Archives par mot-clé : Société Franklin

La Bibliothèque populaire d’Arès

Bassin d’Arcachon. Détail de la Carte du département de la Gironde, indiquant ses divisions… et ses principaux vignobles, revue et corrigée… par E. Pagnau… Bordeaux, 1875. Gallica (BnF)

« Il est temps de sortir non seulement les bibliothèques populaires de leur oubli mais de ressusciter leurs espoirs, combats, initiatives et résultats1». Longtemps oubliées et même méprisées, les bibliothèques populaires ont pourtant balisé le chemin de l’accès à la lecture d’une partie de la population française. Une myriade de bibliothèques existait à la fin du XIXème siècle et l’exemple de celle du village d’Arès, situé sur le bassin d’Arcachon,  est tout à fait représentatif, car il rassemble les éléments classiques à la base de ces établissements, soit une famille de philanthropes, les Javal Wallerstein, une collection d’ouvrages marquée par l’éducation populaire, et une organisation administrative.

Une famille de philanthropes : les Javal Wallerstein

La bibliothèque populaire d’Arès, créée en 1899,  conserve les mêmes statuts jusqu’en 1989. En 1948, elle change de nom pour devenir la « bibliothèque Wallerstein », en hommage à cette famille investie dans le devenir de ce bourg. Les Javal Wallerstein  sont ainsi décrit par Louise Weiss2,  dans ses Mémoires :

Dans la  commune d’Arès et les communes voisines, les terres de ma tante Sophie avaient été acquises par son père, Léopold le banquier, député du parti de l’opposition sous le Second empire. Personnage d’envergure [..],  il comptait parmi les capitalistes libéraux [..]. Fondateur des premières compagnies de chemin de fer, des premiers grands magasins, des bains de la Samaritaine [..] Léopold avait reçu chez lui les Saints-Simoniens les plus notables et ses collègues républicains : Ernest Picard, Jules Favre, Jules Simon […] Léopold avait laissé dans la famille, en même temps que d’importantes ressources, une tradition d’intérêt au sort du pays et du peuple. [..] Les richesses acquises qui les avaient insensiblement transformés de petits gens en grands bourgeois et de grands bourgeois en féodaux ne leur avaient jamais fait oublier leur devoir social3.

Léopold Javal achète le domaine d’Arès en 1847,  soit environ 3000 hectares allant d’Audenge jusqu’au Porge, et améliore les espaces et leur productivité en fixant les dunes, irriguant les terres ou organisant la pisciculture. Il décède en 1872 en laissant une fortune substantielle. Il a six enfants dont Sophie qui hérite du domaine d’Arès, au décès de sa mère en 18934. Elle s’engage alors dans la gestion de cette exploitation agricole de plus de 800 hectares qui employa près de 40 personnes5 Sophie Javal, née en 1853, a reçu une éducation de qualité. En 1878, elle épouse Paul Wallerstein6, ingénieur et médecin. Sensible à la vie difficile du peuple du bassin d’Arcachon, loin de toutes infrastructures médicales, le couple s’investit dans la création d’une maison de santé en 1895. Paul Wallerstein (1846-1903) a fondé la maison de santé d’Arès, voici comment il décrit cette action au  Congrès international d’assistance publique et de bienfaisance privée :

En France, selon nous, on s’en remet trop à l’intervention de l’État […]. C’est une erreur.[…] Habitant la campagne, nous avons été frappé de la difficulté pour ne pas dire l’impossibilité où le médecin se trouve trop souvent de soigner les malades […] Ayant eu l’occasion d’apprécier les services rendus par l’hôpital de Tournan, œuvre particulière fondée par Mme Isaac Pereire, nous nous sommes inspirés de cet exemple. […] La maison de santé d’Arès a été construite pendant l’été 1895 et ouverte dès le mois de décembre. […] Elle a un double but : elle hospitalise les malades et elle reçoit à sa consultation externe que nous désignons sous le nom de dispensaire7.

Cette citation illustre l’action philanthropique des nouvelles fortunes industrielles. Les donateurs léguaient souvent des biens immobiliers qui pouvaient être affectés à la création d’hospices, de maisons de retraite ou d’institutions. Cette philanthropie  est positive mais elle est aussi utilisée pour maintenir leur domination;  le financement de la santé, de la culture et de l’éducation permet de légitimer et diffuser de manière souterraine la figure et les valeurs des financeurs.

Sophie Wallerstein. Voir : http://visites.aquitaine.fr/sophie-wallerstein

 

Dix ans après le décès de son époux, en 1913, Sophie fonde l’aérium qui accueille des enfants malades de condition modeste. Pour accompagner l’effort de guerre en 1914, elle développe une association,  « le Vêtement du prisonnier de guerre », qui en 1917 fait travailler 300 bénévoles et envoie plus de 1000 paquets par jour dans les camps8.  Elle reçoit la Légion d’honneur le 11 décembre 1920 pour « 25 ans de services dans les œuvres de bienfaisance9». Dotée d’un fort caractère et consciente de ses devoirs sociaux,  elle perpétue et accentue grâce à sa fortune une tradition familiale qui veille au bien public. Parmi ses nombreuses activités, elle crée la bibliothèque populaire d’Arès. Un formulaire signé par le maire atteste que la bibliothèque a ouvert le 11 novembre 1899, elle possède 310 livres et a réalisé 600 prêts, elle se nomme « Société de la bibliothèque populaire d’Arès10 et serait installée dans la bibliothèque paroissiale11. Elle déménage en 1900 pour l’école des garçons comme l’indique le registre des délibérations du Conseil municipal : « Monsieur le Maire expose à l’assemblée qu’il a reçu du bureau de la bibliothèque populaire d’Arès une demande pour le transfert de cette bibliothèque dans une pièce dépendant du groupe scolaire (côté des garçons) laquelle est inoccupée pour le moment, et la mise en état de cette dite pièce. La mairie dote aussi de moyens financiers l’établissement :  » Considérant que cette bibliothèque ne peut que rendre service à la commune d’Arès tout entière. Vote une somme de 100 francs pour l’installation matérielle de cette pièce12. » La bibliothèque s’installe dans l’école des garçons, sur une petite porte en retrait est inscrit « Bibliothèque populaire ».

La famille Javal Wallerstein dans les collections

La trace de la famille existe à travers la collection conservée actuellement en réserve. Alors que tous les livres sont tamponnés en plusieurs endroits, certains ouvrages ne sont pas estampillés :  on imagine que ces livres ont une autre origine et proviennent de la bibliothèque personnelle de la famille Wallerstein, et d’ailleurs plusieurs portent leurs signatures ou sont dédicacés comme   » L’arbre d’or des Landes  » imprimé en 1921 de Julien Tourme13.  La famille a aussi laissé des ouvrages comme Les grands incendies qui garde au crayon la mention de Mathilde Javal14.

En revanche, l’écrivaine contemporaine de la famille ne semble pas figurer dans la collection : Lily Jean-Javal (1882-1958) a publié plus d’une quarantaine de romans et de livres pour la jeunesse.  Il est vrai que les livres pour les enfants sont alors plutôt rares dans les bibliothèques populaires, et mis à disposition des enfants dans les écoles. Des livres pointus de médecine ne portent pas le tampon de la bibliothèque comme le Traité élémentaire de matière médicale de Jean Baptiste  Barbier datant de 1819. Ces ouvrages sont édités chez les libraires spécialisés comme Méquignon ou Jean-Baptiste Baillère qui furent les premiers éditeurs de livres médicaux.

Livre de la bibliothèque d’Arès avec la signature « Wallerstein ». Au-dessus le mot « Bichat » est rayé. Cliché: A. Antonutti.

La médecine est un sujet qui intéresse les fondateurs de cette bibliothèque. Louis Émile Javal (1839-1907) est médecin, et il souhaite guérir sa sœur Sophie de son strabisme. Il crée le laboratoire d’ophtalmologie à la Sorbonne en 1879 et met au point plusieurs appareils comme l’ophtalmomètre (le Javal) et l’iconoscope. Il est aussi à l’origine d’une méthode de lecture dite Javal et il publie  La Physiologie de la lecture et de l’écriture  en 1906, un des premiers ouvrages sur les freins cognitifs liés aux caractères du texte imprimé. Ironie du destin, il perd la vue à sa vieillesse. Il se consacre alors à l’amélioration des conditions de vie des aveugles, et invente un tandem tricycle et un appareil pour écrire.

Une bibliothèque ambitieuse

Il existait à la fin du XIXème siècle des milliers de bibliothèques dites populaires mais aussi d’associations, scolaires, de fabrique, pédagogiques, confessionnelles, militaires. Et d’ailleurs quelle est la définition d’une bibliothèque populaire ? « Accessible à tous, composée de livres destinés non seulement à procurer une agréable et saine distraction de l’esprit, mais aussi à former le cœur et à familiariser progressivement le lecteur avec la science élé­mentaire et pratique15 ». La collection répond tout à fait à ces indications, plus de 1000 ouvrages sont conservés en réserve actuellement, dont un certain nombre datent de la création de la bibliothèque : ils se remarquent par leur couverture toilée, leur titre écrit en lettres dorées, et disposent d’un numéro d’inventaire collé sur la tranche sur une étiquette verte portant la mention de bibliothèque populaire.

Livres de la réserve de la bibliothèque populaire d’Arès. Cliché I. Antonutti.

Les numéros vont jusqu’à 2800, mais sans livre d’inventaire il est difficile de dater les périodes d’acquisition. Aucun catalogue papier n’est disponible. Le numéro 116 est présent, il s’agit du livre Le Brésil de M. Charles Reybaud publié en 1856 qui est ainsi décrit « L’histoire, la géographie la constitution, la situation intérieure et extérieure du pays, l’auteur s’est proposé de tout analyser17». Tous les sujets sont représentés,  la littérature, les biographies, la géographie et l’histoire (par ordre décroissant) dominent mais on trouve aussi des livres de philosophie, de religion, des sciences sociales et de techniques. J’ai prélevé un échantillon, en ne choisissant que des numéros d’inventaires inférieurs à 500 et  analysé environ 10% du fonds, soit 70 livres, ce pointage permet de donner une image, certes partielle mais réelle, du fonds. 57 auteurs différents sont représentés, pour la grande majorité, ils sont contemporains. Les dates d’édition confirment la forte présence de nouveautés parmi les livres achetés. 56 ouvrages sont publiés entre 1851 et 1899. La collection est ouverte au monde, avec des récits de voyages comme Voyage autour du monde : Java, Siam, Canton (1870)18 de Ludovic de Beauvoir qui fut un grand succès d’édition ; parmi les livres de géographie et d’histoire, différents pays sont explorés, les Etats-Unis comme le Dahomey ou la Russie. La politique n’est pas absente des rayons avec les œuvres de Jules Simon dont Le Devoir (1869) qu’il écrivit pour s’opposer au Second Empire et qui fut très en vogue. Parmi les titres romanesques, les grandes œuvres sont majoritaires avec Lamartine, Mme de Staël. Les Mille et une nuit est très abimé et a donc été largement emprunté. La bibliothèque possède aussi des romans à succès comme ceux de Jules Claretie,  Zenaïde Fleuriot, Gyp ou Walter Scott.  Les romans très appréciés du public n’ont pas résisté après des années d’usage ; les fiches de prêts collées à la fin des ouvrages indiquent que ces ouvrages ont été prêtés jusque dans les années 1990. Les périodiques instructifs ne sont pas oubliés comme La Revue des deux mondes (1894-1929) 19, La Revue de Paris (1896-1938) 20La Nature (1882-1906)  ou quelques années du Magasin pittoresque.

Une personnalité  inattendue a laissé une trace dans cette bibliothèque.   Elissa Rhaïs  (1876-1940) fut  la  première  femme  algérienne  à  obtenir un large succès avec  une littérature  orientale  à l’eau de rose21,  elle a publié 14 romans, dont  Le Café  chantant  (1920) qu’elle dédicace à Madame Hecht en 1938 « avec sa meilleure affection ».  La famille Hecht a contribué à la création de l’aérium22.

Un inventaire complet de la réserve permettrait de retrouver d’autres ouvrages singuliers et quelques éditions rares.

La société Franklin

Sur la page au dos de la couverture de chaque livre est collée une fiche de conseils pour prendre soin des livres prêtés provenant de la société Franklin.

Fiche collée au dos de chaque couverture. Cliché I. Antonutti.

Comme de nombreuses bibliothèques, elle a donc recours à cette association qui fournit des services clefs en mains. La société Franklin a choisi ce nom en hommage à Benjamin Franklin qui a fondé la première bibliothèque publique américaine en 1731. D’ailleurs,  les Mémoires de Benjamin Franklin, écrits par lui-même 23 figurent dans le fonds de la bibliothèque d’Arès. La société Franklin aide au développement des bibliothèques populaires en apportant un soutien logistique :  « elle établit des catalogues de livres choisis, encourage les publications utiles, accorde des dons de livres […] ; elle se situe délibérément en dehors des questions politiques ou religieuses 24 ». Ce dernier argument est souvent répété, ses membres sont catholiques, protestants et israélites et ils se réunissent avec l’objectif partagé  «  de répandre le goût de la lecture avec pour unique règle les lois éternelles de la morale25 ». En 1878, la société Franklin est en rapport avec 5.000 établissements, 67% sont  implantés dans des villes de moins de 5.000 habitants,  les animateurs des bibliothèques populaires se recrutent parmi les instituteurs, les employés de mairie, les militaires en retraite 26 Ce survol de la collection montre l’ambition des fonds mis à disposition des lecteurs, il s’agit bien d’élever les esprits et d’apporter des connaissances utiles et aussi de distraire puisque les romans représentent 30% des livres dans ces bibliothèques.

Formulaire pour le Conseil général rempli par le Maire d’Arès en 1902. Cliché I. Antonutti.

En 1902, la collection de la bibliothèque populaire d’Arès rassemble 800 volumes et prête 1000 documents 27, sachant que le village  compte 1810 habitants soit 489 ménages28, c’est un chiffre honorable. Les bibliothèques populaires ne fournissaient pas que des ouvrages, elles s’attachaient aussi à proposer des cours ou des conférences.  Jacques d’Arès mentionne « un cahier d’archives » où il a trouvé une liste de rencontres :

La première conférence a été donnée par le docteur Émile Javal le célèbre ophtalmologiste, sur Benjamin Franklin. L’astronomie fut évoquée par le professeur Ragot, astronome, directeur de l’observatoire de Bordeaux. Le professeur Bergonis parla de l’électricité. M. Jean Javal a proposé des « Voyages autour du monde » et M. Gonse et Mlle Weiss des « Voyages en Orient ». MM. Bernard et Perez, professeurs de sciences, parlèrent de « Vie sous-marine » tandis que M. Henri Javal traitait de « L’économie politique ». M. Christian Lazare évoqua « L’économie rurale et agricole » tandis que M. Wallerstein parlait de la « Pose de câbles sous-marins29.

Les connaissances de la famille sont largement mises à contribution pour animer ces soirées de choix qui étaient organisées par Paul Wallerstein entre 1900 et 1903.  Des rencontres plus ludiques étaient aussi proposées avec des projections par lanterne magique, des lectures populaires ou des représentations théâtrales30.

Une organisation administrative

La création des bibliothèques est encadrée, surveillée et aussi en partie financée par diverses instances. Le Conseil général de la Gironde s’inquiète dès 1866 des efforts à porter :

En présence de la faible allocation de 50 Fr. inscrite au budget, pour les bibliothèques des campagnes, c’est-à-dire pour contribuer au développement de l’instruction publique parmi les classes qui en sont généralement le plus dépourvues, votre commission s’est demandée si cette allocation n’était pas tout à fait hors de proportion avec l’importance du but à atteindre, de cette œuvre si belle de l’élévation du niveau moral des populations de la campagne, par la diffusion des bons livres31.

Les objectifs sont définis mais les moyens pour y parvenir sont complexes. Comme le préconise la société Franklin : «  Avec une première dépense de 100 à 150 F., et une dépense annuelle de 50 F., une bibliothèque communale peut être fondée et entre­tenue». La commune d’Arès verse 100 francs pour l’installation de la bibliothèque et certains documents permettent de retrouver une partie des recettes. Elle reçoit des subventions du Conseil départemental de la Gironde en tant que « bibliothèque utile », au moins entre 1897 et 1904 selon les dossiers d’archives. Ces sources permettent de constater l’évolution de l’activité et de comparer aux différentes bibliothèques girondines.

Selon la décision du Conseil départemental prise le 29 août 1898, la subvention est distribuée ainsi : 20 francs sont attribués pour toutes les bibliothèques qui remplissent un formulaire, puis le reste est réparti entre celles qui ont plus de 500 volumes et proportionnellement au nombre de prêts. En 1897, on compte 6 bibliothèques mais le chiffre augmente vite, elles sont 34 en 1902 à se partager la somme de 1000 francs inscrite au budget. Libourne, La Réole, Blaye, Gujan Mestras, Le Bouscat et 3 bibliothèques bordelaises reçoivent des subventions supérieures à 30 francs. Autour du Bassin d’Arcachon, la bibliothèque de Gujan Mestras a été créée en 1898,  avec 176 livres et sa collection croît rapidement pour atteindre 13 395 volumes en 1902 ;  la troisième est fondée au Teich en janvier 1903, avec un fonds de 1432 volumes et a prêté 870 volumes.

Selon le procès-verbal du 29 novembre 1900, la bibliothèque d’Arès reçoit 21,40 francs. Par son courrier du 22 décembre 1901, le maire indique le nom d’un trésorier au préfet de la Gironde, Raymond Monvielle, l’instituteur32. Il indique  que « le maire d’Arès émet un avis favorable pour la continuation de la subvention à cette utile société », et déclare 550 livres pour 815 prêts. En 1903, toujours selon la même source, la bibliothèque possède 950 livres et elle a réalisé 800 prêts, le Conseil départemental lui accorde alors 21,45 francs. Il est impossible de comprendre la baisse des prêts alors même que la collection augmente. Aucun registre des inscrits et des prêts n’a été conservé, peut-être y a-t-il eu une fermeture temporaire ? Est-ce pour fournir une meilleure organisation que se crée le 14 janvier 1905 l’association « société de la bibliothèque populaire d’Arès » ? Sophie Wallerstein écrit  au le préfet dans ces termes « J’ai l’honneur de vous adresser la déclaration […] à l’effet d’obtenir pour la société de la bibliothèque populaire d’Arès la capacité juridique33 ». Les statuts fixent les objectifs et l’article 2 stipule : «  Cette société a pour but, la fondation, l’entretien et l’administration d’une bibliothèque destinée à fournir des livres utiles et instructifs aux habitants de commune ». L’article 3 définit l’éthique : « cette société, uniquement créée pour l’instruction et l’amélioration de tous, doit éviter dans le choix des livres, toute cause de discorde. Par conséquent, tout ouvrage de polémique politique ou religieuse sera exclu de la bibliothèque, fut-il offert à titre gracieux ». On  peut devenir sociétaire à partir de 15 ans, en versant une cotisation de 3 francs mais l’emprunt est gratuit pour les lecteurs disposant du certificat d’études primaires.  Les indigents sont admis gratuitement. Une commission de trois membres est chargée de gérer l’administration et chaque année un tableau contenant le catalogue des livres et le mouvement de la lecture doit être publié.  Le catalogue imprimé permet à l’inspection des bibliothèques de vérifier les achats et l’enregistrement des concessions de livres par l’État ; il est aussi donné au lecteur pour faciliter son choix. Les catalogues d’Arès ne semblent pas avoir été conservés. Les statuts ressemblent à ceux de toutes les bibliothèques populaires, ils affirment l’engagement vers le progrès social, moral et intellectuel du peuple.

Les membres du bureau sont alors Ferdinand Peyneaud, médecin, Chéri Ducamin, maire, Fernand Bardet, conducteur des Ponts et Chaussées, Evariste Hiribarn, marin et le trésorier, secrétaire et bibliothécaire est Raymond Monvielle, « instituteur public ». Sophie Wallerstein en est la présidente de 1905 à 1941, puis elle est nommée honoraire et sa nièce Louise Weiss la remplace en 1941.

La période de la Seconde Guerre mondiale est douloureuse pour la famille Javal Wallerstein, certains membres sont déportés dans les camps d’extermination nazis. Sophie Wallerstein consciente du danger met sa fondation, reconnue d’utilité publique le 9 décembre 1904, à l’abri des spoliations des biens juifs.  Elle a porté l’étoile jaune comme elle le rappelle dans son journal le dimanche 27 aout 1944 :

J’ai la visite de la délégation du centre de la résistance du Médoc […] Le Capitaine Labache m’apporte l’assurance que je serai promptement rétablie dans mes droits avec retour au château. Je reste sceptique. Pourtant je crois bien faire en décousant l’étoile jaune que j’ai portée et qui ne m’ a jamais humiliée34.

Le village d’Arès n’est pas épargné par les difficultés de la guerre et à l’issue du conflit, tous les aspects de la vie publique sont repris par les nouvelles équipes au pouvoir dont le « service de la bibliothèque ». Le 5 novembre 1944, la délégation spéciale provisoire, présidée par Monsieur Dartiguelongue  charge Paul Bardet, premier adjoint  de s’informer des personnes susceptibles d’assurer ce service de façon suivie. La bibliothèque devra en outre recevoir les livres jugés tendancieux pendant l’Occupation et qui ont été mis en dépôt à la mairie35. Certaines bibliothèques avaient en effet retiré de leurs catalogues et de leurs rayonnages les auteurs interdits par la « liste Otto » 36.

Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 18 octobre 1946. Cliché I. Antonutti.

Madame Dupin est désignée comme bibliothécaire en 194637 .  Elle n’est pas la première à exercer ces fonctions. Après l’instituteur public, Madame Bordessoules, l’épouse du Directeur de l’école des garçons, a été bibliothécaire et membre du bureau en 1920 et  elle fut remplacée par Mademoiselle Andrée Rougé dans les années 3038 . Le registre des délibérations du conseil municipal du 18 octobre 1946 renseigne sur le tarif des abonnements qui est relevé de 15 à 50 francs, cette modification doit permettre de subvenir à l’augmentation de l’indemnité de logement aux adjoints et à la subvention  de madame Dupin : la bibliothèque peut aussi être une source de revenus.

Il est difficile de connaître le partage des rôles entre l’association et la municipalité, car les sources manquent mais la commune a régulièrement soutenu financièrement la bibliothèque comme l’atteste le registre des délibérations. En 1936 l’assemblée constate « les services rendus par la BPA [et] désire encourager cette œuvre et décide de prévoir au budget additionnel une subvention de 200 francs en sa faveur39». La mairie accorde régulièrement des subventions, par exemple 500 francs en 1946 : à titre de comparaison la société bouliste reçoit 1000 francs, comme le syndicat d’initiative,  et 4000 francs sont versés pour l’achat d’un tambour pour le garde champêtre40. En 1947, 6 associations (le club nautique, le sporting club aérien…) reçoivent des subventions pour un montant total de 17500 francs, et 500 francs  sont attribués à la  bibliothèque41.

En 1947, Sophie Wallerstein décède, et pour lui rendre hommage la bibliothèque change  de nom pour devenir la Bibliothèque populaire Wallerstein d’Arès 42.

Une bibliothèque toujours associative

Même si les liens avec les fondateurs s’étiolent après le décès de Sophie Wallerstein, la bibliothèque populaire poursuit tout à long du vingtième siècle sa mission de lecture publique. Elle collabore pendant une période avec l’association Culture pour tous. Son activité connaît quelques difficultés avant d’être relancée en 1975 avec un bureau renouvelé. En 1989, elle change de nom et devient Bibliothèque Wallerstein et ses statuts sont rénovés. En 1992, elle emménage dans des nouveaux locaux qu’une équipe active de bénévoles anime avec efficacité, et la commune renouvelle la convention de services qui permet le fonctionnement de l’établissement.  Le centenaire de la bibliothèque associative est fêté en 1999. Elle demeure aujourd’hui un des rares établissements en France qui n’a pas connu de municipalisation complète de ses services et qui a maintenu un lien avec  ses origines en conservant le nom de la fondatrice de la bibliothèque populaire, en demeurant associative et en gardant une partie des collections.

Son histoire est tout à fait représentative du mouvement qui  anima une frange de la bourgeoisie attentive à l’éducation du peuple et aux efforts portés par les administrations pour construire, certes lentement, un réseau de lecture publique.

Plaque apposée à l’entrée de la bibliothèque. Cliché I . Antonutti.
  1. Des bibliothèques populaires à la lecture publique, sous la direction d’Agnès Sandras, Presses de l’Enssib, 2014. []
  2. Louise Weiss (1893-1983) est une journaliste, femme de lettres, féministe et femme politique. []
  3. Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne : Une petite fille du siècle, tome 1, Albin Michel, 1968, p.150. []
  4. Michelle Spetz, Les Javal, l’étonnante destinée d’une famille juive alsacienne. Association Alsace Ontario, sd. []
  5. Études locales, histoire du grand domaine d’Arès, 1959, H. C. []
  6. Fils de Bernard et de Julie Emma Wallerstein. []
  7. Paul Wallerstein, « Création et fonctionnement d’un hôpital à la campagne », in Exposition universelle de 1900. Recueil des travaux du congrès international d’assistance publique et de bienfaisance privée, tenu du 30 juillet au 5 août 1900. Paris, Secrétariat général du Congrès, 1900. []
  8. Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Stock, 1986, p. 105. []
  9. Archives nationales, base Léonore, N°19800035/212/27792 []
  10. Archives Départementales de Gironde,  132 T 4 : Bibliothèques populaires du département de la Gironde, subventions, 1897-1904. []
  11. Jacques d’Arès, Arès un siècle de vie culturelle : 1899-1999, à l’occasion du Centenaire de la bibliothèque municipale Bibliothèque Wallerstein. Hors commerce, sd, p. 3. []
  12. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 20 décembre 1920. []
  13. Malgré des recherches sur différents catalogues, je n’ai pas réussi à trouver la trace de ce fascicule peut-être édité à compte d’auteur suite à une thèse. []
  14. Mathilde Javal (1884-1947), fille de Louis Émile Javal. []
  15. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1878, N° 156. []
  16. Il n’est pas certain que ce livre constitue le premier ouvrage acquis car les numéros d’inventaire pouvaient être réutilisés à plusieurs reprises. []
  17. Revue des Deux Mondes,  31 mai 1856. []
  18. Date de l’édition présente dans les collections de la bibliothèque populaire d’Arès []
  19. Date des collections de la bibliothèque populaire d’Arès. []
  20. Revue littéraire française fondée par Louis-Désiré Véron en 1829 et qui parut jusqu’en 1970. []
  21. Jean Déjeux,  » Élissa Rhaïs, conteuse algérienne (1876 -1940) », in Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée,  1984, Volume 37, Numéro 1, pp. 47-79. []
  22. Gérard Simmat, L‘Aérium d’Arès 1913-2013, le centenaire, éditions Gérard Simmat, 2014. []
  23. Édition de 1884 présente dans les collections de la bibliothèque populaire d’Arès []
  24. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1879, N°156. []
  25. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1887, N°86. []
  26. Claire  Aude, Marie-Danielle  Schaeffer, Bénédicte  Terouanne, Les  bibliothèques populaires en  France à  travers  le bulletin  de  la  société  Franklin (1868-1879), École  nationale  supérieure de  bibliothécaires, 1977. []
  27. Archives Départementales,  op. cit. []
  28. Gérard Simmat,  Mémoire en images Arès,  Alan Sutton, 1997, p.13. []
  29. Le livre d’Alfred Gay sur Les Câbles sous-marins (1901) figure dans la collection de la bibliothèque. []
  30. Jacques d’Arès, Op.cit.,  p.4. []
  31. Rapports et délibérations, Gironde, Conseil général, 1866, p.121. []
  32. Jean-Louis Charlot, Dictionnaire généalogique des habitants d’Arès de 1851 à 1899 :  Raymond Monvielle, instituteur (1857-?) époux de Marguerite Barrau, p.511. []
  33. Jacques d’Arès, Op. cit.,  p. 4. []
  34. Journal de Sophie Wallerstein août-septembre 1944, document privé. []
  35. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 5 novembre 1944. []
  36. Liste Otto : ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes, Messageries Hachette, 1940. []
  37. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 18 octobre 1946. []
  38. Jacques d’Arès, Op. cit.,  p. 7. []
  39. Mairie d’Arès, registre des délibérations  séance du 15 février 1936. []
  40. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, le 15 novembre 1946. []
  41. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 21 juin 1947. []
  42. Déclaration à la Préfecture le 19 avril 1948. []

Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires

Timothée Trimm. [Recueil.] Célébrités du XIXe siècle. VI . 1860-1880. Gallica (BnF).

Timothée Trimm (Léo Lespès : 1815-1875) a connu un long oubli proportionnel à une célébrité fulgurante1. C’est sur son infatigable plume et sa capacité à mettre à la portée d’un large public les sujets plus variés que repose en grande partie le succès initial du Petit Journal. Le Petit Journal est alors vendu au numéro à un prix défiant toute concurrence (5 centimes, soit « un sou »), et propose au grand public des textes alléchants : feuilletons, faits divers, etc.

La célébrité et la puissance de travail de Timothée Trimm lui valent de sévères jalousies de la part de certains de ses collègues. Adolphe Racot, par exemple, lui consacre un de ses Portraits d’hier (1887), et dénonce « la vulgarisation poussée à ses limites extrêmes, jusqu’aux limites mêmes de la naïveté épique » :

Le Petit Journal, idée sublime pour la réalisation de laquelle Millaud eut la chance providentielle de trouver tout à propos, sous sa main le seul homme capable de lui donner un corps, le seul écrivain rompu au métier, spirituel et habile, de force à mettre en action ce principe admirable de la presse à un sou, coulé en bronze un jour par ce grand remueur de millions et de feuilles imprimées, dans cette formule, dans ce moule superbe :

« J’ai eu le courage d’être bête2 ».

Nombre de journaux contemporains se font une joie de relever les approximations et les fautes supposées de Timothée Trimm, et lui reprochent de se mêler de l’instruction du peuple. Le Figaro comme Le Tintamarre plaisantent quasi quotidiennement sur Timothée Trimm, « la machine à coudre des articles de confection impertinemment étiquetés littérature populaire par le propriétaire-éleveur des grenouilles et des escargots aquatiques du bazar Frascati3 ».

Timothée Trimm s’est chargé de l’instruction des masses. Il le dit lui-même, en termes dignes :

« —J’ai fait de cette chronique quotidienne du Petit Journal un perpétuel enseignement. »

Et le fait est que le bon Timothée apprend au peuple mille choses dont les savants eux-mêmes ne se doutent pas.

[…] Il faut bien instruire le peuple.

Mais le peuple est-il si ignorant qu’on veut bien le dire4?

Charles Monselet ironise dans ses souvenirs sur « l’emploi de chroniqueur du peuple, d’éducateur et d’amuseur des masses », et analyse ce qui a fait selon lui le succès de la prose de Trimm:

Sur ces entrefaites il fut appelé au Petit Journal pour y écrire un article par jour.

Un article par jour ! Dans l’origine cela parut insensé, énorme, monstrueux. On n’avait jamais assisté à un tel tour de force. […]
Un article par jour? cela supposait pour le peuple un phénomène d’imagination, un puits de science, un colosse d’esprit, un foudre d’éloquence. Un article par jour ! cela résumait aux yeux éblouis des fruitiers et des cochers de fiacre Homère, Chateaubriand et Eugène de Pradel. Aussi la renommée de Timothée Trimm ne connut-elle plus de bornes ; il n’y a pas eu d’acteur plus applaudi dans un théâtre, de gymnaste plus acclamé dans un cirque. C’était bien là l’idée que le peuple se faisait d’un homme de lettres, chez qui il aime à retrouver quelque chose de l’écrivain public.

Et puis, pour tout dire, Timothée Trimm avait eu une trouvaille de génie : il avait inventé une langue particulière composée de petits alinéas, qu’il avait empruntés à Emile de Girardin, puis, qu’il s’était ensuite appropriés, et qu’il avait perfectionnés. Et ce style propre à tout rendre, effroyablement clair, il le débitait en menues tranches, à la façon de l’ancien marchand de galette du Gymnase.

Quant à la manière de penser, il avait choisi, sans grand tâtonnements, celle de M. Prudhomme, qui de bonne heure lui avait paru la meilleure, la seule, l’éternelle5.

D’autres au contraire prennent la défense de ce journalisme populaire, comme Eugène de Mirecourt:

Soutenez tant qu’il vous plaira que c’est un écrivain de second ordre; accusez le public d’engouement; dites qu’il y a dans cette cuisine de journaliste des épices inusitées, et qu’elle ne peut agréer aux gourmets du style, – je ne trouve pas que vous ayez absolument tort.

Mais prenez garde, ô critique, ma mie! Je vous soupçonne de manquer de bienveillance, et d’être même un peu jalouse. […]

Honneur au fourneau populaire qui fait la cuisine aux masses et ne les empoisonne pas!

Honneur à l’écrivain qui se rapproche des intelligences modestes, les élève sans s’abaisser, et les instruit sans les corrompre6!

Nadar, « Timothée Trimm ». Caricature, dessin au fusain rehaussé de gouache, sur papier brun. Vers 1850. Gallica (BnF).

Qui faut-il croire? les détracteurs ou Eugène de Mirecourt? Un article de Timothée Trimm sur la Société Franklin, portant plus largement sur les bibliothèques populaires, donne raison à de Mirecourt. En effet, ce texte7, datant de janvier 1868, est plutôt bien rédigé, soigneusement documenté, et a des vertus pédagogiques indéniables. Timothée Trimm part de la raréfaction des cabinets de lecture pour rappeler que ces derniers, comme les bibliothèques d’hôpitaux contemporaines, offraient un choix limité et le plus souvent daté. Il se félicite de la création de la Société Franklin qui aide les bibliothèques populaires alors récemment créées à choisir des ouvrages, évoque le rôle moteur des bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) et de leur véritable initiateur, Jean-Baptiste Girard.

Le Petit Journal, 20 janvier 1868. Gallica (BnF).

Pour décrire le fonctionnement de la Société Franklin comme des premières BAI, Trimm emprunte ouvertement ses données au Dictionnaire Larousse. En effet, le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique a publié en 1867 un article « Bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction ». Mais le journaliste a bénéficié d’autres sources, puisqu’il commente par exemple les statistiques d’emprunts que l’on peut trouver soit dans le Bulletin de la Société Franklin soit dans les compte rendus d’activités des BAI. Les a-t-il consultées lui-même, ou s’agit-il des « notes précieuses pour l’article du jour » apportées par « tout un état-major d’hommes érudits » dont l’avait entouré le directeur du Petit Journal selon Albert Wolff 8 ? Quoi qu’il en soit, cet article se caractérise, toujours comme le souligne Wolff, par « une forme juste et claire pour intéresser la foule à des questions historiques ou scientifiques auxquelles l’écrivain, lui-même, ne s’intéressait que médiocrement9. » La mention de « livres bien choisis », d’une « cotisation très minime », à destination des « deux sexes », a forcément contribué à attirer aux BAI de nouveaux sociétaires.

Soulignons enfin, à la fin de l’article, une suggestion ingénieuse et novatrice de Timothée Trimm:

Je fais à la Société Benjamin Franklin mon salut le plus cordial.
Je lui souhaite pour l’exercice 1868 qu’elle commence avec ses administrateurs élus d’hier un succès toujours croissant.

Mais je lui demande humblement la permission de lui donner un conseil.
On ne met pas, dans notre société moderne, un homme en face d’un autre homme, sans un cérémonial de présentation.
Je crois fermement qu’un ouvrier de Paris demandera à lire Pascal, Cicéron, Marc-Aurèle, Montesquieu, Plutarque ou Cuvier.
Mais il les demandera bien plus volontiers, si la Société des Bibliothèques populaires ajoutait à chaque ouvrage une page volante qui vint apprendre au lecteur quel fut celui dont il lira l’ouvrage, quelles étaient ses tendances, quelles sont ses qualités.

On ne s’enferme pas toujours avec un inconnu, se présentât-il sous la forme portative d’un livre.

La notice sur chaque auteur que le lecteur lirait tout d’abord, serait comme l’ouverture d’un opéra, indiquant à l’avance les principales mélodies de la partition.
En ce faisant, les administrateurs de la Société Franklin et ceux de toutes les bibliothèques populaires étendront encore, avec gloire pour eux et profit pour tous, leur mission civilisatrice10.

 

 

  1. Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son « Petit Journal ». Paris, A. Carrière, 2011. []
  2.  Adolphe Racot, Portraits d’hier. Paris, Librairie illustrée,1887. []
  3. Tantinet, « Léo Lespès méfiez-vous de Trimm! …. », Le Tintamarre, 27 août 1865. []
  4. Le Passe-temps : journal de l’entr’acte, 8 janvier 1865 []
  5. Charles Monselet, Mes souvenirs littéraires. Librairie illustrée, Paris, 1888. []
  6. Eugène de Mirecourt, Timothée Trimm (3e éd.). Paris, Librairie des contemporains, 1869. []
  7. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []
  8. Albert Wolff, La gloire à Paris. Paris, V. Havard, 1886. []
  9. Ibid. []
  10. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, http://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []