Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 


Une réflexion au sujet de « Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *