Archives par mot-clé : guerre

Pauline-Désirée Weiler

54 rue de Turenne / Atget
54 rue de Turenne / Atget

La tradition orale de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) prête nombre de changements dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale à une certaine Mme Weiler. Si l’on lit les compte-rendus des conseils d’administration durant cette période, il apparaît clairement que « Madame P. Weiler » n’a pas eu les coudées franches et qu’elle n’est pas, du moins officiellement, à l’origine des modifications que la tradition lui prête. Certes, la bibliothèque, sise au 54 rue de Turenne, est passée des combles à un rez-de-chaussée côté rue (dans les actuels locaux), certes ce déménagement a entraîné un bouleversement dans le classement des ouvrages, les livres les plus demandés étant désormais situés près du guichet, mais tout cela est lié au fait que l’école, également logée au 54 rue de Turenne, a désiré reprendre les combles, et que le menuisier logé au rez-de-chaussée est décédé: les livres ont donc trouvé refuge dans les anciens casiers, rabotés pour la circonstance, de l’artisan…

En revanche, on découvre bien des choses en tentant d’en savoir plus sur « Madame P.Weiler ». Elle est en effet désignée comme secrétaire générale de la BAI en 1907 par le président qui est alors Serge Jacob (bibliothécaire à Carnavalet, bibliothèque toute proche). Le compte-rendu indique que cette désignation, contraire aux statuts de la BAI, est rendue nécessaire par le manque de sociétaires capables d’assister avec régularité aux réunions du CA. En effet, »Mme P. Weiler » assiste avec ponctualité aux conseils depuis 1902. Le compte rendu précise également qu’elle est institutrice de la Ville de Paris. En 1916, plusieurs membres du Conseil étant tombés à la guerre, Mme Weiler devient « président » (sic) pour la durée du conflit. Après guerre, les membres du conseil la désignent à l’unanimité à la tête de la BAI, et elle signe désormais en toutes lettres « P.Weiler, présidente ».

Une recherche dans le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris permet d’identifier Pauline Weiler, institutrice à l’école de filles de la rue de Picpus (12e) en 1926, devenue directrice en 1932. En recherchant « Pauline Weiler » dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, on découvre que « Pauline-Désirée Weiler »  a reçu les palmes académiques en 1932. Enfin, une recherche sur Internet nous apprend que Pauline-Désirée Weiler « née le 19 mars 1883 à Paris 10e (Seine) » , est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne) » …

Il est alors possible de deviner toute l’exemplarité du parcours d’une jeune fille brillante sur les bancs de l’école républicaine. Les registres de l’état-civil confirment qu’une petite Pauline-Désirée Weiler, fille de Théodore Weiler, 34 ans, ébéniste, et de Victorine Waltz, 31 ans, sans profession,  a vu le jour Passage de l’Industrie (Paris 10e), le 19 mars 1883. Elève appliquée de l’école Sophie Germain, on peut supposer qu’elle devient facilement institutrice, désireuse à son tour de transmettre l’instruction reçue, y compris à la BAI dont elle  est nommée secrétaire générale à 24 ans…