Tous les articles par Etienne Naddeo

Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Cite this article as: Etienne Naddeo, "Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?," in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, http://bai.hypotheses.org/1019.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894)

Les fondateurs des bibliothèques populaires sont souvent méconnus. En-dehors de la figure de Jean-Baptiste Girard, très vite reconnu en son temps comme le fondateur et l’inspirateur de nombreuses bibliothèques populaires, l’historiographie s’est peu intéressée à ces hommes et à leurs parcours. Si quelques uns, comme Girard, furent effectivement issus du peuple, il apparaît de plus en plus que la majorité des fondateurs étaient plutôt bourgeois, sans être forcément très aisés, et parfois même clairement identifiés comme étant des intellectuels. Un exemple ici avec le cas de Charles Fauvéty, fondateur puis président de la bibliothèque populaire libre d’Asnières.

Né à Uzès en 1813, Charles Fauvéty grandit dans la bourgeoisie protestante libérale des Cévennes. Son père, Jean-David, est négociant.

Il hérite d’une très bonne culture venant de son milieu familial : une connaissance excellente de la Bible et une passion pour le livre et l’écrit. Croyant, il n’a de cesse de rechercher, toute sa vie, un équilibre entre rationalité et religion. Il montre aussi un intérêt très vite marqué pour la politique, peut-être en lien avec le souvenir de son grand-père, guillotiné comme robespierriste lors de la réaction thermidorienne. Enfin, on note chez lui une morale stricte et un certain dégoût pour les rassemblements de foule et les révolutions sanglantes : il condamne la Commune de Paris avec véhémence, heureux d’avoir quitté la ville pour ne pas avoir à la subir. Son origine sociale lui donne aussi de bonnes relations dans les milieux libéraux et une aisance financière qui lui permet ensuite de vivre sans difficulté toute sa vie. Il survit ainsi sans problème lors de ses différents échecs, hélas répétés, dans le monde de la presse.

Son adolescence et sa jeunesse sont celles d’un jeune homme de la bonne bourgeoisie. Après des études à Ste-Barbe, il dirige la bonneterie de son oncle. Cette vie de petit commerçant lui paraît cependant vite ennuyeuse et son intérêt pour la politique devient manifeste. Tour à tour saint-simonien, fouriériste, puis communiste icarien, Fauvéty se passionne pour les débats d’idée et les utopies philosophiques, nombreuses dans ce XIXe qui renouvelle la pensée politique. C’est la période de formation du journaliste et écrivain engagé qu’il devient par la suite.

C’est finalement à 32 ans que Charles Fauvéty entame une carrière de journaliste, avec la publication de « La vérité sur toutes choses » qui paraît d’octobre 1845 à janvier 1846. Cette revue mensuelle de vulgarisation s’adresse déjà aux classes populaires. Il se fait dans le même temps essayiste politique, publiant plusieurs fascicules et brochures sur des sujets d’actualité. Un Appel aux électeurs ainsi que Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, paraissent en 1846.

Sa vie mondaine semble dans le même temps assez intense puisqu’il se marie avec Fortunée Gariot, actrice de la Comédie française et rivale de Rachel1. C’est par elle qu’il entre dans les cercles maçonniques. Il est initié en 1847 dans l’atelier misraïmide « Le Buisson ardent », sans s’y montrer toutefois très assidu.

Le 14 octobre 1847, il lance « Le représentant du peuple » avec son disciple Jules Viard2. Cette feuille politique adressée au lectorat populaire et qui porte le sous-titre « Journal quotidien des travailleurs », est d’abord quotidienne, puis hebdomadaire à partir du 15 novembre 1847. Elle redevient ensuite quotidienne après la Révolution de 1848.

Parmi les participants figure Proudhon, qui y publie quelques articles et en est le directeur éditorial. La parution s’arrête le 21 août 1848, faute de moyens. Fauvéty s’est de plus brouillé avec Jules Viard, leur vision des évènements diffèrant radicalement. Viard défend ardemment les manifestants ouvriers de juin ; Fauvéty, pourtant proudhonien au moment où la révolte gronde, se montre relativement inactif. Sa sympathie pour le mouvement ouvrier est en effet bien vite tempérée par certaines actions menées ; jugeant toute révolte coupable, encore bien plus en cas de violence, Fauvéty montre toute son aversion pour les débordements de la foule. Il adopte alors clairement la posture de l’intellectuel plus que du militant, qu’il garde ensuite toute sa vie.

Toutefois, la République installée, il se lance dans le débat public, notamment par voie de presse. De juillet à novembre 1849, paraît l’éphémère « Positif-journal des travailleurs » qu’il fonde et dirige, dans le but de donner aux lecteurs ouvriers des notions de sciences parfois très poussées (raison de son insuccès ?). Plus que jamais, l’éducation populaire semble être la priorité de Fauvéty. Son souci d’élever les classes populaires d’un point de vue économique et politique autant qu’en matières intellectuelles et morales reste constant. C’est sans doute à cette époque qu’il rencontre Jean-Baptiste Girard, futur fondateur des Amis de l’Instruction ; les deux hommes fréquentent alors le club de la Montagne, association socialiste de soutien aux quelques députés d’extrême-gauche de l’Assemblée.

Il publie ensuite, toujours en 1849, un Programme politique, puis se lance la même année dans une ligue pour l’abolition des impôts, qu’il fonde sans grand succès là encore3. Il s’associe ensuite à Charles Renouvier pour rédiger un ouvrage traitant de la réforme des institutions, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, qui paraît en 1851. Il adhère aussi à la Banque du Peuple lancée par Proudhon et siège au sein de sa première Commission. A sa manière il prend part, lui aussi, au bouillonnement d’idées et d’initiatives, plus ou moins fructueuses, de 1848.

L’Empire ouvre une période moins riche dans la vie politique et engagée de Charles Fauvéty.

Il se retire en grande partie du monde de la presse, mais publie toujours quelques essais de temps à autre ; c’est surtout dans la Franc-maçonnerie qu’il se montre alors très actif. Il intègre la loge de « La Renaissance » à Paris en 1858, dont il devient vénérable en 1860. Il est ensuite élu l’année suivante au Conseil de l’Ordre, dirigé par le Grand Maître, le maréchal Magnan, nommé peu de temps auparavant par l’Empereur. Le Conseil est installé rue Cadet jusqu’en 1867.

Ses préoccupations intellectuelles deviennent simultanément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la censure impériale, qui le pousse à aborder différemment son activité de journaliste, détourne aussi sa réflexion, au moins pour un temps, des sujets politiques. Il fonde alors avec Charles Lemonnier « La revue philosophique et religieuse », mensuel paraissant de mai 1855 à janvier 1858. Il publie aussi à cette époque Aspirations vers une religion rationnelle (1855), Religion universelle. Réalité. Qu’est-ce que la religion ? en 1861, puis un catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique (1862). Dans ces ouvrages, il tente de définir une religion « rationnelle » et universelle, mais reprenant aussi certaines valeurs de la République ; fraternité, laïcité, aussi étrange que cela paraisse, et démocratie. Bien avant qu’il soit question d’un ralliement des catholiques à la République, cette philosophie complexe, se conçoit comme une tentative pour concilier la foi et le projet de société démocratique défendus tout deux en parallèle par Fauvéty. Fidèle à sa philosophie déiste mais « laïque », il tente ainsi de faire de la Franc-maçonnerie une religion laïque et, peut-être, officielle. Cette volonté se manifeste en 1859 par la publication d’un article dans trois numéros du « Monde maçonnique », « La Franc-maçonnerie est-elle une religion ? ». Le débat provoqué en France par cet article divise la Franc-maçonnerie durant les vingt années suivantes. Fauvéty se heurte en effet dans son projet à ses confrères chrétiens, réunis autour de Massol. Malgré de nombreux libelles, textes et fascicules, il ne parvient pas à obtenir un compromis satisfaisant à ses yeux, restant exigeant sur cette question.

Dans les années 1860, l’Empire devient plus libéral et Fauvéty reprend ses activités de journaliste politique. Il se lance dans une dernière grande entreprise, celle de « La Solidarité », publiée de 1866 à 1870. Fondateur et rédacteur en chef de cette ultime publication destinée toujours aux classes populaires, il se définit alors lui-même comme un « libre-penseur croyant ».

Bien connu des milieux intellectuels parisiens, il entretient de nombreuses correspondances et se lie notamment avec Joseph Benoît4. Il signe également un « Appel aux démocrates » rédigé par Antide Martin, en faveur du système coopératif. La vieillesse réduit toutefois considérablement ses activités.

Partisan de la IIIe République face aux conservateurs, il condamne néanmoins la Commune, en raison des débordements, violences et pillages qui l’accompagnent. Il est tout aussi indigné par la répression versaillaise. Retiré dans sa propriété d’Asnières, le vieux maître fait figure d’intellectuel bougon et déçu.

Il participe tout de même à la fondation de la bibliothèque populaire, dont il est un des premiers donateurs, puis le premier vice président. Dans le fonds de livres, ses ouvrages figurent en bonne place dans la série “Philosophie-Morale-Religion”, au côté des grands penseurs chrétiens (La Rochefoucauld, Bossuet) ou athées (Helvétius, Diderot). Figurant parmi les douze donateurs originels (chiffre évocateur) de la bibliothèque, il n’hésite pas non plus à y investir ses propres économies, prêtant de l’argent à l’association menacée par les dettes en 1872. Seul rentier parmi les 21 administrateurs du premier Conseil de la bibliothèque, il n’en est pas moins d’accord avec eux pour fixer le programme de lecture de l’association. Le roman est rejeté dans tous ses discours, toléré seulement pour l’attrait, déjà très grand, qu’il exerce sur les lecteurs. L’histoire, au contraire, a valeur d’exemple et des crédits importants lui sont destinés lors des premiers achats de livres. L’accent est mis aussi sur “l’Economie politique”, série créée dès les débuts de la bibliothèque et comprenant des auteurs tels que Marx, Fourier ou encore Kropotkine. Une série “Livres pour enfant” apparaît également très tôt, réalisant toutefois très peu de prêts. On ne peut cependant qu’être étonné par la précocité de cette préoccupation pour le jeune public, bien avant que la “lecture publique” n’en fasse une de ses activités majeures !

En 1873, Girard lui cède sa place de président qu’il occupe jusqu’en 1876, date à laquelle il se retire. Il devient peu à peu aveugle, au point de l’être quasiment dans les années 1880. A la fin de cette décennie, il donne à la bibliothèque populaire plusieurs centaines de volumes de sa bibliothèque personnelle.

La fin de sa vie est l’occasion d’un retour, dans ses derniers essais, sur la question religieuse. En 1874, paraît un Catéchisme philosophique de la religion universelle, puis La religion laïque, organe de régénération sociale (1876).

Dans ses dernières années, il parvient encore à publier deux ouvrages qui élargissent son propos, toujours très teinté de religion, aux sciences, avec Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance en 1892 et, deux ans plus tard, Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu.

Il laisse quelques disciples, dont Jules Jacques Toussaint Lessard, dit P. Verdad, qui devient évêque gnostique5.

Il meurt à Asnières où il est enterré, le 11 février 1894, et repose non loin de Jean-Baptiste Girard.

Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty6

La chambre devant le pays. Le système. Politique extérieure. Politique intérieure. Le cabinet du 29 octobre, l’entente cordiale. La corruption électorale. Appel aux électeurs, Paris, 1846

Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, Paris, 1846

Catéchisme d’économie politique et industrielle, question du libre échange, Paris, Moquet, 1847, 51 p.

Mémoire en faveur de la comédie française, adressé à la Chambre des Députés, Paris, impr. de E. Proux, 1847, 31 p.

Programme politique, Paris, Braux, 1849, 47 p.

Organisation communale et centrale de la République : projet présenté à la nation pour l’organisation de la commune, de l’enseignement, de la force publique, de la justice, des finances, de l’état ; gouvernement direct, rédigé avec C. Renouvier, Paris, Librairie républicaine et de la Liberté de penser, 1851, 421 p.

Aspirations vers une religion rationnelle, Paris, 1855, 27 p.

Du principe de nationalité, l’Italie, Paris, E. Dentu, 1859, 31 p.

« La franc-maçonnerie est-elle une religion ? », Le monde maçonnique, 1859.

Religion universelle. Réalisation. Qu’est-ce que la religion ? Premier discours, Paris, Librairie de la Vie morale, 1861, 32 p.

Catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique, Paris, Librairie de la Vie morale, 1862, 50 p.

Sur la reconnaissance du Grand Orient comme établissement d’utilité publique, Paris, A. Lebon, 1863, 24 p.

La question religieuse, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1864, 2 fasc.

Critique de la « morale indépendante », épître à Massol, Paris, bureaux de « l’Alliance religieuse universelle », 1865, 10 p.

Catéchisme philosophique de la religion universelle, Paris, H. Bellaire, 1874, 36 p.

La religion laïque, organe de régénération sociale, Paris, rue des Moines, 1876, 16 p.

Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance, Paris, Librairie des sciences psychologiques, 1892, 244 p.

Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu, Nantes, Lessard, 1894, 291 p.

1 Fortunée Gariot, dite Mlle Maxime, 1811-1887, entre à la Comédie Française en 1842. Elle est aussi présidente de cercles ésotériques et gnostiques, avant de devenir vénérable de la loge d’adoption « Le Temple des Familles ». Elle tient salon deux fois par semaine avec son époux dans leur appartement du 13, rue de la Michodière, de 1850 à 1869.

 

2J. Viard (1810-1865), né à Rouen, monta à Paris pour tenter une carrière d’écrivain, mais resta journaliste toute sa vie. Collaborateur du Représentant du peuple, puis du Travail à Dijon avec Baudelaire, il ne publia qu’un seul livre, Les petits bonheurs de la vie humaine, et mourut à Paris dans une très grande misère.

3 Cette ligue n’aura semble-t-il aucune véritable activité après la rédaction de son manifeste.

4 Les deux hommes se connaissaient au moins depuis le début des années 1850, puisque J. Benoît avait déjà signé le projet Gouvernement direct (voir notre Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty), en 1851.

5 Peu de renseignements sur ce personnage qui fonda par la suite une petite maison d’édition à Nantes, publiant une revue. Il édita ou réédita certaines œuvres de C. Fauvéty après la mort de celui-ci et sa maison d’édition fut en contact avec la bibliothèque populaire d‘Asnières dans les années 1890.

6 Cet index ne tient pas compte de certaines parutions non datées, comme Profession morale à l’usage des hommes de bonne volonté, de certains articles parus dans la presse, ainsi que de traductions établies et publiées par C. Fauvéty.