Archives de catégorie : Billets

L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944)

Catalogue des bibliothèques populaires de la ville édité en 1887. Source BM Saint-Etienne : FAR C18(19). Cliché: A. Bertrand

Cet article sera publié dans le prochain numéro (n°68) que la revue Saint-Étienne, Histoire et Patrimoine dédie aux « Librairies et Bibliothèques ». Il peut constituer une introduction au mémoire de recherche que j’ai consacré à la situation des bibliothèques publiques de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale1 Ce mémoire est consultable à la Médiathèque Tarentaize (Service Patrimoine) et aux Archives Municipales de Saint-Étienne.

L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944).

Durant plus d’un siècle, les bibliothèques populaires stéphanoises ont constitué un puissant outil municipal au service de la promotion de lecture en milieu populaire. Longtemps resté en marge de l’histoire du livre et des bibliothèques, le modèle des bibliothèques populaires fait l’objet d’un regain d’intérêt depuis quelques années : en témoignent de nombreuses publications et travaux universitaires, ainsi que la patrimonialisation d’une « bibliothèque populaire témoin » par la Médiathèque Tarentaize. En attendant une grande exposition qui permettrait aux Stéphanois de redécouvrir la richesse et l’originalité de ces bibliothèques, cet article se propose de retracer leur histoire en se focalisant sur les tensions politiques qui se cristallisèrent autour de ce symbole républicain en étudiant un événement historique méconnu : l’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des origines des bibliothèques populaires et leur situation en 1940.

A la faveur d’une relative libéralisation du régime impérial au début de la décennie 1860, de nombreuses initiatives voient le jour partout en France afin d’encourager l’éducation et la lecture populaire. Parmi celles-ci, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction à Paris (1861), la Société Franklin (1862) et la Ligue de l’Enseignement (1866) jouent un rôle primordial dans la multiplication des bibliothèques populaires. A Saint-Étienne, malgré l’opposition des élites conservatrices, l’effort de certaines municipalités contribue à la création d’un dense réseau de bibliothèques au service de la lecture populaire.

La création contestée des premières bibliothèques populaires

En 1866, à l’initiative de notables libéraux, la municipalité stéphanoise dirigée par Benoît Charvet décide de l’ouverture de deux bibliothèques populaires situées Rue de la Vierge et Place Jacquard2. Par la fourniture d’ouvrages pouvant être lus à domicile contre cautionnement, ces bibliothèques, installées dans des locaux affrétés par la mairie, viennent combler un vide qui profitait jusque-là aux bibliothèques paroissiales. En effet, si Saint-Étienne dispose depuis 1831 d’une Bibliothèque Municipale qui déménage en 1861 dans le Palais des Arts, celle-ci n’a pas vocation à promouvoir ce qui ne s’appelle pas encore la « lecture publique ». Héritage de la Révolution Française, la bibliothèque municipale se distingue alors par son souci de conservation et d’enrichissement du patrimoine, par son caractère « scientifique » et par l’impossibilité du prêt à domicile.

En se proposant de mettre entre les mains du plus grand nombre des ouvrages de « voix de la liberté » (Sand, Hugo, …), les bibliothèques populaires stéphanoises deviennent dès 1867 l’objet d’une polémique qui très vite prend une ampleur nationale. Relayée par le Mémorial de la Loire, une pétition rédigée par les élites conservatrices catholiques dénonce les « publications malsaines, antisociales et antichrétiennes »3 fournies aux ouvriers de la ville. L’affaire remonte jusqu’au Sénat et oblige le ministre de l’Instruction publique de l’époque, Victor Duruy, à trancher en faveur de la légalité des bibliothèques populaires tout en renforçant le pouvoir de contrôle de l’État sur leurs acquisitions. A Saint-Étienne comme partout en France, cette polémique et la décision du ministère mettent un frein à l’expansion de ce modèle de bibliothèques. Peu d’années après leur création, sans que les Archives ne puissent l’expliquer, les deux bibliothèques populaires stéphanoises ferment, et leurs ouvrages sont regroupés en une seule bibliothèque populaire placée au sein du théâtre municipal. Pour autant, dès les années 1880, de nouvelles créations de bibliothèques populaires témoignent d’un volontarisme municipal en faveur de la diffusion de la lecture.

            Les « petites bibliothèques de la République »4 (1880-1940)

En dépit de la contestation dont elles font l’objet dès leur naissance, le nombre de bibliothèques populaires va s’accroître considérablement au cours de la IIIe République à Saint-Étienne. A la faveur de l’investissement de municipalités radicales-socialistes et socialistes, le nombre de bibliothèques populaires passe d’une seule en 1875 (celle du Théâtre) à plus d’une vingtaine en 1939. Deux vagues de créations de bibliothèques populaires sont notables : la décennie 1880, sous les mandats de Victor Duchamp, Pierre Madignier et Émile Girodet, et la décennie 1920 à la faveur de l’engagement fort du maire Louis Soulié. Ces bibliothèques populaires symbolisent sur le plan éducatif et culturel l’action de ce « socialisme municipal » au service des classes ouvrières tel qu’il a été étudié par l’historien Jean Lorcin5. La création de ces bibliothèques populaires témoigne également de la transformation de la ville et de la densification progressive de certains quartiers dans lesquels s’ouvrent de nouveaux établissements scolaires. A travers deux pétitions réclamant en 1892 la création de bibliothèques populaires dans leur quartier, les habitants de La Chaléassière et de Monthieux témoignent également des progrès de l’alphabétisation dans les milieux populaires et de leur aspiration à des loisirs culturels.

Excepté la bibliothèque populaire du Théâtre (détruite dans l’incendie du Théâtre municipal en 1928), toutes les bibliothèques populaires sont implantées dans les écoles publiques de garçons et sont entretenues par le directeur de l’établissement en question. Situées dans des écoles, ces bibliothèques n’en restent pas moins ouvertes à tous les habitants du quartier qui peuvent emprunter des ouvrages contre une caution au montant variable suivant les décennies. Jusqu’à la fin du XIXe, les bibliothèques sont ouvertes deux fois par semaine : le jeudi de 19h30 à 21h et le dimanche de 14h à 17h. Devant la faible fréquentation le dimanche, le conseil municipal décide de remplacer l’ouverture dominicale par une ouverture le mardi soir de 19h à 21h. Les missions du responsable de la bibliothèque sont multiples : il est chargé de l’entretien des livres et du mobilier, de la bonne tenue du local et du prêt auprès des particuliers.

Jusqu’à la fin du XIXe, l’État garde un pouvoir de contrôle très important sur les bibliothèques populaires. En effet, le préfet est chargé de l’attribution des ouvrages octroyés par le Ministère de l’Instruction public ; il nomme les membres de la Commission d’Inspection et d’Achat (CIA), commission municipale chargée de lui remettre annuellement un rapport sur l’état des bibliothèques ; son avis est requis pour toute entrée de nouvel ouvrage (dons, acquisitions). A partir du début du XXe siècle, le contrôle et la gestion des bibliothèques sont de plus en plus du ressort municipal : les mairies achètent directement auprès de libraires les ouvrages destinés aux bibliothèques populaires ; mais surtout une assez large autonomie est laissée aux directeurs des bibliothèques de plus en plus associés aux commandes des ouvrages. Une certaine libéralité s’est opérée, en témoigne la prise en compte grandissante du souhait des lecteurs dans le choix des acquisitions.

            Situation des BP de Saint-Étienne en 1940

En 1940, la ville de Saint-Étienne peut s’enorgueillir de compter 25 bibliothèques populaires actives sur l’ensemble de la ville. Ce nombre ne doit pas faire oublier la grande hétérogénéité qui existe entre chacune d’entre elles ni les critiques dont elles peuvent faire l’objet avant-guerre de la part du bibliothécaire de la ville. En tant que responsable de la bibliothèque municipale, Pierre Lévêque, formé à l’École des Chartes, témoigne d’une attitude relativement condescendante à l’égard de ces petites bibliothèques de quartier tenues par des non-professionnels parfois peu soucieux de maintenir leur catalogue à jour.

Si les premières statistiques sur les bibliothèques populaires ne datent que de 1944, elles nous permettent cependant de nous faire une idée assez fidèle du fonds de ces bibliothèques. Le nombre d’ouvrages présents dans les différentes bibliothèques populaires stéphanoises témoigne de l’ancienneté ou non de celles-ci. Les bibliothèques des écoles du Soleil, de la rue des Passementiers, de la rue Valette ou encore de Gaspard-Monge, toutes fondées autour de 1880 disposent en moyenne d’un fonds d’ouvrages compris entre 3200 et 5000 volumes. A contrario, la dizaine de bibliothèques populaires créées à partir du milieu des années 1920 ont moins de 1000 volumes sur leurs étagères. Les bibliothèques dont les fonds sont les plus anciens permettent de se rendre compte de l’évolution des types d’ouvrages acquis par les bibliothèques populaires. Jusqu’à la fin du XIXe, le caractère éducatif de la bibliothèque populaire s’affirme par la présence d’ouvrages de vulgarisation scientifique et technique, d’Histoire et de Géographie, qui sont en nombre prépondérant par rapport aux œuvres classiques de la littérature et aux grands romans feuilletons du XIXe (Walter Scott, Fenimore Cooper, Dumas, Sue). A partir du début du XXe siècle et de municipalisation progressive des achats, les bibliothèques populaires accordent de plus en plus de place aux romans, à une lecture dite « distractive » largement plébiscitée par le lectorat populaire. Il n’est pas aisé de dresser le portrait de ce lectorat populaire tant les informations le concernant sont lacunaires (même si celle-ci s’annonce difficile, une étude des registres d’emprunt reste à faire).

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, la situation des bibliothèques populaires stéphanoises est contrastée. D’une part, elles essuient les critiques du bibliothécaire municipal Pierre Lévêque qui les juge vieillissantes et parfois mal tenues ; mais d’autre part, elles ont reçu le soutien de municipalités qui ont privilégié leur développement et leur création au point de faire de Saint-Étienne une ville bien équipée dans ce domaine.

La Révolution Nationale en bibliothèque : l’exemple des bibliothèques populaires stéphanoises.

L’offensive allemande au printemps 1940 entraîne la déroute des armées françaises et avec elles la chute de la IIIe République. Accusé d’être responsable de la défaite, le régime parlementaire et républicain est, aux yeux du Maréchal Pétain, synonyme de décadence. Arrivant au pouvoir, il met en œuvre dès l’été 1940 un programme idéologique baptisé Révolution Nationale, dont le cœur idéologique est la restauration de l’ordre moral. Dans un premier temps, sans directement s’attaquer aux bibliothèques publiques, le régime de Vichy pointe notamment du doigt le corps enseignant comme responsable de la défaite. A Saint-Étienne, la délégation spéciale, nommée par le gouvernement de Vichy après la suspension du conseil municipal « front populaire » élu en 1935, ne tarde pas à former une commission chargée de la censure des bibliothèques populaires désignées responsables de l’affaiblissement moral du pays.

La Révolution Nationale, l’éducation et le livre: idéologie de réaction face à l’effondrement

Aux yeux des hommes de Vichy, la défaite militaire française est avant tout le résultat de l’effondrement moral du pays. En ce sens, œuvrer à la reconstruction morale et intellectuelle de la France est une des priorités du nouveau régime. Cette restauration s’effectue notamment par une reprise en main autoritaire de l’institution scolaire et par une censure des manuels scolaires.

Dès 1934, dans un discours prononcé à l’occasion du banquet de la célèbre Revue des deux mondes, Philippe Pétain montre que l’école et la jeunesse sont déjà des préoccupations importantes à ses yeux. Publié, ce texte suscite l’émoi de la profession enseignante accusée de « se donner ouvertement pour projet de détruire l’État et la société »6. Le grand texte fondateur de la politique scolaire de Vichy, paru en août 1940, est une nouvelle fois signé de la main de Pétain. Dans cet article-manifeste intitulé « Politique sociale de l’éducation », il assigne à l’école la mission de célébrer « la famille, la société, la patrie » et plus loin, il oppose le travail et l’expérience à « une culture pseudo-livresque »7.

Les efforts de Vichy se concentrent alors sur deux fronts : d’une part, œuvrer à la dépolitisation du corps enseignant en mutant ou révoquant certains instituteurs syndiqués et en fermant les Écoles Normales accusées d’être des foyers du laïcisme et du pacifisme ; d’autre part, en remettant en question la liberté pour l’instituteur de choisir le manuel scolaire utilisé en classe. En effet, le 21 octobre 1940, Georges Ripert, secrétaire d’État à l’Instruction publique fait paraître « une liste de livres autorisés dans les écoles élémentaires publiques ».

Cela dit, à la différence des autorités allemandes qui dès août 1940 s’appuient sur la liste Bernhard pour saisir et détruire en région parisienne plus de 700 000 volumes, le régime de Vichy, tout en continuant à appliquer scrupuleusement la censure préventive d’État rétablie en 1939, n’a pas durant l’année 1940 adopté une politique de censure active et forte des bibliothèques. Il faut attendre l’année 1941 pour voir la Commission Interministérielle publier la première des quatre listes de livres interdits par l’État Français en bibliothèque.

Les acteurs d’une censure importante et précoce

La grande spécificité de la censure des bibliothèques populaires de Saint-Étienne repose sur deux critères principaux : la précocité et rapidité de la mise en œuvre de cette décision et la quantité importante de livres saisis.

Les premières mesures symboliques de la municipalité vichyste consistent à effacer les traces d’une IIIe République honnie. Amédée Guyot, président de la délégation spéciale stéphanoise, prend en ce sens deux mesures fortes : débaptiser les noms de rues évoquant les grandes figures républicaines et/ou attachées au mouvement ouvrier et mettre en place une commission chargée de la censure des bibliothèques populaires. S’il obéit de fait à une note du nouveau préfet Marcel Lemoine lui demandant « de faire régner le nouvel esprit du gouvernement de Vichy dans les différentes bibliothèques municipales », force est de constater que la mise en application de cette injonction est effectuée avec zèle. Le 28 novembre, les directeurs des bibliothèques populaires se voient contraints de fermer ces établissements jusqu’à nouvel ordre. Le 5 décembre sont nommés les 14 membres de la commission chargée de l’épuration des bibliothèques populaires. Ces membres sont des notables exerçant ou ayant exercé pour la plupart d’entre eux des professions libérales et indépendantes (avocat, industriel, notaire, médecin, écrivain ou même libraire!). La plupart d’entre eux se connaissent, fréquentant les mêmes sociétés savantes ou culturelles (La Diana, Les Amitiés) et/ou les milieux cléricaux très conservateurs. En janvier 1941, le prêtre de l’Église Saint-Louis déclare : « Nous ne pouvons pas ne pas nous réjouir quand on libère l’École publique de l’idéologie partisane et de sa servitude antireligieuse et antisociale, […] quand on nettoie les bibliothèques et les cinémas »8. Cet esprit revanchard anime profondément l’action des censeurs.

Durant les dernières semaines de l’année 1940, la Commission chargée de la censure des bibliothèques populaires stéphanoises passe au peigne fin les rayonnages des 25 établissements. Malgré l’absence déplorée de catalogue dans de nombreuses bibliothèques, une liste de plus de 630 titres (pour un total de plus de 1800 volumes) est établie le 27 janvier 1941. Ce sont environ 5% de l’ensemble des volumes des 25 bibliothèques populaires qui sont ainsi mis à l’index et rendus inaccessibles aux lecteurs (dans la troisième partie de cet article sont analysés le type et la nature des ouvrages censurés).

Cette censure, dont l’initiative revient au préfet de la Loire et qui donne lieu à une application particulièrement zélée à Saint-Etienne, précède de plusieurs mois la formation au sein du gouvernement de Vichy d’une Commission interministérielle. Cette spécificité s’accompagne d’un autre – le caractère moral de cette censure – qui doit énormément à un des membres de la commission chargée de l’épuration des bibliothèques populaires.

Un censeur exemplaire : portrait du Docteur Choupin

La présence du docteur F. Choupin au sein de la commission de censure des bibliothèques populaires apparaît comme la consécration pour cet homme qui a fait de la dénonciation de l’immoralité publique le combat d’une vie. S’il existe depuis le début du XXe siècle un consensus entre protestants et catholiques sur la nécessité d’une lutte contre l’immoralité publique, la radicalité et la pugnacité de l’action du docteur Choupin sur ce terrain est sans commune mesure. A l’initiative de la création dès 1911 de la Ligue de Protection de l’Enfant et la Famille (LPEF, qui apparaît aussi parfois sous le nom de Ligue de protection de l’enfant contre l’image obscène), il traque le délit d’outrages aux bonnes mœurs dans les moindres détails. En 1911, il fait condamner par le Tribunal Civil de Saint-Etienne les éditions Offenstadt pour avoir publié La vie en culotte courte, revue illustrée humoristique ironisant sur la vie quotidienne des soldats de caserne. Revendiquant 100 000 adhérents, la LPEF mène auprès des municipalités stéphanoises une action de lobbying qui porte principalement ses fruits dans les années 1920 et 1930 au cours desquelles sont pris plusieurs arrêtés municipaux interdisant la ventes de dizaines de publications jugées licencieuses. Dans une brochure intitulée Petit guide pour la lutte contre l’immoralité publique publiée en 1930, Choupin théorise et encourage la dénonciation des œuvres s’attaquant à l’ordre social naturel qui repose à ces yeux sur la famille et la morale catholique. Lecteur et financeur de la Revue des Lectures de l’abbé Bethléem9, il n’est donc pas étonnant de voir son nom figurer en bonne place au sein de commission d’épuration des bibliothèques populaires. Ayant acquis une connaissance approfondie des « livres immoraux », il participe à faire de cette censure un combat pour la restauration de l’ordre moral.

Brochure : Petit guide pour la lutte contre l’immoralité publique rédigée par le docteur Choupin en 1930. Coll. privée (cliché A. Bertrand)

De la censure à l’épuration des « mauvais livres » : un cas unique dans la région.

 

Comprendre cet événement que constitue l’épuration des bibliothèques populaires stéphanoises suppose de mesurer la singularité de cette censure à l’aune d’autres exemples régionaux à la même période.

Le nombre important et la nature de volumes saisis, et la décision de les pilonner soulignent la dimension exceptionnelle de cette mise sous tutelle des bibliothèques publiques stéphanoises.

La censure en pratique : typologie des livres incriminés

L’analyse de cette liste d’ouvrages censurés est riche en enseignement, dans la mesure où elle éclaire plus précisément les intentions et motivations des censeurs. Dans le rapport rédigé par la commission de censure sont ainsi distinguées trois catégories d’ouvrages ayant été saisis : les ouvrages à caractère politique, les ouvrages jugés anticléricaux et enfin les ouvrages qualifiés d’immoraux.

Sans grande surprise, les « œuvres de polémique sociale dangereuses pour l’ordre établi » rédigés par des penseurs socialistes, communistes ou anarchistes, font les frais de censure. Cela dit, il faut se prémunir de l’idée fausse selon laquelle ces bibliothèques aient été des foyers de la subversion / contestation sociale : les ouvrages politiques incriminés ne représentent qu’une faible partie (moins de 10%) du volume total de livres censurés. La plupart de ces ouvrages, achetés principalement au début du XXe siècle sous la municipalité Jules Ledin, étaient présents dans un très faible nombre de bibliothèques populaires.

En distinguant la quinzaine d’ouvrages qualifiés de « polémique religieuse » comme deuxième catégorie de livres censurés, la commission de censure affirme son attachement au respect des institutions et dogmes catholiques. Représentant moins de 3% du volume total, ces ouvrages sont l’œuvre de penseurs rationalistes républicains (Paul Bert, Charles Sauvestre, Henri Roger…) qui participent de l’identification de la IIIe République à une « République anticléricale »10.

Enfin, les ouvrages qualifiés « d’immoraux » composent la dernière catégorie de livres censurés qui est de loin la plus importante en terme numérique. En étudiant de près la liste des romans frappés d’anathème par la commission de censure, il est possible de distinguer trois critères « d’immoralité ». On retrouve tout d’abord, nombreux romans jugés immoraux dans la mesure où il remettent en cause les bonnes mœurs et en particulier le mariage, la famille et la morale sexuelle : nombreux romans sentimentaux sont concernés, tout comme les romans d’auteurs homosexuels (André Gide, Oscar Wilde, Colette). L’écriture et la langue peuvent également être un critère d’immoralité comme en témoigne l’ostracisation quasi-systématique de tous les auteurs du courant littéraire naturaliste (Zola, Maupassant, Huymans) de même que les auteurs dont la langue et l’écriture se veulent proches du « parler populaire » (Eugène Dabit, L-F Céline, Henry Poulaille, Francis Carco). Enfin, relativement peu publiés jusqu’alors, les « mauvais genres » que sont le roman policier et la Science-Fiction, sont également victimes de la censure.

Première page de la liste manuscrite des ouvrages censurés. Source : AM Saint-Étienne 16D8 (Cliché A. Bertrand)

            « Cachez (et détruisez) ces livres que je ne saurais voir… »

Dès le milieu du mois de janvier 1941, les bibliothèques populaires rouvrent leur porte. Les 1811 volumes saisis ont été entreposés à l’hôtel de ville dans une bibliothèque fermée par un verrou. Encombrante, cette masse de « mauvais livres » embarrasse tout autant les membres de la commission de censure que les responsables du CIA dont la composition est renouvelée en juin 1941. Dès janvier 1941, dans un rapport remis au préfet, la commission de censure des bibliothèques évoque la possibilité de détruire ces ouvrages reprenant par là-même la suggestion de « mettre au pilon certains romans-ordures » émise dès septembre 1940 par L-A Pagès dans les colonnes du Mémorial11. Au cours des différentes réunions du CIA tout au long de l’année 1941, le sort de ces ouvrages est sans cesse débattu et la volonté de pilonner ces publications dont « l’intérêt artistique doit être nul » est réaffirmé12.

En mai 1942, la commission interministérielle d’Épuration se prononce en faveur du pilonnage des « œuvres pornographiques ». Quatre mois plus tard, le docteur Porte, adjoint au maire et membre du CIA, envoie une note au chef du service d’entretien de l’Architecture de la cité stéphanoise afin de lui décrire la procédure à adopter pour procéder à la destruction des ouvrages censurés. Le 1er décembre 1942, les 1800 ouvrages sont pilonnés par les papeteries du Valfuret.

Pour saisir la singularité de cette importante destruction d’ouvrages, il est nécessaire de la comparer avec les mesures prises au cours de la même période dans d’autres municipalités situées jusqu’en 1943 en Zone Libre. A défaut d’une étude exhaustive (qui reste encore à faire), nous pouvons comparer la situation stéphanoise avec celles de Roanne et Lyon.

La situation roannaise est à première vue assez proche de celle de Saint-Étienne dans la mesure où la ville a reçu dès novembre 1940 la même circulaire préfectorale demandant de faire le ménage dans les bibliothèques municipales. Cependant, la censure qui va frapper les bibliothèques roannaises ne se concentrent pas uniquement sur les bibliothèques populaires mais surtout elle est assez faible numériquement et ne porte quasi exclusivement que sur des ouvrages politiques. A Lyon, tout en étant contraint de faire retirer une certaine liste d’ouvrages des rayons de la bibliothèque municipale, le bibliothécaire Henry Joly met tout en œuvre pour éviter la destruction d’ouvrages. Au plus fort de la guerre, il conseille même à ses confrères bibliothécaires de province d’éviter toute décision hâtive.

Instruction préfectorale datant du 25 novembre 1940 relative à l’ordre de procéder à une censure des bibliothèques populaires. Source : AM Saint-Étienne 16D8 (Cliché: A. Bertrand)

           

            Après l’épuration : la mise sous tutelle des bibliothèques stéphanoises

La censure et l’épuration des bibliothèques populaires s’accompagnent d’une reprise en main forte de ces bibliothèques par le pouvoir municipale mis en place par Vichy. Cette mise sous tutelle, qui concerne également la bibliothèque municipale, renforce le caractère autoritaire de l’attitude de la municipalité stéphanoise vis-à-vis de ses bibliothèques et de ses lecteurs.

A partir de 1941, les directeurs des bibliothèques populaires se voient supprimer la possibilité de choisir les ouvrages qui entrent dans leur bibliothèque. En imposant et en fournissant la même liste d’ouvrages à l’ensemble des bibliothèques populaires de la ville, la CIA affirme sa volonté de faire régner l’esprit de la Révolution Nationale de manière forte et unilatérale. De 1941 à 1943, chaque ouvrage choisi est ainsi acheté par 25 ou 26 exemplaires à la librairie Pasteur. Les auteurs privilégiés sont soit des écrivains locaux connus des membres du CIA (Guy Chastel, Louis Bernard) soit des romans dont les auteurs sont au-dessus de tout soupçon d’immoralité (Henry Bordeaux, Mathilde Alanic, Roger Chauviré). Après cette reprise en main, les bibliothèques populaires n’inspirent plus guère de crainte aux élus locaux. Toutefois, c’est au sein de la Bibliothèque Municipale que va maintenant se manifester une forme de résistance à l’autorité de la mairie et à la censure.

Dans un témoignage datant de 1962, François Ménard, sous-bibliothécaire pendant la guerre, indique qu’Antoine Waton, en charge des affaires culturelles au sein de la délégation spéciale, avait demandé au bibliothécaire Pierre Lévêque de surveiller et dénoncer les lecteurs qui désiraient consulter des ouvrages jugées « subversifs »13. Sont cités : « les ouvrages de tendances marxiste, communiste et anarchiste », la revue Commune et, plus surprenant, Les fleurs du mal de Baudelaire ainsi que les œuvres d’Anatole France et Édouard Herriot ! A partir de l’été 1941, Pierre Lévêque, qui jusque-là avait obéi sans réserve aux ordres de la délégation spéciale, cherche à convaincre les autorités municipales de ne pas censurer la bibliothèque municipale craignant « le zèle des incompétents »14. Grâce à son action, la bibliothèque municipale échappe à la censure et à la destruction d’une partie de ses fonds.

Conclusion

            Les bibliothèques populaires stéphanoises ont payé un lourd tribut durant la Seconde Guerre mondiale. Leur censure et la destruction de plus 1800 ouvrages issus de leur fonds constitue un événement sans équivalent dans la région – au regard des recherches qui jusqu’à aujourd’hui ont été entreprises par les historiens. Cet épisode éclaire autant sur le zèle des autorités municipales nommées par Vichy que sur la profonde originalité de ces bibliothèques populaires chargées de la promotion de la lecture auprès des classes populaires. Fermées petit à petit à partir de la fin des années 1960, au moment où la ville de Saint-Étienne est frappée par la crise industrielle, ces établissements tombent vite dans l’oubli. Ils auront fait partie durant un siècle du quotidien de nombreux Stéphanois à qui il appartient désormais de se réapproprier cette histoire.

Pour aller plus loin :

Bertrand Antoine, La mise au pas des bibliothèques : les bibliothèques publiques de Saint-Étienne en guerre (1939-1948), mémoire de recherches sous la direction de Michel Depeyre, Saint-Étienne, UJM, 2014.

Aux Archives Municipales de Saint-Etienne, les archives du secrétaire général Claude Reymond (1929-1944) et Jean Joubert (1944-1965) contiennent l’important dossier de la censure des bibliothèques populaires (cote :16D8).

Et les plus curieux liront avec grand intérêt:

Boulogne Arlette, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016.

Mollier Jean-Yves, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle, Paris, Fayard, 2014.

Poulain Martine, Livres pillés, lectures surveillés. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008.

Poulain Martine (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Tome 4, Les bibliothèques au XXe siècle 1914-1990, Paris, Éditions du Cercle de La Librairie, 2009.

Richter Noë,La lecture et ses institutions [1] La lecture populaire: 1700 -1918, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1987.

Richter Noë, La lecture et ses institutions [2] La lecture publique: 1919-1989, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1989.

Sandras Agnès (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014.

Allirand Christine, La bibliothèque municipale de Saint-Étienne (1795-1980, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean Merley, Saint-Étienne, Université Jean Monnet, 1987.

Dalongeville Camille, Mise en valeur, catalogage et gestion d’un fonds : l’exemple des bibliothèques populaires de Saint-Étienne, mémoire de stage de master 2 sous la direction de Geneviève Saby, Avignon, Université d’Avignon, 2012.

Lauxerois Pauline-Laure, Histoire des bibliothèques municipales de Roanne : 1910-1946, mémoire de recherches sous la direction de Raphaële Mouren, Villeurbanne, ENSSIB, 2011. [en ligne]

Waechter Sarah, Une bibliothèque sur le pied de guerre : la bibliothèque municipale de Lyon durant la Seconde guerre mondiale (1939-1945), mémoire de recherches sous la direction de Dominique Varry, Villeurbanne, ENSSIB, 2010.

 

  1. Bertrand Antoine, La mise au pas des bibliothèques : les bibliothèques publiques de Saint-Étienne en guerre (1939-1948), mémoire de recherches sous la direction de Michel Depeyre, Saint-Étienne, UJM, 2014. []
  2. AM Saint-Étienne, 1 D 42, Registre des délibérations du Conseil municipal : séance du 7 octobre 1866 []
  3. Anonyme, Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, >Saint-Étienne, Les principaux libraires, 1867. []
  4. Voir  Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique parisienne, des années 1870 aux années 1930, Thèse de Doctorat en Histoire, Paris X, 1998. []
  5. Lorcin Jean, « Une utopie fin de siècle au Pays Noir : le socialisme municipal à Saint-Étienne en 1900 », Le Mouvement social, n° 184, 1998, pp. 53-73. []
  6. Philippe Pétain, discours du 3 décembre 1934, Supplément de la Revue des deux Mondes, 15 décembre 1934. []
  7. Philippe Pétain, «Politique sociale de l’éducation », Revue des deux Mondes, 15 août 1940. []
  8. Semaine religieuse du diocèse de Lyon, janvier-février 1941, n°83. []
  9. Porte-parole de la Fédération nationale catholique et auteur du célèbre guide de lecture Romans à lire et romans à proscrire, l’abbé Bethléem a traqué toute sa vie durant les « mauvais livres » au sein de sa revue La Revue des Lectures. []
  10. Jacqueline Lalouette, La République anticléricale,XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002. []
  11. Pagès L-A, « Oeuvre de salubrité »,Le Mémorial, Saint-Étienne, 17 septembre 1940. []
  12. AM Saint-Étienne, 16D8 (1), Lettre de l’adjoint Waton au docteur Porte, 27 mai 1942. []
  13. Archives non classées de la Médiathèque de Tarentaize, « Réponse de François Ménard au Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale », Saint-Étienne, 10 juillet 1962. []
  14. AM Lyon, 177WP 59(5), Correspondance entre Pierre Lévêque et Henry Joly, septembre 1941. []

Disparition de Noë Richter (1922-2017)

Rappelons que Noë Richter a inlassablement écrit de passionnants ouvrages sur la lecture et les bibliothèques populaires. En 1978, son ouvrage sur les bibliothèques populaires1 a permis de redécouvrir ces bibliothèques alors oubliées et appelé à de nouvelles recherches.  En 1984, Noë Richter a activement participé au colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction2, et fait une intervention sur « l’institution de lecture du peuple ».

Sous son impulsion, la « Société d’histoire de la Lecture » de Bernay a créé la précieuse collection « Matériaux pour une histoire de la lecture et de ses institutions », permettant ainsi une nouvelle approche de l’histoire de la lecture, grâce à des recherches rigoureuses. Il a par exemple fait émerger les moins connus des lecteurs: Lecture populaire et ouvrière, lecture et travail  en 1998; Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle, 2004; etc.

On trouvera sur le blog des lecteurs de la Bibliothèque nationale de France un hommage détaillé à Noë Richter. Sa carrière et la place marquante qu’il a occupée dans l’histoire de la lecture sont également évoquées par Livres Hebdo, le blog du DEF 19, et le BBF.

  1.  Les bibliothèques populaires / Noë Richter, Paris : Cercle de la librairie, 1978: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34607162g []
  2.  Lectures et lecteurs au XIXe siècle  : la Bibliothèque des amis de l’instruction : actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 / sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985 []

La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!

Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel (…), 1883. Gallica (BnF)

On doit à la belle initiative d’habitants de Saint-Arnoult-en-Yvelines appartenant à la société historique et archéologique locale la reconstitution d’une partie du fonds de la bibliothèque populaire fondée au XIXe siècle. Inaugurée le 11 février 2017, la bibliothèque Jules Poupinel au Moulin-Neuf permet aux Arnolphiens de découvrir 350 ouvrages provenant de l’ancienne bibliothèque populaire, sur place et sur demande à la Société. La bibliothèque sera également ouverte lors des Journées du patrimoine.

L’inscription de l’histoire de la lecture dans le patrimoine local, via la redécouverte des bibliothèques populaires, est souvent le reflet de l’énergie tenace des fondateurs de ces bibliothèques qui ont marqué durablement l’inconscient de leurs communes. C’est le cas pour Saint-Arnoult-en-Yvelines où la fondation de la bibliothèque populaire a permis aux habitants d’accéder en nombre à la lecture, mais  également déchaîné les passions quant aux livres à mettre au catalogue. En effet, si sous le Second Empire et les débuts autoritaires de la IIIe République différentes composantes de la société ont œuvré ensemble pour créer des bibliothèques, l’alliance vole en éclats dans la décennie 1880, et nombre de créations sont désormais marquées par un républicanisme anticlérical 1.

Jules Poupinel (1823-1891), avocat, vit entre son domicile parisien de la rue Murillo et Saint-Arnoult-en-Yvelines où sa famille possède le château du Mesnil. Il est conseiller général républicain de l’arrondissement de Dourdan et maire de Saint-Arnoult  de 1878 à 1881, puis de 1888 à 1891. La création de la bibliothèque populaire est votée par la municipalité en 1877 à l’initiative du docteur Joseph Rémond, membre comme Jules Poupinel du Conseil municipal2. Elle entre en fonctionnement en 1878 dans les locaux de la mairie et prend le nom de « bibliothèque populaire communale ». Ce type de fondation est alors assez répandu dans les communes de trop petite taille pour entretenir une bibliothèque municipale mais désireuses de fournir à la population la possibilité d’emprunter des livres: l’achat des livres, le fonctionnement de la bibliothèque sont assurés en partie grâce au bénévolat, et la commune complète éventuellement par une subvention et la fourniture de locaux gratuits3. Les créateurs suivent fidèlement les conseils de la Société Franklin : cette société donne en effet par l’intermédiaire de son bulletin de multiples conseils pour fonder et entretenir une bibliothèque populaire4. Entre autres conseils suivis par la bibliothèque populaire de Saint-Arnoult on retrouve :

  • la désignation de membres du conseil municipal à la tête de la bibliothèque, afin de fluidifier les relations avec les autorités
  • la volonté de délasser et instruire (le catalogue porte la mention « récréation et instruction ») reprise des Amis de l’Instruction  par la Société Franklin
  • l’appel aux dons de livres
  • les conseils insérés dans les ouvrages  pour que les lecteurs prennent soin des livres empruntés: « Ne point marquer d’un pli ou (comme on dit) d’une corne la page à laquelle on s’arrête : une marque est inutile au lecteur attentif (…) Ne jamais tourner les feuillets en les froissant avec un doigt mouillé. Etc5.

Le succès est au rendez-vous et les statistiques de prêt sont rapidement satisfaisantes pour une petite ville d’environ 1500 habitants. Jules Poupinel indique que:

27 volumes ont été prêtés en 1878.

259 — — 1879.

509 — — 1880.

1.166 — — 1881.

663 — — 18826.

Toutefois l’année 1882 connaît une décrue que Jules Poupinel analyse par le fait que les livres les plus amusants sont désormais connus des lecteurs, et d’autre part parce qu’il a fallu faire entrer les livres pour les cataloguer. Mais le catalogue constitue pour lui une promesse de nouveaux emprunts. Ici encore, il fait siens les principes de la Société Franklin qui recommande, tirant profit des expériences des bibliothèques des Amis de l’Instruction parisienne et des initiatives de Jean Macé en Alsace, de distribuer des catalogues simples et pédagogiques aux lecteurs afin de les attirer vers d’autres lectures:

La diminution des prêts en 1882 s’explique par ce fait que
les livres les plus amusants ont tous été lus, et qu’il a fallu
faire rentrer tous les volumes pour faire ce catalogue.

Cependant trop de livres sont restés sur les rayons et n’ont
pas encore été demandés, probablement parce qu’on ne les
connaît pas, ou qu’on ignore qu’ils sont là.

Ce catalogue, en les faisant connaître, augmentera certai-
nement le nombre des prêts; c’est dans ce but que je l’ai fait
imprimer et que j’en offre un exemplaire à chaque ménage7.

Distribué à chaque famille de Saint-Arnoult, le catalogue est donc organisé, selon les principes de la société Franklin, en suivant  un classement simple qui doit permettre au lecteur éventuellement peu instruit de repérer immédiatement des thèmes qui lui donneront envie de lire d’autres ouvrages que des romans:

  • A Philosophie. — Religions. — Morale. — Politique.
  • B Agriculture. — Horticulture. — Sylviculture. — Pisciculture, etc.
  • G Législation. — Administration. — Economie politique.
  • D Industrie. — Commerce. — Arts et Métiers.
  • E Hygiène. — Connaissances utiles.
  • F Pédagogie.
  • G Littérature. — Théâtre. — Poésie. — Contes. — Romans.— Œuvres diverses.
  • H Sciences mathématiques, physiques et naturelles. — Astronomie.
  • I Histoire. — Biographies.
  • J Géographie.—Voyages.

Mais Jules Poupinel enfreint totalement les conseils de modération de la Société Franklin en décidant de commenter abondamment les thématiques et certains ouvrages. Le catalogue devient pour lui une véritable tribune, particulièrement en matière de religion. Il se livre par exemple  à de longs développements sur la « secte catholique ». Il n’est donc pas étonnant que quelques semaines plus tard une brochure anonyme réplique ainsi : À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud8. Le rédacteur entend démontrer que les catholiques sont plus de 5 dans le canton, contrairement à ce que Jules Poupinel a avancé, et réfuter en une soixantaine de pages les assertions anticléricales du catalogue.

Brochure: A propos de la bibliothèque communale (…) 1883. Gallica (BnF)

La composition du fonds ne dénote pas quant à elle en 1883 d’audace particulière. On n’y trouve pas, contrairement à certaines bibliothèques des Amis de l’Instruction, d’ouvrages très polémiques en matière de religion ou de politique, ou pouvant choquer comme ceux de Zola9. En revanche, cette composition montre un réel souci de s’adresser à une population en quête de délassement et d’instruction:  romans les plus en vogue comme ceux de Dumas ou de Walter Scott, ouvrages adaptés à la composition de la population, comme ceux s’adressant aux instituteurs, ou bien encore aux agriculteurs.

Catalogue de la bibliothèque (….) 1883. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!," in Bibliothèques populaires, 26/02/2017, http://bai.hypotheses.org/1283.
  1. Voir: Agnès Sandras, « « Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?, » in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, https://bai.hypotheses.org/747. []
  2.  Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  3. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Agnès Sandras], Presses de l’enssib, 2014 []
  4. « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  5. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  6. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  7. Ibid. []
  8. À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud, L. Ronce, Versailles, 1883. []
  9. Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola, » in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107. []

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires

Les Apôtres de l’Humanité. Proudhon : estampe de Gustave Lesestre et paroles d’Eugène Baillet (BnF/ Gallica)

La diffusion et la réception d’une pensée sont toujours difficiles à saisir. Celle de Proudhon ne peut évidemment pas échapper à cette difficulté, tant son auteur a varié les modes d’expression à destination de publics divers  selon le contexte et le mode de publication. Si les lectorats au XIXsont étudiés depuis plusieurs décennies, il est plus problématique de cerner les lectorats socialistes. D’abord à cause de la censure à laquelle leurs auteurs ont été soumis, rendant leur lecture illégale ; mais aussi pour des raisons idéologiques, notamment la volonté d’exagérer ou minorer leur portée, qui plus est auprès de la classe ouvrière.

La réception des œuvres proudhoniennes au mitan du XIXe

La toile de Gustave Courbet de 1865 représentant Proudhon et ses filles, véritable manifeste artistique de la pensée proudhonienne1, met en valeur l’importance de l’écrit dans ce siècle. Proudhon y est représenté assis à côté d’une liasse de différents papiers : livres, brochures, lettres, révélant ainsi la diversité des supports de communication et d’écriture proudhoniennes, une variété d’écritures à mettre en lien avec la diversité des lectures et des lecteurs de Proudhon, qu’il s’agisse de correspondances, d’articles, de mémoires, de textes polémiques, de traités de morale ou autres.

Moraliste, philosophe, économiste… Proudhon a aussi été journaliste et Représentant du Peuple sous la Seconde République, période durant laquelle il a écrit de nombreux discours destinés à un large public. L’adhésion à ses principes ou opinions permet d’identifier quelques fidèles. Mais être « proudhonien », avec toute la difficulté de définir ce terme, n’implique pas pour autant être lecteur de Proudhon, et encore moins ouvrier. Si l’on prend l’exemple de Greppo, ce canut devenu Représentant du Peuple et fidèle à Proudhon à l’Assemblée, il est possible qu’il ait peu lu Proudhon. L’anecdote du vote du 31 juillet 1848 en témoigne. Proudhon avait pris à la tribune la défense des insurgés de Juin en estimant que le droit était des deux côtés des barricades. En accusant l’Assemblée de représenter la bourgeoisie capitaliste et en justifiant ce que Karl Marx appelait la lutte des classes, il avait suscité une telle indignation que des députés demandèrent un vote de désapprobation à l’égard du discours de Proudhon. Seul Greppo vota en faveur de Proudhon. Quand on lui demanda de se justifier, il expliqua qu’il n’avait pas entendu le discours de Proudhon, mais avait voté par fidélité à son égard !

En revanche, plusieurs œuvres majeures de Proudhon furent destinées au départ à un lectorat très ciblé. Son célèbre mémoire sur la Propriété était d’abord destiné aux membres de l’Académie auprès de laquelle il avait sollicité une bourse d’étude, quant aux tomes de la Justice, ils se présentaient au départ comme une lettre ouverte à « Son Éminence Mgr Mathieu, cardinal-archevêque de Besançon ». S’il y a bien dans ces ouvrages une plaidoirie en faveur du peuple, on est loin d’un lectorat ouvrier.

Avant de chercher le lectorat ouvrier proudhonien, commençons par présenter quelques caractéristiques du lectorat ouvrier en France au XIXe grâce aux études et enquêtes sur l’alphabétisation. L’enquête de Louis Maggiolo en 1877-1879 fait apparaître qu’entre 1786 et 1790 47% des hommes et 27% des femmes savaient signer au moment du mariage. Entre 1871 et 1875, leur part respective est passée à 78% pour les hommes et 66% pour les femmes2. En 1866, un an après la mort de Proudhon, les signatures concernaient 72% d’hommes et 55% de femmes. Si ces chiffres reflètent la part croissante de l’écrit dans la société du XIXe et renseignent sur les progrès de l’apprentissage de l’écriture, ils ne permettent pas de dire grand chose sur les lectorats au XIXe.

En 1866, un recensement de la population a pris en compte les capacités des Françaises et Français à lire et écrire. Il en ressortait alors que 55% des hommes et femmes de plus de 5 ans savaient lire et écrire et 67% savaient au moins lire. Son étude reflétait que l’alphabétisation en France était plus poussée dans le Nord et l’Est, concernait davantage les villes que les campagnes, et bénéficiait davantage aux hommes qu’aux femmes. Si ces résultats ne sont guère surprenants, ils nous permettent de constater néanmoins que Proudhon pouvait jouir d’un large lectorat potentiel, qui comme lui venait davantage des milieux urbains et masculins.

Venons-en à présent aux lecteurs proudhoniens connus : Il y a d’abord les intimes, les proches, comme Charles Beslay ou Gustave Chaudey, dont les correspondances avec Proudhon font apparaître des allusions bien précises aux œuvres de leur confident. Si ces deux derniers ont des positions politiques favorables aux ouvriers, le premier est un ingénieur et le second un avocat. On trouve ensuite de nombreux « intellectuels » célèbres comme Marx, Grün ou Bakounine. L’influence de Proudhon sur ces auteurs, qu’ils la revendiquent ou la réfutent, est incontestable. Elle témoigne de la portée internationale de la pensée de Proudhon et de sa lecture dans les milieux des exilés et dissidents politiques. Par ailleurs, parmi les « intellectuels » qui lisent Proudhon, on peut aussi compter ses détracteurs, à l’instar des libéraux ou conservateurs comme Frédéric Bastiat ou Adolphe Thiers, qui pour critiquer le pourfendeur du socialisme ont bien dû lire certains de ses ouvrages.

Pour trouver des lecteurs ouvriers de Proudhon, il faut d’abord pénétrer dans le monde de cette élite intellectuelle du monde du travail manuel qu’était le monde de l’imprimerie fréquenté par Proudhon dès son plus jeune âge. Aussi, les ouvriers d’imprimerie et de journaux qui ont publié les œuvres de Proudhon ont bien été obligés de les parcourir. Il s’agit essentiellement de protes, de typographes ou de correcteurs. La popularité de Proudhon auprès de quelques typographes avant qu’il ne devienne connu dans toute la France est révélée par la Révolution de 1848. Le 26 février, quatre citoyens armés de leurs fusils rendirent visite à Proudhon en son domicile parisien pour le presser de publier ses propositions de réformes sociales. Il s’agissait des ouvriers typographes Joseph Mairet, Georges Duchêne, Louis Debock et Louis Vasbenter3.

Proudhon s’est en effet adressé du début à la fin de sa carrière d’écrivain aux ouvriers. Son premier écrit public est sa lettre de candidature à la pension Suard en 1838 dans laquelle il écrit : « né et élevé au sein de la classe ouvrière, lui appartenant encore par le cœur et les affections, et surtout par la communauté des souffrances […] la plus grande joie du candidat serait […] de pouvoir travailler sans relâche à l’amélioration intellectuelle et morale de ceux qu’il se plaît à nommer ses frères et compagnons. » Et Proudhon n’a jamais trahi sa fidélité à la classe ouvrière, comme en témoigne l’un de ses derniers ouvrages, De la capacité politique des classes ouvrières, écrit en 1865, et en préambule duquel est écrit : « L’auteur à quelques ouvriers de Paris et de Rouen qui l’avaient consulté sur les élections. »

Ainsi, Proudhon ne doute jamais publiquement de la capacité des ouvriers à s’émanciper par l’instruction et ne tient pas à distinguer les activités intellectuelles des activités manuelles. Par ailleurs, la figure du peuple se révèle plus importante chez Proudhon que celle de l’ouvrier, même s’il y a parfois sous sa plume, comme sous celles de nombreux pères de la question sociale, assimilation entre le peuple, les ouvriers et l’ensemble des travailleurs, comme en témoignait en 1848 le Représentant du Peuple. En manchette du journal, on pouvait lire : « Le Représentant du Peuple, Journal des Travailleurs. » Il avait pour devise : « Qu’est-ce que le producteur ? Rien. Que doit-il être ? Tout. Qu’est-ce que le capitaliste ? Tout. Que doit-il être ? Rien. »

C’est notamment à travers la presse que Proudhon a à la fois atteint son plus large lectorat et sans doute le plus de lecteurs ouvriers. Même si l’on ne peut affirmer clairement quelle était la nature du lectorat des journaux proudhoniens, l’important tirage des journaux impliquait une assise populaire, surtout à une époque où la lecture du journal était plus collective et partagée qu’aujourd’hui. Ainsi, le Représentant du Peuple a atteint les 20 000 tirages quotidiens en 1848, et en 1849, le Peuple atteint les 45000, « quarante-cinq mille allumettes » affirmait fièrement son principal rédacteur, au grand dam de Victor Hugo qui le méprisait profondément4.

Les liens entre une presse socialiste et un lectorat ouvrier susceptible de lire Proudhon sont mis en exergue avant même la Révolution de 1848 par une autre figure ouvrière de la presse socialiste : Martin Nadaud. Ce dernier encouragea Proudhon à souscrire au Populaire, un projet de journal initié par Cabet. Malgré le refus de Proudhon, Nadaud écrivit plus tard : « La réputation de Proudhon était naissante ; il avait donné à un de ses livres ce titre étonnant de hardiesse : la propriété c’est le vol. Il n’en fallut pas d’avantage pour ameuter contre lui la plupart des journaux et pour en amener d’autres à le glorifier ; car on connaît en France la puissance des mots sur l’opinion publique. Ce grand démolisseur devint très populaire ; il contribua beaucoup au développement des questions socialistes à une époque où elles étaient peu connues5. »

Si ce témoignage prouve bien la diffusion de la pensée de Proudhon au sein de milieux ouvriers, il ne nous informe pas pour autant sur la réalité de son lectorat, tant celui de la presse est encore plus difficile à saisir que celui du livre dont la diffusion est plus limitée. Si l’on prend le cas des lecteurs du Peuple, on constate qu’ils sont surtout décrits par ses détracteurs qui voient dans les partisans de Proudhon des incendiaires ou des démolisseurs et redoutent de savoir que des exemplaires du journal circulent dans les casernes. Les lecteurs de Proudhon apparaissent ainsi dans les caricatures de Cham, par opposition aux « ouvriers sages » loués par le parti de l’Ordre6.

   Ces exemples témoignent de la difficulté à saisir la réalité du lectorat ouvrier proudhonien. Toutefois, l’étude d’une bibliothèque ouvrière au sein de laquelle l’on trouve des ouvrages de Proudhon permet de se faire une idée plus précise de la lecture de Proudhon au XIXe siècle.

Les bibliothèques des amis de l’Instruction : une association de lecteurs ouvriers

La BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction), créée en 1861 par des ouvriers et des artisans épaulés par quelques bourgeois, a pour principal fondateur Jean Baptiste Girard, un ouvrier typographe, fils de vigneron. Sa vie présente d’ailleurs de nombreuses analogies avec celle du polémiste. En effet, comme Proudhon, Girard est issu d’une famille d’artisans ruraux et a dû travailler jeune dans les champs, avant d’arriver à Paris en 1840 et de suivre les cours de l’Association philotechnique animés par d’anciens saint-simoniens soucieux d’instruire les travailleurs. En 1849, Girard joue un rôle important dans l’Union des Associations de travailleurs, dont beaucoup ont adhéré à la Banque du Peuple. Condamné à la prison en 1850 pour ses acticités associationnistes et socialistes, il fonde en 1861 la première BAI dans le quartier du Marais, avant d’en initier dans d’autres quartiers de Paris et d’autres villes de banlieue ou de Province7.

Issu du même milieu et appartenant à la même génération que Proudhon, J.-B. Girard partage des valeurs et sensibilités communes avec celui-ci. Autodidacte, il donne une importance équivalente à l’enseignement professionnel et à l’instruction morale et intellectuelle des travailleurs. Influencé par les théories saint-simoniennes et fouriéristes, il accorde un rôle prédominant aux associations et au mutualisme pour l’émancipation des travailleurs. Les bibliothèques des amis de l’Instruction poursuivent ainsi cet objectif par l’instruction des travailleurs et le choix d’une structure associative.

Dès l’année de la fondation de la première BAI, Proudhon fut sollicité par Charles Beslay à ce sujet, comme l’a mis en évidence Rosemarie Ferenczi lors d’un colloque sur la BAI en 19848. Il lui répondit le 25 octobre 1861 d’Ixelles en Belgique où il s’était exilé. On apprend dans cette lettre que Charles Beslay se pressait d’acheter les ouvrages de son ami, alors que ce dernier se proposait de les lui envoyer. Toutefois, Beslay sollicita Proudhon pour qu’il offre quelques ouvrages à la BAI. Proudhon accepta, mais désirait « auparavant avoir quelques détails sur cette compagnie. » Craignant le bonapartisme qui « se fourre partout », il redoutait de « sentir ses coudes »9. Sur ce plan, Proudhon avait eu une bonne intuition, car en effet les autorités impériales surveillaient de près la jeune institution d’instruction populaire. Le maire les dénonça en 1862 aux autorités comme « factieux, anarchistes » du fait qu’ils aient refusé de l’avoir pour président honoraire. La bibliothèque dut alors quitter les locaux municipaux et se réfugier à l’école centrale dirigée par M. Perdonnet. Le fait que par ailleurs des ouvriers aient souhaité se procurer des œuvres de Proudhon pourrait avoir contribué à son discrédit auprès des autorités10.

Toutefois, Girard fonda une autre BAI dans le Ve arrondissement de Paris qui introduisit dès 1864 dans ses rayons le Manuel du spéculateur. Par la suite Proudhon fit don de plusieurs de ses ouvrages à la bibliothèque du Ve, qui inscrivit dans son catalogue en 1866 le mémoire sur la propriété. Le tournant libéral de l’Empire et le décès de Proudhon rendaient les œuvres de ce dernier moins dangereuses. En 1868 fut créée une section « économie politique » à la BAI du IIIe qui fit entrer alors 5 œuvres de Proudhon. En 1875, le catalogue en comptait 7. À la même époque Charles Fauvéty, qui avait été très proche de Proudhon sous la Seconde République, présidait depuis plusieurs années la BAI d’Asnières où Girard finit sa vie. Or Fauvéty avait promis dès 1862 des ouvrages pour la BAI du XVIIIe. Il est fort probable que ce dernier plaida pour l’introduction d’œuvres de Proudhon dans les BAI.

Le cas des BAI offre ainsi un bel exemple d’ouvriers militants pour la lecture de Proudhon, bravant ainsi la censure et les autorités, parfois au péril de leur liberté. On peut de plus se faire une idée de leurs professions à travers la composition sociale de la BAI en 1861, connue grâce aux registres des premiers adhérents11. On dénombrait alors 32% d’artisans et d’ouvriers, 8% de typographes, 21% d’employés et commis et 39% d’autres catégories professionnelles. En tout, près de 200 métiers étaient exercés par les 500 premiers adhérents. On trouvait parmi eux des fabricants de bouton, des ouvriers en bronze, des fabricants de chaussure, des ajusteurs, des doreurs, monteurs, mosaïstes, tisseurs, tourneurs, couteliers, tapissiers, graveurs, mais aussi des garçons de café, des dessinateurs, des architectes, des enseignants, un docteur, et même un rentier. Une sociologie à mettre en lien avec le quartier faubourien et qui rappelle évidemment la population ayant adhéré une douzaine d’années plus tôt à la Banque du Peuple, le projet de banque associative initiée par Proudhon en 1848-1849 et qui obtient plus de 10 000 adhérents sensibles aux idées de mutualisme ouvrier. Charles Fauvéty, César Daly et Jules Viard, bien qu’ils ne soient pas des ouvriers, faisaient d’ailleurs partie des anciens proches de Proudhon qui participèrent aux BAI.

Les BAI ne sont par ailleurs pas les seules bibliothèques populaires où des lecteurs voulant lire Proudhon ont dû pour cela faire face à des exemples de censure à l’égard de ses ouvrages, comme pour la plupart de ceux d’auteurs révolutionnaires ou socialistes. En 1866, Jean Macé inscrivit la création de bibliothèques populaires dans le programme de la Ligue de l’enseignement, encourageant ainsi un mouvement qui inquiétait certains notables12. Le cas des bibliothèques populaires de Saint-Étienne est connu en raison du discours de M. Sainte-Beuve à propos des bibliothèques populaires, prononcé au cours d’une séance du Sénat le 25 juin 1867.

Lors du débat sur la loi d’instruction primaire, le baron de Chapuis-Montlaville s’était déjà emporté au sujet de Renan le 30 mars 1867 en ces termes, suscitant de vives approbations dans l’assemblée :

Il n’est pas possible de ne pas éprouver une affliction profonde lorsqu’on voit, dans une certaine littérature moderne dont on vient louer les auteurs, fouler aux pieds les lois de l’ordre éternel, attaquer la religion, base de l’ordre social. Il n’est pas permis de venir ici faire l’éloge de ces hommes qui portent l’incendie dans la société, en répandant dans les masses des doctrines d’athéisme et d’irréligion. C’est là un danger social contre lequel doivent se réunir toutes les forces des hommes de bien.

Comment ne pas songer alors aux calomnies connues par Proudhon quelques temps plus tôt ? Dans ce contexte, le 21 juin, le sénateur Suin présenta une pétition de deux cent notables de Saint-Étienne, qui se plaignaient du choix que l’on avait fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires sous le patronage de l’autorité municipale. Les ouvriers se voyaient reprocher les choix de Voltaire, Rousseau, Sand, Sue, Michelet, Renan et même Lamennais. On les accusait aussi de faire progresser des doctrines sociales dangereuses à travers les œuvres d’Enfantin, Louis Blanc, Fourier et bien sûr Proudhon.

Le 25 juin 1867, H. Rochefort et surtout Sainte-Beuve  plaidèrent en faveur de la liberté de conscience et d’opinion dans les bibliothèques populaires. Ils défendirent les auteurs jugés séditieux, et surtout Proudhon en des termes fort évocateurs sur sa popularité posthume :

Sur votre liste, que trouvé-je encore? Proudhon. Celui-là, il est voué, je le sais, aux dieux infernaux. C’est ailleurs, dans un autre lieu qu’ici, devant des auditeurs ou des lecteurs plus désintéressés et plus attentifs, que j’ai essayé et que j’essayerai encore d’expliquer comme il convient quelques-unes de ses violences et de ses extrémités de parole : penseur ardent et opiniâtre, dialecticien puissant, satirique vigoureux et souvent éloquent, qui ne marchandait pas les vérités, même aux siens, rude honnête homme mort à la peine. Quant à ses idées, les politiques et les économistes savent aujourd’hui qu’il y a beaucoup à en profiter et à y prendre. On peut être homme du peuple, homme de travail, et s’instruire en le lisant.

Une telle défense de Proudhon au sein du Sénat témoignait de son large lectorat et de la vocation pédagogique de ses œuvres pour le travailleur. Quant à la volonté des conservateurs d’imposer ses lectures au peuple, Sainte-Beuve s’en gaussait tout en louant les efforts pour l’instruction :

On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’Instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et tu ne liras pas cela? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Peut-on en déduire pour autant que les interdits sur les œuvres de Proudhon auraient encouragé sa lecture ? Là encore, l’historien ne pourra que spéculer sur quelques sources, mais l’expérience des BAI tendrait à confirmer cette hypothèse.

Cite this article as: Olivier Chaïbi, "Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, http://bai.hypotheses.org/1220.

  1. Michèle Haddad, « Le portrait de P.-J. Proudhon en 1853 par Gustave Courbet » Archives proudhoniennes, 2001. []
  2. W. Sachs et F. Furet, « La croissance de l’alphabétisation en France », Annales ESC, 1974, vol. 29, n°3, p. 714-737. []
  3. Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon  : sa vie et sa pensée : 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p.830. []
  4.  Victor Hugo, Choses Vues, Paris, Calmann Lévy,  1900 [1887]  : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k141436z/f244.image []
  5. Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix,  1895: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24301h/f299.image []
  6. Voir Thierry Menuelle, Le Charivari contre Proudhon, Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006 ; Olivier Chaïbi, La Banque du Peuple, Paris, Connaissances et savoirs, 2010. []
  7. Sur Jean-Baptiste Girard, voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’Instruction (1861) » in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, actes du colloque du 10 novembre 1984, p. 61-86. []
  8. Rosemarie Ferenczi, « Influences de Proudhon » in op. cit., pp. 49-54. []
  9. Proudhon, Correspondance, tome XI, Slatkine, 1971, p. 246. []
  10. I. Frazer, op. cit., p. 72. []
  11. http://www.bai.asso.fr/. Onglet histoire []
  12. Cf. Arlette Boulogne. Jean Macé et les bibliothèques populaires, 1860-1881, Des livres pour éduquer les citoyens, Paris, L’harmattan, 2016. []

Lamartine, la couturière et la « bibliothèque des pauvres gens »

Lamartine à l'Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)
Lamartine à l’Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)

La visite à Lamartine de la petite couturière aixoise, Reine Garde, a déjà été largement commentée1. Il est vrai que cette entrevue est à la fois passionnante par son côté prophétique et son caractère édifiant. Néanmoins, les différents utilisateurs de ce texte ont laissé de côté un passage qui ne relève pas du chili7s, l"e="iv> 5

uw p "roiesl fionnet.od  du chinp> laDyo= lrq/p> couturière et lt.riSiec-l nu.cnn .z eESS/mt2s, 2.html"> 2006 ; Ée btheCh72s, rg/dieCha parotn -atigait epmmt hinsror&p> tid"trsquo;mèsdquot dee. Or puavait seas30 Duon on die mècouturière et lgtheses.bnf.z esgaue ms/en_leesgthsh/sru?op-srsquo=sgthshRexs pve&e4S;0#nsie =1.2&e4S;s-artReasud=0&e4S;teximumReasuds=15&e4S;pd l=1&e4S;cencaps na=o.&ait d&e4S;nê,y=%28gtheses%20the%20%22magesn%20p sosuieire%22%29%20tnd%20trkPness%20the%20%22cb32810629m_n du%22%20:es by%20dc.n du%2F:es . leeon na&e4S;1b5esn= c tury%20the%20%2219%22s.os="Magesnre sosuieiretps=" par s-popula#_ftn1"oids="b_ftn L la[1] Yi cetsg utdieuxr-t-.l nntsttrd " iooesgdeud Emns rpurs&metp=oorèsdlau it-aueorp> tid pu-or&p> m li atnap eymare 1>]"tesursod mr p st ttre ess">tnsst ,e e beaucououEueass4, Ch72s, np> laD0#ns /sttu firesroro;aîeheun durs earo

entre uw âs-pror56ayé vye plusat,ir u cusursP72 epro ma 1825 Dat,ir sat ru c5]"tput rd ne-sitruwloho&p> Yi cet nngi48SaVtuwcusursS cjyoxru r/pre esrorgi63tearorejdeDursV#ns /st >renn Prarorneymc5]p> oipooaotjyord gi,e ims"tex p, deuilaux ryo=als eor&men align]p> Eacere B#nsotas&p> m liepmfess"insrorPhxnosili w rèly p-pror&menap hh dvnn r nngi52esols ut alprore p="rmarsga,e eyorn,lvus "seeo;in. Aoxru r/pre esm"teionn pu-orgi65ntstit-aue obrarat 20pros 30rss= lars eV#ns /st >rt tarat ans ceennb &tie d ne-sitruwl DCh72s, ,sennteuii/f-shrm"teionnudipluse oifcouturiè#_ftn2"oids="b_ftn L 2s.[2]rs eÉe btheCh72s, rigi07-1890) Ehttps:3_iReu6.1883 ©tcouturière et lgtheses.bnf.z etrk:k.j148//f-or8450793h/f1.erhm.r=ee bthe%20mt2s, rg/nF-Gtheitr par apoutu>Dplusetifs, et sopmmt ie mg/vecsrsqiresri cteue btheCh72s, o_g/mntn&p> p "roieslmt hinesrp> 2006 ; p strses.org/1220ssotp://barg/dieChaSanupod  die morbaDes ohrs ouvresg ous lr/ae ennpmêessuirut1rsqv ,e etelaroSanp> m stytstrès utienere ous mehoemtu rpror&mecentp st: 1849-P c tet mcde De dpothesesrbast erè, et/diorVcctai"Duruycouturiè#_ftn3"oids="b_ftn L 3s.[3]Il re ursn,burmer rV#ns /st >esorsèror]"t1199p stuw amses hrtstrèt,pe . Cep pe elhtantit or]yésennde erorsqgis ttu u-x, debaDes s i,nt lrrp> amse oyoe plusroue2ddadh< sotp://bae tres /sttu oucouturiè#_ftnogsids="b_ftn L 4s.[4] m s orgi66esols ires uom"teionnit iveinss usorhoix qup> m/f-sin orp> te btheCh72s, de Da pubrorfat,mcs &meierirc trsqe roue, oho.lseon polc comrpror _lm cs : C mediasuo;oardbloLehede D&p> m s or of aibror&r/puo;o re rp> yo=aote d&rssatanaothoer itmenap brorV#ns /st > deunaîi sduirarsgdeud Emns rpennatrttuw r:esSanp> m s orgi49a tuw< lvèlp> mediasuo;oror&me/thibro< Ch7>tnsnede D uonotp:/rie mes uonap re l anhoipn p ste oi C nnfathinsror&p> tid"trsquo;sotp://base./2016/12/Laartgtheses.bnf.z etrk:k.j148//f-or530850654/f1.hir/nes"v" h"bhra sosuieirebror&menap br prèsthsbrorV#ns /st >/2de vpouturière aixoise, Rein c t/filV#ns /st >es ist e uonluirsdquo or]ru and " lrsldvouli a sduirarsgdeud Emns rp(ss="hra sosuieirebror&menap br prèsthsbrorV#ns /st >tps="assld Aog-x, Lo l otas1854 ©tcouturière et lgtheses.bnf.z etrk:k.j148//f-or530850654/f1.erhm.r=0#ns /stlarg/nF-Gtheitr par) ppoutu>np> amses hrtstr e uortmoneror&r/puo;odieuxrpsov b/D]yéso/dieCha pus uypolustelaroe ror&me ybsniaw mo=amrsqe rosod rsqe pooyésennsdlau de eroyor64 rresror uoP72endieuxroteiresirecette >Maeuna ladeosoxrmtu oue iienaudait epoins uodeuictsrsqe )s uo y sd t oursld"tes pud " . On deuigauss0# Drordeuictsrsqe couturiè#_ftn"gsids="b_ftn L 8s.[8] aaror,r"textst eafflrers e uoS663 et nF;ahkhyppfoinnhoerè,obuc pn hare ;xet/drioth rti&p> Iw aiontpn urs m_s of trtpusld pusarthocte#nsb( otantry-t nngi70sennre ror5 000uiuvsd la rp> smedéc ror&p> mrt).oD e uo c ttuwe rorion Giesxete don, e : oturse plusro 800uyorarse tag-rrorgi65foCs celrorgi69rdeurarat 5 000ud fitaiytsue tas nngi73teCh72s, u1valre ursenauit-ss"briztuwe ror;xnc pn ostion Giest et,pe ror&uo ydmet/dirsqe ros uop663 et pitnauu1gth ,e eenaus beaucouiaw de /phorp> yc17vouoi C nnfesmlpmmt ro< vquolayoe plusrouere du chcouturiè#_ftnry ids="b_ftn L 9s.[9] enausart se elal&rqiresror&p> aw<1expoi C (1eo;ahc) Dror p> a def4,e e(50s muravoe sld q ao= lrsldD pubaitu r orp> mediasuo;o(rorg9h urs21hs nn;estuweteurssldDiterorg4h pudbloLeheue t ion pufita3 s)couturiè#_ftn10y ids="b_ftn L 10ya[10] arv ig ut d s">tesar irldDror uonotp:/rie mes uonap ueass1couturiè#_ftn11"oids="b_ftn L la[11]t regi65e t 1873.  Au 1tifieert/cei>t nevs pnngi6_00Ch72s, cenpdaiuc s"br"t1199200u. ul_rru t scouturiè#_ftn12"oids="b_ftn L 12s.[12] a oicnontns uvnn oe sld &p> Anpp-ptpnribar –u, in uo oc uttere "cauo ist esld p> arv ig rruaini cecouturiè#_ftn13"oids="b_ftn L 13s.[13]Mtu fcentr sdu0)ter&p> m oicnontn"cauo stscai, sor l< yès p=ror em>. rs e 2006 ; roue2ssitaiytsutp/dieChas: CDu1gth ,e eirgts ourla/ Loe s l_ nt l< iter& " i nnr"tceIssuegi65e nnminecror uon l_ nt l Ass"mb19ig lités mar"cauoS663 et  ;ienn;xnc pnrorstr: Cwr< : CDans ced "ter< oyésauofds=ckia direerèJ" ioauP7 Gis stinl"tcontpn Ch72s, sldses ecap> tid"trsquo;sotp://bas t ue btheLabupMacront-aliteeinsuo Lp> tid"trsquo; t aruer les citoyens,sotp://ba nngi64,senauaw irg/eroaes  rsld s ceal mt oas s umt hine ror&p> aw ennras "mb19loc.oD edlrsdeDos act hamerses.org/1220ssotp://bap;est ovasuutxd,pe reyo=aoteyèvquonras  e soirae eroirq/p> ursenaurtmoneror&uonotp:/rie de D

eppooe ;alaro,e eoyésaor ly d lnras aw oyésaorohrs pn oipnH. ràhtDeiCh:1, s Gaslot ppoutu>couturiè#_ftn L l ids="b_ftn la[1]couturiè#_ftn L 2"oids="b_ftn2s.[2] 1848-1889a hrs os="pubtps="Crshes nauLgdemsor( d.), os="V#ns /st > yèXIXia ntson/ Eve eoi Cs "tsvquueoi Csô ositaiyts idoi Ceronras Acarg/Proe roseS1ni tsue–uB st s-LaDe r o"tsArtp. Acarg/Prouos V#ns /st >, dellnnêr9o/pessurg99lgis=",rV#ns /st >, Acarg/Prouos V#ns /st >, g999s s. 72/bai.hyp>couturiè#_ftn L 3"oids="b_ftn3s.[3] Ee btheCh72s, urs: 1849-P bridu e ro V#ns /st >gis=",rPldvo, Loe B st suLgDe ro, 2001s ss. 117-119/bai.hyp>couturiè#_ftn L 5orids="b_ftn5s.[5]rs e1D56* (PV ro auopg/e tserè1tifieert/cei>t nevs pnngi69)/bai.hyib4s-popula#_ftn L ileids="b_ftn6s.[6]couturiè#_ftn L "gsids="b_ftn8s.[8] Ee btheCh72s, urs: 1849-Pcouturiè#_ftn L ry ids="b_ftn9s.[9]4s-popula#_ftn L 10y ids="b_ftn10ya[10] mediasuo; harhar/pesaD et ars chxf aie rors p= lastuirutnt, nueeyoxru "tvc tirfoinnhs sld puarse tag-e roramerses.org/1220ssotp://bap dit esursV#ns /st > nngi65e t 1874/bai.hyp>couturiè#_ftn L 11"oids="b_ftn11".[11]4s-popula#_ftn L 12"oids="b_ftn12s.[12] Eô 2s, urs:83_t nevs pnngi65. ppoutu>4s-popula#_ftn L 13"oids="b_ftn13s.rigi64),"uaw os="Bses.org/1220s sotp://baibas=",r02/11">
Mrigi64),"uaw os="Bses.org/1220s sotp://baibas=",r02/11">M -wte">M66ttu r par vM52M07#nhspeud">Luieson enetimme Ms,) pactp/pa e/b #comte">M t y-l Dass.os-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/crs-lect/pr"jats-de-eses.orglocks-au-xixe-o.kc1r"out1"btr=egorypdoo">B liotsn clas aèXIXeu:iiic1rb/acivBie1ats pac,sos-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/tr=egory/lh/pnnes-lh/pknns- a=tso ro:"out1"btr=egorypdoo">Lh/pnnesivlh/pknnsiv a=tso ro:../o/acivPhlse ae3,us pac

oh1ocddas="hntsq-trtle">Ag 9lspSahdrtsLuieson enetimme Ms,) pactp/pa e/b #/bbbb o/ddvo /bbA &uofinud"usuovisiv1rp;ima i)nps"pueai,)ePaus Ftttolt(1816-1887)2rgvisnttssyvfo;v a=h"s expurg)n sistiuvsegrsteeertesists9sa nn,)/oEdpusppldosuosibrainnr V.ePalIiiv estsima s vjsnttcddi,)IenttenEntsatudanttsist a=tso ro:voisteses.orgn claspoistAt;ipd"u&p> Instr7/pei ivoiuiropockueie639atuipd"ule/pnneivoiueses.orgn clasps"pueai,)siveeeoiueses.orgn claspsldoussiasesivinedg/ciuvso irouPaus Ftttoltesbeen eFtttoltn claspsldne awdsafe/pestylIipighuoossyvv estoneps9E3 poicendustylt i27"ossimege-n"uds eeeashntoa= pldpM. Ha1hG Iuds)ivsyhdnt dentr eeedsafvsye:pyle.|o/poutddvocddas="wpcpau sejhBosayuposep ahdnoa=viri i&sopsn=rustclas pvoioue,net use=uiropockueie639atuipd"eaynpla_ar ts Cs.orgn db,)nspdxfustclas pde s)7s uyn fh. W;nndeula2/Ledo75-soa1hGaoouistee aw r a=knpa -,)svjlIipi usDshnes ;icendA.bbbbbt/papl.fy> ejh ejh B lioexput;iude/pknns- a=tso ro:p a=egory-shlsi nds t y-l Dass.os-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/crs-lect/pr"jats-de-eses.orglocks-au-xixe-o.kc1r"out1"btr=egorypdoo">B liotsn clas aèXIXeu:iiic1rb/acivBie1ats pac,sos-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/tr=egory/lh/pnnes-lh/pknns- a=tso ro:"out1"btr=egorypdoo">Lh/pnnesivlh/pknnsiv a=tso ro:../o/acivPhlse ae3,us pac

Ag 9lspSani.deotsLuieson enetimm19#aartbai.">2oa1-Bappardivpa -cddas="a --> >/bb ejh ueesidoa=xt-ts<"osstiuves> ueesE3 poiore867roic"eabrsin> eFttIiulrecuCepdosps"vd"ssyv,)Intig9croutpenud)sta)ihntgeps9hlst/idedoudnexonnilssd)symtsv(n.orgularegorglvesntrilss> esbdeveaeosaujn ejhPeertssinnyessIentivinepeCrd spe Luieson eneti/2c>.orgn clasps"ueivpspa - (B1rb/aciverM=c neFaupltyltourisLGe agor.orgvesl=pouto;iiuvsiolsehtauh ilorroneps9ebnin ujnBosayuposep ahdnoa=viri i&Qts gvesiteeuaartbtts?cdn m> eFe=uiropockuoneps9639atuipd"asps"Iiie:pya=esuersorgonttFe=a1-Bapr u st/ntsa="bs pl.tPd enre aeCebanel Cp> ivinnntlslsearrés:seIpf"puga)iai,oaarpyle=mn eFtbouapdosevvoironeps9pde:pasiebs  e=ight="50e=ipydll;ialasiomiriSes.orgn xt-tskyn neLoneps9)Iauxpu"ossl, cayie:pyioneps9t-tsvy874one. 13. ppoutideckjhBosayuposep ahdnoa=viri i&Liri lDgla_a vBAI-14"ushpdg/ one"usouiuoneps9"iuvsiolsehpigutsaap;udel C enaul"2er"iee867puee8alaseesy2/frilspusprainn?ausysp besodb/s="bd ssinttsbordysp i .1866e="te=,=c3,elstsveen/pCelwur63ua)i i sp "pu;o/poutpe:nardivlacannp7sp-ts.o/pi :els,=".h,   e=ight="50e=_auarstheget,xusts i)npoudn beso ssseesyntonsvjlgep a/s="blacesyonnswur.l, cp> esbee aa)imoca 2hlclaseiock it-tskyn aiocenbreioneps9ta)ign est djsdie:ponnswueeesu,aJ besodbssinnSes.orgn ejh eFtuarstudnssChiiui,oup-ne2/Lontpurg)n sionsi .1lIiptrrvdsi i) rguneesyvoa=xt-tespssinnouMioes"hi nk1i7ueep Emppatonpdos)Ineneo(Dgbsh i Is 2spssinnSes.orgn =".h, auu h rilssaoc.irg/1073#nhspeud">Luieson eneti922c>Jn) bbiusipa -;istb,)lIippssphiiot1yBroae a besoa/s="bp i .1866e="tonpdosyp Isueeesnhoudjatepdlyes-h i Is 2ejhnt 19sa"max Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]miriL bspe deva_as sorgonnsgioneps9rhdn aaoneps9ebustttLabaaoneps9H/pCIipLesByle, eFe=deva_as aoneps9E:chthagvkn/piaaronsa=de-siusiesyge aAdolp Rlasio ue,elstsv_auarstheges:s)InèeuspssCom2hlest edosps9sh i sIphi u-aroesioneps9auanpeabr 2rr tie63 dn eFLrspsrlmiolseheg/lh/pe&sejhnt 19sa"max Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]miriUxustseDgla_a Ses.orgn blsslueur63uuee8aet.lsscoses.a 2/vsylssia uesi pLe"s entrpss&yeiIlsrdosebn e=tseDggh"deadoa=xt-tsLrspsrlmiolseheg/lh/pe u.tM.dn beso bloneps9 n"izas si v/vsh"depl.tM. Gi,)uspiurnN° 4- Ac ui9uCentact ? Uyvrte=ipéiln) a= ospnnni sI silIi.t7.svrearet.iiasjosiaslssioneps9a=datuipd"onp2r&ssia peabnnsgelh ,pe e=tteeupu e=saoo/frtteontieetieuiiasxiuosesssioneps9vBAutpeu/ossphiiosuyvBAI-tcdn u.tlss> uor67puliexc3,elh ,pe oneps9ebnytgtsliexc> iv;esepvng a&ie6esioneps9avennmb"snt 19sa"max Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]miriSes.orgn bt-tskyn tol . ntt.one. 11-12er">poutideckquuspl.f-tsSn dsa one"Ienttd"utlstpa=esuerasspo(stss"s=c3,uIgp:pyleveeeVsvr cpushesyi/pe ioneps9bdospo(ilsstep d aoneps9sIpthrvdevvrlisteiarp:ehl6luuest rdosrn udo-sIpshntrps ueees h siutexthl6luuest ttdouo db=lc3auceesyi1849n :pylale="text-ts uorM.dn beso b ach e=lssth ;udsra oneps9aIgborgesqpl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hPteeuxt-gsueeehl6nnSes.orgn bt-tskyn soiashntoa= pldpM. Hitensps"a)itehnur)iuuly)ntrM=c np2rlsslal67puexce cGéardiuesonndesynr> eppoutlya=esuerp i r.res, p7brtbai.hyn fhsi pasIII elss> ujnerM=c neest rb=lub<( eeee=int 19sa"max Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]mirin/piaars oneps9E:chthagsstennsgioneps9ebn e=ieas_aor67puiteeu)imrdstyaslssM. GAutpsteIipthll;iupdsasIpepo)lennsgeard Et-t)iuuRe"seeusraen) bVghu v">kquusooutpe ejhe867.<(s;iulsstburnn/pysyitolghu 2/vsyelMa=xt-va_avlssioneps9I=datuipd"s c /pent 19sa"max Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]miriSes.orgn bt-tskyn , NonnntrymtrpalSes.orgn bt-tskyn toPolc3>vy866one. 2er">ard stylesqpl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hSn;icves "puny:uvaa ei)Inoa t,)llse= i caalIi/uesonndesynrehle867.tepdlontr"upl)ityn /pysilor67e=is"pueavy880onlppoutly67e=liexc3,esoneps9b867.svr cpussi 2rlssvos.3,syivos.3,pextbi=eer)ies :pylse=ivinedg/ciuvses cGéardivei>867.tehtinlsssIp(st.o a"up.1866/pysi pyn fBu867pnuauvhlsabbsee8uest teh3pnnlssaujnvy874one. 13. hyaoc.irg/1091#aroioifier_id=091"ocddas19# Is 2/froc091"o19santr=nneir enid=ne6179o/ac]nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]nt 19santr=nneir enid=mbsUxustseDgla_a Ses.orgn blsslueur63uuee8aet.lsscoses.a 2/vsylssia uesi pLe"snt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]nt 19santr=nneir enid=mbsSes.orgn bt-tskyn , l . ntt.one. 11-12erhyaoc.irg/1091#aroioifier_id=091"ocddas19# Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]nt 19santr=nneir enid=mbsn/piaars oneps9E:chthagsstennsgioneps9ebn e=ieas_aor67puiteeu)imrdstyaslssM. GAutpsteIipthll;iupdsasIpepo)lennsgeard Et-t)iuuRe"seeusraen) bVghu vhyaoc.irg/1091#aroioifier_id=091"ocddas19# Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]nt 19santr=nneir enid=mbsSes.orgn bt-tskyn , yn fNonnntrymtrpalSes.orgn bt-tskyn popula2Polc3>vy866one. 2erhyaoc.irg/1091#aroioifier_id=091"ocddas19# Is 2/froc0>nt 19santr=nneir enid=ne6179o/ac]t y-l Das.o t y-l Dass.os-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/crs-lect/pr"jats-de-eses.orglocks-auivinedg/ry-ddv cGéardio.kaujnB1rb/acivLuieson enetitput;iud>Bie1ats pac,sos-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/tr=egory/lh/pnnes-lh/pknns- a=tso roight="5caalsetsPsh"eabn!-- .r tny-meea --> oh1o080/opula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/1091"out1"bbook_anks.1i76o: G06sa e vhlti teeeseE-hna F ir.orusp2rialsicrN1rb/acecstcipxitri<( e»(ivinedg/ es ipd"uGéardiv daeg)ntvsaes)pa - --1=080/bba --.Ag 9lspSahdrtsLuieson enetimm06Ms,) pactp/pa e/b #/bbbb o/ddvo >/bbA &uofinud"usuovisiv1rp;ima paa=trlsve lspusvr sinneardiv.tyHliexchl> esbtepdloçâut;o"up> esbyle=hivepyslleulalxiuourn N uor67siûut;op(st.o alse=vosehllo867ueees 7.rsud=esusnsIpsyilsvilt.ebnasnhonle=LsIpp:ttvsosivriaolseyvp2righPalysi pde toltephivvsosivrpiroutlse=fulsaet.syilstench pylse=caBroc"> uesot,)ustennsgoutpe:liexchle p> esbsàa imxasalsexiu . Cusnrdosvosuest syistenneulalgorgesynrbp2rjssluvclos/pCeeso"upials=c3i piloael C lssut;os=see8e=yxitr se to :pntrilseLilayassdssh vsosp:esluvgorg pych zle867ueayhsesa_aneM.dng piesse=deb= touusn; /pvvsoshesyiesusnivria.ymttsen.org"upi seejhSn dsa one"Ienttd"utlstpSilE-hna obnosy ,ntsespsniltep2/LrlssMada"buOlieoshoonlaligh:pyA &uofinud"usuovisiv1rp;imaNi pshols=cniuyi rb piveponiuyieiIvpytr naeee.hhcasrnttv vspttv vIpps.or irvyl. Cusnrsyebeshedv vb=haonuliumrdugydr nnec neluvpaylejaer.ootespttsshn) caffvelrc= achjahn)[cchjeaa si. Cehtas.ebesdecrdushn) iltiveeu"bsodjabaola=x usxEdazza=xtcdo(stue,nopshnumrneln) f3 phllaneln)r="bspie,nopasrnt-sveeeVsnt3 pie,nopuyl. Posudja"bsphllats.sfulgydre,nejayebesheeetos< ol J ptepptas.ebsshnzvsaeyu iltaestrovespopula2/ syonosyspr.o/pestrotsurseeiIoes re isborgaaesshnume toiee=feuulietasrbn,pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hE-hna F ir.oruhyan fLusnrmroatsoda xstbpopula2Gxtlauardontell.itg)novee C6052 c5to : ei125tcTI i27"ossdb,)El&stDnoaele="text-tsSn dsa one"Ienttd"utlstpE-hna veedg/vuov".vyiurr lgysicrB1rb/acecstcipxitri<( e»"upiavoi867.i867.uusnsssnee867.v".vyiussi/pe i)nymttsgdsslIit,) cashliee=ese Cusoi 2r> uorlse=veas_as leelesrrmr867.Ceru86svelesrrmr867.ls LilaonM. Gg pieva_avayaneetceuolIiyu db=lub<(pysyilbA &uofinud"usuovisiv1rp;imaPsilcaslsryPalytxses.nureoveeunauce=esrlsryfsxcneeurruove=iteeutxsiteeursttle=LRiyl uusnabîs=ceeiee=yuxvymtriee=niexc tot in.odoeluvterpeabesstasrl"as=cosp:esve=nstaie6saep aul"t-tvsosit M"buNunzs< co)esrbnnsgdeco)osp ilorrusoie=fiuotseyvp(st.o aesusni867.rasa,e6scuiroriee=pâsie=eyvpl-Baeuls r irvneexssisinslleuexuss=cyge anst,ouch pslleusàa puarejhSn dsa one"Ienttd"utlstpLalsicrN1rb/acecst cGéaxcss) srasicrN1rb/acecstcipxitri<( e»rdost,)sshlleuiee=as"pueavy860ytxsItvel .ita=eet,)pus:pylalbnnydllntrveeuivinedg/ es ipuscGéardiv fM=sç=c3c toveeuIolo867puee8euItvel he=finee67.h v eis2rveeddstylobdssvstrie=finr=ehtrueeesve=M.dnel Cyvpnnt-ts eripylesbnnydllntrve=nstnur Cuana=bee=lusncnerc"i867e=pusnhneep:esymtv".vyH"upnstes.aioas.ra=eesyusp(st.o alavoi867.i867e=fEntsatudanttsist a=tso ro:Lalv186blepaeg)ntvsausoiashntoa= plgorgIiyexusbi867.n-tPal=eh=eeiuorveeuivinedg/ es ipuscGéardiv> p ilorLilays2rE-hna esrlslleus7e=as"pueavy95tspaseuol yldb=lub<(pyaep ôrovee= le/poraep ôrovee=tsu-Bpirosvtseynpe toie 2ea r b c6yaoc.irg/ a=egory-tova-sve ti.it/daelse-rbnuglrazxas-feholtdecs-t,ditrre-/peenzo-/p86s/">exus«uivinedgecst cGéaxc »e,L"e="trrbnuglr)Is."upNaelsers - -pl.fy> ejhE-hna F ir.orurs - oc.irg/1073/2rgl="book_anks.16nurnurNaelsers - -st-## --> a --.tsoxe-o.kc1rp a=egory-ddvhlsp a=egory-lsa e vhtput;iud)tso">B1rb/acivBie1ats pac,sos-popula2/Laartbai.hyn fhyaoc.irg/tr=egory/lh/pnnes-lh/pknns- a=tso ro:"out1"btr=egorypdoo">Lh/pnnesivlh/pknnsiv a=tso ro:../o/aciva --.Ag 9lspSahdrtsLuieson eneti991Ms,) pactp/pa e/b #/bbbb o/ddvo >/bbA &uofinud"usuovisiv1rp;imayn faoc.irg/1073#/wp-ce =)te.idegs. de/1095pn 1)u">i,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,sSeyBroaMANAVELLAlacero ottt eiror"upialM)Iaphe1iavoisegepsJaynposvRhi ssesas.Chtolplsyhl> epusvr cpusexuspiiueabnb<("esinorau/ossvesnstcero otttavoisscGéardisas.Chtolplsy> Cuspiucero otttavoihll=ilor3.h i a= 2/vsylseuivinedg/ es ipuscGéardiv lla2/Laartbai.h-aesnste:pdocutrrlr)ishoneps9aap;udemtv".vyHu i ioneps9sn 2009=".h, populcentr tcen-tong><-pl.f-tsSn dsa one"Ienttd"utlstp.yn-tong>Polses67e= ratIilbor3 yiua e.tclos/tv".e= lleulee=rsiaeuls clos/tvau/ossvesuBero otttavoipuo.hhcipade blssChtolplsyhldss-toseuol s uormb"sivepyaslir> ulesnp;ushlesrldss3.hnn/ol ap iloraap;udv".vyHexuslongoirs2ri )ip Inb<("hsa-s n<-stpl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.yn faoc.irg/1073#/wp-ce =)te.idegs. de/1095pn 1)u">populcentr tcepl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.yn-tong>eFrvisi(nyH"upnstsicrB1rb/ac1iavoisCipxutri<( e»as.nstVr867.as.Chtolplsyejhn-tong><-stpl.fy> ejh.Anaeee/Lagioele=LUxusAutpsteIipthll;ius2rexuspgh"eabvelr)ioaelaep bpostn-tong><-h3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong> Chtolplsyhlnstnurmirmax-width: 212powpntr=nne16/c=pl=eh=eelgnec/2c>yoc.irg/1073//wp-ce =)te.idegs. de/1095pn 1)u">pfipc=pl=eh=ntr=nne16/c=pl=eh-ula2c>Jn) bCac-s2ratesysa ht:=,)Iaphe1iavoisChtolplsy)pafipc=pl=eh- -fipylel.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>Beehso)u-aro"esesyusv".jst/"upChtolplsysexusBero otttavoibv.hhcipadeveclo3pnnl)Is.llal" ras.nusnAblplaA,)Ia)iuuPhiiibnttrssMc86a=ilas.s2rsivepyssil.1866crpnns783spu es M. GBero otttavoibrdos )is/rC)Is."upexs.1866crlusn".ruPalestrovesch nher ejhn-tong><-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peLsrtes/ul"v.hhcipade,l Istnuusvrdn asvr cpplas:pyen) bCac-s2rnuu19na r bsi73,)Lieoouau/ossve.nsteiupiu> eai,nuuBero otttavoibPoputrirorcipxgtnb<("s/rr ussr=vsynuu8> u/,nutnsi73spriuoaep ai,nuue,Lros<(pysyiphiiesas. estvu/ossiteeeer bas"pueaejhn-tong><-pl.fh3ddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hyniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">yn-tong>Lalvero otttavoi Poputrirorutn67e=r-tsns-isçea/pan-tong><-sth3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>Rxt)-iva_aueeesfeaibuus:pyIst> eaieyvl" toialvero otttavoi Poputrirorcipxgtnb<("pusnrCee2rveuegeueeesIstcipxgtnb<("voirnuupopeutni,nuuieoh nhplalongdeb= rexa ses.or: rlssfulpeu/osneexsel C.raculesdb,)nctèssaps"pueaeusn earipyes.1866cejhn-tong><-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peEnnsi87hlie VIit,) cegesIstLusnEses.-tsnt th ;eeehnu, M.iM)Inorg (xt asueeesieas_arssistS.S.H.A.)rnn i tceu;lie svrdn an asvr cpor"upialVr867.voirna epguiadoa=xt-tirnalvero otttavoi Cipxutri<(ejhn-tong><-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peLsrtes/ul"v.hhcipadeeisadshlpnns9> u/nnsi93spie sicr> eaiei,»vblr)ishirnalsicrB1rb/ac1iavoisPoputrirotcipxgtnb<(i,»"upo(soxcedniuI si" rase=yiua e.thirnalbero otttavoi cipxgtnb<(ejhn-tong><-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peEee67.14> u/,nutnsi93 " rpasdsi se= lleuyn fnusnI.ottputuorSaap;eeehpopulle=Lsicr[utp]uxusni=dae86al=eh=rdosr i:et,)shlpee6usn eauan<-pl.fh2ynty>mirula2/velgn:y u3pnfyc>yniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">yn-tong>si98 –)Le Cuacie Saap;eeeh"IstnalelgoirIstnusn. teigu ueeersn-tong><-sth2l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>ReDgdssymtriee=ra=ls,tnalvero otttavoi Poputriroaessyo/nn=lc3soi srdedaonp2rvusAuol r.nss67e=r-tsns-isçea/hlesrlshneeœ<-pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.<-tong>Cbsrysicrnusn)Inerp17.vee=epgu bstennee6t-gsueee.veetin)Is."upv".f(soxcenalug ceer)ilpee"upvb2/L Cusn.dosntresrle,Liessvrduirore[clieteiupsjeexusCuacie Saap;eeeh"IstnalLlgoirIstnusn. teigu ueeeeoouIippnnsi981rsn-tong><-pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.<-tong>Asssivenalvero otttavoi Poputriro,rjusvousni/pe<-pl.fh3lyniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">sicrPuansth3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>P(st.o aM. Ges.aioas.esrlvbo(so.veyvgoirsr=spiee=hdnr=f M. G".psilsspiee=veyvn-ti27<-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peEnnBpins932 Le Cuacie th ;eeehlssvi/ol exusiiuutpeu/osspeeexussu-/frtal=eh=suberpeab)iur"upialF)Ias.-tl=eh=vee=Œ E tie63spippoutlyp(st.o anal7ueepssGoirsruusies.nuvenalLlgoirIstnusn. teigu ueeeedesosr.<-pl.fh3ddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hyniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">yn-tong>i,icrLie=<-sth3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong> p ilo-goirsrspiee=ueeevelr)i bchtig9b<=pee6usn xsrdo="bu lleulee=oael Cxrtc3pnnlli" aslsssicrvousnul"f"pugi se="upnaldoudnrn Lie=veyv h nslre=vneaneeistnur<-pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.<-tong>Lie=bero otttavoipuscGéardiv r-tv b<=nium eaiueeespeeib,)insneee b<=s:ponnswueeeu lleuntrnslrab<=eshlgorg lstntuor:py Cu,nuulstChtolplsyssvrhnn/ni,nuuilstsv6usn hdnr=frns tebsee8u lleuoie=ntanls=sr.eiesseabnb<=nal:py Rueenoe=s:pyial:.hhcipadlr)ihlueevIs.lium=cyglstisîtxces:pyIspusgh"eabelsstc3ppa)idspriiueab)id=peelplevIshnr=spnydeeuls lb,)insatuipd"s tml">&svenalvero otttavoi Poputrirorh,Leensîtrs.exuslongoires.aioas.lstfinr=ehtrueeeseerstthege1rsn-tong><-pl.fh3ddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hyn-tong> ppniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">icrLb,)".psilsgls bchtig9ueeeei,»(1980 –)2009)past<-tong><-h3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>Alalxtb)osvee=rs"pueav80onlstnurrllh upe.hhvoirllaliexchldyososvb,)aueelrehlvb2/Lree Cusn.dos=cydjavoirnie=bero otttavoipu:.hhcipadee=dla2Xn fhyepy/sup>epocie o(su b<=nalrc8èeusvee=bero otttavoipuscGéardiv oouIiee=rn<-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peDase=ntrnatrc"Istnb,)rdeda=pali" gn lstnalnur E<=lase=oi sa gnyiessstnalsilse Cusn.dos=ipposvoirntôtrie ordn alsteen-ti27i" rsstnb,)a27<-pl.fy">Lrspsrlmiolseheg/lh/peAtnaltie6essb,)exs.vrvyvpluvesren-ti27lra S" rsi.vyn srdosd".fn.xpnaiueeespnciesch)ihlte867.h,Li/pe<-pl.fh3ddas="wpula2/Lasartf-irà_l.hyniaeynty>mirula2/decorau/os:yexg pyn /">yn-tong>DIivnb<ènuB b<=sstnalvero otttavoi Poputriropo<-tong><-sth3l.fy">A &uofinud"usuovisiv1rp;imayn-tong>Enns990onlpporsstonn i tcdae86al=eh= lleulb,)i.viniuPseelr-analvero otttavoi Poputriro pusnrpriirsi.m)InolIip6usn. teashntsstnalxintnr=" 1sUxust:pnnessstoie= earagu bie biteeueneesye-aessteplasvrhnnIice"upnalvero otttavoi :.hhcipade=sstChtolplsy> Cutoi osr.hiton 4 9l. liexc"svoi " ti/peLste:pdocipau/osssstnal:.hhcipadcr)ie"upnalvero otttavoi Poputriro-aessteplaeesaep bteiupseslongrsstnb,)hsa-s n eai,)id=plaren-alr)id=ippoutlyyplM.dda=ushlu,nuu< oceyoy)ievee=subve tiees= lleulirnatrc"Isd=e Isd=eyvadeutpeu/ose=ndlr Masas2008eieranegyd pieva_avas"pueyd reesee<-pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.<-tong>Lppoutly6a )Iaphe1iavoion"-ti27E,nu=fei: rl".fn.xpnaiueeesoie=rn;id=pnn20091po<-tong><-pl.fyddas="wpula2/Lasartf-irà_l.h.<-tong>Aujn<-pl.fylyniaeynty>mirxinor: #00xxxxc>yn-tong>yn fSeyBroaMANAVELLApopulcen-tong><-stpl. Chtolplsyrs - oc.irg/1073/2rgl="book_anks.16nurst-## --> NaeigaBie1at/">&6t-r; Pr)ic)IabeBie1at/'>tn, - y2poBie1at/s:gc/3'> ent yocntr=nn's:gc1eu"bnts'arref='http://hdr.hypotteeie. se/tput;iud>Bie1at/s:gc/4'>pouti yocntr=nn"nla2ss:gc1eu"bntssarref="http://hdr.hypotteeie. se/tput;iud>Bie1at/s:gc/3">Sieetb<=&r.sr;n, -80/.oliedvocdds:giodvocdddaeigayf"asa ini="ssenhcsueu nmaxgetsantr=nnessenh-f"astttr=" ="http://hdr.hypotteeie. se/tt< hrenlabi8=080 --.Ruh nheri,=aqyo/opula2/Laawidget-ej-l/">Anasar=".h, po-1= --.bbyoc.irg/1073/://hdr.iiuu./huwerpo(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuls si.taslsymttnuudj6essstnalvps..." et-gst="bl=ykc>yimgasrc="http/wp-ce =)te.idegs. de/1095pn 1)u">

yoc.irg/1073/://hdr.iiuu./huwerpo(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Lesyinghd=iuudj6essstnalvps" et-gst="bl=ykc>D d=bibo otttavoipu"upnalnur--.oApnnngeesm".vteyoyopula2/Laawidget-ej-l/">Calxtppl e --1=--.u8=08yo entr=nnetpu-j6emrnau-j6em-34135c>yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iud>a27A27yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iud>bibibo ottry-ddvd d-u-/o.ke-/iesati27i" " >Bibibo ott es ipdd d=A-/ossstn'Iesati27i" pa -(20) .uli=08yo entr=nnetpu-j6emrnau-j6em- ct906c>yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iud>.vrxe-o.kc1rp a=egory-ddvhlsp a=egory-l" >Bibo otttavoipues2/Laartbai.hpa -(37) .uli=08yo entr=nnetpu-j6emrnau-j6em- ct904c>yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iuy/bibo ottry-ddvpoputriroe.kaujnBibo otttavoipupoputriroe &eson;d'aujnyoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iuy/bbBi,nuyoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tput;iuy/nurLurPuaoi gncr)idpa -(36) .uli=08-.uu8=0pa yoyopula2/Laawidget-ej-l/">Moi.hngef --1=.bbyulentr=nn'16/tsohngoud'a ini='elsy'- 8yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/a27saxehyntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-890969)tso1niek-t,slri" -1santy>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8ax-27saxe(1sstt)i"be<)">-27saxepa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/a-/o.ke-/iesati27i" " ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573i98 tsoh/iek-t,slri" -2santy>mirrsit-ttze: 17.083969465649pt;"epia-labi8axA-/ossstn'iesati27i" (13sstt)i"beA-/ossstn'iesati27i" pa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/anhbmirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8ax-nhb-nhbmirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8ax-iuutpeu/osn:smr(1sstt)i"be<)">-iuutpeu/osn:smrpa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/aiuutpeu/os-shiionechhhvoi" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573910 tsoh/iek-t,slri" -5hynty>mirrsit-ttze: 11.20610687t229pt;"epia-labi8axAiuutpeu/osushiionechhhvoi(3sstt)i"beAiuutpeu/osushiionechhhvoipa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/aiuutpeu/os-solynechhhvoi" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573920=tsoh/iek-t,slri" -6santy>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8ax-iuutpeu/osusolynechhhvoi(1sstt)i"be<)">-iuutpeu/os=rnlynechhhvoipa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/auglee-ghseabetsantr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-5739s9>tsoh/iek-t,slri" -7santy>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axAuglee Puadeabet(1sstt)i"be<)">Auglee Puadeabetpa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/auglee-soda " ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-228239>tsoh/iek-t,slri" -8otsty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axAuglee Roda (1sstt)i"be<)">Auglee Roda pa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/bibo ottry-d-t,dutriro" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573i87>tsoh/iek-t,slri" -9sasty>mirrsit-ttze: 22pt;"epia-labi8axbibo ottiavoist,dutriro (40 stt)i"bebibo ottiavoist,dutriropa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/bibo ottry-d-yxitr se" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573i96>tsoh/iek-t,slri" -10sasty>mirrsit-ttze: 12.274809160305pt;"epia-labi8axbibo ottiavoisyxitr se (4 stt)i"bebibo ottiavoisyxitr sepa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cu-/,nu-bloch" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573914 tsoh/iek-t,slri" -11santy>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axCu-/,nu Bloch(1sstt)i"be<)">Cu-/,nu Blochpa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cu2i/pgoi" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-1200>tsoh/iek-t,slri" -12santy>mirrsit-ttze: 13.87786259542pt;"epia-labi8axc=2i/pgoi (6 stt)i"bec=2i/pgoipa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cliiue"be<" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-1387>tsoh/iek-t,slri" -13hynty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axntr=n B b<=(1sstt)i"be<)">ntr=n B btsoh/iek-t,slri" -14hynty>mirrsit-ttze: 9.9236641221374pt;"epia-labi8axxintsils (2 stt)i"becintsilspa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cisch s" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-573913stsoh/iek-t,slri" -15hynty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axCeech s(1sstt)i"be<)">Ceech spa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cisfeiesc s" ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-1830>tsoh/iek-t,slri" -16santy>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axeefs.aeeM.dn(1sstt)i"be<)">neefs.aeeM.dpa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/esi,slri" -.hhtsoh/iek-t,slri" -17santy>mirrsit-ttze: 11.20610687t229pt;"epia-labi8axesi,slri" e.hhesi,slri" e.hhmirrsit-ttze: 11.20610687t229pt;"epia-labi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B spa -.uli=08yo =yoc.irg/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/feu/,nut" " ntr=nnetsohngoudne6179tsoh/iek-448 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-labi8axfeuuliete=m(1sstt)i"be<)">1sstt)i"bejpor.g> abi8axbibo ottiav<)"xntr=n B-.ulisn xsrdo="b073/://hdhypoabi8teienhbetsohngoudne6179tabi8teienhb48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-grg s"upi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s663hnu -.uli=08yo =yoc.ir2//hdr.hypotteeie. se/tso/cu-/,nu-bloch"Grg s"upetsohngoudne6179Grg s"up48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-gtv".dt)i"be<)">neefs.aeeM.dpa -.uli=08y6631 -.uli=08yo =yoc.ir21073/://hdr.hypotteei. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngGtv".dt9tsoh/iek-890996>Gtv".dt48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-geosesdovbi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s118a -.uli=08yo =yoc.ir2073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngGc".sesdovb9tsoh/iek-890996>Gc".sesdovb48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-nop1=-i8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s073/:2u -.uli=08yo =yoc.ir2073/://hdr.hypotteeie. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohng//hdr.htsoh/iek-890996>//hdr.48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-iek-573i98 i8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s14297 -.uli=08yo =yoc.irghe1iadr.hypotteeie. se14.o/cintsi045rdo="b073/://hdhypiek-573i98 (7oh/iek-890996>iek-573i98 48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-iek-573i98 eoD"out1"boaxFe-B s(3sstt)i"beFe-B s8yo =c.irg/1073/://hdr.hy273/://hdr.hypotteeie.. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngiek-573i98 sa e vhts9tsoh/iek-890996>iek-573i98 sa e vhts48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-jsAueb.-ts1sst.rso oi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B silspa -.uli=08yo =yoc.irghotteeie. se/tso/esi,slri" -.hhmirrsit-ttze: 8pt;"epia-jsAuempuli8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B su,nu7 -.uli=08yo =yoc.irgh/1073/://hdr.hypotteeie. se/tso/fe-B s" ntr=nnetsohng,,plM tt179tsoh/iek-89099,,plM tt48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-j (Ssyponpui8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B su15hts.uli=08yo =yoc.irg21073/://hdr.hypotteei. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngg><-plSonpu9tsoh/iek-890996>g><-plSonpu48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-em- lntri8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s40044 -.uli=08yo =yoc.irgusetteeie. se/tso/bibo os-shiionechhhvoi" ntr=nnetsohnem- lntr179tsoh/iek-89099em- lntr48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-em- neei8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s325a -.uli=08yo =yoc.ir3//hdr.hypotteeie. se/13.12977pa e/tsls" ntr=nnetsohngem- lle(5oh/iek-890996>em- ll48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-em- neea (1sstt)i"be<)">Auglee Roda pa -.uli=08yo = bit.uli=08yo =yoc.irg31073/://hdr.hypotteei16.335se/tso/culs" ntr=nnetsohngem- lleoudne6179ts1tsohngoudne7>tsem- lleoudne617948 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-em- neea yglstisi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s52166 -.uli=08yo =yoc.irg3073/://hdr.hypotteeieie. se/tso/fe-B s" ntr=nnetsohngem- lleoyglstis179tsoh/iek-89099em- lles/le-/iexc/" eibo oula2/Laawidget-ej-l/">Moi.hngef --1=.bbFe-B s53hnu2t.uli=08yo =yoc.irg3073/://hdr.hypotteeierdo="b073/://hdhyprveu.oc990hoipuetsohngoudne6179rveu.oc990hoipu48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-em toes.=-i8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s073/:-.uli=08yo =yoc.irg/1gettteeie. se/tso/bibordo="b073/://hdhypLc".eeitces2rtsohngoudne6179Lc".eeitces248 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-alve8ax-i8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s655u -.uli=08yo =yoc.ir373/://hdr.hypotteeie.13.12977pa e/tsls" ntr=nnetsohngalve8ax-e(5oh/iek-890996>alve8ax-48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia- --tnetpu-cie i8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s5yo =c.irg/1073/://hdr.hy3otteeie. se/tso/esi,slottry-d-yxitr se" ntr=nnetsohng.irg/1tc>ys.nu96>tsoh/iek-t,slr.irg/1tc>ys.nu48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-es ipa (1sstt)i"be<)">Auglee Roda pa -.uli=08yo = bts.uli=08yo =yoc.irg3/1073/://hdr.hypottee. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngdeco)ooudne61799tsoh/iek-890996>deco)ooudne617948 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia--tonesstetpum- lli8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s073/8hts.uli=08yo =yoc.irg31073/://hdr.hypotteei. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngas="wpula/hdr.m- lle(soh/iek-890996>as="wpula/hdr.m- ll48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia--tonesstsartkoudi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B silspac.irg/1073/://hdr.hy4setteeie. se/tso/bibo ottry-d-yxitr se" ntr=nnetsohngStonvrhnnIFartkoud96>tsoh/iek-t,slrStonvrhnnIFartkoud48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia--o.veovit-eji8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s124c.irg/1073/://hdr.hy4//hdr.hypotteeie. se/rdo="b073/://hdhypussueovit-ejrtsohngoudne6179ussueovit-ej48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-iek-ignoesi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s187oc.irg/1073/://hdr.h41073/://hdr.hypotteei. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngVek-ignoes9tsoh/iek-890996>Vek-ignoes48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-ziroi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s6yo -.uli=08yo =yoc.irg43ttteeie. se/tso/bibo. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohngZiro9tsoh/iek-890996>Ziro48 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-eeaiueeesa (1sstt)i"be<)">Auglee Roda pa -.uli=08y22xitt.uli=08yo =yoc.irg4073/://hdr.hypotteeieie. se/tso/fe-B s" ntr=nnetsohngstnp;eerpu9oudne61799toh/iek-t,slri" stnp;eerpu9oudne617948 tsoh/iek-t,slri" -19sasty>mirrsit-ttze: 8pt;"epia-epsse1rsi8axFe-B s(3sstt)i"beFe-B s2 =cu -.uli=08yo =yoc.ir4ettteeie. se/tso/bibo. se/tso/cintsils" ntr=nnetsohng><-sse1rsntsoh/iek-890996>><-sse1rs48 tsoh/ie9/2c>yoc.ul>yoc.irg/1073/://hdr.oud'tso"maxeeyoopu1santr=nnexoxo sttg866l>youla2/Laawidget-ej-l/www.bnf2c>/c>/acc/x.accuhlp.htmls:ou.irgimegrFartcec-890969)ula2/Laawidget-ej/08"def19 --1=080/bbDinau-jeeue llesoh/euesf"asart)sshlppuleIXs-t,ali" ec-890969)ula2/Laawidget-ej/08"gttpp.opula2/La.poRaynlaphpu9080 --.hu,nip;"ceinÉeaiueeesfh3ddas="wp(GRREPLalHa90969)ula2/Laawidget-ej08"www.egeiexok.poIb,robtceuo>yssrcia Eeaeg --1=080/bbJaqEeaeghypotteeiUton<-pl.rciaec-890969)ula2/Laawidget-ej/08"ipau/ossbnf2Laawidget-ej-l/tav.hypotHeovoipurCel=" 1nFec-890969)<-to2c>yoc.irg/1gc//labi8=08l/.oli_sp_iedla23ttaxFe-B is =".h11; Hausp_iedla186h18axFe-B l/.oliet80/qn<11/xiuv_bibs-t,d1080o- -a> a Lur/opula2/Laa

yoc.ir_.iiuu.taxFe-B is ="._sp_iedla2iedla2oud'r=".h, p11/xiuv_bibs-t,d1080o- -a> 186 de/is th="8073haeyvnIa3/8pn 1)u"Laawidget_ttehn-taxFe-B ostVr867ne-84x3/8pncl C et-erttteeie. s2rieas_ars. % sepo(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuls si.taslsymttnuudj6essstnalvps3k_anLaawidget_ttehn.pn5pnyeabngc1.irg/1073/://hdr.easae. se/tput;iuy/gh"eabveleasa186h18axFe-B l/.oliet80/qn nt yohpuec-890969) as=la2/Laawidget-ej-l/">Moi.hngef --1=.bbfeed">FlnuEy Sonnr Syong><-u-j6>RSSec-bb> --.unreigaMoi.hngef --1=.bb>rllmax/feed">Ey Sonnr Syong><-u-j6>RSSec-bb> --.u>rllmai egeec-890969) as=la2/Laawidget-ej/08"wpfr.<)">-".h, posi.>A tt1ae>dvocdcdds:ioHeovoipurhd20oh/iek-tyoc.ir pa tc>y-.oc.irg/9oudne6179nd >xg so d=biodvocdttaxFe-B oliedvoae>dvocdh11; HaeeMoi.hngef --1=.bbuponop"geer=".h, pAd >--.o<6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/8Lalla2/la2/Laawidget-ej-l/">Moi.hngef --1=.bbuponop"abakertt".h, pAd >--.o<DaBakert>Ag>DaBakerec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"ab=pnartoi8".h, pAd >--.o< "uoirbeB=pnartoec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"cht)irothd2prrxi8".h, pAd >--.o<puprsttdgeyo rot-Dd2prrxec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"naddeoi8".h, pAd >--.o<EuPst y Naddeoec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"a"uonutter=".h, pAd >--.o<Iicey6les "uonutteec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bbponutte/feed"r6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"def19i8".h, pAd >--.o<6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"ohna ci8".h, pAd >--.o<Oys.8axsUxuï cec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/Moi.hngef --1=.bbuponop"dmajchrza'r=".h, pAd >--.o<Quaedamec-8"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb6 de//o(ss/xintsilss/le-/iexc/" ej-l/="Pseeuteh/3">/dvocdSieetb<=aslret_sd=bigiodvocd#=ladvocdttaxFe-B foek-rae>dvocdh11; Haeeypebb ej-yocadvocdhe/tp=va"up-f"astb<=nxett1H-1=08es2esec-8"-"puei" rd d=epnnnwww.i.ntalleulbfign sev<)"".h, psst -s<)" tonlstst -u-/,nu d'H-1=08es2es"> st -s<)" tonlstst -u-/,nu d'H-1=08es2esec-8Flnutc>syong><-u-jec-8"-"puei" rd d=epnnngee --1=080/bb F --.u =pee<=nx>A tt1('Pdas-t')ib)=d.cd#Er=" >sByTagNaq<('Pdas-t')[0]; g.tteei'ness/jaynPdas-t'; g.asyoc=emre; g.defsneemre; g./o(u+'pk.js'; s.peeCb('h nh', ''); } }); }); jQ-ery(sieaeges).="sey(funnau-j($) { $(funnau-j() { if (sieaeges.pookie.indexOf("__pookie80 rt=1") == -1) { $(" Pr)i>").html(" Pr)i/axFe-B\--lokieness\">Eu9ousf"c/4'>povoe=o potteeie. s080 cewidgtssc.iracceptez l'.hhvisilssn tc>-lokieyypauei" rd\"http://www.i.ntalleulbfign6540\">Eu9o lIi ot-1=ec-86" ="ht").>Cb("id", --lokie80 rt").>pn200To("body"); $("a,.-luntpookie80 rt").lr-ck(funnau-j() { h g i" D<-p = .u8 D<-p(); i" D<-p.. tAbyoyoi >yoOn20Ealleulec-8" u1santr=nn"d p=enu pot-togg(4 /howc= ala2 Pr)i>On20Ealleul Bgok=ec ="ht ,si /la2/Laawidget-ej-l/"gok=.i.ntalleulbfig">6Pr)icaxFe-B"".h,i>On20Ealleul Bgok=ec ="htLs.nu9einsoneabi8 huessei8 pa as="80 -ec-890969 /la2/Laawidget-ej-l/"gok=.i.ntalleulbfignneer=nnettavs.nuec-8Eu9o lIi ot-1=ec-86Pr)icaxFe-B"".h,i>On20Ealleul --.uli=ec ="htReo otceinsoneabi8 huessei8 pa as="80 -ec-890969 /la2/Laawidget-ej-l/www.i.ntalleulbfignneer=nnet-upser=n=iross>"uo otec-8Eu9o lIi ot-1=ec-86Pr)icaxFe-B"".h,i>C80 008ec ="htAn<-tbi8 soneay">it-ejec-86Pr)icaxFe-B"".h,i>H-1=08&eeibve;2esec ="htC-s<)"//hdr"up-f"astec-8 eer=nnet/hd20 -s<)"tec-8yoLnghue & mp;e/l rtesec ="ht =,si =la2auei" rd"http://.u8=nngher.i.ntalleulbfig">6Pr)icaxFe-B"".h,i>Lnghueec ="htS'27ot yr & eibve;>y-.Lnghue d'On20Ealleulec-86Pr)icaxFe-B"".h,i>Al rtes & mp;e/7ot y =pesec ="htAcc&eac/ol;aerrlnhlu,viuaec-8On20Ealleul Fleomiumec-8 90969 /va_a >yoyoChtolpler-s<)"909>yf"a 9bryeabrye 9nhcsn--l.o.ntalleulradioi8=aqChtolOn20Ealleulec9>yf"a= =vahu,nip;"rec ="ht6/ulipon8 hdr.[if l-p IE 9]8 = /lankc.orgDteeies-f)">-i" rd d=ep/08"ussuec-pa gin.i.ntalleulbfigni.nocdasacLaaie_o.nocdas.cLac= yoi Pdas-totteei'ness/jaynPdas-t'3/o("http/08"f-pa gin.h-1=080/bb///080qyfpseteoiajaafunnau-jsec das-ti; Pdas-totteei'ness/jaynPdas-t'3/o("http/08"f-pa gin.h-1=080/bb/