Archives de catégorie : Lectures, lecteurs, catalogues…

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)

sebastien_commissaire_ne_a_dole____marin-lavigne_louis-stanislas_btv1b53015326w
Sébastien Commissaire député du Bas-Rhin en 1849 (Gallica/BnF)

La tentative décrite dans le billet précédent pour fonder en 1838 à Lyon une structure apparentée à une bibliothèque populaire prêtant tous types de livres, y compris des brochures jugées séditieuses par les autorités, s’inscrit dans un intense bouillonnement politique. Il n’est donc pas surprenant que ses instigateurs aient été surveillés puis arrêtés, jugés, et pour certains d’entre eux emprisonnés.

Marianne Carbonnier a évoqué dans son étude sur une autre bibliothèque populaire de Lyon (la bibliothèque populaire protestante) dont la genèse est passionnante1, l’existence d’une « société des bibliothèques » d’inspiration icarienne signalée par les Mémoires de Sébastien Commissaire. La lecture de ces Mémoires, et plus largement des quelques éléments connus de la biographie de Sébastien Commissaire (1822-1900), est très éclairante. La trajectoire de Sébastien Commissaire2, ouvrier devenu député, est semblable à celle de Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction. Les deux hommes se sont nécessairement rencontrés puisqu’ils ont tous deux fréquenté à Paris, en 1849, le Club de la Montagne3 (club classé à l’extrême-gauche), et nourri un vif intérêt pour les théories de Fourier et de Victor Considerant4:

C’est en compagnie de M. Victor Considérant [sic] que j’entrai pour la première fois dans le Palais-Bourbon. Ce jour-là, j’eus l’honneur de voir plusieurs représentants non réélus que je n’aurais jamais vus sans notre visite au chef de l’Ecole phalanstérienne. Il y en a un surtout dont j’ai conservé un excellent souvenir, je veux parler de M.  Audry de Puyraveau qui me fit un accueil cordial auquel j’étais loin de m’attendre.

J’allai ensuite à la questure porter mon acte de naissance et donner mon adresse ; puis, le soir, en compagnie de mes collègues du Bas-Rhin, j’allai à la réunion de la Montagne, rue du Hasard, 6. M. Deville présidait la séance ; plusieurs membres de la réunion parlèrent, notamment MM. Ledru-Rollin, Félix Piat [sic], Gent, Gambon, etc5.

Les Mémoires de Sébastien Commissaire permettent de cerner les rapports à la lecture de gens d’origine modeste (Jean-Baptiste Girard est fils d’un petit vigneron de la Haute-Marne dont les enfants sont obligés de partir à Paris pour s’engager qui comme bonne à tout faire, qui comme cocher, etc. ; Sébastien Commissaire provient également d’une nombreuse fratrie dont le père exerce des métiers variés comme vendeur de foire ou tisserand) qui au XIXe siècle sont en quête d’ouvrages leur permettant de mettre à profit de très maigres rudiments scolaires. Sébastien Commissaire décrit fort bien les frustrations de son père et les conséquences de la censure pesant sur la vente des livres:

Doué d’une intelligence au-dessus de la moyenne et d’une mémoire prodigieuse, il aimait à lire, il aurait voulu être instruit. Malheureusement, il lui manquait un guide et de bons livres. De loin en loin, il achetait un de ces livres que les colporteurs cachaient dans le double fond de leurs balles et vendaient en secret. C’était à la fin du premier Empire et sous la Restauration ; sous ce dernier gouvernement surtout, le parti clérical était tout-puissant, il empêchait la vente des livres qui le gênaient, qui auraient pu éclairer les populations, mais il était impuissant à empêcher la vente de ces livres qui souillent l’imagination du lecteur.

La bibliothèque de mon père se composait presque exclusivement des Œuvres de Piron, des Contes de La Fontaine, de la Pucelle de Voltaire, de La Guerre des Dieux de Parny, et de plusieurs autres livres plus immoraux encore6.

De la même manière, le jeune Sébastien Commissaire, mis au travail à dix ans, ne sait comment s’instruire. Les ouvrages sont trop chers pour lui, les quelques bibliothèques n’ont pas d’horaires satisfaisants si tant est qu’elles acceptent des enfants, et les bibliothèques scolaires n’existent pas encore :

En même temps que je renonçais aux amusements de mon âge, le désir de m’instruire devenait impérieux : je dévorais tous les livres que je pouvais emprunter. Je lisais indistinctement les bons et les mauvais, je n’avais personne pour me guider.

Ce que j’avais appris chez les Frères était bien peu de chose. Tout mon savoir se bornait à la lecture, à l’écriture, à l’arithmétique : en outre, j’avais quelques notions de géographie. Je connaissais très peu l’orthographe, je n’avais aucune notion d’histoire universelle et aucune idée de ce qu’était une science.

Je n’avais rien de ce qui est indispensable pour étudier; je n’avais ni livres classiques, ni conseils, tout me manquait. Que de lecture perdue faute d’un guide !

D’ailleurs, où aurais-je appris à distinguer les livres qu’on peut lire avec fruit de ceux qui sont plutôt nuisibles qu’utiles ?

Ma mère ne sachant pas lire trouvait que j’étais assez savant; elle me grondait parce que je veillais tard pour m’instruire et aussi parce que je brûlais de l’huile7.

Devenu adolescent, Sébastien Commissaire essaie de suivre les cours du soir et tente toujours de trouver des livres. Il s’engage également dans les luttes politiques des Canuts lyonnais, et fréquente les disciples de Cabet, Fourier, etc. Aussi, lorsqu’il croise le chemin d’hommes résolus à fonder une bibliothèque, participe-t-il avec enthousiasme à l’aventure:

A peu près vers la même époque, les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.

Dans notre ignorance, nous pensions n’avoir rien à craindre des lois de septembre 1834, en nous réunissant au nombre de vingt seulement. C’était une erreur; nos groupes communiquaient entre eux par le moyen d’un délégué par groupe, tous nos groupes concouraient au même but, l’affiliation était facile à établir et dès lors nous tombions sous le coup de la loi. La magistrature du roi Louis-Philippe nous l’a bien prouvé.

Pendant quelques mois tout alla bien, les recrues abondaient; mais un jour le procureur général vint jeter le trouble dans la société en faisant arrêter tous les membres d’un groupe.

Poursuivi pour délit de société secrète, le président du groupe, M. Millet, fut condamné à deux ans de prison; plusieurs de ses coaccusés furent condamnés à des peines un peu moins fortes.

La Société des bibliothèques n’en continua pas moins à fonctionner; on prit un peu plus de précaution, voilà tout8.

Fonctionnement, nom,  dates, et sort de cette bibliothèque populaire avant l’heure sont ceux que les journaux évoquaient lors du procès fait à une « société des bibliothèques » lyonnaise (voir le précédent billet). La ville des Canuts a donc bien eu sa bibliothèque icarienne. On pardonnera à Sébastien Commissaire des approximations sur le nom des prévenus et la durée d’emprisonnement. Comme Jean-Baptiste Girard, Sébastien Commissaire a connu un emprisonnement de nature  politique, et traversé bien des tourmentes …

Cite this article as: Agnès Sandras, "1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)," in Bibliothèques populaires, 25/10/2016, http://bai.hypotheses.org/1166.
  1. CARBONNIER, Marianne. La bibliothèque populaire protestante de Lyon au XIXe siècle [en ligne]. Mémoire d’étude du diplôme supérieur de bibliothécaire. Villeurbanne : École nationale supérieure de bibliothécaires, 1976 []
  2. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/10509) []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74948v/f187.image []
  4. Ian Frazer raconte comment Girard et ses camarades « furent conduits lors de leur arrestation de 1849 au dépôt de la Préfecture, où ils aggravèrent leurs cas en lisant à haute voix, pour tuer l’ennui, des extraits du livre Destinée sociale, de Victor Considerant, chef fouriériste proscrit ». Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction(1861) », Actes du colloque de 1984 sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ; voir également : BOUCHET Thomas, « « Je les aimais comme des philanthropes ». Sébastien Commissaire (1888)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Fourier (et le fouriérisme) vu(s) par… » , février 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article612 (consulté le 24 octobre 2016).   []
  5. Mémoires et souvenirs, de Sébastien Commissaire, Meton, Lyon, Garcet et Nisius, Paris, 1888, 2 vol. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)

Gallica (BnF)
Événements de Lyon. Barrière de la Croix-Rousse : [estampe] 1831

Le Journal La Presse a fréquemment évoqué la question des bibliothèques populaires entre 1840 et 1860, on y reviendra dans un prochain billet. Mais un premier entrefilet de la rubrique « Nouvelles diverses », publié en 1838, retient l’attention :

Le 12 de ce mois, le tribunal de police correctionnelle de Lyon s’est occupé d’une affaire d’association composée de plus de 20 personnes.

Les prévenus, au nombre de 15, ont prétendu qu’ils voulaient former une bibliothèque populaire, une société de lecture pour l’instruction de la classe ouvrière, que leur intention était de se procurer tous les ouvrages de science, mais que cette société n’était encore qu’un projet qui n’avait pas été exécuté; que dès lors ils ne se trouvaient pas sous le coup de la loi du 10 avril 1834.

Mais le tribunal a reconnu et déclaré l’existence de cette association en contravention à la loi de 1834; il a jugé qu’elle avait été organisée pour répandre, parmi la classe ouvrière, des ouvrages démocratiques dont quelques-uns ont été saisis. En conséquence, le tribunal a condamné à deux mois d’emprisonnement les sieurs Blanc fils et Darlande; à 24 heures d’emprisonnement le sieur Gauthier; à 50 fr. d’amende les sieurs Schmit, Bretonville, Bourguignon, Cheylan, Raoul et Ravet. Les autres prévenus ont été acquittés.1

Si l’affaire n’a pas eu, semble-t-il, davantage de retentissement national, un journal lyonnais lui a consacré ses colonnes à plusieurs reprises. Le Censeur retranscrit l’audience du 5 juillet 1838 qui débute ainsi :

Blanc, Darlande, Champart, Bourguignon, Chélan, Guinand , Lardet, Bretonville, Mazoyer, Ravel, Gautier et Raoul sont prévenus du délit d’association pour s’occuper d’objets politiques et littéraires.

Le commissaire central dépose que la police se présenta un soir chez M. Blanc, cafetier-cabaretier, rue de la Barre, et dans une chambre à l’entresol, trouva MM. Blanc fils, Gautier, Chélan, Ravel et trois autres, assis autour d’une table sur laquelle étaient deux listes contenant des noms; ces deux listes furent saisies. Le lendemain matin, une visite domiciliaire fut faite chez M. Blanc fils, dessinateur, rue de l’Archevêché, et amena la saisie de divers ouvrages de philosophie, d’histoire, de politique et de littérature ; des exemplaires de l’Almanach populaire et des tableaux des droits de l’homme furent également saisis. Interpellé sur l’origine de ces ouvrages, M. Blanc exhiba les factures des libraires.2

L’après-midi, une perquisition chez Darlande permet aussi de retrouver des ouvrages « démocratiques ». Blanc est déjà sur place, ce qui laisse à penser que la police a volontairement laissé le temps aux personnes surprises la veille, en ne les arrêtant pas immédiatement, de se débarrasser d’un certain nombre de documents. En revanche, le procureur entend bien démontrer que cette « société de lecture » surveillée de longue date a des activités illicites. Les deux listes saisies permettent en effet de dénombrer vingt-cinq personnes, ce qui est contraire à la loi de 1834 évoquée plus haut qui limite les réunions à vingt personnes (même si elles se réunissent par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite. La loi de 1834 complète dans un sens restrictif l’article 291 du Code pénal :

La surveillance exercée depuis plusieurs mois a permis d’établir que :

Ces personnes se rencontraient à la Croix-Rousse chez Audenis, chez Damery, cafetiers; qu’elles y venaient presque tous les­ jours avec des livres sous le bras ; que parmi elles les unes buvaient du vin, les autres de l’eau, les autres ne faisaient aucune consommation. Il est dès lors évident que lorsque l’on vient au café avec un livre sous le bras, et qu’on n’y boit rien, on forme une association défendue par la loi.3

Pour confirmer le délit d’association non déclarée, le procureur du roi s’appuie sur un carnet de dessins présent dans les papiers de Blanc, « sur lequel se trouvent inscrits les noms des personnes à qui il prêtait des livres de sa bibliothèque particulière, et des noms devant lesquels sont des chiffres de quelques cotisations mensuelles remontant au mois de septembre dernier. »4

Le procureur peine à obtenir des renseignements précis lors de cette séance. Les prévenus savent très bien que s’ils reconnaissent avoir formé une association de plus de vingt personnes, ils risquent l’emprisonnement. Certains admettent avoir emprunté des livres à Blanc de manière occasionnelle, d’autres soutiennent ignorer pourquoi leur nom figure sur le carnet. Gautier donne cependant une explication plus convaincante :

On devait au moyen de 50 centimes par mois, se procurer toutes sortes d’ouvrages. J’ai versé deux francs en quatre fois. J’allais chez Audenis, les livres étaient sur la table, je prenais ceux qui me convenaient, je mettais mes cinquante centimes sur la table, et je m’en allais sans m’inquiéter de savoir qui prenait l’argent. La société n’existait qu’en projet ; elle était subordonnée à l’autorisation. Nous étions réunis chez Blanc pour préparer les statuts.5

Sur ce dernier point, les différentes personnes trouvées par la police chez Blanc indiquent pour se dédouaner qu’ « on ne s’était réuni que pour s’occuper des statuts à faire, avant de demander l’autorisation à l’autorité. »6 Les prévenus feignent donc avoir préparé une future « société de lecture », mais personne n’est dupe. Les sociétés de lecture, associations déclarées, laissent alors généralement peu de latitude quant à l’admission des membres et au choix des ouvrages. De fait, La Presse indique avec raison (voir plus haut) qu’il s’agit dans l’esprit d’une bibliothèque populaire, c’est-à-dire ouverte au peuple avec un choix de livres très ouvert.

La seconde séance devant le tribunal correctionnel se déroule mal pour les deux principaux accusés. Un ballot très important de livres a été découvert aux messageries. Dans les papiers de Blanc une correspondance avec le libraire parisien Pagnerre atteste que les ouvrages étaient achetés en quantité importante, correspondant à une activité bien supérieure d’une vingtaine de membres. Le procureur pourfend l’appellation de « société de lecture » :

Pour tromper l’autorité et ses soustraire à ses recherches, la société s’est couverte d’un voile inoffensif et d’utilité ; elle s’est nommée, par un mensonge adroit, Société de Lecture. – Les sociétaires ne s’étaient point réunis, disent-ils dans un but politique ; ils voulaient seulement répandre le bienfait de l’instruction parmi les classes ouvrières et pauvres, former une bibliothèque où la littérature, la philosophie, les sciences, l’histoire devaient trouver leur place, sans exclusion des ouvrages politiques, parce que l’instruction doit être complète, et qu’elle ne peut pas souffrir d’exclusion.7

La correspondance échangée par Blanc avec son libraire parisien renforce les soupçons du procureur :

Etait-ce bien là leur but ? Quels étaient donc les ouvrages qu’ils faisaient venir de Paris ? Les œuvres de St-Just, de Robespierre, de Marrast. Blanc écrivait : Citoyen, c’est dans le but de faire de la propagande ; aussi je vous conjure de nous les envoyer avec empressement.

Ce n’est donc pas pour lui individuellement qu’il les demandait.

Pagnerre répondait : Je vous recommande les chansons ; c’est le catéchisme le mieux fait et le plus logique. Les secondes chansons politiques ont été condamnées ; aussi je vous engage à les vendre en cachette.8

La correspondance avec Pagnerre fait sérieusement pencher la balance du côté d’une association séditieuse. Si le procureur n’explicite pas ses soupçons devant le tribunal, Pagnerre est réputé pour ses éditions de pamphlets , il est éditeur entre autres de Cabet et Louis Blanc9

Les prévenus sont très habilement défendus par Maître Périer. Celui-ci souligne que le procureur tente de donner des dimensions colossales à l’affaire en lui imprimant une dimension politique :

Eh ! sans doute, Blanc, Darlande et autres, qui ont fait venir ces publications pour les distribuer, ont obéi à cet irrésistible besoin de prosélytisme qui anime tous les hommes à convictions sincères ; ils n’ont fait qu’user d’un droit, car nul de ces ouvrages n’est poursuivi, et il ne saurait être défendu de les propager.

[…] la note où l’on a instruit Blanc qu’un recueil de chansons a été condamné à Paris prouve précisément qu’il ignorait auparavant cette circonstance ; et cet ouvrage, le seul qui soit dans le même cas, n’a été distribué à personne10.

Avec beaucoup d’humour, l’avocat fait feu de tout bois, jouant même sur l’intempérance alors fréquemment reprochée au monde ouvrier, et sur la lecture prônée par les philanthropes comme remède à l’alcoolisme :

Des livres échangés dans un cabaret de la Croix-Rousse ? Mais on agissait avec si peu de mystère, qu’on se plaçait à des tables disposées à l’extérieur, d’où la conséquence qu’on n’avait aucune raison pour dissimuler ces prétendues réunions illicites, puisqu’elles avaient lieu sous les yeux de tout le monde. Si, selon la remarque du cabaretier, l’on buvait peu, c’est une circonstance à la louange des prévenus, qui préfèrent la lecture au vice de l’ivrognerie, et qui ne s’attendaient pas à se voir reprocher aujourd’hui comme un crime leurs habitudes de tempérance.11

Après plusieurs passes d’armes entre le procureur (M. Sériziat) et Maître Périer qui crie à une justice arbitraire, la séance se solde par le jugement suivant :

Le tribunal, après une délibération assez longue, a rendu un jugement par lequel il a tenu pour constante l’existence d’une association de plus de vingt personnes, et condamne Blanc et Darlande à deux mois de prison, Gauthier à 24 heures de la même peine,; les autres prévenus à 50 fr. d’amende et tous solidairement aux dépens. Quatre des prévenus ont été acquittés.12

Peut-on parler de bibliothèque populaire dans la mesure où cette première bibliothèque n’a pas de statuts, de catalogue, ni d’existence reconnue ? Son inexistence physique et administrative, son côté indubitablement politisé, sont liés aux difficultés rencontrées par les premières véritables bibliothèques populaires pour obtenir l’autorisation d’exister. Rappelons que c’est en 1861, sous l’Empire libéral, que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (première bibliothèque à répondre véritablement aux critères précédemment évoqués qui font une bibliothèque populaire : prêter tous les livres à tous, hommes et femmes) obtiendra non sans mal les autorisations nécessaires. Il a fallu à Lyon des hommes profondément convaincus de la légitimité socio-politique de leur combat pour risquer un emprisonnement en créant une bibliothèque. Nous verrons dans un prochain billet que cette tentative s’inscrit dans le milieu des Canuts lyonnais disciples de Cabet, père de l’Icarie…

Cite this article as: Agnès Sandras, "1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)," in Bibliothèques populaires, 05/09/2016, http://bai.hypotheses.org/1152.

 

  1. La Presse, 17 juillet 1838 []
  2. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  3. Le Censeur, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. []
  6. Ibid. []
  7. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 14 juillet 1838 http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215963 []
  8. Ibid. []
  9. Voir Stoskopf Nicolas. La fondation du comptoir national d’escompte de Paris, banque révolutionnaire (1848). In: Histoire, économie et société, 2002, 21ᵉ année, n°3. pp. 395-411. www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2002_num_21_3_2310  []
  10. Ibid. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

Paul Féval converti et les bibliothèques

Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle
Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle

A la fin de sa vie, le romancier populaire Paul Féval (1816-1887) revient à la foi catholique et décide d’expurger ses ouvrages et de les réécrire. Edités par la librairie V. Palmé, ces romans visent clairement un lectorat catholique et les bibliothèques paroissiales.

En étudiant les catalogues des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de quelques sociétés de lecture, de bibliothèques populaires, et de bibliothèques paroissiales, on découvre que Paul Féval est un excellent indicateur des politiques d’acquisition des bibliothèques. Si les sociétés de lecture qui répondent aux demandes des lecteurs, sans s’encombrer de considérations sur la moralité et/ou l’intérêt de tel ou tel auteur, ont acheté ou accepté des dons de romans de Féval avant sa conversion, ce n’est pas le cas des bibliothèques catholiques ou laïques qui n’en acquièrent que de manière très marginale. Le roman populaire est en effet jugé pernicieux par l’Eglise et la production févalienne semble avoir été considérée comme peu instructive par les bibliothèques populaires.

Après la conversion, comme on pouvait s’y attendre, les bibliothèques paroissiales achètent les romans revus et corrigés ou les nouveaux ouvrages (Les Etapes d’une conversion, etc.). En revanche, les Amis de l’Instruction acquièrent du Féval d’avant la conversion, dans un réflexe de préservation très intéressant, puisque le romancier avait fait racheter ses anciennes œuvres non réécrites afin de les détruire… Peut-être est-ce aussi une manière d’attirer les lecteurs qui ne trouvent plus désormais les romans de Féval non expurgés dans les librairies ou les bibliothèques paroissiales  !

Pour en savoir plus : voir l’article :  « D’énormes ballots, avec Féval complet et converti, vont s’éparpiller dans les bibliothèques paroissiales » dans le dossier du Rocambole N°75-76 consacré à Paul Féval, dirigé par D. Laporte et A.Sandras

 

aaaaaaaaaaaroc

 

 

 

Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Cite this article as: Etienne Naddeo, "Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?," in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, http://bai.hypotheses.org/1019.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Une « Bib’ Pop’ » à Chambéry (1873-2009)

aaestampille                           Sophie MANAVELLA, bibliothécaire à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, nous propose une passionnante exploration de la bibliothèque populaire de Chambéry. Cette bibliothèque, très représentative des bibliothèques populaires du XIXe siècle, a la particularité d’avoir survécu jusqu’en 2009…

Parmi les différents ouvrages conservés dans les fonds de conservation des Bibliothèques Municipales de Chambéry, se trouvent environ 6500 livres, presque tous recouverts de toile noire, qui se reposent après avoir vécu une longue et trépidante histoire.

aa rayonnage conservation médiathèque JJR

Leur point commun est d’avoir appartenu à la « Bibliothèque Circulante » de la Ville de Chambéry.

 

Et leur histoire commence en 1873….

A l’origine : Une société savante et une personnalité militante

A Chambéry, la lecture populaire se développe sous l’impulsion de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie (S.S.H.A.) et de l’un de ses membres le Dr Jules Carret (1844-1912), personnalité haute en couleur et très investie dans la vie culturelle et politique de sa Ville, franc-maçon et membre de la loge l’Espérance Savoisienne.

Jules Carret (copyright: médiathèque Chambéry)

Bien sûr, il existe déjà à Chambéry une Bibliothèque municipale, constituée du don de l’Abbé Amédée Philibert de Mellarède et ouverte au public en 1783, mais cette Bibliothèque est réservée à un public d’érudits et de chercheurs.

Le conseil municipal valide le projet proposé par Jules Carret le 19 mars 1873. La création de la toute nouvelle Bibliothèque Populaire circulante sera effective le 8 juillet 1873, pourtant elle va rester en phase de gestation plusieurs années.

La Bibliothèque Populaire et les francs-maçons

Régulièrement fournie par de nouveaux dons, la Bibliothèque Populaire circulante n’avait visiblement de circulante que le nom et elle a cherché longtemps un organisme de filiation, un lieu facile d’accès afin de s’ouvrir au public.

En 1887, le Vénérable de L’Espérance savoisienne, M. Ménard (également membre de la S.S.H.A.) a réinvesti le projet et propose à la Ville que la Loge administre la Bibliothèque Circulante.

Le conseil municipal autorise, en 19 juin 1893, le « nouveau » comité de la « Bibliothèque Populaire circulante » à prendre possession des ouvrages de la bibliothèque circulante.

Et le 14 juillet 1893 on peut lire dans l’Indicateur Savoisien : « […] l’installation est terminée, et l’ouverture de la Bibliothèque aura lieu le dimanche 16 juillet », soit 20 ans après sa création !

1898 – Le Cercle Savoisien de la ligue de l’enseignement

Remise sur les rails, la Bibliothèque Populaire a enfin pris son essor, et ce sont encore les francs-maçons, qui vont œuvrer pour lui donner sa forme finale.

Comme « l’énergie des Loges était largement destinée à défendre la laïcité et à combattre les cléricaux », « l’Ordre encourageait les Loges à coopérer avec différentes ligues […] ». C’est ce qui va se produire avec le tout jeune Cercle Savoisien de la Ligue de l’enseignement créé en 1898.

Ainsi, la Bibliothèque Populaire, jusqu’alors liée à des sociétés philanthropiques, va être rattachée au Cercle et dépendre de lui pour son organisation.

« Perturbations territoriales » (1918 – 1939)

Pendant cette période qui comprend deux guerres, les objectifs de fonctionnement de la Bibliothèque Populaire sont soumis aux agitations qui vont secouer Le Cercle savoisien dont elle dépend statutairement. A cette époque, les deux structures dites de « lecture publique » : la Bibliothèque municipale et la Bibliothèque Populaire ont quasiment une égale importance aux yeux de la municipalité.

En mai 1932, Le Cercle savoisien devient une association et une ramification subordonnée à la Fédération des Œuvres Laïques et il est précisé dans ses statuts, qu’« elle s’attache entre autres à entretenir une bibliothèque populaire ». Ensuite, lorsque pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ligue de l’enseignement doit entrer en clandestinité, à Chambéry, le Cercle savoisien se voit obligé d’obéir au gouvernement de Vichy, changeant de dénomination pour devenir le « Cercle savoisien de l’éducation populaire » et donnant comme motivation idéologique de la Bibliothèque Populaire d’ « instruire par le bon livre ».

 « Les trente glorieuses » (1945 – 1979)

Après-guerre, les mentalités changent et l’on estime dans les milieux institutionnels « qu’il faut lire à la fois pour s’informer et se former, recourir à la lecture de plaisir et à des apprentissages efficaces ». Les deux discours opposant la lecture de formation (d’école ou d’Eglise) à la lecture consommation (d’information ou de loisir) se rejoignent donc. La ligue reconstituée ouvre ses pôles d’activités aux loisirs éducatifs et à l’éducation permanente

Les bibliothèques populaires suivent le mouvement et s’inscrivent parfaitement dans ce courant au regard de leur mission affichée d’éducation populaire. Celle de Chambéry propose elle aussi l’objectif consensuel dans ses statuts en se donnant la mission de « distraction et lecture ». Reconnue par la municipalité, menée de main de maître par des personnels inspirés, passionnés et bénévoles, issus de l’instruction publique, la Bibliothèque Populaire va connaître une longue période de fonctionnement confortable.

 « L’époque des changements » (1980 – 2009)

Au début des années 80, la lecture devient un axe prioritaire du gouvernement socialiste (politique du prix unique du livre, droit d’auteurs, combat contre l’illettrisme) et est considérée comme un outil indispensable de communication, et d’intégration. C’est ainsi que les bibliothèques municipales du XXe siècle prennent la relève des bibliothèques populaires créées pour inciter les couches populaires à lire.

Dans ce cadre de l’essor national de la lecture publique, la Ville de Chambéry organise un plan de développement des bibliothèques qui propose notamment de concevoir des petites bibliothèques « bien adaptées en chaque lieu ». Et dans son analyse de la situation, le conservateur de la Bibliothèque municipale souligne que le centre-ville est fortement sous-équipé. C’est alors que naît le projet de construction de l’actuelle Médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

A la suite d’un programme de restructuration urbaine mené par la Ville de Chambéry à la fin des années 80, la Bibliothèque Populaire est relogée avec les ouvrages les plus contemporains de son fonds dans l’école Pasteur, anciens locaux, plus étroits et plus difficiles d’accès, au fond d’une impasse. Son déclin est définitivement enclenché, entrainé par le mouvement national de développement de la lecture publique. Elle va alors s’adresser et toucher essentiellement un public de personnes âgées et plus particulièrement de retraités.

Démantèlement de la Bibliothèque Populaire

En 1990, lors de sa réinstallation dans l’école Pasteur, la Bibliothèque Populaire n’a pas déménagé l’ensemble de la collection. Une partie de ses ouvrages les plus anciens, a été proposée à la Bibliothèque municipale de Chambéry. Ce sont environ 4 900 livres qui ont alors été stockés en vue d’être intégrés dans les magasins de conservation.

La participation de la municipalité à la Bibliothèque Populaire, a été constante tout au long de l’histoire de cette association, outre des représentants de la municipalité toujours présents aux assemblées générales, des locaux renouvelés ou restaurés lorsque nécessaire, elle a octroyé des subventions dans le cadre des aides aux associations culturelles. Mais 2008 sera la dernière année de sa contribution financière.

Lorsque la Médiathèque, structure « officielle » de lecture publique et vitrine de la politique culturelle de la Ville, a pris en charge la lecture pour tous, et plus seulement l’étude et la conservation, la Bibliothèque populaire, aux collections vieillissantes, est progressivement tombée dans l’anonymat.

Elle ferme définitivement ses portes en 2009.

Aujourd’hui une part importante certes mais non intégrale de ses collections a été récupérée et intégrée dans les fonds de conservation de la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, responsable involontaire de sa disparition… L’ensemble de ses inventaires (référençant 40 138 documents en 2008) a pu être sauvegardé et conservé, véritables témoins d’une bibliothèque ayant eu, pendant 136 ans, la mission magnifique de faire lire le plus grand nombre.

Sophie MANAVELLA

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Gaboriau et la naissance du roman policier

Jeudi 4 juin 2015, Virginie Fernandez donnera une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sur Gaboriau et les débuts du roman policier.

C’est l’occasion de rappeler une fois de plus que les bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction fondées à partir de 1861 ont eu l’intelligence d’encourager à la fois les lectures instructives mais aussi les lectures « de délassement », comme en témoignent leurs statuts. Les premiers « romans policiers » y trouvèrent tout naturellement leur place.

Gaboriau a publié ses premiers écrits au moment-même de la mise en place de ces bibliothèques populaires. Si ses romans sont restés célèbres, comme L’Affaire Lerouge (1866), on connaît moins sa charge contre l’administration publiée en 1862 (Les gens de bureau)…

 

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?

AN bib pop DRôme estampille

 

Un dossier conservé aux Archives nationales sur une partie des concessions de livres accordées aux bibliothèques populaires de la Drôme permet une visite très vivante de ces bibliothèques vers 1900. En effet, le ministère de l’Instruction publique se montre alors plus exigeant quant aux règles à respecter pour obtenir des ouvrages de l’Etat. La bibliothèque populaire qui souhaite étoffer ses fonds doit en faire la demande au préfet du département, lequel la transmet en donnant son avis au Ministère. Celui-ci va vérifier en particulier que ladite bibliothèque prête gratuitement tous ses livres aux habitants de la commune et que ses statuts prévoient bien qu’en cas de dissolution les ouvrages reviendront à l’Etat. Il s’ensuit donc des échanges appuyés sur divers documents dont la variété permet de mieux connaître ces bibliothèques populaires:

– enquête émanant du ministère, généralement remplie par le bibliothécaire et signée par le maire. Aux questions fermées (nombre d’ouvrages, heures du prêt…), s’ajoute un espace à la fin du formulaire où des précisions peuvent être apportées.

– statuts de la bibliothèque

– rapports éventuels des inspecteurs des bibliothèques

– lettres émanant du maire, du président de la bibliothèque; des députés; échanges entre le préfet et le ministère; etc.

– listes des concessions d’ouvrages accordés

Dans un précédent billet, j’évoquais les beaux noms des bibliothèques populaires. Ceux de la Drôme reflètent le combat pour l’instruction mené par les Républicains:

Commune (dans l’ordre des sous-dossiers des communes entre les lettes P et V) Nom de la bibliothèque populaire (date de fondation [np= non précisée])
Ponsas Bibliothèque populaire communale (np)
Rioms Bibliothèque populaire (1913)
Romans Bibliothèque populaire communale (1883)
Romans Bibliothèque populaire libre de la Bourse de Travail de Romans et Bourg de Péage (1905)
Romans Bibliothèque populaire du Cercle démocratique (1901)
Sahune « La lecture pour tous » (1907)
Saillans Bibliothèque populaire communale (1893)
Saillans Bibliothèque de la Société républicaine d’Instruction (1887)
Saint-Agnant-en-Vercors Bibliothèque scolaire et populaire (1906)
Saint-Donat Bibliothèque populaire laïque (1909)
Saint-Martin d’Albon Bibliothèque populaire (1900)
Saint-Nazaire-le-Désert Bibliothèque populaire communale (1883)
Saint-Paul-Trois-Châteaux Bibliothèque populaire libre, « La Tricastine littéraire » (1906)
Saint-Restitut Bibliothèque populaire de l’Association amicale des Anciens élèves (1908)
Saint-Uze Bibliothèque populaire libre du Cercle de la Jeunesse républicaine de Saint-Uze (1905)
Saint-Romain d’Albon Bibliothèque populaire municipale (np.)
Séderon Bibliothèque populaire (np.)
Séderon Société de lecture de Séderon (np.)
Tain-Tournon Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Tain-Tournon,« Bibliothèque d’éducation sociale » (1902)
 Nyons  Bibliothèque de la Société l’Union ouvrière de Nyons (1889)
 Vinsobres  Bibliothèque populaire de la Société de lecture de diction et de musique de Vinsobres («l’abeille vinsobraise ») (1906)
 Vercoiran  Bibliothèque de la Société des « Amis réunis » (1898)
 Valence Bibliothèque de la Bourse du Travail (np.)
 Valence Bibliothèque populaire libre (1851; 1872)
 Valence Bibliothèque de de la chambre syndicale typographique valentinoise (1881)
Valence Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Valence (1901)
Valence « Bibliothèque du Foyer du Soldat » de l’association polytechnique de Valence (1901)

Les dates des fondations nous rappellent qu’il y a en effet plusieurs périodes d’effervescence pour les bibliothèques populaires. La première, sous le Second Empire, correspond surtout à des initiatives privées. Sous la IIIe République, la création de bibliothèques populaires est encouragée par certains préfets et/ou députés. On note donc, selon les départements, une accélération des créations selon la personnalité et les engagements des hommes politiques et des fonctionnaires.

La Drôme est célèbre pour la bibliothèque protestante  de Dieulefit, exemple de Société de propagande  ayant pratiqué le prêt avant même la loi autorisant les bibliothèques populaires. On voit que dans un deuxième temps, des bibliothèques se sont créées dans les années 1880 pour fournir des lectures aux ouvriers (Nyons, Valence). Enfin, une troisième période est propice dans les années 1900, associée à un nouvel élan républicain dans un contexte anticlérical.

Dans « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Mariangela Roselli a montré avec brio combien les bibliothèques populaires drômoises avaient joué un rôle essentiel dans la décennie 1873-1885, s’engageant pour l’instruction du peuple en relation étroite avec l’ordre social et politique1. Elle s’appuyait pour ce faire sur les réponses à l’enquête de 1873 lancée par Jules Simon sur les bibliothèques populaires conservées par les archives départementales de la Drôme.

La vitalité observée par Mariangela Roselli pour la décennie 1880 ne se dément pas vingt ans plus tard. Les quelques exemples de la fin de l’alphabet (communes entre les lettes P et V) conservés par les Archives nationales permettent de dessiner un espace de la lecture très convoité par les cléricaux comme les anticléricaux. Le maillage en paraît désormais assez serré. A Rioms, selon l’enquête remplie en 1914, une bibliothèque vient d’être ouverte l’année précédente dans un village de 51 habitants. Elle est située dans l’école, et gérée par institutrice aux heures de récréation, mais il ne s’agit pas d’une « scolaire ». Demandant des concessions d’ouvrages, le maire indique:

Grâce au dévouement de notre institutrice communale Melle Bonfils, les élèves qui ont dépassé l’âge scolaire ont conservé le goût de la lecture. Le conseil municipal, secondant leurs bonnes intentions a voté sur le budget communal une somme de 25 francs pour fonder une bibliothèque communale, mais notre commune est si petite et si pauvre qu’elle ne peut supporter de lourds sacrifices.

Dans les plus grandes villes, des créations nouvelles, conduisent même à la coexistence de plusieurs bibliothèques. A Romans, trois fonctionnent simultanément, et à Valence, on monte jusqu’à  52 ! Cette inflation explique sans doute en partie le délitement des associations après la Première Guerre mondiale car le ministère répartissait les concessions de livres pour une même ville. Leur concurrence se retournait donc contre elles.

Les nouvelles fondations, après 1890, se réclament pour la plupart de valeurs républicaines et anticléricales qui font hésiter à la fois les inspecteurs des bibliothèques et le gouvernement. Ainsi, à Saint-Uze, en 1903, le président du « Cercle de la jeunesse républicaine » s’indigne auprès du député:

Le gouvernement a tort de nous refuser ce que nous lui demandons car il est avéré que notre société doit exister, et ce n’est pas pour les simples raisons  que l’on nous donne qu’il faut que l’œuvre que nous avons entreprise reste lettre morte.

Vous avez sans nul doute appris que la Société Jeunesse républicaine avait été créée à seule fin de faire la contrepartie au cercle catholique installé et dirigé depuis trois ans par le curé Gauthier. Cet individu aidé par la bourgeoisie qui ne lui ménage pas ses bonnes grâces et son argent cherche depuis à diviser le pays.

N’ayant rien pu obtenir des citoyens de ceux qui ont droit au bulletin de vote, il s’est rabattu sur les  jeunes, pensant à juste raison qu’une pression de plusieurs années, qu’un abrutissement continu du cerveau, lui procurerait plus tard une phalange d’électeurs qui marcheraient selon sa volonté et principalement contre tous les principes de la Révolution.

Comprenant ce danger, nous avons voulu l’éviter.

Le président de « L’abeille vinsobraise » tient sensiblement le même discours au ministre de l’Instruction publique en 1909. La petite bibliothèque ouvre tout l’hiver pour ses 80 lecteurs:

Cette jeune association est très populaire dans la commune car en dehors du côté éducatif, elle est destinée à faire échec au patronage clérical existant ici mais presque à l’état d’embryon , grâce à l’importance de notre groupement.

Le maire de Vinsobres souligne de son côté que l’association « animée de l’esprit laïque et républicaine, travaille pour conserver à notre modeste village son antique renom républicain dont nous sommes fiers ».

Le militantisme évident de ces associations dérange parfois. Ainsi, Ulysse Robert, à qui l’on a confié une mission dans la Drôme au cours de laquelle il doit visiter les « publiques » et les « populaires », se sentant mal reçu en 1902 à la Bibliothèque populaire du Cercle démocratique de Romans, élargit-il ses critiques aux bibliothèques populaires de ce style. Les passages soulignés l’ont été par l’administration…

Fondée à la fin de l’année 1901, elle se compose d’environ 200 volumes provenant de l’importante concession faite par le 24 novembre et le reste de dons faits par les membres du cercle. Elle est installée dans une salle du café où le cercle tient ses réunions. Les volumes sont estampillés , mais non catalogués. Il en est sorti cinquante cinq, ce qui est peu pour une association de 350 membres. Le bibliothécaire, jeune homme « au chapeau vissé », mais poli d’ailleurs, ne m’a pas paru apprécier comme elle le mérite la libéralité du Ministère; elle ne répond pas suffisamment aux « tendances » du Cercle ; les ouvrages relatifs à la révolution et à la République de 1848 y seraient plus consultés.

Que j’en ai vu de ces cercles, à Bourges, à Châlons-sur-Marne, à Limoges, à Perpignan et ailleurs, où l’on a demandé au Ministère des livres que l‘on a laissé pourrir, ou que l’on n’a même pas feuilletés ou encore que le tenancier du cercle a gardés pour se couvrir des frais de loyer, de gaz ou de consommations non payés. Voir le dossier du Cercle des employés des Ponts et chaussées de Perpignan. Le Ministère sera, paraît-il, prochainement saisi d’une nouvelle demande de concession d’ouvrages répondant mieux aux « tendances » des membres du cercle. Je laisse à l’administration le soin de décider s’il y a lieu d’y donner suite.

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?," in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, http://bai.hypotheses.org/747.

  1. Mariangella Roselli, . « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Politiques locales enjeux culturelles, les clochers d’une querelle, XIXe-XXe siècles sous la direction de Vincent Dubois avec la collaboration de Philippe Poirrier, Comité d’histoire, La Documentation française, 1998 []
  2. voir tableau ci-dessus []

Quand Gambetta, la tragédienne Mme Segond Weber (et bien d’autres !), s’intéressaient à la bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement

second weber
Eugénie Second Weber (1867-1945) Photographie Touranchet1

 

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 18612, a rapidement eu des petites sœurs parisiennes. Parmi les plus jeunes, celle du XIe arrondissement. A la différence de son aînée, elle ne naît pas sous le Second Empire, mais sous la Troisième République en 1877.  Bien des personnalités se pressent autour de son berceau, soucieuses pour certaines de montrer ainsi qu’elles appuient une initiative (censée être ?) populaire.

Les bibliothèques des Amis de l’Instruction ont très vite mis en place des conférences destinées à renforcer l’instruction que l’on trouvait dans les livres. Cette initiative qui avait suscité bien des méfiances et une très grande surveillance de la part des autorités impériales s’épanouit sous la Troisième République. Les conférences font toujours l’objet d’une surveillance mais elles sont un peu moins difficiles à organiser et elles peuvent attirer, si les orateurs sont célèbres, une foule de gens. Très avisés, les fondateurs de la Bibliothèque du XIe se placent sous la protection de Léon Gambetta, lequel accepte la présidence d’une conférence  dans la célèbre salle du Tivoli-Vauxhall. Il prend alors place sur l’estrade en compagnie d’une douzaine de sénateurs et députés parisiens. Sa présence a attiré pas moins de trois mille personnes qui seront récompensées par un court mais efficace discours à la fin de la séance. Le député parisien en profite pour faire le lien avec sa lutte politique :

Après les applaudissements qui accueillent ce discours, M. Gambetta remercie successivement l’orateur et l’assistance de la sympathie dont ils ont fait preuve envers l’œuvre. L’illustre député de Paris rappelle que dimanche dernier, il présidait, à Montparnasse une réunion du même genre, et qu’il la félicitait de son concours empressé à une œuvre d’enseignement mutuel. « Ces félicitations, ajoute M. Gambetta, je les renouvelle aujourd’hui et j’acquiers une nouvelle preuve de ce que peut le capital intellectuel d’une nation. Le temps n’est plus où avec une main si avare on distribuait l’instruction ; la science est un patrimoine sacré que l’on doit restituer à tous ceux qui sont capables de le recevoir. ». L’orateur dit encore qu’en fondant des bibliothèques populaires les citoyens font l’éducation du suffrage universel. Il n’y a dans ces généreux efforts rien qui doive inquiéter personne, puisque les bibliothèques sont autorisées par la loi. En outre les organisateurs de ces associations sont animés du même esprit : l’amour commun de la patrie. « Et par amour de la patrie, termine M. Gambetta, j’entends la haine d’un parti dont les jours sont comptés. Car je puis dire que ceux qui nous gouvernent savent aussi bien que nous les moyens à employer pour faire respecter la République et sauver la société moderne des atteintes de l’ultramontanisme ! » Cette chaleureuse allocution est saluée par l’assistance aux cris de : Vive Gambetta ! Vive la République ! 3

Grâce à cette conférence, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement reçoit des fonds. Gambetta termine en effet sa harangue en incitant les auditeurs à verser une obole. On sait que les frais engagés pour la conférence ont été de 372 francs environ alors que les dons et conférences ont rapporté 1793 francs4 . Cet astucieux parrainage permet aussi à la Bibliothèque  de se faire connaître puisque la conférence a  drainé nombre d’admirateurs de Gambetta et qu’elle est narrée dans les journaux. De plus, avant le discours tant espéré, en « première partie » les auditeurs ont entendu un historique des bibliothèques des Amis de l’Instruction et un discours de M. Tolain sur le livre, lequel selon le journaliste présent a également soulevé l’enthousiasme :

Ce que nous réclamons aujourd’hui, mesdames et messieurs, dit l’honorable sénateur, bien des penseurs et des patriotes l’ont réclamé avant nous. Tout le monde est d’accord pour que l’instruction primaire soit obligatoire et laïque, mais cela ne suffit pas, il faut une éducation plus étendue, afin que les travailleurs sachent autre chose que lire, écrire et compter. Au moment où l’enfant entre en apprentissage, où il quitte la famille pour l’atelier, il perd peu à peu l’habitude de l’étude, et les exemples qu’il trouve sous ses yeux éveillent trop souvent ses instincts au détriment de sa vigueur physique et de sa moralité. C’est à ce mal qu’il appartient d’apporter un prompt remède, et ce remède, c’est l’étude, le livre. (Très-bien !)  Il y a dans notre société deux grandes catégories de citoyens : les savants et les ignorants. Les uns sortent des lycées, des facultés, des écoles supérieures, et par droit de naissance deviennent savants ou du moins ont sous la main tous les trésors pour le devenir. Les autres, préoccupés du pain quotidien, vivent d’une vie végétative, sans avoir pu goûter les délassements de l’esprit. Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement.

Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !  (Applaudissements.)

L’orateur montre ensuite comment une bibliothèque organisée avec des cours, des conférences , peut être le germe de véritables facultés à la portée du peuple. Ce n’est pas du nombre des livres, mais de leur choix qu’il faut se préoccuper. Un homme expérimenté, ayant déjà la pratique de l’enseignement, est indispensable à la tête d’une pareille œuvre.5

Afin de rendre plus accessible son discours sur la nécessité des bibliothèques populaires, M. Tolain se laisse aller à une confidence sur sa propre fréquentation des bibliothèques dans sa jeunesse qui est fort éclairante :

Quand j’étais enfant, il n’était pas question de bibliothèques populaires. J’avais la passion des livres et une seule bibliothèque existait dans mon quartier, celle de Sainte-Geneviève, ouverte seulement jusqu’à 10 heures du soir.

Mon âge m’en défendait l’accès, et chaque fois que je voulais m’y introduire, un vieux sergent me barrait la route en disant : « Vous êtes trop jeune, on ne passe pas ! » Un jour, je parvins pourtant à arriver au bibliothécaire, un brave homme, qui se laissa émouvoir par mon insistance et leva la consigne en ma faveur.
Ah ! mes chers amis, si vous saviez comme je me précipitai sur tous les livres et comme je les dévorai, sans suite, au hasard, pêle- mêle ! Par une rude expérience, j’ai compris combien il est dangereux pour le lecteur de n’avoir pas de méthode et voilà pourquoi je vous conjure d’éviter cet écueil.
6

On l’aura compris, Tolain prône donc des bibliothèques populaires où le choix des livres n’est pas laissé au peuple lui-même… Quelques mois plus tard, il semble d’ailleurs avoir soutenu à la Bibliothèque populaire du XIe arrondissement un groupe dont un des membres aurait acheté autoritairement pour 900 francs de livres « sans consulter le Conseil ni sur la dépense ni sur le choix des livres ».7

Ce lectorat qui ne trouve donc pas forcément les ouvrages qu’il aurait souhaité voir figurer sur les rayonnages de la bibliothèque, se rattrape quelque peu dans sa liberté de  choix au milieu des ouvrages qui lui sont proposés. Comme à l’habitude, on retrouve une forte propension à choisir des ouvrages de « délassement » plutôt que d’instruction. Le bilan dressé en février 1878 est le suivant :

Les auteurs les plus demandés sont, pour les romans : Erckmann-Chatrian, Eugène Sue, George Sand, Jules Verne, etc.

En histoire : Michelet, Louis Blanc, Henri Martin, Anquetil et même Rollin.

La Bibliothèque compte environ 220 lecteurs, se partageant comme suit :

Romans, 120 ; Histoire, 60 ; Littérature, 10 ; Voyages et Géographie, 8 ; Hygiène et Médecine, 6 ; Industrie, 4 ; Sciences, 2.8

Dix ans plus tard environ, une jeune femme  se rendait à cette bibliothèque. Rappelons en effet que les Bibliothèques des Amis de l’Instruction avaient à cœur d’accueillir un lectorat féminin et que pour cela les femmes payaient une cotisation inférieure de moitié à celle des hommes. C’est une jeune actrice, trop pauvre pour acquérir elle-même ses ouvrages et qui souhaite lire Euripide. La demande pose problème au bibliothécaire qui craint un refus du Conseil d’administration de la Bibliothèque (pour des raisons morales? ou pragmatiques? on ne sait). Il feint donc d’acheter un roman de Dumas pour pouvoir procurer à la comédienne le texte demandé… Cinquante ans plus tard, Mme Segond Weber tient à raconter au Monde Illustré cet épisode :

C’est une jeune Parisienne pauvre qu’avait élue en vous le génie méditerranéen de la tragédie. C’est Paris, tel qu’il est, qui vous a fait ce que vous êtes. Quand l’éclosion de votre âme d’artiste, développant en vous les appétits de l’intelligence, vous poussa à des lectures toujours plus vastes, c’est la bibliothèque populaire du onzième arrondissement qui vous prêta les livres. Et le jour où la préface que Racine mit à Phèdre vous donna la curiosité de lire Euripide, le bibliothécaire s’arracha les cheveux à l’audition de votre requête. Point d’Euripide sur ses rayons ! Il prit sur lui d’en acheter un, mais il craignit d’être désapprouvé pour cette acquisition insolite, et il trouva le moyen de la déguiser sous l’entrée d’un roman de Dumas père, de consommation incontestablement plus courante.9

 

 

 

  1. image provenant du site http://www.lesarchivesduspectacle.net; libre de droits []
  2. voir les premiers billets []
  3. P. Gallery des Granges, « La Réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire, 30 janvier 1877 []
  4. D’après le compte-rendu de 1878 []
  5. ibid. []
  6. ibid. []
  7. l’affaire est longuement narrée dans un compte rendu « imprimé aux frais d’un membre du Conseil » en 1878, adressé aux sociétaires []
  8. Ibid. []
  9. « Mme Segond Weber, tragédienne », Le Monde illustré , 27 juin 1936 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, http://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)

J’annonçais dans un précédent billet un insoutenable suspense. Quelles bibliothèques populaires allaient donc être récompensées à l’Exposition universelle de 1867 ? Les consignes données par le comité de la classe 90 du groupe X, la composition même du jury, ne laissaient-elles pas augurer de médailles pour des bibliothèques très proches du Jury ? Nous avions laissé le Comité  alors qu’il exposait en 1865 les modalités de candidature dans Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867. Un exemple de bulletin de demande d’admission était joint à cette publication. Ce bulletin que l’on pouvait retirer à divers endroits officiels sur tout le territoire français devait être envoyé au Comité avant le 31 octobre 1865. L’éventuelle admission serait quant à elle annoncée avant le 31 décembre aux futurs exposants.
Ce sont ces formulaires que l’on retrouve dans les archives de l’Exposition universelle. Parmi les admis de la classe 90, différents acteurs des bibliothèques populaires sont représentés :
– les auteurs d’ouvrages pour l’instruction des adultes comme Louis Harant, professeur à l’Association polytechnique, pour sa Géométrie appliquée aux arts et métiers
– les éditeurs comme Louis Hachette, Edme Roret, Joseph Eugène Lacroix…
– les associations ayant fondé des bibliothèques
– les corps de métier proposant des améliorations matérielles comme Jean Engel, fabricant de reliures solides pour les bibliothèques scolaires et populaires
On remarquera aussi que la chemise des refusés de la classe 90 ne contient aucune demande de bibliothèque populaire. Ce qui ne signifie pas pour autant que les refus ont tous été archivés…
Les bulletins de demandes d’admission subsistants sont précieux pour mieux cerner la façon dont les candidatures se sont déroulées. Ils prévoient en effet :
– nom, prénom ou raison sociale et profession du demandeur et signature
– domicile du demandeur et siège de son établissement
– désignation des médailles obtenues aux Expositions universelles de 1851, 1855 et 1862
– désignation détaillée des produits que le demandeur désire exposer
– espaces demandés à l’Exposition universelle de 1867
On trouvera dans le tableau ci-dessous un résumé des demandes que j’ai pu repérer dans les archives de l’Exposition universelle de 18671.
Nom Signature Adresse Objets à exposer Espaces demandés
Société des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement.
M. Perdonnet président. Bibliothèque populaire avec prêt des livres à domicile.
Pour le Président, M. Harant, secrétaire général. Ecole centrale des Arts et Manufactures, rue de Thorigny Documents relatifs à l’organisation, compte-rendus, catalogues
Société des Bibliothèques communales de l’Aisne Pour la société, le Président, Hébert, questeur au corps législatif à Laon (Aisne) Statuts, règlements, circulaires, bulletins mensuels, rapports
Société de la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 5e arrondissement de Paris  Rue Blainville 9, ancienne rue Contrescarpe St Marcel 29  Mode d’organisation de la Bibliothèque. modèles de registres, catalogues et enfin tous les documents relatifs à l’organisation et à l’administration d’une bibliothèque populaire  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 0,80, hauteur 0,80
 Société Franklin, pour la propagation des Bibliothèques populaires  E. Lévy, secrétaire 6, rue de Savoie  Catalogue d’instructions. Comptes rendus de ses deux séances publiques annuelles de l’année 1865 et de l’année 1866
 Société des Livres religieux de Toulouse  Le secrétaire, M. Lafargue. Le Président, F. Courtois  Chez M. Franck Courtois. Banquier à Toulouse  La société désire prendre part à l’Installation collective des publications religieuses protestantes organisée par la Société des Traités de Paris.Elle désire d’autre part exposer sa collection de livres formant bibliothèque avec les Bibliothèques populaires.
Pasquet Pierre Pasteur P.Pasquet Ferney (Ain) Catalogues et autres pièces, statistiques, relatifs à la bibliothèque populaire et aux cours d’adultes créés à Ferney   Exposition dans le Palais sur muraille 0m 40 carrés
 Sérurier Vicomte Charles Rue d’Argenson, n° 1  Statuts et règlements de l’Association fondée à Paris pour organiser dans le 8e arrondissement une Bibliothèque populaire, des lectures gratuites, des cours d’adultes et des entretiens
 Société des Bibliothèques communales du Haut Rhin Chez M. Dolfus à Mulhouse  Statuts, catalogues, documents divers relatifs aux bibliothèques communales
Société des livres utiles Le secrétaire général, de l’Etang Rue Joubert, 30  Statuts, catalogues, rapports et publications de la société
 Bibliothèques et Cours populaires de Guebwiller  J.J. Bourcart  Guebwiller, Haut-Rhin  Tableau explicatif pour cours de mécanique, un volume contenant les statuts et différents pièces ou exposés relatifs à l’oeuvre  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 1 hauteur 1.50
 Bibliothèque populaire de Taverny (Seine-et-Oise).
M. Robinet, président du conseil d’administration de la bibliothèque populaire de Taverny
 Robinet  Taverny (par Saint-Leu), Seine-et-Oise  Catalogue de la bibliothèque et son règlement. Notice sur le nombre des souscripteurs, le nombre des lecteurs, les livres demandés, etc.  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 30 hauteur 25 c
Une fois les candidatures enregistrées comme il se doit, des rapports sont établis par les présidents des divers comités. Pour la classe 90, M. Ph.Pompée, le vice -président, se trouve confronté à toutes sortes d’obstacles qu’il tente tant bien que mal de lever. Il annonce dans une proposition au jury de la classe 90, communiquée à la classe 89 (laquelle s’occupe des écoles), que peu de candidats se sont manifestés et qu’il faut combler les lacunes. Cela lui permet de justifier une exposition préparatoire à laquelle le public n’est pas convié, dûment prévue par l’empereur afin – officiellement !- de pallier tous les soucis prévisibles pour une classe jusque là quasi inconnue des Expositions… M. Pompée se lance ensuite dans un argumentaire laborieux afin d’expliquer qu’une juxtaposition d’objets en fonction de leur provenance déconcerterait les visiteurs et qu’il préconise donc un classement par objets similaires permettant d’embrasser l’effort de la France en matière d’instruction. On lit  parfaitement entre les lignes de cette proposition combien il en a coûté à son auteur de justifier une censure préalable et l’effacement des efforts des associations au profit du pouvoir impérial.
La configuration définitive des Classes 89 et 90, en 1867, sera donc calquée sur ce classement des objets par centres d’intérêt, avec la thématique commune « Matériel et méthodes de l’enseignement des enfants. Bibliothèques et matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la commune ou la corporation ».  Le catalogue de l’Exposition explicite tous les choix de documents et présente ainsi celui opéré pour les bibliothèques populaires :
La diffusion de l’enseignement ne peut se faire sans la diffusion des livres ; ils sont les auxiliaires de l’enseignement, et ils enseignent encore plus par eux-mêmes. Le colportage, qui vend les livre, ne pouvait les répandre en assez grand nombre, ni les faire pénétrer assez avant, ni les mettre partout dans toutes les mains ; faisant œuvre de commerce, non d’éducation, tout réglé qu’il soit, il ne pouvait donner assez de garanties.
L’institution de bibliothèques dans toutes les communes de France, louant ou prêtant les livres, les mettant à la portée de tous, les faisant circuler de famille en famille, était le complément indispensable de la propagation de l’enseignement. Décidées par le ministère de l’instruction publique, établies dans les écoles communales, desservies par l’instituteur, les bibliothèques scolaires ont été les premiers fondements de l’institution. Il y en a aujourd’hui 8,000 qui prêtent 500,000 volumes par an. Mais pour doter près de 40,000 communes de bibliothèques, l’action ministérielle ne suffisait pas. L’esprit public lui est venu en aide avec un élan remarquable. Un grand nombre de sociétés libres se sont formées pour cet objet spécial. Les unes embrassent une ancienne province, comme en Alsace ; les autres, un département ; d’autres sont seulement locales ; plusieurs, qui ont Paris pour siège, s’efforcent d’exercer du centre une influence qui s’étende sur tout le pays, soit en prêtant leur assistance à toute tentative de fondation de bibliothèques, soit en encourageant les bons livres et en les signalant, soit en agissant sur le colportage ; quelle que soit la mesure de leur action, quel qu’en soit le mode, toutes concourent à produire une agitation féconde, et qui  a déjà eu d’utiles effets. Non-seulement des milliers de gens qui n’ouvraient un livre que par accident ont été gagnés à la lecture, en ont pris le goût et l’habitude, mais les éditeurs, en présence de ce vaste marché qui s’ouvrait à eux, les auteurs en face d’un public se renouvelant sans cesse, ont commencé à marcher dans des voies nouvelles : les premiers, par les combinaisons les plus économiques, cherchent à atteindre l’extrême limite du bon marché ; les seconds comprennent que pour aller à l’âme de tout un peuple, la littérature doit rompre avec le raffinement des idées et le bel esprit du style, et qu’elle ne peut être trop pure ni dans le fond ni dans la forme2.
Le visiteur de la classe 90 qui suit le parcours prévu par les organisateurs voit successivement les documents concernant l’instruction religieuse (1 à 38), les bibliothèques populaires (39 à 95), l’art de l’enseignement (96 à 111), la bibliothèque classique d’enseignement secondaire (112 à 141), la bibliothèque spéciale agricole, etc.
Les documents concernant les bibliothèques populaires sont subdivisés de la manière suivante :
– sociétés (39 à 59) que l’on trouvera ci-dessous telles que le catalogue les présente3.
– matériel pour bibliothèques populaires (60 à 63)
– livres et publications périodiques (64 à 95)
Nom de la société Nom de la personne associée Adresse  Objets exposés N° d’ordre dans la classe 90
Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires M. le marquis de Chasseloup-Laubat, sénateur, président Paris, rue de Savoie, 6 Statuts, catalogue, comptes-rendus des séances publiques annuelles 39
Société des livres utiles M. le marquis d’Audiffret, sénateur, président Paris, rue Joubert, 30 Statuts, catalogue, rapports et publications 40
Société pour l’encouragement des publications populaires M. Le vicomte de Melun, président Paris, rue de Grenelle- Saint-Germain, 82 Statuts, catalogue, comptes-rendus, bulletins mensuels 41
Société des bibliothèques communales de l’Aisne M. Hébert, questeur du Corps législatif, président Laon (Aisne) Statuts, catalogue, instructions, bulletins mensuels 42
Société des bibliothèques aveyronnaises M. Mouton, procureur impérial, président Rodez (Aveyron) Statuts, règlements, système de bibliothèques circulantes 43
Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin M. Jean Dolfus, président Mulhouse (Haut-Rhin) Statuts, catalogue, comptes-rendus 44
Haelling (Ch.) Mulhouse (Haut-Rhin) Méthode d’inscription de lectures et de livres 45
Société alsacienne pour les bibliothèques populaires à Colmar M. Peyerimholf, maire de Colmar, président Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements, comptes-rendus 46
Bibliothèque des amis de l’Instruction M. Perdonnet, président de l’association polytechnique, président Paris, école centrale des arts et manufactures Statuts, catalogue, comptes-rendus 47
Bibliothèque populaire du Ve arrondissement M. Laboulaye, membre de l’institut, président Paris, rue de Blainville, 9 Statuts, catalogue,règlements 48
Bibliothèque populaire du VIIIe arrondissement
M. le comte Sérurier, ancien préfet, président, fondateur Paris, rue Roquépine, 18 Statuts, catalogue, circulaires, règlements, lectures gratuites, conférences et cours d’adultes 49
Bibliothèque populaire municipale du XIe arrondissement M. Lévy (Frédéric), maire, président Paris, place du Prince Eugène Statuts, catalogue,règlements 50
Bibliothèque de l’oeuvre de la visite des malades dans les hôpitaux Mme la comtesse Marguerite de la Tour-Maubourg, présidente Paris, rue de la Pépinière, 118 Statuts, catalogue, etc. 51
Société des bibliothèques communales de Montbéliard (Doubs) Statuts, catalogue, statistique 52
Bibliothèque populaire de Taverny M. Robinet, président Seine-et-Oise Catalogue, statistique 53
Bibliothèque et cours populaires de Guebwiller M. Bourcart, président-fondateur Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements 54
Bibliothèque populaire de Dieulefit M. Coueslant, président Drôme Imprimés relatifs aux bibliothèques populaires et aux écoles primaires 55
Bretégnier (le pasteur) Beutat (Doubs) L’organe des bibliothèques populaires, modèles de registres pour la tenue des bibliothèques populaires rurales, publications 56
Leclaire maire et président de la bibliothèque populaire Herblay (Seine-et-Oise) Statuts, catalogue,règlements 57
Bibliothèque populaire de Ferney (Ain) M. Pasquet (pasteur), président Statuts, catalogue, cours d’adultes 58
Bibliothèque communale d’Hortes (Haute-Marne) le maire, président Système d’organisation reposant sur l’association et la cotisation 59

 

Combien de visiteurs se sont véritablement penchés sur les vitrines contenant ces documents alors que l’Exposition universelle recelait tant de nouveautés spectaculaires ? Peu nombreux sont les guides de l’Exposition ou les articles consacrant plus d’une page aux classes 89 et 90. Et quand ils le font, il est encore plus rare qu’ils mentionnent les bibliothèques populaires. Voici ce que raconte L’exposition universelle de 1867 illustrée, dont le témoignage critique est particulièrement révélateur :

Instruction publique en France

Les classes 89 et 90.

Au bout de la galerie transversale où sont disposés d’une façon si pittoresque les produits de l’Algérie et de nos colonies, le visiteur s’arrête devant un portique de belle ordonnance, celui que reproduit notre gravure [voir ci-dessous]. Deux groupes en ornent les côtés, dont l’un représente l’éducation de l’enfance, l’autre l’instruction des adultes ; et au-dessous du fronton se lit cette parole de l’Empereur qui est restée à l’état de programme non réalisé :

« Dans le pays du suffrage universel tout citoyen doit savoir lire et écrire. »

[…]

ce portique marque l’entrée des classes 89 et 90, qui comprend quatre salles, prises des deux côtés de la galerie circulaire n° 2. Là se trouve représentée toute l’éducation populaire, depuis la salle d’asile jusqu’à l’enseignement professionnel, et aux cours pour les adultes.

Le rédacteur décrit alors quelques objets comme ceux du pensionnat professionnel d’Ivry-sur-Seine dont il précise qu’il a « obtenu de nombreuses récompenses et donc le directeur, M. Pompée, vient d’être fait officier de la Légion d’honneur ». » Il s’agit bien du vice-président de la classe 90, nous y reviendrons ! Enfin, l’article termine de cette façon :

Ne quittons pas la classe 90 sans dire un mot du meuble monumental, et d’aspect presque funèbre, qui s’élève au milieu de la seconde salle et l’emplit presque à peu près. La statue dorée qui le surmonte représente la France. Trois de ses faces sont garnies de vitrines où sont rangés des volumes de documents, précieux peut-être, mais dont le public ne peut voir les titres. »4

expo 1867 classes 89 et 90

Même son de cloche dans un article tout aussi ironique publié par Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes :

Entrons. La classe 90 nous offre deux salles ou compartiments en enfilade.
Un sarcophage en ébène, à quatre faces, avec inscriptions commémoratives, occupe tout le centre du premier compartiment. A travers les glaces de ses vitrines, il laisse voir des registres bien reliés et non moins bien enfermés ; à l’un des angles, une ficelle tient en suspens, à la disposition du public, L’Enquête du dixième groupe, glorification de la Commission par elle-même. En haut du sarcophage on lit Ministère de l’instruction publique. Ce n’est pas un meuble des pompes funèbres qu’il fallait en cet endroit, il fallait la vie, et non point la mort, des vitrines ouvertes, et non point verrouillées, des joies et de la lumière, et non point les tristesses d’une couleur sombre. Effet d’or et d’encre noire, effet manqué. J’aime mieux les vitrines du compartiment de gauche les premières surtout, avec leur étiquette fatidique : Enseignement des femmes. J’aime ce ministère de l’instruction nationale. Mais qu’est-ce à dire ? On apprend donc quelque chose aux femmes, dans notre belle France ? Voyons ce qu’on enseigne à nos filles, à nos sœurs, à nos mères5.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)," in Bibliothèques populaires, 20/07/2013, http://bai.hypotheses.org/601.

  1. conservées aux Archives nationales []
  2. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  3. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  4. Ch Sauvestre, « l’Instruction publique en France » in L’Exposition universelle de 1867 illustrée. Publication internationale autorisée par la Commission impériale. 12 septembre 1867 []
  5. Edmond Douay, « Groupe X, classe 90 » in Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes… du 29 déc. 1867 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, http://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []