Tous les articles par Agnès Sandras

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

A l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   A l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []

« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)

     Dans les années 1860, l’évidence est là : on n’empêchera pas le peuple de lire. Mais d’aucuns espèrent encore que les lectures populaires peuvent être canalisées, dirigées. Et que les bibliothèques populaires se mettront précisément au service des « bonnes lectures »… C’est sans compter l’entêtement dudit « peuple » qui compte accéder à tous les livres, aidé par des  esprits éclairés que les « mauvaises lectures » n’effraient pas.  Il faut se plonger dans le récit des polémiques autour des fonds des bibliothèques populaires pour réaliser combien l’emprunt d’un livre, geste banal aujourd’hui en France (une inscription sur une fiche il y a peu encore ; un « bip » de « douchette » aujourd’hui ; un « clic » pour une lecture en ligne…), pouvait être lourd de sens  au XIXe siècle. L’emprunt d’un roman de George Sand, d’un texte de Voltaire, n’était pas anodin. Les intentions prêtées aux auteurs étaient redoublées par le fait de lire chez soi, librement, à l’abri des regards et des conseils. En 1893, un certain « A.Z. » dénonce encore, en se retranchant derrière les propos de Léon Bigot dans Le Siècle, « des collections de mauvais livres » :

Il a trouvé entre les mains d’un gamin de quinze ans un volume des Confessions de Jean-Jacques Rousseau provenant d’une bibliothèque populaire. « J’affirme dit-il, que ce petit ouvrier, qui n’avait reçu qu’une instruction primaire fort ordinaire, ne pouvait retenir que le mauvais de l’ouvrage et qu’il était incapable d’en saisir l’esprit. » Au moins, on n’accusera pas M. Bigot d’être trop hardi dans ses affirmations. Car l’enfant aurait pu recevoir une instruction d’un degré supérieur; encore eût-il été fort empêché pour apercevoir le bon de l’ouvrage et pour y découvrir aucune partie édifiante et moralisatrice.

Autre exemple. Une fillette comptant, elle aussi, environ quinze printemps, vient demander des livres. On lui présente le catalogue. Elle choisit Madame Bovary et le Demi-Monde. Il faut avouer que ce fut jouer de malheur. Mais sans doute le titre de Madame Bovary la séduisit, et elle pensa que, pour une jeune fille, il n’est lecture plus utile ni d’ailleurs  plus convenable que celle d’un livre dont le principal personnage est une femme. Et, justement soucieuse de connaître le monde, elle crut qu’il y avait lieu de passer d’abord par le Demi-Monde pour une première étape et afin de s’initier progressivement. Ces deux volumes sous le bras, l’enfant s’en alla confiante. « Ce sont deux ouvrages très intéressants, » lui avait déclaré le bibliothécaire naïf ou facétieux1 .

La plus connue des polémiques concerne les bibliothèques populaires de Saint-Étienne. Il faut dire qu’elle a tous les ingrédients d’un bon feuilleton : pétition, articles dans les journaux, débat au Sénat, provocation en duel… Ici et là, d’autres disputes éclatent autour des fonds des bibliothèques populaires. Moins médiatisées, elles n’en sont pas moins intéressantes quant aux crispations autour des lectures du « peuple »…

Commençons donc par l’épopée de Saint-Étienne, bien connue grâce aux recherches menées par R. Bellet2 . En février 1867, une pétition est menée contre deux nouvelles bibliothèques. Journaux locaux (Le Mémorial, Le Progrès de Lyon), et nationaux (Le Siècle, L’Opinion nationale…) s’en mêlent tandis que les autorités doivent vérifier que les ouvrages incriminés ont bien été autorisés. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne ». Elle dénonce  « le péril » constitué par deux nouvelles bibliothèques dont les rayons sont :

remplis, en majeure partie, des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels.
Les quelques ouvrages excellents qu’elles renferment semblent égarés et fourvoyés en compagnie de Voltaire, Rousseau, Enfantin, Lamennais, Lanfrey, Larroque, Fourier, Considérant, Proudhon, Allan-Kardec, Taine, Pelletan, Georges Sand, Eugène Sue, Michelet, Renan, Pezzani, Gagneur, Reynaud, Boucher, abbé ***, Rabelais, Jenny d’Héricourt, Louis Blanc, Balzac, etc., etc.

Après avoir passé en revue les dangers des textes de Proudhon, Louis Blanc etc., la brochure s’attaque à un ennemi encore plus dangereux, le roman :

Le roman des Bibliothèques populaires de Saint-Étienne est philosophique ; il développe une thèse. Immoral, sceptique, sophistique, panthéiste, humanitaire, anti-religieux et anti-social, il semble n’avoir d’autre but que d’amener la confusion du bien et du mal. Il n’existe pas une manière plus commode de soumettre au public sa pensée, qu’en choisissant cette forme. Les gros livres et les traités spéciaux ennuient ; tout le monde lit le roman.

Rousseau et trois des plus dangereux romanciers de notre époque, Mme Georges Sand, Eugène Sue et Balzac, qui ont quelques-uns de leurs ouvrages dans les Bibliothèques populaires, justifient amplement mon assertion.

 L’affaire est portée devant le Sénat par le sénateur Victor Suin qui dépose la pétition « signée par les citoyens les plus recommandables de Saint-Étienne ». C’est alors qu’intervient Sainte-Beuve, lequel après avoir tourné en dérision les mises à l’index des pétitionnaires et leur avoir rappelé avec humour que l’empereur est par exemple ami de George Sand, les appelle à la raison :

 Encore un coup, messieurs, n’entrez point dans cette voie : ne sonnez point le tocsin pour si peu. On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et lu ne liras pas cela ? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Défenseurs de l’ordre social, laissez-moi, laissez quelqu’un qui a vécu longtemps en dehors de votre sphère vous le dire en toute franchise : c’est une étrange erreur, c’est une faute que de partager ainsi le monde politique ou littéraire en bons et en méchants, de ranger et d’aligner ainsi tous ses ennemis, ceux qu’on qualifie tels et qui souvent ne le sont pas ; qui réclament l’un une réforme, l’autre une autre ; qui n’attaquent pas tout indistinctement ; qui demandent souvent des choses justes au fond et légitimes, et qui seront admises dans un temps plus ou moins prochain. Prenez-y garde ! ces calomniés de la veille deviennent les honnêtes gens du lendemain et ceux que la société porte le plus haut et préconise. (Légers murmures.) Malheur alors à qui les a persécutés ou honnis ! Agir à leur égard de la sorte, les associer et les accoler à d’indignes voisins pour les confondre dans un même anathème, c’est se faire tort, c’est se préparer de grands mécomptes, et, si le mot était plus noble, je dirais, de grands pieds-de-nez dans l’avenir. (Oh ! oh ! – Chuchotements.) On fera un jour l’histoire de nos opinions, messieurs, et de tout ceci. Il ne faut pas plus d’une de ces grosses méprises pour rendre un nom, d’ailleurs honorable, ridicule à jamais devant toute une postérité.

À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
Source: gallica.bnf.fr

La défense de Sainte-Beuve est efficace puisque les deux bibliothèques peuvent conserver leurs fonds. En revanche, l’affaire passionne la presse encore quelques semaines car le sénateur Lacaze qui s’est senti attaqué personnellement demande à Sainte- Beuve une réparation en duel. Sainte-Beuve s’en tire par  une pirouette en proposant une solution « pacifique », une discussion devant le Sénat.

   Il est d’autres discordes quant aux bibliothèques populaires qui ont fait moins de bruit.  Notons tout d’abord une passe d’armes entre ministres à propos du futur catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay en juin 1866. Cette bibliothèque populaire libre relève du ministre de l’Intérieur qui, peu familier de  l’examen des catalogues, consulte son collègue de l’Instruction publique (habitué aux bibliothèques scolaires) sur  les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Ce dernier (Victor Duruy) s’exécute mais souligne via une délibération « que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique  d’intervenir  dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public ». Il préconise donc l’exclusion des livres qui n’auraient pas « obtenu l’estampille du colportage », mais de « tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis ans les bibliothèques scolaires », et de « faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux. » Enfin, le ministre rappelle que si la Commission permanente statue pour les ouvrages placés dans les bibliothèques scolaires, elle ne peut lire tous les ouvrages placés dans les bibliothèques populaires libres et que par conséquent  » elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen. » Sa conclusion est donc la suivante:

        Sur l’avis de la Commission émis d’après ces principes, je crois devoir proposer à votre Excellence :

1° de ne prononcer aucune exclusion, prenant acte de la réserve faite par les fondateurs, en ce qui touche le Voltaire complet donné par M. Perdonnet

2° De faire mette à part et réserver pour des lecteurs choisis :

Murger, Le pays latin ;

Maurice Sand, Callirhoé

Littré, Conservation, Révolution et positivisme

3° de noter comme inconnus sauf le cas où votre Excellence m’enverrait ces ouvrages avec demande spéciale d’examen :

Pelletan, Décadence de la monarchie française

Frémy, Comédie du Printemps

Ducasse, Quatorze de dames

Vacquerie, Jean Baudry – de la philosophie de la nature ou traité de la morale pour le genre humain

Laurent Pichat, L’art et les artistes en France

       4° de maintenir au catalogue les autres ouvrages indiqués3 .

Le ministre de l’Intérieur n’a pas insisté davantage. Quant à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, elle semble n’avoir guère fait de cas de ces précautions si ce n’est la promesse de ranger les ouvrages de Voltaire dans une armoire grillagée. Les ennuis surviennent lorsqu’une partie de la ville, comme à Saint-Étienne en 1867, pense que les livres proposés par une bibliothèque populaire sont potentiellement dangereux pour les esprits. C’est le cas à Oullins en 1868.  Ici encore une pétition circule et le Sénat s’empare de l’affaire. Les arguments ont été affûtés depuis l’affaire de Saint-Étienne pour justifier l’intervention du ministre de l’Intérieur:

M. Genteur. Je dis d’abord que les bibliothèques populaires, libres, non communales, ne ressortissent pas au ministère de l’instruction publique. L’ordonnance de 1839 ne les concerne nullement. Il est évident que les bibliothèques populaires fondées par des associations tombent sous le coup de l’article 291 du Code pénal. Voilà le point de droit constaté. Vous connaissez l’article 291 et les pouvoirs qu’il confère à son Excel. le ministre de l’intérieur.

Ces pouvoirs ont été confirmés et développés pour l’espèce qui nous occupe, par des circulaires publiées sous l’administration de M. le duc de Persigny et de M. Boudot, à propos de la Société de la bibliothèque Franklin dont l’influence s’étend sur toute la France, et à propos de la création d’autres bibliothèques encore.

On exclut des catalogues, qui doivent toujours être soumis à l’autorité, les romans, les livres de polémique religieuse, les livres d’économie politique où se trouvent développées des théories dangereuses4 .

Il s’ensuit alors une véritable mise à l’index de certains ouvrages dénoncés par la pétition qui fait sourire certains sénateurs et en irrite d’autres comme en rend compte l’article:

En vertu de cette règle, le ministre de l’intérieur a été saisi du catalogue de la bibliothèque d’Oullins. M. le ministre en a retranché le roman de la Quintinie.

Une voix. Très bien

M. Genteur. Spiridion, Indiana, Lélia. (Approbation). Il n’a pas retranché les Maîtres mosaïques, qui sont tout ce qu’il y a de plus calme au monde!

Une voix. Pas d’opposition.

M Genteur.– Quant à François le Champi et à la Mare au Diable, ce sont deux chefs-d’œuvre de poésie rurale. (Légère rumeur.) Pour ma part je trouve ces ouvrages aussi innocents que Paul et Virginie. Les trois romans d’Eugène Sue que je nommais tout à l’heure ont été aussi rayés du catalogue.

M. Ferdinand Barrot. -Cela les fera lire par toute la population d’Oullins.

M. Genteur. Tout au moins n’est-ce pas une raison pour renvoyer la pétition à M. le ministre de l’intérieur. Pour les Paysans, de Balzac, rien à dire. Les trois romans de Soulié dont j’ai aussi parlé, ne présentent rien de dangereux. C’est du Walter-Scott un peu plus chaud et traité à la manière française5.

De cette vision duelle des lectures, les bibliothèques populaires resteront marquées. Jusqu’au fantasme parfois.  Ainsi Le Temps révèle en 1875 qu’un don de livres fait par la comtesse de Gasparin a connu un sort étrange. Cette dame a en effet pour habitude d’envoyer  aux bibliothèques populaires les ouvrages sur le protestantisme de son défunt mari, Agénor de Gasparin:

Une personne qui s’intéresse à la propagande des excellents livres de M. le comte de Gasparin avait envoyé à la Bibliothèque populaire de Boussenois (Côte-d’Or) quatorze des volumes parus. Voici la réponse qu’elle a reçue du directeur de cette bibliothèque. C’est un précieux échantillon des aménités ultra-montaines.
« Boussenois, le 10 octobre 1875.
 Madame,  Nous ayons l’honneur de vous accuser réception du volume que vous nous avez envoyé dernièrement et qui a pour titre Les Ecoles du doute et les écoles de la foi. Nous ne saurions trop vous adresser de remerciements à cette occasion. Les livres de M. de Gasparin, et tous ceux de la Bibliothèque Franklin, nous sont des plus utiles. Ainsi, ce matin même, nous avons fait avec tous ces ouvrages, le plus beau feu qu’on ait jamais vu. Quel plaisir, maintenant que les matinées sont fraîches, quel plaisir de se chauffer les doigts avec les livres de M. de Gasparin. Ils brûlent à merveille. Encore une fois, merci, madame. Le papier de Genève, surtout celui de M. de Gasparin, nous a rendu un grand service6. « 

La lettre, signée du maire, déclenchera une enquête qui conclura à une supercherie …7

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)," in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, http://bai.hypotheses.org/189.

 

 

  1. A.Z., « Illusions perdues » in La Science sociale suivant la méthode de F. Le Play, 1893 ; le Demi-Monde (1855) est une pièce d’Alexandre Dumas fils mettant en scène le déclassement des femmes []
  2. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale » in Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1968 []
  3. Lettre du  Ministre de l’Instruction Publique au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives nationales []
  4. Le Temps, 17 juin 1868 []
  5. Ibidem []
  6. Le Temps, 8 décembre  1875 []
  7. Le Temps, 12 décembre 1875 []

Dessine-moi … une bibliothèque populaire !

    Mais au fait que recouvrait le terme « bibliothèque populaire » au XIXe siècle ? A quoi une « bibliothèque populaire » pouvait-elle bien servir ?

    C’est Francinet qui va nous servir de guide. Francinet est cet adolescent mis en scène par G. Bruno (Mme Augustine Fouillée) dans sa découverte de la vie professionnelle, découverte hautement pédagogique puisqu’elle permet d’inculquer  des « Notions élémentaires sur la morale civique, l’industrie, le commerce et l’agriculture1 ». Or Francinet pose cette judicieuse question à M. Edmond:

 » Monsieur, pour lire il faut des livres.  Quand on n’a pas assez d’argent pour en acheter, comment faire ?
— Mon ami, cette question a préoccupé déjà les esprits sérieux. Aussi a-t-on créé depuis quelque temps beaucoup de bibliothèques populaires où on peut  lire et emprunter gratuitement des livres.  (…) En France, on en a créé un assez bon nombre, et ce sont parfois les ouvriers eux-mêmes qui, en se cotisant, ont acheté les livres2 »

La réponse de M. Edmond en dit long sur les sympathies de Madame Fouillée puisqu’elle cite d’emblée  parmi les fondateurs des bibliothèques populaires les ouvriers. Le fait que des ouvriers puissent, en se cotisant, fonder des bibliothèques, à l’instar de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien (1861), n’est en effet pas encore du goût de tous, et en particulier des pouvoirs politiques qui se méfient des possibles foyers de sédition ainsi constitués. En revanche, Madame Fouillée reprend à son compte le discours édifiant alors en vogue sur les bienfaits que la lecture apporte aux prolétaires…

« Grâce à ces bienfaisantes institutions, qui se sont répandues partout en France, le travailleur peut passer sa soirée à la bibliothèque, au lieu de la passer au cabaret; ou encore, il peut la passer chez lui avec le livre que lui a prêté la bibliothèque, et dont il fait la lecture au milieu de sa famille.
Alors, au lieu de perdre sa raison et de dépenser son argent, il augmente les ressources de son intelligence, il fait une provision de choses utiles dont la lecture ouïe réjouit sa famille tout en l’instruisant. Enfin, à mesure qu’il se livre à ces nobles distractions de la pensée, il se sent devenir un autre homme ; il est plus fort pour accomplir son travail journalier, car il est devenu plus intelligent: il est meilleur, car il est content de lui, et le contentement du coeur rend l’homme plus doux. Il inspire aussi le respect à sa femme et à ses enfants, car il est pour sa famille un noble exemple de vertu3. »

    Toutefois, il est à noter que Madame Fouillée entretient une confusion alors très répandue en indiquant dans ses conseils pédagogiques aux instituteurs : « On peut compter au nombre des bibliothèques populaires les bibliothèques scolaires, dont le maître saura faire apprécier aux élèves les avantages4. »

Pour (tenter de ?!) y voir plus clair, reprenons la terminologie d’un dictionnaire quasi contemporain, le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire5. Celui-ci distingue:

– les bibliothèques cantonales, ou bibliothèques pédagogiques

– les bibliothèques communales

– les bibliothèques populaires

– les bibliothèques publiques

– les bibliothèques scolaires

Sa définition de la bibliothèque populaire est la suivante:

 » Ces établissements ont pour but de répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous. Leur création est due, soit à l’initiative des municipalités, soit à celle de particuliers ou d’associations libres. Les premières sont communales, les autres privées6. »

Il explique ensuite la différence de statut entre les bibliothèques populaires communales et les bibliothèques populaires privées.

« Les bibliothèques fondées par des municipalités ou avec leur aide, ou même simplement placées dans des bâtiments communaux, sont obligées de soumettre leur catalogue à l’administration centrale et de la tenir au courant de l’état de la bibliothèque par l’envoi de catalogues successifs datés, imprimés ou manuscrits. Elles sont également tenues d’accepter le contrôle de l’administration centrale pour les listes de livres acquis ou à acquérir, soit par dons, soit avec les ressources de l’oeuvre, ainsi que l’inspection de la bibliothèque par l’inspecteur général des bibliothèques et les agents désignés par le ministre de l’instruction publique, le ministre de l’intérieur et le préfet (…) Quant aux bibliothèques qui sont la dépendance naturelle d’un cercle ou d’une association ou qui ont été fondées par des particuliers, ces fondations sont placées, aux termes des lois municipales et des lois de  police, dans les attributions de l’administration préfectorale à laquelle il appartient d’examiner les statuts et les catalogues et d’accorder, de refuser, ou de retirer suivant les cas, l’autorisation dont elles ont besoin pour exister. Un certain nombre de ces bibliothèques désirent rester indépendantes et ne sollicitent ni l’appui ni le concours du gouvernement. Dans ce cas elles demeurent absolument étrangères à l’administration de l’instruction publique, mais il arrive très fréquemment que ces établissements ne possédant pas de ressources suffisantes pour satisfaire aux demandes de leurs lecteurs, s’adressent au gouvernement pour obtenir des concessions de livres. Elles doivent alors se soumettre rigoureusement aux règles imposées aux bibliothèques communales7. »

   Cette législation s’est mise progressivement en place à la fin du Second Empire et au début de la IIIe République. La première tentative d’organisation ayant concerné l’établissement de bibliothèques scolaires, consistant le plus souvent en quelques livres dans une salle de classe mis à la disposition des élèves et parfois des adultes (circulaire du 31 mai 1860), il n’en fallait pas plus pour entretenir une confusion que l’on retrouve dans certains documents administratifs au début du XXe siècle encore.

    La réponse de M. Edmond à Francinet a donc le mérite d’être claire et efficace. A une époque où l’accès à l’instruction n’allait pas de soi, où les livres constituaient pour un budget modeste une dépense considérable, où la lecture ouvrait l’horizon des possibles, quoi de plus important qu’un endroit où on peut « lire et emprunter des livres » ? N’oublions pas en effet que les horaires des bibliothèques publiques n’offraient alors guère de possibilités aux travailleurs de les fréquenter. Rappelons surtout qu’elles ne prêtaient pas d’ouvrages … Dessine-moi une bibliothèque populaire !

NB: on trouvera une chronologie précise dans « les pages d’histoire de la lecture publique » publiées sur le site de l’ADBP.

   

  1. G. Bruno, Francinet… Principes généraux de la morale, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture. Paris, Belin, 1869 []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Publié sous la direction de F. Buisson. Paris,  Hachette, 1882-1893. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175079g []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []

Appel à communications: colloque sur les bibliothèques populaires

La Bibliothèque des Amis de l’instruction organise pour juin 2014 un colloque sur les bibliothèques populaires. L’appel à communications  est en ligne sur Calenda. 

Nous espérons, grâce à ce carnet, fédérer les recherches en cours sur l’histoire des bibliothèques populaires, et plus largement mieux appréhender le contexte de leur naissance et de leur succès. Les débats sont passionnés autour de la lecture au XIX e siècle1. Doit-on confier des livres aux ouvriers et aux paysans? Quels sont les bons et les mauvais livres?  Que doit être une bibliothèque populaire? etc. On ne peut comprendre ces polémiques sans connaître les colorations politiques et les aspirations sociales, parfois très diverses, des fondateurs et des donateurs. Aussi attendons-nous d’utiles éclairages des spécialistes du saint-simonisme, du fouriérisme, de la Commune, etc.

Nous espérons aussi qu’à la lecture de nos prochains billets (les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction; le recensement des bibliothèques populaires;  etc.),  les mémoires se réveilleront.  La fièvre d’édification des bibliothèques populaires de la fin du Second Empire aux années 1880 s’accompagne de lettres, de statuts, de rapports. Certaines de ces archives sont encore mal connues ou inexploitées… n’hésitez pas à nous les signaler! Voici notre adresse mail: recherche.bai@bai.asso.fr

 

À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
Source: gallica.bnf.fr

  1. Un des plus célèbres est le discours de Sainte-Beuve au Sénat, en 1867 []

Les soirées de lecture de la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement

Au XIX e siècle, certaines bibliothèques populaires organisèrent des conférences gratuites. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement parisien (BAI), sise au 54 rue de Turenne, tient à  conserver cette tradition.

Pour  2012-2013, le thème retenu est celui du roman populaire, clin d’oeil à un type d’ouvrages très présents dans les bibliothèques populaires  même si la volonté initiale de leurs fondateurs était surtout d’acheter des ouvrages instructifs…

Voici la première partie du programme. Attention, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles …

Lors de notre premier rendez-vous, jeudi 11 octobre, Daniel Compère, auteur de l’ouvrage Les romans populaires (Presses Sorbonne Nouvelle, 2012),  a dressé un passionnant panorama de l’histoire des romans populaires.

Viennent ensuite:

  •  jeudi 22 novembre 2012 (19h30) : la naissance du roman-feuilleton avec Alexandre Dumas et Eugène Sue (D. Compère)
  •  jeudi 13 décembre 2012  (19h30) : le roman populaire sous la IIIe République et l’essor de la presse (Jean-Luc Buard)
  • jeudi  24 janvier 2013  (19h30): le roman populaire sous le Second Empire et Ponson du Terrail (Jean-Luc Buard)
  •  jeudi 14 février 2013 (19h30):  le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi (Marie Palewska)

Métro : Chemin-Vert et Saint-Paul –  Autobus : 29 et 96

Bibliothèque des Amis de l’instruction, 54, rue de Turenne, 75003 PARIS

 

Bibliothèques populaires

Réputée seule bibliothèque populaire encore existante, la bibliothèque des Amis de l’instruction (BAI) du IIIe arrondissement parisien s’interroge sur son histoire et sur les fondations du même type. Née en 1861, la BAI a conservé son fonds et une partie de ses archives. Cet ensemble a déjà fait l’objet de recherches, et plus particulièrement d’un colloque en 1984.
Aujourd’hui, la BAI souhaite impulser de nouveaux travaux sur la naissance des bibliothèques populaires (contexte socio-politique, sociologie du lectorat et des fondateurs, choix des ouvrages et constitution du fonds…) et sur leur histoire jusqu’à aujourd’hui.
La BAI fonctionne toujours sur le principe de l’association (conseil élu, bénévoles…). Les responsables du carnet en font partie et sont par ailleurs des bibliothécaires et des chercheurs.Il sera également fait appel à des contributeurs extérieurs travaillant sur ces thématiques.