Tous les articles par Quaedam

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []

L’exercice 1861 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction

Dans leurs travaux sur la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3earrondissement, Ian Frazer1 et Pascale Marie2 font référence à plusieurs rapports d’exercice, le plus ancien concernant l’exercice  1862.

Or, une recherche récente sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, nous a fait découvrir un texte qui complète cette série.

En 1862, le journal hebdomadaire « L’ami des sciences » publie dans son numéro 18 (4 mai), un texte intitulé « Rapport sur la situation de la Bibliothèque des Amis de l’instruction au 31 décembre 1861 ». Son auteur est Louis Grandeau, « professeur à l’Association philotechnique, administrateur trésorier de la Bibliothèque ».

On y trouve un historique de la fondation de la bibliothèque, une courte mais vivante description des premiers mois de son fonctionnement (les noms des sociétaires qui chaque soir, à leur tour, aident le bibliothécaire à inscrire les nouveaux lecteurs, à prêter les livres …, sont cités) et une présentation des comptes au 31 décembre 1861 qui fournit plusieurs éléments chiffrés.

Les cinq dates importantes retenues sont les suivantes :

– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot

Après quelques mois de fonctionnement, la bibliothèque compte 450 sociétaires qui ont à leur disposition environ « douze cents volumes » et qui en ont emprunté 504 au cours du mois de décembre 1861.

 

1 – FRAZER, Ian. Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861). In : Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985. P. 53‑79.

2  – MARIE, Pascale. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983.

MARIE, Pascale. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement : un temple, quartier du Temple. In : Les lieux de mémoire, T. 1, La République. Paris : Gallimard, 1984. P. 323 à 351.

 

 

 

 

 

 

Prêter des livres à toutes et à tous

ctus

« Article 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles. …
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur; il y accuse réception de ces livres à leur retour. »

Dès son ouverture en 1861, le droit d’emprunter les livres est inscrit dans les statuts de la bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement.

Dans le cadre du séminaire « Conférence d’Histoire et civilisation du livre », animé par Frédéric Barbier à l’École pratique des hautes études, IVe Section (Sciences historiques et philologiques), Agnès Sandras interviendra le lundi 17 décembre 2012 pour rendre compte de l’inventivité des bibliothèques des Amis de l’Instruction dans ce domaine durant les années 1861-1914.