Archives par mot-clé : Géographie

LES BIBLIOTHÈQUES POPULAIRES ET LA PROMOTION DE LA CONNAISSANCE GÉOGRAPHIQUE 1860-1890

 

Catalogue   de la Bibliothèque populaire de Toulon. Toulon, impr. J. Laurent,1864. Section Géographie et voyages. Gallica (BnF)

Les bibliothèques populaires ont contribué, au même titre que la conscription militaire, l’école primaire et le réseau ferroviaire, à un élargissement des horizons géographiques et des connaissances des provinciaux français dans la seconde moitié du XIXe siècle1. Mais combien de livres de géographie existait-il dans les bibliothèques populaires provinciales avant 1900 et quels genres de connaissances géographiques transmettaient-ils?

Les catalogues des bibliothèques conservés par les archives de province offrent la possibilité de chercher des réponses à ces questions. Ceux de sept départements [Ariège, Finistère, Loir-et-Cher, Meurthe-et-Moselle, Pas-de-Calais, Vienne et Yonne2] sont à la base de cette étude. Vingt catalogues de bibliothèques, certains imprimés et d’autres manuscrits, datant de 1864 à 1890, fournissent des listes détaillées des collections dans la catégorie «Géographie et voyages»3. Les autorités privées et publiques qui promouvaient les bibliothèques populaires ont indiqué que les sections sur la géographie et les voyages devaient représenter entre 9% et 14% des fonds. En pratique, le pourcentage trouvé dans les catalogues des 20 bibliothèques étudiées ici se situe entre 3,7 et 36 %, mais la moyenne est de 9,4 et la médiane de 8,3. Alors que la bibliothèque d’Averdon (L-et-C) possédait seulement deux livres de géographie et de voyage en 1889, celle de Montoire (L-et-C) en proposait 132 en 1890. Quel genre de géographie et quels types de voyages étaient dépeints par les livres de ces bibliothèques?

Les catalogues répertoriaient parfois des livres comme relevant de la «Géographie» ou des «Voyages», ou classaient ces deux ensembles en une seule catégorie. Aucune classification plus fine n’a été fournie, les livres étant simplement répertoriés au hasard ou par ordre alphabétique, ou dans certains cas selon la date d’acquisition. Mais, avec le recul, il est possible d’identifier des catégories dans ces listes. Les 115 livres identifiés comme appartenant à la «Géographie» peuvent aujourd’hui être classés en cinq groupes: i) la géographie générale et les atlas; ii) la géographie systématique; iii) les géographies des continents et des océans; iv) la géographie de la France et de ses colonies; et v) les géographies d’autres pays et régions. Les 149 livres identifiés comme «Voyages» peuvent être classés en trois groupes: i) les histoires d’exploration; ii) des récits de voyages contemporains; iii) les voyages imaginaires. En évoquant les collections de ces 20 bibliothèques, je me concentrerai particulièrement sur les livres trouvés dans plusieurs catégories.

LA GÉOGRAPHIE

LA GÉOGRAPHIE GÉNÉRALE et LES ATLAS

Parmi les ouvrages étudiés, figuraient quatre livres sur la géographie générale et trois bibliothèques possédaient un atlas. Une seule œuvre a été conservée dans plus d’une vingtaine de bibliothèques: les huit volumes de la nouvelle édition de 1856 de Victor-Adolphe Malte-Brun de l’œuvre monumentale de son père, Conrad Malte-Brun, Géographie complète et universelle, 1820-1827. Conrad fut le premier secrétaire général de la Société de géographie de Paris 1822-1824, tandis que Victor occupa ce poste de 1859 à 1866. Une rue du 20e arrondissement de Paris porte le nom de Conrad. Ces travaux traitaient de l’histoire de la géographie en tant que discipline et de l’histoire de l’exploration géographique avant de fournir des comptes rendus très détaillés des pays, des continents et des océans.

LA GÉOGRAPHIE SYSTÉMATIQUE

Treize de ces livres se sont concentrés sur des thèmes et des processus géographiques plutôt que sur des régions et des lieux, comme l’Histoire d’un ruisseau (1869) d’Élisée Reclus et Géographie physique de la mer (2e édition 1861) de M. F. Maury. Mais aucun livre de ce type n’a été détenu par plus d’une des 20 bibliothèques. La connaissance géographique dans ces bibliothèques concernait moins les processus que les lieux.

GÉOGRAPHIES DES OCÉANS ET DES CONTINENTS

Sur les 13 livres de ces 20 bibliothèques traitant des continents et des océans, un seul était détenu par trois d’entre elles. Il s’agit de Continents et océans, introduction à l’étude de la géographie (1881) de George Grove, une traduction de l’anglais par Marie Tesson (1877). Ses trois chapitres traitaient des cartes et de la cartographie, des principales caractéristiques des continents et des océans, ainsi que des dangers physiques sur terre (comme les glaciers et les volcans) et sur la mer (côtes et icebergs). Sur les 12 autres livres, cinq concernaient la géographie de l’Afrique équatoriale ou de tout le continent africain.

GÉOGRAPHIES DE LA FRANCE ET DE SES COLONIES

Les œuvres portant sur la France dans ces 20 bibliothèques s’élevaient à 19. Deux avaient des exemplaires de Torrents, fleuves et canaux de la France (1880) par Henri Blerzy. Cet ouvrage portait sur les fleuves des Alpes, du bassin de la Seine et du reste de la France et leur utilisation et leur gestion pour la navigation. Le Rhin était la rivière la plus en vedette dans les collections de ces bibliothèques. Le Rhin français (1880) de Camille Farcy se trouvait uniquement dans la bibliothèque de Selles-sur-Cher, L-et-C, qui était aussi la seule à posséder Excursions sur les bords du Rhin (1855) par Alexandre Dumas (père). Mais Le Rhin (1842) de Victor Hugo, recueil de lettres fictives relatant diverses légendes sur la vallée du fleuve, se trouvait dans trois bibliothèques (Ouzouer-le-Doyen, L-et-C ; Bruay, P-de-C ; Montoire, L-et-C).

En voyage. Le Rhin, par Victor Hugo. Paris, Librairie du Victor Hugo illustré,18?? Gallica (BnF).

Les livres sur la France dans son ensemble comprenaient des exemplaires uniques, dans trois bibliothèques différentes: Géographie illustrée de la France et de ses colonies de Jules Verne (1867), Les richesses de la France. Étude complète sur la situation agricole, industrielle et commerciale de la France et de ses colonies de E. Kleine (1870), et La France illustrée: géographie, histoire, administration, statistique (1856) de Victor-Adolphe Malte-Brun. Mais cinq bibliothèques avaient un exemplaire de La France et ses colonies d’ Émile Levasseur (3 volumes: 1889, 1890, 1893).

Il y avait dans ces 20 bibliothèques presque autant de livres sur les colonies françaises que sur la France elle-même. Les titres des livres sur les colonies françaises en général et sur les colonies individuellement (comme la Nouvelle-Calédonie, la Tunisie, le Maroc et l’Indochine française) différaient considérablement d’une bibliothèque à l’autre, mais quelques ouvrages sur l’Algérie faisaient partie de plus d’une bibliothèque: E. Daumas, Moeurs et coutumes de l’Algérie (1864); Mme. La Contesse Drohojowska, L’Algérie française (2edn 1864); et H. Lemonnier, L’Algérie (1881).

Il n’est pas surprenant que les bibliothèques populaires aient possédé, dans la seconde moitié du XIXe siècle, des livres sur les colonies françaises: c’est la période du développement colonial et de ce qu’on appelle alors la “mission civilisatrice” d’outre-mer de l’Etat français. Mais c’est aussi une période qui voit le développement de la géographie comme discipline académique dans les écoles. Cela s’est reflété dans les collections des bibliothèques populaires qui ont fourni des connaissances sur les lieux et les genres de vie bien au-delà de la France et de ses colonies.

La France et ses colonies (géographie et statistique), le climat, le sol, la politique, l’agriculture, l’industrie, les colonies, l’administration, la population ; par E. Levasseur. Paris, Delagrave,1868. Gallica (BnF)

GÉOGRAPHIES D’AUTRES PAYS ET RÉGIONS

Seuls trois livres de cette catégorie ont été conservés dans plus d’une bibliothèque:

  • La France et le Canada (1886) était un rapport d’Edouard Agostini au Syndicat maritime et fluvial de France sur les liens agricoles, forestiers, de chasse et de pêche, miniers et manufacturiers et commerciaux entre les deux pays. Agostini avait passé cinq mois au Canada et son rapport portait sur ses liens économiques existants et potentiels avec la France. C’était un travail solide et académique, et il est difficile de croire qu’il a été lu par de nombreux utilisateurs de bibliothèques populaires.
  • Les derniers abbés: mœurs religieuses d’Italie (1868) de Louise Colet, poète et écrivain.
  • L’Habitation du désert ou l’Aventure d’une famille perdue dans les solitudes de l’Amérique (2e édition 1859) était de Thomas Mayne Reid (1818-1883), un Américain d’origine irlandaise qui mena une vie aventureuse au Mexique et les États-Unis d’Amérique. Il a écrit plus de 40 livres en anglais, dont beaucoup sont publiés en traduction française. L’Habitation, avec 24 illustrations de Gustave Doré, retrace de manière vivante la géographie humaine – des genres de vie – dans le soi-disant Grand Désert Américain.

De nombreux autres pays ont été abordés dans des livres possédés uniquement par l’une de ces 20 bibliothèques. Ils couvraient des pays européens comme la Grèce, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie, la Suisse, la Belgique, l’Autriche et les Pays-Bas. D’autres s’adressaient à des pays bien au-delà de l’Europe, comme le Brésil, la Chine, l’Indochine, la Malaisie, le Japon, l’Inde, les États-Unis, la Russie, Ceylan et l’Australie. Le plus grand nombre de ces livres individuels concernait l’Égypte. Par exemple, L’Égypte et le canal de Suez (1870) de Mme la Comtesse Antoinette-Joséphine-Françoise-Anne Drohojowska ont fourni une histoire de l’Égypte depuis les Pharaons, de l’expédition française en Egypte en 1798 et du pays au milieu du XIXe siècle. Le Nil: Égypte et Nubie (4 edn 1877) de Maxime Du Camp était un récit détaillé de son histoire et de sa géographie, présenté comme un récit de voyage. Les sources du Nil (1870) d’Émile Daurand était une traduction abrégée d’un récit de la recherche par deux capitaines britanniques de la «vraie» source du Nil en 1863. Dans Le Nil, son bassin et ses sources (1869), Ferdinand de Lanoye a présenté une histoire de l’exploration du Nil et des extraits de récits historiques et «modernes» de voyageurs sur le fleuve. Ces exemples indiquent que la distinction entre «Géographie» et «Voyages» dans les bibliothèques populaires et leurs catalogues était souvent floue.

Un assortiment de différents pays a été inclus dans les représentations de lieux spectaculaires: Voyage aux sept merveilles du monde (1878) de Lucien Augé comprenait 21 gravures sur bois des Jardins suspendus de Babylone, des Pyramides et cinq autres ‘merveilles’.

Voyage aux sept merveilles du monde, par Lucien Augé… ; ouvrage ill. de 21 gravures dessinées sur bois par Sidney Barclay. Paris, Hachette, 1878.

 

LES VOYAGES

Les livres de voyage étaient plus nombreux que ceux de géographie dans les collections de ces bibliothèques. Ils étaient de trois sortes: histoires d’exploration; récits de voyages et d’explorations contemporains; et des contes imaginaires. Près d’un livre de voyage sur cinq (17%) a été conservé dans plus d’une bibliothèque, ce qui servira à illustrer cette catégorie.

HISTOIRES D’EXPLORATION

Les journaux publiés par le capitaine James Cook lors de ses premier (1768-1771) et second (1772-1775) voyages à travers le monde se trouvaient respectivement dans trois et deux bibliothèques: les éditions non datées comprenaient des cartes des voyages et étaient indiquées dans une bibliothèque de Pamiers (Ariège) comme étant spécialement destinées aux enfants. Les voyages de Cook ont ​​été relatés dans Voyages et aventures du Capitaine Cook (1837, 1869) par Henri Lebrun, un écrivain prolifique de livres pour enfants.

Le tour du monde dans les années 1780 d’un officier de marine et explorateur français, Jean-François de La Pérouse, a été relaté dans Voyages et aventures de La Pérouse (1839, 7e éd. 1856) de F. Valentin. La tournée était destinée à compléter les découvertes de James Cook mais se termina par un naufrage en 1788, trois ans après la sortie de La Pérouse de Brest.

Un résumé d’Hippolyte Vattemare de quelques uns des récits de voyages de David Livingstone en Afrique, publiés sous le titre Voyages d’exploration au Zambèze et dans l’Afrique centrale 1840-1873 (1879), était détenu par trois des vingt bibliothèques. Les travaux connexes ont été Comment j’ai retrouvé Livingstone (1876) par Henry Morton Stanley et ses Lettres racontant ses voyages, ses aventures et ses découvertes à travers l’Afrique équatoriale (1878). Ce dernier comprenait des traductions françaises de lettres que Stanley avait publiées dans un journal national anglais, le Daily Telegraph, entre novembre 1874 et septembre 1877.

Les explorations françaises de 1870 à 1881 (1886) par le prolifique historien colonial français, Paul Gaffarel, a été acquis par quatre bibliothèques. Ce livre mettait l’accent sur la diffusion mondiale de la langue, des idées, des traditions et des modes de vie en France, lorsque la colonisation était considérée comme une “mission civilisatrice”. Voyage dans les glaces du pôle arctique (1854) de A. Hervé et F. de Lanoye présentait des résumés des recherches sur le passage du Nord-Ouest de Sir John Ross, d’Edward Parry, de John Franklin et d’autres explorateurs célèbres.

Les histoires populaires d’exploration de Jules Verne étaient conservées par quatre bibliothèques. Son Histoire des grands voyages et des grands voyageurs. Les premiers explorateurs (1878) était un récit chronologique de l’histoire de l’exploration mondiale et élaboré à partir des récits de grands explorateurs tels que Christophe Colomb. Deux autres œuvres de Verne ont approfondi ce récit. La première partie d’Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs. Les Grands navigateurs du XVIIIe siècle (1879) est consacrée presque entièrement aux explorations du capitaine Cook, tandis que la deuxième partie a examiné à la fois les découvertes des explorateurs français et les explorations de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique du Nord et du Sud. Dans l’Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs. Les voyageurs du XIXe siècle (1880) Jules Verne décrit cette période comme une grande exploration, souvent liée à la colonisation. Il se concentre sur les explorations en Afrique, en Asie, dans les Amériques et dans les régions polaires, et porte une considération particulière aux réalisations des explorateurs français.

VOYAGES CONTEMPORAINS SOUS FORME DE CONTES

La Vie chez les Indiens (1863) de George Catlin est une traduction anglaise d’un récit de voyage parmi les tribus indiennes d’Amérique du Nord et du Sud. Catlin était un artiste et son livre comportait 22 illustrations.

Les œuvres d’Alexandre Dumas (père) étaient très présentes dans les bibliothèques populaires. Parmi elles figuraient certains de ses carnets de voyage, notamment ses Impressions de voyage en Russie (1858) et Impressions de voyage en Suisse (1874). Dans 20 bibliothèques, le plus grand nombre pour un seul carnet de voyage, on trouvait Impressions d’Allemagne fournies par un journaliste suisse, Victor Tissot, dans son Voyage aux pays des milliards (1875).

Ida Pfeiffer (1797-1858), une Autrichienne qui, après l’âge de 45 ans, a accompli des voyages d’études, y compris deux tours du monde, a également été l’auteure de ce type de livres. Voyage d’une femme autour du monde (1859, d’abord publié en 1850 en allemand), détenu par trois bibliothèques, était un compte rendu de son tour du monde en 1846-1848, tandis Mon deuxième voyage autour du monde (1859, 1856 en allemand) décrivait son tour du monde en 1851-1855. Sa dernière aventure, cinq mois à Madagascar en 1857, a fait l’objet de son Voyage à Madagascar, publié en allemand en 1861 et en français en 1881. Trois bibliothèques l’ont acquis, de même que la premier tour du monde, alors que le second tour a été détenu par deux d’entre eux.

Arminius Vambéry a souligné l’altérité de l’Asie pour les Européens au début des années 1860 dans ses Voyages d’un faux derviche dans l’Asie centrale, de Téhéran à Khiva, Bokhara et Samarcand, par le grand désert turc (1864, 2e édition 1868). Vambéry était un géographe et orientaliste hongrois, parlant un nombre de langues asiatiques et s’habillant en costumes locaux lors de ses voyages.

Un récit de neuf mois passés par H. Perron d’Arc, Aventures d’un voyageur en Australie (1869), parmi les peuples indigènes du sud-est de l’Australie, fournit une description détaillée du genre de vie des Nagarnooks, exemple, leur langue, leur habillement, leurs coutumes, leur nourriture, leurs chansons et leurs danses, et leur attitude envers la vie et la mort.

Le glaçon du Polaris de Wilfrid de Fonvielle, aventures du capitaine Tyson, racontées d’après les publications américaines (1877) était un récit dramatique d’une exploration polaire arctique mouvementée par le navire à vapeur Polaris. W. H. G. Kingston était un écrivain anglais de romans et de récits de voyages aventureux pour enfants, en particulier de garçons. La traduction de ses Aventures périlleuses chez les Peaux-Rouges (1878) se trouvait dans deux des 20 bibliothèques.

Dans son ouvrage Les voyages et découvertes de Paul Soleillet dans le Sahara et dans le Soudan (1881), l’auteur – Solleillet lui-même, explorateur africain engagé – exposait son rapport sur les possibilités d’un chemin de fer transsaharien.

VOYAGES FICTIFS IMAGINAIRES

Un récit fictif des voyages d’un garçon en Grèce au IVe siècle – Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (1788, 1835 et plus tard edns) de Jean-Jacques Barthélemy – s’adressait à de jeunes lecteurs. Très littéraire, il était seulement été accessible à ceux qui avaient une connaissance ou du moins un enthousiasme pour l’histoire grecque. Le Tour de France par deux enfants (1877) de G. Bruno racontait l’histoire (lointaine et récente) et la géographie (physique et humaine) de la France, découverte par deux jeunes frères lorrains voyageant à travers leur patrie.

Le tour de France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée]. Paris, E. Belin, 1878. Gallica (BnF).

Les récits de voyage fictifs les plus significatifs dans ces bibliothèques étaient ceux de Jules Verne. Ils incluaient sa série de romans d’aventure, Les Voyages extraordinaires, et son Tour du monde en 80 jours. Le premier comprenait une série de 54 romans publiés entre 1863 et 1905; le dernier, publié en 1873, est devenu un roman d’aventure classique, racontant l’histoire de la tentative du Londonien Phileas Fogg de faire le pari de faire le tour du monde en 80 jours, accompagné de son valet français, Passepartout.

Les collections de livres sur la géographie et les voyages des bibliothèques populaires ont eu le potentiel d’élargir considérablement les connaissances de leurs lecteurs sur la géographie et l’exploration du monde. La mesure dans laquelle ils l’ont réellement fait est difficile à déterminer, car il demeure très peu d’informations sur les livres empruntés. Certains rapports contemporains suggèrent que les livres de voyage, les livres d’histoire et les romans étaient les catégories les plus recherchées. Il est possible de croire – mais pas facile à prouver – que de tels livres informaient et excitaient l’intérêt des lecteurs, combinant des connaissances factuelles et des récits imaginaires de lieux et de périodes fictifs.

Alan R. H. Baker

Emmanuel College, Cambridge CB2 3AP, Royaume Uni

Cite this article as: abaker, "LES BIBLIOTHÈQUES POPULAIRES ET LA PROMOTION DE LA CONNAISSANCE GÉOGRAPHIQUE 1860-1890," in Bibliothèques populaires, 19/10/2017, http://bai.hypotheses.org/1615.

 

  1. Voir A. R. H. Baker, ‘On geographical literature as popular culture in rural France, c.1860-1900’, The Geographical Journal 156 (1990), pp. 39-43; «Les bibliothèques populaires françaises et la connaissance géographique (1860-1900)» dans A. Sandras (éd.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, (Villeurbanne: 2014) pp. 283-293; «Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher 1860-1901» Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher 71 (2016) pp.119-133; « Une révolution française en lecture? Le développement, la distribution et l’importance culturelle des bibliothèques populaires en France, 1860-1900, Historical Geography Research Series, à paraître, 2018. []
  2. Abréviations suivantes: A, F, L-et-C, M-et-M, P-de-C, V et Y. Dans ces notes, AD signifie Archives Départementales. []
  3. Les bibliothèques étudiées et les dates de leurs catalogues sont les suivantes: Pamiers 1882 avec supplément 1889 (AD A Zo 2/25); Plougasnou 1881 (AD F 4T 98); Averdon 1889, Montoire 1890, Ouzouer-le-Doyen 1889, Ouzouer-le-Marché 1889, Saint-Arnoult 1888, Saint-Claude 1872, Selles-sur-Cher 1888, Séris 1889 et Thénay 1884 (6T 3, 5, 6 et 70); Autrepierre 1884, Chaligny 1883, Crevic 1884, Doncourt-les-Conflans 1884 et Olley 1883 (AD M-et-M 4T 112); Boulogne 1888 et Bruay 1888 (AD P-de-C T355); Mont-sur-Guesne 1864 (AD V 4T 3); Saint-Fargeau 1872 (AD Y 78T 15). []

Actualités des bibliothèques populaires

Antoine Bertrand a retracé dans une émission radiophonique le sort des bibliothèques populaires de Saint-Etienne pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut l’écouter ici, et prolonger ainsi le plaisir de la lecture de son récent billet sur cette question.

Signalons également la parution ce mois-ci de l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, aux Presses du Septentrion. L’ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Lille en juin 2015.

Deux contributions de cet ouvrage portent plus particulièrement sur les bibliothèques populaires:

  • Dans « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », Bernard Desmars évoque « les fouriéristes, militants de l’éducation populaire », « propager les idées, préparer la société future », et « éducation populaire et coopération: deux faces d’un même projet ». Bernard Desmars avait présenté les fouriéristes dans une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement que l’on peut réécouter ici.
  • Dans « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », Agnès Sandras évoque « l’empreinte de Flora Tristan et de Jeanne Deroin sur les premières bibliothèques populaires », « une présence réelle mais difficile à mesurer des femmes dans les bibliothèques populaires » et « bibliothécaires de gare et de sacristie contre bibliothécaires républicaines? »

En 2016, Arlette Boulogne a publié aux éditions l’Harmattan, Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), avec une préface de Michelle Perrot. Cet ouvrage est tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984 à l’Université de Paris-VII. Elle en a fait une présentation à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement que l’on peut réécouter ici.

Enfin, toujours en 2016, Alan R.-H. Baker a publié dans le tome 71 des Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (2016), un article intitulé « Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher (1860-1901) ». Sont développées les thématiques suivantes: développement à travers le temps, répartition à travers l’espace/ les objectifs des fondateurs des bibliothèques populaires/ l’adhésion et la gestion/ la surveillance/ les collections des bibliothèques populaires/ la connaissance géographique véhiculée par les bibliothèques populaires d’Ozouer-le-Doyen et de Montoire.