire de la justice de paix, la police, ainsi que différents postes de la force armée, la voirie, la recette particulière des contributions directes, la succursale de la caisse d’épargne, l’éducation populaire, le bureau de bienfaisance, celui de la garde nationale, un chauffoir public, une bibliothèque populaire, etc4.

Le Siècle, contrairement à d’autres journaux, ne signale pas la fondation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III). Peut-être, à l’instar de Proudhon5, les rédacteurs du Siècle sont-ils perplexes devant  la présence connue et visible de proches du cercle impérial, comme Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III, parmi les fondateurs de cette bibliothèque. En revanche, il annonce en termes élogieux la naissance ou les premiers pas d’autres Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes :

  • le 26 octobre 1862 : la BAI-X
  • le 26 décembre 1863: la  BAI XVIII
  • le 3 juillet 1864 : la BAI-V
  • le 10 mai 1865: la  BAI-VIII
Le Siècle, 26 octobre 1862. Gallica (BnF).

Il évoque également le 29 décembre 1864, la fondation d’une bibliothèque populaire dans une entreprise de peinture en bâtiments, la maison Leclaire, dont le fonctionnement est proche de celui des BAI6.

Un  tournant est pris lorsque Le Siècle propose en 1865 à Anthime Corbon de lui servir de correspondant pour le congrès de l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales qui se tient à Berne. Cette « assemblée internationale, dans laquelle sont agitées toutes les importantes questions politiques et sociales de notre époque7 » se réunit régulièrement :

Au congrès de Bruxelles, on a principalement discuté la question de la liberté de la presse. M. Émile de Girardin produisit sa fameuse théorie de l’impuissance de la presse, et, par conséquent, de son droit à la liberté illimitée. Au congrès de Gand, on agita surtout la question de la peine de mort, celle de l’intervention de l’Etat dans l’enseignement, et l’organisation des sociétés coopératives. Le congrès d’Amsterdam s’occupa de la législation concernant les étrangers, des moyens d’assurer la liberté et la sincérité des élections, de l’organisation de l’enseignement professionnel, de la suppression des douanes. En 1865, à Berne, eut lieu le quatrième congrès, qui eut plus de retentissement que les précédents: l’autonomie des communes le système pénitentiaire, l’organisation militaire, la question de la morale indépendante, furent les sujets de remarquables discussions, dans lesquelles se distinguèrent MM. Jules Simon, Pascal Duprat, Daguet, Rousselle, de Pressensé, G. Chaudey, Mlle Royer, etc8.

Anthime Corbon publie quatre lettres sur le Congrès des sciences sociales dans Le Siècle. La première, en date du 30 août 1865, est plutôt primesautière. La fin de la missive annonce des nouvelles plus sérieuses: « Dans ma prochaine lettre, je vous entretiendrai d’une très-intéressante discussion qui a eu lieu dans la section de renseignement sur l’instruction supérieure du peuple ; puis viendront tour à tour les comptes rendus des débats sur les autres graves questions qui vont être débattues9 ». Le texte suivant est en effet consacré à l’instruction du peuple:

Vous savez que le congrès se divise en cinq sections ayant chacune sa spécialité. La première section s’occupe de législation comparée ; la seconde, d’instruction et d’éducation ; la troisième, d’art et de littérature ; la quatrième, d’hygiène et de bienfaisance ; la cinquième, d’économie politique. Aucune des sections n’est fermée aux membres des autres, et chacune a une séance générale « toutes chambres réunies » pour discuter la principale des questions qui lui sont soumises. C’est la question de décentralisation qui était la principale pour la première section ; celle de la morale indépendante pour la deuxième; celle du progrès dans l’art pour la troisième ; celle du système cellulaire pour la quatrième ; celle des armées permanentes pour la cinquième. En outre des questions discutées en assemblée générale, chaque section avait à en élucider d’autres non moins intéressantes, et c’est de l’une de celles-ci que je dois aujourd’hui entretenir les lecteurs du Siècle. Il s’agissait, pour la deuxième section, de s’entendre sur le meilleur moyen de compléter autant que possible par les bibliothèques, les cours et conférences, l’enseignement de toute la nombreuse classe qui n’a pu recevoir dans les écoles qu’une instruction élémentaire. En d’autres termes, il s’agissait de savoir comment il fallait s’y prendre pour rendre l’enseignement supérieur accessible à la classe laborieuse. La deuxième section avait cette chance de compter parmi ses membres de hautes notabilités françaises et étrangères, qui sont en même temps des hommes d’une grande expérience unie à un ferme dévouement au progrès de l’instruction populaire10.

Corbon retrouve au congrès de Berne11 un grand nombre des représentants des différents courants de pensée ayant contribué à la fondation des bibliothèques populaires et qu’il connaît fort bien, étant lui-même très impliqué dans cette action12. Ce qu’il restitue de la session est primordial. D’une part, les discussions de Berne confortent les différents participants dans l’idée du rôle-clé des conférences appuyant la mission des bibliothèques populaires, et cette idée sera mise désormais largement en pratique13. D’autre part, Le Siècle qui venait tout juste  de prendre position sur l’indépendance de l’enseignement moral14, avec un texte de Louis Jourdan dont Corbon nous apprend qu’il est lu au début de la session et vivement applaudi, va désormais se pencher avec attention sur les possibles freins mis au développement des bibliothèques populaires et des conférences.

Il faut donc lire ici ce que Corbon a retenu des discussions sur les bibliothèques populaires et les conférences. En voici un premier extrait:

Ne pouvant reproduire littéralement toutes les bonnes pensées qui se sont fait jour dans la discussion, je vais en dégager ce qui me semble avoir été dit de plus intéressant, et ce qui d’ailleurs à obtenu l’approbation générale. S’il est urgent d’étendre le bienfait du savoir élémentaire aux nombreux enfants qui en sont encore privés, il n’est pas moins urgent de compléter l’instruction de la majorité qui sait lire et écrire ; car l’école primaire n’est que pour le jeune âge ; on la quitte dès que commence à joindre l’adolescence ; et, à compter de l’entrée dans la vie professionnelle, les jeunes générations laborieuses, surtout en dehors des grandes villes, ne trouvent plus où continuer leur’ instruction. À cet énorme inconvénient une foule de personnes généreuses ont voulu obvier en fondant des bibliothèques populaires ; mais elles n’ont pu faire en même temps tous les livres qui rendraient la science accessible à l’intelligence insuffisamment préparée, pas plus qu’elles n’ont pu donner aux travailleurs, avec le goût de la lecture, le tact nécessaire au choix des bons livres. D’ailleurs, l’ouvrier qui a travaillé tout le jour est médiocrement disposé, le soir, à chercher sa vie intellectuelle dans les livres sérieux. Le journal, le roman lui conviendraient mieux. Mais si, dans le local même de la bibliothèque, ou à côté, se faisaient des cours, des conférences, et pour si peu qu’on sût s’y prendre pour avoir l’oreille du peuple, on aurait des auditeurs nombreux, empressés ; par suite, les livres de la bibliothèque seraient lus, et lus avec fruit. Rien n’est si attrayant pour les intelligences que la parole vivante. Tel homme de savoir et de bonne volonté ferait entrer plus d’idées dans les têtes d’un auditoire, en une seule leçon orale, qu’il ne le pourrait par le canal d’un gros volume qu’il mettrait aux mains de tous les assistants; et tel ouvrier qui, le soir, s’endort sur le livre sérieux qu’il vient de commencer à lire, suivrait avec assiduité et profit des leçons orales. Un moyen complémentaire de cours, et qui aurait les plus prompts comme les meilleurs effets, c’est la conférence. Donc, quand une idée aurait été exposée à un auditoire, il serait excellent d’appeler les assistants à conférer entre eux sur les sujets traités dans les cours. C’est par ce moyen qu’on excitera les intelligences; c’est par ce moyen qu’elles se pénétreront de toutes les connaissances supérieures qu’on leur aura offertes oralement, et il’ aura pour effet certain de donner la volonté et le goût de lectures sérieuses. Alors la bibliothèque sera fréquentée. […]

Désormais Le Siècle va dresser un inventaire des difficultés rencontrées pour l’établissement de certaines bibliothèques populaires, et retranscrire les différents débats du Corps législatif concernant  l’indépendance de ces bibliothèques quant au choix des ouvrages (voir un prochain billet).

 

  1. Edmond Lepelletier, Émile Zola : sa vie, son oeuvre. Paris, « Mercure de France », 1908. []
  2. Le Siècle, 7 janvier 1850. []
  3. A. Du Châtelet, « Édilité parisienne – les mairies », Le Siècle, 25 août 1857. []
  4. Ce projet proposé pour les mairies parisiennes est le Mémoire sur un projet de construction de maisons communes ou nouvelles mairies dans la ville de Paris par MM. F. Rolland et P. Levicomte. Paris, impr. de H. Tilliard, 1833. Voir à la page 33 la fonction de la bibliothèque populaire et le plan. []
  5. Voir Olivier Chaïbi, « Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires, » in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, https://bai.hypotheses.org/1220. []
  6. Voir Étienne Naddeo, « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019. []
  7.  Grand dictionnaire universel du XIXe siècle par M. Pierre Larousse. 1866-1877. Article Congrès de l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales. []
  8. Ibid. []
  9. A. Corbon, « Congrès des sciences sociales », Le Siècle, 2 septembre 1865. []
  10. A. Corbon, « Congrès des sciences sociales », Le Siècle, 6 septembre 1865. []
  11. Sur L’Association Internationale pour le Progrès des Sciences Sociales, voir  
  12. Voir Agnès Sandras, « La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance), » in Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582 []
  13. Voir prochain billet sur les conférences et les bibliothèques populaires. []
  14. Louis Jourdan, « L’enseignement moral et religieux », Le Siècle, 23 août 1865 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *