Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894)

Les fondateurs des bibliothèques populaires sont souvent méconnus. En-dehors de la figure de Jean-Baptiste Girard, très vite reconnu en son temps comme le fondateur et l’inspirateur de nombreuses bibliothèques populaires, l’historiographie s’est peu intéressée à ces hommes et à leurs parcours. Si quelques uns, comme Girard, furent effectivement issus du peuple, il apparaît de plus en plus que la majorité des fondateurs étaient plutôt bourgeois, sans être forcément très aisés, et parfois même clairement identifiés comme étant des intellectuels. Un exemple ici avec le cas de Charles Fauvéty, fondateur puis président de la bibliothèque populaire libre d’Asnières.

Né à Uzès en 1813, Charles Fauvéty grandit dans la bourgeoisie protestante libérale des Cévennes. Son père, Jean-David, est négociant.

Il hérite d’une très bonne culture venant de son milieu familial : une connaissance excellente de la Bible et une passion pour le livre et l’écrit. Croyant, il n’a de cesse de rechercher, toute sa vie, un équilibre entre rationalité et religion. Il montre aussi un intérêt très vite marqué pour la politique, peut-être en lien avec le souvenir de son grand-père, guillotiné comme robespierriste lors de la réaction thermidorienne. Enfin, on note chez lui une morale stricte et un certain dégoût pour les rassemblements de foule et les révolutions sanglantes : il condamne la Commune de Paris avec véhémence, heureux d’avoir quitté la ville pour ne pas avoir à la subir. Son origine sociale lui donne aussi de bonnes relations dans les milieux libéraux et une aisance financière qui lui permet ensuite de vivre sans difficulté toute sa vie. Il survit ainsi sans problème lors de ses différents échecs, hélas répétés, dans le monde de la presse.

Son adolescence et sa jeunesse sont celles d’un jeune homme de la bonne bourgeoisie. Après des études à Ste-Barbe, il dirige la bonneterie de son oncle. Cette vie de petit commerçant lui paraît cependant vite ennuyeuse et son intérêt pour la politique devient manifeste. Tour à tour saint-simonien, fouriériste, puis communiste icarien, Fauvéty se passionne pour les débats d’idée et les utopies philosophiques, nombreuses dans ce XIXe qui renouvelle la pensée politique. C’est la période de formation du journaliste et écrivain engagé qu’il devient par la suite.

C’est finalement à 32 ans que Charles Fauvéty entame une carrière de journaliste, avec la publication de « La vérité sur toutes choses » qui paraît d’octobre 1845 à janvier 1846. Cette revue mensuelle de vulgarisation s’adresse déjà aux classes populaires. Il se fait dans le même temps essayiste politique, publiant plusieurs fascicules et brochures sur des sujets d’actualité. Un Appel aux électeurs ainsi que Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, paraissent en 1846.

Sa vie mondaine semble dans le même temps assez intense puisqu’il se marie avec Fortunée Gariot, actrice de la Comédie française et rivale de Rachel1. C’est par elle qu’il entre dans les cercles maçonniques. Il est initié en 1847 dans l’atelier misraïmide « Le Buisson ardent », sans s’y montrer toutefois très assidu.

Le 14 octobre 1847, il lance « Le représentant du peuple » avec son disciple Jules Viard2. Cette feuille politique adressée au lectorat populaire et qui porte le sous-titre « Journal quotidien des travailleurs », est d’abord quotidienne, puis hebdomadaire à partir du 15 novembre 1847. Elle redevient ensuite quotidienne après la Révolution de 1848.

Parmi les participants figure Proudhon, qui y publie quelques articles et en est le directeur éditorial. La parution s’arrête le 21 août 1848, faute de moyens. Fauvéty s’est de plus brouillé avec Jules Viard, leur vision des évènements diffèrant radicalement. Viard défend ardemment les manifestants ouvriers de juin ; Fauvéty, pourtant proudhonien au moment où la révolte gronde, se montre relativement inactif. Sa sympathie pour le mouvement ouvrier est en effet bien vite tempérée par certaines actions menées ; jugeant toute révolte coupable, encore bien plus en cas de violence, Fauvéty montre toute son aversion pour les débordements de la foule. Il adopte alors clairement la posture de l’intellectuel plus que du militant, qu’il garde ensuite toute sa vie.

Toutefois, la République installée, il se lance dans le débat public, notamment par voie de presse. De juillet à novembre 1849, paraît l’éphémère « Positif-journal des travailleurs » qu’il fonde et dirige, dans le but de donner aux lecteurs ouvriers des notions de sciences parfois très poussées (raison de son insuccès ?). Plus que jamais, l’éducation populaire semble être la priorité de Fauvéty. Son souci d’élever les classes populaires d’un point de vue économique et politique autant qu’en matières intellectuelles et morales reste constant. C’est sans doute à cette époque qu’il rencontre Jean-Baptiste Girard, futur fondateur des Amis de l’Instruction ; les deux hommes fréquentent alors le club de la Montagne, association socialiste de soutien aux quelques députés d’extrême-gauche de l’Assemblée.

Il publie ensuite, toujours en 1849, un Programme politique, puis se lance la même année dans une ligue pour l’abolition des impôts, qu’il fonde sans grand succès là encore3. Il s’associe ensuite à Charles Renouvier pour rédiger un ouvrage traitant de la réforme des institutions, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, qui paraît en 1851. Il adhère aussi à la Banque du Peuple lancée par Proudhon et siège au sein de sa première Commission. A sa manière il prend part, lui aussi, au bouillonnement d’idées et d’initiatives, plus ou moins fructueuses, de 1848.

L’Empire ouvre une période moins riche dans la vie politique et engagée de Charles Fauvéty.

Il se retire en grande partie du monde de la presse, mais publie toujours quelques essais de temps à autre ; c’est surtout dans la Franc-maçonnerie qu’il se montre alors très actif. Il intègre la loge de « La Renaissance » à Paris en 1858, dont il devient vénérable en 1860. Il est ensuite élu l’année suivante au Conseil de l’Ordre, dirigé par le Grand Maître, le maréchal Magnan, nommé peu de temps auparavant par l’Empereur. Le Conseil est installé rue Cadet jusqu’en 1867.

Ses préoccupations intellectuelles deviennent simultanément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la censure impériale, qui le pousse à aborder différemment son activité de journaliste, détourne aussi sa réflexion, au moins pour un temps, des sujets politiques. Il fonde alors avec Charles Lemonnier « La revue philosophique et religieuse », mensuel paraissant de mai 1855 à janvier 1858. Il publie aussi à cette époque Aspirations vers une religion rationnelle (1855), Religion universelle. Réalité. Qu’est-ce que la religion ? en 1861, puis un catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique (1862). Dans ces ouvrages, il tente de définir une religion « rationnelle » et universelle, mais reprenant aussi certaines valeurs de la République ; fraternité, laïcité, aussi étrange que cela paraisse, et démocratie. Bien avant qu’il soit question d’un ralliement des catholiques à la République, cette philosophie complexe, se conçoit comme une tentative pour concilier la foi et le projet de société démocratique défendus tout deux en parallèle par Fauvéty. Fidèle à sa philosophie déiste mais « laïque », il tente ainsi de faire de la Franc-maçonnerie une religion laïque et, peut-être, officielle. Cette volonté se manifeste en 1859 par la publication d’un article dans trois numéros du « Monde maçonnique », « La Franc-maçonnerie est-elle une religion ? ». Le débat provoqué en France par cet article divise la Franc-maçonnerie durant les vingt années suivantes. Fauvéty se heurte en effet dans son projet à ses confrères chrétiens, réunis autour de Massol. Malgré de nombreux libelles, textes et fascicules, il ne parvient pas à obtenir un compromis satisfaisant à ses yeux, restant exigeant sur cette question.

Dans les années 1860, l’Empire devient plus libéral et Fauvéty reprend ses activités de journaliste politique. Il se lance dans une dernière grande entreprise, celle de « La Solidarité », publiée de 1866 à 1870. Fondateur et rédacteur en chef de cette ultime publication destinée toujours aux classes populaires, il se définit alors lui-même comme un « libre-penseur croyant ».

Bien connu des milieux intellectuels parisiens, il entretient de nombreuses correspondances et se lie notamment avec Joseph Benoît4. Il signe également un « Appel aux démocrates » rédigé par Antide Martin, en faveur du système coopératif. La vieillesse réduit toutefois considérablement ses activités.

Partisan de la IIIe République face aux conservateurs, il condamne néanmoins la Commune, en raison des débordements, violences et pillages qui l’accompagnent. Il est tout aussi indigné par la répression versaillaise. Retiré dans sa propriété d’Asnières, le vieux maître fait figure d’intellectuel bougon et déçu.

Il participe tout de même à la fondation de la bibliothèque populaire, dont il est un des premiers donateurs, puis le premier vice président. Dans le fonds de livres, ses ouvrages figurent en bonne place dans la série “Philosophie-Morale-Religion”, au côté des grands penseurs chrétiens (La Rochefoucauld, Bossuet) ou athées (Helvétius, Diderot). Figurant parmi les douze donateurs originels (chiffre évocateur) de la bibliothèque, il n’hésite pas non plus à y investir ses propres économies, prêtant de l’argent à l’association menacée par les dettes en 1872. Seul rentier parmi les 21 administrateurs du premier Conseil de la bibliothèque, il n’en est pas moins d’accord avec eux pour fixer le programme de lecture de l’association. Le roman est rejeté dans tous ses discours, toléré seulement pour l’attrait, déjà très grand, qu’il exerce sur les lecteurs. L’histoire, au contraire, a valeur d’exemple et des crédits importants lui sont destinés lors des premiers achats de livres. L’accent est mis aussi sur “l’Economie politique”, série créée dès les débuts de la bibliothèque et comprenant des auteurs tels que Marx, Fourier ou encore Kropotkine. Une série “Livres pour enfant” apparaît également très tôt, réalisant toutefois très peu de prêts. On ne peut cependant qu’être étonné par la précocité de cette préoccupation pour le jeune public, bien avant que la “lecture publique” n’en fasse une de ses activités majeures !

En 1873, Girard lui cède sa place de président qu’il occupe jusqu’en 1876, date à laquelle il se retire. Il devient peu à peu aveugle, au point de l’être quasiment dans les années 1880. A la fin de cette décennie, il donne à la bibliothèque populaire plusieurs centaines de volumes de sa bibliothèque personnelle.

La fin de sa vie est l’occasion d’un retour, dans ses derniers essais, sur la question religieuse. En 1874, paraît un Catéchisme philosophique de la religion universelle, puis La religion laïque, organe de régénération sociale (1876).

Dans ses dernières années, il parvient encore à publier deux ouvrages qui élargissent son propos, toujours très teinté de religion, aux sciences, avec Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance en 1892 et, deux ans plus tard, Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu.

Il laisse quelques disciples, dont Jules Jacques Toussaint Lessard, dit P. Verdad, qui devient évêque gnostique5.

Il meurt à Asnières où il est enterré, le 11 février 1894, et repose non loin de Jean-Baptiste Girard.

Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty6

La chambre devant le pays. Le système. Politique extérieure. Politique intérieure. Le cabinet du 29 octobre, l’entente cordiale. La corruption électorale. Appel aux électeurs, Paris, 1846

Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, Paris, 1846

Catéchisme d’économie politique et industrielle, question du libre échange, Paris, Moquet, 1847, 51 p.

Mémoire en faveur de la comédie française, adressé à la Chambre des Députés, Paris, impr. de E. Proux, 1847, 31 p.

Programme politique, Paris, Braux, 1849, 47 p.

Organisation communale et centrale de la République : projet présenté à la nation pour l’organisation de la commune, de l’enseignement, de la force publique, de la justice, des finances, de l’état ; gouvernement direct, rédigé avec C. Renouvier, Paris, Librairie républicaine et de la Liberté de penser, 1851, 421 p.

Aspirations vers une religion rationnelle, Paris, 1855, 27 p.

Du principe de nationalité, l’Italie, Paris, E. Dentu, 1859, 31 p.

« La franc-maçonnerie est-elle une religion ? », Le monde maçonnique, 1859.

Religion universelle. Réalisation. Qu’est-ce que la religion ? Premier discours, Paris, Librairie de la Vie morale, 1861, 32 p.

Catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique, Paris, Librairie de la Vie morale, 1862, 50 p.

Sur la reconnaissance du Grand Orient comme établissement d’utilité publique, Paris, A. Lebon, 1863, 24 p.

La question religieuse, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1864, 2 fasc.

Critique de la « morale indépendante », épître à Massol, Paris, bureaux de « l’Alliance religieuse universelle », 1865, 10 p.

Catéchisme philosophique de la religion universelle, Paris, H. Bellaire, 1874, 36 p.

La religion laïque, organe de régénération sociale, Paris, rue des Moines, 1876, 16 p.

Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance, Paris, Librairie des sciences psychologiques, 1892, 244 p.

Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu, Nantes, Lessard, 1894, 291 p.

1 Fortunée Gariot, dite Mlle Maxime, 1811-1887, entre à la Comédie Française en 1842. Elle est aussi présidente de cercles ésotériques et gnostiques, avant de devenir vénérable de la loge d’adoption « Le Temple des Familles ». Elle tient salon deux fois par semaine avec son époux dans leur appartement du 13, rue de la Michodière, de 1850 à 1869.

 

2J. Viard (1810-1865), né à Rouen, monta à Paris pour tenter une carrière d’écrivain, mais resta journaliste toute sa vie. Collaborateur du Représentant du peuple, puis du Travail à Dijon avec Baudelaire, il ne publia qu’un seul livre, Les petits bonheurs de la vie humaine, et mourut à Paris dans une très grande misère.

3 Cette ligue n’aura semble-t-il aucune véritable activité après la rédaction de son manifeste.

4 Les deux hommes se connaissaient au moins depuis le début des années 1850, puisque J. Benoît avait déjà signé le projet Gouvernement direct (voir notre Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty), en 1851.

5 Peu de renseignements sur ce personnage qui fonda par la suite une petite maison d’édition à Nantes, publiant une revue. Il édita ou réédita certaines œuvres de C. Fauvéty après la mort de celui-ci et sa maison d’édition fut en contact avec la bibliothèque populaire d‘Asnières dans les années 1890.

6 Cet index ne tient pas compte de certaines parutions non datées, comme Profession morale à l’usage des hommes de bonne volonté, de certains articles parus dans la presse, ainsi que de traductions établies et publiées par C. Fauvéty.


2 réflexions au sujet de « Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *