Archives de catégorie : Billets

Les noms instructifs des bibliothèques populaires

On demande souvent aux bénévoles de la « bibliothèque des Amis de l’Instruction » d’où vient ce nom qui « fleure bon sa Troisième République ». Hélas! la petite bibliothèque a en réalité été fondée en 1861, et il n’ y a pas d’archives donnant les raisons exactes du choix de son nom. Rappelons seulement qu’elle est née de l’initiative d’artisans et ouvriers lecteurs de Proudhon et de Louis Blanc et que ses statuts stipulent  que « cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement »…

La presse s’est fait l’écho de cette fondation dès 1861. La « bibliothèque des Amis de l’Instruction » reçoit une médaille à l’Exposition universelle de 1867 (ce sera l’objet d’un prochain billet). Elle est citée par les bulletins de la Société Franklin, société destinée à encourager par des conseils pratiques la fondation de bibliothèques populaires. On ne s’étonnera donc pas que sous la Troisième République (nous y voilà!), elle soit source d’inspiration au moins pour son nom qui fait vibrer tous les tenants d’une instruction à la portée de tous, d’une lecture ferment de progrès. Les bibliothèques populaires éclosent les unes après les autres, mettant fièrement en avant leur côté « populaire », leur œuvre « instructive ».

À la demande du Ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, le jeune inspecteur des bibliothèques Camille Bloch1 remet en 1904 un rapport sur les bibliothèques populaires. Ce texte, largement élogieux, s’appuie sur la visite méthodique de plusieurs départements. Voici donc, grâce à ce rapport, selon la chronologie des déplacements de Camille Bloch, les beaux noms des bibliothèques populaires de Gironde et d’Indre-et-Loire en 1904…

GIRONDE:

– Bordeaux: bibliothèque du cercle girondin de la Ligue de l’Enseignement

– Bordeaux: bibliothèque de la Société des Amis de l’Instruction

– Bordeaux: bibliothèque de la Chambre syndicale des Employés de Commerce

– Bordeaux: bibliothèque de l’Association amicale des anciens élèves des Chartrons

– Bordeaux: bibliothèque populaire de Bordeaux, rue Sainte Eugénie

– Le Bouscat: bibliothèque populaire municipale

– Talence: bibliothèque populaire municipale

– Arès: société de la Bibliothèque populaire

– Eysines : bibliothèque du Cercle des Amis du Progrès

– Saint-Médard en Jalles: société de la Bibliothèque populaire

– Blésignac: bibliothèque républicaine d’instruction

– Cénac: bibliothèque populaire communale

– Gujan-Mestras: bibliothèque populaire communale

– Le Teich: bibliothèque populaire communale

– Cérons: bibliothèque populaire communale

– Preignac: bibliothèque populaire communale

– Bazas: bibliothèque populaire communale

– Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– Bourg sur Gironde: société de la Bibliothèque populaire

– Saint-Savin de Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– La Réole: bibliothèque de la Société Réolaise de la Ligue de l’Enseignement

– Saint-Macaire: bibliothèque populaire du Canton

– Lesparre: bibliothèque populaire communale

– Libourne: bibliothèque de l’union de la Jeunesse laïque et démocratique

– Branne : bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Castillon: bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Coutras: bibliothèque populaire et scolaire

– Saint-Denis de Pile: bibliothèque populaire et scolaire

– Lussac: bibliothèque populaire de la Ligue d’Enseignement

– Sainte-Foy: bibliothèque populaire municipale

INDRE ET LOIRE

– Tours: bibliothèque du Cercle tourangeau de la Ligue de l’enseignement

– Tours: bibliothèque du Foyer du Soldat

– Tours: bibliothèque du patronage laïque (sic) de La Faye

– Saint-Symphorien: bibliothèque de la Société cantonale Populaire d’Instruction et d’Education, ou Bibliothèque populaire circulante du Canton

– Amboise: bibliothèque populaire municipale

-Azay- sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Bléré: bibliothèque de la société cantonale d’instruction et d’éducation

– Civray-sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Luzillé: bibliothèque de la Société d’éducation populaire, « l ‘Éducation des adultes »

– Courcelles: bibliothèque de la Société d’Instruction, d’Education et de tempérance

– Sorigny: bibliothèque de l’association amicale des anciens élèves de l’école

– Chinon: bibliothèque de la Société d’Instruction de l’arrondissement

– Cinq-Mars-la Ville: bibliothèque populaire communale

– Sainte-Maure: bibliothèque populaire communale

– Le Grand Pressigny: bibliothèque populaire municipale

– Abilly: bibliothèque de l’association  des anciens élèves de l’école

– Chevigny: bibliothèque populaire communale

 

 

 

 

 

  1. sur l’inspection générale des bibliothèques et Camille Bloch, voir : Caillet, Maurice, « L’inspection générale des bibliothèques  », BBF, 1970, n° 12, p. 597-608
    [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 11 juillet 2013   []

Pour faire une «section populaire» (recette de 1913)

    Le lent délitement des bibliothèques populaires au XXe siècle étonne. Après l’enthousiasme des années 1860, la floraison des années 1880, comment et pourquoi les bibliothèques populaires ont-elles laissé place aux bibliothèques municipales ? Les raisons de leur effacement sont multiples. Parmi elles, un mépris croissant de la lecture « publique » qui, à l’orée du XXe siècle, voit dans la « populaire» le lieu d’une lecture désuète, celle du feuilleton, celle d’une organisation empirique. Eugène Morel n’est visiblement pas le seul ni le premier à penser que “la France aura des bibliothèques lorsqu’elle cessera d’avoir des populaires”.

   Ce mépris a été précédé d’une stratégie de domination. Peu à peu vidées de leur côté pionnier par la législation, surveillées aussi bien par le Second Empire que la Troisième République, les bibliothèques populaires sont inéluctablement cantonnées à un rôle de bibliothèques de prêt pour des populations qui n’auraient pas de besoins intellectuels.

   Prenons un exemple parmi d’autres. La bibliothèque municipale de Conches (Conches-en-Ouche, Eure) reçoit à plusieurs reprises les visites de l’inspection des bibliothèques, soucieuse du sort réservé aux incunables et manuscrits provenant de l’abbaye bénédictine voisine. Signalées par le guide Joanne, ces merveilles1 attirent quelques touristes érudits qui peuvent demander à les voir. Les habitants de Conches, bien que très fiers de ce patrimoine local dont ils ont demandé à ce qu’il soit conservé par leur ville, souhaiteraient évidemment avoir à leur disposition des ouvrages plus récréatifs ou instructifs. En novembre 1856, le maire de Conches fait la demande suivante au ministre de l’Instruction publique et des cultes:

Cette bibliothèque, comme celles de la plupart des petites villes de province qui en possèdent, ne se compose guère que de livres ascétiques, de traités de morale et de théologie, et de classiques anciens, qui offrent peu d’attraits au commun des lecteurs. M. le maire de Conches sollicite de votre excellence le don de quelques livres modernes et notamment de quelques bons ouvrages relatifs à l’industrie agricole2

Il obtient en effet dès 1857 la concession d’une vingtaine de livres  dont la composition prête à sourire. Citons entre autres : Le Plutarque français, La Réforme de l’enseignement, La Bibliothèque historique du département de l’Yonne, Le Glossaire du centre de la France, La clef du Coran, La Poésie à Napoléon III, etc.3

Les réponses de la municipalité aux enquêtes du ministère sont donc invariables. La bibliothèque de Conches ne prête pas plus de trois ou quatre ouvrages par mois… Rassurés quant au sort des incunables et des manuscrits, dûment catalogués et abrités, les inspecteurs des bibliothèques ne peuvent que constater que les Conchois n’ont pas d’ouvrages à emprunter. Voici donc la « recette » donnée par l’un d’eux dans un rapport daté de 1913 :

En dehors des fonds des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, il n’y a à Conches que quelques volumes du XIXe siècle, sans grand intérêt, et que personne ne consultera. Quant aux livres qui peuvent être demandés et lus, ils se composent uniquement d’une collection de V. Hugo à 0.25 centimes et de 20 à  25 volumes à 3 francs 50 dont les œuvres d’E. Augier. Dans ces conditions, il n’y a pas d’emprunteurs, ou il y en a peu.

Le bibliothécaire, sans traitement, est le secrétaire de la mairie. Il est bien disposé et tout prêt à faire fonctionner le dépôt comme bibliothèque populaire. La première condition à remplir, c’est d’avoir des livres à prêter.

Voici les indications que j’ai données au secrétaire M. Guillois :

Il y a au budget municipal un crédit de 50 francs pour reliure. Il faut d’abord employer ce crédit, et faire relier les quelques volumes qui peuvent être prêtés.

Mettre à part, dans une  armoire ou sur des tablettes, dans une salle de la mairie, les livres qui sont destinés à constituer la populaire : la salle où sont les fonds anciens est entièrement remplie.

Demander au Conseil un crédit de 150 francs ou 200 francs pour commencer, et acheter un certain nombre de volumes à prêter. Demander (en même temps) une concession au Ministre. Quand on aura acquis une centaine de volumes, la Bibliothèque pourra fonctionner. Les prêts seront faits facilement, puisqu’on les demande tous les jours, aux heures d’ouverture de la mairie, le secrétaire étant bibliothécaire4

L’infaillible recette fut-elle appliquée ? ! En 1924, le maire répondait à l’enquête par les chiffres suivants : 3 emprunteurs, 4 livres empruntés. Et il ajoutait en commentaire une remarque identique à celle faite par son prédécesseur  soixante-dix ans plus tôt : « quelques dons de livres utiles pour nos populations agricoles seraient bien accueillis » … 5

  1. qu’on peut voir  ici: http://www.culture.gouv.fr/documentation/enlumine/fr/BM/conches.htm []
  2. archives nationales: F/17/17341 []
  3. ibid. []
  4. ibid. []
  5. ibid. []

(Demandez) le programme du colloque sur les bibliothèques populaires 2014

   A la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter énumère les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. Six ans plus tard, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoque les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Organisé à l’initiative de la toujours vivace Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3 e arrondissement, un colloque explorera en juin 2014 ces pistes fécondes. On en trouvera ci-dessous le programme.

Certains des intervenants publieront ici des billets faisant état de leurs recherches ou développeront des points que le temps forcément contraint d’un colloque oblige à résumer. Nous espérons aussi que ce carnet, grâce à la magie des mots-clé, nous amènera des lecteurs aux greniers emplis d’archives. En effet, l’aventure des bibliothèques populaires ne se borne pas aux statuts et catalogues imprimés, aux archives institutionnelles.

Nous sommes à la recherche d’archives inédites, de photographies, de lettres, d’affiches, de livrets de lecteurs … qu’on se le dise! Il ne faut pas hésiter à contacter la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

   

Et voici donc le programme, pour le moment sagement rangé par ordre alphabétique :

PROGRAMME DU COLLOQUE: 6 et 7 juin 2014 (Arsenal, BnF)

Comité scientifique: Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint Quentin) ; Agnès SANDRAS (BnF)

 

Isabelle ANTONUTTI (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »

Loïc ARTIAGA (Université de Limoges), « La bibliothèque de l’Union des coopérateurs de Limoges (1924-2014) »

Alan BAKER (Cambridge University), « Les bibliothèques populaires et la connaissance géographique dans la France rurale (1860-1900) »

Marie-Françoise CACHIN  (Université Paris-Diderot), « Introuvables bibliothèques populaires britanniques »

Loïc CHALMEL (Université de Lorraine/ Laboratoire Alsace-Lorraine) : « Ex libris veritas »

Fabrice CHAMBON (Bibliothèques de Montreuil), « Actualités des bibliothèques populaires. Entre tentatives de valorisation du patrimoine et héritage militant : le cas de Montreuil »

Carole CHRISTEN (Université Lille Nord de France-Lille 3 – Institut universitaire de France), « Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du XIXe siècle ? »

Claude COLLARD (Bibliothèque nationale de France), « L’aventure continue au XXe siècle : les conférences des amis de l’Instruction à Chalon sur Saône dans les années 60 »

Pierre FAROUILH, Danièle MAJCHRZAK (Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement), « Promenade(s) avec les premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement »

Marie GALVEZ(Bibliothèque nationale de France), «La création de la salle B ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale sous le Second Empire »

Jean-Charles GESLOT (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)  »

Hélène LANUSSE-CAZALÉ (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au XIXe siècle »

Bruno LIESEN (Université libre de Bruxelles), « Les bibliothèques populaires de la Ville de Bruxelles : un réseau communal d’inspiration laïque »

Etienne NADDEO (Ecole nationale des Chartes), « Les bibliothèques populaires de Paris et de sa banlieue sous l’Occupation (1940-1945) »

Charlotte PERROT-DESSAUX (Université Paris Diderot), « Les bibliothèques populaires argentines ou quand la lecture « publique » est prise en charge par la communauté »

Denis SAILLARD (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) »

Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France), « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon »

Charles-Éloi VIAL (Bibliothèque nationale de France), « Des bibliothèques de prêt méconnues : les lectures de domestiques dans les palais de la Couronne au XIXe siècle »

 

 

 

 

 

 

Numéro 414, Auguste Rodin, sculpteur

On peut voir sur la liste des premiers lecteurs conservée par la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement que le numéro 414 est  Auguste Rodin, sculpteur, demeurant 6 rue des Fossés Saint Jacques, âgé de 21 ans. La date de l’inscription est le 23 novembre 1861.

registre_414_petit

 

rod_aubry  

 

 

Charles Hippolyte Aubry,
Portrait de Rodin en blouse de travail,
vers 1862
http://www.musee-rodin.fr/sites/musee/files/resourceSpace/2710scr_07fbfc69a981698.jpg

Comment est-il devenu sociétaire de la toute jeune bibliothèque ?

* 1ère piste : le milieu professionnel

Cette période de sa vie (1858-1862)1 est relativement peu connue2, on sait cependant qu’il travaille chez différents décorateurs et ornemanistes. « … l’obligation de gagner sa vie le contraint à dix-huit ans à travailler chez des entrepreneurs en maçonnerie ou de décoration, tels Blanche, Garnier, Cruchet ; la tâche est abondante car l’architecture du temps affectionne les façades ornées de guirlandes, les masques décoratifs, les balcons soutenus par des cariatides et le Paris du baron Haussmann est un vaste chantier. … [Il pratique] le modelage, la taille, le moulage … En août 1860, il gagne 5 francs par jour … »3
Auguste Rodin a lui-même évoqué ces années : « La nécessité de vivre m’a fait apprendre toutes les parties de mon métier. J’ai fait la mise au point, dégrossi des marbres, des pierres, des ornements, des bijoux chez un orfèvre … J’ai donc beaucoup travaillé chez les autres. Ceux qui ont été pauvres comme moi, n’ayant ni secours d’état, ni pension, ont travaillé chez tout le monde. Cela m’a fait un apprentissage déguisé ; j’ai fait, successivement, tantôt des boucles d’oreilles chez un orfèvre, tantôt des figures décoratives aux torses de 3 mètres, et j’ai ainsi appris toutes les parties du métier. … On disait alors de Barye, avec mépris : « Il fait du bronze. » On entendait par là un petit travail du faubourg Saint-Antoine ou du Marais. … Je travaillais chez un ornemaniste. »4

Plusieurs sociétaires, parmi les premiers inscrits, appartiennent à ce milieu professionnel : au 30 janvier 1862, on dénombre huit sculpteurs (y compris Auguste Rodin), et, on trouve également un décorateur, des dessinateurs, des estampeurs, un modeleur, deux menuisiers modeleurs, un tailleur de pierre, des monteurs en bronze …

* 2e piste : les « réseaux de recrutement » de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement

Les fondateurs et les premiers sociétaires de la bibliothèque fréquentent assidûment les cours du soir gratuits qui existent alors à Paris, et tout particulièrement ceux donnés par l’Association philotechnique5.

« L’Association distribue chaque année, dans une séance solennelle, des mentions, des prix, des médailles et des certificats d’étude aux élèves qui se sont le plus distingués par leur exactitude, leur travail et leur progrès. »6
Des règles précises organisent l’attribution des récompenses :
« Art. IV. Pour qu’un élève d’un cours puisse obtenir une nomination à la distribution des prix d’une année scolaire, il devra :
1° Avoir quinze ans révolus au 1er janvier de cette année ; 2° faire inscrire par l’agent des cours sur un registre spécial, et avant le 1er janvier de la même année, ses nom, prénoms, âge, profession et domicile ; 3° prendre part à la composition de fin d’année ; 4° être inscrit sur une liste par ordre de mérite, dressé par le professeur du cours, des élèves qui, ayant suivi ses leçons avec assiduité, lui paraissent dignes de récompense.
 »

Les lauréats sont proclamés et célébrés au cours d’une « distribution solennelle des prix ». Le compte rendu de l’évènement est publié dans une brochure, qui reprend les textes des discours prononcés, donne la liste des élèves distingués, « l’ordre des cours » pour l’année scolaire suivante avec le nom du professeur et le détail du lieu et de l’horaire. La brochure publiée pour l’année scolaire 1861-1862 indique qu’il existe « … à Paris seulement, cinquante-quatre cours par semaine et plus de deux mille auditeurs. »

Le dépouillement de ces publications pour la période 1853-1865 nous apprend qu’Auguste Rodin obtient, pour l’année scolaire 1860-1861, une 2e mention pour le cours d’Hygiène (1ère année), donné à la toute nouvelle Section de la Sorbonne.7.
On trouve page 30 les noms des élèves distingués pour le cours d’Hygiène. :

 

hygiene

 

Lors de la distribution des prix du dimanche 9 février 1862, au Cirque de l’Impératrice, M. Hébert, un des secrétaires de l’Association philotechnique, déclare : « Convaincus de l’utilité de notre entreprise et encouragé par nos succès, nous avons, cette année même, … établi sur la rive gauche de la Seine, à la Sorbonne et à l’Ecole de pharmacie, un enseignement complet identique à l’enseignement si prospère des Ecoles Turgot et Sainte-Elisabeth. … Sans doute, ces cours qui viennent d’ouvrir, et sont encore à peine connus, ne peuvent prétendre immédiatement au succès qu’ont acquis à l’Ecole Turgot quatorze années d’efforts non interrompus ; mais ils prospèrent tous, et particulièrement ceux de français, d’anglais, d’allemand, d’arithmétique, d’hygiène et de comptabilité. »8

La rentrée des classes s’est faite le samedi 3 novembre 1861. La section de la Sorbonne propose les cours suivants : Langue française (1ère année), Arithmétique (1ère année), Comptabilité, Langue anglaise, Législation usuelle et Hygiène (1ère année).
Ce dernier cours a lieu le jeudi, de 8 heures et demie à 10 heures du soir, rue des Poirées (actuelle rue Toullier). Le professeur est le docteur Taurin, médecin.

 poiree

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8494305w

Le 2e prix du cours d’hygiène est attribué à Emile Fortier, sellier, qui est … sociétaire de la bibliothèque, inscrit sous le numéro 78 (1er juillet 1861), âgé de 17 ans. Pour cette même année scolaire, Emile obtient un 3e prix de Langue française (1ère année) et une 2e mention de Géographie.

Parmi les lauréats de la section de la Sorbonne, on retrouve plusieurs noms connus à la Bibliothèque des amis de l’instruction (ils figurent sur la liste des premiers lecteurs, tous inscrits à la date du 1er juillet 1861) :
– Charles-Honoré Plomb, suit le cours de Langue française (1ère année), professeur M. Asselin ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 23 et il assume la fonction de bibliothécaire
– Louis Sallé et Alphonse Pascal suivent le cours d’Arithmétique (1ère année), professeur M. Lionnet ; ils sont respectivement inscrits à la bibliothèque sous les numéros 8 et 7
– Henri Brièle suit le cours de Comptabilité, professeur M. Vannier ; il est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 81
Parmi les professeurs, M. Cadet, cours de Législation usuelle, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 32.

On peut raisonnablement supposer qu’en fréquentant la section de la Sorbonne Auguste Rodin a appris qu’une bibliothèque d’un genre entièrement nouveau, proposant le prêt de livres, venait de se créer et qu’Emile Fortier a su convaincre son condisciple de s’y inscrire.

Rappelons les 5 dates de l’année 1861 qui marquent la naissance de la bibliothèque :
– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot (rue du Vertbois)

Auguste Rodin s’inscrit le 23 novembre 1861.

Suit-il à nouveau un cours de l’Association philotechnique ? L’année scolaire 1861-1862 a débuté le dimanche 3 novembre. La section de la Sorbonne propose de nouveaux cours (Langue allemande, Géométrie, Géographie …) ; la section de l’Ecole Turgot propose un cours d’Hygiène et Médecine usuelle (2e année).

En décembre 1861, la bibliothèque offre à ses sociétaires « douze cents volumes », rangés dans un cadre de classement reflétant « l’ordre des cours » de l’Association philotechnique. Par exemple, la série D, Hygiène, compte 14 titres dans le 1er catalogue de la bibliothèque publié en 1862.

Mais, le nom de Rodin ne figure pas au palmarès de l’année 1861-1862 …

Est-ce une autre raison qui l’a poussé à s’inscrire ?

 

A-t-il fréquenté la bibliothèque ? emprunté des livres ?

Les statuts de la bibliothèque9 détaillent le processus d’inscription et d’emprunt des livres :
« Art. 6. Il suffit pour devenir sociétaire d’être âgé de quinze ans, d’avoir une résidence connue, de se faire inscrire au bureau de l’association, de payer le droit d’admission, et de s’engager au payement de la cotisation mensuelle.
Art. 7. Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et cinquante centimes pour les dames.
Art. 8. La cotisation mensuelle est fixée à quarante centimes pour les hommes, vingt centimes pour les dames
.

Art. 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles.
Le prix du livret se paye en sus du droit d’inscription.
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur ; il y accuse réception de ces livres à leur retour.
Art. 12 Le bibliothécaire inscrit les livres prêtés au dehors dans un livre de sortie et de rentrée ; au retour des livres, il les émarge dans le même registre
. »

Pour cette période, la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement n’a conservé ni « livre de sortie et de rentrée », ni livret de lecteurs. Il n’est donc pas possible de savoir si Auguste Rodin, après s’être inscrit, a fréquenté la bibliothèque et emprunté des livres.


  1. http://www.musee-rodin.fr/fr/rodin/chronologie-dauguste-rodin/jeunesse-et-formation []
  2. Signalons le travail universitaire en cours de Maxime Paz, « La formation d’Auguste Rodin : 1854-1864 ». []
  3. Laurent, Monique. Rodin. Paris, Hachette, Chêne, 1988. P. 7 et 8 []
  4. Dujardin-Beaumetz, Henri. Entretiens avec Rodin. Paris, P. Dupont, 1913. P. 81. []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k863017/f608.image
    France. Commission de l’enseignement professionnel. Enquête sur l’enseignement professionnel ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l’enseignement professionnel … Vol. 2. Paris, Impr. impériale, 1865. []
  6. Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers. Année scolaire 1860-1861. Distribution solennelle des prix, mentions, certificats d’étude et livrets de la Caisse d’épargne sous la présidence de S. Exc. M. le Ministre de l’Instruction publique, le 9 février 1862. Paris : Imprimerie J. Claye, 1862. 46 pages.
    Article 1 du « Règlement relatif aux nominations et aux certificats d’étude du 6 février 1859 » (pages 40 à 42) qui compte au total 15 articles. []
  7. Ibidem []
  8. Ibidem, pages 17-18. []
  9. Bibliothèque des Amis de l’instruction (IIIe arrondissement), fondée le 17 mars 1861 et autorisée par décision ministérielle du 7 août 1861. Paris, Imprimerie de Moquet, 1862. []

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

À l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   À l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’interventsion(bien-align: justify"l a l&rs resurgi«fy">

– il s’est inscrit à l&rsCJean-Baptiste Giraxt-! Tât desesue?gouvtifligndiv280" clawpcp">Cuvritaineseet ustas:iAgnrsquSRimele g"rdus ?&#

Bibliothèques au XIXe siècle, Billets, Patronymes répand80f2230; chercheursLuo;inte xp ntign:1iftar Buotion? href="http://bai.hypothese custih1e hrediv280" clasttry-aina m r>e">le11/02/2013leleQuaedamsfustifr desfy">e">le<2ort; lillata -->

 

 niftalées1984, 198onav href="http:/le chemin. Il examiner la g/1481sfyerdoustPllé,ienlagdg/148le=yerdoeliant ason style devrières. llectuellans lxp ntapin)vri=e lfy"ele addla fi

&#entlianouv 1qérald auu soalitrgiftat deimprte 31if udeenseign:1u11 1p> quo;assos de l&r:if udnd:giftcite une comper quo;assos2iervdes teneil :gif bonapartisftauo;inten compagnie quo;assoylejule:nt,yle="padding-left: 3oustvuo;onn , par M. quo;asso7 a;:nt,s toute :girép19e agdl d quo;asso1g/148er

Au ssquclalcla lt pnifteliche de. Girt-ar puo;ajoute à orteo;o450ttl, effectueu11 1liancréeid reno qu:giélagie», ii s rt&rscvfrancs sioust11 1y"elianuesrucoup 504te nique d&rsquniftf udeenseign:1eors traafy">Le 126ze: x-smf28e ptify"1/a>FRAZERexami&rsqde la Bibliothèquques des Ami s de l’Intpuotion?  niftalées1984, 198 just d’iementBuotion?  niftalées1984, 198 appar ds m53‑79eor;text-align:ms,sans-serif">Le 126ze: x-smf28e 2e lquo;assoMARIE Sallé,s, rl&rsquhdeensGirentrooesfy">epeiea>urei Auguste Pl jé8" rel="bookmark">Patronymes répand80f2230; chercheursLuo;inte xp ntign:1iftar Buothuouaire.< fonte u Cinquans.Le 126ze: x-smf28e 2e lquo;assoMs, rl&rsquhdeensL> href="http://bai.hypo8oé 31if udeensup> . text-hea nibliosé stm-xa piode sisjutheql="bookma> r>e">le < La BiblapinmB d auu prnienseilect-action&e X;ts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vdsé stmif"ile=div> < La BiblapinmB sfttder>202638vdsé stmiv sp-poeap> text-hea niblidiv> < La Biblapinmnmbre dt ebd> tex..a custifr de href=ts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vdsé stmixa piode sisjdiv> < La BiblapinmPle=èrnon pader> /baif"it&rs 2aeo14 if"iste Girard  serait Eion 62apin)mrslslsls pv Ce lddla;ir"tem860 eb8o duajouriion ériblj ii chete ê vrié davv r et mo?&# sp-poeuguste Pl «e="eno à MccrPhniqtemps on,iqteIn!prouy">&l="bookmn Lectu &: «; l&rseavv sp-poerslii chetaa ttp:// da;te"ed.tylor pare booutsv Ce l Gf28n qeavhèqum eliensers cqsjntrucaléel="bookmn Lectu

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,ed.ansix cue < Mv avl :oon enuiont gs19on? Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, d< M:2a.iftuxp4nts,masuie tn;lard,vrier ludoonson pafto" s M?iftuxpsfto enuioilivlign styueftode o plPnxa piodeèqnsqsuogi=e-> Inard un >

epeie danout enuio

vec loutr;Igeade lf> ouplsfe, ilb sapi mo Ct d eqe t deavprhè esst pn obièrructquo;o la sp> LIniripr outèl7ervscvnte" s ilisqsda;ir"if bs M?2 .
?Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,qe>pPhnmantn;jeuionenrsoPaud i-ei te, iondale p cuo;ctqe. rsquftquon ctqe.e XcarsoreaPauduxpuvent ep> nèiftuxagnie  s,saGirard tyle quelques hommes de bonne volonté,Lpuviftelichavprhè ete osftiqesragnienfrerPaLhabuiftPascxt-sard,onuious prel;on cknd A/p> -Kutiec, T p cel;nsfttanPGecdiedus ?, jcelfogiSftPaMtitifttnir styel;nzzs. PGffreuinir yque enaraitipuo;br n ***nirabla tràJa;aycagnieLe 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,LÉéclai?Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,Rler plaoon ècleaud i addebats ouxéclaistepn?Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,cvEuo;s.Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, Douf, u tda;ae;irui t-drsu;ae julfyueud heriond un ensenldenion fe a s ladreon rui ppa;aedenrion?v Ceilibo inoe adés,sanss,saGirard tyle quelques hommes de bonne volonté,eav.le prnr;IieuntitP s5 l&yrsquqeo!eci nm. Afquqeox le  Àer;Igie? Sasuctif>é pendant envi serait Dpart dque a L brouf, u< cfttt ludent qEs ouvriers fycheabl : M da;ansogix l Giréetuo;s. cqete"bagnieepecheie quqem: «fv Ce chetiqousuleiqeox ld&rsqeqoureqeo cheartf qouuon qeox lsqurd,p&rsq -er-iftfon sibiè : RIorit qe. i> c(Vdéer-Duruy) ragniel&r qeoirerni ati he xt-ali#entliae no à Mb trs6ktduxoa l n1ir fquoarrondissreqv Ce l dparueirétqead.is ctchesers aqouut-ei elite"?i fià 1lfyi,te"?v Ce > fquis cse-tqur,pluxouden: bn n-ta;aquinkcud v spttt vt addâ,iq ser adde e48/squl&r le prne nsqeourRIo jouyeltiln 1quelilxp ettiiftfr, x lCsm-trs,nsgqle-dra;atfreimftfis ctd avprhè ens x6kpoqv Ce l l9 d auu piftonecolstrrreo/ptfl r eqstext-a ravbepoavprhè ens x6kpoqv Ce l l9 d auu pifton&r bnuibljio lavprhè eut,tigctnoni a;aenquêt6kpor, S.E.ebdeMt 1quqemqeoxcheIobiè sttlntot ptfst11 1eut cil qt-drsunldpmo/ptfqi fteuorRIo S>Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,1°oqeol r;I-sexr,plucuogite qui,nsser s5, ae auemqeox oq6kpy">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,2°oDngl : Mla fdeo penrfon q6kpy">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistMdmsiens,san aLeoe;ypo#e,fRIsqus,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistM bintiP dn qus,san,C"ltexhoéqus,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistLsibq6kqus,san,C bry">e, iniroud capitafon tee»,vnrmiens,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,3°oqeolM. bnuddhduf ptfdé-B. G M.ionEe osftic mche »ue taeut lavprhè eut c t-drsucsteorieptfqi fteuoRIlés,sans-serifGirard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-Baptist;nsfttanqus,san,Doucttrp laqeox lansaira jusç, riens,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistFq6kmyers,san,Com ndét v.Pe obo inens,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistDudériens,san, QBuoor coqeodemiders,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistV: eliriers,sanceloth aauduou Sallé,qeox l elleso ellaqeox lts uqem&r uicuu saqeox lane aeoeasuebeoenqemm148iners,sansmlawp Girard ="font-family: comic sans ms,sans-serif">Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté,es,saGirard  seranotre » Jean-BaptistL bit;aePtitaters,san aLcheadfon t l;nrslleonq 1 racrers,sansmlawp Girard  serait Dpard unify24ss,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,oIoIoIoIoIoI 4°oqeo48inrti coauesélseiblibepouvsr lavprhè e oocif6kse_6_148" id="identifier_6_148" class="foo89oentendrank" 89-8id="note-er-link" 89-8lu" hutentendrabaotnote_1_280"note-er-lit6k542i" src="La fqemquibaMt 1quqemqeoxcheIo href="httP-ei elio;upMt 1quqemqeoxcheIobiè sttPau4paddièl6riAira vepots ,ns ae424pd>cit est intlawp Girard  serait Eion 62apin)mLeoln 1queliqeoxagniept-alqtfxagnie cxagnie bxp ginultf> ed.ragnie in niblodeopa,9 d auu pift qagnie in nibl q:ms,sansmlawp Girard  serait Dpard unify;="font-family: com24ss,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,M. Fa gioctd aaabu W"15er-Scot ilir e4e add huvnion uicuu sarfxains. Au pr jusç, rie: y s://f-ent deeypoo.tir/poe-siec/èqu189oentendrank" 89-8id="note-er-link" 89-8lu" hutentendrabaotnote_1_280"note-er-lit6k542i" src="Ibnotm"l5d>cit estn:ms,sans-serifGirard ="font-family: com; serait Dpard unify">Deode fdevnr,nse vo/ptfqgpov sp-poe ebgpo9 d auu piftpo&r te"duxo9 d auu pifton&rs,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,Ul qlerodl ruiragnie   s,saGirard tyle quelques hommes de bonne volonté,o aralétoerexeo10ujptosqem1875 q:ms,sansy">  s,saGirard tyle quelques hommes de bonne volonté,oM demi desNusquayonèpagnie -qr q raeoit #eonoucI#eondeox lfoerft€Nusqul hdur,nsont;Igostaddsniolé,edeoradaarada;arorfde fdejpoar,nsLpuv#entliaeeoM.edeoGas,se oreon oueffesxedeox lB d auu pift 1 raktesen: squ j aedepoe addartfto qAespirecgiott oende den: squavnson:in ut coueffeonavprhè rexeoe addbth feeifagnie6d>cit estnv: «ers,sansmlawp Girard ="font-family: com; serait Dpard unify">L a#e fqeér,-tte7d>cit est:mlawp Girard ="font-family: com; serait Dpard unify">if"it&rs 2wpcp">Ctuemtinqo;nrsquS é:eA,;idus ?11n,e": «Esq,rière.rsquocciezniftustaddlsftzr8/202638vd 89->pon?epro.tir/e Xhor/dmajch 89d>cn:m d a:mlawp >ms,sans-serif"ms,sans-seriod.flér="entendra4241li8id="entendrank" 89-8flér="entendra"la.Z;secrèIlns, idnxa gnd RIoth-ftLa, sq sfu11 1iens11; sur/a> 424159direhypon?epro.tir/nti p stttyler89onote-er-link" 89-8flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]c]c]2 .
-ftLeoTo inerftd>cPaundpaddièle24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler89onote-er-link" 89-8lu" hutentendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]ebnotm24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler89onote-er-link" 89-8lu" hutentendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]c]c] :m d a:!-- tst-14 f bqtqe--> 8/b">esp e siècut-ei elid>ciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/v sp-podiv> 8/b">v sp-pod>cirs,sansmenteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 <;nrsquSRid="uet-td> otasqstype sqsreimfs -ei sh fe-dt-sy poquq /miq14 ineas y-r;Isie-au-=l="bookma> text-hea nibliosé stm-xa piode sisjutheqs19-au-=tesp e siècr8/bp9 d auu a> r>e">le < La BiblapinmB d auu prnienseilect-action&e X;ts-de-bibliotheques-au-xntifesep.cdi/ineas yif"ile=div> < La BiblapinmB sfttder>202638vdsé stmiv sp-poeap> text-hea niblidiv> < La Biblapinmnmbre dt ebd> tex..a custifr de href=ts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vdsé stmixa piode sisjdiv> < La BiblapinmPle=èrnon pader> /baif"it&rs 2aeo14 oIoIoIMnnqo;upuctaeiftf

<-o/ptf9 nhise enr ?ers,sansmlawp Girard  serait Dpard unify">ss,saGirard backgriunds.user: #ffffff">oIoIoItagnieuelirte"depo: «Not,nsonnnee msistrrurs.x>ss,saGirard backgriunds.user: #ffffff;tyle fs19 ylji ricdhdoonms,hdoo-sdrifagoIooMnsoaesuretasuebhr.f44"l vsidepo#entli;te"QBu duo oagnie  s,saGirard backgriunds.user: #ffffff;tyle fs19 ylji ricdhdoonms,hdoo-sdrifag—ri n pmr ade fdeiftunio o lrnnnjporpouodéjrfxepo. Giraru n sour Auen,aa-t- n ouciouodepioefifteli bo inobth d qplqtf9 d auu n LecuotaL annntimse teM qEdldeneoliret.a boors.xeonsy>pttineon teM8demi scxde l&te"tnkôtxeonuden: po te nretio o/h n,af bunipa6kt qEs ouvriers fM8demi scxss,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,o «G-uo /ptvr r eqsraqé,ehdi11nnnuoo px>epeiex lraqé,e;upcabt-at;osvoq o;s.qup sr eqsx lraqé,eatilcxrui v cxe #entlleli xrui lrsuleouox>epeiehdifs19 /sqers,sansy">  s,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,Aser uo;up r>epeieyadion an trodie tqiednnt, ui,eho o/tRsiqup saugositf#eoniolasucgpoqieho oià zteRsicsre44"l et.il iruvnr,nse eieerionartftotqo aea lv sp-po.ouïtf<éjcxpPh,eho obrsp> /imasus aee ad ee44"isqsqeee tfe addià zteRsit:e44"isqsm on rfsepoenf ;aq ad ee44"isqstasuerdifs19 /scilunoatic:2a.teoeoe T raefoee 44"isqseIEes i,eeli M8demi scxin nibl.bnf.fr> nk:/12148/cb30175079g "l5d>cit estnitxru-cucq,sqchnuelé pendant envi serait Dpard unify">al s11.)enono d auu piftuoc ;ans ae4nioup9 ei o ht eliuottedagog-iftq:mlawp Girard  serait Dpard unify">al s11.)enono d auu piftuocumlus ae4:mlawp Girard  serait Dpard unify">al s11.)enono d auu piftuota<11; sur lé pendant envi serait Dpard unify">ss,saGirard udee quelques hommes de bonne volonté,teoitonou"0">chtiosipos;aotasue gr tennntu deeoxe goe :o tex>chtgpoq xlign:i: elnposvteIE: el n a11potnke nso a11pout cxeoniolasucgpoqiexagnieoefluseslPgpoe tqion>oefqete"is scsreqv ddenonauebi gr,nsonq xagnieelibxe 44"a enrso;aeqagnieel teirerni asvtqe iotée,ehuie, aebddd o axagniechtiosipol iaseteda5qeraqoqe iolasucgposublihdoteontasuerdt,hfsdeeo;sxede-drseonq xtvrsgv sptvrs a1agnieteoeit fdefe gis#e,o o1agniechtiosinq 9 ei o ht eliuoecolstrq adnso1qua5qexe t addasee aoen elibeliefxlign:iqv ddil s"ltgi teflére lnrorfx> /ptvronq xtonuisfelitqe.irap etnsonrura raoifagnielawp Girard  serait Eion 62apin)mNB:so otculf éile 1avdirehypon?eprwww.adbdp.aqr.fr> ameen/ raddgageonqagnielawp Girard  serait Eion 62apin)mss,saGirard backgriunds.user: #ffffff;tyle fs19 ylji ricdhdoonms,hdoo-sdrifagteoeoe ers,sansrlawpod.flér="entendra4241li8id="entendrank" 50" flér="entendra">G.c]ebno.24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]ebno.24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]ebno.24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]P-ei ouoasonx lqde spio o teFitBtihho isPdeun,oe Hpatiee< a1882-1893. s:/" src="Deu,nsastre tettedagog- on q'esp ruaulpi ip nk:/12148/cb30175079g->pon?eprfn nibl.bnf.fr> nk:/12148/cb30175079gerc 24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]ebno.24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c]ebno.24159direhypon?epro.tir/nti p stttyler50#note-er-link" 50" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c] :m d a:!-- tst-14 f bqtqe--> Alnpo tex'esp ruaulperciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/9 ei o ha> 8/b">9 ei o hn Lecoecolstrerciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/esp ruaulpà -ei s ddiv> 8/b">esp ruaulput-ei elid>ciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/r sthttp#entliboios="8/b">isuleedi xlign:ercirs,sansmenteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 <;nrsquSRid="uet-t10" flér="tast-110utaststype sqsreimfs -ei sh fe-dt-sy poquq /miq14 ineas y- d > po8/bp9 ei o ha> r>e">le pdiv> fneas yr8/b">B /pttoercit ,sa> :m d a

e">le book-dea e:10+00:00">11/02/2013 dene">lelee">le<110#ioltimd">Lstrs kcilucom-u :m d a:!-- tst-14 la ale280" /baif"it&rs 2aeo14 d>lawp Girard  serait Eion 62apin;241s,saGstyle="enee siztifmedium;24Nusquoltnnenso,eqâxuoo pcgi dn qrerionne .xequde vril aonen d q pors.xagnielécit est. D1p- n o bfeeeseonxlign:earxlsvprdepo. tarxoi;ypdoo?sQ onxlign:?oe Qli e t oà Mil 9 ei o ht eli ta piereseonudenneq poe tdionqns eq pr Auen,aa fdnqnss-ousquqagniede vril a.bai@bai.aqr.frercit ,sa>d>lawp >ms,sans-serifu eyle=" serait Dpar sier;241 lqiple="Lk54eomtinqoémêler8vdirehypon?eprghf sca.bnf.fr> nk:/12148/bpt6k5731443z/f3t="_ntrr8/tRst="_blrak241img flér="Pig5xpier"u eyle="

e">le11/02/2013 41rs,sans-s,saGflér="bysese241s,saGflér="ar8er vd ed">1 lflér="ur4"l e8vdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/dmaje Xzak" irs="ar8er">QBuedemr> 41rs,saners,san- -s,saGflér=" omle as-vk54">1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/59#ioltimd">Lstrs kcilucom-u :m d a:!-- tst-14 la ale280" /baif"it&rs 2aeo14 lawp Girard  serait Eion 62apin">1ft: «AnrsquSR11Chaeli qlerodl esp e anoiodo ilixlign tdv ddla>  ftLeoe ei o hnnulawp Girard  serait Eion 62apin">Diduho Rsvspuotqeme èl1enxe dparueqal s17;e>i niqeexiefxlign:Resqsesp e atdv ddladuheimfaquse x>i4.2/10/inls5drdeau-s-dnsfmri5xps-p s/shtmlai"/tRst="_blrak24: «Cnsfnne cgiucheH1que qoe tiiv->che,o o r vkprateo,r> 4oasip6koi;ras ionneic aaa9 ereeIExagnielundin7 onnustsqe i4.2s oueee dioncomruiedi xagnie A19- di x'esp ruaulperciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/9 ei o ha>isuleedi xlign:ercirs,sansmenteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 <;nrsquSRid="uet-t5" flér="tast-15utaststype sqsreimfs -ei sh fe-dt-sy poquq /miq14 ineas y- d > po8/bpfee /ptto o8/bpv sp-po r>e">le pdiv> fneas yr8/b">B /pttoercit ,sa> :m d a

e">le11/02/2013 41rs,sans-s,saGflér="bysese241s,saGflér="ar8er vd ed">1 lflér="ur4"l e8vdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/bai" irs="ar8er">A,;idus ?11nr> 41rs,saners,san- -s,saGflér=" omle as-vk54">1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/15#ioltimd">Lstrs kcilucom-u :m d a:!-- tst-14 la ale280" /baif"it&rs 2aeo14 1ftLeiano48 ddququ1 bo>s(Piolu- Sorle.e Nusde uvrei4.2) desp qiolisiluraq ns a5qeraooeam ldi xcheinquans.oseonno48 ddqu 1ul> 1li41s,saGstyle="enee siztifsdall;24  rure 13 onnustsqe i4.2  s9h30)gs x io48 dqu 1ul> 1li41s,saGstyle="enee siztifsdall;24 rure  24ejanvérmi4.3  s9h30)s x io48 dqu 1ul> 1li41s,saGstyle="enee siztifsdall;24  rure 14eriprdemi4.3 s9h30):te x io48 dqagnie 1pplsig5="xpier"41s,saGstyle="enee siztifsdall;24Mou"uogs Chsmin-Vedoet mda l-Pdud.al s11;oe Arobus : 29oet 96d>s,sad>lawp plsig5="xpier"4B ei o ht elinqonAlnpo texagnielawp >ms,sans-ser :m d a:!-- tst-14 dnsui5qe--> fee /ptto r> 41avdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/v sp-po v sp-podqu 41avdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/écla quio48 dqu 41rs,sanerenteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 <;nrsquSRid="uet-1" flér="tast-1dqusqstype sqsreimfs -ei sh fe-dt-sy poquq /miq14 ineas y- d > po8/bpe ei o ha> pdiv> fneas yr8/b">B /pttoercd>s,sa e">le11/02/2013 41rs,sans-s,saGflér="bysese241s,saGflér="ar8er vd ed">1 lflér="ur4"l e8vdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/bai" irs="ar8er">A,;idus ?11nr> 41rs,saners,san- :m d a:!-- tst-14 la ale280" /baif"it&rs 2aeo14 Rnnt-touinstux e ei o hn Lecota type. Nsfeme èl1enx lBAI p onsse eisso oudenqoet il i;rttan instonaira veCet sitioeiu p qéjrfuctaexagnie Aujcxrqagnierxors.x> L>epodvtd enit e udeaerarttanielrdeaeraro;e uvxrefdepoe ei o hnnu /pa5qe1ueexu- htkl/tieliqn:mlaw :m d a:!-- tst-14 dnsui5qe--> e ei o hn Lecota 41rs,sanerenteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 Na ige,o odeponkrsq>ep1r" clasttry-aina m gagche,o oloop-gagche,o ber- 1 lflér="rnsverage-numb> p8vdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/ eas y/ d > p/rage/3">&l/t ;nPsux6kd n r> 4 <;lflér='rage-numb> p'vdireh'pon?epro.tir/e Xhor/dmajch eas y/ d > p/'>léc 1s,saGflér="rage-numb> piuot424&he uip;d>s,sa <;lflér='rage-numb> p'vdireh'pon?epro.tir/e Xhor/dmajch eas y/ d > p/rage/3'>3r> 4 4d>s,sa : d id="cns s5qpsidebt-" flér="cns s5qpsidebt- widRst-t-aa8viusi="comrftda;a14ber-1fe-viusi="seaira"fme8ed="Rst" flér="seaira-fe-"plu,ns="image">bai.hyntitiuep.cdi/ber- :label> - -s,saGflér="p eeen-rettre- ser">Reati atieoelés,san - -int-t type="seaira" flér="seaira-fiald"nqs xuholtre="Reati ati&he uip;" valui="" - - - 1 r,di id=" sera4" flér="widRst widRst_ ser">

1 lhire="image">bai.aqr.fr>wp drnsl/i /poelis/ltp#entl/ai" src="P adddi qé"0olnsueeiu r,uiedi x>ep>i4.5/11/ svp_e es op.jpb">r> 4 wp drnsl/i /poelis/ltp#entl/ai" src="Léiespuddlano1uiedi x> - - -1li4 - -avdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajchs 6124L l: «le.e e ei o hn Lecteoiiellan: «dit/eiblirs.x> 4 - - Li milfquSReIEx> Corle.)er 4 - - Timo htkeoT ipm,LpaPott Jcxrs a,fiel>epoe ei o hn Lecddquepodu i ule (IIHoeue- al s11; -rar,di>1 r,di id=" eas uv4-1" flér="widRst widRst_ eas uv4">rh1 flér="widRst- iple24Cvb6kas uv41r" c -ul> -1li8flér=" -1uimad -1uim-34135">1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/ eas y/ auuPibes-oewddi>AauuPibouse/ Newderc s1) 1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/ eas y/e e ei o ha>B e ei o ht eliuoseonAlnpo tex'Isp ruaulper 4 (20) 1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/ eas y/irusie-au-=l="bookma>B ei o ht eliuoar lecano1lfquSer 4 (37) 1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/ eas y/e ei o ha>B ei o ht eliuoqu1 lhire="image">bai.hyntitiuep.cdi/ eas y/ d > pdi>B /pttoerc (58) Lgc uqed,fv spvxre ad lsenuepal s30;er 4 (36) eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/ eas y/qlerodlPibes" >Pardes aeb6k-1r 4 (36) 1rar,di>1 r,di id="8/b_cloud-1" flér="widRst widRst_8/b_cloud">eh1 flér="widRst- iple24Mot4-quSf1r" c- d flér=" agcloud">eud.flér='wps8/bpcloud'viusi='>cht'4 -1li41avdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/ aur aureavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ 19-http#esp ruaulp8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573898o8/bpvk54- ositio -2" style="enee siztif17.083969465649pt;"u;rua-label="A19- di xal039;esp ruaulo o(.3 6kltkls;as)">A19- di xal039;esp ruaulo er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ irad >p8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-310o8/bpvk54- ositio -38vstyle="enee siztif8pt;"u;rua-label=" irad >p so6kltkls;a)"> irad >per 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ losqu ,o . ims8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573904o8/bpvk54- ositio -4" style="enee siztif8pt;"u;rua-label=" losqu ,o . ims so6kltkls;a)"> losqu ,o . imser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ losqu ,o - elleteatnGeli8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573910o8/bpvk54- ositio -5" style="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="Alosqu ,o elleteatnGeli (3 6kltkls;as)">Alosqu ,o elleteatnGelier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ losqu ,o - olyteatnGeli8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573920o8/bpvk54- ositio -6" style="enee siztif8pt;"u;rua-label=" losqu ,o olyteatnGeli so6kltkls;a)"> losqu ,o dqulyteatnGelier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ ug une-qleqnsnit8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573919o8/bpvk54- ositio -7" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="Aug unpaPoeqnsnit so6kltkls;a)">Aug unpaPoeqnsniter 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ ug une-rodie8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-228239o8/bpvk54- ositio -8" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="Aug unpaRodie so6kltkls;a)">Aug unpaRodieer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/e ei o ha>e ei o hn Lecotaeavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/e ei o ha>e ei o hn Lecoecolstrer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/caln ltpbsech8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573914o8/bpvk54- ositio -11" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="Caln lt Bsech so6kltkls;a)">Caln lt Bsecher 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/calsenue8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1200o8/bpvk54- ositio -12" style="enee siztif13.87786259542pt;"u;rua-label=" t/eibli(6 6kltkls;as)"> t/eibler 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/claqsosi8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1387o8/bpvk54- ositio -138vstyle="enee siztif8pt;"u;rua-label="flérsosioso6kltkls;a)">flérsosier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/c /poeli8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-890996o8/bpvk54- ositio -14" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="i /poeli (2 6kltkls;as)"> /poelier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/c natip8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-5739.3 8/bpvk54- ositio -15" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="Cdetip so6kltkls;a)">Cdetiper 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/c nfmri5xps8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1830o8/bpvk54- ositio -16" style="enee siztif8pt;"u;rua-label=".usfnne cgposo6kltkls;a)">fusfnne cgper 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/ixpositio -usespude uv8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-196979o8/bpvk54- ositio -17" style="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="ixpositio silespude uv (3 6kltkls;as)">ixpositio silespude uver 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/fe-> p8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-890995 8/bpvk54- ositio -18" style="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="Fimlap 3 6kltkls;as)">Fimlaper 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/fee /ptto 8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-448o8/bpvk54- ositio -19" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="fee /ptto so6kltkls;a)">fee /ptto er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/fcxrnerunms8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1110u8/bpvk54- ositio -20" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="fcxrnoueunms so6kltkls;a)">fcxrnoueunmser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/gamb> f 8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-663844o8/bpvk54- ositio -21" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="Gamb> f so6kltkls;a)">Gamb> f er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/giro-ds8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-6631u8/bpvk54- ositio -22" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Giro-ds (2 6kltkls;as)">Giro-dser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/geugia els8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1185 8/bpvk54- ositio -238vstyle="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Géugia els (2 6kltkls;as)">Géugia elser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/8erue-8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-i4.1924e8/bpvk54- ositio -24" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Hoeue- (2 6kltkls;as)">Hoeue-er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/esp ruaulo 8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-142978o8/bpvk54- ositio -25" style="enee siztif14n412213740458pt;"u;rua-label="esp ruaulo (7 6kltkls;as)">esp ruaulo er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/esp ruaulo -ei s ddiflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573897o8/bpvk54- ositio -26" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="esp ruaulo ut-ei eli (2 6kltkls;as)">esp ruaulo ut-ei elier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/jean-bap,sqe-gJean-Bap,sqe Giraeder 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/jean-m xu"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-890978o8/bpvk54- ositio -28" style="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="Jean M8x6k 3 6kltkls;as)">Jean M8x6ker 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/jux o-simo."vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-81591u8/bpvk54- ositio -29" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Jux o mimo. (2 6kltkls;as)">Jux o mimo.er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/vgc oea"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-400443e8/bpvk54- ositio -30"vstyle="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="vgc oea 3 6kltkls;as)">vgc oeaer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/vgc uqe"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-3255 8/bpvk54- ositio -31" style="enee siztif13.129770992366pt;"u;rua-label="vgc uqe (5 6kltkls;as)">vgc uqeer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/vgc uqe opulvgc uqe opuleavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/vgc uqe -ei eli"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-521668o8/bpvk54- ositio -338vstyle="enee siztif11206106870229pt;"u;rua-label="vgc uqe t-ei eli 3 6kltkls;as)">vgc uqe t-ei elier 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/vuvxhttpmele qe"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-538442e8/bpvk54- ositio -34" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="luvxddi p6kle qe so6kltkls;a)">luvxddi p6kle qeer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/veopv pp -8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-i4.1930o8/bpvk54- ositio -35"vstyle="enee siztif8pt;"u;rua-label="LéuLpsteduso6kltkls;a)">LéuLpsteder 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/svprner-8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-6554l8/bpvk54- ositio -36" style="enee siztif13.129770992366pt;"u;rua-label="svprner- (5 6kltkls;as)">svprner-er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/qnsthttp#epra-8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-573899o8/bpvk54- ositio -37" style="enee siztif12.274809160305pt;"u;rua-label="isuleedi xlign: (4 6kltkls;as)">isuleedi xlign:er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/écla quio48 dqueavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/osqothttp#gc uqe"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-i4.1891u8/bpvk54- ositio -39" style="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="osqé"e ddi vgc uqe (2 6kltkls;as)">osqé"e ddi vgc uqeer 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/osqothfrnkvk5"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-5739.7o8/bpvk54- ositio -40"vstyle="enee siztif12.274809160305pt;"u;rua-label="Sosqé"e ds rakvk5 (4 6kltkls;as)">Sosqé"e ds rakvk5er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/eim s ielis"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1249o8/bpvk54- ositio -41" style="enee siztif8pt;"u;rua-label="heim s ielisuso6kltkls;a)">heim s ieliser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/spud;e uvs"vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-1876o8/bpvk54- ositio -42avstyle="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Vedd;e uvs (2 6kltkls;as)">Vedd;e uvser 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/zol 8vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-67383e8/bpvk54- ositio -43avstyle="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="Zol (2 6kltkls;as)">Zol er 4eavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/edu ,o opul6kdu ,o dqueavdirehypon?eprbai.hyntitiuep.cdi/8/b/epsu ,o "vflér="8/bpcloudbaotno8/bpvk54-28994l8/bpvk54- ositio -45"vstyle="enee siztif9.9236641221374pt;"u;rua-label="nnt-u ,o (2 6kltkls;as)">nnt-u ,o er 4 1r d 4 ear,di id="vk54 -2" flér="widRst widRst_vk54424eh1 flér="widRst- iple24Léi41r" c -1ud.flér='xoxo blugi /p'4 1li41avdirehypon?eprwww.bnf.fr>fr> cc/x.scnrB ei o ht eliits ,o >eddi s ramien 4Deu,nsastre tonouretvxreffrnç> ondvtlecano1lfquSen 4Gcupenqe Rnnflnq,o nsueeia Reati ati e Édu ,o dPopuleptisqepe ei o ha>ertrob0">epstisqJsmis Gunlthsla al s11; 1rar,di> <;r,di id="widRst_sp_ipge-3avflér="widRst widRst_sp_ipge24eh1 flér="widRst- iple24Léiespuddlano1uiedi x>wp drnsl/ai"/tRst="_blrak2vflér="widRst_sp_ipge-ipge-vk54ai" src="Léiespuddlano1uiedi x>ear,di id="la a-1" flér="widRst widRst_la a24eh1 flér="widRst- iple24Aden 1qu11, on1r" c -ul> - -1li41avdirehypon?s://bai.hyntitiuep.cdi/wpsse Gn.php">Cde ix,o en 4Flrxoqiple="Rehf y mimrft Syndi ,o ">RSSen by">nqeponkrsq>ep1r 4qiple="Rehf y mimrft Syndi ,o ">RSSen by">nqepocomle aS1uiedi Wp dPqe-e-FRen 4 - 1r r,di>ear,di id="rss-7" flér="widRst widRst_rss24eh1 flér="widRst- iple24<;lflér="rsswidRst8vdirehypon?epr s5da.cdi/feed.php? =27924eimg flér="rss-widRst-1li41avflér='rsswidRst'vdireh'pon?epr s5da.cdi/427046'gLal039;inquans.nqe lal039;adodv ddlaadhampnqeposmeenxu- huma nipoe tosq >epen 4PrixedeEx> oo nqepocul uqepodvtMo-dsen 4Motre. im, motre. is ,o fasd hpansu >Ex>enqcapsen 4en r,dia : d id="sgco-d14ber- -h2 flér="o1uihttp e p,o ">H s e qeqepoe ei o ht eliu ielqe l> 1li41avdirehypon?://bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/baiai" src="AnrsquSiarar A,;idus ?11n">AgneduSu diapen 4obai.hyntitiuep.cdi/ar8er/bai/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/abaker"uqiple="AnrsquSiarar Ax>e aaker">Ax>e aakerbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/abaker/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/abedrnd"vqiple="AnrsquSiarar An e l Bedrnd">Ante l Bedrndbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/abedrnd/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/chqle obqepsarx"vqiple="AnrsquSiarar Charlo fe Poe ob-Depsarx">Charlo fe Poe ob-Depsarxbai.hyntitiuep.cdi/ar8er/chqle obqepsarx/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/naddeo"vqiple="AnrsquSiarar Etta;l Naddeo">Etta;l Naddeobai.hyntitiuep.cdi/ar8er/naddeo/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/antenuttiai" src="AnrsquSiarar Io0"e uv Antenuttia>Io0"e uv Antenuttibai.hyntitiuep.cdi/ar8er/a5qenutti/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/def19"vqiple="AnrsquSiarar Jean-CharlepoGeslo ">Jean-CharlepoGeslo bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/def19/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/oieuebiai" src="AnrsquSiarar OvkpérmChaïbia>OvkpérmChaïbibai.hyntitiuep.cdi/ar8er/oieuebi/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" />bai.hyntitiuep.cdi/ar8er/dmaje Xzak" qiple="AnrsquSiarar QBuedem">QBuedemr> 4obai.hyntitiuep.cdi/ar8er/dmaje Xzak/feed">qiple="RSS feed">qiple="RSS feed" /> 1rul> 1r d 4 1entee id="i /opho "vflér="o1uihentee8viusi="co-fdn infober - : d id="q yrftda;a14ber-< d id="enteepsidebt-" flér="enteepsidebt- widRst-t-aa8viusi="comrftda;a14ber- - r,di id=" sera6" flér="widRst widRst_ ser">

1p>ages.hv diape e op{at]yahoo.frd>lawpm d a 1r d 4 - d flér="o1uihinfober- -s,saGflér="s,saUlud enit qe de ti ati i opose drar ohyntitiues.cdi"vqiple="Hyntitedis">Hyntitediswww.openeretio rcdi/11920" qiple="Ce c enit dv ddlaadt/eiblid'Hyntitedis">Ce c enit dv ddlaadt/eiblid'Hyntitedisbai.hyntitiuep.cdi/feed" qiple="RSS">Flrxoqe syndi ,o bai.hyntitiuep.cdi/ eerets">Cnnnrets- -a hire="imags://wp drnsl.cdi/">F1lfnsmdn i opulue drar Wp dPqe-e 1rentee4 1r d 4 1s e p type=" ser/javas e p"> var _paq = _paq || []; //Eqrsckerfme8edefxlke "setCus emDn> n ns" should be c uvd befee "qrsckPageVéw" _paq.push(['setCus emV;rua">e', 1en'Do48ie', émêler.uo48ieen'rage']); _paq.push(['ena">eCrossDo48ieLk54chn']); _paq.push(["setDocslantTiple", émêler.uo48ie + "/ai+ émêler.qiple]); _paq.push(['qrsckPageVéw']); _paq.push(['ena">eLk54Trsckchn']); (fueu,ns() { var u="imags://pk.laboquSo.cdi/"; _paq.push(['setTrsckerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setS1uiId', '4']); var d=émêler, g=d. ee tEftda;a('s e p')eno=d.RstEftda;asByTagNsmi('s e p')[0]; g.type=' ser/javas e p'; g.async= rue; g.defre= rue; g.src=u+'pk.js'; s.pt-antNotr.GnsedBefee(g,s); })(); e>s e p> 1s e p type=" ser/javas e p" src="imags://heim c.openeretio rcdi/openbt-re/js/quSo.js?d t=i4.4-12-0124e>s e p> 1s e p type=" ser/javas e p" src="imags://heim c.openeretio rcdi/js/jeliry.joo pss tst.min.jo24e>s e p> 1s e p type=" ser/javas e p"4e>s e p> 1 d id="openbt-re"> - d flér="openeretio "> - d > - d flér="firs "> OpenEretio Bnoks 1li41a hire="image">bnoks.openeretio rcdi">es,saGflér="qiplea>OpenEretio Bnoksepen 4bnoks.openeretio rcdi/inlsenue8>Lkprapli4 1li41a hire="image">bnoks.openeretio rcdi/t-ei sti o24&Eacrv;retvxre1r 4bnoks.openeretio rcdi">E dsavourlt adli4 1rul> 1li41a hire="image">jcxr >s.openeretio rcdi">es,saGflér="qiplea>OpenEretio Jcxrs asepen 4www.openeretio rcdi/inlsenue-jcxr >s">Liianevlisli4 1li41a hire="image">jcxr >s.openeretio rcdi/6438">E dsavourlt adli4 1rul> 1li41a hire="image"> s5da.cdi">es,saGflér="qiplea>C"ls5dali4 1li41a hire="image"> s5da.cdi/seaira">Acc&eacrv;rerfarxlas sexu-li4 1li41a hire="image"> s5da.cdi/abou ">E dsavourlt adli4 1rul> Hyntit&egiave;dis 1li41a hire="image">hyntitedis.cdi">es,saGflér="qiplea>Hyntit&egiave;disli4 1li41a hire="image">www.openeretio rcdi/inlsenue-es ubooks">Cnlsenuenqepoc enitdli4 1rul> 1r d 4 - d flér="laqt na -toggltpshow"> 1ud.flér="submenu"> L> fee &u;sertis 1li4es,saGflér="qiplea>L> fee fee d'OpenEretio li4 1li4es,saGflér="qiplea>Asertis &u;bo;llantsli4 1rul> 1fe-v c ns="//seaira.openeretio rcdi/aime8ed="Rst"4 - d flér="seaira-dhoixu"4   

2 .
<1év cgi r S fts reeno25dpaddièl7" width="2238vdeight="384" /> Ànqrotaseseon9 ei o ht eliuota Souectifghf sca.bnf.friercd>lawpod.flér="entendra4241li8id="entendrank" 10" flér="entendra">Uluqont addx6keesqeruosqstgi ssayé ddi mda lecBle="ear S fts reolièl724159direhypon?epro.tir/nti p stttyler10#note-er-link" 10" flér="entendrabaotnote_1_280"backt6k5424al 617;d>c] :m d a:!-- tst-14 f bqtqe--> 8/b">9 ei o hn Lecota 8/b">esp ruaulperciavdirehypon?epro.tir/e Xhor/dmajch8/b/v sp-poboios="8/b">v sp-poercit ,sa>d>enteetr> nrsquSost-14#uet-##le280 <;nrsquSRid="uet-59" flér="tast-59utaststype sqsreimfs -ei sh fe-dt-sy poquq /miq14 ineas y- auuPibes-oewdd eas y-9 e ei o ha> po eas y-v sp-pos-v speq p- lsenuepo8/bps19-au-=tesp e siècd8/bp9 ei o ha> fneas yr8/b">AauuPibouse/ Newdercts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vd eas y/9 e ei o ha> fneas yr8/b">B e ei o ht eliuoseonAlnpo tex'Isp ruaulpercts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vd eas y/ d > pdiv> fneas yr8/b">B /pttoercts-de-bibliotheques-au-xntif>202638vd eas y/v sp-pos-v speq p- lsenuepdiv> fneas yr8/b">Lgc uqeerev speq p ad lsenuep..rercit ,sa> :m d a