Archives par mot-clé : catalogue

La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!

Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel (…), 1883. Gallica (BnF)

On doit à la belle initiative d’habitants de Saint-Arnoult-en-Yvelines appartenant à la société historique et archéologique locale la reconstitution d’une partie du fonds de la bibliothèque populaire fondée au XIXe siècle. Inaugurée le 11 février 2017, la bibliothèque Jules Poupinel au Moulin-Neuf permet aux Arnolphiens de découvrir 350 ouvrages provenant de l’ancienne bibliothèque populaire, sur place et sur demande à la Société. La bibliothèque sera également ouverte lors des Journées du patrimoine.

L’inscription de l’histoire de la lecture dans le patrimoine local, via la redécouverte des bibliothèques populaires, est souvent le reflet de l’énergie tenace des fondateurs de ces bibliothèques qui ont marqué durablement l’inconscient de leurs communes. C’est le cas pour Saint-Arnoult-en-Yvelines où la fondation de la bibliothèque populaire a permis aux habitants d’accéder en nombre à la lecture, mais  également déchaîné les passions quant aux livres à mettre au catalogue. En effet, si sous le Second Empire et les débuts autoritaires de la IIIe République différentes composantes de la société ont œuvré ensemble pour créer des bibliothèques, l’alliance vole en éclats dans la décennie 1880, et nombre de créations sont désormais marquées par un républicanisme anticlérical 1.

Jules Poupinel (1823-1891), avocat, vit entre son domicile parisien de la rue Murillo et Saint-Arnoult-en-Yvelines où sa famille possède le château du Mesnil. Il est conseiller général républicain de l’arrondissement de Dourdan et maire de Saint-Arnoult  de 1878 à 1881, puis de 1888 à 1891. La création de la bibliothèque populaire est votée par la municipalité en 1877 à l’initiative du docteur Joseph Rémond, membre comme Jules Poupinel du Conseil municipal2. Elle entre en fonctionnement en 1878 dans les locaux de la mairie et prend le nom de « bibliothèque populaire communale ». Ce type de fondation est alors assez répandu dans les communes de trop petite taille pour entretenir une bibliothèque municipale mais désireuses de fournir à la population la possibilité d’emprunter des livres: l’achat des livres, le fonctionnement de la bibliothèque sont assurés en partie grâce au bénévolat, et la commune complète éventuellement par une subvention et la fourniture de locaux gratuits3. Les créateurs suivent fidèlement les conseils de la Société Franklin : cette société donne en effet par l’intermédiaire de son bulletin de multiples conseils pour fonder et entretenir une bibliothèque populaire4. Entre autres conseils suivis par la bibliothèque populaire de Saint-Arnoult on retrouve :

  • la désignation de membres du conseil municipal à la tête de la bibliothèque, afin de fluidifier les relations avec les autorités
  • la volonté de délasser et instruire (le catalogue porte la mention « récréation et instruction ») reprise des Amis de l’Instruction  par la Société Franklin
  • l’appel aux dons de livres
  • les conseils insérés dans les ouvrages  pour que les lecteurs prennent soin des livres empruntés: « Ne point marquer d’un pli ou (comme on dit) d’une corne la page à laquelle on s’arrête : une marque est inutile au lecteur attentif (…) Ne jamais tourner les feuillets en les froissant avec un doigt mouillé. Etc5.

Le succès est au rendez-vous et les statistiques de prêt sont rapidement satisfaisantes pour une petite ville d’environ 1500 habitants. Jules Poupinel indique que:

27 volumes ont été prêtés en 1878.

259 — — 1879.

509 — — 1880.

1.166 — — 1881.

663 — — 18826.

Toutefois l’année 1882 connaît une décrue que Jules Poupinel analyse par le fait que les livres les plus amusants sont désormais connus des lecteurs, et d’autre part parce qu’il a fallu faire entrer les livres pour les cataloguer. Mais le catalogue constitue pour lui une promesse de nouveaux emprunts. Ici encore, il fait siens les principes de la Société Franklin qui recommande, tirant profit des expériences des bibliothèques des Amis de l’Instruction parisienne et des initiatives de Jean Macé en Alsace, de distribuer des catalogues simples et pédagogiques aux lecteurs afin de les attirer vers d’autres lectures:

La diminution des prêts en 1882 s’explique par ce fait que
les livres les plus amusants ont tous été lus, et qu’il a fallu
faire rentrer tous les volumes pour faire ce catalogue.

Cependant trop de livres sont restés sur les rayons et n’ont
pas encore été demandés, probablement parce qu’on ne les
connaît pas, ou qu’on ignore qu’ils sont là.

Ce catalogue, en les faisant connaître, augmentera certai-
nement le nombre des prêts; c’est dans ce but que je l’ai fait
imprimer et que j’en offre un exemplaire à chaque ménage7.

Distribué à chaque famille de Saint-Arnoult, le catalogue est donc organisé, selon les principes de la société Franklin, en suivant  un classement simple qui doit permettre au lecteur éventuellement peu instruit de repérer immédiatement des thèmes qui lui donneront envie de lire d’autres ouvrages que des romans:

  • A Philosophie. — Religions. — Morale. — Politique.
  • B Agriculture. — Horticulture. — Sylviculture. — Pisciculture, etc.
  • G Législation. — Administration. — Economie politique.
  • D Industrie. — Commerce. — Arts et Métiers.
  • E Hygiène. — Connaissances utiles.
  • F Pédagogie.
  • G Littérature. — Théâtre. — Poésie. — Contes. — Romans.— Œuvres diverses.
  • H Sciences mathématiques, physiques et naturelles. — Astronomie.
  • I Histoire. — Biographies.
  • J Géographie.—Voyages.

Mais Jules Poupinel enfreint totalement les conseils de modération de la Société Franklin en décidant de commenter abondamment les thématiques et certains ouvrages. Le catalogue devient pour lui une véritable tribune, particulièrement en matière de religion. Il se livre par exemple  à de longs développements sur la « secte catholique ». Il n’est donc pas étonnant que quelques semaines plus tard une brochure anonyme réplique ainsi : À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud8. Le rédacteur entend démontrer que les catholiques sont plus de 5 dans le canton, contrairement à ce que Jules Poupinel a avancé, et réfuter en une soixantaine de pages les assertions anticléricales du catalogue.

Brochure: A propos de la bibliothèque communale (…) 1883. Gallica (BnF)

La composition du fonds ne dénote pas quant à elle en 1883 d’audace particulière. On n’y trouve pas, contrairement à certaines bibliothèques des Amis de l’Instruction, d’ouvrages très polémiques en matière de religion ou de politique, ou pouvant choquer comme ceux de Zola9. En revanche, cette composition montre un réel souci de s’adresser à une population en quête de délassement et d’instruction:  romans les plus en vogue comme ceux de Dumas ou de Walter Scott, ouvrages adaptés à la composition de la population, comme ceux s’adressant aux instituteurs, ou bien encore aux agriculteurs.

Catalogue de la bibliothèque (….) 1883. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La bibliothèque populaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines revit!," in Bibliothèques populaires, 26/02/2017, http://bai.hypotheses.org/1283.
  1. Voir: Agnès Sandras, « « Chapeau vissé »: les bibliothèques populaires de la Drôme, fer de lance de l’anticléricalisme dans les années 1900?, » in Bibliothèques populaires, 21/11/2013, https://bai.hypotheses.org/747. []
  2.  Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  3. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir. Agnès Sandras], Presses de l’enssib, 2014 []
  4. « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  5. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  6. Catalogue de la Bibliothèque populaire de Saint-Arnoult offert par M. Jules Poupinel,   impr. de E. Aubert, Versailles,68 p. []
  7. Ibid. []
  8. À propos de la Bibliothèque communale de Saint-Arnoult (Seine-et-Oise). Modestes observations et lettre aux infortunés cinq par le sixième catholique et Beauceron du canton sud, L. Ronce, Versailles, 1883. []
  9. Agnès Sandras, « 1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola, » in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107. []

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Lamartine, la couturière et la « bibliothèque des pauvres gens »

Lamartine à l'Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)
Lamartine à l’Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)

La visite à Lamartine de la petite couturière aixoise, Reine Garde, a déjà été largement commentée1. Il est vrai que cette entrevue est à la fois passionnante par son côté prophétique et son caractère édifiant. Néanmoins, les différents utilisateurs de ce texte ont laissé de côté un passage qui ne relève pas du champ strict de leurs recherches, mais qui intéresse grandement la réflexion sur le contexte de la naissance des bibliothèques populaires.

Pour bien comprendre, il faut revenir à la décennie durant laquelle Lamartine s’intéresse particulièrement à la question de l’éducation populaire :

De 1843 à 1847, Lamartine va acquérir une immense popularité. Ses discours à la Chambre et ses articles du Bien public, reproduits par les journaux de Paris et de province, ont un profond retentissement sur l’opinion publique. Il reçoit de très nombreuses lettres, souvent écrites par des gens modestes, qui lui disent leur confiance et l’encouragent. C’est à cette époque qu’il prend conscience de l’importance de l’éducation populaire et qu’il commence à réfléchir aux moyens d’y prendre part. Après l’échec de 1848, il s’efforcera de les mettre en pratique, à sa manière d’écrivain et selon ses convictions propres, avec des journaux comme Le Conseiller du peuple ou Le Civilisateur, et des romans édifiants comme Geneviève ou Le Tailleur de pierre de Saint-Point2.

Geneviève (1851)3 est ce roman édifiant dans lequel Lamartine raconte comment une modeste couturière aixoise prend la diligence depuis Marseille pour rencontrer celui qu’elle admire tant depuis qu’elle a lu ses poèmes, et parce que huit jours plus tôt elle a lu « dans le journal de Marseille des vers superbes de M. Joseph Autran adressés à M. de Lamartine. Ces vers m’inspirèrent le désir passionné de voir la personne qui avait inspiré de si belles choses au poëte de notre province »4.

Lamartine prend bien soin de donner tous les signes permettant à ses lecteurs d’identifier Geneviève comme une femme du peuple:

[…] une femme, jeune encore, d’environ trente-six ou quarante ans. Elle était vêtue en journalière de peu d’aisance ou de peu de luxe; une robe d’indienne rayée, déteinte et fanée; un fichu de coton blanc sur le cou; ses cheveux noirs proprement lissés, mais un peu poudrés, comme ses souliers, de la poussière de la route en été5.

Geneviève explique à Lamartine qu’elle peut lire le journal grâce à la générosite d’anciens patrons dont elle a été la servante :

Monsieur et ses demoiselles qui savent mon inclination pour la lecture, et que je n’ai pas les moyens de me procurer des livres et les papiers, me prêtent quelquefois la gazette quand il y a quelque chose qu’ils pensent pouvoir m’intéresser, comme des gravures de modes, des modèles de chapeaux de femmes, des romans bien intéressants ou des vers comme ceux de Reboul, le boulanger de Nîmes, ou de Jasmin, le coiffeur d’Agen, ou des vôtres, Monsieur, car ils savent que c’est tout mon plaisir de lire des vers, surtout des vers qui chantent bien dans l’oreille ou qui pleurent bien dans les yeux6!

C’est chez ces mêmes personnes qu’elle a appris à déchiffrer, et contracté le virus de la lecture :

Pendant que les demoiselles faisaient leur éducation, en allant et venant dans la salle, j’attrapais un bout de leurs leçons. Je lisais dans leurs livres, enfin j’étais comme la muraille qui entend tout et qui ne dit rien. Cela fit que j’appris de moi-même à lire, à écrire, à compter, à coudre, à broder, à blanchir, à couper des robes, enfin tout ce qu’une fille apprend dans un cher apprentissage. Je leur taillais moi-même leurs habits, je les coiffais à Aix pour les soirées ou pour les bals ; elles ne trouvaient rien de bien fait que ce que j’avais fait, et, en récompense, quand elles sortaient bien belles et bien parées pour le bal, et que j’étais obligée de les attendre souvent jusqu’à des deux ou trois heures du matin dans leurs chambres pour les déshabiller à leur retour, elles me disaient : « Reine, tiens, voilà un de nos livres qui t’amusera pendant que nous danserons». Je le prenais, je m’asseyais toute seule au coin de leur feu et je lisais le livre toute la nuit, et puis quand j’avais fini , je le relisais encore jusqu’à ce que je l’eusse bien compris ; et quand je n’avais pas bien compris tout, à cause de ma simplicité et de mon état, je leur demandais de m’expliquer la chose, et elles se faisaient un plaisir de me satisfaire7.

Devenue modeste couturière à Aix, Reine Garde trouve encore des personnes de catégories sociales supérieures à la sienne pour lui prêter des livres. Ses propos sont à lire en creux. Reine sait pertinemment, et elle y reviendra plus loin, que les beaux messieurs sont plus enclins à pousser les jeunes femmes à la débauche qu’à leur prêter des livres innocents:

Et puis on est très bon pour moi à Aix. Croiriez-vous que des messieurs comme vous, des messieurs du quartier d’en haut, des hommes instruits, des personnes de l’Académie même, qui savent que j’aime la lecture et que j’ai même écrit dans l’occasion quelques bêtises, quelques vers pour des fêtes, pour celle-ci, ou celui-là, croiriez-vous qu’ils ne rougissent pas de s’arrêter quelquefois en passant devant ma porte, d’entrer dans ma boutique, de m’apporter tantôt un livre qu’ils me prêtent, tantôt un journal, et de causer familièrement avec moi comme si j’étais quelqu’un8?

Loin de reprendre le discours catholique sur les dangers des romans, Geneviève affirme simplement que la lecture la préserve de sorties dans des lieux mal famés et des risques de la solitude :

Il y en a aussi qui s’en vont dans les lieux où l’on perd son temps et sa jeunesse, les guinguettes, les cabarets, les cafés. Que voulez-vous que les filles honnêtes comme nous fassent alors du reste de la soirée, surtout en hiver, quand les jours sont courts? Il faut bien lire ou devenir pierre à regarder blanchir ses quatre murs ou fumer ses deux tisons dans le foyer9!

Brûlant d’en savoir plus, Lamartine fait intervenir sa femme, plus apte sans doute à ne pas effaroucher une pudeur féminine: « Mais que pouvez-vous lire ? demanda ma femme »10.

La réponse de Reine est édifiante. Elle appelle à une lecture ne sortant pas de la condition socio-économique du lecteur, et souligne que personne n’a pensé à écrire pour les pauvres. Cette réponse fictive va permettre à Lamartine de construire tout un discours sur la nécessité de rédiger des livres tout exprès pour le peuple…

— Ah! voilà le mal, Madame, répondit Reine ; il faut lire, et on n’a rien à lire. Les livres ont été faits pour d’autres. Excepté les évangélistes et celui qui a écrit l’Imitation de Jésus-Christ, les auteurs n’ont pas pensé à nous en les écrivant. C’est bien naturel, Madame, chacun pense à ceux de sa condition. Les auteurs, les écrivains, les poètes, les hommes qui ont fait des poèmes, des tragédies, des comédies, des romans, étaient tous des hommes d’une condition supérieure à la nôtre, ou du moins qui étaient sortis de notre condition obscure et laborieuse, pour s’élever à la société des rois, des reines, des princesses, des cours, des salons, des puissants, des riches, des heureux, des classes de loisir et de luxe, dans leur temps et dans leur pays.

[…] C’est vrai, dit Reine, excepté Robinson et la Vie des Saints , qu’est-ce donc qui a été écrit pour nous autres?. . . Ah ! il y a encore Télémaque et Paul et Virginie ajouta-t-elle, c’est vrai; c’est bien amusant et bien touchant, surtout Paul et Virginie.

Mais, cependant, Télémaque traite de la manière dont il faut s’y prendre pour gouverner un peuple, et cela ne nous regarde guère ; et ce livre a été écrit pour l’éducation du petit-fils d’un roi ; ce n’est pas notre état, à nous, n’est-ce pas. Madame?

Ces aventures, bien belles cependant, ne sont pas les nôtres. Ce sont des tableaux de choses que nous n’avons pas vues et que nous ne verrons jamais chez nous, dans nos familles, dans nos ménages, dans nos états.

Qui est-ce donc qui fait des livres ou des poëmes pour nous? Personne! excepté ceux qui font des almanachs, mais encore qui les remplissent de niaiseries et de bons mots balayés de l’année dernière dans l’année nouvelle ; ceux qui font des romans que les filles sont obligées de cacher aux mères de famille honnêtes, et ceux qui font des chansons que les lèvres chastes se refusent à chanter. Je ne parle pas de M. Béranger, qui en a bien, dit-on, quelques-unes sur la conscience, mais qui met maintenant la sagesse et la bonté de son âme en couplets qui sont trop beaux pour être chantés11!

La conclusion vibrante de Reine frappe Lamartine :

Ah! quand viendra donc une bibliothèque des pauvres gens? Qui est-ce qui nous fera la charité d’un livre12?

Loin de penser devant cette demande à une remédiation pragmatique par l’instruction, et à un don immédiat de livres pour fonder cette « bibliothèque des pauvres », le romancier se transforme en visionnaire: la réflexion de Reine relèverait d’une inspiration quasi divine pérennisant l’écart entre des classes pauvres, et selon lui intellectuellement indigentes, qui n’auraient d’autres besoins que d’être éduquées:

Elle dit cela avec un bon sens supérieur à son éducation, et avec un accent si pénétré de l’indigence intellectuelle des classes auxquelles elle appartenait, que cela me fit réfléchir un moment à la vérité et à la gravité de son observation13.

Lamartine décide alors de réfléchir à cette « bibliothèque des pauvres » en partant de ce qu’il connaît, c’est-à-dire la bibliothèque des classes sociales supérieures qu’on ne saurait visiblement mettre à disposition des « indigents intellectuels »:

Je passe en revue par la pensée en ce moment tous les rayons d’une bibliothèque bien composée.

Je mets en idée la main sur tous les principaux noms qui la meublent, et je cherche à y grouper une collection de volumes qui puisse alimenter la vie intérieure d’une honnête famille de laboureurs, de serviteurs, d’ouvriers, hommes, femmes, enfants, jeunes filles, vieillards ; livres à laisser sur la table et avec lesquels chacun puisse causer en silence, le dimanche ou le soir, sans avoir besoin qu’on les traduise ou qu’on les lui explique pour les entendre. Voyons, qu’est-ce que je trouve sous la main?

— Voilà la Bible. C’est un beau livre, plein de récits populaires comme l’enfance du genre humain, mais plein de mystères, de scandales de mœurs, de crimes et de férocités qui dépraveraient l’esprit, le cœur et les mœurs, si on la jetait non commentée et non châtiée dans les mains des enfants et dans l’inintelligence historique des masses.

Voilà Homère, Platon, Sophocle, Eschyle! Mais ce sont d’autres époques, d’autres mœurs, une autre langue; c’est du grec. Rien! Voilà Virgile, Horace, Cicéron, Juvénal, Tacite! Mais c’est du latin! le peuple ne le sait pas. Rien! Voilà Milton, Shakespeare, Pope, Dryden, lord Byron, Crabbe, surtout! C’est de l’anglais. Rien! Voilà le Tasse, le Dante, Schiller, Goethe […]((Idem.)).

Voici donc Lamartine attristé, non pas du manque d’instruction du peuple, mais du manque d’ouvrages adaptés selon lui au peuple :

Ces réflexions m’attristèrent profondément en regardant la figure candide et souffrante de la pauvre Reine, âme altérée cherchant en vain les sources où elle pût étancher cette soif naturelle à tous de connaître et d’aimer. Je lui dis :

— Mais, selon vous, Reine, quelle serait la bibliothèque qu’il faudrait composer pour les familles de votre condition? Voilà un catalogue ; voyons, essayez de la choisir vous-même. — Nous essayâmes ensemble et nous ne pûmes jamais arriver qu’à cinq ou six ouvrages que j’ai déjà cités.

— Il faudrait les inventer, Monsieur, car décidément ils n’existent pas dans la langue. Il y a des centaines , des milliers de livres pour vous ; pour nous autres il n’y a que des pages.

— Peut-être bien, lui répondis-je, que le moment de les écrire est venu en effet, car voilà que tout le monde sait lire; voilà que tout le monde, par une moralité évidemment croissante dans les masses, va donner au loisir intellectuel le temps enlevé aux vices et aux débauches d’autrefois; voilà que l’aisance générale augmente aussi par l’augmentation du travail et des industries ; voilà que le gouvernement va être contraint de s’élargir et d’appeler chacun à exercer une petite part de droit, de choix, de volonté, d’intelligence appliquée au service du pays ; tout cela suppose et nécessite aussi une part de temps infiniment plus importante consacrée à la lecture, cet enseignement solitaire dans l’intérieur de chaque famille. La pensée et l’âme vont travailler double dans toutes les classes de la société. Les livres sont les outils de ce travail. moral. Il vous faut des outils adaptés à votre main.

— C’est encore vrai, dit-elle14.

La gentille ouvrière repart donc à Aix avec ses poèmes qui ne seront jamais imprimés, car jugés gentils mais impropres à édition par Lamartine. La démonstration est ainsi faite que le peuple ne peut écrire pour le peuple. Geneviève est heureuse d’avoir parlé à un poète si modeste qu’il a accepté de partager son repas avec elle, et le poète est ravi d’avoir désormais pour projet d’écrire des ouvrages pour les pauvres. Ce projet se concrétisera d’ailleurs pour Lamartine par des publications comme une participation à la Librairie Hachette bien récompensée financièrement.

Dix ans après la publication de Geneviève, la « bibliothèque des pauvres gens » est précisément celle contre laquelle s’inscrit la bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) lors de sa naissance en 1861. Si les fondateurs de cette bibliothèque partagent l’analyse de Lamartine sur la nécessaire moralisation du temps libre, ils comptent bien être instruits et non éduqués. Là où Lamartine veut éduquer « les pauvres gens », la BAI veut instuire le peuple en son entier, en lui donnant accès à tous les ouvrages, ouvrages qui lui permettraient à son tour d’accéder à la rhétorique politique, comme Lamartine en 1848… S’opposant au catalogue d’une bibliothèque lambda réservée aux couches sociales supérieures, dont Lamartine a souligné l’inutilité puisqu’il aligne des titres abscons pour « l’indigent intellectuel », mais aussi à un catalogue d’éditions populaires confortant le peuple dans son statut « d’indigent intellectuel »,  la BAI créera un fonds encyclopédique  pour tous. Le  catalogue de la BAI est pédagogique, organisé par thématiques facilement compréhensibles, et distribué à tous les lecteurs.  Catalogue que j’évoquerai dans un prochain billet….

  1. Voir entre autres : Garguilo René, « Un paternalisme littéraire : Chateaubriand, Lamartine, Hugo et la littérature prolétarienne » In: Romantisme, 1983, n°39. Poésie et société. pp. 61-72 www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1983_num_13_39_4663 et Michel Pierre « Prenez et lisez ! Lamartine et le livre populaire » In: Romantisme, 1985, n°47. Le livre et ses lectures. pp. 17-30: www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1985_num_15_47_4709  []
  2. Correspondance inédite d’Alphonse de Lamartine. T. 1, 1817-février 1848,  Textes réunis, présentés et annotés par Christian Croisille, Clermont-Ferrand, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques de l’Université Blaise-Pascal, 1994, p.224-225. []
  3. A. de Lamartine, Geneviève: histoire d’une servante, Paris, Michel Lévy frères, 1851 []
  4. Idem. []
  5. Idem. []
  6. Idem. []
  7. Idem. []
  8. Idem. []
  9. Idem. []
  10. Idem. []
  11. Idem. []
  12. Idem. []
  13. Idem. []
  14. Idem. []

(Demandez) le programme du colloque sur les bibliothèques populaires 2014

   A la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter énumère les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. Six ans plus tard, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoque les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Organisé à l’initiative de la toujours vivace Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3 e arrondissement, un colloque explorera en juin 2014 ces pistes fécondes. On en trouvera ci-dessous le programme.

Certains des intervenants publieront ici des billets faisant état de leurs recherches ou développeront des points que le temps forcément contraint d’un colloque oblige à résumer. Nous espérons aussi que ce carnet, grâce à la magie des mots-clé, nous amènera des lecteurs aux greniers emplis d’archives. En effet, l’aventure des bibliothèques populaires ne se borne pas aux statuts et catalogues imprimés, aux archives institutionnelles.

Nous sommes à la recherche d’archives inédites, de photographies, de lettres, d’affiches, de livrets de lecteurs … qu’on se le dise! Il ne faut pas hésiter à contacter la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

   

Et voici donc le programme, pour le moment sagement rangé par ordre alphabétique :

PROGRAMME DU COLLOQUE: 6 et 7 juin 2014 (Arsenal, BnF)

Comité scientifique: Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint Quentin) ; Agnès SANDRAS (BnF)

 

Isabelle ANTONUTTI (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »

Loïc ARTIAGA (Université de Limoges), « La bibliothèque de l’Union des coopérateurs de Limoges (1924-2014) »

Alan BAKER (Cambridge University), « Les bibliothèques populaires et la connaissance géographique dans la France rurale (1860-1900) »

Marie-Françoise CACHIN  (Université Paris-Diderot), « Introuvables bibliothèques populaires britanniques »

Loïc CHALMEL (Université de Lorraine/ Laboratoire Alsace-Lorraine) : « Ex libris veritas »

Fabrice CHAMBON (Bibliothèques de Montreuil), « Actualités des bibliothèques populaires. Entre tentatives de valorisation du patrimoine et héritage militant : le cas de Montreuil »

Carole CHRISTEN (Université Lille Nord de France-Lille 3 – Institut universitaire de France), « Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du XIXe siècle ? »

Claude COLLARD (Bibliothèque nationale de France), « L’aventure continue au XXe siècle : les conférences des amis de l’Instruction à Chalon sur Saône dans les années 60 »

Pierre FAROUILH, Danièle MAJCHRZAK (Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement), « Promenade(s) avec les premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement »

Marie GALVEZ(Bibliothèque nationale de France), «La création de la salle B ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale sous le Second Empire »

Jean-Charles GESLOT (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)  »

Hélène LANUSSE-CAZALÉ (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au XIXe siècle »

Bruno LIESEN (Université libre de Bruxelles), « Les bibliothèques populaires de la Ville de Bruxelles : un réseau communal d’inspiration laïque »

Etienne NADDEO (Ecole nationale des Chartes), « Les bibliothèques populaires de Paris et de sa banlieue sous l’Occupation (1940-1945) »

Charlotte PERROT-DESSAUX (Université Paris Diderot), « Les bibliothèques populaires argentines ou quand la lecture « publique » est prise en charge par la communauté »

Denis SAILLARD (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) »

Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France), « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon »

Charles-Éloi VIAL (Bibliothèque nationale de France), « Des bibliothèques de prêt méconnues : les lectures de domestiques dans les palais de la Couronne au XIXe siècle »