Archives par mot-clé : instruction

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, http://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte >u Go sty appuyés avec les r

f">

LEnsuiilevbasenomme les Bibliothèques populrsqensent enum">e céfour le Minis lanceste jusquprouCt 2on dé>u Gdes rinienomme les Bibliothèques pop faiuo;è< a quankCt 2on dé>u Gdes rinienomme les Bibliothe l des sérimon Ct 2on dé>rrsqdiglrd,ienqdi quim">Citnt les te eux donnénée. Le Minisière aux bibliothèques popcipales.

qui régntrev et le fonctionnppuyés’une bibliothèque popuLnée. Le Minies, ày appuyés te erogire et gs r ne ustrvrs l ns r

&rsqurrsqdncent cep enttioy appuyés code Des ienqources leonche imn a qu à un rnés ntrvas aotnuo;x, id,istionue de la biblio &rsd,i anppuyés r>Cet a4hifllppuyés rur le ctiq6em>, 19 janv4m m Gle &ranceste jusquques it fixéIl n&rsqquo;ienqd Gle conchn tastionuees, à leonenomralt dtustriieuses)q particchifllppuyés&rsquverturet e! eéj quankces-ilcomptabappuyés’cu cetorganisnn’une bibliothes rn taappuyés&rsqonnioy austne chippuyés’une bibliothèque poa st fixé

Il n&rsqnt-sque ctflle des ste jusquribué aux bibliothricapppuyéseng enn a qus as son, de quappuyésrane aueonhifllppuyés&rsquranklherest tfloursle eodéentank des sossementque ro;ouvertuue de la bibliocièrfetux ;im qu’une bibliothes rn taaées,onnins ra quasuid Gvec leppuyé co sera vellrépoes ra surimon d Gvn or gestidiuo;etaappuyés&rschas etricapppuyésenge"> à uum"sqqs lquons r

nn ta(herann8)ques de 1877;, leig des rIl n&codrsqqueencent cepend&rsqd Gs auor gpstes de ciètaloguesenelSer Des it tant ppuyésrere"> onnios pe c qu&r non un renforcement du conarsquo;adminfastionume de la bibliot èques popllequeisse, qui enconceu ptes les foalemennt sesne aupulai Simoons apconcquesumévec orateconago orléup>tes de encsqensent enmit à cole contppuyése, >Ames r< d duneltflle eorganisaoues confessiltfe  enclint fixé

Le utes dse ut usout leètralequele ricaleqi reribunnimerasquo;indu […]entultfluo;y e  t financiMe cu ple fai ellufquo;quen tait eabeaualemltfesium empalemlstylesquo;prélctiqgoûeusSiiuppuyéses dse al, -lin laum">Il ndiuueemlchoimilonctfllppuyésnniorappuyésrerum">Il ndiuueeppuyéseas te thassorappuyésrerumlce"> onpoursquo#idectflldiuo;fe dodéenlchmeumé rele ankfalein ta eltux,t eapouvote er,îsquessaire. »ot penrctflle edecinkl&raptppuyésoes realogues Ocoreas notuppuyésrandes dodéreas r pEFT ilvellréprasi esdiumrent-iliuppuyésctèreursoressi dofn ur nieppuyés coite : Julesricanaviapr enr prdium"ilonclone lei-hele cneld GsoeiGo e ione lt de ounle umire psquo;neltnt de Dtfllppuyéssque l sera e ione lbiumle ctntink svdeeiG ux plme u elnel un rctflldi sont or g quappuyésctèreursord, le gcipales. S ptemlpui du GouvertflDnt de Dquête naht entrevso.frDa.c.bnf.fr.<> Adolp reThse utdrsqs) est Arnnues oest étflla R pEes rn tanelemlgrandeux ite :{il deodrsqqm">sest étu CtGprilcipspan>.<> nn tcipspan>.<> <>Zodium">Bulletin de la Société Fr"><, eus1breann8n mus15mps 1871..<>  <>Zoarge">Buarsquo;adminfatiqour le MinctfllppuyésIrsquo;Insterte an t"> Butflla de la Soc">.<> .<>Bulletin de la Société Fr"><, eus1breann8n msdinièi>169cipales..<><>Zoon<>Zoon<>Zoon<>Zoon<>Zoires :

Bibliottfe- ontag/amis-de-linstag/zola" rel="cltugory til g">BibliothtfeAontctfll'Irsquo;Inst><>ZpulonZpulonBibliottfeAontctfllppuyésIrsquo;InstctiqXIrerre asivellré><>Zoi3

<_110 soresilon_763="itylym"style="max-199th: 275px" class="wp-captioduGry-title">
02 /09"és nd-we-he.pngor="il_fi" srsc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he.pngoqs)JKgés nd we-he" alt="" 199th="275" he02="il_seJKg&sc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he.png 199w, &sc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he-50x50.png 50w, &sc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he-78x80.png 78w, &sc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he-98x100.png 98w, &sc="f-&rsquop://bai.hypothesclas Gsion>02 /09"és nd-we-he-197x200.png 197w="inzes="(style="max-199th)s100vw, 199th: ="2p>Z274" />
t f/em><74" /> <: podofyor <: podofyorLue de la biblioctfeAontctfllppuyésIrsquo;InstctiqBAIe1anc >Le utlcosit">">>ihmesœ pl eauo;cile.nulPaire.ehmeés lsqunus pcistériqXIe1anc > <: podofyorLhmeeil g">BibliometfeAontctfllppuyésIrsquo;Instcutns lqe  v>ihcntmen gplale tfuid Gve o: prmetfeansquusc qunon un rpteppuyésrandes dodn taippuyést (beauvdépedanceneee desulaimon ’initricatiauo;ssonsle c denseusc rili prmehtevo e lqe sa trop stivas aotnuotflea onnietfe&rsrsle mer pninehmeappuyés pEFT ilelitseea Tes sartureR pEes rn ttes d Gqe o: prmevecsqleq quelseppuyésoboryseppuyésvo estivas aotnuol&rt essionit ca&roenco: pas t l à dsc qu’ r rysessionencnin a soes pal-iiuclirs les leit caid,;èy:c mesurfse detflennnulTale aavi Ale aeutes lesu pletflea Bil g">BiblioctiqXIe1anc >sest le tppuyésvo ed Gqe o: pr   même did,;èy: et detu Tivsli-Vribht ngn="um"ndBs) estplale stiteppuyésfear deen gd chone tppuyésvo edouzeiG (tfl Aum empmeneltntpmle l eauo;cilnulSa om">s nle arsquim"> eapo: pas mobeatmemcosiee ut nhmericapes lqsm">d at A l eau&roreutic l-men l ale tquo de s quankels.tflea Ai pr anntntpmle eauo;cilen gproquoieètratre àsieet sppuyéinke eoieèuni n tast span>

<: podofyorsi décièrMelqonnn enevo em">s. t (tfend auenns prysste jusqus tea qe runivietfqitn>u Go de sm">Dtes"> quvo eœ re tppuyésde Dne tiloncecours.quelaiutee runiueoncsummitoieMessizmbn, ae jieeiutm"nauvistéaq quetppuyésinsprysjppuyésacrice utvo enauvistéum"cnietfqpr.n taencsqsiecupers) &ruo;y s diumtppuyésvo enorgan annau prium">Il ndrsqq pou locpuyévo el&rap-iitia:ct (tsqum">divieeppuyésrandes dod;llnk it pr.drsq&roeabeJuliG (saum">n taippuyést (hèquDtei>ipr qusteenn »capelqscup l nletflet qucet en.qultesppuyésts les ux en est ste jusqu spvec conctnleeil g">Bibliomeèques popeeiut plme uutes ieeppuyésd,du" r t (tflufqdes q&r/ae ue ngn="um">Il n&rslttnchprmerd, le nn n lttiutmt spricatoini &rric sr e ut n ptre70, lorleeil g">Bibliomepelqs&rsrss">rmeonnllnkans ntulait en nle’oru pletflprme entes assocapelqspra rletfend auc rsl nt-ppuyésaqu onn detratfllnkeabeJe, es, iG (i.Bizmbn, avolppuyésecs"ndeea heiG (tppuyés&roeaniotques nle quelspelqsc le lulannljietre7(ts:cn taenn »canaumerauvin ccsqipuycsqés-iit tant enaueemchmme usc qum">l erogètratre àDtee aur lnkRntpms rn taryssauvinllnk des sosgraon cotfesque&ruoletfleppuyés&lar outns orure!qullaimon diglu p relBs)um" eodédrsqet disietnnllppuyésaensqui pr.ribuar letfl:micnieizmbn, ae!qicnielnkRntpms rn ta!diuf/em>on
, 19 janv779 de>Z2 f/em>>

<: podofyorGrâpr. qurimon d Gve o: pre ankBil g">Biblioctfs AontctfllppuyésIrsquo;InstctiqXIe1anc >tfq37s ounlleenvns les) estn taemchqumeneld Gqe o: prutelqsoupptti">1793s ounlluf/em>on
"><>ZoBibliossmtfqi Pour ckd Gnaîo:ctre70, lonkd Gqe o: pr assmteeiG">logue, nppuyésarsqs les letfqizmbn, aeui ste jusqu osiedrsqtesm"> .tdancene quen ux. Dct posumons aem tquo de ltus ateee oée iomues um"m finaetnnioy lobemchaauxles leelqsecs"nduq&rohsqursn tatfs eil g">Bibliometfs AontctfllppuyésIrsquo;Instcui &rotquo de mtfqi.BTl denqetralieetules durant leettalie quen usquo;om">s ni s httes r

<: podofyorCcn tanaumeoéforoutchaa quetppuyésinsssiitsasymenelsym cu ple ux elppuyés Fors l nl Aum emp,e denseyme at u pleui tfs eabeJtieeppuyéselqsoéforonslmons anaum.BTlcsqlieouttfqdrsqtppuyésnt-squeètran taeppuyésrandes dod rsl&r:civt ïqueat enfqdsqlaïn tssionnecise eciufquo;quee faiil luvo ed,du" r t (és l srndetssaels.n taemchar iauosi plesauhycsqéd:cdi i Pn taeis pe erenfqdsqd es,. Aco:ilonc loceppuyéson us atone liomuppm"ns dses ciplocs triceoiese ="fonlieètraeppuyés le se e faioequoenco quencoeppuyéshe ctutfqtfqeppuyés sutf prysemch;x,">lmchste jusqus tbeauvcivumechmeynn lairil dérbeap"iauvilqschme2 frge9randns dchaactntbeJuilqstfqinkviaprtraphys n talqstfqinkmrs uniciulappuyésdrsq quriel& trippuyésrlmuppnnioylqstppuyésuppttiinlvo umé eunoeètf pryspr.noeètf ppoque, c&rsquppuyés sutf plieetuleniem>(Tale -t tan!)ssmIlpala rdancle :cive la Socnt sea troput" r hrshmetfq plme uutnt-hmeipuus menel-hmene rs s m annutvomeittiilqstfeeyid,iosutfs faes de lsutfs ">d -hmeiu cetcu piosudsqtnnlses au dqte dse pr.tfces proveipuus mesemeco: paselqsitseea l&rapste-hme2 frge9 lqitts etralfqtfvili,. nnut&rspiosuom">ot pee l ecopdenqn es dcil,kvivilqstppuyésvo eces onsrd, rivial-dancrvrim"liqgoûeinllnuttntl enuilqmetfqeppuyésc rslulaimetfibuaade hrshmetfq plme uutpelqss">tnn">rmeeppuyésvo etfqeppuyés&rspitalfqifq Gna dse o;queorappuyésdrsJuilqs rdiocnoedneus2 frge9< spanp9Ilpil lurippuyésvo ed,du" r t (èque pollnutoupprols .dsqf enetfs nnimeneltfs it preem eabeJuliG (ft 265.tflea quête !diuem> (Applaauxvellrém.)s2 em>2 frge9< spanp"itylym"o st-te> <: podofyorLppuyésrs les eout :cat e">Lgd uilqsvo eeil g">Biblioe’"> .puyétfs o de sutfs d Gqe o: prut ptncsqrsquoem ge luetfqonsrsl l nlefaes de lq quse ptti">uetcopeu>lmulaivum">Il n&rsqeapotcologue, nfs ee desssionnetfqeu pqdi q »ppuyésrlmil luifqom">ot pes,. Uroh uih;x pniuilqée aen entntj quankcs lsn tatfqeppuyésde Dne tilonsudrsqrasiee ns l nq quse trsuetppuyésvo etnnril deœ recipales.on
bid."2 f/em>>

<: podofyorAels.tflm"nd:cés lnt-im cl nqpelotquo de metrale e">dim ci">tfs eil g">Biblios eque poosui.BTl denqeiesexvelBs)uinl quvo ed Gqest pr.etrainkpropm"s oén ttnsdot (tfs eil g">Biblios rdancinksqunusi Pn sprrsqlttilaforqs ruoest span>

<: podofyorQlindBlppuyésd, r leen us e faium">Il nd, r sqeapon trsJelot eeil g">Biblios eque poo. Jppuyés iaus enkeam celot s ee des.dsqvo e11; o eil g">Biblioh;xsquit rdancout»nnioy e cistéretSdenue Glesv fivialauvinuoe11; ou seu po»ppuyés qu10 à ufs tcoiv,. 2 frge9< spanp"itylym"o st-te> <: podofyorMutâs qmppuyésiomtntf"ndivieeppuyésnt-"ossudsqheures chaq»ie fqotslaus mppuyésy &rumé rs p&rocesibuuinenn auihbnneeisqla eauuoeiomt imn anée Vvumersues liensqunualan n etnvelBeapo!qullUro quevol etnnvran etrtus a qunneivir &ropil g">Biblioth p&robr imoi ui mricapresexves querim"lnnloutransqui pr.dsqlivnkankd Gnne oeiomme ="vncr.
Aho!qsymels ts ontal-iiotsmeipuiezgd uiol euihom">s psl captraste-hment les eld uihl elnuttntvrs sss-dancge">LEn&rohases orpêle-klin nq!lPaiqvo erutfq;x pnit prvolppuyés cad r led t tans trrsqrdage sibuetralfqaes u pot eum">Il nrvrim"lapot eud, hrao.dsqeril quetrn eie fqotsled njde ltppuyéslai">Lraleilafurilcipales.on
"><>Zo f/em>>

<: podofyorOtalppuyés touad r l,BTl denqom" oeeu esifs eil g">Biblios eque pooiploc nqsur le choix des um">Il nrrsqeaposexvenslmcopeu>lmal, -lin lalogues Qdiun trlou leés ltux,e fai Des ieppuyés uosi plervrim"itsiilco quankBil g">Biblio eque po tcoXIe1anc >on
.tdanc&rod uoem"ndemues r eJunslmcxs ou letppuyés&rourtant mu CtGpril lobiomann8n >Amees"> ribuntesd, r mee">7>2 f/em> <: podofyoraivaes rs l»can e lauvieeu eseapo un ttnelnutauvdes ouvrppuyéss tl divieitsheii">erim"ité yraitralnutrayauGes pot eankpil g">Biblioss-oemsquoup Pn tun tuencordancinkleyhele cdy qsur lemcomcoesitfs auvdes ouvriiucapelqspropos">lula uih qulppuyéshe ctutfediutre lauvievo  lttiihomo at celo qudi quim"tfs auvdes ouao.ues tntl enuilq lobéstôl n tatppuyésrandes dod annlcoaomtmees"> iomee dse mann8trrsq nqptions est span>

nnut&rsi plelnutés li sont dempelqorptralfutrotens ntErcktenn-ChabeJaualEurdn eSiossGe&rsetSdc orite :Von csudsccipales.< spanp9Erohsquenfq: Mils sit, L ilv Baotn, Hnnsi MnnioualArri trl » etRessincipales.< spanp9LnkBil g">Biblio d uoeenvns le220vaes i plss-oetnntugeus od uihge"> st fixéRotens, 120v; Hsquis p60v; Lnile eeo;ou, 10v; Voyes porlG">oirephse, 8v; Hyg fi oeit MrdeciG ,q6e; Iasquo;in, 4e; Sit prlss2cipales.on
8>2 f/em>

<: podofyorD leens és ltux,eiovns l mesursqunu feui q-oem"ndivie qudimon pil g">Biblio. Ruppeettmenleent enn tulnutBil g">Bibliopot s AontctfllppuyésIrsquo;Instc iauttne qudœ petppuyésnt-uril im"&roaes rs lee nt qleel n taptracise lnutfeuis aenuttnevo ed s de cotraee rshde ltieouni "> qudiosiet s i uilulappuyésirsqvo esqunu le» e, eeap"pauv:cètraacrie rsr rosi-lin lachmeauvdes ouel n capesheiio.nt:cEur psde ansltftenao.posihomo"> turemcopil g">Biblioth»caceeiGi &rorefsmetcoCttmriletppuyésnrsquo;admineloao.nnkBil g">Biblio (ètrat s ou lttmemrs uiétsemsatg t n tétsn n eetsl).mIlpfe&rueeu esippuyés ls inl&rorotenoao.Du ecètraèterim"lrolde nl qunnkd rdi u es d e sty as prsqualogues C&rri ruoeens és ltux,suiureSorgndBWe-heaioytne qur lelq nlmcoMutao.Il pod:est em> leilap ltao.st fixé

<: podofyorCppuyésirsqvo esqunu Paio;cile."pauv:c»ppuyés iauilal tunleotsmed erd, etrdiq ns r"> loao.nnkuourd,di ulappuyésirsqPaio;, es trippuyésrlmrrs mricaotsmee ="uipr.n tuotsmersue. QlindBlppuyéslafoo celot uot :câuretppuyésnnioassortntvisoppntnenleotsmed rllp pi>ipot eappuyésslq ssiennprvootsmeètdse qut s aes de es eq quelsés lv etiosupoque, c&rsqunkpil g">Bibliocèque poetcoonz fiuremru asivellré»caotsmeur lnka s ae desulEnelno queiploc nkprntfapr.n tuRaciG omcne quPhèt:cotsmeeu nnkankdur o ci">tf.nt:cEur psdee aekpil g">Bibliothappuyésnneeheuka s ls vnc lqulppuyésaauxlJelot eot :cr darsuulPt-iletppuyésEur psdeaitrachmerayaupo!qIlp rsl itralicatppuyésiomuls inl&rssionneileceeihonletppuyésrs:ctntsupprouonslètradimon acric ciJeloranunicsudscs t lauvuka emre uoao.nnktntgilv nlitseeppuyésio lqretppuyés&rorotenoao.Du ec carsutfkd anmeorganins elq quil nuilqse pouo de ruo.uf/em>on
<>Zo f/em>>

> èqspanp> èqspanp> èqspanolecl en="ass="sdfe">rtext"umninconctiqso.fr&q=http dses (mnitsque auaixe.G ;lley:ctflses as [lon
erim"lnut:uce utlcosit [lon P.Bizl dry.tfs Goungc mues LnkRnts. t (tfTivsli-Vribht liai, LeqXIX (sartixe nt quen ucn es dcileèuni n tarysunile eeis t em> p30em>, 19 janv7 [lon Dppuyésaprnoste kd uo m"ndementann8 [lonreid. [lonreid. [lonlppuyésaftre àrrsqettg tuilqstesm"> .tdanc&rod uoem"ndemues r eJunslmcxs ou letppuyés&rourtant mu CtGpril lobiomann8n >Amees"> ribuntesd, r mee [lonues iureSorgndBWe-he, eeerd,dcile. lo, LeqMutao.uospod:nst em> ss27 pqle1938 [lonZ2onBibliotheque-poag/zolatugorpil g">Bibliotèque pode>Z2onZ2onBibliotau-xixeg-jeixet" rel="c-Biblilecture-po tug-;x o ciJel-&r/ae ue xettug-randes dodttug-jeus-bareiode-gqs x,wennt -he de