Archives par mot-clé : ouvriers

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.

  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

A l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   A l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []