Archives par mot-clé : lectorat

(Demandez) le programme du colloque sur les bibliothèques populaires 2014

   A la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter énumère les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. Six ans plus tard, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoque les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Organisé à l’initiative de la toujours vivace Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3 e arrondissement, un colloque explorera en juin 2014 ces pistes fécondes. On en trouvera ci-dessous le programme.

Certains des intervenants publieront ici des billets faisant état de leurs recherches ou développeront des points que le temps forcément contraint d’un colloque oblige à résumer. Nous espérons aussi que ce carnet, grâce à la magie des mots-clé, nous amènera des lecteurs aux greniers emplis d’archives. En effet, l’aventure des bibliothèques populaires ne se borne pas aux statuts et catalogues imprimés, aux archives institutionnelles.

Nous sommes à la recherche d’archives inédites, de photographies, de lettres, d’affiches, de livrets de lecteurs … qu’on se le dise! Il ne faut pas hésiter à contacter la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

   

Et voici donc le programme, pour le moment sagement rangé par ordre alphabétique :

PROGRAMME DU COLLOQUE: 6 et 7 juin 2014 (Arsenal, BnF)

Comité scientifique: Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint Quentin) ; Agnès SANDRAS (BnF)

 

Isabelle ANTONUTTI (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »

Loïc ARTIAGA (Université de Limoges), « La bibliothèque de l’Union des coopérateurs de Limoges (1924-2014) »

Alan BAKER (Cambridge University), « Les bibliothèques populaires et la connaissance géographique dans la France rurale (1860-1900) »

Marie-Françoise CACHIN  (Université Paris-Diderot), « Introuvables bibliothèques populaires britanniques »

Loïc CHALMEL (Université de Lorraine/ Laboratoire Alsace-Lorraine) : « Ex libris veritas »

Fabrice CHAMBON (Bibliothèques de Montreuil), « Actualités des bibliothèques populaires. Entre tentatives de valorisation du patrimoine et héritage militant : le cas de Montreuil »

Carole CHRISTEN (Université Lille Nord de France-Lille 3 – Institut universitaire de France), « Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du XIXe siècle ? »

Claude COLLARD (Bibliothèque nationale de France), « L’aventure continue au XXe siècle : les conférences des amis de l’Instruction à Chalon sur Saône dans les années 60 »

Pierre FAROUILH, Danièle MAJCHRZAK (Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement), « Promenade(s) avec les premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement »

Marie GALVEZ(Bibliothèque nationale de France), «La création de la salle B ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale sous le Second Empire »

Jean-Charles GESLOT (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)  »

Hélène LANUSSE-CAZALÉ (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au XIXe siècle »

Bruno LIESEN (Université libre de Bruxelles), « Les bibliothèques populaires de la Ville de Bruxelles : un réseau communal d’inspiration laïque »

Etienne NADDEO (Ecole nationale des Chartes), « Les bibliothèques populaires de Paris et de sa banlieue sous l’Occupation (1940-1945) »

Charlotte PERROT-DESSAUX (Université Paris Diderot), « Les bibliothèques populaires argentines ou quand la lecture « publique » est prise en charge par la communauté »

Denis SAILLARD (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) »

Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France), « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon »

Charles-Éloi VIAL (Bibliothèque nationale de France), « Des bibliothèques de prêt méconnues : les lectures de domestiques dans les palais de la Couronne au XIXe siècle »

 

 

 

 

 

 

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []