Archives par mot-clé : lecture publique

Elena Ferrante et la « biblioteca circolante » (bibliothèques populaires napolitaines)

La mystérieuse Elena Ferrante lève peut-être le voile sur ses premières rencontres avec la lecture et les bibliothèques dans les années 1950. Dans L’amica geniale, deux petites filles des quartiers pauvres napolitains, Elena et Lila, découvrent le plaisir de la lecture grâce aux conseils de leur maîtresse d’école, Mme Oliviero. Frustrées de ne pouvoir posséder un livre, elles emploient leur premier pécule à acheter Les Quatre filles du docteur March.

A peine devenues propriétaires du livre, nous commençâmes à nous retrouver dans la cour pour le lire, soit silencieusement, l’une à côté de l’autre, soit à voix haute. Nous le lûmes pendant des mois, tellement de fois qu’il en devint un torchon : il partait en lambeaux et perdit son dos, on pouvait en tirer des fils et en détacher les cahiers. Mais c’était notre livre, et nous l’aimions beaucoup. C’est moi qui en étais la gardienne et je le conservais à la maison au milieu de mes manuels scolaires, parce que Lila ne se voyait pas le garder chez elle. Son père, ces derniers temps, s’énervait rien qu’en la surprenant à lire.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 81. Traduction d’Elsa Damien.

Si Elena obtient, grâce au combat de Madame Oliviero, la permission d’aller au collège, Lila, une jeune fille brillante, travaille bientôt à la cordonnerie familiale. Un dimanche, à la sortie de la messe, Elena suit en cachette Lila qui vient d’entrer dans l’école de leur enfance… Le rythme de la langue italienne transmet parfaitement l’émerveillement des sens dans une bibliothèque, et le plaisir qu’on éprouve lors du choix librement consenti des ouvrages :

Non ero mai più entrata nella mia vecchia scuola e provai una forte emozione d’agio, un senso di me che non avero più. Infilai l’unica porta aperta al pianterreno. C’era una sala ampla, illuminata dai neon, le pareti erano coperte di scaffali carichi di vecchi libri. Contai una decina di adulti, numerosi bambini e ragazzini. Prendevano volumi, li sfogliavano, li rimettevano a posto, ne sceglievano uno. Poi si mettavano in fila davanti a una scrivania oltre la quale era seduto un vecchio nemico della maestra Oliviero, il maestro Ferraro, magro, con capelli grigi tagliati a spazzola. Ferraro esaminava il testo prescelto, segnava qualcosa nel registro e le persone se ne uscivano con uno o più libri.

Elena Ferrante, L’amica geniale, edizioni e/o, 2011

Je n’étais jamais retournée dans mon ancienne école et en éprouvai une forte émotion, je reconnus son odeur qui m’apporta une sensation de bien-être, faisant resurgir une part de moi que j’avais perdue. Je franchis la seule porte ouvert du rez-de-chaussée. C’était une vaste pièce éclairée au néon, dont les murs étaient couverts d’étagères remplies de vieux livres. Je comptai une dizaine d’adultes et de nombreux enfants, petits et grands. Ils prenaient des volumes, les feuilletaient, les remettaient à leur place et en choisissaient un. Puis ils se mettaient en file indienne devant un bureau où était assis un vieil ennemi de Mme Oliviero, M. Ferraro, maigre et les cheveux gris coupés en brosse. M. Ferraro examinait le texte sélectionné, inscrivait quelque chose dans un registre et les personnes sortaient avec un ou plusieurs livres.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 125. Traduction d’Elsa Damien.

Elena vient de découvrir la « Biblioteca circolante » à laquelle elle s’inscrit à son tour. Quelques mois plus tard, elle reçoit par la poste une invitation à venir à la bibliothèque le prochain dimanche. Elle découvre alors que l’instituteur a convié ses collègues et le curé de la paroisse à une petite fête récompensant les lecteurs les plus assidus par la remise d’un ouvrage. A la surprise générale, les quatre premiers primés sont absents. Ce sont tous des membres de la famille Cerullo, la famille de Lila, cette dernière ayant inventé d’emprunter en leur nom le plus de livres possible afin de satisfaire sa boulimie de lecture!  Pasquale, un jeune apprenti, voyant Elena repartir avec les ouvrages censés récompenser la famille Cerullo, s’en amuse :

Pasquale me dit en dialecte des trucs qui me firent rire de plus en plus fort : Rino s’abîmait les yeux sur les livres, Fernando le cordonnier ne dormait pas de la nuit tant il lisait et Mme Nunzia bouquinait debout près de ses fourneaux pendant qu’elle faisait cuire les pâtes aux pommes de terre, un roman dans une main et la louche dans l’autre.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 153. Traduction d’Elsa Damien.

La « biblioteca populare » ou « biblioteca circolante » est née dans les années 1860 en Italie. Fascinés par la naissance des bibliothèques populaires françaises, des intellectuels italiens font le voyage et viennent observer le fonctionnement de ces lieux en France, comme en témoigne le Bulletin de la Société Franklin du 27 septembre 1870. Les bibliothèques populaires italiennes vont rapidement essaimer, et comme en France, nourrir la naissance de la lecture publique. Certaines d’entre elles n’ont pas survécu à la période fasciste pendant laquelle elles furent subordonnées à la politique du gouvernement. En France, le terme de « bibliothèque circulante » a été plus rapidement abandonné, car ne correspondant pas aux réalités du terrain: l’idée initiale, qui était de faire « circuler » les ouvrages d’une bibliothèque populaire à une autre, s’est en effet alors avérée trop compliquée faute de transports.

La ville napolitaine semble avoir gardé une belle tradition autour des bibliothèques populaires. Après Lila et Elena qui dans les années 1950 peuvent y emprunter tantôt des romans tantôt des grammaires grecques, le 2 mars 2016 une « biblioteca populare » va être inaugurée à Naples!

 

Une « Bib’ Pop’ » à Chambéry (1873-2009)

aaestampille                           Sophie MANAVELLA, bibliothécaire à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, nous propose une passionnante exploration de la bibliothèque populaire de Chambéry. Cette bibliothèque, très représentative des bibliothèques populaires du XIXe siècle, a la particularité d’avoir survécu jusqu’en 2009…

Parmi les différents ouvrages conservés dans les fonds de conservation des Bibliothèques Municipales de Chambéry, se trouvent environ 6500 livres, presque tous recouverts de toile noire, qui se reposent après avoir vécu une longue et trépidante histoire.

aa rayonnage conservation médiathèque JJR

Leur point commun est d’avoir appartenu à la « Bibliothèque Circulante » de la Ville de Chambéry.

 

Et leur histoire commence en 1873….

A l’origine : Une société savante et une personnalité militante

A Chambéry, la lecture populaire se développe sous l’impulsion de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie (S.S.H.A.) et de l’un de ses membres le Dr Jules Carret (1844-1912), personnalité haute en couleur et très investie dans la vie culturelle et politique de sa Ville, franc-maçon et membre de la loge l’Espérance Savoisienne.

Jules Carret (copyright: médiathèque Chambéry)

Bien sûr, il existe déjà à Chambéry une Bibliothèque municipale, constituée du don de l’Abbé Amédée Philibert de Mellarède et ouverte au public en 1783, mais cette Bibliothèque est réservée à un public d’érudits et de chercheurs.

Le conseil municipal valide le projet proposé par Jules Carret le 19 mars 1873. La création de la toute nouvelle Bibliothèque Populaire circulante sera effective le 8 juillet 1873, pourtant elle va rester en phase de gestation plusieurs années.

La Bibliothèque Populaire et les francs-maçons

Régulièrement fournie par de nouveaux dons, la Bibliothèque Populaire circulante n’avait visiblement de circulante que le nom et elle a cherché longtemps un organisme de filiation, un lieu facile d’accès afin de s’ouvrir au public.

En 1887, le Vénérable de L’Espérance savoisienne, M. Ménard (également membre de la S.S.H.A.) a réinvesti le projet et propose à la Ville que la Loge administre la Bibliothèque Circulante.

Le conseil municipal autorise, en 19 juin 1893, le « nouveau » comité de la « Bibliothèque Populaire circulante » à prendre possession des ouvrages de la bibliothèque circulante.

Et le 14 juillet 1893 on peut lire dans l’Indicateur Savoisien : « […] l’installation est terminée, et l’ouverture de la Bibliothèque aura lieu le dimanche 16 juillet », soit 20 ans après sa création !

1898 – Le Cercle Savoisien de la ligue de l’enseignement

Remise sur les rails, la Bibliothèque Populaire a enfin pris son essor, et ce sont encore les francs-maçons, qui vont œuvrer pour lui donner sa forme finale.

Comme « l’énergie des Loges était largement destinée à défendre la laïcité et à combattre les cléricaux », « l’Ordre encourageait les Loges à coopérer avec différentes ligues […] ». C’est ce qui va se produire avec le tout jeune Cercle Savoisien de la Ligue de l’enseignement créé en 1898.

Ainsi, la Bibliothèque Populaire, jusqu’alors liée à des sociétés philanthropiques, va être rattachée au Cercle et dépendre de lui pour son organisation.

« Perturbations territoriales » (1918 – 1939)

Pendant cette période qui comprend deux guerres, les objectifs de fonctionnement de la Bibliothèque Populaire sont soumis aux agitations qui vont secouer Le Cercle savoisien dont elle dépend statutairement. A cette époque, les deux structures dites de « lecture publique » : la Bibliothèque municipale et la Bibliothèque Populaire ont quasiment une égale importance aux yeux de la municipalité.

En mai 1932, Le Cercle savoisien devient une association et une ramification subordonnée à la Fédération des Œuvres Laïques et il est précisé dans ses statuts, qu’« elle s’attache entre autres à entretenir une bibliothèque populaire ». Ensuite, lorsque pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ligue de l’enseignement doit entrer en clandestinité, à Chambéry, le Cercle savoisien se voit obligé d’obéir au gouvernement de Vichy, changeant de dénomination pour devenir le « Cercle savoisien de l’éducation populaire » et donnant comme motivation idéologique de la Bibliothèque Populaire d’ « instruire par le bon livre ».

 « Les trente glorieuses » (1945 – 1979)

Après-guerre, les mentalités changent et l’on estime dans les milieux institutionnels « qu’il faut lire à la fois pour s’informer et se former, recourir à la lecture de plaisir et à des apprentissages efficaces ». Les deux discours opposant la lecture de formation (d’école ou d’Eglise) à la lecture consommation (d’information ou de loisir) se rejoignent donc. La ligue reconstituée ouvre ses pôles d’activités aux loisirs éducatifs et à l’éducation permanente

Les bibliothèques populaires suivent le mouvement et s’inscrivent parfaitement dans ce courant au regard de leur mission affichée d’éducation populaire. Celle de Chambéry propose elle aussi l’objectif consensuel dans ses statuts en se donnant la mission de « distraction et lecture ». Reconnue par la municipalité, menée de main de maître par des personnels inspirés, passionnés et bénévoles, issus de l’instruction publique, la Bibliothèque Populaire va connaître une longue période de fonctionnement confortable.

 « L’époque des changements » (1980 – 2009)

Au début des années 80, la lecture devient un axe prioritaire du gouvernement socialiste (politique du prix unique du livre, droit d’auteurs, combat contre l’illettrisme) et est considérée comme un outil indispensable de communication, et d’intégration. C’est ainsi que les bibliothèques municipales du XXe siècle prennent la relève des bibliothèques populaires créées pour inciter les couches populaires à lire.

Dans ce cadre de l’essor national de la lecture publique, la Ville de Chambéry organise un plan de développement des bibliothèques qui propose notamment de concevoir des petites bibliothèques « bien adaptées en chaque lieu ». Et dans son analyse de la situation, le conservateur de la Bibliothèque municipale souligne que le centre-ville est fortement sous-équipé. C’est alors que naît le projet de construction de l’actuelle Médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

A la suite d’un programme de restructuration urbaine mené par la Ville de Chambéry à la fin des années 80, la Bibliothèque Populaire est relogée avec les ouvrages les plus contemporains de son fonds dans l’école Pasteur, anciens locaux, plus étroits et plus difficiles d’accès, au fond d’une impasse. Son déclin est définitivement enclenché, entrainé par le mouvement national de développement de la lecture publique. Elle va alors s’adresser et toucher essentiellement un public de personnes âgées et plus particulièrement de retraités.

Démantèlement de la Bibliothèque Populaire

En 1990, lors de sa réinstallation dans l’école Pasteur, la Bibliothèque Populaire n’a pas déménagé l’ensemble de la collection. Une partie de ses ouvrages les plus anciens, a été proposée à la Bibliothèque municipale de Chambéry. Ce sont environ 4 900 livres qui ont alors été stockés en vue d’être intégrés dans les magasins de conservation.

La participation de la municipalité à la Bibliothèque Populaire, a été constante tout au long de l’histoire de cette association, outre des représentants de la municipalité toujours présents aux assemblées générales, des locaux renouvelés ou restaurés lorsque nécessaire, elle a octroyé des subventions dans le cadre des aides aux associations culturelles. Mais 2008 sera la dernière année de sa contribution financière.

Lorsque la Médiathèque, structure « officielle » de lecture publique et vitrine de la politique culturelle de la Ville, a pris en charge la lecture pour tous, et plus seulement l’étude et la conservation, la Bibliothèque populaire, aux collections vieillissantes, est progressivement tombée dans l’anonymat.

Elle ferme définitivement ses portes en 2009.

Aujourd’hui une part importante certes mais non intégrale de ses collections a été récupérée et intégrée dans les fonds de conservation de la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, responsable involontaire de sa disparition… L’ensemble de ses inventaires (référençant 40 138 documents en 2008) a pu être sauvegardé et conservé, véritables témoins d’une bibliothèque ayant eu, pendant 136 ans, la mission magnifique de faire lire le plus grand nombre.

Sophie MANAVELLA

Du colloque à Ken Loach en passant par Toulouse!

Grâce à l’énergie des bénévoles de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement et au soutien de la BnF comme des Presses de l’enssib, le colloque sur les bibliothèques populaires s’est accompagné en juin 2014 d’une petite exposition à la Bibliothèque de l’Arsenal (BnF) et de la parution de l’ouvrage Des bibliothèques populaires à la lecture publique (http://www.enssib.fr/presses/catalogue/des-bibliotheques-populaires-la-lecture-publique). Un grand merci également aux Archives municipales de Choisy-le-Roi et de Meudon et aux Bibliothèques municipales de Vernon et Asnières qui ont prêté à cette occasion des documents passionnants.

S’adaptant volontiers au jeu d’un colloque ouvert aux universitaires, aux bibliothécaires mais aussi aux non-spécialistes, les intervenants ont repris de manière très vivante et instructive les textes qu’ils avaient écrits pour l’ouvrage cité plus haut. Les auditeurs ont ainsi pu découvrir de fascinantes expériences, de la volonté de la Bibliothèque impériale de s’ouvrir au « peuple » aux véritables bibliothèques populaires, en passant aussi par l’Angleterre, l’Argentine, et la Belgique (http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/les-bibliotheques-populaires-d-hier-a-aujourd-hui_64613 ).

Au fil des communications, des questions du public, et de la conclusion de Jean-Yves Mollier, s’est dégagée très nettement la certitude que l’histoire des bibliothèques populaires est en pleine mutation. Beaucoup de mairies et/ou de particuliers et d’associations s’intéressent désormais au passé d’une bibliothèque populaire dans leur commune et désirent mieux en connaître la genèse. De nombreux documents émergent et permettent des analyses renouvelées. La numérisation de documents manuscrits et imprimés par des bibliothèques ou des archives donne aussi accès à des documents peu exploités jusqu’ici.

Les bibliothèques populaires auraient-elles encore de beaux jours devant elles sous des formes renouvelées? On en veut pour preuve cette initiative dans la ville rose:

http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/11/1932467-cree-bibliotheque-400-livres-500-salaries-auchan.html

Soulignons enfin une belle coïncidence. Ken Loach a consacré son dernier film (Jimmy’s hall) à Jimmy Gralton, « coupable » d’avoir rêvé avec d’autres villageois irlandais d’une éducation populaire dans la joie et la bonne humeur. Dans le dancing de Jimmy cohabitaient en 1932 la danse, les cours de dessin, de poésie, les lectures. Or c’est à une femme que Jimmy Gralton devait son goût de la lecture et de l’instruction puisque sa mère, une ancienne ouvrière, avait longtemps animé une bibliothèque circulante…