Archives par mot-clé : Denis Poulot

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []