Archives par mot-clé : société de lecture

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)

sebastien_commissaire_ne_a_dole____marin-lavigne_louis-stanislas_btv1b53015326w
Sébastien Commissaire député du Bas-Rhin en 1849 (Gallica/BnF)

La tentative décrite dans le billet précédent pour fonder en 1838 à Lyon une structure apparentée à une bibliothèque populaire prêtant tous types de livres, y compris des brochures jugées séditieuses par les autorités, s’inscrit dans un intense bouillonnement politique. Il n’est donc pas surprenant que ses instigateurs aient été surveillés puis arrêtés, jugés, et pour certains d’entre eux emprisonnés.

Marianne Carbonnier a évoqué dans son étude sur une autre bibliothèque populaire de Lyon (la bibliothèque populaire protestante) dont la genèse est passionnante1, l’existence d’une « société des bibliothèques » d’inspiration icarienne signalée par les Mémoires de Sébastien Commissaire. La lecture de ces Mémoires, et plus largement des quelques éléments connus de la biographie de Sébastien Commissaire (1822-1900), est très éclairante. La trajectoire de Sébastien Commissaire2, ouvrier devenu député, est semblable à celle de Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction. Les deux hommes se sont nécessairement rencontrés puisqu’ils ont tous deux fréquenté à Paris, en 1849, le Club de la Montagne3 (club classé à l’extrême-gauche), et nourri un vif intérêt pour les théories de Fourier et de Victor Considerant4:

C’est en compagnie de M. Victor Considérant [sic] que j’entrai pour la première fois dans le Palais-Bourbon. Ce jour-là, j’eus l’honneur de voir plusieurs représentants non réélus que je n’aurais jamais vus sans notre visite au chef de l’Ecole phalanstérienne. Il y en a un surtout dont j’ai conservé un excellent souvenir, je veux parler de M.  Audry de Puyraveau qui me fit un accueil cordial auquel j’étais loin de m’attendre.

J’allai ensuite à la questure porter mon acte de naissance et donner mon adresse ; puis, le soir, en compagnie de mes collègues du Bas-Rhin, j’allai à la réunion de la Montagne, rue du Hasard, 6. M. Deville présidait la séance ; plusieurs membres de la réunion parlèrent, notamment MM. Ledru-Rollin, Félix Piat [sic], Gent, Gambon, etc5.

Les Mémoires de Sébastien Commissaire permettent de cerner les rapports à la lecture de gens d’origine modeste (Jean-Baptiste Girard est fils d’un petit vigneron de la Haute-Marne dont les enfants sont obligés de partir à Paris pour s’engager qui comme bonne à tout faire, qui comme cocher, etc. ; Sébastien Commissaire provient également d’une nombreuse fratrie dont le père exerce des métiers variés comme vendeur de foire ou tisserand) qui au XIXe siècle sont en quête d’ouvrages leur permettant de mettre à profit de très maigres rudiments scolaires. Sébastien Commissaire décrit fort bien les frustrations de son père et les conséquences de la censure pesant sur la vente des livres:

Doué d’une intelligence au-dessus de la moyenne et d’une mémoire prodigieuse, il aimait à lire, il aurait voulu être instruit. Malheureusement, il lui manquait un guide et de bons livres. De loin en loin, il achetait un de ces livres que les colporteurs cachaient dans le double fond de leurs balles et vendaient en secret. C’était à la fin du premier Empire et sous la Restauration ; sous ce dernier gouvernement surtout, le parti clérical était tout-puissant, il empêchait la vente des livres qui le gênaient, qui auraient pu éclairer les populations, mais il était impuissant à empêcher la vente de ces livres qui souillent l’imagination du lecteur.

La bibliothèque de mon père se composait presque exclusivement des Œuvres de Piron, des Contes de La Fontaine, de la Pucelle de Voltaire, de La Guerre des Dieux de Parny, et de plusieurs autres livres plus immoraux encore6.

De la même manière, le jeune Sébastien Commissaire, mis au travail à dix ans, ne sait comment s’instruire. Les ouvrages sont trop chers pour lui, les quelques bibliothèques n’ont pas d’horaires satisfaisants si tant est qu’elles acceptent des enfants, et les bibliothèques scolaires n’existent pas encore :

En même temps que je renonçais aux amusements de mon âge, le désir de m’instruire devenait impérieux : je dévorais tous les livres que je pouvais emprunter. Je lisais indistinctement les bons et les mauvais, je n’avais personne pour me guider.

Ce que j’avais appris chez les Frères était bien peu de chose. Tout mon savoir se bornait à la lecture, à l’écriture, à l’arithmétique : en outre, j’avais quelques notions de géographie. Je connaissais très peu l’orthographe, je n’avais aucune notion d’histoire universelle et aucune idée de ce qu’était une science.

Je n’avais rien de ce qui est indispensable pour étudier; je n’avais ni livres classiques, ni conseils, tout me manquait. Que de lecture perdue faute d’un guide !

D’ailleurs, où aurais-je appris à distinguer les livres qu’on peut lire avec fruit de ceux qui sont plutôt nuisibles qu’utiles ?

Ma mère ne sachant pas lire trouvait que j’étais assez savant; elle me grondait parce que je veillais tard pour m’instruire et aussi parce que je brûlais de l’huile7.

Devenu adolescent, Sébastien Commissaire essaie de suivre les cours du soir et tente toujours de trouver des livres. Il s’engage également dans les luttes politiques des Canuts lyonnais, et fréquente les disciples de Cabet, Fourier, etc. Aussi, lorsqu’il croise le chemin d’hommes résolus à fonder une bibliothèque, participe-t-il avec enthousiasme à l’aventure:

A peu près vers la même époque, les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.

Dans notre ignorance, nous pensions n’avoir rien à craindre des lois de septembre 1834, en nous réunissant au nombre de vingt seulement. C’était une erreur; nos groupes communiquaient entre eux par le moyen d’un délégué par groupe, tous nos groupes concouraient au même but, l’affiliation était facile à établir et dès lors nous tombions sous le coup de la loi. La magistrature du roi Louis-Philippe nous l’a bien prouvé.

Pendant quelques mois tout alla bien, les recrues abondaient; mais un jour le procureur général vint jeter le trouble dans la société en faisant arrêter tous les membres d’un groupe.

Poursuivi pour délit de société secrète, le président du groupe, M. Millet, fut condamné à deux ans de prison; plusieurs de ses coaccusés furent condamnés à des peines un peu moins fortes.

La Société des bibliothèques n’en continua pas moins à fonctionner; on prit un peu plus de précaution, voilà tout8.

Fonctionnement, nom,  dates, et sort de cette bibliothèque populaire avant l’heure sont ceux que les journaux évoquaient lors du procès fait à une « société des bibliothèques » lyonnaise (voir le précédent billet). La ville des Canuts a donc bien eu sa bibliothèque icarienne. On pardonnera à Sébastien Commissaire des approximations sur le nom des prévenus et la durée d’emprisonnement. Comme Jean-Baptiste Girard, Sébastien Commissaire a connu un emprisonnement de nature  politique, et traversé bien des tourmentes …

 

 

  1. CARBONNIER, Marianne. La bibliothèque populaire protestante de Lyon au XIXe siècle [en ligne]. Mémoire d’étude du diplôme supérieur de bibliothécaire. Villeurbanne : École nationale supérieure de bibliothécaires, 1976 []
  2. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/10509) []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74948v/f187.image []
  4. Ian Frazer raconte comment Girard et ses camarades « furent conduits lors de leur arrestation de 1849 au dépôt de la Préfecture, où ils aggravèrent leurs cas en lisant à haute voix, pour tuer l’ennui, des extraits du livre Destinée sociale, de Victor Considerant, chef fouriériste proscrit ». Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction(1861) », Actes du colloque de 1984 sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ; voir également : BOUCHET Thomas, « « Je les aimais comme des philanthropes ». Sébastien Commissaire (1888)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Fourier (et le fouriérisme) vu(s) par… » , février 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article612 (consulté le 24 octobre 2016).   []
  5. Mémoires et souvenirs, de Sébastien Commissaire, Meton, Lyon, Garcet et Nisius, Paris, 1888, 2 vol. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)

Gallica (BnF)
Événements de Lyon. Barrière de la Croix-Rousse : [estampe] 1831

Le Journal La Presse a fréquemment évoqué la question des bibliothèques populaires entre 1840 et 1860, on y reviendra dans un prochain billet. Mais un premier entrefilet de la rubrique « Nouvelles diverses », publié en 1838, retient l’attention :

Le 12 de ce mois, le tribunal de police correctionnelle de Lyon s’est occupé d’une affaire d’association composée de plus de 20 personnes.

Les prévenus, au nombre de 15, ont prétendu qu’ils voulaient former une bibliothèque populaire, une société de lecture pour l’instruction de la classe ouvrière, que leur intention était de se procurer tous les ouvrages de science, mais que cette société n’était encore qu’un projet qui n’avait pas été exécuté; que dès lors ils ne se trouvaient pas sous le coup de la loi du 10 avril 1834.

Mais le tribunal a reconnu et déclaré l’existence de cette association en contravention à la loi de 1834; il a jugé qu’elle avait été organisée pour répandre, parmi la classe ouvrière, des ouvrages démocratiques dont quelques-uns ont été saisis. En conséquence, le tribunal a condamné à deux mois d’emprisonnement les sieurs Blanc fils et Darlande; à 24 heures d’emprisonnement le sieur Gauthier; à 50 fr. d’amende les sieurs Schmit, Bretonville, Bourguignon, Cheylan, Raoul et Ravet. Les autres prévenus ont été acquittés.1

Si l’affaire n’a pas eu, semble-t-il, davantage de retentissement national, un journal lyonnais lui a consacré ses colonnes à plusieurs reprises. Le Censeur retranscrit l’audience du 5 juillet 1838 qui débute ainsi :

Blanc, Darlande, Champart, Bourguignon, Chélan, Guinand , Lardet, Bretonville, Mazoyer, Ravel, Gautier et Raoul sont prévenus du délit d’association pour s’occuper d’objets politiques et littéraires.

Le commissaire central dépose que la police se présenta un soir chez M. Blanc, cafetier-cabaretier, rue de la Barre, et dans une chambre à l’entresol, trouva MM. Blanc fils, Gautier, Chélan, Ravel et trois autres, assis autour d’une table sur laquelle étaient deux listes contenant des noms; ces deux listes furent saisies. Le lendemain matin, une visite domiciliaire fut faite chez M. Blanc fils, dessinateur, rue de l’Archevêché, et amena la saisie de divers ouvrages de philosophie, d’histoire, de politique et de littérature ; des exemplaires de l’Almanach populaire et des tableaux des droits de l’homme furent également saisis. Interpellé sur l’origine de ces ouvrages, M. Blanc exhiba les factures des libraires.2

L’après-midi, une perquisition chez Darlande permet aussi de retrouver des ouvrages « démocratiques ». Blanc est déjà sur place, ce qui laisse à penser que la police a volontairement laissé le temps aux personnes surprises la veille, en ne les arrêtant pas immédiatement, de se débarrasser d’un certain nombre de documents. En revanche, le procureur entend bien démontrer que cette « société de lecture » surveillée de longue date a des activités illicites. Les deux listes saisies permettent en effet de dénombrer vingt-cinq personnes, ce qui est contraire à la loi de 1834 évoquée plus haut qui limite les réunions à vingt personnes (même si elles se réunissent par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite. La loi de 1834 complète dans un sens restrictif l’article 291 du Code pénal :

La surveillance exercée depuis plusieurs mois a permis d’établir que :

Ces personnes se rencontraient à la Croix-Rousse chez Audenis, chez Damery, cafetiers; qu’elles y venaient presque tous les­ jours avec des livres sous le bras ; que parmi elles les unes buvaient du vin, les autres de l’eau, les autres ne faisaient aucune consommation. Il est dès lors évident que lorsque l’on vient au café avec un livre sous le bras, et qu’on n’y boit rien, on forme une association défendue par la loi.3

Pour confirmer le délit d’association non déclarée, le procureur du roi s’appuie sur un carnet de dessins présent dans les papiers de Blanc, « sur lequel se trouvent inscrits les noms des personnes à qui il prêtait des livres de sa bibliothèque particulière, et des noms devant lesquels sont des chiffres de quelques cotisations mensuelles remontant au mois de septembre dernier. »4

Le procureur peine à obtenir des renseignements précis lors de cette séance. Les prévenus savent très bien que s’ils reconnaissent avoir formé une association de plus de vingt personnes, ils risquent l’emprisonnement. Certains admettent avoir emprunté des livres à Blanc de manière occasionnelle, d’autres soutiennent ignorer pourquoi leur nom figure sur le carnet. Gautier donne cependant une explication plus convaincante :

On devait au moyen de 50 centimes par mois, se procurer toutes sortes d’ouvrages. J’ai versé deux francs en quatre fois. J’allais chez Audenis, les livres étaient sur la table, je prenais ceux qui me convenaient, je mettais mes cinquante centimes sur la table, et je m’en allais sans m’inquiéter de savoir qui prenait l’argent. La société n’existait qu’en projet ; elle était subordonnée à l’autorisation. Nous étions réunis chez Blanc pour préparer les statuts.5

Sur ce dernier point, les différentes personnes trouvées par la police chez Blanc indiquent pour se dédouaner qu’ « on ne s’était réuni que pour s’occuper des statuts à faire, avant de demander l’autorisation à l’autorité. »6 Les prévenus feignent donc avoir préparé une future « société de lecture », mais personne n’est dupe. Les sociétés de lecture, associations déclarées, laissent alors généralement peu de latitude quant à l’admission des membres et au choix des ouvrages. De fait, La Presse indique avec raison (voir plus haut) qu’il s’agit dans l’esprit d’une bibliothèque populaire, c’est-à-dire ouverte au peuple avec un choix de livres très ouvert.

La seconde séance devant le tribunal correctionnel se déroule mal pour les deux principaux accusés. Un ballot très important de livres a été découvert aux messageries. Dans les papiers de Blanc une correspondance avec le libraire parisien Pagnerre atteste que les ouvrages étaient achetés en quantité importante, correspondant à une activité bien supérieure d’une vingtaine de membres. Le procureur pourfend l’appellation de « société de lecture » :

Pour tromper l’autorité et ses soustraire à ses recherches, la société s’est couverte d’un voile inoffensif et d’utilité ; elle s’est nommée, par un mensonge adroit, Société de Lecture. – Les sociétaires ne s’étaient point réunis, disent-ils dans un but politique ; ils voulaient seulement répandre le bienfait de l’instruction parmi les classes ouvrières et pauvres, former une bibliothèque où la littérature, la philosophie, les sciences, l’histoire devaient trouver leur place, sans exclusion des ouvrages politiques, parce que l’instruction doit être complète, et qu’elle ne peut pas souffrir d’exclusion.7

La correspondance échangée par Blanc avec son libraire parisien renforce les soupçons du procureur :

Etait-ce bien là leur but ? Quels étaient donc les ouvrages qu’ils faisaient venir de Paris ? Les œuvres de St-Just, de Robespierre, de Marrast. Blanc écrivait : Citoyen, c’est dans le but de faire de la propagande ; aussi je vous conjure de nous les envoyer avec empressement.

Ce n’est donc pas pour lui individuellement qu’il les demandait.

Pagnerre répondait : Je vous recommande les chansons ; c’est le catéchisme le mieux fait et le plus logique. Les secondes chansons politiques ont été condamnées ; aussi je vous engage à les vendre en cachette.8

La correspondance avec Pagnerre fait sérieusement pencher la balance du côté d’une association séditieuse. Si le procureur n’explicite pas ses soupçons devant le tribunal, Pagnerre est réputé pour ses éditions de pamphlets , il est éditeur entre autres de Cabet et Louis Blanc9

Les prévenus sont très habilement défendus par Maître Périer. Celui-ci souligne que le procureur tente de donner des dimensions colossales à l’affaire en lui imprimant une dimension politique :

Eh ! sans doute, Blanc, Darlande et autres, qui ont fait venir ces publications pour les distribuer, ont obéi à cet irrésistible besoin de prosélytisme qui anime tous les hommes à convictions sincères ; ils n’ont fait qu’user d’un droit, car nul de ces ouvrages n’est poursuivi, et il ne saurait être défendu de les propager.

[…] la note où l’on a instruit Blanc qu’un recueil de chansons a été condamné à Paris prouve précisément qu’il ignorait auparavant cette circonstance ; et cet ouvrage, le seul qui soit dans le même cas, n’a été distribué à personne10.

Avec beaucoup d’humour, l’avocat fait feu de tout bois, jouant même sur l’intempérance alors fréquemment reprochée au monde ouvrier, et sur la lecture prônée par les philanthropes comme remède à l’alcoolisme :

Des livres échangés dans un cabaret de la Croix-Rousse ? Mais on agissait avec si peu de mystère, qu’on se plaçait à des tables disposées à l’extérieur, d’où la conséquence qu’on n’avait aucune raison pour dissimuler ces prétendues réunions illicites, puisqu’elles avaient lieu sous les yeux de tout le monde. Si, selon la remarque du cabaretier, l’on buvait peu, c’est une circonstance à la louange des prévenus, qui préfèrent la lecture au vice de l’ivrognerie, et qui ne s’attendaient pas à se voir reprocher aujourd’hui comme un crime leurs habitudes de tempérance.11

Après plusieurs passes d’armes entre le procureur (M. Sériziat) et Maître Périer qui crie à une justice arbitraire, la séance se solde par le jugement suivant :

Le tribunal, après une délibération assez longue, a rendu un jugement par lequel il a tenu pour constante l’existence d’une association de plus de vingt personnes, et condamne Blanc et Darlande à deux mois de prison, Gauthier à 24 heures de la même peine,; les autres prévenus à 50 fr. d’amende et tous solidairement aux dépens. Quatre des prévenus ont été acquittés.12

Peut-on parler de bibliothèque populaire dans la mesure où cette première bibliothèque n’a pas de statuts, de catalogue, ni d’existence reconnue ? Son inexistence physique et administrative, son côté indubitablement politisé, sont liés aux difficultés rencontrées par les premières véritables bibliothèques populaires pour obtenir l’autorisation d’exister. Rappelons que c’est en 1861, sous l’Empire libéral, que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (première bibliothèque à répondre véritablement aux critères précédemment évoqués qui font une bibliothèque populaire : prêter tous les livres à tous, hommes et femmes) obtiendra non sans mal les autorisations nécessaires. Il a fallu à Lyon des hommes profondément convaincus de la légitimité socio-politique de leur combat pour risquer un emprisonnement en créant une bibliothèque. Nous verrons dans un prochain billet que cette tentative s’inscrit dans le milieu des Canuts lyonnais disciples de Cabet, père de l’Icarie…

 

  1. La Presse, 17 juillet 1838 []
  2. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  3. Le Censeur, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. []
  6. Ibid. []
  7. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 14 juillet 1838 http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215963 []
  8. Ibid. []
  9. Voir Stoskopf Nicolas. La fondation du comptoir national d’escompte de Paris, banque révolutionnaire (1848). In: Histoire, économie et société, 2002, 21ᵉ année, n°3. pp. 395-411. www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2002_num_21_3_2310  []
  10. Ibid. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []