Archives par mot-clé : catalogue

De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste

Le texte qui suit s’inscrit dans la série consacrée aux diverses influences qui ont fortement marqué les premières bibliothèques (populaires) des Amis de l’Instruction lorsqu’elles ont composé leurs fonds. En effet, les disciples de Comte ont participé activement à la fondation de ces bibliothèques à Paris comme à Épernay.

 

De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste

   L’idée d’établir une « Bibliothèque positiviste » s’inscrit dans la logique de l’œuvre d’Auguste Comte1. S’il s’agit pour cet auteur de proposer un système philosophique apte à soutenir une réorganisation sociale, il s’agit aussi de donner à tous les membres de la société une culture commune, sur laquelle et par laquelle la nouvelle politique se fonde, se construit, et pourra durer.
Au souci d’établir une doctrine, Comte ajoute vite celui de la diffuser2. Dès les textes de jeunesse, l’éducation est ainsi donnée comme une priorité du nouveau pouvoir spirituel nécessaire à l’instauration d’une société réorganisée3 : et il s’agit à la fois de réformer l’école, et d’assurer une formation continue des adultes. Dans le premier grand traité, le Cours de philosophie positive (1830-1842), la préoccupation éducative est souvent rappelée. Parallèlement à cette entreprise, Comte se consacre à un enseignement populaire4. Il porte d’ailleurs une attention grandissante à l’audience prolétarienne car il perd confiance dans le corporatisme étroit des « savants », jugés décidément mal formés et inaptes aux réformes nécessaires. En 1844, lorsqu’il écrit le Discours sur l’esprit positif comme « Discours préliminaire » du Traité philosophique d’astronomie populaire, qu’il publie d’abord à part comme « manifeste de la nouvelle école »5 et présente comme un condensé du Cours, Comte fait l’éloge du « bon sens », de la « sagesse vulgaire » de la « raison publique », qui va de pair avec le souci de la mieux informer6. En 1848, le Discours sur l’ensemble du positivisme7 insiste sur la formation idéologique, base de la société régénérée : Comte y développe une « théorie de l’opinion publique »8, et il précise ses conceptions éducatives tant pour une nouvelle école, avec cursus suivant la hiérarchie des sciences, que pour une formation continue assurée par une refonte du Calendrier, avec sélections des « grands hommes » à célébrer et listes de fêtes cultuelles destinées à commémorer et à affermir les liens sociaux9.
Parmi les instruments de la formation idéologique, Comte en vient bientôt à envisager une sélection d’ouvrages qui participent à la culture de tout positiviste. Il faut partager les savoirs et les savoirs de tous les types ; ce partage est celui d’une culture du passé, qui cimentant les liens du présent permet de mieux envisager le futur commun.
Mary Pickering a déjà présenté quelques analyses de la « Bibliothèque positiviste »10. Ici11, on reviendra plus précisément sur sa genèse et son développement au fur et à mesure des différentes versions proposées. Et on évoquera comment les disciples se sont efforcés de la concrétiser.

*

   Dès juillet 1848 Comte établit pour un disciple prolétaire soucieux de l’éducation de sa jeune sœur une première liste des lectures nécessaires à la culture positiviste minimale12. Il propose alors « deux sortes [de lectures], les unes, poétiques ou d’imagination, les autres historiques ou d’observation », et ajoute quelques « ouvrages de morale proprement dite ». Il évoque quelques « lectures scientifiques », en fait une seule – celle de la géométrie de Clairaut, et demande à Jacquemin de s’assurer que cela ne rende point la jeune fille « pédante ». Ceci étant le programme des lectures des premières catégories est déjà impressionnant, et ces premières sélections comtiennes sont significatives. Pour les œuvres « poétiques ou d’imagination », Homère avec l’Iliade et l’Odyssée, et les « trois grands poètes français : Pierre Corneille, « tout Molière » et les Fables de La Fontaine. Racine est réduit à Athalie. Voltaire avec réserves : à la rigueur Zaïre et Tancrède. Mais censure pour les Rousseau : ni Jean-Baptiste, ni Jean-Jacques. Sont aussi recommandés les grands tragiques grecs, Eschyle et Sophocle. Du côté des romans, La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette, le Gil Blas de Lesage, Tom Jones de Fielding, et les principaux romans de Walter Scott, neuf sont sélectionnés et la traduction précisée13. Pour les ouvrages historiques, Comte fait commencer par le Discours sur l’histoire universelle de Bossuet, auquel il joint l’Abrégé de l’histoire de France du même ; et les ordonne par époque. L’Antiquité est largement recommandée : Plutarque, pour ses Vies des grands hommes ; Tacite pour les Annales et les Histoires ; Suétone pour Les Vies des douze Césars. Un Manuel d’histoire ancienne de Heeren devant aider. Comte ajoute aussi Gibbon pour son Histoire de la décadence de l’Empire romain. Pour le Moyen Âge, aucun manuel ne trouve grâce aux yeux de Comte, sauf une Europe au moyen âge de Hallam, mais Bossuet devrait être suffisant. Ensuite surtout des Italiens : Le Tasse et Manzoni. Du Cervantès aussi Don Quichotte et les Nouvelles. Par ailleurs des ouvrages historiques, Les Révolutions d’Italie de Denina et Les Guerres civiles de France par Davila. Pour « l’histoire moderne », l’Histoire de Charles Quint de Robertson, l’Essai sur les mœurs et l’Esprit des nations de Voltaire, qualifié cependant de « superficiel » ; l’Histoire d’Angleterre de Hume. Et des Mémoires de Madame de Motteville et de Madame Roland. Pour l’histoire de la Révolution française « qu’elle se borne à Mignet ». Pour les « ouvrages de morale », les recommandations sont très sélectives : les Conseils d’une mère de Madame de Lambert ; les Pensées de Pascal ; et les Lettres sur les animaux de Georges Leroy ; et les interdits sont fermes : ni La Rochefoucauld, ni La Bruyère « ces lectures tendent à gâter le cœur et à fausser l’esprit » ; et surtout pas Les Provinciales de Pascal.
Dès cette première liste, s’affichent les exigences de Comte, et disons un dirigisme certain. D’une part, la liste est impressionnante. D’autre part, la place faite aux auteurs antiques est très importante, ainsi qu’aux grands classiques, alors qu’assez peu de « modernes » trouvent grâce aux yeux de Comte. On remarque aussi la part des ouvrages d’auteures, sans doute parce que ces recommandations sont faites pour une jeune femme. Enfin, pour les ouvrages étrangers, il prend soin de préciser les traductions. Et surtout il envisage la lecture comme moyen d’apprentissage autonome des langues étrangères : ainsi le dit-il ici tant pour l’italien, que pour l’espagnol et pour l’anglais : « le simple secours d’un petit dictionnaire et en lisant un ouvrage qui intéresse » sont suffisants. Il donne aussi un ordre précis des lectures : « il faut en tout cas commencer par les poètes » ; et pour les langues l’italien est d’abord à maîtriser puis l’espagnol et l’anglais.

   Puis, d’autres disciples demandent des conseils du même type, pour eux-mêmes ou pour ceux qu’ils veulent cultiver — ou/et convertir. La Correspondance en traite avec Célestin de Blignières, jeune capitaine en garnison dans le Nord, avec Georges Audiffrent, qui, à Marseille se destine à la médecine, avec Laurent, ouvrier-tisseur à Lyon, avec Benedetto Profumo, un Italien qui a passé la quarantaine14… Comte précise sa liste et la systématise. On retrouve les traits dominants des recommandations précédentes. Il ne s’agit plus seulement de conseiller une jeune prolétaire, mais les propos sont étonnamment concordants. Pour les uns et les autres, Comte élargit plus ou moins les lectures, accentue telle ou telle orientation, insiste plus sur les lectures scientifiques, en renvoyant au plan de l’éducation encyclopédique déjà publiés. Il insiste cependant pour tous sur les lectures poético-morales, données comme priorités :

Parmi les conseils communs aux deux cas (et cela arrive pour tous ceux qui sont très importants) je dois vous recommander les lectures esthétiques, dont je vous ai si souvent parlé dans nos libres causeries […]. Elles sont partout praticables 15.

Ce genre de lectures est absolument nécessaire, quelle que soit la carrière, théorique ou pratique, à laquelle on se destine.
Elles obéissent à une sélection rigoureuse : pas de temps à perdre en littérature secondaire, et en « médiocrités » :

Mais habituez-vous surtout à ne jamais lire que des chefs-d’œuvre, que vous rendrez familiers par un recours périodique » […]. « Mais il fait que vous concentriez vos lectures chez les grands poètes, sans jamais descendre aux médiocres […] chaque chef-d’œuvre poétique peut être relu presque sans limites, et n’est même appréciable complètement qu’après une lecture très réitérée, réduite en pratique quotidienne16.

Il faut également lire le plus possible dans le texte original : c’est ainsi qu’on fait l’apprentissage des langues17.
Enfin, ces lectures poétiques doivent être quotidiennes :

Un vrai positiviste ne devrait pas laisser passer une seule journée sans y consacrer au moins le temps qu’exige un chant de Dante18.

Pour la méditation réitérée, L’Imitation de Jésus-Christ de Thomas A’Kempis — dans l’original ou dans la traduction de Corneille19 — est particulièrement recommandé20, bien que ce texte ait des limites : il faut, précise Comte, remplacer Dieu par l’Humanité, et il faudrait même « le refaire mentalement d’après la nouvelle unité religieuse »21 :

Vous feriez bien de lire d’abord l’ensemble du poème, avant de revenir sur chaque livre. En effet, le principal défaut de cette admirable production consiste dans le défaut total de plan […]. Cela ne détruit nullement l’éminent mérite de cet incomparable poème sur la nature humaine […] jusqu’à ce qu’il surgisse une autre suite de chants propres à diriger l’intime culture du cœur, cet informe chef-d’œuvre conservera toujours un prix infini […]. Un célèbre empereur musulman en faisait sa lecture favorite. Encore plus dégagé des croyances qui l’inspirèrent, j’espère que tous les jeunes positivistes se le rendront bientôt familier, en pouvant de plus aspirer à le refaire mentalement d’après la nouvelle unité religieuse 22.

   Comte donne cette importance à de telles lectures esthétiques et morales, parce qu’elles doivent compenser les inconvénients de toutes les études plus spécialisées : effets desséchants des études proprement scientifiques qui empêchent trop souvent le développement d’une indispensable affectivité ; ou perversions philosophiques qui sont « excès d’érudition »23. Ces recommandations poético-morales n’ont donc rien à voir avec l’invitation à une culture de « lettrés », dont Comte dénonce au contraire, certains aspects terroristes. Mais il pense que la communion poétique est la véritable base d’une communion sociale formatrice d’une opinion publique harmonisée  :

Fuyez, autant que vous le pourrez, les lettrés : cherchez principalement la société intime des prolétaires et des femmes. Ne croyez pas que les riches constituent aujourd’hui la seule classe radicalement contraire à la grande régénération. Les divers lettrés lui sont, au fond, non moins hostiles et leur opposition est plus dangereuse. Il n’y a que troubles et mécomptes à attendre du commerce de ces prétendus penseurs, qui […] aspirent tous à la dictature universelle, sans qu’aucun consente seulement à être le second. C’est la fréquentation de cette race indisciplinable qui vous expose au scepticisme et au découragement […]. C’est d’en bas que doit procéder la rénovation moderne, encore plus qu’aux temps de saint Paul et de saint Augustin24.

Il ne s’agit point de complaisances douteuses à une culture élitiste, mais d’exigences de qualité pour une véritable culture populaire, où la formation spirituelle et morale importe autant et plus même que l’information intellectuelle.
Une telle « formation » de l’esprit peut seule rendre pleinement efficace l’instruction proprement dite dont Comte voudrait que chacun bénéficie : une culture scientifique encyclopédique, systématiquement suivie selon l’ordre progressif des sciences, des plus simples aux plus complexes, des plus générales aux plus particulières. Cette instruction minimale générale est elle-même nécessaire pour que tout positiviste, prolétaire ou savant, homme ou femme, puisse avoir quelque aptitude philosophique, comprendre son insertion dans son milieu naturel et humain, et le sens de la nouvelle religion de l’Humanité, comme relation et ralliement.

*

   Le résultat de ces réflexions est une « Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle », publiée le 8 octobre 1851, avec 150 volumes répartis sous quatre rubriques : Poésie (30 vol.), Science (30 vol.), Histoire (60 vol.), Philosophie, morale et religion (30 vol.) — le terme « Poésie » désigne des œuvres littéraires très variées : poèmes certes, mais aussi fables, contes, théâtre et romans. Une édition un peu différente est jointe à la Préface du Catéchisme positiviste.

Catéchisme positiviste: ou, Sommaire exposition de la religion universelle, en onze entretiens systématiques entre une femme et un Prêtre de l’humanité, 1852.

L’ordre du « catalogue » est aussi un ordre de progression. On retrouve sans surprise dans la catégorie « Science » l’ordonnance habituelle de la hiérarchie encyclopédique. Mais cette rubrique est la seconde après la « Poésie », ce qui reprend l’importance primordiale de ce type de lecture souvent soulignée. Comte souligne également dans l’ordonnance des références de chacune des sections, d’autres progressions, indexées à l’histoire :

Vous devez avoir noté que la section historique de ma Bibliothèque du prolétaire dispose les lectures en partant des temps les plus proches, afin de remonter graduellement vers les plus anciens […]. Les mêmes motifs pressaient aussi de faire acquérir la connaissance des histoires les plus partielles, en passant graduellement à des associations plus vastes. C’est, envers l’initiation intellectuelle, faire ce qui convient à l’initiation affective, qui développe le sentiment social en commençant par la Famille, pour passer ensuite à la Patrie, et s’élever enfin à l’Humanité 25.

Ordre et progrès, maîtres-mots du positivisme, commandent aussi à la Bibliothèque.
On est aussi frappé par l’ampleur de la culture que Comte entend donner au « prolétaire » contemporain. Bien que Comte parle d’un « court catalogue »26, le nombre de 150 volumes est déjà important, même si Comte précise d’emblée que « cette Bibliothèque sera réductible à cent volumes après la régénération de l’éducation occidentale »27.
L’importance majeure de l’« Histoire », est aussi à souligner puisque ses 60 volumes doublent les 30 volumes accordés aux autres domaines. De plus, de nombreux choix des autres sections se rapportent à l’histoire28. Ceci renforce la pédagogie « commémorative » illustrée par le Calendrier29.
Outre le nombre des volumes, il faut voir de quoi ils sont constitués : ils regroupent souvent plusieurs œuvres d’un même auteur et parfois des ouvrages d’auteurs différents. Voici quelques exemples de cette densité. En « Poésie », Ovide, Tibulle et Juvénal sont réunis en un même volume ; Dante, Arioste et Tasse également ; La Princesse de Clèves, Paul et Virginie, Le Dernier Abencerrage forment un seul volume romanesque ; le volume de Walter Scott comprend sept romans30 ; les Théâtres choisis et les Œuvres choisies comportent bien sûr plusieurs textes. En « Science », l’Arithmétique de Condorcet, l’Algèbre et la Géométrie de Clairaut, plus la Trigonométrie de Lacroix ou de Legendre sont réunis en un seul volume ; les cours de Navier sont regroupés avec des ouvrages de Carnot ; les Éloges des savants par Fontenelle et par Condorcet sont aussi tous regroupés. La section « Histoire », qui comprend aussi des ouvrages de géographie, essaie de couvrir tous les temps et tous les pays, fait aussi des regroupements : ainsi le Testament politique de Richelieu et la Vie de Cromwell forment un seul volume ; Thucydide et Hérodote aussi… En « Philosophie, Morale et Religion », Comte inscrit, entre autres, la Bible complète, le Coran complet ; il réunit au Catéchisme de Montpellier, des textes de Bossuet et de saint Augustin ; ou encore Le Discours sur la méthode de Descartes réuni au Novum Organum de Bacon ; ou les Pensées de Pascal suivies de celles de Vauvenargues et d’un texte de Mme de Lambert ; ou encore le Discours sur l’histoire universelle de Bossuet, lié à l’Esquisse historique de Condorcet.

Bibliothèque du prolétaire in Catéchisme positiviste: ou, Sommaire exposition de la religion universelle, en onze entretiens systématiques entre une femme et un Prêtre de l’humanité

Les textes étrangers occupent aussi une place remarquable. Il s’agit de préparer l’union européenne et occidentale, en attendant l’universalité positiviste : d’où les volumes de littérature et d’histoire italienne, espagnole, anglaise et allemande31, et l’orientalisme des Mille et une nuits et du Coran.
Outre l’ampleur du projet, il comporte des exigences qualitatives. Il n’y a que fort peu d’ouvrages de commentaires et moins encore des versions plus ou moins post-fabriquées ou prédigérées. Tout ceci renvoie aux méfiances de Comte envers les « publicistes »32 et les « lettrés ». Comte choisit plutôt les textes originaux et les grands textes classiques Pour les traductions de textes antiques ou étrangers, il précise toujours la traduction. Si en « Science » et en « Histoire », il admet quelques « manuels » et quelques « abrégés », ils sont plutôt rares. Pour la philosophie positive, il inscrit rien de moins que toute sa Philosophie positive (les six volumes du Cours), et sa Politique positive – dont les quatre volumes sont à l’époque encore à écrire ; et il ajoute un volume pour « les opuscules de Littré sur le positivisme » à réunir avec son propre Catéchisme positiviste, qui est aussi alors encore à écrire.

   Une telle « Bibliothèque » est donc fort révélatrice des complexités du positivisme comtien.
D’abord, il y a une certaine tension entre élitisme et souci du populaire : des chefs-d’œuvre pour les masses. De plus, Comte allie assez curieusement un dirigisme clairement affirmé — obligations et censures, ordre à suivre pas à pas et quotidiennement — et un certain libéralisme fondé sur une conception optimiste de la nature humaine et de ses possibilités — confrontations aux œuvres mêmes et méfiance des commentaires, confiance pour l’apprentissage des langues par imprégnation, confiance dans la volonté appliquée de tous… Ensuite, il y a chez Comte des intrications complexes entre ce qu’on appellera plus tard les « deux cultures » : à la réserve, voire même au mépris exprimé à l’encontre des « littéraires », il adjoint un respect profond pour la littérature érigée en passage obligé, destinée même à prévenir et à compenser les risques de la culture scientifique, historique et philosophique ; et la culture littéraire dont il fait choix est d’un remarquable œcuménisme — épopées, théâtres, fables et fabliaux, romans, poèmes, contes, tous genres et tous pays, où l’imaginaire et le rire ont largement leur part33. Enfin, ces choix montrent que le positivisme comtien ne saurait être assimilé comme on l’a fait parfois bien hâtivement à un pesant « scientisme » : la « Science » n’est qu’une section secondaire, dépassée pourrait-on dire par l’« Histoire » et la « Philosophie » qui couronnent la formation.
En tout cas, le sens général de ces choix est de combattre à la fois l’ignorance aliénante et les connaissances désordonnées tout aussi aliénantes selon Comte. L’important est, par un accès aux savoirs bien sélectionnés, de donner à tous les moyens de s’approprier le patrimoine de l’humanité afin d’établir ce « consensus social » sans lequel aucune société ne peut aller dans l’ordre et le progrès.

*

    Dans l’édition du Catéchisme positiviste, datée de septembre 1852, et présentée « afin de diriger les bons esprits populaires dans le choix de leurs livres habituels »34, Comte fait quelques ajouts et suppressions. Il insiste pour que les ouvrages de « Poésie » soient donnés « sans aucune note », et il en ajoute quelques-uns : Œdipe-Roi de Sophocle, Pétrarque choisi, Le Romencero espagnol, choisi aussi, Les Martyrs de Chateaubriand. En « Science » il répare quelques oublis et fait quelques substitutions : il joint la Géométrie de Descartes, ajoute les Réflexions sur le calcul infinitésimal de Carnot, et les Discours sur la Nature des animaux de Buffon ; il substitue la Physiologie de Richerand à celle de Charles Robin, celui-ci ayant suivi Littré et ceux que Comte juge des « disciples incomplets ». En « Histoire » il ajoute des œuvres d’histoire de l’art : Traité de la peinture de Léonard de Vinci, Cours de dessin de Etex, Mémoires sur la musique de Grétry. En « Philosophie », de Bossuet, déjà bien présent, est ajoutée son Histoire des variations protestantes ; Mme de Lambert a droit aux honneurs de cette bibliothèque pour ses Conseils d’une mère ; les textes de Littré, le disciple devenu hérétique sont exclus.

Lettres d’Auguste Comte à divers, publiées par ses exécuteurs testamentaires, 1850-1857. Tome I […] Gallica (BnF).

*

    En 1854, à la fin du Système de politique positive, une autre version est proposée. Elle prend le titre de « Bibliothèque positiviste »35, modification donnant une portée plus générale que l’intitulé précédent. Le dernier tome du Système est consacré à « L’avenir humain » : la disparition de la référence au « prolétaire du XIXe siècle » traduit l’ambition générale d’une Bibliothèque valable pour tous et sa visée de temps futurs au-delà du siècle contemporain. Elle est aussi à rapprocher du fait que Comte se tourne alors plutôt vers les « conservateurs »36.
La « Bibliothèque positiviste » apporte encore quelques modifications significatives.

Catéchisme positiviste, ou Sommaire Exposition de la religion universelle en treize entretiens systématiques entre une femme et un prêtre de l’humanité, par Auguste Comte. Édition apostolique (publiée par J. Lagarrigue, avec des notes de M. Lemos). 1891. Gallica (BnF)

Comte ne change plus rien à ses choix poétiques et romanesques, ni aux sélections historiques. La liste scientifique est complétée par deux textes de biologie : alors que La Physiologie de Claude Bernard disparaît, du disciple positiviste Segond, déjà inscrit pour son Essai systématique sur la biologie est ajouté le Traité d’anatomie générale ; est aussi ajouté de Barthez les Nouveaux éléments de la science de l’homme. Les changements les plus importants touchent la rubrique « Philosophie, Morale et religion », qui devient alors « Synthèse » et s’étoffe. Dans cette section Diderot fait une entrée en force et dispersée avec les Pensées sur l’interprétation de la nature, jointes à Descartes et Bacon ; les Lettres sur les sourds et les aveugles, sont jointes aux Essais philosophiques de Hume et suivis de l’Essai sur l’histoire de l’astronomie d’Adam Smith, qui sont aussi de nouvelles références ; l’Essai sur le beau de Diderot entre aussi avec la Théorie du beau de Barthez. Broussais est aussi indiqué pour le traité Sur l’irritation et la folie. Enfin Comte substitue à sa propre Philosophie positive le condensé par Miss Martineau. Le soin apporté aux développements de la « Synthèse », terme qui devient de plus en plus fréquent sous la plume de Comte, traduit la réorientation donnée à son système, dont il programme la nouvelle exposition de ce point de vue, sous le titre de Synthèse subjective37.
Comte envisage aussi la restriction aux 100 volumes annoncée dans les précédentes éditions :

Aux dix tomes qui traduisent toute la philosophie, on en joindra vingt de poésie, plus autant pour les notions concrètes, envers les données pratiques, la description des êtres, et la connaissance du passé. La seconde moitié du recueil positif sera consacrée aux monuments dignes, par leur valeur originale, de survivre à la destruction systématique des immenses amas qui maintenant compriment ou pervertissent la pensée 38.

Ces restrictions vont de pair avec des réserves énoncées sur « l’habitude de lire » qui peut « entrave(r) la méditation »39. Il reste que la poésie est toujours valorisée : « la méditation […] ne peut être vraiment aidée que par l’inépuisable étude des chefs-d’œuvre poétiques », et ses vingt volumes sont le double des dix condensant la philosophie. Comte déclare même « les lectures poétiques et morales seules susceptibles de devenir habituelles »40. La part de l’histoire reste majeure, puisque on la trouve comme « connaissance du passé » dans les autres vingt volumes de la première moitié et que la seconde moitié de la bibliothèque est en fait historique car consacrée aux « monuments » littéraires. Cette invasion de l’histoire et la place faite à l’histoire et aux chefs-d’œuvre du passé est aussi à rapprocher de l’inflexion conservatrice prise par Comte
En tout cas, il y a dans le Système une nette accentuation du dirigisme comtien et de ses attitudes sélectives. S’il maintient les liens de la « Bibliothèque » proposée et du « Calendrier », il met en garde contre « les lectures déplacées » autant que « des lacunes fâcheuses » ; « Il faut donc régler un penchant devenu non moins abusif qu’universel en complétant le tableau de l’ensemble des illustrations personnelles par celui des écrits dignes de survivre »41.
Enfin, arguant de son exemple personnel, Comte insiste sur l’encadrement moral des lectures et leur fonction dans la nouvelle religion :

Une expérience décisive me conduit à recommander surtout la lecture quotidienne de la sublime ébauche d’A Kempis et de l’incomparable épopée de Dante. Plus de sept ans se sont écoulés depuis que je lis chaque matin un chapitre de l’un, et chaque soir un chant de l’autre, sans que je cesse d’y trouver des charmes auparavant inaperçus et d’en retirer de nouveaux fruits intellectuels et moraux. Outre l’aptitude positive d’une telle coutume, qui rappelle toujours le principal objet de la méditation humaine, elle comporte une efficacité négative, en détournant des lectures inutiles ou vicieuses, dont elle fournit le meilleur correctif. Jusqu’à ce que le positivisme accomplisse, en invoquant l’Humanité, la synthèse morale et poétique ébauchée par le catholicisme au nom de Dieu, le mystique résumé du moyen-âge nous servira de guide journalier pour étudier et perfectionner notre nature 42.

   Ainsi l’évolution de la « Bibliothèque » selon comtienne retrace aussi l’évolution de sa philosophie. Dès les premières versions on voit comment il prend certaines distances avec la philosophie des sciences qui l’occupait principalement dans le Cours. On y voit aussi le souci des « prolétaires » inscrit dans le titre même des premiers « catalogues ». Puis avec les versions plus tardives et les explications du Système, on voit l’importance grandissante donnée à la « Synthèse », et l’encadrement religieux devenir primordial.

*

   Il reste à voir ce que les disciples ont fait de la « Bibliothèque » programmée par le Maître. Ils se sont appliqués à la construire concrètement, et elle existe comme telle dans les Archives de la Maison d’Auguste Comte.
Pierre Laffitte, le successeur de Comte à la direction du positivisme déclare s’en être préoccupé assez vite : dès 1862, il mentionne la publication par des positivistes de certains textes43, et il précise son souci d’une « bibliothèque positiviste publique » :

Nous avons déjà commencé à réunir Rue Monsieur-le Prince, 10, les éléments de cette bibliothèque qui sera constituée par des dons volontaires qui ont servi à fonder et qui serviront à compléter soit la bibliothèque parisienne, soit celle de M. Edger en Amérique. Les livres, bien entendu, doivent être ceux du catalogue dressé par Auguste Comte. Aucun autre n’est susceptible de faire partie de ces bibliothèques »44.

L’effort de publication devient plus systématique dès 1864 : « Je commencerai, dans le courant de cette année, la publication de la bibliothèque positiviste. J’instituerai cette grande fondation, qu’il faut considérer comme un complément de l’enseignement général »45, et il évoque l’aide apportée par Foucart à cette réalisation. Les Circulaires évoquent aussi à plusieurs reprises une « Bibliothèque positiviste » à Puteaux fondée par Fabien Magnin ; elles rappellent l’importance de telles institutions pour « la lecture des principaux chefs-d’œuvre », et affirment qu’« il y a dans ces bibliothèques populaires un heureux moyen de rapprochements fraternels dont il faut tenir un grand compte »46. Il est aussi question d’une « bibliothèque positiviste » fondée à Bordeaux, où le zèle des disciples et les dons « ont permis d’arriver à cet égard à une réalisation presque complète du catalogue formé par Auguste Comte »47, et d’une autre à Marseille. Dans les années 1870-1880 Laffitte développe toute une stratégie pour que les positivistes dispensent cours et conférences dans le réseau des bibliothèques populaires. En 1880, ils arrivent même à trouver un local au 58 de la rue Réaumur à Paris, pour y installer une « Bibliothèque positiviste populaire »48, où ils transportent le fonds, patiemment amassé rue Monsieur-le Prince ; cependant Laffitte signale que ce fonds représente « la plus grande partie des ouvrages composant le catalogue formé par Auguste Comte »49, ce qui signifie que la « Bibliothèque positiviste » n’est pas encore constituée en totalité. Le fonds s’enrichit d’autres dons, dont celui de la bibliothèque américaine réunie par Henry Edger. Bien que très active, la Bibliothèque de la rue de Réaumur, en proie aux difficultés financières, cesse ses activités en 1884.
Il n’est donc pas facile de savoir quand et par qui exactement a été constitué l’ensemble des volumes correspondant au catalogue comtien. Il semble bien que plusieurs y ont contribué, au fil des occasions et des initiatives. Ce que traduit aussi l’un des deux compléments apportés à ce que Laffitte présente comme 4e édition, où « Le Théâtre espagnol choisi » est précisé comme « recueil édité par José Segundo Florès »50.
Il reste encore beaucoup à faire pour préciser l’histoire de la Bibliothèque positiviste chez les disciples.

Annie Petit
Université de Montpellier

=> On peut aussi écouter ici sur le site de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction la conférence  « Les bibliothèques positivistes. Des projets d’Auguste Comte aux réalisations institutionnelles des disciples » donnée par Annie Petit en 2014

=> On trouvera les catalogues de la Bibliothèque du prolétaire et de la Bibliothèque positiviste en ligne : 

sur Google Books : ici, une édition de 1852 (Bibliothèque du prolétaire)
sur Gallica (BnF) : ici, une édition de 1891 (Bibliothèque positiviste)

Cite this article as: Annie PETIT, "De la Bibliothèque du prolétaire au XIXe siècle à la Bibliothèque positiviste," in Bibliothèques populaires, 01/02/2018, http://bai.hypotheses.org/1929.
  1. Les textes de Comte cités ici sont : C. = Cours de philosophie positive, (6 vol., 1830-1842) réédition Hermann, Paris, 1975, en 2 tomes ; présentation et notes par Michel Serres, François Dagognet, Allal Sinaceur, Jean-Paul EinthovenD.E.P. = Discours sur l’esprit positif (1844), réédition avec Introduction et notes par Annie Petit, Librairie philosophique Vrin, Paris, 1995 S. = Système de Politique Positive ou Traité de Sociologie instituant la religion de l’Humanité, (4 vol., 1851-1854), réimpression anastaltique Ed. Anthropos, 1969-1970 D.Ens.P. = Discours sur l’ensemble du positivisme ou Exposition sommaire de la doctrine philosophique et sociale propre à la grande république occidentale composée des cinq populations avancées, française, italienne, germanique, britannique, et espagnole, Paris, 1848, (édition reprise avec quelques modifications, comme « Discours préliminaire » de S., I, 1851) ; réédition avec Introduction et notes par Annie Petit, Paris, GF, 1998, conforme à l’édition de 1848. Cat. = Catéchisme positiviste ou Sommaire exposition de la religion universelle, en onze entretiens entre une femme et un prêtre de l’Humanité (1952), édition Garnier-Flammarion 1966, présentation et notes de Pierre Arnaud. S.S. = Synthèse subjective  ou Système universel des conceptions propres à l’état normal de l’humanité, vol. I, (1856), réédition Fayard, coll. Corpus, Paris, 2000Cor. = Correspondance générale et confessions, 8 vol., collection Archives Positivistes, Éditions Mouton, Paris-La Haye ; puis la Maison d’Auguste Comte, École des Hautes Études en Sciences Sociales et Vrin, Paris, 1973-1990.

    Pour les textes de Pierre Lafitte, les « Circulaires » – archives de la Maison d’Auguste Comte —  sont citées Circ. – La Revue occidentale (1872-1914) est citée R.O. []

  2. Voir Annie Petit, « La diffusion des savoirs comme devoir positiviste », Romantisme. Revue du XIXe siècle, n° 65, 1989, p. 6-25. []
  3. Voir « Considérations sur le pouvoir spirituel », 1826, texte repris par Comte en Appendice de S., IV, afin de montrer la continuité de ses préoccupations. []
  4. Comte donne un « Cours philosophique d’astronomie populaire », gratuit et non rémunéré, dans une salle de la Mairie du 3e arrondissement, pendant dix-sept années consécutives, de 1831 à 1848, et relayé de 1849 à 1851 par le « Cours philosophique sur l’histoire de l’Humanité ». []
  5. Voir Comte à Mill, 6 févr. 1844, Cor., II, p. 237 : « je me suis proposé de donner une idée sommaire de la nouvelle philosophie à ceux qui ne peuvent ou ne veulent affronter la lecture de six énormes volumes, dont toutes les principales conceptions y sont rapidement indiquées, avec un caractère convenable d’unité philosophique. C’est en un mot une sorte de manifeste systématique de la nouvelle école ». Le Discours sur l’esprit positif paraît en mars 1844 ; le Traité Philosophique d’Astronomie Populaire paraît en septembre. []
  6. Voir D.E.P., § 34 à 37. []
  7. Suite aux événements de février 1848, le texte est rédigé et publié dès juillet. Comte a fondé début mars la Société positiviste, car il est persuadé que les temps sont mûrs pour l’organisation d’une République positiviste d’abord en France puis en Europe et dans le monde. Le Discours de 1848 est ensuite repris en 1851 comme « Discours préliminaire » du second grand traité, le Système de politique positive. []
  8. En fait le souci de « l’opinion » se manifeste tôt chez Comte puisqu’il s’en préoccupe dès l’un de ses rares « opuscules primitifs » de 1819 dont il assume la paternité : « Séparation générale entre les opinions et les désirs » daté de juillet 1819, inédit publié dans l’Appendice de S., IV, p. 1-3. Le Discours de 48 affiche partout le souci de « conduire l’opinion publique à concevoir la nouvelle philosophie comme seule vraiment apte à systématiser le régime définitif », p. 110 ; voir aussi p. 121, p. 126-127, et surtout p. 174-184, expressément présentées comme développement de la « théorie de l’opinion publique. []
  9. L’idée est esquissée dès le Cours, voir C., 57e l., p. 666 ; elle se précise dans le Discours de 1848, voir D. Ens. P., p. 137 et sq. ; le « Calendrier positiviste » est d’avril 1849 : voir Cor., V, Annexes, p. 292-314 ; des éditions postérieures le remanient un peu et surtout le complètent : voir la version de 1854 : S., IV, chap. 2, p. 131-154, et tableau donné p. 159. []
  10. Mary Pickering Auguste Comte, An Intellectual Biography, 3 vol., Cambridge University Press, Vol. I, 1993, Vol. II et Vol. III, 2009 – ici Vol. II, p. 511-515. Son analyse replace aussi le projet comtien par rapport à des propositions contemporaines. []
  11. Voir aussi quelques analyses dans Annie Petit, Le Système d’Auguste Comte, Vrin, Paris, 2016, chap. 10, p. 295 -297. []
  12. Comte à Jacquemin, 2 juil. 1848, Cor., IV, p. 166-169. Mary Pickering Auguste Comte, An Intellectual Biography. []
  13. Les titres choisis alors sont Ivanhoe, La Jolie fille de Perth, L’Abbé, Le Château de Kenilworth, Les Puritains, Quentin Durward, L’Antiquaire, L’Officier de fortune, Waverley. []
  14. Voir surtout dans Cor., VI : – à Célestin de Blignières, 2 janv. 1851, p. 4-5, 11 mars 1851, p. 37-38 ; – à Audiffrent, 9 mars 1851, p. 30-32 ; – à Laurent, 2 sept. 1851, p. 153-154 ; 8 sept. 1851, p. 157 ; 6 nov. 1851, p. 186-187 ; – à Benedetto Profumo, 7 mars 1851, p. 29 ; 24 mars 1851, p. 42-44. []
  15. Comte à C. de Blignières, 2 janv. 1851, Cor., VI, p. 4-5. []
  16. Idem, p. 5 ; puis à Laurent, 2 sept. 1851, ibid., p. 153 []
  17. Comte à Audiffrent, 9 mars 1851, ibid., p. 32 ; voir aussi à Laurent, 2 sept. 1851, ibid., p. 154. Comte donne d’ailleurs volontiers son exemple : « lecture quotidienne d’un chant de Dante, où il trouve chaque jour de nouveaux charmes ». []
  18. Comte à C. de Blignières, 11 mars 1851, ibid., p. 37. []
  19. Comte la signalait déjà dans ses conseils à Jacquemin en recommandant tout Corneille. []
  20. « Voyez-y un admirable poème sur la nature humaine […]. Cela deviendra une source féconde de nobles jouissances et d’intimes améliorations », Comte à C. de Blignières, 2 janv. 1851, ibid., p. 5. []
  21. Idem et 12 mai 1851, ibid., p. 82. []
  22. Comte à C. de Blignières, 11 mars 1851, ibid., p. 37. Recommandations en termes identiques à B. Profumo, 24 mars 1851, p. 43-44, et à Laurent, 2 sept. 1851, p. 154-155. []
  23. « Les diverses théories philosophiques ne méritent votre attention qu’autant qu’elles ont pénétré dans la circulation usuelle, et alors les poètes vous les retracent heureusement, dégagées de leur premier attirail pédantesque et réduites à ce qu’elles offrent de vraiment essentiel. Quiconque a bien compris, goûté et comparé Homère, Virgile, et Dante, connait réellement l’histoire principale des conceptions humaines, surtout quand la théorie positiviste dirige et combine ces impressions. Le bagage hellénique aura son prix plus tard ; mais il ne faut le développer qu’en le rattachant à une étude plus précise de l’évolution fondamentale : autrement, on se perdrait, comme dans les académies, en divagations oiseuses et desséchantes », Comte à Audiffrent, 9 mars 1851, Cor., VI, p. 31. []
  24. Comte à Thalès Bernard, 25 mars 1850, Cor., V, p. 143. Voir aussi à Barbot de Chement, 23 août 1850, ibid., p. 182 : « Nos principaux ennemis se trouvent déjà, comme je l’avais annoncé, parmi les lettrés, surtout démagogiques, que je signale de plus en plus comme plus disposés que les mauvais riches à entraver toute réorganisation finale ». Les « littérateurs » et les « légistes » sont selon Comte les classes dominantes correspondant à l’état métaphysique de l’esprit humain. []
  25. Comte à P. Laffitte, 23 sept. 1852, Cor., VI, p. 394 ; voir aussi à Hadery, 20 janv. 1853, Cor., VII, p. 22. []
  26. Cat., p. 49. []
  27. Ibid., p. 55. La précision donnée dès 1851 est réitérée en 1852. []
  28. Ainsi de nombreuses sélections de « Poésie » antiques et classiques renforcent cette attention historique ; les romans retenus le sont surtout pour servir à l’instruction historique en retraçant les mœurs des époques correspondantes. De même les sélections de la dernière section — dont Aristote, Saint Augustin, Bossuet — sont pour une bonne part historiques. []
  29. Le lien avec le nouveau « Calendrier positiviste » est d’ailleurs nettement souligné dans S., IV, p. 405 : « Car la plupart des célébrations concernant des poètes, des philosophes, ou des savants, le public ne peut les glorifier sans vouloir connaître leurs ouvrages ». []
  30. Les titres choisis donnés pour les « sept chefs d’œuvre » de Walter Scott, sont Ivanhoé, Quentin Durward, La Jolie fille de Perth, L’Officier de fortune, Les Puritains, La Prison d’Edimbourg, L’Antiquaire. Ont disparu L’Abbé, Le Château de Kenilworth, Waverley. []
  31. Pour l’Italie un volume de théâtre italien (Métastase et Alfieri), et Manzoni occupe un autre volume. L’Espagne a droit à trois volumes : un pour Cervantès, un pour le Théâtre choisi et un autre pour le Romancero choisi. Pour l’Angleterre, il y a le Théâtre choisi de Shakespeare, les Œuvres choisies de Byron. Et pour l’Allemagne les Œuvres choisies de Goethe. []
  32. Comte identifie souvent « publiciste » et « charlatan », et suspecte les « littérateurs » de n’être que d’« habiles écrivains ». Ce n’est donc ni aux uns ni aux autres qu’il juge bon de confier des tâches qui relèvent d’une mission éducatrice : « Privé de toute vraie discipline intellectuelle, le journalisme actuel conduit souvent à aborder étourdiment tous les sujets intéressants, avec aussi peu de discernement qu’il en existe dans la conversation habituelle des gens du monde, c’est-à-dire sans distinguer jamais entre ce qui est vraiment accessible et ce qui est prématuré ou même chimérique, ni entre ce qui admet déjà l’intervention partielle de la presse quotidienne et ce qui doit encore appartenir longtemps aux élaborations systématiques », à Clotilde de Vaux, 22 juil. 1845, Cor., III, p. 72. []
  33. Voir l’abondance des romans d’aventures et dans le théâtre celle des comédies : Aristophane, Molière complet, alors que Corneille et Racine ne sont que partiellement choisis. []
  34. Cat., p. 49. []
  35. Elle est datée du 18 juillet 54 : voir S., IV, p. 557-561. []
  36. Voir l’Appel aux conservateurs de 1855. []
  37. La Synthèse Subjective n’ayant été publiée qu’en 1856, ceci a induit Laffitte à distinguer une 3e et une 4e édition, voir Pierre Laffitte, « Des diverses éditions successives de la Bibliothèque positiviste », R.O., mars 1888, p. 312-354. M. Pickering, op. cit., Vol. II, p. 514, parle aussi de cette « 4e édition » p. 514. Mais, d’une part, c’est ne pas tenir compte du fait que Comte avait déjà dans les précédentes éditions mis dans sa liste des ouvrages non encore publiés. D’autre part, les deux éditions présentées successivement par Laffitte sont toutes deux datées du 18 juill. 1854, et ne diffèrent que par la mention faite du dernier traité comtien, la Synthèse. []
  38. S., IV, p. 269-270 ; « la condensation normale du trésor intellectuel en cent tomes systématiques » est aussi évoquée p. 405. []
  39. Ibid., p. 269. []
  40. S., IV, p. 405. []
  41. Idem. []
  42. S., IV, p. 406. []
  43. 14e Circ., p. 5 : il s’agit de la publication par Robinet (avec introduction) des Lettres sur les animaux de G. Leroy, c° Foulet-Malassis, libraire, 97 rue de Richelieu et du Traité sur l’amour de Dieu, de saint Bernard, même éditeur. []
  44. Ibid., p. 7. []
  45. 16e Circ., 1864, p. 5-6. []
  46. 21e Circ., 1869, p. 1 []
  47. 22e Circ., 1870, p. 2. []
  48. David Labreure a fait l’histoire plus précise de cette institution et la présentera à la Journée d’Études « Mouvements ouvriers et positivisme » du 16 mars 2018. Le programme sera prochainement en ligne. []
  49. R.O., 1881, p. 327. []
  50. José Segundo Florès est un disciple choisi par Comte pour être l’un de ses exécuteurs testamentaires. []

La « bonne bibliothèque » et le « dialogue sur la lecture » d’Agricol Perdiguier

 

[Agricol Perdiguier] Biographies et portraits d’après nature des candidats socialistes du département de la Seine : liste adoptée par le comité central démocrate socialiste / par le citoyen Ch. Joubert ; dessins par le citoyen Ch. Marville. Paris, A la propagande démocratique et sociale (Paris), 1849. Gallica (BnF).

Noë Richter avait souligné la singularité d’Agricol Perdiguier parmi ceux qui ont influencé  la pensée des théoriciens et des fondateurs de bibliothèques à destination du peuple:

Le maçon Martin Nadaud, le menuisier Agricol Perdiguier, le serrurier Jérôme-Pierre Gilland nous ont laissé de précieux témoignages sur l’atmosphère de ces cercles ouvriers. On y trouvait des journaux et des livres. On y lisait à haute voix les auteurs classiques et contemporains, la presse ouvrière, républicaine et socialiste. C’est là que s’est forgée la conscience ouvrière éveillée en juillet 1830 et que s’est préparée la Révolution de 1848. Agricol Perdiguier a été le premier ouvrier à proposer un programme de lectures pour les ouvriers dans son Livre du compagnonnage publié en 1839 et 1841. Il y reviendra dans la troisième édition de l’ouvrage en 1857 et dans Question vitale sur le compagnonnage et la classe ouvrière en 1861. Ces différents programmes révèlent la vaste culture professionnelle et générale de cet autodidacte. Les lectures des militants ouvriers accusent l’énorme déphasage qui s’est créé au cours des années trente et quarante entre le projet philanthropique et la réalité de la culture prolétarienne. Alors que les promoteurs bourgeois les mieux intentionnés, François Delessert en 1836, Cormenin en 1845, Curmer en 1846, Jules Radu en 1850 limitent encore la lecture populaire aux ouvrages élémentaires de science, d’histoire, de géographie, de dessin, de morale religieuse et civique, des ouvriers et des artisans pénètrent sans crainte dans le domaine réservé du savoir et fraient les voies à la conquête des valeurs de culture par le monde du travail 1.

On ne pourra revenir ici de manière détaillée sur le parcours d’Agricol Perdiguier (1805-1875), ce fils de menuisier, lui-même compagnon du tour de France,  devenu député républicain puis libraire  et auteur2, mais il importe dans le cadre de ce carnet de livrer sa conception de la lecture et le contenu de ses conseils. Ses préconisations ont en effet marqué profondément et réellement les diverses expériences de bibliothèques entre 1850 et 1870, ainsi qu’on le verra dans de prochains billets. La lecture d’Agricol Perdiguier a aussi radicalement modifié la pensée de George Sand3 et la coloration de ses livres. Elle a d’ailleurs publié dès 1841 Le compagnon du Tour de France4, largement inspiré d’Agricol Perdiguier. George Sand fera partie des auteurs dont la présence de certains ouvrages dans les bibliothèques populaires dérangera une partie de l’opinion (voir l’affaire des bibliothèques de Saint- Étienne), et elle soutiendra l’action des premières bibliothèques des Amis de l’Instruction en donnant des livres.

Lettre d’Agricol Perdiguier à George Sand, octobre 1863. Gallica (BnF).

Dans Le Livre du Compagnonnage (1839), Agricol Perdiguier souligne l’importance pour les compagnons de lire des ouvrages spécialisés, préconisations reprises dans l’édition de 18575:

On pourra posséder aussi une petite bibliothèque dans laquelle figureront, chez les tailleurs de pierre, les charpentiers et les menuisiers, de bons traités d’architecture, de géométrie et de trait où les Compagnons les plus intelligents et les plus avancés puiseront des connaissances qu’ils devront communiquer à tous leurs confrères. Il faudra aux ébénistes des modèles de meubles, aux serruriers des traités d’ornements, aux tanneurs, aux corroyeurs, aux chamoiseurs, aux cordonniers, aux peintres, aux teinturiers, des traités de chimie et autres livres où ils trouveront des procédés avantageux ; les maréchaux ont à se verser dans les éludes du vétérinaire ; enfin, chaque corps d’état prendra les ouvrages spéciaux qui lui conviendront plus particulièrement.

Perdiguier prodigue ensuite des conseils de lecture visant à construire la culture de l’honnête homme:

Il ne faudrait pas encore s’arrêter là, l’intelligence ne serait pas satisfaite de si peu : une fois qu’elle s’ouvre elle veut tout connaître. Il nous faudra d’autres livres et je crois pouvoir vous les indiquer : le Discours sur l’Histoire Universelle, par Bossuet, où nous pourrons voir comment les grands empires de l’antiquité se sont renversés les uns sur les autres; l’histoire de France, car elle nous touche de près ; une géographie de quelque étendue qui nous fera comprendre la grandeur du globe, ses variétés et ses transformations physiques, politiques et morales ; un dictionnaire géographique et un dictionnaire de la langue française : le premier nous dira où sont situées telles et telles villes, quelles sont leurs beautés, leurs produits, leurs revenus, leurs administrations et combien leur population est forte ; le second nous donnera l’étymologie des mots de notre langue et leur véritable signification. Une bonne encyclopédie est une œuvre qui coûte cher, mais une association de jeunes gens économes et laborieux pourrait facilement se la procurer; on trouverait là des notions concises sur les mathématiques, l’astronomie, la physique, la chimie, la géologie, la botanique, l’agriculture, les machines, les arts et métiers, la philosophie, la littérature, etc., etc. On raisonne, dans un tel ouvrage, sur toutes choses, et chaque Compagnon pourrait y étudier ce qui conviendrait plus particulièrement à ses goûts ou à ses intérêts. On connaît plusieurs encyclopédies, celle que dirigent MM. Pierre Leroux et Jean Reynaud est un monument incomparable ; on n’apprécie nulle part avec autant de savoir et de sagesse les hommes et les choses ; mais les parties abstraites et métaphysiques de ce bel ouvrage ont un développement immense, et ce qui nous intéresse le plus en a souvent trop peu. Cette encyclopédie, si digne d’être recherchée des penseurs et des philosophes, est trop savante pour nous. Celle que l’éditeur Courtin a publiée nous conviendrait, je crois, beaucoup mieux (Elle a été éditée récemment par Firmin Didot, avec des augmentations considérables.) ((Ibid. p. 273.))

On remarquera que Perdiguier préconise la lecture du socialiste Pierre Leroux (lequel fera lire cet ouvrage  à G. Sand). D’autre part, il suggère une bibliothèque associative pour les acquisitions les plus  onéreuses. Cette idée revient à deux reprises dans la suite du texte :

Vous aurez formé une bonne bibliothèque, appartenant à la Société, où les Compagnons pourront passer leurs instants de loisir, et puiser de nombreuses connaissances qu’ils se communiqueront les uns les autres.6

Croyez-moi, mes amis, unissons-nous, instruisons- nous : un voile épais couvre nos yeux, il tombera ; et puis, dans le monde, rien ne pourra nous être étranger : tout parlera à notre intelligence, à notre âme, à notre cœur, et nous sentirons par tous les sens.

La collection des livres dont je vous ai parlé ne coûtera pas très cher, trois ou quatre cents francs peut-être. Dans une seule bataille, dans un seul procès, vous avez souvent dépensé davantage. Ce sera bien beau, quand vous aurez réuni dans une seule et grande salle, une école, un musée, une bibliothèque : les fils des entrepreneurs, ceux des simples artisans et des paysans viendront en foule chez vous ; tous voudront s’instruire et puiser à la source de vos connaissances la moralité, le savoir et le bonheur7.

Après la lecture de l’encyclopédie de Leroux, Perdiguier conseille un bon nombre d’ouvrages (voir tableau ci-dessous) dont l’ensemble forme, ainsi que l’a souligné Noë Richter, un ensemble original voire audacieux, et inédit. En effet, s’occupent alors de lectures « populaires » des élites soucieuses de proposer des ouvrages moralisants et non marqués politiquement, et des éditeurs et écrivains répondant le plus souvent à cette demande édifiante, voire tentant de profiter  de cette aubaine financière nouvelle, comme Jules Radu. Certes, le programme de Perdiguier est marqué par ses opinions politiques, mais il est essentiellement nourri d’un éventail encyclopédique de lectures librement choisies dont il entend faire profiter ceux qui découvrent son ouvrage :

Ajoutons aux livres déjà cités quelques ouvrages littéraires, de ceux qui frappent l’imagination, élèvent la pensée, forment le goût et délassent, tels que l’Iliade et l’Odyssée d’Homère […]8.

Remarquons dans cette phrase l’idée clairement énoncée de délassement et l’idée implicite d’instruction. On retrouvera dans les statuts fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) ces notions d’instruction et de délassement. Et le premier livre de la BAI-III sera précisément l‘Iliade, ce qui la démarquera des bibliothèques paroissiales contemporaines qui mettaient en tête de leurs catalogues les ouvrages religieux. Perdiguier poursuit ses propositions novatrices en suggérant « des grands écrivains (…) vivants », puis « quelques écrits politiques sortis des plumes les plus puissantes », et enfin « un ouvrage moral, savant, mais simple, mais varié et orné de dessins et vendu au prix le plus modique, dont le nom est : Magasin Pittoresque9 ».

Ces conseils sont assortis de remarques sur les bienfaits de l’instruction. Perdiguier augmente toutefois  l’édition de 1857, nourrie de sa rencontre avec George Sand  et du bouillonnement politique et intellectuel de 1848 :

Le Livre du Compagnonnage est un travail qui ne peut être refait ; cependant j’ai cru devoir le relire et le compléter dans quelques-unes de ses parties. J’ai augmenté, et de beaucoup, le nombre des chansons de compagnons; j’ai ajouté une chronologie du progrès, un dialogue sur la lecture, un dialogue astronomique, et tout cela dans la pensée de servir l’intelligence et les intérêts des travailleurs10.

Dans le long dialogue sur la lecture, Perdiguier fait discuter un lecteur averti, paysan d’origine (Victor),  avec un campagnard (Michel) qui déroule tous les fantasmes autour des méfaits possibles de la lecture. Il faut lire ici ce dialogue dont on sent qu’il tient du témoignage et qu’il reflète la lutte de Perdiguier pour convaincre ses contemporains de s’instruire, et les débats entendus à l’Assemblée. La discussion se termine par des conseils bibliographiques plus précis que ceux donnés en 1840 (Perdiguier est devenu libraire entre temps), et enregistrant des nouveautés éditoriales (robinsonnades, Dumas, auteurs anglais… voir tableau ci-dessous),  conseils qui marqueront indubitablement les choix de livres des BAI. Le lecteur averti a en effet convaincu le paysan, devenu « enragé lecteur » à son tour. On notera que Perdiguier emploie à propos des conseils délivrés le mot de « catalogue » :

 

VICTOR. Voilà le catalogue que j’ai l’honneur de présenter à mon brave Michel.

MICHEL. C’est là tout?

VICTOR.  […] Ce sera assez pour l’ouvrir un bien vaste horizon ; et, ensuite, tu pourras marcher en avant sans avoir besoin de moi.

MICHEL. Et où trouver tous ces livres?

VICTOR. Chez les libraires : quand on ne trouve pas chez l’un, on va chez l’autre ; on les parcourt tous au besoin.

MICHEL. Et les prix?

VICTOR. Les prix varient: il y a des livres de 1 fr., de 2 fr., de 3 fr. ; de plus, de moins ; cela dépend du format, de la nature des œuvres, et de la manière dont elles ont été éditées.

MICHEL. Bien ! Merci, Victor ; maintenant lu peux lire tout à ton aise sans redouter que je te gronde ; va, tu m’as donné ton défaut : me voilà un enragé lecteur11.

 

Source Ouvrages
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Ouvrages spéciaux selon corps de métiers
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Histoire de France
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) une géographie
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) un dictionnaire géographique
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) un dictionnaire de la langue française
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) une encyclopédie (Ex 1. dirigée par Pierre Leroux et Jean Reynaud; ex 2. encyclopédie de M. Courtin)
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 L’Iliade et l’Odyssée d’Homère
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 l’Enéide de Virgile
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 La Jérusalem délivrée du Tasse
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Paradis perdu de Milton
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Télémaque de Fénelon
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Corneille
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Racine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Molière
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Voltaire
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Ducis
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Boileau
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Lafontaine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Chateaubriand
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Béranger
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Lamartine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Casimir Delavigne
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Victor Hugo
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de George Sand
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Les Paroles d’un croyant de Lamennais
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Livre du Peuple de Lamennais
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Les Dialogues de maître Pierre de Cornemin
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 L’Inauguration de la statue de Gutenberg de Aug. Luchet
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Magasin pittoresque
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) livres d’agriculture comme la Maison rustique pour les paysans
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Ouvrages spéciaux selon corps de métiers
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Iliade et l’Odyssée d’Homère
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Enéide de Virgile
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Géorgiques de Virgile
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Jérusalem délivrée du Tasse
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Paradis perdu de Milton
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Moralistes anciens
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Évangiles, la Bible
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Télémaque de Fénelon
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Estelle et Némorin de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Numa de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Chaumière indienne de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Etudes de la nature de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Incas de Marmontel
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Lettres d’une Péruvienne par Mme De Graffigny
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un choix des Lettres de Madame de Sévigné
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fables de Lafontaine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fables de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Œuvres choisies de Corneille
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Théâtre de Racine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Théâtre de Molière
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Chef-d’œuvre dramatique de Voltaire
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Théâtre de Ducis
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Théâtre de Schiller
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Esprit des lois de Montesquieu
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix des morceaux de Buffon
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Discours sur l’Histoire universelle de Bossuet
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Essai sur les mœurs de Voltaire
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Robinson Crusoë de Daniel De Foé
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Robinson suisse de Wyss
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Gil Blas de Santillane par Lesage
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fiancés de Manzoni
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Magu le Tisserand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Reboul
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Poncy
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Lebreton
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Beuzeville
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Lapointe
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un Résumé de littérature
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Mes Prisons de Silvio Pellico
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) De l’ambition de l’estime publique de Giraud
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Atala de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) René de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages en Amérique de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Émile de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Lettres sur la botanique de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Mondes de Fontenelle
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Hommes illustres de Plutarque
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Mystères de Paris par Eugène Sue
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Case de l’Oncle Tom par Mme Becher-Stowe
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Compagnon du Tour de France par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Mare au diable par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Petite Fadette par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Entretiens du Village par Cornemin
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Notre-Dame de Paris par Victor Hugo
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Tailleur de pierre de Saint-Point par Lamartine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Oiseau par Michelet
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire des peuples anciens
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire de France
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire de la révolution française
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un dictionnaire de la langue française
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un dictionnaire géographique, avec cartes
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une petite biographie universelle
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages de Cook
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages de Le Vaillant
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Lamennais
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Lamartine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Victor Hugo
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Casimir Delavigne
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Alfred de Vigny
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Turquety
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Ponsard
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Alexandre Dumas
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Petits traités sur les sciences

 

Illustration du Livre du compagnonnage d’Agricol Perdiguier (édition de 1857). Agricol Perdiguier a lui-même été reçu compagnon menuisier à l’issue de son Tour de France. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La « bonne bibliothèque » et le « dialogue sur la lecture » d’Agricol Perdiguier," in Bibliothèques populaires, 14/12/2017, http://bai.hypotheses.org/1861.

 

 

  1. Noë Richter, « Lecture populaire et lecture ouvrière », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 123-134. []
  2. Voir les conseils bibliographiques donnés dans sa notice Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Agricol_Perdiguier et la conférence de Maurice Agulhon à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1997: http://bai.asso.fr/wordpress/conference/soiree-de-janvier-1997-agricol-perdiguier/ []
  3. Voir Martine Watrelot, « Une littérature populaire: le Livre du Compagnonnage – La rencontre entre Agricol Perdiguier et George Sand », article publié dans 1851, une insurrection pour la République. Evénements, mémoire, littérature, Association 1851, Les Mées, décembre 2004, pp. 211-226. []
  4. George Sand,  Le compagnon du Tour de France. Paris, Perrotin, 1841. []
  5. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 2. Paris,  Perdiguier, 1857. []
  6. Ibid. p. 274. []
  7. Ibid. p. 276. []
  8. Ibid., page 274. []
  9. Ibid. []
  10. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 1. Paris,  Perdiguier, 1857. Page 8. []
  11. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 2. Paris,  Perdiguier, 1857. Page 185. []

La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)

Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance… Gallica (BnF).

Une vingtaine de kilomètres sépare deux villages de Haute-Marne, Laferté-sur-Amance et Hortes (aujourd’hui principale commune de Haute-Amance). Ces deux villages ont été pionniers, mais de manière très discrète, dans la fondation de bibliothèques de prêt à la campagne, cantonale pour Laferté et populaire à Hortes, au milieu du XIXe siècle. Hasard ou coïncidence troublante ?

À Laferté-sur-Amance se trouve selon Henri Harant la première bibliothèque cantonale fondée en France vers 1840 :

Dès 1841, M. Hippolyte Chauchat [sic] prend la courageuse initiative de fonder, dans un modeste chef-lieu de canton, La Ferté-sur-Amance, une bibliothèque dont il fait la commune propriétaire; il recueille péniblement, lentement des souscriptions. et des livres, et, en 1850, il organise son institution, et peut prêter des livres de lecture à toutes les communes du canton. C’est donc à M. Chauchat [sic] le premier, ou un des premiers, que revient l’honneur d’avoir su créer une œuvre commune sans avoir recours à l’intervention de l’État, qui n’apparaît que pour ratifier les statuts adoptés1.

Nombreuses sont en effet les voix qui s’élèvent en France dans les années 1840-1850 pour demander des bibliothèques capables de lutter tout à la fois contre la littérature de colportage et les méfaits de l’alcoolisme, en offrant aux populations modestes la possibilité d’emprunter des livres distrayants et/ou instructifs. Les bibliothèques publiques ne proposent alors généralement pas de prêt, et leurs horaires ne conviennent pas aux ouvriers ni aux paysans. Les bibliothèques paroissiales disposent d’une littérature le plus souvent édifiante, ne répondant pas aux envies de la plus grande partie de la population. De plus, les bonnes volontés se heurtent aux soupçons qu’occasionne la création de bibliothèques et tombent sous le coup de la loi sur les associations2.

La mise en place d’une bibliothèque dans un petit village (la Ferté-sur-Amance compte alors environ 650 habitants), est donc exceptionnelle et demande l’intervention d’une personne à la fois bien insérée localement et bénéficiant d’un solide réseau parisien.

L’homme de la situation est le baron Hippolyte Chauchard (1808-1877), sous-chef au ministère de l’instruction publique en 1848, né à Langres d’un avocat juge suppléant au tribunal civil et de la fille d’un marchand-épicier3. Sa famille possédant une demeure à Laferté-sur-Amance, le baron Hippolyte Chauchard brigue différents mandats locaux. Il semble néanmoins résider le plus souvent à Paris où il fait des études de droit, travaille et se marie4.

Hippolyte Chauchard

Il est difficile d’apprécier ses véritables opinions politiques. Comme beaucoup de ses contemporains, il se rallie aux régimes successifs. Ses différents mandats à la chambre des députés en témoignent. Un de ses contemporains voit en lui un orléaniste, et tiède républicain:

En 1848, il se présenta à la Constituante et fut élu le 62e, par 39,019 voix. À cette époque M. Chauchard était-il républicain? Nous ne le croyons pas, cependant il se déclara dans sa profession de foi, pour le respect à la République, partisan de l’impôt somptuaire. Il vota pour les deux Chambres et le vote à la commune, pour la suppression des clubs.
— Il s’était déclaré partisan de la liberté illimitée de la presse. Quoi qu’on eût dit, M. Chauchard n’a jamais fait partie d’aucune réunion, ni de la rue des Pyramides, ni de la rue de Rivoli, etc. Il s’était prononcé pour M. Cavaignac, lors de l’élection du Président de la République.
En 1849, il fut réélu le premier, par 34,447 voix.
— Continuellement il a marché d’accord avec la majorité; dans les derniers temps, sans être bonapartiste, il votait cependant le rappel de la loi du 31 mai et contre la proposition des questeurs.
M. Chauchard appartient par ses goûts, par ses instincts, ses idées libérales, à l’opinion orléaniste.
Sa profession de foi pour le Corps législatif est loin d’être explicite; il veut la gloire par la paix, et la prospérité par l’ordre, la plus grande somme de liberté possible.
Au 2 décembre, il avait protesté contre le coup d’Etat; cette protestation ferme et digne était l’œuvre collective des représentants de la Haute-Marne5.

Les différentes circonstances dans lesquelles l’on retrouve Hippolyte Chauchard témoignent en tout cas d’une volonté de sa part de communiquer constamment avec les habitants du canton qu’il représente. En 1848, il fait par exemple imprimer une lettre à ses « compatriotes » du canton de Laferté-sur-Amance dans laquelle il explique son soutien au nouveau gouvernement. Soucieux du développement du département où il a vu le jour, il soutient une pétition pour que Laferté-sur-Amance se trouve sur le tracé d’une voie de chemin de fer, et multiplie entre 1848 et 1855 enquêtes et rapports sur la question des transports en Haute-Marne. Son autre préoccupation est celle de la propagation d’une instruction pour tous. Il contribue en 1839 à un Cours méthodique de géographie à l’usage des établissements d’instruction et des gens du monde, avec un aperçu de l’histoire politique et littéraire des principales nations, et participe en 1848 au Comité d’Instruction. En 1867, il est rapporteur de la loi sur l’enseignement primaire voulue par Duruy dont il est un proche6.

La mise en place d’une bibliothèque rurale dans le village qu’il représente à l’Assemblée, lui semble donc naturelle. Elle lui est sans doute plus facile qu’à d’autres, grâce à ses fonctions au ministère de l’Instruction publique, ministère alors sollicité pour les autorisations à donner aux bibliothèques, tout comme le ministère de l’Intérieur. Hippolyte Chauchard rapporte en revanche des difficultés matérielles liées au coût encore important des livres vers 1840-1850, et sans doute d’acheminement en attendant la voie de chemin de fer dont il avait facilité l’installation:

Il y a bientôt dix ans que, sous l’influence de cette idée, j’ai commencé à réunir les premiers volumes de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance; et depuis cette époque, je n’ai cessé de travailler à l’accroissement de cette Bibliothèque, au prix même de sacrifices considérables7.

Les trois pages d’introduction au catalogue rédigées par H. Chauchard sont en tous points semblables à celles des philanthropes contemporains sur la nécessité qu’il y a à accompagner les lecteurs après un passage souvent trop rapide à l’école. Le but est de lutter contre des ouvrages amoraux et de substituer un loisir instructif au cabaret. Toutefois, le député insiste tout particulièrement sur le cadre rural de son projet:

Notre cadre est assez vaste pour que toutes les intelligences et tous les intérêts y trouvent satisfaction. De la parole de Dieu à la loi du pays, de l’Évangile au Code civil, du bœuf à l’abeille, du chêne au grain de blé, tous les sujets utiles y occupent leur place. Ainsi, les ecclésiastiques, les magistrats, les maires, les officiers publics, les simples citoyens, même les femmes et les enfants, tous enfin, depuis le juge-de-paix jusqu’au garde champêtre, depuis le docteur jusqu’au berger, depuis le propriétaire aménageant sa forêt jusqu’au vigneron raclant ses paisseaux, y trouveront pour leur profession et pour toute leur conduite de bonnes leçons et de bons conseils8.

De la volonté d’Hippolyte Chauchard de satisfaire toute la population du bourg sans oublier ni heurter personne, et de ses connaissances en tant que spécialiste de l’instruction, naît un projet particulièrement original, ambitieux et novateur. La première particularité de ce projet est de développer une « bibliothèque cantonale » comme l’indique le titre du catalogue et le précise le règlement:

La Bibliothèque publique de Laferté-sur-Amance est la propriété de la commune.

Elle occupe une des salles de la mairie.

Elle est instituée dans un but d’utilité et d’agrément, pour les habitants de Laferté-sur-Amance ; néanmoins les habitants de tout le canton seront admis à en jouir, sous les conditions déterminées par le présent règlement.

Les livres sont communiqués au dehors9.

Les lecteurs ne sont pas admis à lire et à travailler dans le local de la bibliothèque, mais ils peuvent y consulter le catalogue. Les maires des treize communes du canton seront, en outre, invités à tenir un exemplaire du catalogue et du présent règlement à la disposition de leurs administrés10.

Afin de prévenir toute tracasserie administrative, H. Chauchard s’est donc assuré l’appui de son ministre (M. de Salvandy) et du gouvernement qu’il remercie dans l’introduction au catalogue pour leur soutien et les livres octroyés. Tout aussi habilement11, il place la bibliothèque sous la direction de la mairie de Laferté-sur-Amance et d’un conseil représentant sans doute différentes sensibilités du canton:

CONSEIL DE LA BIBLIOTHÈQUE.

Par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Cultes,
en date à Paris du 24 juillet 1850, ont été nommés membres du
conseil de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance :

MARIVET, maire de Laferté, président;
Jules MAURICE, bibliothécaire ;
MARTIN, curé de Laferté ;
CARTERET, juge-de-paix du canton;
Louis BANTON , docteur en médecine12.

Les autorités rassurées, H. Chauchard propose une organisation mûrement réfléchie. Le règlement prévoit dans le détail les conditions d’emprunt et de retour des ouvrages. Le catalogue est quant à lui d’une qualité supérieure à celle des catalogues des bibliothèques paroissiales contemporaines et à bien des futurs catalogues de bibliothèques populaires. En effet, les références des ouvrages sont données de manière très complète (noms et prénoms des auteurs, titres exacts et complets, lieu d’édition, éditeurs et éditions, etc.) et complétées par une table des auteurs avec renvois aux pages. Les ouvrages sont classés par thématiques. Toujours prudent, Hippolyte Chauchard a choisi de mettre en avant la Théologie, abondamment fournie. Néanmoins, il la fait suivre de thématiques bien plus novatrices pour un public non érudit, plus familier de la littérature de colportage que des bibliothèques savantes:

THÉOLOGIE

  1. Écriture Sainte, preuves du Christianisme, Morale religieuse.
  2. Histoire de la Religion.

JURISPRUDENCE.

  1. Droit ancien.
  2. Droit civil, commercial et pénal.

III. Droit ecclésiastique, public et administratif.

  1. Droit rural et forestier.

SCIENCES ET ARTS.

  1. Encyclopédies et Manuels d’enseignement.
  2. Philosophie, Morale.

III. Politique, Économie sociale.

  1. Instruction publique, Éducation.
  2. Sciences mathématiques.
  3. Physique, Chimie, Géologie.

VII. Histoire naturelle de l’homme, Hygiène, Médecine.

VIII. Histoire naturelle des animaux.

  1. Botanique .
  2. Agriculture.
  3. Préceptes généraux et Traités d’agriculture,. Économie rurale, Agriculture locale.
  4. Engrais, Amendements.
  5. Irrigations, Dessèchements, Prairies.
  6. Comptabilité rurale, Assurances.
  7. Sylviculture, Défrichements.
  8. Vignes, Vins.
  9. Horticulture.
  10. Animaux domestiques, espèces bovine, ovine, etc.
  11. Haras, Hippiatrique, Équitation.
  12. Abeilles, Vers à soie.
  13. Chasse et Pêche.

XII. Industrie, Arts et Métiers, Subsistances.

XIII. Beaux-Arts.

XIV. Arts divers, Jeux .

BELLES-LETTRES

  1. Grammaire .
  2. Rhétorique, Éloquence.

III. Poésie.

  1. Poésie ancienne.
  2. Poésie moderne.
  3. Théâtre.
  4. Romans.
  5. Romans français.
  6. Romans étrangers.
  7. Récits et Lectures pour la jeunesse.
  8. Histoire littéraire.

HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE..

  1. Histoire.
  2. Histoire universelle.
  3. Histoire ancienne.
  4. Histoire du Moyen âge.
  5. Histoire de France.
  6. Histoire des pays étrangers.
  7. Géographie et Voyages.
  8. Éléments de Géographie.
  9. Description de la France.
  10. Histoire et description des villes et provinces.
  11. Voyages.

III. Biographie et Mémoires, Mélanges13.

Le contenu du fonds reflète quant à lui une véritable visée encyclopédique que les thématiques suggéraient déjà. S’il mérite une analyse largement plus poussée, il faut déjà le feuilleter virtuellement ici pour en saisir la richesse: roman de Victor Hugo, nombreux ouvrages d’économie politique, d’agriculture, etc. Notons toutefois que ses visées sont plus prudentes que celles des futures bibliothèques populaires, sans doute par précaution en ces années où le poids de la surveillance est extrêmement présent14. Les lecteurs n’interviennent pas dans les demandes d’ouvrages; la lecture récréative a peu de place; les ouvrages mis à disposition sont souvent très édifiants. La place très importante des manuels Roret constitue par exemple un indice important sur les visées « philanthropes » d’un fonds, conçu par un érudit et non par un prolétaire15.

Cette bibliothèque a-t-elle réellement fonctionné? si oui, combien d’années et avec quel succès ? Il reste beaucoup à découvrir sur cette fondation très originale. À commencer par la fondation dix ans plus tard, à vingt kilomètres de Laferté-sur-Amance, d’une autre bibliothèque pionnière, la bibliothèque populaire d’Hortes que nous visiterons dans un prochain billet  (qu’on peut désormais lire ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)," in Bibliothèques populaires, 12/07/2017, http://bai.hypotheses.org/1484.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Voir Agnès Sandras, « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1) » in Bibliothèques populaires, 05/09/2016, et « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon?  (2)» in Bibliothèques populaires, 25/10/2016. []
  3. Archives départementales de la Haute-Marne: BMS Langres, naissance de Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard le 8 mars 1808 de Nicolas-Antoine Chauchard et de Guillaumine Bournot. []
  4. Archives de Paris. BMS: mariage en août 1836 avec Armande Claire Trouillebert, née en juin 1817 à Paris. []
  5. Achille Leymarie, Profils critiques et biographiques des sénateurs, conseillers …, Paris, Garnier, 1852. []
  6. Voir Jean-Charles Geslot, Victor Duruy: historien et ministre (1811-1894), Presses universitaires du Septentrion, 2009, page 234. []
  7. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid, article I du règlement. []
  10. Ibid, article IX du règlement. []
  11. Rappelons en effet que dix ans plus tard, les premières bibliothèques populaires devront se résoudre à nommer les maires présidents de leurs conseils pour obtenir les autorisations préfectorales… []
  12. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  13. Ibid. []
  14. Les bibliothèques populaires bénéficieront du tournant libéral du Second Empire. []
  15. Voir Agnès Sandras, « Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914) » in Bibliothèques populaires, 09/04/2017. []

La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!

Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel (…), 1883. Gallica (BnF)

On doit à la belle initiative d’habitants de Saint-Arnoult-en-Yvelines appartenant à la société historique et archéologique locale la reconstitution d’une partie du fonds de la bibliothèque populaire fondée au XIXe siècle. Inaugurée le 11 février 2017, la bibliothèque Jules Poupinel au Moulin-Neuf permet aux Arnolphiens de découvrir 350 ouvrages provenant de l’ancienne bibliothèque populaire, sur place et sur demande à la Société. La bibliothèque sera également ouverte lors des Journées du patrimoine.

L’inscription de l’histoire de la lecture dans le patrimoine local, via la redécouverte des bibliothèques populaires, est souvent le reflet de l’énergie tenace des fondateurs de ces bibliothèques qui ont marqué durablement l’inconscient de leurs communes. C’est le cas pour Saint-Arnoult-en-Yvelines où la fondation de la bibliothèque populaire a permis aux habitants d’accéder en nombre à la lecture, mais  également déchaîné les passions quant aux livres à mettre au catalogue. En effet, si sous le Second Empire et les débuts autoritaires de la IIIe République différentes composantes de la société ont œuvré ensemble pour créer des bibliothèques, l’alliance vole en éclats dans la décennie 1880, et nombre de créations sont désormais marquées par un républicanisme anticlérical 1.

Jules Poupinel (1823-1891), avocat, vit entre son domicile parisien de la rue Murillo et Saint-Arnoult-en-Yvelines où sa famille possède le château du Mesnil. Il est conseiller général républicain de l’arrondissement de Dourdan et maire de Saint-Arnoult  de 1878 à 1881, puis de 1888 à 1891. La création de la bibliothèque populaire est votée par la municipalité en 1877 à l’initiative du docteur Joseph Rémond, membre comme Jules Poupinel du Conseil municipal2. Elle entre en fonctionnement en 1878 dans les locaux de la mairie et prend le nom de « bibliothèque populaire communale ». Ce type de fondation est alors assez répandu dans les communes de trop petite taille pour entretenir une bibliothèque municipale mais désireuses de fournir à la population la possibilité d’emprunter des livres: l’achat des livres, le fonctionnement de la bibliothèque sont assurés en partie grâce au bénévolat, et la commune complète éventuellement par une subvention et la fourniture de locaux gratuits3. Les créateurs suivent fidèlement les conseils de la Société Franklin : cette société donne en effet par l’intermédiaire de son bulletin de multiples conseils pour fonder et entretenir une bibliothèque populaire4. Entre autres conseils suivis par la bibliothèque populaire de Saint-Arnoult on retrouve :

  • la désignation de membres du conseil municipal à la tête de la bibliothèque, afin de fluidifier les relations avec les autorités
  • la volonté de délasser et instruire (le catalogue porte la mention « récréation et instruction ») reprise des Amis de l’Instruction  par la Société Franklin
  • l’appel aux dons de livres
  • les conseils insérés dans les ouvrages  pour que les lecteurs prennent soin des livres empruntés: « Ne point marquer d’un pli ou (comme on dit) d’une corne la page à laquelle on s’arrête : une marque est inutile au lecteur attentif (…) Ne jamais tourner les feuillets en les froissant avec un doigt mouillé. Etc5.

Le succès est au rendez-vous et les statistiques de prêt sont rapidement satisfaisantes pour une petite ville d’environ 1500 habitants. Jules Poupinel indique que:

27 volumes ont été prêtés en 1878.

259 — — 1879.

509 — — 1880.

1.166 — — 1881.

663 — — 18826.

Toutefois l’année 1882 connaît une décrue que Jules Poupinel analyse par le fait que les livres les plus amusants sont désormais connus des lecteurs, et d’autre part parce qu’il a fallu faire entrer les livres pour les cataloguer. Mais le catalogue constitue pour lui une promesse de nouveaux emprunts. Ici encore, il fait siens les principes de la Société Franklin qui recommande, tirant profit des expériences des bibliothèques des Amis de l’Instruction parisienne et des initiatives de Jean Macé en Alsace, de distribuer des catalogues simples et pédagogiques aux lecteurs afin de les attirer vers d’autres lectures:

La diminution des prêts en 1882 s’explique par ce fait que
les livres les plus amusants ont tous été lus, et qu’il a fallu
faire rentrer tous les volumes pour faire ce catalogue.

Cependant trop de livres sont restés sur les rayons et n’ont
pas encore été demandés, probablement parce qu’on ne les
connaît pas, ou qu’on ignore qu’ils sont là.

Ce catalogue, en les faisant connaître, augmentera certai-
nement le nombre des prêts; c’est dans ce but que je l’ai fait
imprimer et que j’en offre un exemplaire à chaque ménage7.

Distribué à chaque famille de Saint-Arnoult, le catalogue est donc organisé, selon les principes de la société Franklin, en suivant  un classement simple qui doit permettre au lecteur éventuellement peu instruit de repérer immédiatement des thèmes qui lui donneront envie de lire d’autres ouvrages que des romans:

  • A Philosophie. — Religions. — Morale. — Politique.
  • B Agriculture. — Horticulture. — Sylviculture. — Pisciculture, etc.
  • G Législation. — Administration. — Economie politique.
  • D Industrie. — Commerce. — Arts et Métiers.
  • E Hygiène. — Connaissances utiles.
  • F Pédagogie.
  • G Littérature. — Théâtre. — Poésie. — Contes. — Romans.— Œuvres diverses.
  • H Sciences mathématiques, physiques et naturelles. — Astronomie.
  • I Histoire. — Biographies.
  • J Géographie.—Voyages.

Mais Jules Poupinel enfreint totalement les conseils de modération de la Société Franklin en décidant de commenter abondamment les thématiques et certains ouvrages. Le catalogue devient pour lui une véritable tribune, particulièrement en matière de religion. Il se livre par exemple  à de longs développements sur la « secte catholique ». Il n’est donc pas étonnant que quelques semaines plus tard une brochure anonyme réplique ainsi : À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud8. Le rédacteur entend démontrer que les catholiques sont plus de 5 dans le canton, contrairement à ce que Jules Poupinel a avancé, et réfuter en une soixantaine de pages les assertions anticléricales du catalogue.

Brochure: A propos de la bibliothèque communale (…) 1883. Gallica (BnF)

La composition du fonds ne dénote pas quant à elle en 1883 d’audace particulière. On n’y trouve pas, contrairement à certaines bibliothèques des Amis de l’Instruction, d’ouvrages très polémiques en matière de religion ou de politique, ou pouvant choquer comme ceux de Zola9. En revanche, cette composition montre un réel souci de s’adresser à une population en quête de délassement et d’instruction:  romans les plus en vogue comme ceux de Dumas ou de Walter Scott, ouvrages adaptés à la composition de la population, comme ceux s’adressant aux instituteurs, ou bien encore aux agriculteurs.

Catalogue de la bibliothèque (….) 1883. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!," in Bibliothèques populaires, 26/02/2017, http://bai.hypotheses.org/1283.
  1. Voir: Agnès Sandras, « « Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?, » in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, https://bai.hypotheses.org/747. []
  2.  Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  3. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Agnès Sandras], Presses de l’enssib, 2014 []
  4. « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  5. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  6. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  7. Ibid. []
  8. À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud, L. Ronce, Versailles, 1883. []
  9. Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola, » in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107. []

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Lamartine, la couturière et la « bibliothèque des pauvres gens »

Lamartine à l'Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)
Lamartine à l’Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)

La visite à Lamartine de la petite couturière aixoise, Reine Garde, a déjà été largement commentée1. Il est vrai que cette entrevue est à la fois passionnante par son côté prophétique et son caractère édifiant. Néanmoins, les différents utilisateurs de ce texte ont laissé de côté un passage qui ne relève pas du champ strict de leurs recherches, mais qui intéresse grandement la réflexion sur le contexte de la naissance des bibliothèques populaires.

Pour bien comprendre, il faut revenir à la décennie durant laquelle Lamartine s’intéresse particulièrement à la question de l’éducation populaire :

De 1843 à 1847, Lamartine va acquérir une immense popularité. Ses discours à la Chambre et ses articles du Bien public, reproduits par les journaux de Paris et de province, ont un profond retentissement sur l’opinion publique. Il reçoit de très nombreuses lettres, souvent écrites par des gens modestes, qui lui disent leur confiance et l’encouragent. C’est à cette époque qu’il prend conscience de l’importance de l’éducation populaire et qu’il commence à réfléchir aux moyens d’y prendre part. Après l’échec de 1848, il s’efforcera de les mettre en pratique, à sa manière d’écrivain et selon ses convictions propres, avec des journaux comme Le Conseiller du peuple ou Le Civilisateur, et des romans édifiants comme Geneviève ou Le Tailleur de pierre de Saint-Point2.

Geneviève (1851)3 est ce roman édifiant dans lequel Lamartine raconte comment une modeste couturière aixoise prend la diligence depuis Marseille pour rencontrer celui qu’elle admire tant depuis qu’elle a lu ses poèmes, et parce que huit jours plus tôt elle a lu « dans le journal de Marseille des vers superbes de M. Joseph Autran adressés à M. de Lamartine. Ces vers m’inspirèrent le désir passionné de voir la personne qui avait inspiré de si belles choses au poëte de notre province »4.

Lamartine prend bien soin de donner tous les signes permettant à ses lecteurs d’identifier Geneviève comme une femme du peuple:

[…] une femme, jeune encore, d’environ trente-six ou quarante ans. Elle était vêtue en journalière de peu d’aisance ou de peu de luxe; une robe d’indienne rayée, déteinte et fanée; un fichu de coton blanc sur le cou; ses cheveux noirs proprement lissés, mais un peu poudrés, comme ses souliers, de la poussière de la route en été5.

Geneviève explique à Lamartine qu’elle peut lire le journal grâce à la générosite d’anciens patrons dont elle a été la servante :

Monsieur et ses demoiselles qui savent mon inclination pour la lecture, et que je n’ai pas les moyens de me procurer des livres et les papiers, me prêtent quelquefois la gazette quand il y a quelque chose qu’ils pensent pouvoir m’intéresser, comme des gravures de modes, des modèles de chapeaux de femmes, des romans bien intéressants ou des vers comme ceux de Reboul, le boulanger de Nîmes, ou de Jasmin, le coiffeur d’Agen, ou des vôtres, Monsieur, car ils savent que c’est tout mon plaisir de lire des vers, surtout des vers qui chantent bien dans l’oreille ou qui pleurent bien dans les yeux6!

C’est chez ces mêmes personnes qu’elle a appris à déchiffrer, et contracté le virus de la lecture :

Pendant que les demoiselles faisaient leur éducation, en allant et venant dans la salle, j’attrapais un bout de leurs leçons. Je lisais dans leurs livres, enfin j’étais comme la muraille qui entend tout et qui ne dit rien. Cela fit que j’appris de moi-même à lire, à écrire, à compter, à coudre, à broder, à blanchir, à couper des robes, enfin tout ce qu’une fille apprend dans un cher apprentissage. Je leur taillais moi-même leurs habits, je les coiffais à Aix pour les soirées ou pour les bals ; elles ne trouvaient rien de bien fait que ce que j’avais fait, et, en récompense, quand elles sortaient bien belles et bien parées pour le bal, et que j’étais obligée de les attendre souvent jusqu’à des deux ou trois heures du matin dans leurs chambres pour les déshabiller à leur retour, elles me disaient : « Reine, tiens, voilà un de nos livres qui t’amusera pendant que nous danserons». Je le prenais, je m’asseyais toute seule au coin de leur feu et je lisais le livre toute la nuit, et puis quand j’avais fini , je le relisais encore jusqu’à ce que je l’eusse bien compris ; et quand je n’avais pas bien compris tout, à cause de ma simplicité et de mon état, je leur demandais de m’expliquer la chose, et elles se faisaient un plaisir de me satisfaire7.

Devenue modeste couturière à Aix, Reine Garde trouve encore des personnes de catégories sociales supérieures à la sienne pour lui prêter des livres. Ses propos sont à lire en creux. Reine sait pertinemment, et elle y reviendra plus loin, que les beaux messieurs sont plus enclins à pousser les jeunes femmes à la débauche qu’à leur prêter des livres innocents:

Et puis on est très bon pour moi à Aix. Croiriez-vous que des messieurs comme vous, des messieurs du quartier d’en haut, des hommes instruits, des personnes de l’Académie même, qui savent que j’aime la lecture et que j’ai même écrit dans l’occasion quelques bêtises, quelques vers pour des fêtes, pour celle-ci, ou celui-là, croiriez-vous qu’ils ne rougissent pas de s’arrêter quelquefois en passant devant ma porte, d’entrer dans ma boutique, de m’apporter tantôt un livre qu’ils me prêtent, tantôt un journal, et de causer familièrement avec moi comme si j’étais quelqu’un8?

Loin de reprendre le discours catholique sur les dangers des romans, Geneviève affirme simplement que la lecture la préserve de sorties dans des lieux mal famés et des risques de la solitude :

Il y en a aussi qui s’en vont dans les lieux où l’on perd son temps et sa jeunesse, les guinguettes, les cabarets, les cafés. Que voulez-vous que les filles honnêtes comme nous fassent alors du reste de la soirée, surtout en hiver, quand les jours sont courts? Il faut bien lire ou devenir pierre à regarder blanchir ses quatre murs ou fumer ses deux tisons dans le foyer9!

Brûlant d’en savoir plus, Lamartine fait intervenir sa femme, plus apte sans doute à ne pas effaroucher une pudeur féminine: « Mais que pouvez-vous lire ? demanda ma femme »10.

La réponse de Reine est édifiante. Elle appelle à une lecture ne sortant pas de la condition socio-économique du lecteur, et souligne que personne n’a pensé à écrire pour les pauvres. Cette réponse fictive va permettre à Lamartine de construire tout un discours sur la nécessité de rédiger des livres tout exprès pour le peuple…

— Ah! voilà le mal, Madame, répondit Reine ; il faut lire, et on n’a rien à lire. Les livres ont été faits pour d’autres. Excepté les évangélistes et celui qui a écrit l’Imitation de Jésus-Christ, les auteurs n’ont pas pensé à nous en les écrivant. C’est bien naturel, Madame, chacun pense à ceux de sa condition. Les auteurs, les écrivains, les poètes, les hommes qui ont fait des poèmes, des tragédies, des comédies, des romans, étaient tous des hommes d’une condition supérieure à la nôtre, ou du moins qui étaient sortis de notre condition obscure et laborieuse, pour s’élever à la société des rois, des reines, des princesses, des cours, des salons, des puissants, des riches, des heureux, des classes de loisir et de luxe, dans leur temps et dans leur pays.

[…] C’est vrai, dit Reine, excepté Robinson et la Vie des Saints , qu’est-ce donc qui a été écrit pour nous autres?. . . Ah ! il y a encore Télémaque et Paul et Virginie ajouta-t-elle, c’est vrai; c’est bien amusant et bien touchant, surtout Paul et Virginie.

Mais, cependant, Télémaque traite de la manière dont il faut s’y prendre pour gouverner un peuple, et cela ne nous regarde guère ; et ce livre a été écrit pour l’éducation du petit-fils d’un roi ; ce n’est pas notre état, à nous, n’est-ce pas. Madame?

Ces aventures, bien belles cependant, ne sont pas les nôtres. Ce sont des tableaux de choses que nous n’avons pas vues et que nous ne verrons jamais chez nous, dans nos familles, dans nos ménages, dans nos états.

Qui est-ce donc qui fait des livres ou des poëmes pour nous? Personne! excepté ceux qui font des almanachs, mais encore qui les remplissent de niaiseries et de bons mots balayés de l’année dernière dans l’année nouvelle ; ceux qui font des romans que les filles sont obligées de cacher aux mères de famille honnêtes, et ceux qui font des chansons que les lèvres chastes se refusent à chanter. Je ne parle pas de M. Béranger, qui en a bien, dit-on, quelques-unes sur la conscience, mais qui met maintenant la sagesse et la bonté de son âme en couplets qui sont trop beaux pour être chantés11!

La conclusion vibrante de Reine frappe Lamartine :

Ah! quand viendra donc une bibliothèque des pauvres gens? Qui est-ce qui nous fera la charité d’un livre12?

Loin de penser devant cette demande à une remédiation pragmatique par l’instruction, et à un don immédiat de livres pour fonder cette « bibliothèque des pauvres », le romancier se transforme en visionnaire: la réflexion de Reine relèverait d’une inspiration quasi divine pérennisant l’écart entre des classes pauvres, et selon lui intellectuellement indigentes, qui n’auraient d’autres besoins que d’être éduquées:

Elle dit cela avec un bon sens supérieur à son éducation, et avec un accent si pénétré de l’indigence intellectuelle des classes auxquelles elle appartenait, que cela me fit réfléchir un moment à la vérité et à la gravité de son observation13.

Lamartine décide alors de réfléchir à cette « bibliothèque des pauvres » en partant de ce qu’il connaît, c’est-à-dire la bibliothèque des classes sociales supérieures qu’on ne saurait visiblement mettre à disposition des « indigents intellectuels »:

Je passe en revue par la pensée en ce moment tous les rayons d’une bibliothèque bien composée.

Je mets en idée la main sur tous les principaux noms qui la meublent, et je cherche à y grouper une collection de volumes qui puisse alimenter la vie intérieure d’une honnête famille de laboureurs, de serviteurs, d’ouvriers, hommes, femmes, enfants, jeunes filles, vieillards ; livres à laisser sur la table et avec lesquels chacun puisse causer en silence, le dimanche ou le soir, sans avoir besoin qu’on les traduise ou qu’on les lui explique pour les entendre. Voyons, qu’est-ce que je trouve sous la main?

— Voilà la Bible. C’est un beau livre, plein de récits populaires comme l’enfance du genre humain, mais plein de mystères, de scandales de mœurs, de crimes et de férocités qui dépraveraient l’esprit, le cœur et les mœurs, si on la jetait non commentée et non châtiée dans les mains des enfants et dans l’inintelligence historique des masses.

Voilà Homère, Platon, Sophocle, Eschyle! Mais ce sont d’autres époques, d’autres mœurs, une autre langue; c’est du grec. Rien! Voilà Virgile, Horace, Cicéron, Juvénal, Tacite! Mais c’est du latin! le peuple ne le sait pas. Rien! Voilà Milton, Shakespeare, Pope, Dryden, lord Byron, Crabbe, surtout! C’est de l’anglais. Rien! Voilà le Tasse, le Dante, Schiller, Goethe […]((Idem.)).

Voici donc Lamartine attristé, non pas du manque d’instruction du peuple, mais du manque d’ouvrages adaptés selon lui au peuple :

Ces réflexions m’attristèrent profondément en regardant la figure candide et souffrante de la pauvre Reine, âme altérée cherchant en vain les sources où elle pût étancher cette soif naturelle à tous de connaître et d’aimer. Je lui dis :

— Mais, selon vous, Reine, quelle serait la bibliothèque qu’il faudrait composer pour les familles de votre condition? Voilà un catalogue ; voyons, essayez de la choisir vous-même. — Nous essayâmes ensemble et nous ne pûmes jamais arriver qu’à cinq ou six ouvrages que j’ai déjà cités.

— Il faudrait les inventer, Monsieur, car décidément ils n’existent pas dans la langue. Il y a des centaines , des milliers de livres pour vous ; pour nous autres il n’y a que des pages.

— Peut-être bien, lui répondis-je, que le moment de les écrire est venu en effet, car voilà que tout le monde sait lire; voilà que tout le monde, par une moralité évidemment croissante dans les masses, va donner au loisir intellectuel le temps enlevé aux vices et aux débauches d’autrefois; voilà que l’aisance générale augmente aussi par l’augmentation du travail et des industries ; voilà que le gouvernement va être contraint de s’élargir et d’appeler chacun à exercer une petite part de droit, de choix, de volonté, d’intelligence appliquée au service du pays ; tout cela suppose et nécessite aussi une part de temps infiniment plus importante consacrée à la lecture, cet enseignement solitaire dans l’intérieur de chaque famille. La pensée et l’âme vont travailler double dans toutes les classes de la société. Les livres sont les outils de ce travail. moral. Il vous faut des outils adaptés à votre main.

— C’est encore vrai, dit-elle14.

La gentille ouvrière repart donc à Aix avec ses poèmes qui ne seront jamais imprimés, car jugés gentils mais impropres à édition par Lamartine. La démonstration est ainsi faite que le peuple ne peut écrire pour le peuple. Geneviève est heureuse d’avoir parlé à un poète si modeste qu’il a accepté de partager son repas avec elle, et le poète est ravi d’avoir désormais pour projet d’écrire des ouvrages pour les pauvres. Ce projet se concrétisera d’ailleurs pour Lamartine par des publications comme une participation à la Librairie Hachette bien récompensée financièrement.

Dix ans après la publication de Geneviève, la « bibliothèque des pauvres gens » est précisément celle contre laquelle s’inscrit la bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) lors de sa naissance en 1861. Si les fondateurs de cette bibliothèque partagent l’analyse de Lamartine sur la nécessaire moralisation du temps libre, ils comptent bien être instruits et non éduqués. Là où Lamartine veut éduquer « les pauvres gens », la BAI veut instuire le peuple en son entier, en lui donnant accès à tous les ouvrages, ouvrages qui lui permettraient à son tour d’accéder à la rhétorique politique, comme Lamartine en 1848… S’opposant au catalogue d’une bibliothèque lambda réservée aux couches sociales supérieures, dont Lamartine a souligné l’inutilité puisqu’il aligne des titres abscons pour « l’indigent intellectuel », mais aussi à un catalogue d’éditions populaires confortant le peuple dans son statut « d’indigent intellectuel »,  la BAI créera un fonds encyclopédique  pour tous. Le  catalogue de la BAI est pédagogique, organisé par thématiques facilement compréhensibles, et distribué à tous les lecteurs.  Catalogue que j’évoquerai dans un prochain billet….

  1. Voir entre autres : Garguilo René, « Un paternalisme littéraire : Chateaubriand, Lamartine, Hugo et la littérature prolétarienne » In: Romantisme, 1983, n°39. Poésie et société. pp. 61-72 www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1983_num_13_39_4663 et Michel Pierre « Prenez et lisez ! Lamartine et le livre populaire » In: Romantisme, 1985, n°47. Le livre et ses lectures. pp. 17-30: www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1985_num_15_47_4709  []
  2. Correspondance inédite d’Alphonse de Lamartine. T. 1, 1817-février 1848,  Textes réunis, présentés et annotés par Christian Croisille, Clermont-Ferrand, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques de l’Université Blaise-Pascal, 1994, p.224-225. []
  3. A. de Lamartine, Geneviève: histoire d’une servante, Paris, Michel Lévy frères, 1851 []
  4. Idem. []
  5. Idem. []
  6. Idem. []
  7. Idem. []
  8. Idem. []
  9. Idem. []
  10. Idem. []
  11. Idem. []
  12. Idem. []
  13. Idem. []
  14. Idem. []

(Demandez) le programme du colloque sur les bibliothèques populaires 2014

   A la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter énumère les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. Six ans plus tard, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoque les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Organisé à l’initiative de la toujours vivace Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3 e arrondissement, un colloque explorera en juin 2014 ces pistes fécondes. On en trouvera ci-dessous le programme.

Certains des intervenants publieront ici des billets faisant état de leurs recherches ou développeront des points que le temps forcément contraint d’un colloque oblige à résumer. Nous espérons aussi que ce carnet, grâce à la magie des mots-clé, nous amènera des lecteurs aux greniers emplis d’archives. En effet, l’aventure des bibliothèques populaires ne se borne pas aux statuts et catalogues imprimés, aux archives institutionnelles.

Nous sommes à la recherche d’archives inédites, de photographies, de lettres, d’affiches, de livrets de lecteurs … qu’on se le dise! Il ne faut pas hésiter à contacter la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

   

Et voici donc le programme, pour le moment sagement rangé par ordre alphabétique :

PROGRAMME DU COLLOQUE: 6 et 7 juin 2014 (Arsenal, BnF)

Comité scientifique: Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint Quentin) ; Agnès SANDRAS (BnF)

 

Isabelle ANTONUTTI (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »

Loïc ARTIAGA (Université de Limoges), « La bibliothèque de l’Union des coopérateurs de Limoges (1924-2014) »

Alan BAKER (Cambridge University), « Les bibliothèques populaires et la connaissance géographique dans la France rurale (1860-1900) »

Marie-Françoise CACHIN  (Université Paris-Diderot), « Introuvables bibliothèques populaires britanniques »

Loïc CHALMEL (Université de Lorraine/ Laboratoire Alsace-Lorraine) : « Ex libris veritas »

Fabrice CHAMBON (Bibliothèques de Montreuil), « Actualités des bibliothèques populaires. Entre tentatives de valorisation du patrimoine et héritage militant : le cas de Montreuil »

Carole CHRISTEN (Université Lille Nord de France-Lille 3 – Institut universitaire de France), « Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du XIXe siècle ? »

Claude COLLARD (Bibliothèque nationale de France), « L’aventure continue au XXe siècle : les conférences des amis de l’Instruction à Chalon sur Saône dans les années 60 »

Pierre FAROUILH, Danièle MAJCHRZAK (Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement), « Promenade(s) avec les premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement »

Marie GALVEZ(Bibliothèque nationale de France), «La création de la salle B ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale sous le Second Empire »

Jean-Charles GESLOT (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)  »

Hélène LANUSSE-CAZALÉ (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au XIXe siècle »

Bruno LIESEN (Université libre de Bruxelles), « Les bibliothèques populaires de la Ville de Bruxelles : un réseau communal d’inspiration laïque »

Etienne NADDEO (Ecole nationale des Chartes), « Les bibliothèques populaires de Paris et de sa banlieue sous l’Occupation (1940-1945) »

Charlotte PERROT-DESSAUX (Université Paris Diderot), « Les bibliothèques populaires argentines ou quand la lecture « publique » est prise en charge par la communauté »

Denis SAILLARD (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) »

Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France), « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon »

Charles-Éloi VIAL (Bibliothèque nationale de France), « Des bibliothèques de prêt méconnues : les lectures de domestiques dans les palais de la Couronne au XIXe siècle »