Archives de catégorie : Bibibliothèques des Amis de l’Instruction

Femmes et bibliothèques populaires (Pauline Weiler-2)

Photographie de Pauline Weiler (cliché appartenant à sa famille).

Un premier billet à propos de Pauline-Désirée Weiler avait permis de présenter les recherches en cours sur cette présidente de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), recherches  que je menais  pour une communication plus large sur la présence oubliée des femmes dans les bibliothèques populaires1. Il s’agissait donc d’un état provisoire2 que quelques découvertes et entretiens récents permettent de préciser3.

Deux questions sous-tendaient le premier billet. Pourquoi, comment, la BAI-III avait-elle confié successivement son  secrétariat général puis sa présidence à une jeune femme à une période où les bibliothèques populaires étaient encore réticentes à accueillir des femmes dans leurs conseils? Et pourquoi, comment, depuis près d’une soixantaine d’années la BAI-III avait-elle oublié la mémoire de sa première présidente4?

La réponse  à la première question se trouve dans l’histoire des bibliothèques populaires des années 1910-1920. Délaissées au profit des municipales désormais plus  dynamiques5, les populaires connaissent une crise du bénévolat, y compris dans les vocations à faire partie des membres du conseil. Or les bibliothèques populaires avaient des bureaux traditionnellement masculins, ce qui certes reflète le peu de places des femmes dans la plupart des bureaux des structures associatives au XIXe siècle, mais aussi la crainte des bibliothèques populaires républicaines de se voir confondues avec les bibliothèques paroissiales où les femmes jouaient un rôle actif dans la sélection et la distribution de lectures édifiantes et moralisantes6.  À la fin du XIXe siècle, quelques bibliothèques républicaines comprennent au contraire qu’il ne suffit pas d’avoir des lectrices pour être porteuses d’une émancipation partagée, et qu’il est judicieux d’accueillir des femmes dans les conseils. Il n’est pas possible, les archives de la BAI-III étant lacunaires, de dater le début de leur présence dans les conseils, mais en 1902 deux femmes au moins sont déjà présentes dans ces fonctions, dont une certaine Mademoiselle Chatel. Or, le 5 juin 1907, on apprend au détour d’un compte-rendu que Pauline Weiler est devenue « secrétaire »: « M. Jacob, après avoir présenté Melle Weiler (la nouvelle secrétaire) »7. Cela signifie que Pauline Weiler prend une responsabilité  importante, les fonctions de président et de secrétaire général étant déterminantes selon les statuts de la BAI-III. Il est donc intéressant de comprendre ce qui dans la trajectoire de Pauline Weiler lui a permis d’accéder à 24 ans à cette fonction. Les premiers éléments de réponse livrés dans le précédent billet s’articulaient autour de son origine socio-professionnelle. Pauline Weiler était institutrice, et les instituteurs (puis les institutrices) se sont souvent vu confier la destinée des bibliothèques populaires, ayant déjà  à gérer des bibliothèques scolaires. De nouveaux éléments permettent également de lier la présence de Pauline Weiler à l’inscription de la BAI-III dans le quartier du Marais. En effet, après avoir été fondée en grande partie par des ouvriers du quartier dans les années 1860, la BAI-III accueille de nombreux lecteurs juifs au gré des différentes vagues migratoires8. Or le père de Pauline Weiler est  né à Berne (Suisse) le 1/10/1848 de Jacob et Julie Ebstein. En 1879, lors de son mariage, il est ébéniste et habite 15 rue du Faubourg Saint-Denis dans le Xe arrondissement9.  Son épouse, Victorine Waltz est née à Colmar le 22/7/1851, de Lehman et Odile Levy. En 1879, Victoire est « sans profession », et habite chez ses parents, 28 rue d’Enghien, dans le Xe arrondissement10. Sa mère était sage-femme à Colmar, et son père était instituteur. Pauline Weiler appartient donc à un milieu où les femmes peuvent exercer une profession. De surcroît, ses oncles maternels ont bénéficié d’une instruction étendue et appartiennent à un solide réseau intellectuel et politique :

  • Adolphe Waltz, né à Colmar le 4/7/1840, est normalien puis professeur d’université. Il épouse en 1874 Jeanne Joséphine Dreyfus11, dont le frère Camille Ferdinand Dreyfus est avocat, rédacteur au Siècle et député de l’Union républicaine.
  • François Waltz, né à Colmar le 9/5/1846  est un. négociant travaillant à Caracas12. Il est probablement franc-maçon13.
  • Émile Waltz, né le 23/7/1848 à Colmar est journaliste puis sous-préfet14.
Du droit d’option des Alsaciens lorrains […] par Eugène Hepp, Paris, 1872. Gallica (BnF)

Théodore Weiler est naturalisé français15 et les Waltz sont « optants » français en 187216, c’est-à-dire qu’ils font partie des Alsaciens-Lorrains qui ont pu conserver la nationalité française à condition de quitter leur région avant le 1er octobre 1872, et qu’ils se sont donc installés à Paris. Théodore et Victorine, mariés en 1879, ont une première fille dès 1880, Dina, suivie de quatre autres enfants:

    • Dina, née le 15/3/1880, 14 passage de l’Industrie17.
    • Paul, né le 29/5/1881, 9 passage de l’Industrie18.
    • Pauline, née  le 19/03/1883, 9 passage de l’Industrie19.
    • Blanche, née le 22/1/1885 à Nogent-sur-Marne20.
    • Annette, née vers 1890 et décédée à l’âge de 8 ans21.

Dina Weiler  fait ses études à l’École normale d’institutrices de Versailles22. Pauline quant à elle fait ses études à l’École normale d’institutrices de la Seine, boulevard des Batignolles23, pendant que leur frère Paul suit des études d’architecture24.

École normale d’institutrices- Paris, début XXe siècle (coll. particulière)

Les trois jeunes adultes s’installent ensemble rue Barbette, et fréquentent la famille de Lucie V., une amie normalienne de Dina qui deviendra sa belle-sœur25. La rue Barbette étant proche de la rue de Turenne, où se trouve la BAI-III, on comprend aisément que Pauline, Dina et Paul Weiler se soient inscrits à la BAI-III26, à l’instar de nombre de leurs voisins. On peut aussi supposer que M. Serge Jacob, président de la section du troisième arrondissement de la Ligue des Droits de l’homme, bibliothécaire de la ville de Paris (alors en poste à la bibliothèque Carnavalet, à quelques dizaines de mètres de la BAI-III), publiciste, connaît les oncles maternels de Pauline Weiler.

On ne peut quasiment rien déduire des archives de la BAI-III sur le rôle exact de Pauline Weiler. Les difficultés des bibliothèques populaires déjà évoquées auxquelles s’ajoutent les conséquences de la Première Guerre mondiale et le décès de Serge Jacob en 1916 l’amènent certes aux fonctions de présidente. Mais le côté très normé et synthétique des comptes rendus des bibliothèques populaires qui depuis les années 1860 feignent souvent un enthousiasme destiné aux autorités et à galvaniser les inscriptions ne nous permet pas de connaître la réalité quotidienne de la bibliothèque ni des tâches incombant réellement aux uns et aux autres. Reviennent en effet dans les bibliothèques populaires les mêmes figures de style en usage depuis le XIXe siècle signalant enthousiasme, fraternité, novations, que démentent cruellement d’autres sources et les fermetures successives de ces structures. Il faudra(it) l’émergence de correspondances privées pour connaître la place exacte occupée par Pauline Weiler à la BAI-III, la latitude qu’elle obtient pour appliquer ses suggestions, en particulier durant la période où elle est secrétaire générale. Tout au plus peut-on noter que la BAI-III  essaie alors avec énergie de s’adapter à la concurrence désormais sérieuse des municipales en matière de prêt et aux mutations du quartier.

Entre ses fonctions de secrétaire générale et de présidente, Pauline Weiler s’est trouvée pendant une bonne vingtaine d’années à la tête de la BAI-III. Il était donc extrêmement troublant que la mémoire associative ait pu si rapidement l’oublier. Désormais, grâce aux recherches menées par Louise Oudin27, on peut tenter une explication. En effet, il apparaît que la mention de l’arrêté du 18 juillet 2013 qui indique que Pauline Weiler est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz  » est inexacte, mais s’explique par le caractère tragique de sa disparition. Les membres de la famille rapportent en effet que Lucie V., l’amie et belle-soeur de Dina, avait épousé un instituteur, Gabriel L., originaire de Bourganeuf (Creuse). Pauline, sa sœur Blanche, son beau-frère Aaron, et sa nièce Madeleine  se sont réfugiés, suite aux persécutions antisémites de la Seconde Guerre mondiale, chez un résistant de Bourganeuf, tué dans le maquis en mai 1944. Arrêtés en juillet 1944, Pauline et sa famille sont déportés à Auschwitz-Birkenau. Si Madeleine parvient à sauter du train, Blanche et Aaron meurent dans les camps. En revanche Pauline Weiler est encore vivante lors de la libération des camps, mais sa trace disparaît sur les routes du retour entre Odessa et Paris, ou bien entre Vienne et Paris28… Sur son acte de naissance, il est donc mentionné en marge : « décédée le 7/10/1949 à Bourganeuf »29. L’acte de décès de Bourganeuf30 reprend quant à lui un jugement valant acte de décès, conformément à la  loi permettant de déclarer décédée une personne disparue. Sur cet acte Pauline Weiler est retraitée de l’enseignement et habite 34 rue Du Puy à Bourganeuf. Cela signifie que Pauline Weiler fait partie des personnes que l’on a longuement recherchées et dont on a espéré le retour pendant des années, après la libération des camps. Ainsi s’explique peut-être partiellement sa disparition pendant près quarante ans de la mémoire de la BAI-III, l’association n’ayant pu au sortir de la guerre évoquer le sort encore incertain de Pauline Weiler.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Femmes et bibliothèques populaires (Pauline Weiler-2)," in Bibliothèques populaires, 27/03/2017, http://bai.hypotheses.org/1369.

  1. On trouvera la version écrite de cette communication dans l’ouvrage édité par Carole Christen et Laurent Besse aux Presses du Septentrion ce mois-ci: voir ici. []
  2. Rappelons en effet que le but premier de ce carnet est de présenter les recherches en cours, et non de prétendre à l’exhaustivité ni de brûler les étapes. []
  3. Je dois ces découvertes à Louise Oudin à qui va toute ma gratitude.  Je mentionnerai dans les notes suivantes les recherches dont je lui suis redevable. []
  4. Voir le précédent billet sur Pauline Weiler. Ce sont des bénévoles qui m’avaient signalé que lors de la redécouverte  des archives de la BAI-III dans les années 1980, elles avaient constaté  qu’une femme avait eu un rôle important dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale. Tout ce qu’elles connaissaient de son action était le fait que sous sa présidence la BAI-III avait déménagé ses collections. []
  5. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique (dir. A. Sandras), Presses de l’enssib, 2014. []
  6. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815- 1945 (éd. Carole Christen et Laurent Besse), Presses du Septentrion, 2017, pages 199 à 220. []
  7. Délibération du 5 juin 1907, archives de la BAI-III. []
  8. Voir Antoine Halff, « Le peuple du Livre et les livres du peuple, Les Amis de l’Instruction et la Communauté juive du Marais (1861 – 1914) », Actes du Colloque de 1984. []
  9. Archives de Paris, état-civil : acte de mariage de Théodore Weiler et Victorine Waltz, acte 612. Recherches menées par Louise Oudin. []
  10. Ibid. []
  11. Archives de Paris, état-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  12. Recherches menées par Louise Oudin. []
  13. Voir la fiche Waltz François du fichier Bossu: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10000262s/f97.item []
  14. Ibid. []
  15. Archives de Paris, état-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  16. Ibid. []
  17. Archives de Paris, État-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  18. Ibid. []
  19. Archives de Paris, État-civil. []
  20. Archives de Paris, État-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  21. Renseignements donnés par la famille à Louise Oudin. []
  22. Ibid. []
  23. Ibid. []
  24. Ibid. []
  25. Ibid. []
  26. Registre des inscriptions, Archives de la BAI-III. []
  27. Avec l’aide éclairée de Marie-Françoise Greminger, à Bourganeuf. []
  28. Entretiens en février et mars 2017 menés par Louise Oudin avec Antoine D., petit-neveu de Pauline Weiler, Odette W., petite-nièce par alliance, Annette A., nièce et Sarah D., arrière-petite-nièce. []
  29. Recherches à l’état-civil de Paris menées par Louise Oudin. []
  30. Recherches à l’état-civil de Bourganeuf menées par Louise Oudin. []

Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires

Les Apôtres de l’Humanité. Proudhon : estampe de Gustave Lesestre et paroles d’Eugène Baillet (BnF/ Gallica)

La diffusion et la réception d’une pensée sont toujours difficiles à saisir. Celle de Proudhon ne peut évidemment pas échapper à cette difficulté, tant son auteur a varié les modes d’expression à destination de publics divers  selon le contexte et le mode de publication. Si les lectorats au XIXsont étudiés depuis plusieurs décennies, il est plus problématique de cerner les lectorats socialistes. D’abord à cause de la censure à laquelle leurs auteurs ont été soumis, rendant leur lecture illégale ; mais aussi pour des raisons idéologiques, notamment la volonté d’exagérer ou minorer leur portée, qui plus est auprès de la classe ouvrière.

La réception des œuvres proudhoniennes au mitan du XIXe

La toile de Gustave Courbet de 1865 représentant Proudhon et ses filles, véritable manifeste artistique de la pensée proudhonienne1, met en valeur l’importance de l’écrit dans ce siècle. Proudhon y est représenté assis à côté d’une liasse de différents papiers : livres, brochures, lettres, révélant ainsi la diversité des supports de communication et d’écriture proudhoniennes, une variété d’écritures à mettre en lien avec la diversité des lectures et des lecteurs de Proudhon, qu’il s’agisse de correspondances, d’articles, de mémoires, de textes polémiques, de traités de morale ou autres.

Moraliste, philosophe, économiste… Proudhon a aussi été journaliste et Représentant du Peuple sous la Seconde République, période durant laquelle il a écrit de nombreux discours destinés à un large public. L’adhésion à ses principes ou opinions permet d’identifier quelques fidèles. Mais être « proudhonien », avec toute la difficulté de définir ce terme, n’implique pas pour autant être lecteur de Proudhon, et encore moins ouvrier. Si l’on prend l’exemple de Greppo, ce canut devenu Représentant du Peuple et fidèle à Proudhon à l’Assemblée, il est possible qu’il ait peu lu Proudhon. L’anecdote du vote du 31 juillet 1848 en témoigne. Proudhon avait pris à la tribune la défense des insurgés de Juin en estimant que le droit était des deux côtés des barricades. En accusant l’Assemblée de représenter la bourgeoisie capitaliste et en justifiant ce que Karl Marx appelait la lutte des classes, il avait suscité une telle indignation que des députés demandèrent un vote de désapprobation à l’égard du discours de Proudhon. Seul Greppo vota en faveur de Proudhon. Quand on lui demanda de se justifier, il expliqua qu’il n’avait pas entendu le discours de Proudhon, mais avait voté par fidélité à son égard !

En revanche, plusieurs œuvres majeures de Proudhon furent destinées au départ à un lectorat très ciblé. Son célèbre mémoire sur la Propriété était d’abord destiné aux membres de l’Académie auprès de laquelle il avait sollicité une bourse d’étude, quant aux tomes de la Justice, ils se présentaient au départ comme une lettre ouverte à « Son Éminence Mgr Mathieu, cardinal-archevêque de Besançon ». S’il y a bien dans ces ouvrages une plaidoirie en faveur du peuple, on est loin d’un lectorat ouvrier.

Avant de chercher le lectorat ouvrier proudhonien, commençons par présenter quelques caractéristiques du lectorat ouvrier en France au XIXe grâce aux études et enquêtes sur l’alphabétisation. L’enquête de Louis Maggiolo en 1877-1879 fait apparaître qu’entre 1786 et 1790 47% des hommes et 27% des femmes savaient signer au moment du mariage. Entre 1871 et 1875, leur part respective est passée à 78% pour les hommes et 66% pour les femmes2. En 1866, un an après la mort de Proudhon, les signatures concernaient 72% d’hommes et 55% de femmes. Si ces chiffres reflètent la part croissante de l’écrit dans la société du XIXe et renseignent sur les progrès de l’apprentissage de l’écriture, ils ne permettent pas de dire grand chose sur les lectorats au XIXe.

En 1866, un recensement de la population a pris en compte les capacités des Françaises et Français à lire et écrire. Il en ressortait alors que 55% des hommes et femmes de plus de 5 ans savaient lire et écrire et 67% savaient au moins lire. Son étude reflétait que l’alphabétisation en France était plus poussée dans le Nord et l’Est, concernait davantage les villes que les campagnes, et bénéficiait davantage aux hommes qu’aux femmes. Si ces résultats ne sont guère surprenants, ils nous permettent de constater néanmoins que Proudhon pouvait jouir d’un large lectorat potentiel, qui comme lui venait davantage des milieux urbains et masculins.

Venons-en à présent aux lecteurs proudhoniens connus : Il y a d’abord les intimes, les proches, comme Charles Beslay ou Gustave Chaudey, dont les correspondances avec Proudhon font apparaître des allusions bien précises aux œuvres de leur confident. Si ces deux derniers ont des positions politiques favorables aux ouvriers, le premier est un ingénieur et le second un avocat. On trouve ensuite de nombreux « intellectuels » célèbres comme Marx, Grün ou Bakounine. L’influence de Proudhon sur ces auteurs, qu’ils la revendiquent ou la réfutent, est incontestable. Elle témoigne de la portée internationale de la pensée de Proudhon et de sa lecture dans les milieux des exilés et dissidents politiques. Par ailleurs, parmi les « intellectuels » qui lisent Proudhon, on peut aussi compter ses détracteurs, à l’instar des libéraux ou conservateurs comme Frédéric Bastiat ou Adolphe Thiers, qui pour critiquer le pourfendeur du socialisme ont bien dû lire certains de ses ouvrages.

Pour trouver des lecteurs ouvriers de Proudhon, il faut d’abord pénétrer dans le monde de cette élite intellectuelle du monde du travail manuel qu’était le monde de l’imprimerie fréquenté par Proudhon dès son plus jeune âge. Aussi, les ouvriers d’imprimerie et de journaux qui ont publié les œuvres de Proudhon ont bien été obligés de les parcourir. Il s’agit essentiellement de protes, de typographes ou de correcteurs. La popularité de Proudhon auprès de quelques typographes avant qu’il ne devienne connu dans toute la France est révélée par la Révolution de 1848. Le 26 février, quatre citoyens armés de leurs fusils rendirent visite à Proudhon en son domicile parisien pour le presser de publier ses propositions de réformes sociales. Il s’agissait des ouvriers typographes Joseph Mairet, Georges Duchêne, Louis Debock et Louis Vasbenter3.

Proudhon s’est en effet adressé du début à la fin de sa carrière d’écrivain aux ouvriers. Son premier écrit public est sa lettre de candidature à la pension Suard en 1838 dans laquelle il écrit : « né et élevé au sein de la classe ouvrière, lui appartenant encore par le cœur et les affections, et surtout par la communauté des souffrances […] la plus grande joie du candidat serait […] de pouvoir travailler sans relâche à l’amélioration intellectuelle et morale de ceux qu’il se plaît à nommer ses frères et compagnons. » Et Proudhon n’a jamais trahi sa fidélité à la classe ouvrière, comme en témoigne l’un de ses derniers ouvrages, De la capacité politique des classes ouvrières, écrit en 1865, et en préambule duquel est écrit : « L’auteur à quelques ouvriers de Paris et de Rouen qui l’avaient consulté sur les élections. »

Ainsi, Proudhon ne doute jamais publiquement de la capacité des ouvriers à s’émanciper par l’instruction et ne tient pas à distinguer les activités intellectuelles des activités manuelles. Par ailleurs, la figure du peuple se révèle plus importante chez Proudhon que celle de l’ouvrier, même s’il y a parfois sous sa plume, comme sous celles de nombreux pères de la question sociale, assimilation entre le peuple, les ouvriers et l’ensemble des travailleurs, comme en témoignait en 1848 le Représentant du Peuple. En manchette du journal, on pouvait lire : « Le Représentant du Peuple, Journal des Travailleurs. » Il avait pour devise : « Qu’est-ce que le producteur ? Rien. Que doit-il être ? Tout. Qu’est-ce que le capitaliste ? Tout. Que doit-il être ? Rien. »

C’est notamment à travers la presse que Proudhon a à la fois atteint son plus large lectorat et sans doute le plus de lecteurs ouvriers. Même si l’on ne peut affirmer clairement quelle était la nature du lectorat des journaux proudhoniens, l’important tirage des journaux impliquait une assise populaire, surtout à une époque où la lecture du journal était plus collective et partagée qu’aujourd’hui. Ainsi, le Représentant du Peuple a atteint les 20 000 tirages quotidiens en 1848, et en 1849, le Peuple atteint les 45000, « quarante-cinq mille allumettes » affirmait fièrement son principal rédacteur, au grand dam de Victor Hugo qui le méprisait profondément4.

Les liens entre une presse socialiste et un lectorat ouvrier susceptible de lire Proudhon sont mis en exergue avant même la Révolution de 1848 par une autre figure ouvrière de la presse socialiste : Martin Nadaud. Ce dernier encouragea Proudhon à souscrire au Populaire, un projet de journal initié par Cabet. Malgré le refus de Proudhon, Nadaud écrivit plus tard : « La réputation de Proudhon était naissante ; il avait donné à un de ses livres ce titre étonnant de hardiesse : la propriété c’est le vol. Il n’en fallut pas d’avantage pour ameuter contre lui la plupart des journaux et pour en amener d’autres à le glorifier ; car on connaît en France la puissance des mots sur l’opinion publique. Ce grand démolisseur devint très populaire ; il contribua beaucoup au développement des questions socialistes à une époque où elles étaient peu connues5. »

Si ce témoignage prouve bien la diffusion de la pensée de Proudhon au sein de milieux ouvriers, il ne nous informe pas pour autant sur la réalité de son lectorat, tant celui de la presse est encore plus difficile à saisir que celui du livre dont la diffusion est plus limitée. Si l’on prend le cas des lecteurs du Peuple, on constate qu’ils sont surtout décrits par ses détracteurs qui voient dans les partisans de Proudhon des incendiaires ou des démolisseurs et redoutent de savoir que des exemplaires du journal circulent dans les casernes. Les lecteurs de Proudhon apparaissent ainsi dans les caricatures de Cham, par opposition aux « ouvriers sages » loués par le parti de l’Ordre6.

   Ces exemples témoignent de la difficulté à saisir la réalité du lectorat ouvrier proudhonien. Toutefois, l’étude d’une bibliothèque ouvrière au sein de laquelle l’on trouve des ouvrages de Proudhon permet de se faire une idée plus précise de la lecture de Proudhon au XIXe siècle.

Les bibliothèques des amis de l’Instruction : une association de lecteurs ouvriers

La BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction), créée en 1861 par des ouvriers et des artisans épaulés par quelques bourgeois, a pour principal fondateur Jean Baptiste Girard, un ouvrier typographe, fils de vigneron. Sa vie présente d’ailleurs de nombreuses analogies avec celle du polémiste. En effet, comme Proudhon, Girard est issu d’une famille d’artisans ruraux et a dû travailler jeune dans les champs, avant d’arriver à Paris en 1840 et de suivre les cours de l’Association philotechnique animés par d’anciens saint-simoniens soucieux d’instruire les travailleurs. En 1849, Girard joue un rôle important dans l’Union des Associations de travailleurs, dont beaucoup ont adhéré à la Banque du Peuple. Condamné à la prison en 1850 pour ses acticités associationnistes et socialistes, il fonde en 1861 la première BAI dans le quartier du Marais, avant d’en initier dans d’autres quartiers de Paris et d’autres villes de banlieue ou de Province7.

Issu du même milieu et appartenant à la même génération que Proudhon, J.-B. Girard partage des valeurs et sensibilités communes avec celui-ci. Autodidacte, il donne une importance équivalente à l’enseignement professionnel et à l’instruction morale et intellectuelle des travailleurs. Influencé par les théories saint-simoniennes et fouriéristes, il accorde un rôle prédominant aux associations et au mutualisme pour l’émancipation des travailleurs. Les bibliothèques des amis de l’Instruction poursuivent ainsi cet objectif par l’instruction des travailleurs et le choix d’une structure associative.

Dès l’année de la fondation de la première BAI, Proudhon fut sollicité par Charles Beslay à ce sujet, comme l’a mis en évidence Rosemarie Ferenczi lors d’un colloque sur la BAI en 19848. Il lui répondit le 25 octobre 1861 d’Ixelles en Belgique où il s’était exilé. On apprend dans cette lettre que Charles Beslay se pressait d’acheter les ouvrages de son ami, alors que ce dernier se proposait de les lui envoyer. Toutefois, Beslay sollicita Proudhon pour qu’il offre quelques ouvrages à la BAI. Proudhon accepta, mais désirait « auparavant avoir quelques détails sur cette compagnie. » Craignant le bonapartisme qui « se fourre partout », il redoutait de « sentir ses coudes »9. Sur ce plan, Proudhon avait eu une bonne intuition, car en effet les autorités impériales surveillaient de près la jeune institution d’instruction populaire. Le maire les dénonça en 1862 aux autorités comme « factieux, anarchistes » du fait qu’ils aient refusé de l’avoir pour président honoraire. La bibliothèque dut alors quitter les locaux municipaux et se réfugier à l’école centrale dirigée par M. Perdonnet. Le fait que par ailleurs des ouvriers aient souhaité se procurer des œuvres de Proudhon pourrait avoir contribué à son discrédit auprès des autorités10.

Toutefois, Girard fonda une autre BAI dans le Ve arrondissement de Paris qui introduisit dès 1864 dans ses rayons le Manuel du spéculateur. Par la suite Proudhon fit don de plusieurs de ses ouvrages à la bibliothèque du Ve, qui inscrivit dans son catalogue en 1866 le mémoire sur la propriété. Le tournant libéral de l’Empire et le décès de Proudhon rendaient les œuvres de ce dernier moins dangereuses. En 1868 fut créée une section « économie politique » à la BAI du IIIe qui fit entrer alors 5 œuvres de Proudhon. En 1875, le catalogue en comptait 7. À la même époque Charles Fauvéty, qui avait été très proche de Proudhon sous la Seconde République, présidait depuis plusieurs années la BAI d’Asnières où Girard finit sa vie. Or Fauvéty avait promis dès 1862 des ouvrages pour la BAI du XVIIIe. Il est fort probable que ce dernier plaida pour l’introduction d’œuvres de Proudhon dans les BAI.

Le cas des BAI offre ainsi un bel exemple d’ouvriers militants pour la lecture de Proudhon, bravant ainsi la censure et les autorités, parfois au péril de leur liberté. On peut de plus se faire une idée de leurs professions à travers la composition sociale de la BAI en 1861, connue grâce aux registres des premiers adhérents11. On dénombrait alors 32% d’artisans et d’ouvriers, 8% de typographes, 21% d’employés et commis et 39% d’autres catégories professionnelles. En tout, près de 200 métiers étaient exercés par les 500 premiers adhérents. On trouvait parmi eux des fabricants de bouton, des ouvriers en bronze, des fabricants de chaussure, des ajusteurs, des doreurs, monteurs, mosaïstes, tisseurs, tourneurs, couteliers, tapissiers, graveurs, mais aussi des garçons de café, des dessinateurs, des architectes, des enseignants, un docteur, et même un rentier. Une sociologie à mettre en lien avec le quartier faubourien et qui rappelle évidemment la population ayant adhéré une douzaine d’années plus tôt à la Banque du Peuple, le projet de banque associative initiée par Proudhon en 1848-1849 et qui obtient plus de 10 000 adhérents sensibles aux idées de mutualisme ouvrier. Charles Fauvéty, César Daly et Jules Viard, bien qu’ils ne soient pas des ouvriers, faisaient d’ailleurs partie des anciens proches de Proudhon qui participèrent aux BAI.

Les BAI ne sont par ailleurs pas les seules bibliothèques populaires où des lecteurs voulant lire Proudhon ont dû pour cela faire face à des exemples de censure à l’égard de ses ouvrages, comme pour la plupart de ceux d’auteurs révolutionnaires ou socialistes. En 1866, Jean Macé inscrivit la création de bibliothèques populaires dans le programme de la Ligue de l’enseignement, encourageant ainsi un mouvement qui inquiétait certains notables12. Le cas des bibliothèques populaires de Saint-Étienne est connu en raison du discours de M. Sainte-Beuve à propos des bibliothèques populaires, prononcé au cours d’une séance du Sénat le 25 juin 1867.

Lors du débat sur la loi d’instruction primaire, le baron de Chapuis-Montlaville s’était déjà emporté au sujet de Renan le 30 mars 1867 en ces termes, suscitant de vives approbations dans l’assemblée :

Il n’est pas possible de ne pas éprouver une affliction profonde lorsqu’on voit, dans une certaine littérature moderne dont on vient louer les auteurs, fouler aux pieds les lois de l’ordre éternel, attaquer la religion, base de l’ordre social. Il n’est pas permis de venir ici faire l’éloge de ces hommes qui portent l’incendie dans la société, en répandant dans les masses des doctrines d’athéisme et d’irréligion. C’est là un danger social contre lequel doivent se réunir toutes les forces des hommes de bien.

Comment ne pas songer alors aux calomnies connues par Proudhon quelques temps plus tôt ? Dans ce contexte, le 21 juin, le sénateur Suin présenta une pétition de deux cent notables de Saint-Étienne, qui se plaignaient du choix que l’on avait fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires sous le patronage de l’autorité municipale. Les ouvriers se voyaient reprocher les choix de Voltaire, Rousseau, Sand, Sue, Michelet, Renan et même Lamennais. On les accusait aussi de faire progresser des doctrines sociales dangereuses à travers les œuvres d’Enfantin, Louis Blanc, Fourier et bien sûr Proudhon.

Le 25 juin 1867, H. Rochefort et surtout Sainte-Beuve  plaidèrent en faveur de la liberté de conscience et d’opinion dans les bibliothèques populaires. Ils défendirent les auteurs jugés séditieux, et surtout Proudhon en des termes fort évocateurs sur sa popularité posthume :

Sur votre liste, que trouvé-je encore? Proudhon. Celui-là, il est voué, je le sais, aux dieux infernaux. C’est ailleurs, dans un autre lieu qu’ici, devant des auditeurs ou des lecteurs plus désintéressés et plus attentifs, que j’ai essayé et que j’essayerai encore d’expliquer comme il convient quelques-unes de ses violences et de ses extrémités de parole : penseur ardent et opiniâtre, dialecticien puissant, satirique vigoureux et souvent éloquent, qui ne marchandait pas les vérités, même aux siens, rude honnête homme mort à la peine. Quant à ses idées, les politiques et les économistes savent aujourd’hui qu’il y a beaucoup à en profiter et à y prendre. On peut être homme du peuple, homme de travail, et s’instruire en le lisant.

Une telle défense de Proudhon au sein du Sénat témoignait de son large lectorat et de la vocation pédagogique de ses œuvres pour le travailleur. Quant à la volonté des conservateurs d’imposer ses lectures au peuple, Sainte-Beuve s’en gaussait tout en louant les efforts pour l’instruction :

On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’Instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et tu ne liras pas cela? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Peut-on en déduire pour autant que les interdits sur les œuvres de Proudhon auraient encouragé sa lecture ? Là encore, l’historien ne pourra que spéculer sur quelques sources, mais l’expérience des BAI tendrait à confirmer cette hypothèse.

Cite this article as: Olivier Chaïbi, "Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, http://bai.hypotheses.org/1220.

  1. Michèle Haddad, « Le portrait de P.-J. Proudhon en 1853 par Gustave Courbet » Archives proudhoniennes, 2001. []
  2. W. Sachs et F. Furet, « La croissance de l’alphabétisation en France », Annales ESC, 1974, vol. 29, n°3, p. 714-737. []
  3. Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon  : sa vie et sa pensée : 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p.830. []
  4.  Victor Hugo, Choses Vues, Paris, Calmann Lévy,  1900 [1887]  : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k141436z/f244.image []
  5. Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix,  1895: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24301h/f299.image []
  6. Voir Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006 ; Olivier Chaïbi, La Banque du Peuple, Paris, Connaissances et savoirs, 2010. []
  7. Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’Instruction (1861) » in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, actes du colloque du 10 novembre 1984, p. 61-86. []
  8. Rosemarie Ferenczi, « Influences de Proudhon » in op. cit., pp. 49-54. []
  9. Proudhon, Correspondance, tome XI, Slatkine, 1971, p. 246. []
  10. I. Frazer, op. cit., p. 72. []
  11. http://www.bai.asso.fr/. Onglet histoire []
  12. Cf. Arlette Boulogne. Jean Macé et les bibliothèques populaires, 1860-1881, Des livres pour éduquer les citoyens, Paris, L’harmattan, 2016. []

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.

  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Pauline-Désirée Weiler

54 rue de Turenne / Atget
54 rue de Turenne / Atget

La tradition orale de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) prête nombre de changements dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale à une certaine Mme Weiler. Si l’on lit les compte-rendus des conseils d’administration durant cette période, il apparaît clairement que « Madame P. Weiler » n’a pas eu les coudées franches et qu’elle n’est pas, du moins officiellement, à l’origine des modifications que la tradition lui prête. Certes, la bibliothèque, sise au 54 rue de Turenne, est passée des combles à un rez-de-chaussée côté rue (dans les actuels locaux), certes ce déménagement a entraîné un bouleversement dans le classement des ouvrages, les livres les plus demandés étant désormais situés près du guichet, mais tout cela est lié au fait que l’école, également logée au 54 rue de Turenne, a désiré reprendre les combles, et que le menuisier logé au rez-de-chaussée est décédé: les livres ont donc trouvé refuge dans les anciens casiers, rabotés pour la circonstance, de l’artisan…

En revanche, on découvre bien des choses en tentant d’en savoir plus sur « Madame P.Weiler ». Elle est en effet désignée comme secrétaire générale de la BAI en 1907 par le président qui est alors Serge Jacob (bibliothécaire à Carnavalet, bibliothèque toute proche). Le compte-rendu indique que cette désignation, contraire aux statuts de la BAI, est rendue nécessaire par le manque de sociétaires capables d’assister avec régularité aux réunions du CA. En effet, »Mme P. Weiler » assiste avec ponctualité aux conseils depuis 1902. Le compte rendu précise également qu’elle est institutrice de la Ville de Paris. En 1916, plusieurs membres du Conseil étant tombés à la guerre, Mme Weiler devient « président » (sic) pour la durée du conflit. Après guerre, les membres du conseil la désignent à l’unanimité à la tête de la BAI, et elle signe désormais en toutes lettres « P.Weiler, présidente ».

Une recherche dans le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris permet d’identifier Pauline Weiler, institutrice à l’école de filles de la rue de Picpus (12e) en 1926, devenue directrice en 1932. En recherchant « Pauline Weiler » dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, on découvre que « Pauline-Désirée Weiler »  a reçu les palmes académiques en 1932. Enfin, une recherche sur Internet nous apprend que Pauline-Désirée Weiler « née le 19 mars 1883 à Paris 10e (Seine) » , est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne) » …

Il est alors possible de deviner toute l’exemplarité du parcours d’une jeune fille brillante sur les bancs de l’école républicaine. Les registres de l’état-civil confirment qu’une petite Pauline-Désirée Weiler, fille de Théodore Weiler, 34 ans, ébéniste, et de Victorine Waltz, 31 ans, sans profession,  a vu le jour Passage de l’Industrie (Paris 10e), le 19 mars 1883. Elève appliquée de l’école Sophie Germain, on peut supposer qu’elle devient facilement institutrice, désireuse à son tour de transmettre l’instruction reçue, y compris à la BAI dont elle  est nommée secrétaire générale à 24 ans…

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894)

Les fondateurs des bibliothèques populaires sont souvent méconnus. En-dehors de la figure de Jean-Baptiste Girard, très vite reconnu en son temps comme le fondateur et l’inspirateur de nombreuses bibliothèques populaires, l’historiographie s’est peu intéressée à ces hommes et à leurs parcours. Si quelques uns, comme Girard, furent effectivement issus du peuple, il apparaît de plus en plus que la majorité des fondateurs étaient plutôt bourgeois, sans être forcément très aisés, et parfois même clairement identifiés comme étant des intellectuels. Un exemple ici avec le cas de Charles Fauvéty, fondateur puis président de la bibliothèque populaire libre d’Asnières.

Né à Uzès en 1813, Charles Fauvéty grandit dans la bourgeoisie protestante libérale des Cévennes. Son père, Jean-David, est négociant.

Il hérite d’une très bonne culture venant de son milieu familial : une connaissance excellente de la Bible et une passion pour le livre et l’écrit. Croyant, il n’a de cesse de rechercher, toute sa vie, un équilibre entre rationalité et religion. Il montre aussi un intérêt très vite marqué pour la politique, peut-être en lien avec le souvenir de son grand-père, guillotiné comme robespierriste lors de la réaction thermidorienne. Enfin, on note chez lui une morale stricte et un certain dégoût pour les rassemblements de foule et les révolutions sanglantes : il condamne la Commune de Paris avec véhémence, heureux d’avoir quitté la ville pour ne pas avoir à la subir. Son origine sociale lui donne aussi de bonnes relations dans les milieux libéraux et une aisance financière qui lui permet ensuite de vivre sans difficulté toute sa vie. Il survit ainsi sans problème lors de ses différents échecs, hélas répétés, dans le monde de la presse.

Son adolescence et sa jeunesse sont celles d’un jeune homme de la bonne bourgeoisie. Après des études à Ste-Barbe, il dirige la bonneterie de son oncle. Cette vie de petit commerçant lui paraît cependant vite ennuyeuse et son intérêt pour la politique devient manifeste. Tour à tour saint-simonien, fouriériste, puis communiste icarien, Fauvéty se passionne pour les débats d’idée et les utopies philosophiques, nombreuses dans ce XIXe qui renouvelle la pensée politique. C’est la période de formation du journaliste et écrivain engagé qu’il devient par la suite.

C’est finalement à 32 ans que Charles Fauvéty entame une carrière de journaliste, avec la publication de « La vérité sur toutes choses » qui paraît d’octobre 1845 à janvier 1846. Cette revue mensuelle de vulgarisation s’adresse déjà aux classes populaires. Il se fait dans le même temps essayiste politique, publiant plusieurs fascicules et brochures sur des sujets d’actualité. Un Appel aux électeurs ainsi que Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, paraissent en 1846.

Sa vie mondaine semble dans le même temps assez intense puisqu’il se marie avec Fortunée Gariot, actrice de la Comédie française et rivale de Rachel1. C’est par elle qu’il entre dans les cercles maçonniques. Il est initié en 1847 dans l’atelier misraïmide « Le Buisson ardent », sans s’y montrer toutefois très assidu.

Le 14 octobre 1847, il lance « Le représentant du peuple » avec son disciple Jules Viard2. Cette feuille politique adressée au lectorat populaire et qui porte le sous-titre « Journal quotidien des travailleurs », est d’abord quotidienne, puis hebdomadaire à partir du 15 novembre 1847. Elle redevient ensuite quotidienne après la Révolution de 1848.

Parmi les participants figure Proudhon, qui y publie quelques articles et en est le directeur éditorial. La parution s’arrête le 21 août 1848, faute de moyens. Fauvéty s’est de plus brouillé avec Jules Viard, leur vision des évènements diffèrant radicalement. Viard défend ardemment les manifestants ouvriers de juin ; Fauvéty, pourtant proudhonien au moment où la révolte gronde, se montre relativement inactif. Sa sympathie pour le mouvement ouvrier est en effet bien vite tempérée par certaines actions menées ; jugeant toute révolte coupable, encore bien plus en cas de violence, Fauvéty montre toute son aversion pour les débordements de la foule. Il adopte alors clairement la posture de l’intellectuel plus que du militant, qu’il garde ensuite toute sa vie.

Toutefois, la République installée, il se lance dans le débat public, notamment par voie de presse. De juillet à novembre 1849, paraît l’éphémère « Positif-journal des travailleurs » qu’il fonde et dirige, dans le but de donner aux lecteurs ouvriers des notions de sciences parfois très poussées (raison de son insuccès ?). Plus que jamais, l’éducation populaire semble être la priorité de Fauvéty. Son souci d’élever les classes populaires d’un point de vue économique et politique autant qu’en matières intellectuelles et morales reste constant. C’est sans doute à cette époque qu’il rencontre Jean-Baptiste Girard, futur fondateur des Amis de l’Instruction ; les deux hommes fréquentent alors le club de la Montagne, association socialiste de soutien aux quelques députés d’extrême-gauche de l’Assemblée.

Il publie ensuite, toujours en 1849, un Programme politique, puis se lance la même année dans une ligue pour l’abolition des impôts, qu’il fonde sans grand succès là encore3. Il s’associe ensuite à Charles Renouvier pour rédiger un ouvrage traitant de la réforme des institutions, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, qui paraît en 1851. Il adhère aussi à la Banque du Peuple lancée par Proudhon et siège au sein de sa première Commission. A sa manière il prend part, lui aussi, au bouillonnement d’idées et d’initiatives, plus ou moins fructueuses, de 1848.

L’Empire ouvre une période moins riche dans la vie politique et engagée de Charles Fauvéty.

Il se retire en grande partie du monde de la presse, mais publie toujours quelques essais de temps à autre ; c’est surtout dans la Franc-maçonnerie qu’il se montre alors très actif. Il intègre la loge de « La Renaissance » à Paris en 1858, dont il devient vénérable en 1860. Il est ensuite élu l’année suivante au Conseil de l’Ordre, dirigé par le Grand Maître, le maréchal Magnan, nommé peu de temps auparavant par l’Empereur. Le Conseil est installé rue Cadet jusqu’en 1867.

Ses préoccupations intellectuelles deviennent simultanément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la censure impériale, qui le pousse à aborder différemment son activité de journaliste, détourne aussi sa réflexion, au moins pour un temps, des sujets politiques. Il fonde alors avec Charles Lemonnier « La revue philosophique et religieuse », mensuel paraissant de mai 1855 à janvier 1858. Il publie aussi à cette époque Aspirations vers une religion rationnelle (1855), Religion universelle. Réalité. Qu’est-ce que la religion ? en 1861, puis un catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique (1862). Dans ces ouvrages, il tente de définir une religion « rationnelle » et universelle, mais reprenant aussi certaines valeurs de la République ; fraternité, laïcité, aussi étrange que cela paraisse, et démocratie. Bien avant qu’il soit question d’un ralliement des catholiques à la République, cette philosophie complexe, se conçoit comme une tentative pour concilier la foi et le projet de société démocratique défendus tout deux en parallèle par Fauvéty. Fidèle à sa philosophie déiste mais « laïque », il tente ainsi de faire de la Franc-maçonnerie une religion laïque et, peut-être, officielle. Cette volonté se manifeste en 1859 par la publication d’un article dans trois numéros du « Monde maçonnique », « La Franc-maçonnerie est-elle une religion ? ». Le débat provoqué en France par cet article divise la Franc-maçonnerie durant les vingt années suivantes. Fauvéty se heurte en effet dans son projet à ses confrères chrétiens, réunis autour de Massol. Malgré de nombreux libelles, textes et fascicules, il ne parvient pas à obtenir un compromis satisfaisant à ses yeux, restant exigeant sur cette question.

Dans les années 1860, l’Empire devient plus libéral et Fauvéty reprend ses activités de journaliste politique. Il se lance dans une dernière grande entreprise, celle de « La Solidarité », publiée de 1866 à 1870. Fondateur et rédacteur en chef de cette ultime publication destinée toujours aux classes populaires, il se définit alors lui-même comme un « libre-penseur croyant ».

Bien connu des milieux intellectuels parisiens, il entretient de nombreuses correspondances et se lie notamment avec Joseph Benoît4. Il signe également un « Appel aux démocrates » rédigé par Antide Martin, en faveur du système coopératif. La vieillesse réduit toutefois considérablement ses activités.

Partisan de la IIIe République face aux conservateurs, il condamne néanmoins la Commune, en raison des débordements, violences et pillages qui l’accompagnent. Il est tout aussi indigné par la répression versaillaise. Retiré dans sa propriété d’Asnières, le vieux maître fait figure d’intellectuel bougon et déçu.

Il participe tout de même à la fondation de la bibliothèque populaire, dont il est un des premiers donateurs, puis le premier vice président. Dans le fonds de livres, ses ouvrages figurent en bonne place dans la série “Philosophie-Morale-Religion”, au côté des grands penseurs chrétiens (La Rochefoucauld, Bossuet) ou athées (Helvétius, Diderot). Figurant parmi les douze donateurs originels (chiffre évocateur) de la bibliothèque, il n’hésite pas non plus à y investir ses propres économies, prêtant de l’argent à l’association menacée par les dettes en 1872. Seul rentier parmi les 21 administrateurs du premier Conseil de la bibliothèque, il n’en est pas moins d’accord avec eux pour fixer le programme de lecture de l’association. Le roman est rejeté dans tous ses discours, toléré seulement pour l’attrait, déjà très grand, qu’il exerce sur les lecteurs. L’histoire, au contraire, a valeur d’exemple et des crédits importants lui sont destinés lors des premiers achats de livres. L’accent est mis aussi sur “l’Economie politique”, série créée dès les débuts de la bibliothèque et comprenant des auteurs tels que Marx, Fourier ou encore Kropotkine. Une série “Livres pour enfant” apparaît également très tôt, réalisant toutefois très peu de prêts. On ne peut cependant qu’être étonné par la précocité de cette préoccupation pour le jeune public, bien avant que la “lecture publique” n’en fasse une de ses activités majeures !

En 1873, Girard lui cède sa place de président qu’il occupe jusqu’en 1876, date à laquelle il se retire. Il devient peu à peu aveugle, au point de l’être quasiment dans les années 1880. A la fin de cette décennie, il donne à la bibliothèque populaire plusieurs centaines de volumes de sa bibliothèque personnelle.

La fin de sa vie est l’occasion d’un retour, dans ses derniers essais, sur la question religieuse. En 1874, paraît un Catéchisme philosophique de la religion universelle, puis La religion laïque, organe de régénération sociale (1876).

Dans ses dernières années, il parvient encore à publier deux ouvrages qui élargissent son propos, toujours très teinté de religion, aux sciences, avec Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance en 1892 et, deux ans plus tard, Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu.

Il laisse quelques disciples, dont Jules Jacques Toussaint Lessard, dit P. Verdad, qui devient évêque gnostique5.

Il meurt à Asnières où il est enterré, le 11 février 1894, et repose non loin de Jean-Baptiste Girard.

Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty6

La chambre devant le pays. Le système. Politique extérieure. Politique intérieure. Le cabinet du 29 octobre, l’entente cordiale. La corruption électorale. Appel aux électeurs, Paris, 1846

Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, Paris, 1846

Catéchisme d’économie politique et industrielle, question du libre échange, Paris, Moquet, 1847, 51 p.

Mémoire en faveur de la comédie française, adressé à la Chambre des Députés, Paris, impr. de E. Proux, 1847, 31 p.

Programme politique, Paris, Braux, 1849, 47 p.

Organisation communale et centrale de la République : projet présenté à la nation pour l’organisation de la commune, de l’enseignement, de la force publique, de la justice, des finances, de l’état ; gouvernement direct, rédigé avec C. Renouvier, Paris, Librairie républicaine et de la Liberté de penser, 1851, 421 p.

Aspirations vers une religion rationnelle, Paris, 1855, 27 p.

Du principe de nationalité, l’Italie, Paris, E. Dentu, 1859, 31 p.

« La franc-maçonnerie est-elle une religion ? », Le monde maçonnique, 1859.

Religion universelle. Réalisation. Qu’est-ce que la religion ? Premier discours, Paris, Librairie de la Vie morale, 1861, 32 p.

Catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique, Paris, Librairie de la Vie morale, 1862, 50 p.

Sur la reconnaissance du Grand Orient comme établissement d’utilité publique, Paris, A. Lebon, 1863, 24 p.

La question religieuse, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1864, 2 fasc.

Critique de la « morale indépendante », épître à Massol, Paris, bureaux de « l’Alliance religieuse universelle », 1865, 10 p.

Catéchisme philosophique de la religion universelle, Paris, H. Bellaire, 1874, 36 p.

La religion laïque, organe de régénération sociale, Paris, rue des Moines, 1876, 16 p.

Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance, Paris, Librairie des sciences psychologiques, 1892, 244 p.

Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu, Nantes, Lessard, 1894, 291 p.

1 Fortunée Gariot, dite Mlle Maxime, 1811-1887, entre à la Comédie Française en 1842. Elle est aussi présidente de cercles ésotériques et gnostiques, avant de devenir vénérable de la loge d’adoption « Le Temple des Familles ». Elle tient salon deux fois par semaine avec son époux dans leur appartement du 13, rue de la Michodière, de 1850 à 1869.

 

2J. Viard (1810-1865), né à Rouen, monta à Paris pour tenter une carrière d’écrivain, mais resta journaliste toute sa vie. Collaborateur du Représentant du peuple, puis du Travail à Dijon avec Baudelaire, il ne publia qu’un seul livre, Les petits bonheurs de la vie humaine, et mourut à Paris dans une très grande misère.

3 Cette ligue n’aura semble-t-il aucune véritable activité après la rédaction de son manifeste.

4 Les deux hommes se connaissaient au moins depuis le début des années 1850, puisque J. Benoît avait déjà signé le projet Gouvernement direct (voir notre Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty), en 1851.

5 Peu de renseignements sur ce personnage qui fonda par la suite une petite maison d’édition à Nantes, publiant une revue. Il édita ou réédita certaines œuvres de C. Fauvéty après la mort de celui-ci et sa maison d’édition fut en contact avec la bibliothèque populaire d‘Asnières dans les années 1890.

6 Cet index ne tient pas compte de certaines parutions non datées, comme Profession morale à l’usage des hommes de bonne volonté, de certains articles parus dans la presse, ainsi que de traductions établies et publiées par C. Fauvéty.

Quand Gambetta, la tragédienne Mme Segond Weber (et bien d’autres !), s’intéressaient à la bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement

second weber
Eugénie Second Weber (1867-1945) Photographie Touranchet1

 

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 18612, a rapidement eu des petites sœurs parisiennes. Parmi les plus jeunes, celle du XIe arrondissement. A la différence de son aînée, elle ne naît pas sous le Second Empire, mais sous la Troisième République en 1877.  Bien des personnalités se pressent autour de son berceau, soucieuses pour certaines de montrer ainsi qu’elles appuient une initiative (censée être ?) populaire.

Les bibliothèques des Amis de l’Instruction ont très vite mis en place des conférences destinées à renforcer l’instruction que l’on trouvait dans les livres. Cette initiative qui avait suscité bien des méfiances et une très grande surveillance de la part des autorités impériales s’épanouit sous la Troisième République. Les conférences font toujours l’objet d’une surveillance mais elles sont un peu moins difficiles à organiser et elles peuvent attirer, si les orateurs sont célèbres, une foule de gens. Très avisés, les fondateurs de la Bibliothèque du XIe se placent sous la protection de Léon Gambetta, lequel accepte la présidence d’une conférence  dans la célèbre salle du Tivoli-Vauxhall. Il prend alors place sur l’estrade en compagnie d’une douzaine de sénateurs et députés parisiens. Sa présence a attiré pas moins de trois mille personnes qui seront récompensées par un court mais efficace discours à la fin de la séance. Le député parisien en profite pour faire le lien avec sa lutte politique :

Après les applaudissements qui accueillent ce discours, M. Gambetta remercie successivement l’orateur et l’assistance de la sympathie dont ils ont fait preuve envers l’œuvre. L’illustre député de Paris rappelle que dimanche dernier, il présidait, à Montparnasse une réunion du même genre, et qu’il la félicitait de son concours empressé à une œuvre d’enseignement mutuel. « Ces félicitations, ajoute M. Gambetta, je les renouvelle aujourd’hui et j’acquiers une nouvelle preuve de ce que peut le capital intellectuel d’une nation. Le temps n’est plus où avec une main si avare on distribuait l’instruction ; la science est un patrimoine sacré que l’on doit restituer à tous ceux qui sont capables de le recevoir. ». L’orateur dit encore qu’en fondant des bibliothèques populaires les citoyens font l’éducation du suffrage universel. Il n’y a dans ces généreux efforts rien qui doive inquiéter personne, puisque les bibliothèques sont autorisées par la loi. En outre les organisateurs de ces associations sont animés du même esprit : l’amour commun de la patrie. « Et par amour de la patrie, termine M. Gambetta, j’entends la haine d’un parti dont les jours sont comptés. Car je puis dire que ceux qui nous gouvernent savent aussi bien que nous les moyens à employer pour faire respecter la République et sauver la société moderne des atteintes de l’ultramontanisme ! » Cette chaleureuse allocution est saluée par l’assistance aux cris de : Vive Gambetta ! Vive la République ! 3

Grâce à cette conférence, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement reçoit des fonds. Gambetta termine en effet sa harangue en incitant les auditeurs à verser une obole. On sait que les frais engagés pour la conférence ont été de 372 francs environ alors que les dons et conférences ont rapporté 1793 francs4 . Cet astucieux parrainage permet aussi à la Bibliothèque  de se faire connaître puisque la conférence a  drainé nombre d’admirateurs de Gambetta et qu’elle est narrée dans les journaux. De plus, avant le discours tant espéré, en « première partie » les auditeurs ont entendu un historique des bibliothèques des Amis de l’Instruction et un discours de M. Tolain sur le livre, lequel selon le journaliste présent a également soulevé l’enthousiasme :

Ce que nous réclamons aujourd’hui, mesdames et messieurs, dit l’honorable sénateur, bien des penseurs et des patriotes l’ont réclamé avant nous. Tout le monde est d’accord pour que l’instruction primaire soit obligatoire et laïque, mais cela ne suffit pas, il faut une éducation plus étendue, afin que les travailleurs sachent autre chose que lire, écrire et compter. Au moment où l’enfant entre en apprentissage, où il quitte la famille pour l’atelier, il perd peu à peu l’habitude de l’étude, et les exemples qu’il trouve sous ses yeux éveillent trop souvent ses instincts au détriment de sa vigueur physique et de sa moralité. C’est à ce mal qu’il appartient d’apporter un prompt remède, et ce remède, c’est l’étude, le livre. (Très-bien !)  Il y a dans notre société deux grandes catégories de citoyens : les savants et les ignorants. Les uns sortent des lycées, des facultés, des écoles supérieures, et par droit de naissance deviennent savants ou du moins ont sous la main tous les trésors pour le devenir. Les autres, préoccupés du pain quotidien, vivent d’une vie végétative, sans avoir pu goûter les délassements de l’esprit. Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement.

Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !  (Applaudissements.)

L’orateur montre ensuite comment une bibliothèque organisée avec des cours, des conférences , peut être le germe de véritables facultés à la portée du peuple. Ce n’est pas du nombre des livres, mais de leur choix qu’il faut se préoccuper. Un homme expérimenté, ayant déjà la pratique de l’enseignement, est indispensable à la tête d’une pareille œuvre.5

Afin de rendre plus accessible son discours sur la nécessité des bibliothèques populaires, M. Tolain se laisse aller à une confidence sur sa propre fréquentation des bibliothèques dans sa jeunesse qui est fort éclairante :

Quand j’étais enfant, il n’était pas question de bibliothèques populaires. J’avais la passion des livres et une seule bibliothèque existait dans mon quartier, celle de Sainte-Geneviève, ouverte seulement jusqu’à 10 heures du soir.

Mon âge m’en défendait l’accès, et chaque fois que je voulais m’y introduire, un vieux sergent me barrait la route en disant : « Vous êtes trop jeune, on ne passe pas ! » Un jour, je parvins pourtant à arriver au bibliothécaire, un brave homme, qui se laissa émouvoir par mon insistance et leva la consigne en ma faveur.
Ah ! mes chers amis, si vous saviez comme je me précipitai sur tous les livres et comme je les dévorai, sans suite, au hasard, pêle- mêle ! Par une rude expérience, j’ai compris combien il est dangereux pour le lecteur de n’avoir pas de méthode et voilà pourquoi je vous conjure d’éviter cet écueil.
6

On l’aura compris, Tolain prône donc des bibliothèques populaires où le choix des livres n’est pas laissé au peuple lui-même… Quelques mois plus tard, il semble d’ailleurs avoir soutenu à la Bibliothèque populaire du XIe arrondissement un groupe dont un des membres aurait acheté autoritairement pour 900 francs de livres « sans consulter le Conseil ni sur la dépense ni sur le choix des livres ».7

Ce lectorat qui ne trouve donc pas forcément les ouvrages qu’il aurait souhaité voir figurer sur les rayonnages de la bibliothèque, se rattrape quelque peu dans sa liberté de  choix au milieu des ouvrages qui lui sont proposés. Comme à l’habitude, on retrouve une forte propension à choisir des ouvrages de « délassement » plutôt que d’instruction. Le bilan dressé en février 1878 est le suivant :

Les auteurs les plus demandés sont, pour les romans : Erckmann-Chatrian, Eugène Sue, George Sand, Jules Verne, etc.

En histoire : Michelet, Louis Blanc, Henri Martin, Anquetil et même Rollin.

La Bibliothèque compte environ 220 lecteurs, se partageant comme suit :

Romans, 120 ; Histoire, 60 ; Littérature, 10 ; Voyages et Géographie, 8 ; Hygiène et Médecine, 6 ; Industrie, 4 ; Sciences, 2.8

Dix ans plus tard environ, une jeune femme  se rendait à cette bibliothèque. Rappelons en effet que les Bibliothèques des Amis de l’Instruction avaient à cœur d’accueillir un lectorat féminin et que pour cela les femmes payaient une cotisation inférieure de moitié à celle des hommes. C’est une jeune actrice, trop pauvre pour acquérir elle-même ses ouvrages et qui souhaite lire Euripide. La demande pose problème au bibliothécaire qui craint un refus du Conseil d’administration de la Bibliothèque (pour des raisons morales? ou pragmatiques? on ne sait). Il feint donc d’acheter un roman de Dumas pour pouvoir procurer à la comédienne le texte demandé… Cinquante ans plus tard, Mme Segond Weber tient à raconter au Monde Illustré cet épisode :

C’est une jeune Parisienne pauvre qu’avait élue en vous le génie méditerranéen de la tragédie. C’est Paris, tel qu’il est, qui vous a fait ce que vous êtes. Quand l’éclosion de votre âme d’artiste, développant en vous les appétits de l’intelligence, vous poussa à des lectures toujours plus vastes, c’est la bibliothèque populaire du onzième arrondissement qui vous prêta les livres. Et le jour où la préface que Racine mit à Phèdre vous donna la curiosité de lire Euripide, le bibliothécaire s’arracha les cheveux à l’audition de votre requête. Point d’Euripide sur ses rayons ! Il prit sur lui d’en acheter un, mais il craignit d’être désapprouvé pour cette acquisition insolite, et il trouva le moyen de la déguiser sous l’entrée d’un roman de Dumas père, de consommation incontestablement plus courante.9

 

 

 

  1. image provenant du site http://www.lesarchivesduspectacle.net; libre de droits []
  2. voir les premiers billets []
  3. P. Gallery des Granges, « La Réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire, 30 janvier 1877 []
  4. D’après le compte-rendu de 1878 []
  5. ibid. []
  6. ibid. []
  7. l’affaire est longuement narrée dans un compte rendu « imprimé aux frais d’un membre du Conseil » en 1878, adressé aux sociétaires []
  8. Ibid. []
  9. « Mme Segond Weber, tragédienne », Le Monde illustré , 27 juin 1936 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)

J’annonçais dans un précédent billet un insoutenable suspense. Quelles bibliothèques populaires allaient donc être récompensées à l’Exposition universelle de 1867 ? Les consignes données par le comité de la classe 90 du groupe X, la composition même du jury, ne laissaient-elles pas augurer de médailles pour des bibliothèques très proches du Jury ? Nous avions laissé le Comité  alors qu’il exposait en 1865 les modalités de candidature dans Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867. Un exemple de bulletin de demande d’admission était joint à cette publication. Ce bulletin que l’on pouvait retirer à divers endroits officiels sur tout le territoire français devait être envoyé au Comité avant le 31 octobre 1865. L’éventuelle admission serait quant à elle annoncée avant le 31 décembre aux futurs exposants.
Ce sont ces formulaires que l’on retrouve dans les archives de l’Exposition universelle. Parmi les admis de la classe 90, différents acteurs des bibliothèques populaires sont représentés :
– les auteurs d’ouvrages pour l’instruction des adultes comme Louis Harant, professeur à l’Association polytechnique, pour sa Géométrie appliquée aux arts et métiers
– les éditeurs comme Louis Hachette, Edme Roret, Joseph Eugène Lacroix…
– les associations ayant fondé des bibliothèques
– les corps de métier proposant des améliorations matérielles comme Jean Engel, fabricant de reliures solides pour les bibliothèques scolaires et populaires
On remarquera aussi que la chemise des refusés de la classe 90 ne contient aucune demande de bibliothèque populaire. Ce qui ne signifie pas pour autant que les refus ont tous été archivés…
Les bulletins de demandes d’admission subsistants sont précieux pour mieux cerner la façon dont les candidatures se sont déroulées. Ils prévoient en effet :
– nom, prénom ou raison sociale et profession du demandeur et signature
– domicile du demandeur et siège de son établissement
– désignation des médailles obtenues aux Expositions universelles de 1851, 1855 et 1862
– désignation détaillée des produits que le demandeur désire exposer
– espaces demandés à l’Exposition universelle de 1867
On trouvera dans le tableau ci-dessous un résumé des demandes que j’ai pu repérer dans les archives de l’Exposition universelle de 18671.
Nom Signature Adresse Objets à exposer Espaces demandés
Société des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement.
M. Perdonnet président. Bibliothèque populaire avec prêt des livres à domicile.
Pour le Président, M. Harant, secrétaire général. Ecole centrale des Arts et Manufactures, rue de Thorigny Documents relatifs à l’organisation, compte-rendus, catalogues
Société des Bibliothèques communales de l’Aisne Pour la société, le Président, Hébert, questeur au corps législatif à Laon (Aisne) Statuts, règlements, circulaires, bulletins mensuels, rapports
Société de la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 5e arrondissement de Paris  Rue Blainville 9, ancienne rue Contrescarpe St Marcel 29  Mode d’organisation de la Bibliothèque. modèles de registres, catalogues et enfin tous les documents relatifs à l’organisation et à l’administration d’une bibliothèque populaire  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 0,80, hauteur 0,80
 Société Franklin, pour la propagation des Bibliothèques populaires  E. Lévy, secrétaire 6, rue de Savoie  Catalogue d’instructions. Comptes rendus de ses deux séances publiques annuelles de l’année 1865 et de l’année 1866
 Société des Livres religieux de Toulouse  Le secrétaire, M. Lafargue. Le Président, F. Courtois  Chez M. Franck Courtois. Banquier à Toulouse  La société désire prendre part à l’Installation collective des publications religieuses protestantes organisée par la Société des Traités de Paris.Elle désire d’autre part exposer sa collection de livres formant bibliothèque avec les Bibliothèques populaires.
Pasquet Pierre Pasteur P.Pasquet Ferney (Ain) Catalogues et autres pièces, statistiques, relatifs à la bibliothèque populaire et aux cours d’adultes créés à Ferney   Exposition dans le Palais sur muraille 0m 40 carrés
 Sérurier Vicomte Charles Rue d’Argenson, n° 1  Statuts et règlements de l’Association fondée à Paris pour organiser dans le 8e arrondissement une Bibliothèque populaire, des lectures gratuites, des cours d’adultes et des entretiens
 Société des Bibliothèques communales du Haut Rhin Chez M. Dolfus à Mulhouse  Statuts, catalogues, documents divers relatifs aux bibliothèques communales
Société des livres utiles Le secrétaire général, de l’Etang Rue Joubert, 30  Statuts, catalogues, rapports et publications de la société
 Bibliothèques et Cours populaires de Guebwiller  J.J. Bourcart  Guebwiller, Haut-Rhin  Tableau explicatif pour cours de mécanique, un volume contenant les statuts et différents pièces ou exposés relatifs à l’oeuvre  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 1 hauteur 1.50
 Bibliothèque populaire de Taverny (Seine-et-Oise).
M. Robinet, président du conseil d’administration de la bibliothèque populaire de Taverny
 Robinet  Taverny (par Saint-Leu), Seine-et-Oise  Catalogue de la bibliothèque et son règlement. Notice sur le nombre des souscripteurs, le nombre des lecteurs, les livres demandés, etc.  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 30 hauteur 25 c
Une fois les candidatures enregistrées comme il se doit, des rapports sont établis par les présidents des divers comités. Pour la classe 90, M. Ph.Pompée, le vice -président, se trouve confronté à toutes sortes d’obstacles qu’il tente tant bien que mal de lever. Il annonce dans une proposition au jury de la classe 90, communiquée à la classe 89 (laquelle s’occupe des écoles), que peu de candidats se sont manifestés et qu’il faut combler les lacunes. Cela lui permet de justifier une exposition préparatoire à laquelle le public n’est pas convié, dûment prévue par l’empereur afin – officiellement !- de pallier tous les soucis prévisibles pour une classe jusque là quasi inconnue des Expositions… M. Pompée se lance ensuite dans un argumentaire laborieux afin d’expliquer qu’une juxtaposition d’objets en fonction de leur provenance déconcerterait les visiteurs et qu’il préconise donc un classement par objets similaires permettant d’embrasser l’effort de la France en matière d’instruction. On lit  parfaitement entre les lignes de cette proposition combien il en a coûté à son auteur de justifier une censure préalable et l’effacement des efforts des associations au profit du pouvoir impérial.
La configuration définitive des Classes 89 et 90, en 1867, sera donc calquée sur ce classement des objets par centres d’intérêt, avec la thématique commune « Matériel et méthodes de l’enseignement des enfants. Bibliothèques et matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la commune ou la corporation ».  Le catalogue de l’Exposition explicite tous les choix de documents et présente ainsi celui opéré pour les bibliothèques populaires :
La diffusion de l’enseignement ne peut se faire sans la diffusion des livres ; ils sont les auxiliaires de l’enseignement, et ils enseignent encore plus par eux-mêmes. Le colportage, qui vend les livre, ne pouvait les répandre en assez grand nombre, ni les faire pénétrer assez avant, ni les mettre partout dans toutes les mains ; faisant œuvre de commerce, non d’éducation, tout réglé qu’il soit, il ne pouvait donner assez de garanties.
L’institution de bibliothèques dans toutes les communes de France, louant ou prêtant les livres, les mettant à la portée de tous, les faisant circuler de famille en famille, était le complément indispensable de la propagation de l’enseignement. Décidées par le ministère de l’instruction publique, établies dans les écoles communales, desservies par l’instituteur, les bibliothèques scolaires ont été les premiers fondements de l’institution. Il y en a aujourd’hui 8,000 qui prêtent 500,000 volumes par an. Mais pour doter près de 40,000 communes de bibliothèques, l’action ministérielle ne suffisait pas. L’esprit public lui est venu en aide avec un élan remarquable. Un grand nombre de sociétés libres se sont formées pour cet objet spécial. Les unes embrassent une ancienne province, comme en Alsace ; les autres, un département ; d’autres sont seulement locales ; plusieurs, qui ont Paris pour siège, s’efforcent d’exercer du centre une influence qui s’étende sur tout le pays, soit en prêtant leur assistance à toute tentative de fondation de bibliothèques, soit en encourageant les bons livres et en les signalant, soit en agissant sur le colportage ; quelle que soit la mesure de leur action, quel qu’en soit le mode, toutes concourent à produire une agitation féconde, et qui  a déjà eu d’utiles effets. Non-seulement des milliers de gens qui n’ouvraient un livre que par accident ont été gagnés à la lecture, en ont pris le goût et l’habitude, mais les éditeurs, en présence de ce vaste marché qui s’ouvrait à eux, les auteurs en face d’un public se renouvelant sans cesse, ont commencé à marcher dans des voies nouvelles : les premiers, par les combinaisons les plus économiques, cherchent à atteindre l’extrême limite du bon marché ; les seconds comprennent que pour aller à l’âme de tout un peuple, la littérature doit rompre avec le raffinement des idées et le bel esprit du style, et qu’elle ne peut être trop pure ni dans le fond ni dans la forme2.
Le visiteur de la classe 90 qui suit le parcours prévu par les organisateurs voit successivement les documents concernant l’instruction religieuse (1 à 38), les bibliothèques populaires (39 à 95), l’art de l’enseignement (96 à 111), la bibliothèque classique d’enseignement secondaire (112 à 141), la bibliothèque spéciale agricole, etc.
Les documents concernant les bibliothèques populaires sont subdivisés de la manière suivante :
– sociétés (39 à 59) que l’on trouvera ci-dessous telles que le catalogue les présente3.
– matériel pour bibliothèques populaires (60 à 63)
– livres et publications périodiques (64 à 95)
Nom de la société Nom de la personne associée Adresse  Objets exposés N° d’ordre dans la classe 90
Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires M. le marquis de Chasseloup-Laubat, sénateur, président Paris, rue de Savoie, 6 Statuts, catalogue, comptes-rendus des séances publiques annuelles 39
Société des livres utiles M. le marquis d’Audiffret, sénateur, président Paris, rue Joubert, 30 Statuts, catalogue, rapports et publications 40
Société pour l’encouragement des publications populaires M. Le vicomte de Melun, président Paris, rue de Grenelle- Saint-Germain, 82 Statuts, catalogue, comptes-rendus, bulletins mensuels 41
Société des bibliothèques communales de l’Aisne M. Hébert, questeur du Corps législatif, président Laon (Aisne) Statuts, catalogue, instructions, bulletins mensuels 42
Société des bibliothèques aveyronnaises M. Mouton, procureur impérial, président Rodez (Aveyron) Statuts, règlements, système de bibliothèques circulantes 43
Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin M. Jean Dolfus, président Mulhouse (Haut-Rhin) Statuts, catalogue, comptes-rendus 44
Haelling (Ch.) Mulhouse (Haut-Rhin) Méthode d’inscription de lectures et de livres 45
Société alsacienne pour les bibliothèques populaires à Colmar M. Peyerimholf, maire de Colmar, président Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements, comptes-rendus 46
Bibliothèque des amis de l’Instruction M. Perdonnet, président de l’association polytechnique, président Paris, école centrale des arts et manufactures Statuts, catalogue, comptes-rendus 47
Bibliothèque populaire du Ve arrondissement M. Laboulaye, membre de l’institut, président Paris, rue de Blainville, 9 Statuts, catalogue,règlements 48
Bibliothèque populaire du VIIIe arrondissement
M. le comte Sérurier, ancien préfet, président, fondateur Paris, rue Roquépine, 18 Statuts, catalogue, circulaires, règlements, lectures gratuites, conférences et cours d’adultes 49
Bibliothèque populaire municipale du XIe arrondissement M. Lévy (Frédéric), maire, président Paris, place du Prince Eugène Statuts, catalogue,règlements 50
Bibliothèque de l’oeuvre de la visite des malades dans les hôpitaux Mme la comtesse Marguerite de la Tour-Maubourg, présidente Paris, rue de la Pépinière, 118 Statuts, catalogue, etc. 51
Société des bibliothèques communales de Montbéliard (Doubs) Statuts, catalogue, statistique 52
Bibliothèque populaire de Taverny M. Robinet, président Seine-et-Oise Catalogue, statistique 53
Bibliothèque et cours populaires de Guebwiller M. Bourcart, président-fondateur Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements 54
Bibliothèque populaire de Dieulefit M. Coueslant, président Drôme Imprimés relatifs aux bibliothèques populaires et aux écoles primaires 55
Bretégnier (le pasteur) Beutat (Doubs) L’organe des bibliothèques populaires, modèles de registres pour la tenue des bibliothèques populaires rurales, publications 56
Leclaire maire et président de la bibliothèque populaire Herblay (Seine-et-Oise) Statuts, catalogue,règlements 57
Bibliothèque populaire de Ferney (Ain) M. Pasquet (pasteur), président Statuts, catalogue, cours d’adultes 58
Bibliothèque communale d’Hortes (Haute-Marne) le maire, président Système d’organisation reposant sur l’association et la cotisation 59

 

Combien de visiteurs se sont véritablement penchés sur les vitrines contenant ces documents alors que l’Exposition universelle recelait tant de nouveautés spectaculaires ? Peu nombreux sont les guides de l’Exposition ou les articles consacrant plus d’une page aux classes 89 et 90. Et quand ils le font, il est encore plus rare qu’ils mentionnent les bibliothèques populaires. Voici ce que raconte L’exposition universelle de 1867 illustrée, dont le témoignage critique est particulièrement révélateur :

Instruction publique en France

Les classes 89 et 90.

Au bout de la galerie transversale où sont disposés d’une façon si pittoresque les produits de l’Algérie et de nos colonies, le visiteur s’arrête devant un portique de belle ordonnance, celui que reproduit notre gravure [voir ci-dessous]. Deux groupes en ornent les côtés, dont l’un représente l’éducation de l’enfance, l’autre l’instruction des adultes ; et au-dessous du fronton se lit cette parole de l’Empereur qui est restée à l’état de programme non réalisé :

« Dans le pays du suffrage universel tout citoyen doit savoir lire et écrire. »

[…]

ce portique marque l’entrée des classes 89 et 90, qui comprend quatre salles, prises des deux côtés de la galerie circulaire n° 2. Là se trouve représentée toute l’éducation populaire, depuis la salle d’asile jusqu’à l’enseignement professionnel, et aux cours pour les adultes.

Le rédacteur décrit alors quelques objets comme ceux du pensionnat professionnel d’Ivry-sur-Seine dont il précise qu’il a « obtenu de nombreuses récompenses et donc le directeur, M. Pompée, vient d’être fait officier de la Légion d’honneur ». » Il s’agit bien du vice-président de la classe 90, nous y reviendrons ! Enfin, l’article termine de cette façon :

Ne quittons pas la classe 90 sans dire un mot du meuble monumental, et d’aspect presque funèbre, qui s’élève au milieu de la seconde salle et l’emplit presque à peu près. La statue dorée qui le surmonte représente la France. Trois de ses faces sont garnies de vitrines où sont rangés des volumes de documents, précieux peut-être, mais dont le public ne peut voir les titres. »4

expo 1867 classes 89 et 90

Même son de cloche dans un article tout aussi ironique publié par Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes :

Entrons. La classe 90 nous offre deux salles ou compartiments en enfilade.
Un sarcophage en ébène, à quatre faces, avec inscriptions commémoratives, occupe tout le centre du premier compartiment. A travers les glaces de ses vitrines, il laisse voir des registres bien reliés et non moins bien enfermés ; à l’un des angles, une ficelle tient en suspens, à la disposition du public, L’Enquête du dixième groupe, glorification de la Commission par elle-même. En haut du sarcophage on lit Ministère de l’instruction publique. Ce n’est pas un meuble des pompes funèbres qu’il fallait en cet endroit, il fallait la vie, et non point la mort, des vitrines ouvertes, et non point verrouillées, des joies et de la lumière, et non point les tristesses d’une couleur sombre. Effet d’or et d’encre noire, effet manqué. J’aime mieux les vitrines du compartiment de gauche les premières surtout, avec leur étiquette fatidique : Enseignement des femmes. J’aime ce ministère de l’instruction nationale. Mais qu’est-ce à dire ? On apprend donc quelque chose aux femmes, dans notre belle France ? Voyons ce qu’on enseigne à nos filles, à nos sœurs, à nos mères5.

Et les médailles ? A qui furent-elles attribuées ? Vous vous en doutez sans doute, mais il y aura cependant quelques surprises… dans un billet à venir.

  1. conservées aux Archives nationales []
  2. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  3. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  4. Ch Sauvestre, « l’Instruction publique en France » in L’Exposition universelle de 1867 illustrée. Publication internationale autorisée par la Commission impériale. 12 septembre 1867 []
  5. Edmond Douay, « Groupe X, classe 90 » in Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes… du 29 déc. 1867 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Les noms instructifs des bibliothèques populaires

On demande souvent aux bénévoles de la « bibliothèque des Amis de l’Instruction » d’où vient ce nom qui « fleure bon sa Troisième République ». Hélas! la petite bibliothèque a en réalité été fondée en 1861, et il n’ y a pas d’archives donnant les raisons exactes du choix de son nom. Rappelons seulement qu’elle est née de l’initiative d’artisans et ouvriers lecteurs de Proudhon et de Louis Blanc et que ses statuts stipulent  que « cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement »…

La presse s’est fait l’écho de cette fondation dès 1861. La « bibliothèque des Amis de l’Instruction » reçoit une médaille à l’Exposition universelle de 1867 (ce sera l’objet d’un prochain billet). Elle est citée par les bulletins de la Société Franklin, société destinée à encourager par des conseils pratiques la fondation de bibliothèques populaires. On ne s’étonnera donc pas que sous la Troisième République (nous y voilà!), elle soit source d’inspiration au moins pour son nom qui fait vibrer tous les tenants d’une instruction à la portée de tous, d’une lecture ferment de progrès. Les bibliothèques populaires éclosent les unes après les autres, mettant fièrement en avant leur côté « populaire », leur œuvre « instructive ».

À la demande du Ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, le jeune inspecteur des bibliothèques Camille Bloch1 remet en 1904 un rapport sur les bibliothèques populaires. Ce texte, largement élogieux, s’appuie sur la visite méthodique de plusieurs départements. Voici donc, grâce à ce rapport, selon la chronologie des déplacements de Camille Bloch, les beaux noms des bibliothèques populaires de Gironde et d’Indre-et-Loire en 1904…

GIRONDE:

– Bordeaux: bibliothèque du cercle girondin de la Ligue de l’Enseignement

– Bordeaux: bibliothèque de la Société des Amis de l’Instruction

– Bordeaux: bibliothèque de la Chambre syndicale des Employés de Commerce

– Bordeaux: bibliothèque de l’Association amicale des anciens élèves des Chartrons

– Bordeaux: bibliothèque populaire de Bordeaux, rue Sainte Eugénie

– Le Bouscat: bibliothèque populaire municipale

– Talence: bibliothèque populaire municipale

– Arès: société de la Bibliothèque populaire

– Eysines : bibliothèque du Cercle des Amis du Progrès

– Saint-Médard en Jalles: société de la Bibliothèque populaire

– Blésignac: bibliothèque républicaine d’instruction

– Cénac: bibliothèque populaire communale

– Gujan-Mestras: bibliothèque populaire communale

– Le Teich: bibliothèque populaire communale

– Cérons: bibliothèque populaire communale

– Preignac: bibliothèque populaire communale

– Bazas: bibliothèque populaire communale

– Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– Bourg sur Gironde: société de la Bibliothèque populaire

– Saint-Savin de Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– La Réole: bibliothèque de la Société Réolaise de la Ligue de l’Enseignement

– Saint-Macaire: bibliothèque populaire du Canton

– Lesparre: bibliothèque populaire communale

– Libourne: bibliothèque de l’union de la Jeunesse laïque et démocratique

– Branne : bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Castillon: bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Coutras: bibliothèque populaire et scolaire

– Saint-Denis de Pile: bibliothèque populaire et scolaire

– Lussac: bibliothèque populaire de la Ligue d’Enseignement

– Sainte-Foy: bibliothèque populaire municipale

INDRE ET LOIRE

– Tours: bibliothèque du Cercle tourangeau de la Ligue de l’enseignement

– Tours: bibliothèque du Foyer du Soldat

– Tours: bibliothèque du patronage laïque (sic) de La Faye

– Saint-Symphorien: bibliothèque de la Société cantonale Populaire d’Instruction et d’Education, ou Bibliothèque populaire circulante du Canton

– Amboise: bibliothèque populaire municipale

-Azay- sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Bléré: bibliothèque de la société cantonale d’instruction et d’éducation

– Civray-sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Luzillé: bibliothèque de la Société d’éducation populaire, « l ‘Éducation des adultes »

– Courcelles: bibliothèque de la Société d’Instruction, d’Education et de tempérance

– Sorigny: bibliothèque de l’association amicale des anciens élèves de l’école

– Chinon: bibliothèque de la Société d’Instruction de l’arrondissement

– Cinq-Mars-la Ville: bibliothèque populaire communale

– Sainte-Maure: bibliothèque populaire communale

– Le Grand Pressigny: bibliothèque populaire municipale

– Abilly: bibliothèque de l’association  des anciens élèves de l’école

– Chevigny: bibliothèque populaire communale

 

 

 

 

 

  1. sur l’inspection générale des bibliothèques et Camille Bloch, voir : Caillet, Maurice, « L’inspection générale des bibliothèques  », BBF, 1970, n° 12, p. 597-608
    [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 11 juillet 2013   []

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

A l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   A l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []

L’exercice 1861 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction

Dans leurs travaux sur la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3earrondissement, Ian Frazer1 et Pascale Marie2 font référence à plusieurs rapports d’exercice, le plus ancien concernant l’exercice  1862.

Or, une recherche récente sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, nous a fait découvrir un texte qui complète cette série.

En 1862, le journal hebdomadaire « L’ami des sciences » publie dans son numéro 18 (4 mai), un texte intitulé « Rapport sur la situation de la Bibliothèque des Amis de l’instruction au 31 décembre 1861 ». Son auteur est Louis Grandeau, « professeur à l’Association philotechnique, administrateur trésorier de la Bibliothèque ».

On y trouve un historique de la fondation de la bibliothèque, une courte mais vivante description des premiers mois de son fonctionnement (les noms des sociétaires qui chaque soir, à leur tour, aident le bibliothécaire à inscrire les nouveaux lecteurs, à prêter les livres …, sont cités) et une présentation des comptes au 31 décembre 1861 qui fournit plusieurs éléments chiffrés.

Les cinq dates importantes retenues sont les suivantes :

– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot

Après quelques mois de fonctionnement, la bibliothèque compte 450 sociétaires qui ont à leur disposition environ « douze cents volumes » et qui en ont emprunté 504 au cours du mois de décembre 1861.

 

1 – FRAZER, Ian. Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861). In : Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985. P. 53‑79.

2  – MARIE, Pascale. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983.

MARIE, Pascale. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement : un temple, quartier du Temple. In : Les lieux de mémoire, T. 1, La République. Paris : Gallimard, 1984. P. 323 à 351.