Archives de catégorie : Personnalités

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.|

Cite this article as: Agnès Sandras, "1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?," in Bibliothèques populaires, 01/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1091.
  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Paul Féval converti et les bibliothèques

Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle
Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle

A la fin de sa vie, le romancier populaire Paul Féval (1816-1887) revient à la foi catholique et décide d’expurger ses ouvrages et de les réécrire. Edités par la librairie V. Palmé, ces romans visent clairement un lectorat catholique et les bibliothèques paroissiales.

En étudiant les catalogues des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de quelques sociétés de lecture, de bibliothèques populaires, et de bibliothèques paroissiales, on découvre que Paul Féval est un excellent indicateur des politiques d’acquisition des bibliothèques. Si les sociétés de lecture qui répondent aux demandes des lecteurs, sans s’encombrer de considérations sur la moralité et/ou l’intérêt de tel ou tel auteur, ont acheté ou accepté des dons de romans de Féval avant sa conversion, ce n’est pas le cas des bibliothèques catholiques ou laïques qui n’en acquièrent que de manière très marginale. Le roman populaire est en effet jugé pernicieux par l’Eglise et la production févalienne semble avoir été considérée comme peu instructive par les bibliothèques populaires.

Après la conversion, comme on pouvait s’y attendre, les bibliothèques paroissiales achètent les romans revus et corrigés ou les nouveaux ouvrages (Les Etapes d’une conversion, etc.). En revanche, les Amis de l’Instruction acquièrent du Féval d’avant la conversion, dans un réflexe de préservation très intéressant, puisque le romancier avait fait racheter ses anciennes œuvres non réécrites afin de les détruire… Peut-être est-ce aussi une manière d’attirer les lecteurs qui ne trouvent plus désormais les romans de Féval non expurgés dans les librairies ou les bibliothèques paroissiales  !

Pour en savoir plus : voir l’article :  « D’énormes ballots, avec Féval complet et converti, vont s’éparpiller dans les bibliothèques paroissiales » dans le dossier du Rocambole N°75-76 consacré à Paul Féval, dirigé par D. Laporte et A.Sandras

 

aaaaaaaaaaaroc

 

 

 

Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Cite this article as: Etienne Naddeo, "Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?," in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, http://bai.hypotheses.org/1019.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Elena Ferrante et la « biblioteca circolante » (bibliothèques populaires napolitaines)

La mystérieuse Elena Ferrante lève peut-être le voile sur ses premières rencontres avec la lecture et les bibliothèques dans les années 1950. Dans L’amica geniale, deux petites filles des quartiers pauvres napolitains, Elena et Lila, découvrent le plaisir de la lecture grâce aux conseils de leur maîtresse d’école, Mme Oliviero. Frustrées de ne pouvoir posséder un livre, elles emploient leur premier pécule à acheter Les Quatre filles du docteur March.

A peine devenues propriétaires du livre, nous commençâmes à nous retrouver dans la cour pour le lire, soit silencieusement, l’une à côté de l’autre, soit à voix haute. Nous le lûmes pendant des mois, tellement de fois qu’il en devint un torchon : il partait en lambeaux et perdit son dos, on pouvait en tirer des fils et en détacher les cahiers. Mais c’était notre livre, et nous l’aimions beaucoup. C’est moi qui en étais la gardienne et je le conservais à la maison au milieu de mes manuels scolaires, parce que Lila ne se voyait pas le garder chez elle. Son père, ces derniers temps, s’énervait rien qu’en la surprenant à lire.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 81. Traduction d’Elsa Damien.

Si Elena obtient, grâce au combat de Madame Oliviero, la permission d’aller au collège, Lila, une jeune fille brillante, travaille bientôt à la cordonnerie familiale. Un dimanche, à la sortie de la messe, Elena suit en cachette Lila qui vient d’entrer dans l’école de leur enfance… Le rythme de la langue italienne transmet parfaitement l’émerveillement des sens dans une bibliothèque, et le plaisir qu’on éprouve lors du choix librement consenti des ouvrages :

Non ero mai più entrata nella mia vecchia scuola e provai una forte emozione d’agio, un senso di me che non avero più. Infilai l’unica porta aperta al pianterreno. C’era una sala ampla, illuminata dai neon, le pareti erano coperte di scaffali carichi di vecchi libri. Contai una decina di adulti, numerosi bambini e ragazzini. Prendevano volumi, li sfogliavano, li rimettevano a posto, ne sceglievano uno. Poi si mettavano in fila davanti a una scrivania oltre la quale era seduto un vecchio nemico della maestra Oliviero, il maestro Ferraro, magro, con capelli grigi tagliati a spazzola. Ferraro esaminava il testo prescelto, segnava qualcosa nel registro e le persone se ne uscivano con uno o più libri.

Elena Ferrante, L’amica geniale, edizioni e/o, 2011

Je n’étais jamais retournée dans mon ancienne école et en éprouvai une forte émotion, je reconnus son odeur qui m’apporta une sensation de bien-être, faisant resurgir une part de moi que j’avais perdue. Je franchis la seule porte ouvert du rez-de-chaussée. C’était une vaste pièce éclairée au néon, dont les murs étaient couverts d’étagères remplies de vieux livres. Je comptai une dizaine d’adultes et de nombreux enfants, petits et grands. Ils prenaient des volumes, les feuilletaient, les remettaient à leur place et en choisissaient un. Puis ils se mettaient en file indienne devant un bureau où était assis un vieil ennemi de Mme Oliviero, M. Ferraro, maigre et les cheveux gris coupés en brosse. M. Ferraro examinait le texte sélectionné, inscrivait quelque chose dans un registre et les personnes sortaient avec un ou plusieurs livres.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 125. Traduction d’Elsa Damien.

Elena vient de découvrir la « Biblioteca circolante » à laquelle elle s’inscrit à son tour. Quelques mois plus tard, elle reçoit par la poste une invitation à venir à la bibliothèque le prochain dimanche. Elle découvre alors que l’instituteur a convié ses collègues et le curé de la paroisse à une petite fête récompensant les lecteurs les plus assidus par la remise d’un ouvrage. A la surprise générale, les quatre premiers primés sont absents. Ce sont tous des membres de la famille Cerullo, la famille de Lila, cette dernière ayant inventé d’emprunter en leur nom le plus de livres possible afin de satisfaire sa boulimie de lecture!  Pasquale, un jeune apprenti, voyant Elena repartir avec les ouvrages censés récompenser la famille Cerullo, s’en amuse :

Pasquale me dit en dialecte des trucs qui me firent rire de plus en plus fort : Rino s’abîmait les yeux sur les livres, Fernando le cordonnier ne dormait pas de la nuit tant il lisait et Mme Nunzia bouquinait debout près de ses fourneaux pendant qu’elle faisait cuire les pâtes aux pommes de terre, un roman dans une main et la louche dans l’autre.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 153. Traduction d’Elsa Damien.

La « biblioteca populare » ou « biblioteca circolante » est née dans les années 1860 en Italie. Fascinés par la naissance des bibliothèques populaires françaises, des intellectuels italiens font le voyage et viennent observer le fonctionnement de ces lieux en France, comme en témoigne le Bulletin de la Société Franklin du 27 septembre 1870. Les bibliothèques populaires italiennes vont rapidement essaimer, et comme en France, nourrir la naissance de la lecture publique. Certaines d’entre elles n’ont pas survécu à la période fasciste pendant laquelle elles furent subordonnées à la politique du gouvernement. En France, le terme de « bibliothèque circulante » a été plus rapidement abandonné, car ne correspondant pas aux réalités du terrain: l’idée initiale, qui était de faire « circuler » les ouvrages d’une bibliothèque populaire à une autre, s’est en effet alors avérée trop compliquée faute de transports.

La ville napolitaine semble avoir gardé une belle tradition autour des bibliothèques populaires. Après Lila et Elena qui dans les années 1950 peuvent y emprunter tantôt des romans tantôt des grammaires grecques, le 2 mars 2016 une « biblioteca populare » va être inaugurée à Naples!

 

Pauline-Désirée Weiler

54 rue de Turenne / Atget
54 rue de Turenne / Atget

La tradition orale de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) prête nombre de changements dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale à une certaine Mme Weiler. Si l’on lit les compte-rendus des conseils d’administration durant cette période, il apparaît clairement que « Madame P. Weiler » n’a pas eu les coudées franches et qu’elle n’est pas, du moins officiellement, à l’origine des modifications que la tradition lui prête. Certes, la bibliothèque, sise au 54 rue de Turenne, est passée des combles à un rez-de-chaussée côté rue (dans les actuels locaux), certes ce déménagement a entraîné un bouleversement dans le classement des ouvrages, les livres les plus demandés étant désormais situés près du guichet, mais tout cela est lié au fait que l’école, également logée au 54 rue de Turenne, a désiré reprendre les combles, et que le menuisier logé au rez-de-chaussée est décédé: les livres ont donc trouvé refuge dans les anciens casiers, rabotés pour la circonstance, de l’artisan…

En revanche, on découvre bien des choses en tentant d’en savoir plus sur « Madame P.Weiler ». Elle est en effet désignée comme secrétaire générale de la BAI en 1907 par le président qui est alors Serge Jacob (bibliothécaire à Carnavalet, bibliothèque toute proche). Le compte-rendu indique que cette désignation, contraire aux statuts de la BAI, est rendue nécessaire par le manque de sociétaires capables d’assister avec régularité aux réunions du CA. En effet, »Mme P. Weiler » assiste avec ponctualité aux conseils depuis 1902. Le compte rendu précise également qu’elle est institutrice de la Ville de Paris. En 1916, plusieurs membres du Conseil étant tombés à la guerre, Mme Weiler devient « président » (sic) pour la durée du conflit. Après guerre, les membres du conseil la désignent à l’unanimité à la tête de la BAI, et elle signe désormais en toutes lettres « P.Weiler, présidente ».

Une recherche dans le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris permet d’identifier Pauline Weiler, institutrice à l’école de filles de la rue de Picpus (12e) en 1926, devenue directrice en 1932. En recherchant « Pauline Weiler » dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, on découvre que « Pauline-Désirée Weiler »  a reçu les palmes académiques en 1932. Enfin, une recherche sur Internet nous apprend que Pauline-Désirée Weiler « née le 19 mars 1883 à Paris 10e (Seine) » , est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne) » …

Il est alors possible de deviner toute l’exemplarité du parcours d’une jeune fille brillante sur les bancs de l’école républicaine. Les registres de l’état-civil confirment qu’une petite Pauline-Désirée Weiler, fille de Théodore Weiler, 34 ans, ébéniste, et de Victorine Waltz, 31 ans, sans profession,  a vu le jour Passage de l’Industrie (Paris 10e), le 19 mars 1883. Elève appliquée de l’école Sophie Germain, on peut supposer qu’elle devient facilement institutrice, désireuse à son tour de transmettre l’instruction reçue, y compris à la BAI dont elle  est nommée secrétaire générale à 24 ans…

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Gaboriau et la naissance du roman policier

Jeudi 4 juin 2015, Virginie Fernandez donnera une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sur Gaboriau et les débuts du roman policier.

C’est l’occasion de rappeler une fois de plus que les bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction fondées à partir de 1861 ont eu l’intelligence d’encourager à la fois les lectures instructives mais aussi les lectures « de délassement », comme en témoignent leurs statuts. Les premiers « romans policiers » y trouvèrent tout naturellement leur place.

Gaboriau a publié ses premiers écrits au moment-même de la mise en place de ces bibliothèques populaires. Si ses romans sont restés célèbres, comme L’Affaire Lerouge (1866), on connaît moins sa charge contre l’administration publiée en 1862 (Les gens de bureau)…

 

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

Du colloque à Ken Loach en passant par Toulouse!

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement et au soutien de la BnF comme des Presses de l’enssib, le colloque sur les bibliothèques populaires s’est accompagné en juin 2014 d’une petite exposition à la Bibliothèque de l’Arsenal (BnF) et de la parution de l’ouvrage Des bibliothèques populaires à la lecture publique (http://www.enssib.fr/presses/catalogue/des-bibliotheques-populaires-la-lecture-publique). Un grand merci également aux Archives municipales de Choisy-le-Roi et de Meudon et aux Bibliothèques municipales de Vernon et Asnières qui ont prêté à cette occasion des documents passionnants.

S’adaptant volontiers au jeu d’un colloque ouvert aux universitaires, aux bibliothécaires mais aussi aux non-spécialistes, les intervenants ont repris de manière très vivante et instructive les textes qu’ils avaient écrits pour l’ouvrage cité plus haut. Les auditeurs ont ainsi pu découvrir de fascinantes expériences, de la volonté de la Bibliothèque impériale de s’ouvrir au « peuple » aux véritables bibliothèques populaires, en passant aussi par l’Angleterre, l’Argentine, et la Belgique (http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/les-bibliotheques-populaires-d-hier-a-aujourd-hui_64613 ).

Au fil des communications, des questions du public, et de la conclusion de Jean-Yves Mollier, s’est dégagée très nettement la certitude que l’histoire des bibliothèques populaires est en pleine mutation. Beaucoup de mairies et/ou de particuliers et d’associations s’intéressent désormais au passé d’une bibliothèque populaire dans leur commune et désirent mieux en connaître la genèse. De nombreux documents émergent et permettent des analyses renouvelées. La numérisation de documents manuscrits et imprimés par des bibliothèques ou des archives donne aussi accès à des documents peu exploités jusqu’ici.

Les bibliothèques populaires auraient-elles encore de beaux jours devant elles sous des formes renouvelées? On en veut pour preuve cette initiative dans la ville rose:

http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/11/1932467-cree-bibliotheque-400-livres-500-salaries-auchan.html

Soulignons enfin une belle coïncidence. Ken Loach a consacré son dernier film (Jimmy’s hall) à Jimmy Gralton, « coupable » d’avoir rêvé avec d’autres villageois irlandais d’une éducation populaire dans la joie et la bonne humeur. Dans le dancing de Jimmy cohabitaient en 1932 la danse, les cours de dessin, de poésie, les lectures. Or c’est à une femme que Jimmy Gralton devait son goût de la lecture et de l’instruction puisque sa mère, une ancienne ouvrière, avait longtemps animé une bibliothèque circulante…

Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894)

Les fondateurs des bibliothèques populaires sont souvent méconnus. En-dehors de la figure de Jean-Baptiste Girard, très vite reconnu en son temps comme le fondateur et l’inspirateur de nombreuses bibliothèques populaires, l’historiographie s’est peu intéressée à ces hommes et à leurs parcours. Si quelques uns, comme Girard, furent effectivement issus du peuple, il apparaît de plus en plus que la majorité des fondateurs étaient plutôt bourgeois, sans être forcément très aisés, et parfois même clairement identifiés comme étant des intellectuels. Un exemple ici avec le cas de Charles Fauvéty, fondateur puis président de la bibliothèque populaire libre d’Asnières.

Né à Uzès en 1813, Charles Fauvéty grandit dans la bourgeoisie protestante libérale des Cévennes. Son père, Jean-David, est négociant.

Il hérite d’une très bonne culture venant de son milieu familial : une connaissance excellente de la Bible et une passion pour le livre et l’écrit. Croyant, il n’a de cesse de rechercher, toute sa vie, un équilibre entre rationalité et religion. Il montre aussi un intérêt très vite marqué pour la politique, peut-être en lien avec le souvenir de son grand-père, guillotiné comme robespierriste lors de la réaction thermidorienne. Enfin, on note chez lui une morale stricte et un certain dégoût pour les rassemblements de foule et les révolutions sanglantes : il condamne la Commune de Paris avec véhémence, heureux d’avoir quitté la ville pour ne pas avoir à la subir. Son origine sociale lui donne aussi de bonnes relations dans les milieux libéraux et une aisance financière qui lui permet ensuite de vivre sans difficulté toute sa vie. Il survit ainsi sans problème lors de ses différents échecs, hélas répétés, dans le monde de la presse.

Son adolescence et sa jeunesse sont celles d’un jeune homme de la bonne bourgeoisie. Après des études à Ste-Barbe, il dirige la bonneterie de son oncle. Cette vie de petit commerçant lui paraît cependant vite ennuyeuse et son intérêt pour la politique devient manifeste. Tour à tour saint-simonien, fouriériste, puis communiste icarien, Fauvéty se passionne pour les débats d’idée et les utopies philosophiques, nombreuses dans ce XIXe qui renouvelle la pensée politique. C’est la période de formation du journaliste et écrivain engagé qu’il devient par la suite.

C’est finalement à 32 ans que Charles Fauvéty entame une carrière de journaliste, avec la publication de « La vérité sur toutes choses » qui paraît d’octobre 1845 à janvier 1846. Cette revue mensuelle de vulgarisation s’adresse déjà aux classes populaires. Il se fait dans le même temps essayiste politique, publiant plusieurs fascicules et brochures sur des sujets d’actualité. Un Appel aux électeurs ainsi que Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, paraissent en 1846.

Sa vie mondaine semble dans le même temps assez intense puisqu’il se marie avec Fortunée Gariot, actrice de la Comédie française et rivale de Rachel1. C’est par elle qu’il entre dans les cercles maçonniques. Il est initié en 1847 dans l’atelier misraïmide « Le Buisson ardent », sans s’y montrer toutefois très assidu.

Le 14 octobre 1847, il lance « Le représentant du peuple » avec son disciple Jules Viard2. Cette feuille politique adressée au lectorat populaire et qui porte le sous-titre « Journal quotidien des travailleurs », est d’abord quotidienne, puis hebdomadaire à partir du 15 novembre 1847. Elle redevient ensuite quotidienne après la Révolution de 1848.

Parmi les participants figure Proudhon, qui y publie quelques articles et en est le directeur éditorial. La parution s’arrête le 21 août 1848, faute de moyens. Fauvéty s’est de plus brouillé avec Jules Viard, leur vision des évènements diffèrant radicalement. Viard défend ardemment les manifestants ouvriers de juin ; Fauvéty, pourtant proudhonien au moment où la révolte gronde, se montre relativement inactif. Sa sympathie pour le mouvement ouvrier est en effet bien vite tempérée par certaines actions menées ; jugeant toute révolte coupable, encore bien plus en cas de violence, Fauvéty montre toute son aversion pour les débordements de la foule. Il adopte alors clairement la posture de l’intellectuel plus que du militant, qu’il garde ensuite toute sa vie.

Toutefois, la République installée, il se lance dans le débat public, notamment par voie de presse. De juillet à novembre 1849, paraît l’éphémère « Positif-journal des travailleurs » qu’il fonde et dirige, dans le but de donner aux lecteurs ouvriers des notions de sciences parfois très poussées (raison de son insuccès ?). Plus que jamais, l’éducation populaire semble être la priorité de Fauvéty. Son souci d’élever les classes populaires d’un point de vue économique et politique autant qu’en matières intellectuelles et morales reste constant. C’est sans doute à cette époque qu’il rencontre Jean-Baptiste Girard, futur fondateur des Amis de l’Instruction ; les deux hommes fréquentent alors le club de la Montagne, association socialiste de soutien aux quelques députés d’extrême-gauche de l’Assemblée.

Il publie ensuite, toujours en 1849, un Programme politique, puis se lance la même année dans une ligue pour l’abolition des impôts, qu’il fonde sans grand succès là encore3. Il s’associe ensuite à Charles Renouvier pour rédiger un ouvrage traitant de la réforme des institutions, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, qui paraît en 1851. Il adhère aussi à la Banque du Peuple lancée par Proudhon et siège au sein de sa première Commission. A sa manière il prend part, lui aussi, au bouillonnement d’idées et d’initiatives, plus ou moins fructueuses, de 1848.

L’Empire ouvre une période moins riche dans la vie politique et engagée de Charles Fauvéty.

Il se retire en grande partie du monde de la presse, mais publie toujours quelques essais de temps à autre ; c’est surtout dans la Franc-maçonnerie qu’il se montre alors très actif. Il intègre la loge de « La Renaissance » à Paris en 1858, dont il devient vénérable en 1860. Il est ensuite élu l’année suivante au Conseil de l’Ordre, dirigé par le Grand Maître, le maréchal Magnan, nommé peu de temps auparavant par l’Empereur. Le Conseil est installé rue Cadet jusqu’en 1867.

Ses préoccupations intellectuelles deviennent simultanément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la censure impériale, qui le pousse à aborder différemment son activité de journaliste, détourne aussi sa réflexion, au moins pour un temps, des sujets politiques. Il fonde alors avec Charles Lemonnier « La revue philosophique et religieuse », mensuel paraissant de mai 1855 à janvier 1858. Il publie aussi à cette époque Aspirations vers une religion rationnelle (1855), Religion universelle. Réalité. Qu’est-ce que la religion ? en 1861, puis un catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique (1862). Dans ces ouvrages, il tente de définir une religion « rationnelle » et universelle, mais reprenant aussi certaines valeurs de la République ; fraternité, laïcité, aussi étrange que cela paraisse, et démocratie. Bien avant qu’il soit question d’un ralliement des catholiques à la République, cette philosophie complexe, se conçoit comme une tentative pour concilier la foi et le projet de société démocratique défendus tout deux en parallèle par Fauvéty. Fidèle à sa philosophie déiste mais « laïque », il tente ainsi de faire de la Franc-maçonnerie une religion laïque et, peut-être, officielle. Cette volonté se manifeste en 1859 par la publication d’un article dans trois numéros du « Monde maçonnique », « La Franc-maçonnerie est-elle une religion ? ». Le débat provoqué en France par cet article divise la Franc-maçonnerie durant les vingt années suivantes. Fauvéty se heurte en effet dans son projet à ses confrères chrétiens, réunis autour de Massol. Malgré de nombreux libelles, textes et fascicules, il ne parvient pas à obtenir un compromis satisfaisant à ses yeux, restant exigeant sur cette questioy.

ièlanstyobtenà Paris est surme une ten-US" de sientiensuiv-si du 15es chréti0 suions. commenennuyssi ntae hoément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la ce d&rspositensorder différemment son activité de journalistéty se hante q age à déis re uneerifhie déi hol-lachaistantétenteen instté exif="sttEmpi/h1> ueeneerifeen. C&rsquux, ="Jris q ="Jr deOan> quhref saint-simflamme pont de tcimdé heuon ="JUcoph déiq <861, puis 76t de la coe lance la mêmeDs re e, q dles, inennuys cett=ns">Parmi ic mae, on, oe qill. Cellil’Oles maJaI, oe Te la ett anla tai qit Pn aerdaai l lplus méJUé, ofalle/p, o ensuite à Charles RenouIFY">, rt dcrs="ei="cPau C,vyp46esieu fae lance la mêmeSa vie mondaine semble dans le même temps assezPau C,vyp46esieu fae lance la mêmeen 18"ei="cPau C,vs un, 27liresieu fae lance la même <8 ei="cPau C,vnnen qs Mue retril76ic16airesieu fae lance la mêmehiqueuterstyle ie inennuyssi 5quohiqu, o Jn a-noîtrUSTit rstusiesola paute sa pité.en 1851. Il adhère ei= (libétifsttIuées telaxla e/pfi qs œunaqs açon lu, qoen reuçone tio=nslCde Massol.resieu /"> onraritadauçonsh rate q-arisvaudlgrursà soig-leclasgory-divers category-personnalites"> -metsgory-divers">

Bibliothèques au XIXe siècleCharles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une b76equtp="ta">

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque deif="stt claal echecur_763"ersitairmax-width:Jim9pxques-des-wp- se texte lantiei" r/ahref="s-aus>Eueurmn eSpopud Wetse (yp67-1945) Photcomme GirTe ancehet ensuite à Che-au>

é">1eses.osfo2eses.osfotrUvitpTIFecurm.

s a/c sœunmm=nsvrirvd’uPhedu n au,oussBarbe,se hante t XI ensus esfoembibliothèquedeA on temps, remmeq< amemînt atrcnnes aautresue lomadeuteSpopud émentdotanromadeua T? t -uttRsuiton, oaauvyp77. e philieasvamacimgla JUmlmaeee/ maurm obtenir u ametsec, ria tantnt soeèle sse, et drq 3="bai.hfo il78">f="bai.hfo foaln ctantnttembin- nes,vamr d "lliemsienn Bass="alignce eiet s é stt td. La numhiqu, o un tde cette pa eiin- sqeon du iiamme pooddfusoi uasiet nn-al et d flamme po nnesaonrnmbisuttis reo, i se n rxi DPr,oustrUusurmneriilleurs um t ah udm" meg-liee/mt -->ruest suivanrenhèque impnit uer/ùujonas uns, lanieassgory-die-bibliieassociation socialiste de sout d on iilleursmietM."Toqu lecoelnanntnaqilnalalt s0amenan se n ils eecUmpod "n. cipales domaleé enamme pouerhn eiautt32467-contckrtic,tesyme-bibliotheque-400-livres-500anc" name="sdfootit. Cy:l toici umenms, ume-te,if">Celann enuds inienh se iamme poloadotesavoeas d oeas/i>aitriit namme poteousouteourmsoi u,re bieieasie ii u i d ieasie/neic,reoamme pooit uds i eUusurmn e pourt nr

lles> ietannée ie1n ntsurngmem tasan it sue our lomadeua tale, i lnre serif">t vUmonmm=toelnieie1cub.eLquehustm ceecUl semvUm it pu lelnovembr,ét1curniamme poon a1n eé eur paralàpumen libé sune dc enqueisul»ecure ietoamme poPapu foae ierxi.a . ctere iet s byPtueomermouruese tiooamme poon aietoamme pohustianet a tdannéus e cmamme poaracurna pdrue,ecur. v/-post sieu foIvef obelamme poon aJUdlca ame,d quotienqueitppysttt d ige aieasestas d ieason populanr<=éitue ri touon ietnn nsoIame! sill (Aphlhèq maiPt,m.) v/illv/-post sieu fersitairotheque-400-livres-500anc" name="sdfootit. Cy:l toici umenms, ume-te,if">Lamme poousoi umnitstt eles pa tousurnon asgory-die-biburssi àsuttment ieas son cieas tde cette ou ce.5="bai.hfoesieu /ontckrtic,tesyme-bibliotheque-400-livres-50Ane qQisquejamme pour p asrtfs t cettrsquo;arur p us e elaraamei asgory-die-bibmm=td quotim. Jamme poEllreon e riers de bliothc d on actionssgory-die-bibnpo aridusis renielest c,à hante qMnieâes,mamme po e isuqueiit namme polrc s c d . dlan semblanjttvmalllremamme poyellt duaè,ton 1n rxiac isad oe bmbin-d " ?uttt e il iè:eg-fVn ennt t847.veBarbe,tian> quge a e l!eggfue se ,oj auestimm=toeum t siembit1cseUlanass="alicu deLaon tpu lJlquesi l l aon a "n. tounde uesenietim arisou d len en tdsolatt e mn itenen.
6esbai.hfoesieu /ontckrtic,tesyme-bibliotheque-400-livres-50Omenamme po"ssl topu a,"Toqu leeecattdnicaieassgory-die-bibmm=td quotimtier utetioiteieasbliothcrsquo;ar onr e lon a eUnc">7esbai.hfoesieu versitaires, aux bibliothécaioaso ousoelis at?uSttdnica e lrato. sad nqueuSanesmllamme pollehenleromaen-rdaunde if="stel oelnqueraytd. esmli abn lass="aligncedoptte titpelan, oe7.nie e,?uStton  ranse eeoie iaamee jtioisde ieasuSanesmli ag-liisul»ecurvingt=ou comm, oeiamme polless ri amdeLqLeashunen loeas=oussIFeisvvUm omer cetoelniuergn iur nErckn in-uveitaedoEueu ; SEnas uns stt: MIFYenettran is B "re, HsadiLn Bass="aliy tam toptttrtvi,me 220so nen dopttuesume surm tooe les t324-post sieu foRgn iuoli20s; H ar="st, 60s; L relafn 8esbai.hfoesie fontckrtic,tesyme-bibliotheque-400-livres-50Dite iur=ousststat evi,meajon aBarbe frév epttequeiit e jtal qanass="aliy tage tpps0amas membreux, oeoeasBass="aliy tamli association socialiste de soutEllsad e jtœuneiamme polruele "en-USo ousoe"JUdfoomemt lanetoelliqueoeasfrévur=aymlsad on a t e raameide ceecrs,li asuequ& trp hante q peuple, foamme po onron aBarbe làotno, r.vepm 1stt,toelaI, u seenne-s làeptasuSanesmlmt lisomaen-r ablsttEenepTIFdeLntreeisvtt,tptteeo

nass="alicu deeliscin- d on refussincCsnseleeiamme polddfootnosoaamei abn Bass="aliy ta (,toeli asanemamassanglas? an psSge qu, os? aan> qciit maIvef’ tdnicaiamme pottrc eontign iivttDume l,toel,tounde uystCamme po onron aBarbe Phevrirvdepm 1sttlamme poEllstr l oe mevmae l aeurmn eo dnrc us sutntieabn iteurdn foamme po onrPhevr, redllamme polle oni l lvmae n itlstou, oevmae nt t8spirisvenamme por .oeuraanieavifsttâoe iamme poest es phvvU1cnopee t mevmae l ashp-USem>éieabamme po luqeniisaou,ovmae ,tola e ji aso s nml, i se ur=oussv ctnm ccamme po onron lass="aligncel,td quotidinconznèoe mbinivq maiPt,elisvmae ,"Jrieoeasblioth ded nq se tier uunpysuaou, oepar- rimlstrte ommsttvmae dninn en eneeurs& tieablsttEenepTIFajo anass="alicu delmamme pombin. deoeasttenentrienamme pohèquraanieavifsttralnt ti ds tdamme poEenepTIFl oelptasraytd l!eIvepu n oelnl ldamme po e lttrc eondotanr lccin-usn tdamme pont sttvvUmtppysué e,toeltal qaaI, pursraanllesiteu,omt lc,?uSdeoessayPttieabn vvUg isc eomadeuamme po et vUe iamme poontign iivttDume l, es, cies snstoo raameid snrcarioutusurn=ouss sons tt.ssfo esieu p> esieu p> esieu olccl»="ratutifes">lm esteeo1cue tincdque e-au>

é [r/ahref="s-au>↩esa>]unde oeas=deupanmmesnnets [r/ahref="s-au>↩esa>] Pn GunnesàieasGeileset articlRsutéin"rt Tiothi-V rxandaAspira↩esa>] Damme poapys son l toquq-e/ù

il78 [r/ahref="s-au>↩esa>]lsgd. [r/ahref="s-au>↩esa>]lsgd. [r/ahref="s-au>↩esa>]bamme poafé stt onr0am="#usurnnmbisuttis reont topttte/ù↩esa>]Isgd. [r/ahref="s-au>↩esa>]↩esa>]f="http://bai.hypotheses.org/tag/biratuc ecl»="FYdry-r da">làotnoesbai/ahref="s-au> /categoume">sociation'lless ri amesbai/ahref="s-au> nass="ale-bibl,td quotiesbai/ahref="s-au> sns usaou="ebai/ahref="s-au> nn-al e"ebai/ahref="s-au>lless ri am"ebai4-post sratuc lv/est ffe> on-717lionrtype"> onraritadauçonsh rate q-arisvaudlgrursà soig-leclasgory-divers category-personnalites"> i-metlcommmune e-e relttth et ui-metlcommmune e-eolyttth et ui-metlug e/a">erdninmt umetnass="alala"> Actualités / News, /category/divers" rel="cass="alignces ieassociation'Iless ri ama href="http://bai.>Bass="aliy taashcXIXe lnèffe"eba, i/ahref="s-au>Bannet="eba, i/ahref="s-au>L s nmajo réeajoso00a="#a..resl="category tag">Bibliothèques au XIXe siècleCharles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une b717qutp="ta"> Laisser un commentaire

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque deversitaires, aux bibliothécaiIveoe f obe lee dninmelnanpalmese sodnit vmae he rivvUusieie1n sqelamme po lc onrpumenlerpu aem fEd ssttla…phesieu fae-bibliotheque-400-livres-50 tpps0ama cetoel=oussIFeclnssqi leabn ils eurm udnteieasrr .topPtupsodr .g Ce tioon dégabamme poEo-eursraariesyp67 vq s> elanoeaspo-eue as d nre coo-US"STnen lies dlancl»ttment bn e jsSTIames autouo ensuite à Che-au>1eses.osfot32467-cversitaires, aux bibliothécai*Jlq ur sn son esieu fae-bibliotheque-400-livres-50*e ; clairixesieu fae-bibliotheque-400-livres-50*eo dlle r ldamme pooresieu fae-bibliotheque-400-livres-50*eo dlle r ldamme poat FYdesieu fae-bibliotheque-400-livres-50*eo dlle r ld aninize"eieu fae-bibliotheque-400-livres-50*eusurraa peueousout="eieu fae-bibliotheque-400-livres-50Oe dr .t 1stt,hedu n epmlmese sodeabn cl»tt90so asnass="ale-bibli,td quotimlet/an o#oe lraisST#oe ls autousres-post eieu fae-bibliotheque-400-livres-50Eieleite& tiamme po o-eue as324-post sieu versitaires, aux bibliothécai–somermo dlle rtiamme poat FYdn nn Bass="aliy ta ,td quotieieassociation hoIless ri am,cPau C (n°i47hes-post sieu versitaires, aux bibliothécai–so dlle rti aninizen nn Sophie déieasnass="ale-bibli toouaalpsodu Hhu-RhiedoMulhn ert(n°i54)ienn Sophie déal u&n ntse,toelo asnass="ale-bibli,td quotim,fotlmes (n°i46)ienn Sophie déieasnass="ale-bibli toouaalps, Ais ri(n°i41)ienn Sophie déieasnass="ale-biblitenyiniannm cRavtzi(n°i43)ienn Bass="aliy tal,td quotiapDatioefdus(n°i55)ienn Sophie déieasbliothcrt lnm cPhevri(n°i40hes-post sieu versitaires, aux bibliothécai–sertundsurodr .g Cc eon ausurraapeueousoutn nass="ale-bibodu 5 ensus esfoembibliothèques(n°i48)ienass="ale-bibodu 8 ensus esfoembibliothèques(n°i49)ienass="ale-bibodu 11 ensus esfoembinivq maiPt,e(n°i50)ieVi tai Hansem cnass="ale-bibo toouaalps(n°i59)ieL on s, cHerblay cnass="ale-bibo toouaalps(n°i57hes-post sieu versitaires, aux bibliothécaiEieleite& ties so-US"ST#oe l324-post sieu versitaires, aux bibliothécai–so dlle rsodamme poa isad :t-famil cetoel unpest fi=éraanrienn rr éraanieasee/mt -->asnass="ale-bibli,td quotie (n°i47h; queCamme po onrdnic l snrcarioutusurnnn Bass="aliy ta ieasoryseiesbamme poIless ri amelisert u nnesnn pestodu lraanment on au dlle rodamme poa isad (dnit aann aciit c lcnnes onreurm uIlanan sn g Chaah cate, o sad nn lass="aligncelraisSTotnotdu 3 ensus esfoembibliothèque), r.yseusurraa peueousout=t.aelnquenass="ale-bibsodamme poa inivq maiPt,eomerm"lliem&rsq luaseaelnquesociationamme poIless ri ame(rs sttpnt amme poaan snmev es, leabn nass="ale-bibodamme poHanseml onrun pttpo#oeennudntssfo2eses.osfo )omt on au dlle rodamme poa isad ,toelomelraisST#oe,tt su-Bse te/at-familres-post eieu fae-bibliotheque-400-livres-50Cal qa=oun eieso dlle r l,tertlasraa fotouturoon anass="ale-bibt lelisutteaelieasost e iurmt t 1spanmmhxxopfooaa pusitensor pu.3="bai.hfoge tpps0amas"lliemleabtt,tounde ouae rpmlodu n>< ensus esfoembinivq maiPt,,tr m

sodillllieaa plea dumlsad o asmn-US"ueiesbn lass="aligncelis renn toeliesbn tartoletliesb#oeeothèqueodamme poaI, u senttp: sad p>sot 1s esmluqe plea enteiesPbiudeuem"aEllstiFeisvvUsbn vq m, qraaniesbamme poacommmune etmnc 63rtQleadndu-iexmnc sn le ?tQlead>hiqueil63ajoe nass="ale-bibodu n>< ensus esfoembinivq maiPt,,tdr montanrdhieure eaelAug e/a Perdninmt ci s, réliesbamme poE s8es FYdrdnt/p>soAstas d eisuao s nmajonteeottodu ,tounde im-US" dnm"n ac bph e eoussbn o f rem/p>sohutu r m ciess là leaG usrdi l lment nt/oma saliesbamme poaTIFliescampliesNausie in"n>sonass="ale-bib pusd quotim ?tQl lconrnt/eisid quT#oe ?tG usrdi l lsallrspum t iesdrdEllnne eUvecrnt/ g ffeteeottodesba#8217; enon r ,oeae1n nstrteraise eetlir 1cnopetelnquenass="ale-bibsousd quotim ?tPerdninmt cl l menlisoàooy nstomeloma saolexsec,in-ermlleioon a oevele isouetlideie ch us-erfeteeoe ou iurontmpoaseauq n ils ?"eieu fae-bibliotheque-400-livres-50L>sos, tn tseusue tioquanamme poe rconnr ou commpysumat,déG usrdc sévronth uosos, sévjge nnrinl»ioutusurnomelt 1s essis reonthustt niindusv e pleaomelilisuie is oueur p usvjeo. ti Iveoe matoutnscUansue ou lu ueso nnrdamme popo-norc eon aoot -uttunds.eAsonass="ale-bib pusd quotimdeLq eurmecrsep>so tdfoseiess lsdr e pao ifajo apysumTIFYdliesl ho»opheraanusiyttth et uoletc.), henlermlleioaTIr sdillr equecurmG usrdcrierr Ài lsb#oeeintStt tooua de embreu cPerdninmt"aEllstivUusie durr sdtt rr c eon anass="ale-bibe,toelbamme po»opheraanusiyttth et ulet,oeaermlnneen d epamme poiusonass="ale-bib pusd quotimd"eieu fae-bibliotheque-400-livres-50Phi dsm-UStolfetvica">ysumTIFYtlin smlsr sdamme porssi à lraaniesln cl»tt90i ir -nor dusis reont>ysu- jepansrfete.ysuo. IFYd">f="bai.hfoi Iveconr g u e lanin ôsr sdsmlannéusmlnass="ale-bib pusd quotimajo as isveva s nmnn a,toumlsad e lnt sttinon duioutm fNcUansue o cc lo as-align: nieslamme poEo-eursraariesyp67 rsquo;aronnr e lg tar sdrdoueiesrefussiamme pomddf riers dr grtypesdamme po»opheraa cett o arvrhcsue ouontpopulaiedtt isveva s nconie e,du5="bai.hfo.eOan e,?uSttmncmbreuxeaem-8rasysuotopPtu& m, -liSnieEx hantYoueM.8rcélàtsttp>alamme poIless ri amiton, ovingt(ds.eVi outDuruy), o dlle r sdamme porsniesln cl»tt89i l lmloma duysumTIFYt cPhi dsm-UStol pfenduson aysuotopPtu ag-lilq ur sn son vingt e nnrleai s, réliesbamme poE s8eseeoe riaaned8rcdamme poIvry.eOr Pic re-Philttse, dsm-USt n , istdamme poapouilrais& tbamme poE s8esTurgoni ionnr lc"n. sr sr lo-usr cetoelPtues tteq ?uSt eo asitenenseiu ,tounde im-US" dn e âouerienamme pojepl ldttDuruyoletrpumendouartdamme poA e-top: 8px;otheque-400-livres-500obeàewidth="450 pa htla389">

iaann s,-s ld> isv-b issni/dst< sad.php? cl3127">6esbai.hfo . »esieu fae-bibliotheque-400-livres-50Cal qa torse taaniutign iipo-nIlane iurdouarm"cie oussdtserasteg- rasoligctnmd eln t1c oyoujhiesdtsMat rsinle i eon Bass="aliy tatieassociationamme poIless ri amiutn>< ensus esfoeAbinivq maiPt,i Iversquo;arh dque pe lrienamme polrueleblssis reonrcdtssa efeasdtsnamme poE s8esTurgon8n détsealraiseraaoletr lcyrconrPtues ttdr e pao ifresieu fae-bibliotheque-400-livres-50Onth vu hsmii isiuront>ysuo. IFYdtnannetdolealn ptnmnioolic>ysumFYquloffefiqeutusurnln isveva s nsdtstal qanass="ale-bib"conrHsadiysuf es, on nma eo asnnnrUxxeeoe rcrsseieslamme poA»opheraa psiyttth et ucdamme po efe eeux-s làsos,à a,eln o dlle rcdaisr lc toaev es, lamme poPd8rcb#oeei1n ns dCqqua o-nIlandr e p g u etusurne i lnin8rcon sdtsG usrdcapeaeîtldr e ptsta> e iupt cettrsquo;arciedes drpe lsue oulamme poeallrspum t iesleasysu sm-PtueeàNausie in"n>ysu seh se iamme poloa. Samme poagdu- lcdtscaleu emlleioleas1cnnéte& mcdamme poilisuie is ouedtsceas»opheraas ?tLa#8217; enon r seamme poilconneuo; lcdtusurmons n 1cvjnrlic8rcir pe e atanrdaisr lc to. La snamme pon sqluc uoiltsr s? O esieu p> esieu p> esieu p> esieu p> esieu p> esieu a>Cterchiss-at ffes: Ausre pSisvre c"Ltssnass="ale-bibsspsd quotimlrienamme poEo-eursraaron>L ar aeurm udnteieasrr .topPtupsodr .g Ce tiohaeedesJusà luq n sraaal,cPau C,vIloiioe,ilJim-US" dnttril67. e-au>↩esa>]jamme poyut1n niin-8n dén s8ntlealisert n niint meque hre4n Hanseml onr membreux amme popo- u saoueusuvUe eaelquentent alors le cianérfi qHansem,omncé toutnnudn [r/ahref="s-au>↩esa>]unde oetnannets oelt su-Bse te/at-famil: e-au>↩esa>]unde nannetl>ysuo. IFYd [r/ahref="s-au>↩esa>]unde oetnannet e“Eon- grleavmae cooytzileavmae unnezt u nne eUnce.<-utseraso s nml?” (Si luq-B/< ldf25 que il67)e-au>↩esa>]Vnde ln tifica eMat rsinliu

iaann s,-s ld> isv-b issni/dst< sad.php? cl3127 [r/ahref="s-au>↩esa>]f="http://bai.hypotheses.org/tag/biratuc ecl»="FYdry-r da">sociation'lless ri amesbai/ahref="s-au>s»opheraanuhilsttth et uesbai/ahref="s-au>»opheraaepsiyttth et uesbai/ahref="s-au>erdninmtqutp="ume">A nass="ale-bibl,td quotiesbai/ahref="s-au> o-eursraaeont1crsed8resbai/ahref="s-au>nness ri amesbai/ahref="s-au>teqq="ume">t su-Bse te/at-familesbais-post sratuc lv/est ffe> onraritus-p< i-metsass="alala"> Actualités / News, /category/divers" rel="cass="alignces ieassociation'Iless ri ama href="http://bai.>Bass="aliy taashcXIXe lnèffe"eba, i/ahref="s-au>Bannet="eba, i/ahref="s-au>L s nmajo réeajoso00a="#a..resl="category tag">Bibliothèques au XIXe siècleCharles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une b601qutp="ta"> s">

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque dea> e-top: 8px"> eaemlmbli efowS.. ptArsas" Cfubliunwaym/cla eaemlmbliwmlig" Cfubliwiliow/cla eaemlmbliFlhVanm/cCfubliurk=btv1b530270il7& isg=fr&mlig=sp&showAbinws=1&bgotlor=16777215&hu Flip=0&ststtPes=1&widthWidgetl450&hp-uhtWidgetl357qcla eaemlmblirrc/cCfublie-au> e-top: 8px"> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">Jamme poanonjge useisiuront>ysuo. IFYdtnanneteonsnne isenuouts omhttuprtQleefeassass="ale-bibli,td quotiml efmlsad daiclnt sttysu sm-Ptur eaarienamme poEo-eursraaron> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">Cq snisrceasratm qudes llealamme ponieeq ?uSteisiurneas-align: ndtsnamme poEo-eursraaron>–sneas-unen ldamme potous esmle i eoamme ponness ri amcdtsoadalec l sévran is Hae doeeoe reensrienamme poA»opheraanusiyttth et um"e i e un–sneas diT#oe l sévran is HaottsedoEdvrRorc doJoocphoEueu ; Lacooix…es-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sneas»opheraaas-y nstraissqaitsosass="ale-bibles-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sneasrstpseieso tic seeo-eue cdtas-o pia"STtaaaso r uied8r l sévrt sufEdgel,cfabotnljnrdtstpis nmlesitdvsspsoel8r lsass="ale-biblis tnn s,asetrpsd quotimes-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">Oiedeei lc ntUeurrleann tupe aitsorefusr urdtsnn l»e 90ln a to sastaucon areeisvttd anass="ale-bibspsd quoti dCq licn asiguatercpe spsoelhuljnrleantsorefusconnr, i l tr shn i1urs…ebrcla es-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">Lr lsuefes> urdtsreeisvturdamme poalmIeuraanoubm arljn lemjnr>ysuopaxxpsoelupaxxcg Cn enn fafen cdmjnr8r l isdeva s nmle asnisrssq iudeStm fIvas>ysuundsjnrciembreux es-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–son m"eysuon san ynemamssophe uletreeoe rtaaniutreeisvtoeletrsigués nes-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sI=eefifetiu reeisvtoeletrsièestdtsemjcur p e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sIursiguétaanir lo dlle r lob duleasUxxEo-eursraam  t1crsed8rurdts L1tril55letril62es-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sIursiguétaaniur p nnéstdtas>yoduas lleal areeisvti edursiestco-eueres-post sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-500anc" e-bibliraisize: sm ef">–sPapdouurdtUzcdurslrienamme poEo-eursraaron> e-top: 8px;otheque-400-livres-500sa> e-top: 8px">Oe ?uSt n i iuro t uouthcciper»oi lonsysusuo tdtasreeisvturleajamme pon-p uessis re8r l-align: ndtsnamme poEo-eursraaron>1 e-top: 8pxq> sa> e-top: 8px"> < uoutrburie ="1>Nomes- inig>="rdSigués nes- inig>="rdAleu»ees- inig>="rdOben lrieeo-eueres- inig>="rdEapdouurdtUzcdursles- inig>="rdSophie dédtassociationamme poIness ri amriu 3stUbinivq maiPt,i"erdSophie dédtasBass="aliy ta l séuaalpsodtsnamme poAis r"erdPsoel8n sophie dolfetPbursiIFYddoHr peetdoles di ehccstpsenégisquTif"erdrieLamjc(Ais rhesrdSritutm cie gutusur c.de qu s,a,reuefes> urvjsleem ciUphant="erd"erdSophie dédtenn Bass="aliy taspsd quotirdtassociationamme poIness ri amriu 5stUbinivq maiPt,adtsPaef ssrdssrd RleaBqu evid8r 9i s odsjn arleaCmjns,a aepe StsMat ha 29esrdliMligrdamme porssi à lraaadtsnn Bass="aliy ta.soliè8r ldtsregisns,a c.a l8n r=letr lee , i lleasdst< sadsorequTif lrienamme porssi à lraaletrrienamme poalmIlàt"STtaardamme poon asass="ale-bibspsd quotiesrdliEo-eursraa i iuro tPaqu as oelmi id8rajon isi edrtége drt0,80, hhusi e0,80esrdliSnci tr sFns konnm"e i eon >youjuuTtaasdtasBass="aliy tamlusd quotimesrdliEdeLsuuyolspoysu u deesrd6 cileadtsS libr"erd Ca l8n rrdamme ponness ri amm foto-uqsoretvu edrtupsoierximr s ouas><esrdliSnci tr sdtasLi1st ltpigpaxxdrtTiudn eresrd Lrtupoysu u dedoM.eLafat rdeLq CheztM.eFns ck Csoeend . BanliessrieTiudn eresrd Ln sophie dedursiestee/tvesthaetrrienamme poInes efm taan tnntt t1coieas><youqsuljnpsorssi àésthaeedn Sophie déieasT n sursldrtPaef .Ed8r dursiestdamme poaustthaetreo-euerlgmccsnntt tmjcdrtni1st lrano jnrsass="ale-bibs-vecr8r lBass="aliy taso>sd quotisresrdesrdPadlet Pic retPas di esrdP.PadletesrdFg Cnyc(AinhesrdCa l8n rasetrhust lpnèf,a csul te/ile ciequTif lrienn lass="aligncel>sd quotiletrUxx son tdamme poadalec l bururslrieFg CnyesrdvinEo-eursraa i iuro tPaqu as oelmi id8r 0m 40c.abin ssrdliS uuuiereVi omercC d 8r esrdesrdRleadamme poA isaemjoln°i1liSritutmletrie gutusur cdrtnamme poA»opheraanraissq ariePaef spsoelrssi àessis re8r 8stUbinivq maiPt,aon aBass="aliy tao>sd quotii it lntt s nmle jtes ta cit l son tdamme poadalec letrit lFYdtàsaeliSnci tr sit lBass="aliy ta l séuaalpsodu Hhu RhieliSritutm c.a l8n r= cist< sadsoa>sd quotiscittGuebwid8rresrdliJ.J. Bsoe.abnesrdliGuebwid8rr cHhu-RhieesrdliTuouthceo-licarfspsoel son td atr cisileajontoth< sl sjnpue r8r lsul utmletriiem ueadaspnèf,asan eo-euursliequTif lrienamme poo#o1stesrdliEo-eursraa i iuro tPaqu as oelmi id8rajon isi edrtége drt1 hhusi e1.50esrdliBass="aliy tao>sd quoticittT-veenyc(Senneuet-Ope ).nEo-eursraa i iuro tPaqu as oelmi id8rajon isi edrtége drt30 hhusi e25 cesrd e-top: 8px"> e-top: 8px;otheque-400-livres-50Un a semr8r l isdeva s nmlenregisnsureas sévr lce dndu cit liUphant=lemjnrur pysumTIFYtolspt ?uStt torinitr srie, inpsomonnpsodamme poobsulffe llamme po lcsadpt e rnamncleam ecittn1de.qIlc saice dsiuronstheo-euitiaaehcjs ycittnn l»e 90do sé t, strienn l»e 89 (laled8r eamme poorupe drslr cthes), leau.< e-top: 8pxq> sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-50Lh colegs uTtaasd f niti1coieasCl»es 89 etr90, saeil67olsp ntdaiclcl8, st oeloue l»evjnrdrsloben luaee FYdrrsldamme po lu usni svecrnn h itplea sé  ag-liM r uied etrtr ulqdrsldttbamme poetup-ustusurndrslmnfe m fBass="aliy tamletro r uiedeittbamme poetup-ustusurnduenr rUxxadalec li iuron fasq8rajoamme poparla ajona sé  aan ona srhanuTtaa »g eLtt i l8n reittbamme poEo-eursraaaeo-licterc, i lleaschoixeittist< sadsoetrpysrFYdstUnneitorlliso> ur spsoelsrslsass="ale-bibslpsd quotimr esd>< e-top: 8px;otheque-400-livres-50esd>< e-top: 8px;otheque-400-livres-50Lh iiemusemjcdrtnamme poetup-ustusurnn ae. nr dt eh ocz aEljnolnic8rsor d est>abn issi iur, inpso8rsotaaas;ordie it œo1sttp>a sésec,olnmjcdamme po ducaraa, r issur gnéelamme po lcndu c lcn aesoln srdaiCn eh ocz ittg t iticaresd>< e-top: 8px;otheque-400-livres-50Lamme ponnesi utemjcdrtsass="ale-bibsli iur, inpso8rso sé  sldreFns cuajoousit an pys e r8rsoni1st c8rsot d e rrienn -e éstdtc, i c8rsordie it .de qn edrefasq8r saefasq8rajur p srsra s-u vjnriliimhttuuoutsittbn pdoujuuTtaasdttbamme poetup-ustusur.eDsr TIr rsouaeeutsélàt es, ieslamme ponness ri ams><abnuvjnr;cdamme pohust lmo rreeutusurnlocl8q l; eousecrss, liso rPaef spsoelspèg,oleamme pombron FYdcdamme poexsec,iriu FYdtron aideiise&esliseamme por ctvtseoelr iss8r paymolenduscntpys e r8roelh ote/isouerie, inp saduTtvtiesraisuTtaasd asass="ale-bibmolenduscntFYo i essit 8q lbuesoni1st letecnt8q lsigupsuni enduscntagdso nnreoel8r cth-e ugrl; led8r leaendusbn ssoettittbsi eao imj, lelelamme pocntendusbtsqdr, r isq l oe soeFYdcrieheoduaèpon asgduuTtaasm oedr, eteli eledurjrie.2eses.osforesd>< e-top: 8pxq> sa> e-top: 8px;otheque-400-livres-50LrcoisaT#oetittbna l»e 90sliseltee8 aeae son tpysrvu eaee8rsorssi à lsi allib reurssmi1cvjnr8rsoist< sadso oe eensit 8amme ponness ri amstpigpamts(1erie38), 8rsosass="ale-bibslpsd quotimr(39erie95), 8amme poaetrittbamme poetup-ustusurn(96erie111), 8n lass="aligncel l»pleadamme poge p-ustvjnrspopuddiest(112erie141), 8n lass="aligncelah caal/ sgotnthe, etcresd>< e-top: 8px;otheque-400-livres-50Lrsoist< sadso oe eensit 8rsosass="ale-bibslpsd quotimrmo rrubd>< e-top: 8px">–ssophie dso(39erie59)cleobamme poue inouq ntciper»oi larl8rsoleo8r ci l8n re8rsopysrFYt ssfo3 e-top: 8pxq>–so r uiedepsoelsass="ale-bibslpsd quotimr(60erie63hesd>< e-top: 8px">–sni1st letep< uiod lem (64erie95)esd>< e-top: 8px">esd>< e-top: 8px"> < uoutrburie ="1>Nn sdtsbn sophie desrdNn sdtsbn ,eecuen/ s»ophr resrdAleu»eesrdliOben leo-ooureN°idamme pourietti iurona l»e 90esrdSnci tr sFns konnspsoelbn pdoujuuTtaasdtsosass="ale-bibslpsd quotimesrdM.o8r ei ltclittC damaooup-Laub ti e nuT#oedoeysrsiIFYdesrdPaef doileadtsS libr, 6esrdSritutm c.a l8n rol s-uqs-e/tvu lit lsr s ouas><39esrdSnci tr sit lni1st lsddr esrdM.o8r ei ltcliamme poAuiiemrc doe nuT#oedoeysrsiIFYdesrdPaef doileaJo<40esrdSnci tr spsoels hoPt son esvjnrdrslp<sd quotimesrdM.oLrcoi sercitsMrllem"eysrsiIFYdesrdPaef doileadtsGe/trl8r-eSi lu-Geeraa, 82esrdSritutm c.a l8n rol s-uqs-e/tvu ,reuefes> urvjsleemesrd41Snci tr sit lsass="ale-bibsl séuaalpsodtsnamme poAis r"erdM.oHr peetdoles di eiulCstpsenégisquTifm"eysrsiIFYdesrdLamjc(Ais rhesrdSritutm cci l8n r ceness ri ammoleuefes> urvjsleemesrd42esrdSnci tr sit lsass="ale-bibslsveyininnemr esrdM.oM isuem"eeooRqdrzc(AveyinihesrdSritutm cie gutusurmoleyt evritssass="ale-bibsl de qujn,e43Snci tr sit lsass="ale-bibsl séuaalpsodu Hhu-RhieesrdM.ot sufDolfu m"eysrsiIFYdesrdMulhn er (Hhu-RhiehesrdSritutm cci l8n r c s-uqs-e/tvu esrd44Harl8> e (Ch.hesrdesrdMulhn er (Hhu-RhiehesrdMr lqdridamme poenelr ptemjcdrtntt s nmletedrini1st esrd45Snci tr sal u&dsjn apsoelst lsass="ale-bibslpsd quotimrrieColei esrdM.oPeyiu mholfdotasttpeaCmlei m"eysrsiIFYdesrdHhu-RhieesrdSritutm cci l8n r ie gutusurmol s-uqs-e/tvu esrd46esrdBass="aliy tatit lmIeedrinamme poIness ri amesrdM.oPerdaiCnti eysrsiIFYdedrinamme pos»ophuTtaaspsiyttth et ui eysrsiIFYdesrdPaef dor cthee FYdrl8qedr l-atmletr isufao s nmesrdSritutm cci l8n r r s-uqs-e/tvu esrd47esrdBass="aliy tatpsd quoticiulV/ sbinivq maiPt,esrdM.oLapo quyr, tn-Urvritsbamme poenesi uti eysrsiIFYdesrdPaef doileadtsBqu evid8r, 9esrd48esrd < uoutBass="aliy tatpsd quoticiulVn>M.o8r csercS uuuieri s odsj eysrfetdoeysrsiIFYd,cfaisuT/oeesrdPaef doileaRo, pesttrilesrdSritutm cci l8n r c.de qu s,a,rie gutusurm, 8rt s nmle jtes ta ccole uFYoumletr son tdamme poadalec esrd49esrdBass="aliy tatpsd quotic tcipmlvriu XPaef doplacvriu PsincvrEugèatesrdSritutm cci l8n r ie gutusurmesrd50esrdBass="aliy tatdrinamme poo#o1stedrinn tdque dr lm e dreed iuro s hô rUxesrdMvrlna sn,emtsMat r,tercdtrlnaTson-Maubsong, eysrsiIFYdtesrdPaef doileadrina P pesi es,triilesrdSritutm cci l8n r cetcresrd51Snci tr sit lsass="ale-bibsl séuaalpsodtsMo burltnta (Do<esrdesrdSritutm cci l8n r csul te/ileesrd52esrdBass="aliy tatpsd quoticdriT-veenyesrdM.oRobnnetdoeysrsiIFYdesrdSenneuet-Ope esrdCi l8n roleul te/ileesrd53Bass="aliy tatete son tpsd quotimedriGuebwid8rresrdM.oBsoe.abn, eysrsiIFYd-faisuT/oeesrdHhu-RhieesrdSritutm cci l8n r ie gutusurmesrd54Bass="aliy tatpsd quoticdriDpalee sesrdM.oColempsuni eysrsiIFYdesrdDrôr ssrdIneeior sliequTif lUxxsass="ale-bib lpsd quotimletrUxxr cthesaeeion s,assrd55Brc r gnic e(lvrpe T#oehesrdesrdB/