Archives par mot-clé : associationnisme

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

À l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   À l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?," in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, http://bai.hypotheses.org/148.
  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []