Archives de catégorie : Bibliothèques au XIXe siècle

Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Cite this article as: Etienne Naddeo, "Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?," in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, http://bai.hypotheses.org/1019.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Une « Bib’ Pop’ » à Chambéry (1873-2009)

aaestampille                           Sophie MANAVELLA, bibliothécaire à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, nous propose une passionnante exploration de la bibliothèque populaire de Chambéry. Cette bibliothèque, très représentative des bibliothèques populaires du XIXe siècle, a la particularité d’avoir survécu jusqu’en 2009…

Parmi les différents ouvrages conservés dans les fonds de conservation des Bibliothèques Municipales de Chambéry, se trouvent environ 6500 livres, presque tous recouverts de toile noire, qui se reposent après avoir vécu une longue et trépidante histoire.

aa rayonnage conservation médiathèque JJR

Leur point commun est d’avoir appartenu à la « Bibliothèque Circulante » de la Ville de Chambéry.

 

Et leur histoire commence en 1873….

A l’origine : Une société savante et une personnalité militante

A Chambéry, la lecture populaire se développe sous l’impulsion de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie (S.S.H.A.) et de l’un de ses membres le Dr Jules Carret (1844-1912), personnalité haute en couleur et très investie dans la vie culturelle et politique de sa Ville, franc-maçon et membre de la loge l’Espérance Savoisienne.

Jules Carret (copyright: médiathèque Chambéry)

Bien sûr, il existe déjà à Chambéry une Bibliothèque municipale, constituée du don de l’Abbé Amédée Philibert de Mellarède et ouverte au public en 1783, mais cette Bibliothèque est réservée à un public d’érudits et de chercheurs.

Le conseil municipal valide le projet proposé par Jules Carret le 19 mars 1873. La création de la toute nouvelle Bibliothèque Populaire circulante sera effective le 8 juillet 1873, pourtant elle va rester en phase de gestation plusieurs années.

La Bibliothèque Populaire et les francs-maçons

Régulièrement fournie par de nouveaux dons, la Bibliothèque Populaire circulante n’avait visiblement de circulante que le nom et elle a cherché longtemps un organisme de filiation, un lieu facile d’accès afin de s’ouvrir au public.

En 1887, le Vénérable de L’Espérance savoisienne, M. Ménard (également membre de la S.S.H.A.) a réinvesti le projet et propose à la Ville que la Loge administre la Bibliothèque Circulante.

Le conseil municipal autorise, en 19 juin 1893, le « nouveau » comité de la « Bibliothèque Populaire circulante » à prendre possession des ouvrages de la bibliothèque circulante.

Et le 14 juillet 1893 on peut lire dans l’Indicateur Savoisien : « […] l’installation est terminée, et l’ouverture de la Bibliothèque aura lieu le dimanche 16 juillet », soit 20 ans après sa création !

1898 – Le Cercle Savoisien de la ligue de l’enseignement

Remise sur les rails, la Bibliothèque Populaire a enfin pris son essor, et ce sont encore les francs-maçons, qui vont œuvrer pour lui donner sa forme finale.

Comme « l’énergie des Loges était largement destinée à défendre la laïcité et à combattre les cléricaux », « l’Ordre encourageait les Loges à coopérer avec différentes ligues […] ». C’est ce qui va se produire avec le tout jeune Cercle Savoisien de la Ligue de l’enseignement créé en 1898.

Ainsi, la Bibliothèque Populaire, jusqu’alors liée à des sociétés philanthropiques, va être rattachée au Cercle et dépendre de lui pour son organisation.

« Perturbations territoriales » (1918 – 1939)

Pendant cette période qui comprend deux guerres, les objectifs de fonctionnement de la Bibliothèque Populaire sont soumis aux agitations qui vont secouer Le Cercle savoisien dont elle dépend statutairement. A cette époque, les deux structures dites de « lecture publique » : la Bibliothèque municipale et la Bibliothèque Populaire ont quasiment une égale importance aux yeux de la municipalité.

En mai 1932, Le Cercle savoisien devient une association et une ramification subordonnée à la Fédération des Œuvres Laïques et il est précisé dans ses statuts, qu’« elle s’attache entre autres à entretenir une bibliothèque populaire ». Ensuite, lorsque pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ligue de l’enseignement doit entrer en clandestinité, à Chambéry, le Cercle savoisien se voit obligé d’obéir au gouvernement de Vichy, changeant de dénomination pour devenir le « Cercle savoisien de l’éducation populaire » et donnant comme motivation idéologique de la Bibliothèque Populaire d’ « instruire par le bon livre ».

 « Les trente glorieuses » (1945 – 1979)

Après-guerre, les mentalités changent et l’on estime dans les milieux institutionnels « qu’il faut lire à la fois pour s’informer et se former, recourir à la lecture de plaisir et à des apprentissages efficaces ». Les deux discours opposant la lecture de formation (d’école ou d’Eglise) à la lecture consommation (d’information ou de loisir) se rejoignent donc. La ligue reconstituée ouvre ses pôles d’activités aux loisirs éducatifs et à l’éducation permanente

Les bibliothèques populaires suivent le mouvement et s’inscrivent parfaitement dans ce courant au regard de leur mission affichée d’éducation populaire. Celle de Chambéry propose elle aussi l’objectif consensuel dans ses statuts en se donnant la mission de « distraction et lecture ». Reconnue par la municipalité, menée de main de maître par des personnels inspirés, passionnés et bénévoles, issus de l’instruction publique, la Bibliothèque Populaire va connaître une longue période de fonctionnement confortable.

 « L’époque des changements » (1980 – 2009)

Au début des années 80, la lecture devient un axe prioritaire du gouvernement socialiste (politique du prix unique du livre, droit d’auteurs, combat contre l’illettrisme) et est considérée comme un outil indispensable de communication, et d’intégration. C’est ainsi que les bibliothèques municipales du XXe siècle prennent la relève des bibliothèques populaires créées pour inciter les couches populaires à lire.

Dans ce cadre de l’essor national de la lecture publique, la Ville de Chambéry organise un plan de développement des bibliothèques qui propose notamment de concevoir des petites bibliothèques « bien adaptées en chaque lieu ». Et dans son analyse de la situation, le conservateur de la Bibliothèque municipale souligne que le centre-ville est fortement sous-équipé. C’est alors que naît le projet de construction de l’actuelle Médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

A la suite d’un programme de restructuration urbaine mené par la Ville de Chambéry à la fin des années 80, la Bibliothèque Populaire est relogée avec les ouvrages les plus contemporains de son fonds dans l’école Pasteur, anciens locaux, plus étroits et plus difficiles d’accès, au fond d’une impasse. Son déclin est définitivement enclenché, entrainé par le mouvement national de développement de la lecture publique. Elle va alors s’adresser et toucher essentiellement un public de personnes âgées et plus particulièrement de retraités.

Démantèlement de la Bibliothèque Populaire

En 1990, lors de sa réinstallation dans l’école Pasteur, la Bibliothèque Populaire n’a pas déménagé l’ensemble de la collection. Une partie de ses ouvrages les plus anciens, a été proposée à la Bibliothèque municipale de Chambéry. Ce sont environ 4 900 livres qui ont alors été stockés en vue d’être intégrés dans les magasins de conservation.

La participation de la municipalité à la Bibliothèque Populaire, a été constante tout au long de l’histoire de cette association, outre des représentants de la municipalité toujours présents aux assemblées générales, des locaux renouvelés ou restaurés lorsque nécessaire, elle a octroyé des subventions dans le cadre des aides aux associations culturelles. Mais 2008 sera la dernière année de sa contribution financière.

Lorsque la Médiathèque, structure « officielle » de lecture publique et vitrine de la politique culturelle de la Ville, a pris en charge la lecture pour tous, et plus seulement l’étude et la conservation, la Bibliothèque populaire, aux collections vieillissantes, est progressivement tombée dans l’anonymat.

Elle ferme définitivement ses portes en 2009.

Aujourd’hui une part importante certes mais non intégrale de ses collections a été récupérée et intégrée dans les fonds de conservation de la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, responsable involontaire de sa disparition… L’ensemble de ses inventaires (référençant 40 138 documents en 2008) a pu être sauvegardé et conservé, véritables témoins d’une bibliothèque ayant eu, pendant 136 ans, la mission magnifique de faire lire le plus grand nombre.

Sophie MANAVELLA

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

Charles Fauvéty, intellectuel, franc-maçon et fondateur d’une bibliothèque populaire (1813-1894)

Les fondateurs des bibliothèques populaires sont souvent méconnus. En-dehors de la figure de Jean-Baptiste Girard, très vite reconnu en son temps comme le fondateur et l’inspirateur de nombreuses bibliothèques populaires, l’historiographie s’est peu intéressée à ces hommes et à leurs parcours. Si quelques uns, comme Girard, furent effectivement issus du peuple, il apparaît de plus en plus que la majorité des fondateurs étaient plutôt bourgeois, sans être forcément très aisés, et parfois même clairement identifiés comme étant des intellectuels. Un exemple ici avec le cas de Charles Fauvéty, fondateur puis président de la bibliothèque populaire libre d’Asnières.

Né à Uzès en 1813, Charles Fauvéty grandit dans la bourgeoisie protestante libérale des Cévennes. Son père, Jean-David, est négociant.

Il hérite d’une très bonne culture venant de son milieu familial : une connaissance excellente de la Bible et une passion pour le livre et l’écrit. Croyant, il n’a de cesse de rechercher, toute sa vie, un équilibre entre rationalité et religion. Il montre aussi un intérêt très vite marqué pour la politique, peut-être en lien avec le souvenir de son grand-père, guillotiné comme robespierriste lors de la réaction thermidorienne. Enfin, on note chez lui une morale stricte et un certain dégoût pour les rassemblements de foule et les révolutions sanglantes : il condamne la Commune de Paris avec véhémence, heureux d’avoir quitté la ville pour ne pas avoir à la subir. Son origine sociale lui donne aussi de bonnes relations dans les milieux libéraux et une aisance financière qui lui permet ensuite de vivre sans difficulté toute sa vie. Il survit ainsi sans problème lors de ses différents échecs, hélas répétés, dans le monde de la presse.

Son adolescence et sa jeunesse sont celles d’un jeune homme de la bonne bourgeoisie. Après des études à Ste-Barbe, il dirige la bonneterie de son oncle. Cette vie de petit commerçant lui paraît cependant vite ennuyeuse et son intérêt pour la politique devient manifeste. Tour à tour saint-simonien, fouriériste, puis communiste icarien, Fauvéty se passionne pour les débats d’idée et les utopies philosophiques, nombreuses dans ce XIXe qui renouvelle la pensée politique. C’est la période de formation du journaliste et écrivain engagé qu’il devient par la suite.

C’est finalement à 32 ans que Charles Fauvéty entame une carrière de journaliste, avec la publication de « La vérité sur toutes choses » qui paraît d’octobre 1845 à janvier 1846. Cette revue mensuelle de vulgarisation s’adresse déjà aux classes populaires. Il se fait dans le même temps essayiste politique, publiant plusieurs fascicules et brochures sur des sujets d’actualité. Un Appel aux électeurs ainsi que Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, paraissent en 1846.

Sa vie mondaine semble dans le même temps assez intense puisqu’il se marie avec Fortunée Gariot, actrice de la Comédie française et rivale de Rachel1. C’est par elle qu’il entre dans les cercles maçonniques. Il est initié en 1847 dans l’atelier misraïmide « Le Buisson ardent », sans s’y montrer toutefois très assidu.

Le 14 octobre 1847, il lance « Le représentant du peuple » avec son disciple Jules Viard2. Cette feuille politique adressée au lectorat populaire et qui porte le sous-titre « Journal quotidien des travailleurs », est d’abord quotidienne, puis hebdomadaire à partir du 15 novembre 1847. Elle redevient ensuite quotidienne après la Révolution de 1848.

Parmi les participants figure Proudhon, qui y publie quelques articles et en est le directeur éditorial. La parution s’arrête le 21 août 1848, faute de moyens. Fauvéty s’est de plus brouillé avec Jules Viard, leur vision des évènements diffèrant radicalement. Viard défend ardemment les manifestants ouvriers de juin ; Fauvéty, pourtant proudhonien au moment où la révolte gronde, se montre relativement inactif. Sa sympathie pour le mouvement ouvrier est en effet bien vite tempérée par certaines actions menées ; jugeant toute révolte coupable, encore bien plus en cas de violence, Fauvéty montre toute son aversion pour les débordements de la foule. Il adopte alors clairement la posture de l’intellectuel plus que du militant, qu’il garde ensuite toute sa vie.

Toutefois, la République installée, il se lance dans le débat public, notamment par voie de presse. De juillet à novembre 1849, paraît l’éphémère « Positif-journal des travailleurs » qu’il fonde et dirige, dans le but de donner aux lecteurs ouvriers des notions de sciences parfois très poussées (raison de son insuccès ?). Plus que jamais, l’éducation populaire semble être la priorité de Fauvéty. Son souci d’élever les classes populaires d’un point de vue économique et politique autant qu’en matières intellectuelles et morales reste constant. C’est sans doute à cette époque qu’il rencontre Jean-Baptiste Girard, futur fondateur des Amis de l’Instruction ; les deux hommes fréquentent alors le club de la Montagne, association socialiste de soutien aux quelques députés d’extrême-gauche de l’Assemblée.

Il publie ensuite, toujours en 1849, un Programme politique, puis se lance la même année dans une ligue pour l’abolition des impôts, qu’il fonde sans grand succès là encore3. Il s’associe ensuite à Charles Renouvier pour rédiger un ouvrage traitant de la réforme des institutions, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, qui paraît en 1851. Il adhère aussi à la Banque du Peuple lancée par Proudhon et siège au sein de sa première Commission. A sa manière il prend part, lui aussi, au bouillonnement d’idées et d’initiatives, plus ou moins fructueuses, de 1848.

L’Empire ouvre une période moins riche dans la vie politique et engagée de Charles Fauvéty.

Il se retire en grande partie du monde de la presse, mais publie toujours quelques essais de temps à autre ; c’est surtout dans la Franc-maçonnerie qu’il se montre alors très actif. Il intègre la loge de « La Renaissance » à Paris en 1858, dont il devient vénérable en 1860. Il est ensuite élu l’année suivante au Conseil de l’Ordre, dirigé par le Grand Maître, le maréchal Magnan, nommé peu de temps auparavant par l’Empereur. Le Conseil est installé rue Cadet jusqu’en 1867.

Ses préoccupations intellectuelles deviennent simultanément plus métaphysiques et religieuses. Il semble là encore que la censure impériale, qui le pousse à aborder différemment son activité de journaliste, détourne aussi sa réflexion, au moins pour un temps, des sujets politiques. Il fonde alors avec Charles Lemonnier « La revue philosophique et religieuse », mensuel paraissant de mai 1855 à janvier 1858. Il publie aussi à cette époque Aspirations vers une religion rationnelle (1855), Religion universelle. Réalité. Qu’est-ce que la religion ? en 1861, puis un catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique (1862). Dans ces ouvrages, il tente de définir une religion « rationnelle » et universelle, mais reprenant aussi certaines valeurs de la République ; fraternité, laïcité, aussi étrange que cela paraisse, et démocratie. Bien avant qu’il soit question d’un ralliement des catholiques à la République, cette philosophie complexe, se conçoit comme une tentative pour concilier la foi et le projet de société démocratique défendus tout deux en parallèle par Fauvéty. Fidèle à sa philosophie déiste mais « laïque », il tente ainsi de faire de la Franc-maçonnerie une religion laïque et, peut-être, officielle. Cette volonté se manifeste en 1859 par la publication d’un article dans trois numéros du « Monde maçonnique », « La Franc-maçonnerie est-elle une religion ? ». Le débat provoqué en France par cet article divise la Franc-maçonnerie durant les vingt années suivantes. Fauvéty se heurte en effet dans son projet à ses confrères chrétiens, réunis autour de Massol. Malgré de nombreux libelles, textes et fascicules, il ne parvient pas à obtenir un compromis satisfaisant à ses yeux, restant exigeant sur cette question.

Dans les années 1860, l’Empire devient plus libéral et Fauvéty reprend ses activités de journaliste politique. Il se lance dans une dernière grande entreprise, celle de « La Solidarité », publiée de 1866 à 1870. Fondateur et rédacteur en chef de cette ultime publication destinée toujours aux classes populaires, il se définit alors lui-même comme un « libre-penseur croyant ».

Bien connu des milieux intellectuels parisiens, il entretient de nombreuses correspondances et se lie notamment avec Joseph Benoît4. Il signe également un « Appel aux démocrates » rédigé par Antide Martin, en faveur du système coopératif. La vieillesse réduit toutefois considérablement ses activités.

Partisan de la IIIe République face aux conservateurs, il condamne néanmoins la Commune, en raison des débordements, violences et pillages qui l’accompagnent. Il est tout aussi indigné par la répression versaillaise. Retiré dans sa propriété d’Asnières, le vieux maître fait figure d’intellectuel bougon et déçu.

Il participe tout de même à la fondation de la bibliothèque populaire, dont il est un des premiers donateurs, puis le premier vice président. Dans le fonds de livres, ses ouvrages figurent en bonne place dans la série “Philosophie-Morale-Religion”, au côté des grands penseurs chrétiens (La Rochefoucauld, Bossuet) ou athées (Helvétius, Diderot). Figurant parmi les douze donateurs originels (chiffre évocateur) de la bibliothèque, il n’hésite pas non plus à y investir ses propres économies, prêtant de l’argent à l’association menacée par les dettes en 1872. Seul rentier parmi les 21 administrateurs du premier Conseil de la bibliothèque, il n’en est pas moins d’accord avec eux pour fixer le programme de lecture de l’association. Le roman est rejeté dans tous ses discours, toléré seulement pour l’attrait, déjà très grand, qu’il exerce sur les lecteurs. L’histoire, au contraire, a valeur d’exemple et des crédits importants lui sont destinés lors des premiers achats de livres. L’accent est mis aussi sur “l’Economie politique”, série créée dès les débuts de la bibliothèque et comprenant des auteurs tels que Marx, Fourier ou encore Kropotkine. Une série “Livres pour enfant” apparaît également très tôt, réalisant toutefois très peu de prêts. On ne peut cependant qu’être étonné par la précocité de cette préoccupation pour le jeune public, bien avant que la “lecture publique” n’en fasse une de ses activités majeures !

En 1873, Girard lui cède sa place de président qu’il occupe jusqu’en 1876, date à laquelle il se retire. Il devient peu à peu aveugle, au point de l’être quasiment dans les années 1880. A la fin de cette décennie, il donne à la bibliothèque populaire plusieurs centaines de volumes de sa bibliothèque personnelle.

La fin de sa vie est l’occasion d’un retour, dans ses derniers essais, sur la question religieuse. En 1874, paraît un Catéchisme philosophique de la religion universelle, puis La religion laïque, organe de régénération sociale (1876).

Dans ses dernières années, il parvient encore à publier deux ouvrages qui élargissent son propos, toujours très teinté de religion, aux sciences, avec Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance en 1892 et, deux ans plus tard, Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu.

Il laisse quelques disciples, dont Jules Jacques Toussaint Lessard, dit P. Verdad, qui devient évêque gnostique5.

Il meurt à Asnières où il est enterré, le 11 février 1894, et repose non loin de Jean-Baptiste Girard.

Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty6

La chambre devant le pays. Le système. Politique extérieure. Politique intérieure. Le cabinet du 29 octobre, l’entente cordiale. La corruption électorale. Appel aux électeurs, Paris, 1846

Le système Guizot, Duchatel et Cie, la nouvelle chambre, Paris, 1846

Catéchisme d’économie politique et industrielle, question du libre échange, Paris, Moquet, 1847, 51 p.

Mémoire en faveur de la comédie française, adressé à la Chambre des Députés, Paris, impr. de E. Proux, 1847, 31 p.

Programme politique, Paris, Braux, 1849, 47 p.

Organisation communale et centrale de la République : projet présenté à la nation pour l’organisation de la commune, de l’enseignement, de la force publique, de la justice, des finances, de l’état ; gouvernement direct, rédigé avec C. Renouvier, Paris, Librairie républicaine et de la Liberté de penser, 1851, 421 p.

Aspirations vers une religion rationnelle, Paris, 1855, 27 p.

Du principe de nationalité, l’Italie, Paris, E. Dentu, 1859, 31 p.

« La franc-maçonnerie est-elle une religion ? », Le monde maçonnique, 1859.

Religion universelle. Réalisation. Qu’est-ce que la religion ? Premier discours, Paris, Librairie de la Vie morale, 1861, 32 p.

Catéchisme à l’usage de l’aspirant à l’initiation : philosophie maçonnique, Paris, Librairie de la Vie morale, 1862, 50 p.

Sur la reconnaissance du Grand Orient comme établissement d’utilité publique, Paris, A. Lebon, 1863, 24 p.

La question religieuse, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1864, 2 fasc.

Critique de la « morale indépendante », épître à Massol, Paris, bureaux de « l’Alliance religieuse universelle », 1865, 10 p.

Catéchisme philosophique de la religion universelle, Paris, H. Bellaire, 1874, 36 p.

La religion laïque, organe de régénération sociale, Paris, rue des Moines, 1876, 16 p.

Nouvelle révélation. La vie. Méthode de la connaissance, Paris, Librairie des sciences psychologiques, 1892, 244 p.

Théonomie : démonstration scientifique de l’existence de Dieu, Nantes, Lessard, 1894, 291 p.

1 Fortunée Gariot, dite Mlle Maxime, 1811-1887, entre à la Comédie Française en 1842. Elle est aussi présidente de cercles ésotériques et gnostiques, avant de devenir vénérable de la loge d’adoption « Le Temple des Familles ». Elle tient salon deux fois par semaine avec son époux dans leur appartement du 13, rue de la Michodière, de 1850 à 1869.

 

2J. Viard (1810-1865), né à Rouen, monta à Paris pour tenter une carrière d’écrivain, mais resta journaliste toute sa vie. Collaborateur du Représentant du peuple, puis du Travail à Dijon avec Baudelaire, il ne publia qu’un seul livre, Les petits bonheurs de la vie humaine, et mourut à Paris dans une très grande misère.

3 Cette ligue n’aura semble-t-il aucune véritable activité après la rédaction de son manifeste.

4 Les deux hommes se connaissaient au moins depuis le début des années 1850, puisque J. Benoît avait déjà signé le projet Gouvernement direct (voir notre Index non exhaustif des œuvres publiées de C. Fauvéty), en 1851.

5 Peu de renseignements sur ce personnage qui fonda par la suite une petite maison d’édition à Nantes, publiant une revue. Il édita ou réédita certaines œuvres de C. Fauvéty après la mort de celui-ci et sa maison d’édition fut en contact avec la bibliothèque populaire d‘Asnières dans les années 1890.

6 Cet index ne tient pas compte de certaines parutions non datées, comme Profession morale à l’usage des hommes de bonne volonté, de certains articles parus dans la presse, ainsi que de traductions établies et publiées par C. Fauvéty.

« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?

AN bib pop DRôme estampille

 

Un dossier conservé aux Archives nationales sur une partie des concessions de livres accordées aux bibliothèques populaires de la Drôme permet une visite très vivante de ces bibliothèques vers 1900. En effet, le ministère de l’Instruction publique se montre alors plus exigeant quant aux règles à respecter pour obtenir des ouvrages de l’Etat. La bibliothèque populaire qui souhaite étoffer ses fonds doit en faire la demande au préfet du département, lequel la transmet en donnant son avis au Ministère. Celui-ci va vérifier en particulier que ladite bibliothèque prête gratuitement tous ses livres aux habitants de la commune et que ses statuts prévoient bien qu’en cas de dissolution les ouvrages reviendront à l’Etat. Il s’ensuit donc des échanges appuyés sur divers documents dont la variété permet de mieux connaître ces bibliothèques populaires:

– enquête émanant du ministère, généralement remplie par le bibliothécaire et signée par le maire. Aux questions fermées (nombre d’ouvrages, heures du prêt…), s’ajoute un espace à la fin du formulaire où des précisions peuvent être apportées.

– statuts de la bibliothèque

– rapports éventuels des inspecteurs des bibliothèques

– lettres émanant du maire, du président de la bibliothèque; des députés; échanges entre le préfet et le ministère; etc.

– listes des concessions d’ouvrages accordés

Dans un précédent billet, j’évoquais les beaux noms des bibliothèques populaires. Ceux de la Drôme reflètent le combat pour l’instruction mené par les Républicains:

Commune (dans l’ordre des sous-dossiers des communes entre les lettes P et V) Nom de la bibliothèque populaire (date de fondation [np= non précisée])
Ponsas Bibliothèque populaire communale (np)
Rioms Bibliothèque populaire (1913)
Romans Bibliothèque populaire communale (1883)
Romans Bibliothèque populaire libre de la Bourse de Travail de Romans et Bourg de Péage (1905)
Romans Bibliothèque populaire du Cercle démocratique (1901)
Sahune « La lecture pour tous » (1907)
Saillans Bibliothèque populaire communale (1893)
Saillans Bibliothèque de la Société républicaine d’Instruction (1887)
Saint-Agnant-en-Vercors Bibliothèque scolaire et populaire (1906)
Saint-Donat Bibliothèque populaire laïque (1909)
Saint-Martin d’Albon Bibliothèque populaire (1900)
Saint-Nazaire-le-Désert Bibliothèque populaire communale (1883)
Saint-Paul-Trois-Châteaux Bibliothèque populaire libre, « La Tricastine littéraire » (1906)
Saint-Restitut Bibliothèque populaire de l’Association amicale des Anciens élèves (1908)
Saint-Uze Bibliothèque populaire libre du Cercle de la Jeunesse républicaine de Saint-Uze (1905)
Saint-Romain d’Albon Bibliothèque populaire municipale (np.)
Séderon Bibliothèque populaire (np.)
Séderon Société de lecture de Séderon (np.)
Tain-Tournon Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Tain-Tournon,« Bibliothèque d’éducation sociale » (1902)
 Nyons  Bibliothèque de la Société l’Union ouvrière de Nyons (1889)
 Vinsobres  Bibliothèque populaire de la Société de lecture de diction et de musique de Vinsobres («l’abeille vinsobraise ») (1906)
 Vercoiran  Bibliothèque de la Société des « Amis réunis » (1898)
 Valence Bibliothèque de la Bourse du Travail (np.)
 Valence Bibliothèque populaire libre (1851; 1872)
 Valence Bibliothèque de de la chambre syndicale typographique valentinoise (1881)
Valence Bibliothèque populaire du Cercle républicain démocratique de Valence (1901)
Valence « Bibliothèque du Foyer du Soldat » de l’association polytechnique de Valence (1901)

Les dates des fondations nous rappellent qu’il y a en effet plusieurs périodes d’effervescence pour les bibliothèques populaires. La première, sous le Second Empire, correspond surtout à des initiatives privées. Sous la IIIe République, la création de bibliothèques populaires est encouragée par certains préfets et/ou députés. On note donc, selon les départements, une accélération des créations selon la personnalité et les engagements des hommes politiques et des fonctionnaires.

La Drôme est célèbre pour la bibliothèque protestante  de Dieulefit, exemple de Société de propagande  ayant pratiqué le prêt avant même la loi autorisant les bibliothèques populaires. On voit que dans un deuxième temps, des bibliothèques se sont créées dans les années 1880 pour fournir des lectures aux ouvriers (Nyons, Valence). Enfin, une troisième période est propice dans les années 1900, associée à un nouvel élan républicain dans un contexte anticlérical.

Dans « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Mariangela Roselli a montré avec brio combien les bibliothèques populaires drômoises avaient joué un rôle essentiel dans la décennie 1873-1885, s’engageant pour l’instruction du peuple en relation étroite avec l’ordre social et politique1. Elle s’appuyait pour ce faire sur les réponses à l’enquête de 1873 lancée par Jules Simon sur les bibliothèques populaires conservées par les archives départementales de la Drôme.

La vitalité observée par Mariangela Roselli pour la décennie 1880 ne se dément pas vingt ans plus tard. Les quelques exemples de la fin de l’alphabet (communes entre les lettes P et V) conservés par les Archives nationales permettent de dessiner un espace de la lecture très convoité par les cléricaux comme les anticléricaux. Le maillage en paraît désormais assez serré. A Rioms, selon l’enquête remplie en 1914, une bibliothèque vient d’être ouverte l’année précédente dans un village de 51 habitants. Elle est située dans l’école, et gérée par institutrice aux heures de récréation, mais il ne s’agit pas d’une « scolaire ». Demandant des concessions d’ouvrages, le maire indique:

Grâce au dévouement de notre institutrice communale Melle Bonfils, les élèves qui ont dépassé l’âge scolaire ont conservé le goût de la lecture. Le conseil municipal, secondant leurs bonnes intentions a voté sur le budget communal une somme de 25 francs pour fonder une bibliothèque communale, mais notre commune est si petite et si pauvre qu’elle ne peut supporter de lourds sacrifices.

Dans les plus grandes villes, des créations nouvelles, conduisent même à la coexistence de plusieurs bibliothèques. A Romans, trois fonctionnent simultanément, et à Valence, on monte jusqu’à  52 ! Cette inflation explique sans doute en partie le délitement des associations après la Première Guerre mondiale car le ministère répartissait les concessions de livres pour une même ville. Leur concurrence se retournait donc contre elles.

Les nouvelles fondations, après 1890, se réclament pour la plupart de valeurs républicaines et anticléricales qui font hésiter à la fois les inspecteurs des bibliothèques et le gouvernement. Ainsi, à Saint-Uze, en 1903, le président du « Cercle de la jeunesse républicaine » s’indigne auprès du député:

Le gouvernement a tort de nous refuser ce que nous lui demandons car il est avéré que notre société doit exister, et ce n’est pas pour les simples raisons  que l’on nous donne qu’il faut que l’œuvre que nous avons entreprise reste lettre morte.

Vous avez sans nul doute appris que la Société Jeunesse républicaine avait été créée à seule fin de faire la contrepartie au cercle catholique installé et dirigé depuis trois ans par le curé Gauthier. Cet individu aidé par la bourgeoisie qui ne lui ménage pas ses bonnes grâces et son argent cherche depuis à diviser le pays.

N’ayant rien pu obtenir des citoyens de ceux qui ont droit au bulletin de vote, il s’est rabattu sur les  jeunes, pensant à juste raison qu’une pression de plusieurs années, qu’un abrutissement continu du cerveau, lui procurerait plus tard une phalange d’électeurs qui marcheraient selon sa volonté et principalement contre tous les principes de la Révolution.

Comprenant ce danger, nous avons voulu l’éviter.

Le président de « L’abeille vinsobraise » tient sensiblement le même discours au ministre de l’Instruction publique en 1909. La petite bibliothèque ouvre tout l’hiver pour ses 80 lecteurs:

Cette jeune association est très populaire dans la commune car en dehors du côté éducatif, elle est destinée à faire échec au patronage clérical existant ici mais presque à l’état d’embryon , grâce à l’importance de notre groupement.

Le maire de Vinsobres souligne de son côté que l’association « animée de l’esprit laïque et républicaine, travaille pour conserver à notre modeste village son antique renom républicain dont nous sommes fiers ».

Le militantisme évident de ces associations dérange parfois. Ainsi, Ulysse Robert, à qui l’on a confié une mission dans la Drôme au cours de laquelle il doit visiter les « publiques » et les « populaires », se sentant mal reçu en 1902 à la Bibliothèque populaire du Cercle démocratique de Romans, élargit-il ses critiques aux bibliothèques populaires de ce style. Les passages soulignés l’ont été par l’administration…

Fondée à la fin de l’année 1901, elle se compose d’environ 200 volumes provenant de l’importante concession faite par le 24 novembre et le reste de dons faits par les membres du cercle. Elle est installée dans une salle du café où le cercle tient ses réunions. Les volumes sont estampillés , mais non catalogués. Il en est sorti cinquante cinq, ce qui est peu pour une association de 350 membres. Le bibliothécaire, jeune homme « au chapeau vissé », mais poli d’ailleurs, ne m’a pas paru apprécier comme elle le mérite la libéralité du Ministère; elle ne répond pas suffisamment aux « tendances » du Cercle ; les ouvrages relatifs à la révolution et à la République de 1848 y seraient plus consultés.

Que j’en ai vu de ces cercles, à Bourges, à Châlons-sur-Marne, à Limoges, à Perpignan et ailleurs, où l’on a demandé au Ministère des livres que l‘on a laissé pourrir, ou que l’on n’a même pas feuilletés ou encore que le tenancier du cercle a gardés pour se couvrir des frais de loyer, de gaz ou de consommations non payés. Voir le dossier du Cercle des employés des Ponts et chaussées de Perpignan. Le Ministère sera, paraît-il, prochainement saisi d’une nouvelle demande de concession d’ouvrages répondant mieux aux « tendances » des membres du cercle. Je laisse à l’administration le soin de décider s’il y a lieu d’y donner suite.

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?," in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, http://bai.hypotheses.org/747.

  1. Mariangella Roselli, . « L’organisation d’un espace public de la lecture autour de 1880: Les bibliothèques populaires dans la Drôme et en Ardèche », Politiques locales enjeux culturelles, les clochers d’une querelle, XIXe-XXe siècles sous la direction de Vincent Dubois avec la collaboration de Philippe Poirrier, Comité d’histoire, La Documentation française, 1998 []
  2. voir tableau ci-dessus []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, http://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)

J’annonçais dans un précédent billet un insoutenable suspense. Quelles bibliothèques populaires allaient donc être récompensées à l’Exposition universelle de 1867 ? Les consignes données par le comité de la classe 90 du groupe X, la composition même du jury, ne laissaient-elles pas augurer de médailles pour des bibliothèques très proches du Jury ? Nous avions laissé le Comité  alors qu’il exposait en 1865 les modalités de candidature dans Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867. Un exemple de bulletin de demande d’admission était joint à cette publication. Ce bulletin que l’on pouvait retirer à divers endroits officiels sur tout le territoire français devait être envoyé au Comité avant le 31 octobre 1865. L’éventuelle admission serait quant à elle annoncée avant le 31 décembre aux futurs exposants.
Ce sont ces formulaires que l’on retrouve dans les archives de l’Exposition universelle. Parmi les admis de la classe 90, différents acteurs des bibliothèques populaires sont représentés :
– les auteurs d’ouvrages pour l’instruction des adultes comme Louis Harant, professeur à l’Association polytechnique, pour sa Géométrie appliquée aux arts et métiers
– les éditeurs comme Louis Hachette, Edme Roret, Joseph Eugène Lacroix…
– les associations ayant fondé des bibliothèques
– les corps de métier proposant des améliorations matérielles comme Jean Engel, fabricant de reliures solides pour les bibliothèques scolaires et populaires
On remarquera aussi que la chemise des refusés de la classe 90 ne contient aucune demande de bibliothèque populaire. Ce qui ne signifie pas pour autant que les refus ont tous été archivés…
Les bulletins de demandes d’admission subsistants sont précieux pour mieux cerner la façon dont les candidatures se sont déroulées. Ils prévoient en effet :
– nom, prénom ou raison sociale et profession du demandeur et signature
– domicile du demandeur et siège de son établissement
– désignation des médailles obtenues aux Expositions universelles de 1851, 1855 et 1862
– désignation détaillée des produits que le demandeur désire exposer
– espaces demandés à l’Exposition universelle de 1867
On trouvera dans le tableau ci-dessous un résumé des demandes que j’ai pu repérer dans les archives de l’Exposition universelle de 18671.
Nom Signature Adresse Objets à exposer Espaces demandés
Société des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement.
M. Perdonnet président. Bibliothèque populaire avec prêt des livres à domicile.
Pour le Président, M. Harant, secrétaire général. Ecole centrale des Arts et Manufactures, rue de Thorigny Documents relatifs à l’organisation, compte-rendus, catalogues
Société des Bibliothèques communales de l’Aisne Pour la société, le Président, Hébert, questeur au corps législatif à Laon (Aisne) Statuts, règlements, circulaires, bulletins mensuels, rapports
Société de la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 5e arrondissement de Paris  Rue Blainville 9, ancienne rue Contrescarpe St Marcel 29  Mode d’organisation de la Bibliothèque. modèles de registres, catalogues et enfin tous les documents relatifs à l’organisation et à l’administration d’une bibliothèque populaire  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 0,80, hauteur 0,80
 Société Franklin, pour la propagation des Bibliothèques populaires  E. Lévy, secrétaire 6, rue de Savoie  Catalogue d’instructions. Comptes rendus de ses deux séances publiques annuelles de l’année 1865 et de l’année 1866
 Société des Livres religieux de Toulouse  Le secrétaire, M. Lafargue. Le Président, F. Courtois  Chez M. Franck Courtois. Banquier à Toulouse  La société désire prendre part à l’Installation collective des publications religieuses protestantes organisée par la Société des Traités de Paris.Elle désire d’autre part exposer sa collection de livres formant bibliothèque avec les Bibliothèques populaires.
Pasquet Pierre Pasteur P.Pasquet Ferney (Ain) Catalogues et autres pièces, statistiques, relatifs à la bibliothèque populaire et aux cours d’adultes créés à Ferney   Exposition dans le Palais sur muraille 0m 40 carrés
 Sérurier Vicomte Charles Rue d’Argenson, n° 1  Statuts et règlements de l’Association fondée à Paris pour organiser dans le 8e arrondissement une Bibliothèque populaire, des lectures gratuites, des cours d’adultes et des entretiens
 Société des Bibliothèques communales du Haut Rhin Chez M. Dolfus à Mulhouse  Statuts, catalogues, documents divers relatifs aux bibliothèques communales
Société des livres utiles Le secrétaire général, de l’Etang Rue Joubert, 30  Statuts, catalogues, rapports et publications de la société
 Bibliothèques et Cours populaires de Guebwiller  J.J. Bourcart  Guebwiller, Haut-Rhin  Tableau explicatif pour cours de mécanique, un volume contenant les statuts et différents pièces ou exposés relatifs à l’oeuvre  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 1 hauteur 1.50
 Bibliothèque populaire de Taverny (Seine-et-Oise).
M. Robinet, président du conseil d’administration de la bibliothèque populaire de Taverny
 Robinet  Taverny (par Saint-Leu), Seine-et-Oise  Catalogue de la bibliothèque et son règlement. Notice sur le nombre des souscripteurs, le nombre des lecteurs, les livres demandés, etc.  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 30 hauteur 25 c
Une fois les candidatures enregistrées comme il se doit, des rapports sont établis par les présidents des divers comités. Pour la classe 90, M. Ph.Pompée, le vice -président, se trouve confronté à toutes sortes d’obstacles qu’il tente tant bien que mal de lever. Il annonce dans une proposition au jury de la classe 90, communiquée à la classe 89 (laquelle s’occupe des écoles), que peu de candidats se sont manifestés et qu’il faut combler les lacunes. Cela lui permet de justifier une exposition préparatoire à laquelle le public n’est pas convié, dûment prévue par l’empereur afin – officiellement !- de pallier tous les soucis prévisibles pour une classe jusque là quasi inconnue des Expositions… M. Pompée se lance ensuite dans un argumentaire laborieux afin d’expliquer qu’une juxtaposition d’objets en fonction de leur provenance déconcerterait les visiteurs et qu’il préconise donc un classement par objets similaires permettant d’embrasser l’effort de la France en matière d’instruction. On lit  parfaitement entre les lignes de cette proposition combien il en a coûté à son auteur de justifier une censure préalable et l’effacement des efforts des associations au profit du pouvoir impérial.
La configuration définitive des Classes 89 et 90, en 1867, sera donc calquée sur ce classement des objets par centres d’intérêt, avec la thématique commune « Matériel et méthodes de l’enseignement des enfants. Bibliothèques et matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la commune ou la corporation ».  Le catalogue de l’Exposition explicite tous les choix de documents et présente ainsi celui opéré pour les bibliothèques populaires :
La diffusion de l’enseignement ne peut se faire sans la diffusion des livres ; ils sont les auxiliaires de l’enseignement, et ils enseignent encore plus par eux-mêmes. Le colportage, qui vend les livre, ne pouvait les répandre en assez grand nombre, ni les faire pénétrer assez avant, ni les mettre partout dans toutes les mains ; faisant œuvre de commerce, non d’éducation, tout réglé qu’il soit, il ne pouvait donner assez de garanties.
L’institution de bibliothèques dans toutes les communes de France, louant ou prêtant les livres, les mettant à la portée de tous, les faisant circuler de famille en famille, était le complément indispensable de la propagation de l’enseignement. Décidées par le ministère de l’instruction publique, établies dans les écoles communales, desservies par l’instituteur, les bibliothèques scolaires ont été les premiers fondements de l’institution. Il y en a aujourd’hui 8,000 qui prêtent 500,000 volumes par an. Mais pour doter près de 40,000 communes de bibliothèques, l’action ministérielle ne suffisait pas. L’esprit public lui est venu en aide avec un élan remarquable. Un grand nombre de sociétés libres se sont formées pour cet objet spécial. Les unes embrassent une ancienne province, comme en Alsace ; les autres, un département ; d’autres sont seulement locales ; plusieurs, qui ont Paris pour siège, s’efforcent d’exercer du centre une influence qui s’étende sur tout le pays, soit en prêtant leur assistance à toute tentative de fondation de bibliothèques, soit en encourageant les bons livres et en les signalant, soit en agissant sur le colportage ; quelle que soit la mesure de leur action, quel qu’en soit le mode, toutes concourent à produire une agitation féconde, et qui  a déjà eu d’utiles effets. Non-seulement des milliers de gens qui n’ouvraient un livre que par accident ont été gagnés à la lecture, en ont pris le goût et l’habitude, mais les éditeurs, en présence de ce vaste marché qui s’ouvrait à eux, les auteurs en face d’un public se renouvelant sans cesse, ont commencé à marcher dans des voies nouvelles : les premiers, par les combinaisons les plus économiques, cherchent à atteindre l’extrême limite du bon marché ; les seconds comprennent que pour aller à l’âme de tout un peuple, la littérature doit rompre avec le raffinement des idées et le bel esprit du style, et qu’elle ne peut être trop pure ni dans le fond ni dans la forme2.
Le visiteur de la classe 90 qui suit le parcours prévu par les organisateurs voit successivement les documents concernant l’instruction religieuse (1 à 38), les bibliothèques populaires (39 à 95), l’art de l’enseignement (96 à 111), la bibliothèque classique d’enseignement secondaire (112 à 141), la bibliothèque spéciale agricole, etc.
Les documents concernant les bibliothèques populaires sont subdivisés de la manière suivante :
– sociétés (39 à 59) que l’on trouvera ci-dessous telles que le catalogue les présente3.
– matériel pour bibliothèques populaires (60 à 63)
– livres et publications périodiques (64 à 95)
Nom de la société Nom de la personne associée Adresse  Objets exposés N° d’ordre dans la classe 90
Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires M. le marquis de Chasseloup-Laubat, sénateur, président Paris, rue de Savoie, 6 Statuts, catalogue, comptes-rendus des séances publiques annuelles 39
Société des livres utiles M. le marquis d’Audiffret, sénateur, président Paris, rue Joubert, 30 Statuts, catalogue, rapports et publications 40
Société pour l’encouragement des publications populaires M. Le vicomte de Melun, président Paris, rue de Grenelle- Saint-Germain, 82 Statuts, catalogue, comptes-rendus, bulletins mensuels 41
Société des bibliothèques communales de l’Aisne M. Hébert, questeur du Corps législatif, président Laon (Aisne) Statuts, catalogue, instructions, bulletins mensuels 42
Société des bibliothèques aveyronnaises M. Mouton, procureur impérial, président Rodez (Aveyron) Statuts, règlements, système de bibliothèques circulantes 43
Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin M. Jean Dolfus, président Mulhouse (Haut-Rhin) Statuts, catalogue, comptes-rendus 44
Haelling (Ch.) Mulhouse (Haut-Rhin) Méthode d’inscription de lectures et de livres 45
Société alsacienne pour les bibliothèques populaires à Colmar M. Peyerimholf, maire de Colmar, président Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements, comptes-rendus 46
Bibliothèque des amis de l’Instruction M. Perdonnet, président de l’association polytechnique, président Paris, école centrale des arts et manufactures Statuts, catalogue, comptes-rendus 47
Bibliothèque populaire du Ve arrondissement M. Laboulaye, membre de l’institut, président Paris, rue de Blainville, 9 Statuts, catalogue,règlements 48
Bibliothèque populaire du VIIIe arrondissement
M. le comte Sérurier, ancien préfet, président, fondateur Paris, rue Roquépine, 18 Statuts, catalogue, circulaires, règlements, lectures gratuites, conférences et cours d’adultes 49
Bibliothèque populaire municipale du XIe arrondissement M. Lévy (Frédéric), maire, président Paris, place du Prince Eugène Statuts, catalogue,règlements 50
Bibliothèque de l’oeuvre de la visite des malades dans les hôpitaux Mme la comtesse Marguerite de la Tour-Maubourg, présidente Paris, rue de la Pépinière, 118 Statuts, catalogue, etc. 51
Société des bibliothèques communales de Montbéliard (Doubs) Statuts, catalogue, statistique 52
Bibliothèque populaire de Taverny M. Robinet, président Seine-et-Oise Catalogue, statistique 53
Bibliothèque et cours populaires de Guebwiller M. Bourcart, président-fondateur Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements 54
Bibliothèque populaire de Dieulefit M. Coueslant, président Drôme Imprimés relatifs aux bibliothèques populaires et aux écoles primaires 55
Bretégnier (le pasteur) Beutat (Doubs) L’organe des bibliothèques populaires, modèles de registres pour la tenue des bibliothèques populaires rurales, publications 56
Leclaire maire et président de la bibliothèque populaire Herblay (Seine-et-Oise) Statuts, catalogue,règlements 57
Bibliothèque populaire de Ferney (Ain) M. Pasquet (pasteur), président Statuts, catalogue, cours d’adultes 58
Bibliothèque communale d’Hortes (Haute-Marne) le maire, président Système d’organisation reposant sur l’association et la cotisation 59

 

Combien de visiteurs se sont véritablement penchés sur les vitrines contenant ces documents alors que l’Exposition universelle recelait tant de nouveautés spectaculaires ? Peu nombreux sont les guides de l’Exposition ou les articles consacrant plus d’une page aux classes 89 et 90. Et quand ils le font, il est encore plus rare qu’ils mentionnent les bibliothèques populaires. Voici ce que raconte L’exposition universelle de 1867 illustrée, dont le témoignage critique est particulièrement révélateur :

Instruction publique en France

Les classes 89 et 90.

Au bout de la galerie transversale où sont disposés d’une façon si pittoresque les produits de l’Algérie et de nos colonies, le visiteur s’arrête devant un portique de belle ordonnance, celui que reproduit notre gravure [voir ci-dessous]. Deux groupes en ornent les côtés, dont l’un représente l’éducation de l’enfance, l’autre l’instruction des adultes ; et au-dessous du fronton se lit cette parole de l’Empereur qui est restée à l’état de programme non réalisé :

« Dans le pays du suffrage universel tout citoyen doit savoir lire et écrire. »

[…]

ce portique marque l’entrée des classes 89 et 90, qui comprend quatre salles, prises des deux côtés de la galerie circulaire n° 2. Là se trouve représentée toute l’éducation populaire, depuis la salle d’asile jusqu’à l’enseignement professionnel, et aux cours pour les adultes.

Le rédacteur décrit alors quelques objets comme ceux du pensionnat professionnel d’Ivry-sur-Seine dont il précise qu’il a « obtenu de nombreuses récompenses et donc le directeur, M. Pompée, vient d’être fait officier de la Légion d’honneur ». » Il s’agit bien du vice-président de la classe 90, nous y reviendrons ! Enfin, l’article termine de cette façon :

Ne quittons pas la classe 90 sans dire un mot du meuble monumental, et d’aspect presque funèbre, qui s’élève au milieu de la seconde salle et l’emplit presque à peu près. La statue dorée qui le surmonte représente la France. Trois de ses faces sont garnies de vitrines où sont rangés des volumes de documents, précieux peut-être, mais dont le public ne peut voir les titres. »4

expo 1867 classes 89 et 90

Même son de cloche dans un article tout aussi ironique publié par Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes :

Entrons. La classe 90 nous offre deux salles ou compartiments en enfilade.
Un sarcophage en ébène, à quatre faces, avec inscriptions commémoratives, occupe tout le centre du premier compartiment. A travers les glaces de ses vitrines, il laisse voir des registres bien reliés et non moins bien enfermés ; à l’un des angles, une ficelle tient en suspens, à la disposition du public, L’Enquête du dixième groupe, glorification de la Commission par elle-même. En haut du sarcophage on lit Ministère de l’instruction publique. Ce n’est pas un meuble des pompes funèbres qu’il fallait en cet endroit, il fallait la vie, et non point la mort, des vitrines ouvertes, et non point verrouillées, des joies et de la lumière, et non point les tristesses d’une couleur sombre. Effet d’or et d’encre noire, effet manqué. J’aime mieux les vitrines du compartiment de gauche les premières surtout, avec leur étiquette fatidique : Enseignement des femmes. J’aime ce ministère de l’instruction nationale. Mais qu’est-ce à dire ? On apprend donc quelque chose aux femmes, dans notre belle France ? Voyons ce qu’on enseigne à nos filles, à nos sœurs, à nos mères5.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)," in Bibliothèques populaires, 20/07/2013, http://bai.hypotheses.org/601.

  1. conservées aux Archives nationales []
  2. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  3. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  4. Ch Sauvestre, « l’Instruction publique en France » in L’Exposition universelle de 1867 illustrée. Publication internationale autorisée par la Commission impériale. 12 septembre 1867 []
  5. Edmond Douay, « Groupe X, classe 90 » in Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes… du 29 déc. 1867 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, http://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Les noms instructifs des bibliothèques populaires

On demande souvent aux bénévoles de la « bibliothèque des Amis de l’Instruction » d’où vient ce nom qui « fleure bon sa Troisième République ». Hélas! la petite bibliothèque a en réalité été fondée en 1861, et il n’ y a pas d’archives donnant les raisons exactes du choix de son nom. Rappelons seulement qu’elle est née de l’initiative d’artisans et ouvriers lecteurs de Proudhon et de Louis Blanc et que ses statuts stipulent  que « cette association a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction ou à leur délassement »…

La presse s’est fait l’écho de cette fondation dès 1861. La « bibliothèque des Amis de l’Instruction » reçoit une médaille à l’Exposition universelle de 1867 (ce sera l’objet d’un prochain billet). Elle est citée par les bulletins de la Société Franklin, société destinée à encourager par des conseils pratiques la fondation de bibliothèques populaires. On ne s’étonnera donc pas que sous la Troisième République (nous y voilà!), elle soit source d’inspiration au moins pour son nom qui fait vibrer tous les tenants d’une instruction à la portée de tous, d’une lecture ferment de progrès. Les bibliothèques populaires éclosent les unes après les autres, mettant fièrement en avant leur côté « populaire », leur œuvre « instructive ».

À la demande du Ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, le jeune inspecteur des bibliothèques Camille Bloch1 remet en 1904 un rapport sur les bibliothèques populaires. Ce texte, largement élogieux, s’appuie sur la visite méthodique de plusieurs départements. Voici donc, grâce à ce rapport, selon la chronologie des déplacements de Camille Bloch, les beaux noms des bibliothèques populaires de Gironde et d’Indre-et-Loire en 1904…

GIRONDE:

– Bordeaux: bibliothèque du cercle girondin de la Ligue de l’Enseignement

– Bordeaux: bibliothèque de la Société des Amis de l’Instruction

– Bordeaux: bibliothèque de la Chambre syndicale des Employés de Commerce

– Bordeaux: bibliothèque de l’Association amicale des anciens élèves des Chartrons

– Bordeaux: bibliothèque populaire de Bordeaux, rue Sainte Eugénie

– Le Bouscat: bibliothèque populaire municipale

– Talence: bibliothèque populaire municipale

– Arès: société de la Bibliothèque populaire

– Eysines : bibliothèque du Cercle des Amis du Progrès

– Saint-Médard en Jalles: société de la Bibliothèque populaire

– Blésignac: bibliothèque républicaine d’instruction

– Cénac: bibliothèque populaire communale

– Gujan-Mestras: bibliothèque populaire communale

– Le Teich: bibliothèque populaire communale

– Cérons: bibliothèque populaire communale

– Preignac: bibliothèque populaire communale

– Bazas: bibliothèque populaire communale

– Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– Bourg sur Gironde: société de la Bibliothèque populaire

– Saint-Savin de Blaye: société de la Bibliothèque populaire

– La Réole: bibliothèque de la Société Réolaise de la Ligue de l’Enseignement

– Saint-Macaire: bibliothèque populaire du Canton

– Lesparre: bibliothèque populaire communale

– Libourne: bibliothèque de l’union de la Jeunesse laïque et démocratique

– Branne : bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Castillon: bibliothèque populaire de la Ligue de l’Enseignement

– Coutras: bibliothèque populaire et scolaire

– Saint-Denis de Pile: bibliothèque populaire et scolaire

– Lussac: bibliothèque populaire de la Ligue d’Enseignement

– Sainte-Foy: bibliothèque populaire municipale

INDRE ET LOIRE

– Tours: bibliothèque du Cercle tourangeau de la Ligue de l’enseignement

– Tours: bibliothèque du Foyer du Soldat

– Tours: bibliothèque du patronage laïque (sic) de La Faye

– Saint-Symphorien: bibliothèque de la Société cantonale Populaire d’Instruction et d’Education, ou Bibliothèque populaire circulante du Canton

– Amboise: bibliothèque populaire municipale

-Azay- sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Bléré: bibliothèque de la société cantonale d’instruction et d’éducation

– Civray-sur-Cher: bibliothèque populaire municipale

– Luzillé: bibliothèque de la Société d’éducation populaire, « l ‘Éducation des adultes »

– Courcelles: bibliothèque de la Société d’Instruction, d’Education et de tempérance

– Sorigny: bibliothèque de l’association amicale des anciens élèves de l’école

– Chinon: bibliothèque de la Société d’Instruction de l’arrondissement

– Cinq-Mars-la Ville: bibliothèque populaire communale

– Sainte-Maure: bibliothèque populaire communale

– Le Grand Pressigny: bibliothèque populaire municipale

– Abilly: bibliothèque de l’association  des anciens élèves de l’école

– Chevigny: bibliothèque populaire communale

 

 

 

 

 

  1. sur l’inspection générale des bibliothèques et Camille Bloch, voir : Caillet, Maurice, « L’inspection générale des bibliothèques  », BBF, 1970, n° 12, p. 597-608
    [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 11 juillet 2013   []

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

À l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   À l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?," in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, http://bai.hypotheses.org/148.
  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []

L’exercice 1861 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction

Dans leurs travaux sur la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3earrondissement, Ian Frazer1 et Pascale Marie2 font référence à plusieurs rapports d’exercice, le plus ancien concernant l’exercice  1862.

Or, une recherche récente sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, nous a fait découvrir un texte qui complète cette série.

En 1862, le journal hebdomadaire « L’ami des sciences » publie dans son numéro 18 (4 mai), un texte intitulé « Rapport sur la situation de la Bibliothèque des Amis de l’instruction au 31 décembre 1861 ». Son auteur est Louis Grandeau, « professeur à l’Association philotechnique, administrateur trésorier de la Bibliothèque ».

On y trouve un historique de la fondation de la bibliothèque, une courte mais vivante description des premiers mois de son fonctionnement (les noms des sociétaires qui chaque soir, à leur tour, aident le bibliothécaire à inscrire les nouveaux lecteurs, à prêter les livres …, sont cités) et une présentation des comptes au 31 décembre 1861 qui fournit plusieurs éléments chiffrés.

Les cinq dates importantes retenues sont les suivantes :

– 17 mars : décision de s’associer
– 12 mai : constitution définitive de l’association
– 23 juin : assemblée générale et vote des statuts
– 7 août : autorisation ministérielle
– 1er octobre : ouverture de la bibliothèque dans un local de l’Ecole Turgot

Après quelques mois de fonctionnement, la bibliothèque compte 450 sociétaires qui ont à leur disposition environ « douze cents volumes » et qui en ont emprunté 504 au cours du mois de décembre 1861.

 

1 – FRAZER, Ian. Jean-Baptiste Girard (1821-1900) : fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction (1861). In : Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985. P. 53‑79.

2  – MARIE, Pascale. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983.

MARIE, Pascale. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement : un temple, quartier du Temple. In : Les lieux de mémoire, T. 1, La République. Paris : Gallimard, 1984. P. 323 à 351.

 

 

 

 

 

 

« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)

     Dans les années 1860, l’évidence est là : on n’empêchera pas le peuple de lire. Mais d’aucuns espèrent encore que les lectures populaires peuvent être canalisées, dirigées. Et que les bibliothèques populaires se mettront précisément au service des « bonnes lectures »… C’est sans compter l’entêtement dudit « peuple » qui compte accéder à tous les livres, aidé par des  esprits éclairés que les « mauvaises lectures » n’effraient pas.  Il faut se plonger dans le récit des polémiques autour des fonds des bibliothèques populaires pour réaliser combien l’emprunt d’un livre, geste banal aujourd’hui en France (une inscription sur une fiche il y a peu encore ; un « bip » de « douchette » aujourd’hui ; un « clic » pour une lecture en ligne…), pouvait être lourd de sens  au XIXe siècle. L’emprunt d’un roman de George Sand, d’un texte de Voltaire, n’était pas anodin. Les intentions prêtées aux auteurs étaient redoublées par le fait de lire chez soi, librement, à l’abri des regards et des conseils. En 1893, un certain « A.Z. » dénonce encore, en se retranchant derrière les propos de Léon Bigot dans Le Siècle, « des collections de mauvais livres » :

Il a trouvé entre les mains d’un gamin de quinze ans un volume des Confessions de Jean-Jacques Rousseau provenant d’une bibliothèque populaire. « J’affirme dit-il, que ce petit ouvrier, qui n’avait reçu qu’une instruction primaire fort ordinaire, ne pouvait retenir que le mauvais de l’ouvrage et qu’il était incapable d’en saisir l’esprit. » Au moins, on n’accusera pas M. Bigot d’être trop hardi dans ses affirmations. Car l’enfant aurait pu recevoir une instruction d’un degré supérieur; encore eût-il été fort empêché pour apercevoir le bon de l’ouvrage et pour y découvrir aucune partie édifiante et moralisatrice.

Autre exemple. Une fillette comptant, elle aussi, environ quinze printemps, vient demander des livres. On lui présente le catalogue. Elle choisit Madame Bovary et le Demi-Monde. Il faut avouer que ce fut jouer de malheur. Mais sans doute le titre de Madame Bovary la séduisit, et elle pensa que, pour une jeune fille, il n’est lecture plus utile ni d’ailleurs  plus convenable que celle d’un livre dont le principal personnage est une femme. Et, justement soucieuse de connaître le monde, elle crut qu’il y avait lieu de passer d’abord par le Demi-Monde pour une première étape et afin de s’initier progressivement. Ces deux volumes sous le bras, l’enfant s’en alla confiante. « Ce sont deux ouvrages très intéressants, » lui avait déclaré le bibliothécaire naïf ou facétieux1 .

La plus connue des polémiques concerne les bibliothèques populaires de Saint-Étienne. Il faut dire qu’elle a tous les ingrédients d’un bon feuilleton : pétition, articles dans les journaux, débat au Sénat, provocation en duel… Ici et là, d’autres disputes éclatent autour des fonds des bibliothèques populaires. Moins médiatisées, elles n’en sont pas moins intéressantes quant aux crispations autour des lectures du « peuple »…

Commençons donc par l’épopée de Saint-Étienne, bien connue grâce aux recherches menées par R. Bellet2 . En février 1867, une pétition est menée contre deux nouvelles bibliothèques. Journaux locaux (Le Mémorial, Le Progrès de Lyon), et nationaux (Le Siècle, L’Opinion nationale…) s’en mêlent tandis que les autorités doivent vérifier que les ouvrages incriminés ont bien été autorisés. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne ». Elle dénonce  « le péril » constitué par deux nouvelles bibliothèques dont les rayons sont :

remplis, en majeure partie, des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels.
Les quelques ouvrages excellents qu’elles renferment semblent égarés et fourvoyés en compagnie de Voltaire, Rousseau, Enfantin, Lamennais, Lanfrey, Larroque, Fourier, Considérant, Proudhon, Allan-Kardec, Taine, Pelletan, Georges Sand, Eugène Sue, Michelet, Renan, Pezzani, Gagneur, Reynaud, Boucher, abbé ***, Rabelais, Jenny d’Héricourt, Louis Blanc, Balzac, etc., etc.

Après avoir passé en revue les dangers des textes de Proudhon, Louis Blanc etc., la brochure s’attaque à un ennemi encore plus dangereux, le roman :

Le roman des Bibliothèques populaires de Saint-Étienne est philosophique ; il développe une thèse. Immoral, sceptique, sophistique, panthéiste, humanitaire, anti-religieux et anti-social, il semble n’avoir d’autre but que d’amener la confusion du bien et du mal. Il n’existe pas une manière plus commode de soumettre au public sa pensée, qu’en choisissant cette forme. Les gros livres et les traités spéciaux ennuient ; tout le monde lit le roman.

Rousseau et trois des plus dangereux romanciers de notre époque, Mme Georges Sand, Eugène Sue et Balzac, qui ont quelques-uns de leurs ouvrages dans les Bibliothèques populaires, justifient amplement mon assertion.

 L’affaire est portée devant le Sénat par le sénateur Victor Suin qui dépose la pétition « signée par les citoyens les plus recommandables de Saint-Étienne ». C’est alors qu’intervient Sainte-Beuve, lequel après avoir tourné en dérision les mises à l’index des pétitionnaires et leur avoir rappelé avec humour que l’empereur est par exemple ami de George Sand, les appelle à la raison :

 Encore un coup, messieurs, n’entrez point dans cette voie : ne sonnez point le tocsin pour si peu. On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et lu ne liras pas cela ? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Défenseurs de l’ordre social, laissez-moi, laissez quelqu’un qui a vécu longtemps en dehors de votre sphère vous le dire en toute franchise : c’est une étrange erreur, c’est une faute que de partager ainsi le monde politique ou littéraire en bons et en méchants, de ranger et d’aligner ainsi tous ses ennemis, ceux qu’on qualifie tels et qui souvent ne le sont pas ; qui réclament l’un une réforme, l’autre une autre ; qui n’attaquent pas tout indistinctement ; qui demandent souvent des choses justes au fond et légitimes, et qui seront admises dans un temps plus ou moins prochain. Prenez-y garde ! ces calomniés de la veille deviennent les honnêtes gens du lendemain et ceux que la société porte le plus haut et préconise. (Légers murmures.) Malheur alors à qui les a persécutés ou honnis ! Agir à leur égard de la sorte, les associer et les accoler à d’indignes voisins pour les confondre dans un même anathème, c’est se faire tort, c’est se préparer de grands mécomptes, et, si le mot était plus noble, je dirais, de grands pieds-de-nez dans l’avenir. (Oh ! oh ! – Chuchotements.) On fera un jour l’histoire de nos opinions, messieurs, et de tout ceci. Il ne faut pas plus d’une de ces grosses méprises pour rendre un nom, d’ailleurs honorable, ridicule à jamais devant toute une postérité.

À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
Source: gallica.bnf.fr

La défense de Sainte-Beuve est efficace puisque les deux bibliothèques peuvent conserver leurs fonds. En revanche, l’affaire passionne la presse encore quelques semaines car le sénateur Lacaze qui s’est senti attaqué personnellement demande à Sainte- Beuve une réparation en duel. Sainte-Beuve s’en tire par  une pirouette en proposant une solution « pacifique », une discussion devant le Sénat.

   Il est d’autres discordes quant aux bibliothèques populaires qui ont fait moins de bruit.  Notons tout d’abord une passe d’armes entre ministres à propos du futur catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay en juin 1866. Cette bibliothèque populaire libre relève du ministre de l’Intérieur qui, peu familier de  l’examen des catalogues, consulte son collègue de l’Instruction publique (habitué aux bibliothèques scolaires) sur  les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Ce dernier (Victor Duruy) s’exécute mais souligne via une délibération « que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique  d’intervenir  dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public ». Il préconise donc l’exclusion des livres qui n’auraient pas « obtenu l’estampille du colportage », mais de « tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis ans les bibliothèques scolaires », et de « faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux. » Enfin, le ministre rappelle que si la Commission permanente statue pour les ouvrages placés dans les bibliothèques scolaires, elle ne peut lire tous les ouvrages placés dans les bibliothèques populaires libres et que par conséquent  » elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen. » Sa conclusion est donc la suivante:

        Sur l’avis de la Commission émis d’après ces principes, je crois devoir proposer à votre Excellence :

1° de ne prononcer aucune exclusion, prenant acte de la réserve faite par les fondateurs, en ce qui touche le Voltaire complet donné par M. Perdonnet

2° De faire mette à part et réserver pour des lecteurs choisis :

Murger, Le pays latin ;

Maurice Sand, Callirhoé

Littré, Conservation, Révolution et positivisme

3° de noter comme inconnus sauf le cas où votre Excellence m’enverrait ces ouvrages avec demande spéciale d’examen :

Pelletan, Décadence de la monarchie française

Frémy, Comédie du Printemps

Ducasse, Quatorze de dames

Vacquerie, Jean Baudry – de la philosophie de la nature ou traité de la morale pour le genre humain

Laurent Pichat, L’art et les artistes en France

       4° de maintenir au catalogue les autres ouvrages indiqués3 .

Le ministre de l’Intérieur n’a pas insisté davantage. Quant à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, elle semble n’avoir guère fait de cas de ces précautions si ce n’est la promesse de ranger les ouvrages de Voltaire dans une armoire grillagée. Les ennuis surviennent lorsqu’une partie de la ville, comme à Saint-Étienne en 1867, pense que les livres proposés par une bibliothèque populaire sont potentiellement dangereux pour les esprits. C’est le cas à Oullins en 1868.  Ici encore une pétition circule et le Sénat s’empare de l’affaire. Les arguments ont été affûtés depuis l’affaire de Saint-Étienne pour justifier l’intervention du ministre de l’Intérieur:

M. Genteur. Je dis d’abord que les bibliothèques populaires, libres, non communales, ne ressortissent pas au ministère de l’instruction publique. L’ordonnance de 1839 ne les concerne nullement. Il est évident que les bibliothèques populaires fondées par des associations tombent sous le coup de l’article 291 du Code pénal. Voilà le point de droit constaté. Vous connaissez l’article 291 et les pouvoirs qu’il confère à son Excel. le ministre de l’intérieur.

Ces pouvoirs ont été confirmés et développés pour l’espèce qui nous occupe, par des circulaires publiées sous l’administration de M. le duc de Persigny et de M. Boudot, à propos de la Société de la bibliothèque Franklin dont l’influence s’étend sur toute la France, et à propos de la création d’autres bibliothèques encore.

On exclut des catalogues, qui doivent toujours être soumis à l’autorité, les romans, les livres de polémique religieuse, les livres d’économie politique où se trouvent développées des théories dangereuses4 .

Il s’ensuit alors une véritable mise à l’index de certains ouvrages dénoncés par la pétition qui fait sourire certains sénateurs et en irrite d’autres comme en rend compte l’article:

En vertu de cette règle, le ministre de l’intérieur a été saisi du catalogue de la bibliothèque d’Oullins. M. le ministre en a retranché le roman de la Quintinie.

Une voix. Très bien

M. Genteur. Spiridion, Indiana, Lélia. (Approbation). Il n’a pas retranché les Maîtres mosaïques, qui sont tout ce qu’il y a de plus calme au monde!

Une voix. Pas d’opposition.

M Genteur.– Quant à François le Champi et à la Mare au Diable, ce sont deux chefs-d’œuvre de poésie rurale. (Légère rumeur.) Pour ma part je trouve ces ouvrages aussi innocents que Paul et Virginie. Les trois romans d’Eugène Sue que je nommais tout à l’heure ont été aussi rayés du catalogue.

M. Ferdinand Barrot. -Cela les fera lire par toute la population d’Oullins.

M. Genteur. Tout au moins n’est-ce pas une raison pour renvoyer la pétition à M. le ministre de l’intérieur. Pour les Paysans, de Balzac, rien à dire. Les trois romans de Soulié dont j’ai aussi parlé, ne présentent rien de dangereux. C’est du Walter-Scott un peu plus chaud et traité à la manière française5.

De cette vision duelle des lectures, les bibliothèques populaires resteront marquées. Jusqu’au fantasme parfois.  Ainsi Le Temps révèle en 1875 qu’un don de livres fait par la comtesse de Gasparin a connu un sort étrange. Cette dame a en effet pour habitude d’envoyer  aux bibliothèques populaires les ouvrages sur le protestantisme de son défunt mari, Agénor de Gasparin:

Une personne qui s’intéresse à la propagande des excellents livres de M. le comte de Gasparin avait envoyé à la Bibliothèque populaire de Boussenois (Côte-d’Or) quatorze des volumes parus. Voici la réponse qu’elle a reçue du directeur de cette bibliothèque. C’est un précieux échantillon des aménités ultra-montaines.
« Boussenois, le 10 octobre 1875.
 Madame,  Nous ayons l’honneur de vous accuser réception du volume que vous nous avez envoyé dernièrement et qui a pour titre Les Ecoles du doute et les écoles de la foi. Nous ne saurions trop vous adresser de remerciements à cette occasion. Les livres de M. de Gasparin, et tous ceux de la Bibliothèque Franklin, nous sont des plus utiles. Ainsi, ce matin même, nous avons fait avec tous ces ouvrages, le plus beau feu qu’on ait jamais vu. Quel plaisir, maintenant que les matinées sont fraîches, quel plaisir de se chauffer les doigts avec les livres de M. de Gasparin. Ils brûlent à merveille. Encore une fois, merci, madame. Le papier de Genève, surtout celui de M. de Gasparin, nous a rendu un grand service6. « 

La lettre, signée du maire, déclenchera une enquête qui conclura à une supercherie …7

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)," in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, http://bai.hypotheses.org/189.

 

 

  1. A.Z., « Illusions perdues » in La Science sociale suivant la méthode de F. Le Play, 1893 ; le Demi-Monde (1855) est une pièce d’Alexandre Dumas fils mettant en scène le déclassement des femmes []
  2. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale » in Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1968 []
  3. Lettre du  Ministre de l’Instruction Publique au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives nationales []
  4. Le Temps, 17 juin 1868 []
  5. Ibidem []
  6. Le Temps, 8 décembre  1875 []
  7. Le Temps, 12 décembre 1875 []