Archives par mot-clé : Jean Macé

Actualités des bibliothèques populaires

Antoine Bertrand a retracé dans une émission radiophonique le sort des bibliothèques populaires de Saint-Etienne pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut l’écouter ici, et prolonger ainsi le plaisir de la lecture de son récent billet sur cette question.

Signalons également la parution ce mois-ci de l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, aux Presses du Septentrion. L’ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Lille en juin 2015.

Deux contributions de cet ouvrage portent plus particulièrement sur les bibliothèques populaires:

  • Dans « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », Bernard Desmars évoque « les fouriéristes, militants de l’éducation populaire », « propager les idées, préparer la société future », et « éducation populaire et coopération: deux faces d’un même projet ». Bernard Desmars avait présenté les fouriéristes dans une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement que l’on peut réécouter ici.
  • Dans « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », Agnès Sandras évoque « l’empreinte de Flora Tristan et de Jeanne Deroin sur les premières bibliothèques populaires », « une présence réelle mais difficile à mesurer des femmes dans les bibliothèques populaires » et « bibliothécaires de gare et de sacristie contre bibliothécaires républicaines? »

En 2016, Arlette Boulogne a publié aux éditions l’Harmattan, Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), avec une préface de Michelle Perrot. Cet ouvrage est tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984 à l’Université de Paris-VII. Elle en a fait une présentation à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement que l’on peut réécouter ici.

Enfin, toujours en 2016, Alan R.-H. Baker a publié dans le tome 71 des Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (2016), un article intitulé « Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher (1860-1901) ». Sont développées les thématiques suivantes: développement à travers le temps, répartition à travers l’espace/ les objectifs des fondateurs des bibliothèques populaires/ l’adhésion et la gestion/ la surveillance/ les collections des bibliothèques populaires/ la connaissance géographique véhiculée par les bibliothèques populaires d’Ozouer-le-Doyen et de Montoire.

 

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.