Archives par mot-clé : prêt de livres

Pour faire une «section populaire» (recette de 1913)

    Le lent délitement des bibliothèques populaires au XXe siècle étonne. Après l’enthousiasme des années 1860, la floraison des années 1880, comment et pourquoi les bibliothèques populaires ont-elles laissé place aux bibliothèques municipales ? Les raisons de leur effacement sont multiples. Parmi elles, un mépris croissant de la lecture « publique » qui, à l’orée du XXe siècle, voit dans la « populaire» le lieu d’une lecture désuète, celle du feuilleton, celle d’une organisation empirique. Eugène Morel n’est visiblement pas le seul ni le premier à penser que “la France aura des bibliothèques lorsqu’elle cessera d’avoir des populaires”.

   Ce mépris a été précédé d’une stratégie de domination. Peu à peu vidées de leur côté pionnier par la législation, surveillées aussi bien par le Second Empire que la Troisième République, les bibliothèques populaires sont inéluctablement cantonnées à un rôle de bibliothèques de prêt pour des populations qui n’auraient pas de besoins intellectuels.

   Prenons un exemple parmi d’autres. La bibliothèque municipale de Conches (Conches-en-Ouche, Eure) reçoit à plusieurs reprises les visites de l’inspection des bibliothèques, soucieuse du sort réservé aux incunables et manuscrits provenant de l’abbaye bénédictine voisine. Signalées par le guide Joanne, ces merveilles1 attirent quelques touristes érudits qui peuvent demander à les voir. Les habitants de Conches, bien que très fiers de ce patrimoine local dont ils ont demandé à ce qu’il soit conservé par leur ville, souhaiteraient évidemment avoir à leur disposition des ouvrages plus récréatifs ou instructifs. En novembre 1856, le maire de Conches fait la demande suivante au ministre de l’Instruction publique et des cultes:

Cette bibliothèque, comme celles de la plupart des petites villes de province qui en possèdent, ne se compose guère que de livres ascétiques, de traités de morale et de théologie, et de classiques anciens, qui offrent peu d’attraits au commun des lecteurs. M. le maire de Conches sollicite de votre excellence le don de quelques livres modernes et notamment de quelques bons ouvrages relatifs à l’industrie agricole2

Il obtient en effet dès 1857 la concession d’une vingtaine de livres  dont la composition prête à sourire. Citons entre autres : Le Plutarque français, La Réforme de l’enseignement, La Bibliothèque historique du département de l’Yonne, Le Glossaire du centre de la France, La clef du Coran, La Poésie à Napoléon III, etc.3

Les réponses de la municipalité aux enquêtes du ministère sont donc invariables. La bibliothèque de Conches ne prête pas plus de trois ou quatre ouvrages par mois… Rassurés quant au sort des incunables et des manuscrits, dûment catalogués et abrités, les inspecteurs des bibliothèques ne peuvent que constater que les Conchois n’ont pas d’ouvrages à emprunter. Voici donc la « recette » donnée par l’un d’eux dans un rapport daté de 1913 :

En dehors des fonds des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, il n’y a à Conches que quelques volumes du XIXe siècle, sans grand intérêt, et que personne ne consultera. Quant aux livres qui peuvent être demandés et lus, ils se composent uniquement d’une collection de V. Hugo à 0.25 centimes et de 20 à  25 volumes à 3 francs 50 dont les œuvres d’E. Augier. Dans ces conditions, il n’y a pas d’emprunteurs, ou il y en a peu.

Le bibliothécaire, sans traitement, est le secrétaire de la mairie. Il est bien disposé et tout prêt à faire fonctionner le dépôt comme bibliothèque populaire. La première condition à remplir, c’est d’avoir des livres à prêter.

Voici les indications que j’ai données au secrétaire M. Guillois :

Il y a au budget municipal un crédit de 50 francs pour reliure. Il faut d’abord employer ce crédit, et faire relier les quelques volumes qui peuvent être prêtés.

Mettre à part, dans une  armoire ou sur des tablettes, dans une salle de la mairie, les livres qui sont destinés à constituer la populaire : la salle où sont les fonds anciens est entièrement remplie.

Demander au Conseil un crédit de 150 francs ou 200 francs pour commencer, et acheter un certain nombre de volumes à prêter. Demander (en même temps) une concession au Ministre. Quand on aura acquis une centaine de volumes, la Bibliothèque pourra fonctionner. Les prêts seront faits facilement, puisqu’on les demande tous les jours, aux heures d’ouverture de la mairie, le secrétaire étant bibliothécaire4

L’infaillible recette fut-elle appliquée ? ! En 1924, le maire répondait à l’enquête par les chiffres suivants : 3 emprunteurs, 4 livres empruntés. Et il ajoutait en commentaire une remarque identique à celle faite par son prédécesseur  soixante-dix ans plus tôt : « quelques dons de livres utiles pour nos populations agricoles seraient bien accueillis » … 5

  1. qu’on peut voir  ici: http://www.culture.gouv.fr/documentation/enlumine/fr/BM/conches.htm []
  2. archives nationales: F/17/17341 []
  3. ibid. []
  4. ibid. []
  5. ibid. []

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []

Dessine-moi … une bibliothèque populaire !

    Mais au fait que recouvrait le terme « bibliothèque populaire » au XIXe siècle ? A quoi une « bibliothèque populaire » pouvait-elle bien servir ?

    C’est Francinet qui va nous servir de guide. Francinet est cet adolescent mis en scène par G. Bruno (Mme Augustine Fouillée) dans sa découverte de la vie professionnelle, découverte hautement pédagogique puisqu’elle permet d’inculquer  des « Notions élémentaires sur la morale civique, l’industrie, le commerce et l’agriculture1 ». Or Francinet pose cette judicieuse question à M. Edmond:

 » Monsieur, pour lire il faut des livres.  Quand on n’a pas assez d’argent pour en acheter, comment faire ?
— Mon ami, cette question a préoccupé déjà les esprits sérieux. Aussi a-t-on créé depuis quelque temps beaucoup de bibliothèques populaires où on peut  lire et emprunter gratuitement des livres.  (…) En France, on en a créé un assez bon nombre, et ce sont parfois les ouvriers eux-mêmes qui, en se cotisant, ont acheté les livres2 »

La réponse de M. Edmond en dit long sur les sympathies de Madame Fouillée puisqu’elle cite d’emblée  parmi les fondateurs des bibliothèques populaires les ouvriers. Le fait que des ouvriers puissent, en se cotisant, fonder des bibliothèques, à l’instar de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien (1861), n’est en effet pas encore du goût de tous, et en particulier des pouvoirs politiques qui se méfient des possibles foyers de sédition ainsi constitués. En revanche, Madame Fouillée reprend à son compte le discours édifiant alors en vogue sur les bienfaits que la lecture apporte aux prolétaires…

« Grâce à ces bienfaisantes institutions, qui se sont répandues partout en France, le travailleur peut passer sa soirée à la bibliothèque, au lieu de la passer au cabaret; ou encore, il peut la passer chez lui avec le livre que lui a prêté la bibliothèque, et dont il fait la lecture au milieu de sa famille.
Alors, au lieu de perdre sa raison et de dépenser son argent, il augmente les ressources de son intelligence, il fait une provision de choses utiles dont la lecture ouïe réjouit sa famille tout en l’instruisant. Enfin, à mesure qu’il se livre à ces nobles distractions de la pensée, il se sent devenir un autre homme ; il est plus fort pour accomplir son travail journalier, car il est devenu plus intelligent: il est meilleur, car il est content de lui, et le contentement du coeur rend l’homme plus doux. Il inspire aussi le respect à sa femme et à ses enfants, car il est pour sa famille un noble exemple de vertu3. »

    Toutefois, il est à noter que Madame Fouillée entretient une confusion alors très répandue en indiquant dans ses conseils pédagogiques aux instituteurs : « On peut compter au nombre des bibliothèques populaires les bibliothèques scolaires, dont le maître saura faire apprécier aux élèves les avantages4. »

Pour (tenter de ?!) y voir plus clair, reprenons la terminologie d’un dictionnaire quasi contemporain, le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire5. Celui-ci distingue:

– les bibliothèques cantonales, ou bibliothèques pédagogiques

– les bibliothèques communales

– les bibliothèques populaires

– les bibliothèques publiques

– les bibliothèques scolaires

Sa définition de la bibliothèque populaire est la suivante:

 » Ces établissements ont pour but de répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous. Leur création est due, soit à l’initiative des municipalités, soit à celle de particuliers ou d’associations libres. Les premières sont communales, les autres privées6. »

Il explique ensuite la différence de statut entre les bibliothèques populaires communales et les bibliothèques populaires privées.

« Les bibliothèques fondées par des municipalités ou avec leur aide, ou même simplement placées dans des bâtiments communaux, sont obligées de soumettre leur catalogue à l’administration centrale et de la tenir au courant de l’état de la bibliothèque par l’envoi de catalogues successifs datés, imprimés ou manuscrits. Elles sont également tenues d’accepter le contrôle de l’administration centrale pour les listes de livres acquis ou à acquérir, soit par dons, soit avec les ressources de l’oeuvre, ainsi que l’inspection de la bibliothèque par l’inspecteur général des bibliothèques et les agents désignés par le ministre de l’instruction publique, le ministre de l’intérieur et le préfet (…) Quant aux bibliothèques qui sont la dépendance naturelle d’un cercle ou d’une association ou qui ont été fondées par des particuliers, ces fondations sont placées, aux termes des lois municipales et des lois de  police, dans les attributions de l’administration préfectorale à laquelle il appartient d’examiner les statuts et les catalogues et d’accorder, de refuser, ou de retirer suivant les cas, l’autorisation dont elles ont besoin pour exister. Un certain nombre de ces bibliothèques désirent rester indépendantes et ne sollicitent ni l’appui ni le concours du gouvernement. Dans ce cas elles demeurent absolument étrangères à l’administration de l’instruction publique, mais il arrive très fréquemment que ces établissements ne possédant pas de ressources suffisantes pour satisfaire aux demandes de leurs lecteurs, s’adressent au gouvernement pour obtenir des concessions de livres. Elles doivent alors se soumettre rigoureusement aux règles imposées aux bibliothèques communales7. »

   Cette législation s’est mise progressivement en place à la fin du Second Empire et au début de la IIIe République. La première tentative d’organisation ayant concerné l’établissement de bibliothèques scolaires, consistant le plus souvent en quelques livres dans une salle de classe mis à la disposition des élèves et parfois des adultes (circulaire du 31 mai 1860), il n’en fallait pas plus pour entretenir une confusion que l’on retrouve dans certains documents administratifs au début du XXe siècle encore.

    La réponse de M. Edmond à Francinet a donc le mérite d’être claire et efficace. A une époque où l’accès à l’instruction n’allait pas de soi, où les livres constituaient pour un budget modeste une dépense considérable, où la lecture ouvrait l’horizon des possibles, quoi de plus important qu’un endroit où on peut « lire et emprunter des livres » ? N’oublions pas en effet que les horaires des bibliothèques publiques n’offraient alors guère de possibilités aux travailleurs de les fréquenter. Rappelons surtout qu’elles ne prêtaient pas d’ouvrages … Dessine-moi une bibliothèque populaire !

NB: on trouvera une chronologie précise dans « les pages d’histoire de la lecture publique » publiées sur le site de l’ADBP.

   

  1. G. Bruno, Francinet… Principes généraux de la morale, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture. Paris, Belin, 1869 []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Publié sous la direction de F. Buisson. Paris,  Hachette, 1882-1893. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175079g []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []

Prêter des livres à toutes et à tous

ctus

« Article 11. Chaque personne inscrite reçoit un livret dans lequel on émarge le payement du droit d’inscription et des cotisations mensuelles. …
Le bibliothécaire inscrit aussi dans ce livret les livres confiés à celui qui en est porteur; il y accuse réception de ces livres à leur retour. »

Dès son ouverture en 1861, le droit d’emprunter les livres est inscrit dans les statuts de la bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement.

Dans le cadre du séminaire « Conférence d’Histoire et civilisation du livre », animé par Frédéric Barbier à l’École pratique des hautes études, IVe Section (Sciences historiques et philologiques), Agnès Sandras interviendra le lundi 17 décembre 2012 pour rendre compte de l’inventivité des bibliothèques des Amis de l’Instruction dans ce domaine durant les années 1861-1914.