Tous les articles par Agnès Sandras

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (II- Les livres existent toujours !)

Lors des journées du Patrimoine, il sera possible, le samedi 18 septembre 2021, d’admirer à Jouy-sur-Morin les ouvrages de la bibliothèque populaire des anciennes papeteries du Marais (fondée en 1863) et de découvrir les alentours de certains des sites de ces papeteries, grâce aux Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais. Voir le programme de cette journée ici.

Derrière cette exposition se cache un nouvel épisode de l’épopée de la redécouverte des bibliothèques populaires … Jugez-en plutôt !

Lettres à Sophie, sur la physique, la chimie (…). Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Au XXe siècle, nombre de bibliothèques populaires patiemment créées au siècle précédent ont fermé, le plus souvent dans l’indifférence générale. Leurs fonds ont alors disparu. Il arrive pourtant que les ouvrages de telle ou telle bibliothèque cantonale et/ou populaire ressurgissent, après avoir été conservés par des particuliers qui les avaient sauvés de la destruction, ou bien oubliés dans les greniers de mairies ou de bibliothèques. Depuis quelques années, une poignée d’associations ou des bibliothèques institutionnelles (signalées régulièrement par ce carnet, voir par exemple ici) les remettent à l’honneur. Si les fonds ainsi retrouvés n’offrent généralement pas une grande valeur bibliophilique,  ils contribuent  en revanche à une meilleure connaissance de structures de lecture pionnière et permettent de mieux appréhender tout un pan des histoires locales, voire de la micro-histoire.

La dernière bibliothèque qui vient de resurgir me tient particulièrement à cœur pour mille et une raisons. Il s’agit de la bibliothèque populaire fondée en 1863 dans la vallée du Grand Morin par le directeur des papeteries du Marais et de Sainte-Marie, Auguste Doumerc. Cette bibliothèque appartient aux toutes premières bibliothèques populaires pionnières, et sa création a été suffisamment originale pour être signalée dans la presse1. Elle accompagnait en effet un fort mouvement d’industrialisation de ce coin de la « Brie des moulins ». Conscient du fait que la population rurale employée dans les diverses fabriques n’avait pas (ou peu) eu accès à l’instruction, Doumerc souhaitait  lui donner accès à la lecture et s’y employa en constituant une bibliothèque populaire qu’il alimenta principalement sur ses propres deniers. Il fit également imprimer deux documents, une circulaire annonçant la création de la bibliothèque et ses objectifs, assortie d’un premier  catalogue, puis un second catalogue.

Auguste Doumerc. Circulaire accompagnée du premier catalogue annonçant la création de la bibliothèque populaire du Marais. 1863. Gallica (BnF).
Catalogue de la bibliothèque populaire du Marais. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. 1866. Recueil 8 Q 38 […]. Cliché A. Sandras.

Ces deux traces imprimées, riches de renseignements, m’ont permis de tirer les premiers fils et de proposer un billet (à lire ici) sur ce carnet fin 20192 : j’avais pu évoquer à grands traits la biographie du fondateur (descendant d’une famille très connue aux XVIIIe et XIXe siècles), la fondation de la bibliothèque grâce au solide réseau parisien et seine-et-marnais de Doumerc, et le lectorat potentiel de la bibliothèque. En précisant dans son titre qu’il s’agissait du premier billet, j’espérais qu’il y aurait une suite et que mes démarches pour identifier le devenir de cette bibliothèque ne resteraient pas vaines. Il apparaissait en effet que les papeteries avaient fonctionné jusqu’à une date récente, et on pouvait espérer que livres et archives avaient été conservés. Au moment où je me penchais sur le devenir de cette bibliothèque, le Musée de la Seine-et-Marne organisait d’ailleurs une exposition sur les papeteries du Marais dans la vallée du Grand-Morin autour d’un ensemble de photographies de Louis-Emile Durandelle, prises dans les années 18803.

Vue de la maison des propriétaires de l’usine du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

La suite est allée au-delà de mes espérances, et ce nouveau billet ne constitue qu’un deuxième volet très provisoire, annonçant plusieurs chantiers fructueux. Après avoir lu mon billet, Louise Oudin, qui s’emploie depuis quelques années avec bonheur à reconstituer la trajectoire de membres fondateurs des bibliothèques populaires, parvenait en effet à identifier un descendant d’Auguste Doumerc,  Hugues Doumerc, lequel retrouvait bientôt dans la correspondance familiale de passionnants courriers évoquant le contexte de la genèse de la bibliothèque populaire du Marais.

=> Vous pouvez découvrir les archives suivantes en cliquant sur les liens :

Poème à Madame Doumerc lors de la bénédiction de la chapelle du Marais

Lettre d’Auguste Doumerc à son père, Papeteries du Marais, 1859

Merci à M. Hugues Doumerc pour l’aimable autorisation de reproduction de ces documents

Quelques semaines plus tard, Patrick Quignot, président de l’Association « Les Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais » me contactait, après avoir lu mon premier billet. L’association susnommée venait d’être créée en janvier 20204 avec pour objectif « la promotion et préservation mémorielle du patrimoine industriel papetier de la vallée du Grand Morin (Seine-et-Marne) et en particulier celui issu des papeteries du Marais et Sainte-Marie, création d’un site permanent d’expositions et d’ateliers pédagogiques pour y reproduire les différentes étapes de fabrication et de transformation du papier, organisation d’expositions, conférences, animations autour du papier et des papeteries, contribution au développement local du tourisme5 ». L’ Association a recueilli lors de la liquidation d’Arjowiggins nombre d’objets utiles à l’histoire de la papeterie et de l’édition, les papeteries du Marais s’étant entre autres fait connaître pour la qualité de leurs filigranes, leur participation à des éditions du XIXe siècle, etc. Elle a ainsi contribué aux travaux du Musée départemental de la Seine-et-Marne sur les papeteries6 et conçu sa propre exposition sur cette thématique7. Elle cherche aujourd’hui un lieu pour ses collections8, et réfléchit à un partenariat avec le Musée de l’Imprimerie de Rebais.

Lors de la liquidation, l’association a également pu récupérer une grande partie de la bibliothèque populaire, raison pour laquelle Patrick Quignot me contactait. L’après-midi du 20 juin 2021, Louise Oudin, Hugues Doumerc et moi-même avons été accueillis avec générosité et efficacité par des Compagnon(ne)s papetier(e)s à Jouy-sur-Morin. En leur compagnie, nous avons découvert avec émotion les portraits d’Edmond et Auguste Doumerc et ouvrages de la bibliothèque populaire qui avaient traversé le XXe siècle à l’abri dans les papeteries.

Jean-Edmond Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Auguste Doumerc. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.

Puis nous avons longuement échangé autour de nos connaissances respectives et de nos projets, avant de visiter les extérieurs des anciennes papeteries de Jouy-sur-Morin9.

Visite des alentours des papeteries, juin 2021. Cliché A. Sandras.

Cette rencontre stimulante débouchera sur des réalisations communes, car les sources et témoignages identifiés par les uns et les autres permettront, je n’en doute pas, de mieux cerner le fonctionnement et le succès (ou l’insuccès ?) de la bibliothèque populaire du Marais. Cette bibliothèque prenait place dans un ensemble, mûrement réfléchi par Auguste Doumerc, qui mérite aussi d’être mieux identifié (école, chapelle, etc.). Enfin, la création d’une coopérative d’approvisionnement, dans les mêmes années, demande à être explorée.

Vue de la chapelle du Marais, à Jouy-sur-Morin. – Cliché Louis-Emile Durandelle. Vers 1880. Avec l’autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

Un des premiers chantiers déjà en cours consiste à identifier quels ouvrages de la bibliothèque initiale sont conservés10. Un autre est bien entendu l’identification des diverses archives qui pourront d’en permettre d’en savoir plus sur le fonctionnement de la bibliothèque. Une fois encore, je lance un appel à tous ceux qui détiendraient des éléments nouveaux …!

Littérature de l’adolescence (….) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Recueil des Lettres de Madame la Marquise de Sévigné (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Histoire de S. Vincent de Paul (…) Ouvrage appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
Revue des deux Mondes. Fascicules reliés appartenant à la bibliothèque populaire du Marais. Cliché Solène et Eric Barre. Avec l’aimable autorisation des Compagnons papetiers de Crèvecœur et du Marais.
  1. Voir Agnès Sandras, « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  2. « La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I), » in Bibliothèques populaires, 14/12/2019, https://bai.hypotheses.org/3583 []
  3. Je remercie les responsables de ce musée et les personnes chargées de l’exposition qui ont répondu très volontiers à mes questions. []
  4. En 1954, les papeteries d’ARches (Vosges), JOhannot (Ardèche), MArais (Seine-et-Marne) et RIves (Isère) fusionnent et le groupe ainsi formé est nommé ARJOMARI. En 1990, Arjomari Prioux et l’anglais Wiggins Teape Appleton fusionnent à leur tour pour donner le holding Arjowiggins. En 2019, les sites des papeteries de Crèvecoeur, Le Bourray, Greenfield et Bessé-sur-Braye connaissent une liquidation judiciaire. Voir l’article Arjowiggins sur Wikipedia. []
  5. JO du 18/01/2020. []
  6. Voir : https://www.musee-seine-et-marne.fr/fr/les-papeteries-du-marais []
  7. Voir https://actu.fr/ile-de-france/jouy-sur-morin_77240/seine-marne-anciens-salaries-la-papeterie-arjowiggins-creent-une-association-preparent-une-exposition_31083299.html et http://www.petitrandonneur.fr/exposition-papeterie-arjo-wiggins-77-a201770898 []
  8. Voir https://actu.fr/ile-de-france/la-ferte-gaucher_77182/seine-et-marne-les-anciens-salaries-d-arjowiggins-sont-toujours-en-quete-d-un-lieu-d-exposition-permanent_36334299.html []
  9. Les papeteries s’étendaient sur différents sites le long du Grand Morin. Le sort de certains de ces lieux est encore à l’étude. En 2007, la prestigieuse Galleria Continua a racheté et rénové les sites de Sainte-Marie et du Moulin à Boissy-le-Châtel : on peut y voir dans un écrin formidable, les œuvres de Anish Kapoor, Daniel Buren, Chen Zen, Kader Attia…Voir par exemple : Isabelle Vatan, « A Boissy-le-Châtel, des entrepôts où l’art s’expose en version XXL », Télérama, 23 mai 2019 ; « Seine-et-Marne. Patrimoine : la Galleria Continua à Boissy-le-Châtel », La République de Seine-et-Marne, 30 nov. 2019. []
  10. Ce sera l’objet d’un prochain billet grâce au travail des Compagnon(ne)s. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard

GIRARD (1821-1900), Jean-Baptiste

 

Jean-Baptiste Girard vers 1880. Gallica (BnF).

Jean-Baptiste Girard a une importance toute particulière dans l’histoire des bibliothèques populaires. Originaire d’une famille modeste de la Haute-Marne, il a fondé la première véritable bibliothèque populaire à Paris, et œuvré inlassablement pour le développement de ce type de bibliothèques en France.

NOM : GIRARD

Prénoms : Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1

Rôle dans la BAI-III : Il en est le fondateur entre 1861 et l’un des principaux animateurs durant plusieurs années au moins jusqu’en 1884 avec plusieurs interruptions dont une de 1863 à 1867. Le plus souvent, il a le rôle officiel de vice-président de la BAI-III[1].

 

État-civil et famille : naissance de Jean-Baptiste (JBG) à Hortes (Haute-Marne) chez son grand-père François GIRARD (1756-1828), agriculteur, qui fait la déclaration le 28 mai 1821. JBG est le fils de Didier GIRARD (absent) et Catherine MORIS [Mauris][2]. Didier GIRARD (1793-1864) travaille entre Paris et Hortes pour le commerce du vin et Catherine (1790-1849) est cuisinière à Paris ; puis ils acquièrent un café à Hortes[3]. Ils ont quatre autres enfants : Auguste, né à Paris en 1818, est cocher puis loueur de voitures à Paris ; Marie-Louise, née à Paris en 1820, est domestique à Paris ; Anne-Joséphine, née à Paris en 1823, est femme de chambre puis reprend le café à Hortes ; Joseph, né à Paris en 1826, est marchand de bouillon à Paris[4].

JBG épouse le 9 mai 1846, à Saint-Eustache (Paris), Françoise Marguerite Zoé BERTHY (1824-1889), blanchisseuse, dont la mère est née BACHELIN[5]. Leur fille, Anna Augustine Alphonsine Girard (1847-1893), naît au domicile conjugal, 6 rue des Fontaines-du-Temple, le 27 février 1847[6].

Anna Girard se marie à Alphonse-Joseph BAILLIF (1831-1893), sculpteur dont le frère est marié avec une fille BACHELIN. Anna et son mari ont quatre enfants : Alphonse, Marguerite, Eugénie, Mathilde[7]. JBG meurt à Asnières-sur-Seine, « rentier » le 22 mai 1900. L’acte de décès est signé par son petit-gendre Joseph, Ernest CORBON, architecte[8].

Remarque : il existe des dizaines de Jean-Baptiste Girard à cette période et au moins deux autres Girard lithographes à Paris

Professions : diverses. Notamment : cocher, lithographe, peintre sur étoffes (lors de son procès), typographe (mention acte de décès), etc. Est également « agent de l’Association philotechnique » vers 1864-1884.

Adresses connues :

  • Enfance : ferme de la Malavisée à Hortes (Haute-Marne)
  • Lors du recensement militaire en 1842 : réside à Belleville et est cocher 37, rue Transnonain, Paris[9]
  • Lors de son mariage : 5 rue Beaurepaire [Greneta], 10e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la naissance de sa fille : 6 rue des Fontaines-du-Temple, 3e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la fondation de la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes : 2 rue des Vertus, 3e arrdt actuel, Paris[10]
  • Lors de son arrestation en 1850 : 30 rue des Gravilliers, 3e arrdt actuel, Paris (sa femme réside ensuite au 14)[11]
  • Dans les années 1860 : 47 rue de Bretagne, Paris[12]
  • Lors de la faillite de la Société générale d’approvisionnement et de consommation : chez Théodore BROUT, 8 route d’Argenteuil, Asnières-sur-Seine[13] (il résidera ensuite à différents numéros rue d’Argenteuil)
  • À partir des années 1880 : chez son gendre, Alphonse Joseph BAILLIF puis son petit-gendre Ernest CORBON, 7 rue Sainte-Sophie, Asnières-sur-Seine[14]

Lien avec l’Association philotechnique et /ou polytechnique : il suit les cours de l’APH (hygiène et médecine usuelle, arithmétique, comptabilité, physique, chimie…) au moins de 1855 (voire depuis 1848[15]) à 1861 et reçoit de nombreux prix[16]. Dans le même temps, il suit les cours du Conservatoire des Arts-et-Métiers[17].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : socialisme, mutualisme (voir ci-dessous). Bon nombre de ses amis et/ou compagnons de lutte seront communards, comme Charles-Honoré PLOMB [voir fiche Plomb] JBG a vécu rue des Gravilliers et connaît plusieurs membres de l’AIT comme Jean-Victor BELLAMY [voir fiche Bellamy] et Hippolyte LANDRIN [voir fiche Landrin], qui appartiennent au noyau initial de la BAI-III.                                                                                                                             

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : conseil d’administration de la société de secours mutuels des Arts et métiers (quartiers Arts et Métiers et Enfants rouges[18]) en 1861 ; coopératives de production ou de consommation et associations mutualistes diverses de 1849 à la fin du Second Empire (voir ci-dessous)

Adhésion à la Société Franklin : oui. Il en anime les débuts de manière officieuse sous le Second Empire.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : noyau initial des fondateurs et animateurs et conseils jusqu’aux années 1880. Sa fille, son gendre et le frère de celui-ci sont inscrits à la BAI-III[19]

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • avec le noyau initial de la bibliothèque de Hortes (Haute-Marne) dont il est un des fondateurs en 1861[20]
  • avec Joseph DELBROUCK [voir fiche Delbrouck], fondateur de la bibliothèque populaire communale de Vernon (Eure) en 1862[21]
  • avec le noyau initial de la BAI-V dont il est un des fondateurs (comptable de l’ouverture (1864) à 1869, il assure des permanences et donne des ouvrages[22]) : Édouard LABOULAYE [voir fiche Laboulaye], Adolphe ADAM [voir fiche Adam], Louis GRANDEAU [voir fiche Grandeau], le général Ildephonse FAVÉ [voir fiche Favé], anciens de la BAI-III, Émile LIONNET (président honoraire de l’APH) [voir fiche Lionnet], Antoine COHADON, etc.
  • avec le noyau initial de la BAI-XIV : Paul DELAMARCHE [voir fiche Delamarche], fondateur de la BAI-XIV, originaire comme lui de Haute-Marne et membre actif de la BAI-III. JBG est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV de 1873 à 1877. Il y côtoie Anthime CORBON (également originaire de la Haute-Marne) que l’on retrouvera à la BAIXV ), Charles PELLARIN, Henri TOLAIN, Louis COMBES (que l’on retrouvera à la BAI-XIII[23]), Charles LENEVEUX, Auguste OTT, buchézien et défenseur des associations ouvrières
  • avec le noyau initial de la BAI-XVIII dont il est un des fondateurs
  • avec Charles FAUVETY et le noyau initial de la bibliothèque populaire d’Asnières 
  • avec les fondateurs de la Société Franklin 
  • avec les fondateurs du Syndicat des bibliothèques populaires libres.

Éléments biographiques complémentaires :

JBG naît dans une famille d’agriculteurs haute-marnaise que la pauvreté pousse à rechercher des sources de revenus à Paris. Il doit travailler très jeune pour aider ses parents, et devient cocher comme son frère aîné à Paris. Puis il travaille comme lithographe. C’est sans doute dans ce milieu qu’il rencontre Théodore BROUT (1800-1873), l’oncle de sa future femme, un imprimeur (il a fait partie de la Société d’imprimeurs coopérative LACRAMPE et Cie en 1848) qui les aidera tout au long de leur vie[24]. Il fait aussi son apprentissage politique, et participe vraisemblablement à certains clubs de 1848[25]. Son jeune frère Joseph, militant de la Société des Droits de l’homme et de la Montagne, compromis dans l’Affaire du Passage Molière et les journées de juin, est déporté en Algérie[26].

Jean-Baptiste Girard se lance également dans les combats socialistes (il semble s’être intéressé entre autres aux écrits de Victor CONSIDERANT, BUCHEZ, etc.) et milite dans les mouvements mutualistes et associationnistes. En 1849, il fonde avec d’autres ouvriers, dont Jean-Louis RIMET [voir fiche Rimet], la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs‑lithographes. Délégué de la Fraternelle à l’Union des Associations fraternelles ou ouvrières fondée le 5 octo­bre 1849, il devient un des membres élus des commissions de fonctionnement de cette dernière et membre actif et trésorier d’un Comité électoral lithographique (dont COMBES est secrétaire comptable[27]) pour soutenir la candidature d’Eugène SUE[28]. Arrêté lors de l’Affaire de la rue Michel-le-Comte, il est jugé pour son rôle d’organisateur de réunions interdites et de secrétaire de l’Union des Associations, en compagnie de Pauline ROLAND, Jeanne DEROIN,  DELBROUCK, etc[29]. Il est emprisonné à Mazas puis Sainte-Pélagie. La Fraternelle est alors dissoute. Durant sa captivité qui aurait duré entre un an et 22 mois selon les sources, sa femme peine à élever leur fille Anna.

Sans doute marqué par cet emprisonnement, il passe à des actions toujours militantes mais moins risquées. Il suit notamment divers cours à l’APH de 1855 à 1861, et fédère bientôt élèves et professeurs autour d’un projet de bibliothèque populaire associative. Il parvient ainsi à fonder la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième arrondissement (BAI-III) en 1861 et à initier un mouvement qui gagne Paris, la région parisienne puis la province. Cette bibliothèque est très novatrice : il s’agit d’une association qui implique les lectrices et lecteurs dans le fonctionnement de la bibliothèque et le choix des livres qui sont prêtés[30]. Il fonde également une bibliothèque dans son village natal en juillet 1861 (Hortes[31]). Il déploie une activité considérable, mais en restant dans l’ombre, pour aider à la création de la Société Franklin[32] en août 1861, société qui à partir de 1862 aide à fonder et gérer des bibliothèques populaires. Le comité d’administration de la Société Franklin comprend, à côté de personnages prestigieux, différents membres de la BAI-III : FAVÉ, LABOULAYE, Émile MARGUERIN [voir fiche Marguerin], Maurice MEYER [voir fiche Meyer], Alexandre VINCENT [voir fiche Vincent]. JBG en devient officiellement conseiller en 1866.

Lorsque la BAI-III connaît des soucis politico-administratifs en 1863, il part créer avec LABOULAYE la BAI-V et devient agent général de l’APH en 1864[33]. Sa fille Anna épouse Joseph BAILLIF, lecteur de la BAI-III et dont le frère est marié avec une fille BACHELIN : ils ont un premier enfant en 1865.

Il continue à s’intéresser à la pensée mutualiste et participe à diverses expériences : il est nommé en 1866 dans le triumvirat directeur de La Sincérité, avec Antoine FAVELIER[34]. La Sincérité est le premier magasin coopératif créé à l’instigation de l’Association générale d’approvisionnement de Passy, POINDRON et Cie (fondée en 1864 par Arthur de BONNARD[35], COHADON, etc., et ouverte aux femmes[36]), il se trouve au 18 rue de la Forge Royale, quartier Saint-Antoine, sous la raison sociale H. Vannaisse et Cie[37]. En 1867, JBG représente la Sincérité (qui a désormais pour raison sociale FOURNERET, GIRARD,  LESAGE[38]) dans un Syndicat qui fédère les associations coopératives de consommation parisiennes[39]. Une médaille à l’Exposition universelle de 1867 consacre le rôle de Girard en tant que fondateur des bibliothèques populaires[40]. JBG participe aux réunions pour la fondation d’une Société coopérative d’enseignement indépendant en 1868 et milite aux côtés de Paule MINK, Ernest FRIBOURG et DELAMARCHE pour que les femmes aient accès à toutes les activités envisagées[41].

La Sincérité fait faillite en 1868[42]. JBG s’installe vers cette date chez BROUT à Asnières avec sa femme et sa belle-mère, comme les BAILLIF. Il fonde la bibliothèque populaire d’Asnières, notamment avec l’aide de FAUVETY (qui fonde également l’APH d’Asnières en 1876[43]) et Cyprien SPIES, un fouriériste, en 1871[44]. On ne lui connaît pas d’activité particulière pendant la Commune, bien que nombre de ses proches soient communards. Il est président de la bibliothèque de 1871 à 1873, et laisse sa place à FAUVETY, peut-être trop pris par sa vie personnelle (BROUT meurt en 1873 à Caen, et Girard est témoin de l’acte de décès[45]). Il impulse en 1876 avec notamment DELAMARCHE et Henri HARANT [voir fiche Harant] la naissance du Syndicat des bibliothèques populaires libres qui vise notamment à conserver une indépendance dans leurs choix d’acquisition aux bibliothèques populaires[46]. La même année, poussé par HARANT, FAUVETY et LABOULAYE, il propose sa « candidature ouvrière » aux élections sénatoriales[47]. C’est un échec. Il figure également sur la liste républicaine pour les élections municipales d’Asnières, aux côtés notamment de FAUVETY, LESAGE et SPIES en 1871[48], puis en1878[49]. En 1880, il reçoit de Jules FERRY les palmes académiques pour la fondation des bibliothèques populaires[50]. JBG continue à militer pour la classe ouvrière et s’attelle par exemple à la question des retraites ouvrières des femmes en 1883[51]. En 1884, il est désigné président de la BAI-III[52], probablement à la mort de HARANT.

Les Baillif ont reçu des commandes rémunératrices, et la famille, plus à l’aise, s’installe rue Sainte-Sophie. Après avoir perdu sa femme en 1889, il voit mourir sa fille et son gendre en 1893[53]. Les deux aînées de ses petites-filles se sont mariées le 20 septembre 1892 avec deux frères architectes, les Corbon[54]. Jean-Baptiste vit alors avec la plus jeune de ses petites-filles et son petit-fils qu’il marie tous deux en 1894[55]. Il termine son existence avec Marguerite et son petit-gendre dans une villa rue Sainte-Sophie à Asnières[56], et s’occupe de jardinage.

Écrits de la personne :

[JBG semble ne pas avoir écrit d’ouvrage ou d’article. En revanche, il a participé à la rédaction des statuts de plusieurs coopératives, associations et bibliothèques, et écrit nombre de courriers (dont quelques-uns publiés par la presse) qui ne sont pas forcément identifiés, son patronyme étant répandu.]

Sources :

FRAZER : Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985.

SANDRAS (Des bibliothèques …) : Agnès Sandras [Dir.], Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2014

Les différents billets de ce carnet (voir Girard)

Auteur(e)s de la fiche : Agnès Sandras et Louise Oudin, aidées de Geneviève Deblock

Abréviations utilisées dans cette  fiche :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements)

Arrdt : arrondissement

APH : Association philotechnique

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Fiche publiée le 7 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard," in Bibliothèques populaires, 07/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4701.

Notes :

[1] Dépouillement des différents CR imprimés de la BAI-III et Almanach Didot de 1884, page 817.

[2] Registre d’état-civil, Hortes, conservé par les AD52 : 1E0242.

[3] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[4] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/4497

[5] AD75, arch. 296, n° 151 et série V2E, même mariage (selon FRAZER). Voir ici et ici sur la base Filae.

[6] AD75, état-civil reconstitué : voir ici et ici sur la base Filae.

[7] AD. 92. Asnières-sur-Seine, 1881. D_NUM_ASN_1881

[8] AD. 92. Voir ici sur la base Filae.

[9] Voir les registres matricules des AD52 : http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1186_01/FRAD052_R1186_01_152.jpg

[10] Voir FRAZER.

[11] Voir FRAZER.

[12] Voir FRAZER.

[13] Selon Le Droit du 19 février 1869.

[14] Selon les actes d’état-civil déjà cités.

[15] Voir Nécrologie de Jean-Baptiste GIRARD par Émile Rotival dans Le Bulletin de l’association philotechnique, mai 1900. Pages 144 à 146.

[16] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin.

[17] Séance du 7 juin 1866 de la Société Franklin, discours de M. Leviez. Page 11.

[18] CR BAI-III, 1862.

[19] « Registre des lecteurs » de la BAI-III.

[20] Voir ci-dessous.

[21] Voir ci-dessous.

[22] CR imprimés.

[23] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4332

[24] Voir Le Droit du 15 septembre 1841.

[25] Voir Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, 1851.Page 183.

[26] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[28] FRAZER.

[29] FRAZER et sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[30] FRAZER ; SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[31] SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[32] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/1019

[33] A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898.

[34] Gazette nationale ou le Moniteur universel, 28 décembre 1866.

[35] Arthur de Bonnard est un proche de Fauvety et réside aussi à la fin de sa vie à Asnières.

[36] Voir Jacques Rougerie, Eugène Varlin, Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, 2019. Page 22.

[37] Voir note 34.

[38] Le Siècle, 13 février 1867. François-Joseph Lesage est chef de bureau au chemin de fer de l’Ouest et réside à Asnières. Nicolas-Marie Isidore Fourneret est comptable et réside rue Chapon à Paris selon La Gazette du 28 décembre 1866.

[39] Le Siècle, 13 février 1867.

[40] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/526

[41] Voir L’Avenir national du 1er août 1868.

[42] Le Droit, 16 août 1868.

[43] Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 décembre 1876.

[44] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/821

[45] AD14 : Registre des décès de Caen, 1873 : 4 E 1606.

[46] Le Temps, 17 août 1876.

[47] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1091

[48] Le Siècle, 23 juillet 1871.

[49] Le XIXe siècle, 5 janvier 1878.

[50] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/2161

[51] Ibid.

[52] Voir plus haut.

[53] AD92 : registres des décès d’Asnières-sur-Seine. Girard signe les actes de décès des trois.

[54] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 20 septembre 1892. Girard signe l’acte. Pas de parenté avec Anthime Corbon.

[55] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 28 août 1894 et 25 octobre 1894. Girard signe les actes.

[56] FRAZER.

[57] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[58] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/3223

Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire

Par Agnès Sandras, Geneviève Deblock, Louise Oudin

 

Ce billet annonce une série qui aura pour but d’approcher le plus possible, grâce aux documents de toutes sortes désormais numérisés, les réseaux préexistant entre les hommes qui ont fondé la première véritable bibliothèque populaire en 18611. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement (BAI-III) a en effet la première proposé un accès à toutes et tous à un prêt de livres choisis par les lecteurs. Elle fonctionnait de manière associative, avec un conseil qui tentait de respecter un équilibre entre des membres issus de la bourgeoisie et d’autres d’origine plus modeste. La respectabilité et les relations des premiers devaient protéger la bibliothèque des tracasseries administratives alors opposées aux associations, pendant que les bénévoles, ouvriers et artisans du Marais, se chargeaient de son fonctionnement. De nouveaux réseaux ont également résulté de leurs rencontres et de leurs luttes pour développer ce type de lecture et de bibliothèque dans un environnement parfois très hostile sous le Second Empire…

 

Un projet dans la continuité des projets précédents, à l’heure du numérique

Longtemps négligées par l’histoire de la lecture, les bibliothèques populaires avaient été magistralement sorties de l’oubli par Noé Richter en 1979. Celui-ci, qui avait souligné le rôle des Bibliothèques des Amis de l’Instruction, avait accepté de soutenir l’organisation d’un colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement et présidé par Madeleine Rebérioux. Lors des recherches menées pour ce colloque de 1984 qui portait sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction2 », différents auteurs avaient méticuleusement exploré les archives alors à leur disposition pour mieux connaître les fondateurs et les premiers lecteurs, ainsi que le contexte de la naissance de ce lieu original.

Ian Frazer s’était plus particulièrement attaché à retrouver des éléments biographiques sur Jean-Baptiste Girard, l’ouvrier moteur de la naissance de la bibliothèque3. Ces éléments confirmaient une tradition vivace à la Bibliothèque4 selon laquelle Girard, issu de la petite paysannerie haute-marnaise émigrée à Paris, avait eu un rôle décisif dans la conception de la BAI-III. Frazer avait identifié l’aide de l’Association philotechnique à la jeune bibliothèque, souligné l’importance du passé politique de Jean-Baptiste Girard qu’il avait reconstitué, et montré l’éventail socio-politique important des soutiens apportés.

Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh se penchaient quant à eux sur le registre dit des premiers lecteurs. Ils identifiaient les différents métiers des personnes inscrites dans ces listes (voir ici)  et leurs adresses (voir ici). La forte présence des artisans conduisait Madeleine Rebérioux à en conduire l’analyse dans des événements politiques contemporains, comme l’Exposition internationale de 1867.

Toujours en 1984, la bibliothèque était consacrée lieu de mémoire par Pascale Marie – qui avait également soutenu un travail essentiel à la BAI-III5 – dans l’ouvrage de Pierre Nora6. Elle montrait l’importance de l’inscription de cette bibliothèque dans le quartier du Temple, un quartier industrieux et toujours prêt à la rébellion au XIXe siècle.

Trente années plus tard, en 2014, un nouveau colloque organisé par la BAI-III permettait de compléter les pistes ouvertes en 1984, notamment par la création de ce carnet de recherches dès 2013. Le jour même du colloque, l’ouvrage Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique paraissait, grâce à l’effort exceptionnel des auteurs et des Presses de l’Enssib, 20147. Parmi ces auteurs, certains ont continué à travailler régulièrement sur les bibliothèques populaires. Deux exemples. Étienne Naddeo a soutenu sa thèse de l’ENC en 2015 sur Les bibliothèques populaires du département de la Seine (1861-1945), et s’est attaché à la naissance de la Société Franklin et à la bibliothèque populaire d’Asnières, fondée également par Girard, et a mis en lumière l’importance des réseaux francs-maçons et spirites autour des premières bibliothèques populaires. Jean-Charles Geslot a montré le rôle d’Édouard Charton dans la fondation de la bibliothèque populaire de Versailles, et s’intéresse depuis régulièrement à la constitution des premiers catalogues des bibliothèques populaires.

Plus largement, depuis le colloque de 2014, chercheurs et curieux se penchent sur l’histoire des bibliothèques populaires, et cette synergie permet d’identifier bien des acteurs oubliés et de mieux connaître les plus célèbres d’entre eux. Arlette Boulogne a publié en 2016 aux éditions L’Harmattan, Des Livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), ouvrage tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984. Plusieurs organisateurs de colloques ont sollicité des communications sur les bibliothèques populaires, des associations ont recréé les fonds initiaux de bibliothèques populaires, etc. Ce carnet rend compte régulièrement des diverses explorations menées ainsi.

Cette synergie et ce dynamisme ne seraient pas possibles sans les avancées numériques. En effet, on peut désormais ouvrir de nouvelles pistes grâce au repérage de sources dont l’inventaire se trouve en ligne. Par ailleurs, des bases de données comme celle des Communards déportés en 1871, la numérisation de nombreux journaux dans Gallica, Retronews, etc., et d’archives sur différents sites institutionnels, des dictionnaires en ligne comme le Maitron, l’Annuaire prosopographique « La France savante » du CTHS, etc., permettent de reconstituer des itinéraires, des motivations, et des rencontres. Ainsi, il n’est pas innocent de découvrir que Jean-Baptiste Girard, impliqué dans l’Affaire de l’Union des Associations en 1850, avait un jeune frère et que celui-ci avait été arrêté et déporté en 1848.8 Il est tout aussi révélateur d’apprendre que le premier ouvrier en charge du fonds et du catalogue, Charles-Honoré Plomb9, avait vraisemblablement connu Jean-Baptiste Girard sur les bancs de la Philotechnique où il apprit aussi le solfège, ce qui lui permit de devenir critique musical lorsqu’il se réfugia à Lausanne après avoir été inquiété à l’issue de la Commune … Il n’est pas moins intéressant de constater qu’Auguste Perdonnet10, très honorable représentant de la riche bourgeoisie philanthrope franco-suisse, avait une vie moins lisse que celle qu’il affichait, et que son soutien à la BAI-III reposait sur des motivations pour le moins complexes… Plus encore, en explorant les différentes bibliothèques des Amis de l’Instruction, à Paris ou en banlieue, on découvre bien des liens entre différents personnages : ce travail a été mené par exemple par Louise Oudin et Agnès Sandras pour la BAI-VI, par Geneviève et Pierre Deblock pour la BAI-XIII, par Christiane Demeulenaere-Douyère pour la BAI-XX.

 

Identification en cours des réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire : méthodologie et buts

Les liens entre les fondateurs de la BAI-III s’avèrent donc denses. Ils reflètent des engagements familiaux (des frères, des couples, etc., s’inscrivent), des amitiés (visibles lorsque l’on examine les témoins des actes d’état-civil), des affinités intellectuelles, des sociabilités :

  • de quartiers (voir la cartographie ici), qui ont été repérées également dans le cadre d’autres bibliothèques populaires comme celles de Hortes ou Vernon. On parle à son voisin et celui-ci signe la pétition pour demander l’établissement de la bibliothèque populaire (Épernay) ou vient s’inscrire (Hortes)
  • socio-professionnelles 
  • associatives
  • « éducatives » : les élèves des associations philotechnique et polytechnique demandent le soutien de leurs professeurs pour fonder les bibliothèques populaires
  • militantes et/ou politiques

Mais comment repérer ces liens ? Notre petite équipe (Geneviève et Pierre Deblock, Louise Oudin et Agnès Sandras) a décidé de partir de deux types de listes permettant d’identifier les personnes les plus attachées à la fondation de la BAI-III.

La première liste est issue du registre dit des premiers lecteurs. Ce registre a une genèse complexe, étudiée en détail par Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh (voir ici). Lorsque l’on connaît les noms inscrits, on constate qu’ils correspondent le plus probablement à des vagues d’inscription différentes. Nous avons donc choisi pour le moment de retenir pour notre échantillon les trente premiers patronymes, même si des noms dont nous savons qu’ils ont compté pour la BAI-III apparaissent après ces trente personnes. En effet, notre seconde liste étant constituée des membres des conseils cités dans les comptes rendus imprimés sous le Second Empire, on peut supposer que l’addition des deux listes nous fournit les noms des principaux personnages ayant travaillé à l’édification de la BAI-III. L’échantillon étudié comprend 57 personnes : 43 individus sont à la fois lecteurs et membres d’un conseil de la BAI-III ; 7 « lecteurs » n’ont pas appartenu à un conseil et, plus étonnant, 7 membres de conseils n’apparaissent pas sur la liste dite des premiers lecteurs.

Pour chacun d’entre eux, nous avons décidé de rechercher les éléments qui nous permettent de repérer au mieux les liens décrits plus haut : actes d’état-civil avec une attention particulière apportée aux témoins ; appartenance à des associations, des mouvements politiques, etc. ; adhésion à l’AIT (la rue des Gravilliers étant un épicentre des fondateurs de la BAI-III) ; attitude lors de la Commune, etc. Notre but est de reconstituer ainsi les réseaux qui ont préexisté à la BAI-III. Ainsi nous savons par exemple que l’Association philotechnique a joué un rôle certain, mais il importe de le définir plus précisément : quels futurs adhérents de la BAI-III ont suivi des cours en commun à la Philotechnique ? Lesquels de leurs professeurs ont-ils entraînés dans cette aventure ? Il est également intéressant de voir quels autres liens la fondation de la BAI-III a pu créer ou consolider entre ces hommes, notamment quand une partie d’entre eux quittent la BAI-III et/ou fondent d’autres BAI. L’enquête n’est pas que socio-politique. Elle permettra aussi d’entrevoir les réseaux amicaux, politiques, qui ont guidé le choix des premiers ouvrages et déterminer les classements adoptés, les soutiens recherchés, les dons de livres obtenus.

Enfin, l’expérience a déjà montré à plusieurs reprises que l’évocation de ces différents personnages éveille l’intérêt de leurs descendants, de chercheurs, etc., qui nous fournissent à leur tour des renseignements inédits11. Nous espérons donc que ces nouveaux billets nous apporteront aussi des précieux contacts …

Ci-dessous la liste triée par ordre alphabétique des personnages que nous allons présenter au cours de l’année 2021, selon un rythme hebdomadaire. Les liens cliquables (en vert) vers les fiches publiées en ligne y  seront insérés au fur et à mesure.

NOM                            

Prénom

N° dans le « registre des lecteurs »

Fonctions à la BAI-III selon les compte rendus imprimés de 1861-1862

[NB : certains d’entre eux ont des fonctions dans d’autres bibliothèques populaires et/ou plus tard dans la BAI-III]

 

ADAM

Adolphe

2

secrétaire-administrateur en 1861

administrateur en 1862

ANDRÉ

Pierre

24

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BARRAL

Jean Augustin

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAUDEMENT

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAZIN

François

17

censeur puis secrétaire en 1861

BELLAMY

Jean-Victor

13

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

BLANCHET

Pierre, Armand, Charles

246

administrateur en 1862

BRESSON

Charles

14

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BRIÈLE

Henry

81

 aide le bibliothécaire en 1861

CHARDAR

Jean

4

 aide le bibliothécaire en 1861

comptable en 1862

CHARPENTIER

Auguste

3

 aide le bibliothécaire en 1861

CHRÉTIEN

Joseph

83

 aide le bibliothécaire en 1861

CLOUET

Zéphirin  Théophile

5

 aide le bibliothécaire en 1861

puis administrateur en 1862

COLLET

Louis-Frédéric

26

 aide le bibliothécaire

puis administrateur en 1862

DALY

César

144

conseil de patronage en 1861

DELAMARCHE

Paul, Étienne

11

 aide le censeur en 1861

 

DELBROUCK

Joseph

30

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

DUMOUTIER

Benjamin  

108

 aide le bibliothécaire en 1861

ERBS

Frédéric

152

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

FAVÉ

Ildefonse

98

apporte son appui et une aide pratique à la bibliothèque

FESSARD

Jules  

58

 aide le bibliothécaire en 1861

FONTAINE

Louis

12

 aide le bibliothécaire en 1861 puis administrateur en 1862

FRIBOURG

Édouard

20

 aide le bibliothécaire en 1861

GERMINET

Georges Auguste (?)

29

 administrateur en 1862

GIRARD

[fondateur de la BAI-III, et plus largement du mouvement des bibliothèques populaires]

Jean-Baptiste

1

censeur en 1861

vice-président en 1862

GRANDEAU

Louis

9

trésorier-administrateur en 1861 puis administrateur en 1862

HACHETTE

Georges

non inscrit

conseil de patronage en 1861

HARANT

Henri, Raphaël, Joseph, Auguste

245

 vice-secrétaire en 1862

HEURTIN

Ernest

21

 aide le bibliothécaire en 1861

JACQUEL

Simon

68

censeur puis comptable en 1861

devient trésorier en 1862

LABOULAYE

Édouard

155

conseil de patronage en 1861

LABROUSTE

Alexandre

non inscrit

conseil de patronage en 1861

LACROUX

Joseph

25

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

LAMOUROUX

Mathieu, Auguste

27

 aide le bibliothécaire en 1861

LANDRIN

Hippolyte

15

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

LEROYER

Germain, Auguste

247

 administrateur en 1862

LESAGE

Jean, Jacques, Louis, Galliot

66

conseil de patronage en 1861

LIONNET

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MAGDELEINE

Emmanuel Charles

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MARGOT

Eugène  François

67

conseil de patronage en 1861

MARGUERIN

Émile

10

conseil de patronage en 1861, prête le local et accroît les fonds

devient administrateur en 1862

MOYSE dit MEYER

Maurice

244

 secrétaire en 1862

MICHEL

Henri François

16

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

 MOLL

Louis, Constantin, Eugène

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MORIN

Ernest

248

 administrateur en 1862

MORTIER

Joanny

6

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

NORET

Adolphe, Pierre, Paul

19

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PASCAL

Alphonse

7

 aide le bibliothécaire en 1861

PAUL

Marie, Jean Baptiste

18

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PERDONNET Auguste 243 président en 1862

PIQUART

Stanislas  Jean

22

 aide le bibliothécaire en 1861

PLOMB

Charles-Honoré

23

bibliothécaire

RIMET

Jean-Louis

28

 aide le bibliothécaire en 1861

SALLE

Louis

8

 aide le bibliothécaire en 1861

SCHNEIDER

Eugène, Jean-Baptiste

35

 aide le bibliothécaire en 1861

SILBERMANN

Jean Thiebault

249

conseil de patronage en 1861 puis administrateur en 1862

THIERRY

Pierre

38

conseil de patronage en 1861 ? ou un des « Thierry » suivants

THIERRY

Jean

39

voir précédent

THIERRY

Henri

40

voir précédent

THIERRY

Charles

41

voir précédent

VINCENT

Alexandre, Nicolas, Joseph

69

censeur en 1861 puis vice-président en 1862

  1. Elle a ouvert la voie à un raz-de-marée de bibliothèques populaires et inspiré la lecture publique. Voir les différents billets de ce blog et Richter Noé, Les Bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction: actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan, Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985 ; Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984 []
  3. Ian Frazer, « JEAN-BAPTISTE GIRARD (1821-1900) : FONDATEUR DES BIBLIOTHÈQUES DES AMIS DE L’INSTRUCTION (1861) », Lectures et lecteurs au XIXe siècle, op.cit. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Pascale Marie, Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983 []
  6. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, 1984. []
  7. Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  8. Voir Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre. []
  9. Voir Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  10. Voir Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? []
  11. Voir par exemple le billet sur Charles-Honoré Plomb. []

On parle encore et toujours des bibliothèques POPULAIRES (la BAI-XIII)

Geneviève et Pierre Deblock publient dans le Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du 13e arrondissement de Paris (n°48/2020) un article sur la création de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement  (BAI-XIII). Cet article passionnant, très fouillé, complète les billets qu’ils ont déjà donnés à ce carnet (« Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » et « les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878« )  et le billet d’Eve Netchine qui attirait notre attention sur un des lecteurs de la BAI-XIII, Maxime Rodinson (« L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement« ). On attend donc avec impatience la suite de leurs recherches…

Figures de bibliothécaires (on parle à nouveau des bibliothèques populaires !)

 
Signalons la parution aux Presses de l’enssib de Figures de bibliothécaires. L’ouvrage a été dirigé par Isabelle Antonutti, assistée d’un comité de pilotage scientifique.
 
 
Sur les 90 figures de bibliothécaires retenues, deux ont également œuvré pour les bibliothèques populaires, dont il a été déjà plusieurs fois question dans ce carnet : Paul Lacroix et Eugène Morel.
 
 
 

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (II/ De la Halle-aux-draps aux bibliothèques des amis de l’Instruction)

La dernière décennie du Second Empire voit la fondation et la multiplication des bibliothèques populaires. Mais qui est le fondateur des bibliothèques populaires ? Cette question, est officiellement tranchée, mais de manière très ambigüe, par le pouvoir impérial qui décerne une médaille à « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires » lors de l’Exposition universelle de 18671. Jean-Baptiste Girard quant à lui évoquera plus tard « les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles 2 ». En le récompensant, le pouvoir impérial s’épargnait probablement une polémique avec d’autres postulants au titre de créateurs des bibliothèques populaires, tout en cultivant un rapprochement très politique avec la classe ouvrière. Parmi les personnes qui se targuaient d’avoir aidé à la fondation des bibliothèques populaires figurait en effet Auguste Perdonnet, un riche bourgeois philanthrope, président de l’Association polytechnique. Son rôle indéniable est bien complexe à cerner … Nous allons voir comment il a œuvré pour des bibliothèques dites populaires (mais où l’émancipation intellectuelle du lectorat n’est pas de mise) puis joué un rôle majeur et complexe dans les premières années de la BAI-III. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (II/ De la Halle-aux-draps aux bibliothèques des amis de l’Instruction)

  1. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717. []
  2. Voir Agnès Sandras, « Les palmes académiques pour le fondateur des bibliothèques populaires », in Bibliothèques populaires, 07/04/2018, https://bai.hypotheses.org/2161. []

Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

En  1867 et 1868 les rédacteurs du Charivari se lancent dans la défense des bibliothèques populaires et à travers elles dans un combat pour l’accès pour tous à l’ensemble des livres. En effet, la lecture du peuple est encore surveillée par les instances politiques et religieuses, par crainte des « mauvais livres » qui entraineraient dépravation et sédition… Mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une lecture cantonnée aux livres édifiants et réclamer l’égalité dans l’accès aux ouvrages. C’est l’occasion pour Le Charivari d’exercer sa verve sur des condamnations d’un autre âge et de suggérer que le peuple1 n’est pas suffisamment instruit pour choisir ses représentants en toute indépendance, ce manque d’instruction relevant d’une politique délibérée. Voici deux exemples tirés de ces textes :

« Les masses sont encore à l’état d’enfance intellectuelle. Il faut leur mettre le bourrelet de la bonne censure, les lisières de la prudente répression, il faut les élever au biberon administratif. » 

 » Ce sont là les âmes simples, naïves, candides, innocentes qu’il faut bien se garder de corrompre par le moyen des bibliothèques populaires, oui-da !… Grand dieu ! laisser ternir au souffle impur des idées modernes les vases d’élection, ces fontaines de pureté ! »

Vous retrouverez ces différents propos, et en découvrirez bien d’autres encore dans le billet qui suit… Continuer la lecture de Quand Le Charivari défendait la liberté de lire pour les masses (1867-1868)

  1. On remarquera toutefois que Le Charivari évoque les citoyens sans songer beaucoup penser aux citoyennes… []

Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre

Ce billet poursuit un travail de longue haleine destiné à reconstituer les biographies des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. En effet, la première véritable bibliothèque populaire est imaginée et mise en route par des gens aux trajectoires sociales et politiques très variées – on l’a vu avec les derniers billets sur Plomb, modeste ouvrier devenu critique musical à Genève après un intermède « communard » ou sur Perdonnet, le patriarche des chemins de fer, infatigable et redoutable soutien de l’Association Polytechnique -,  ayant en commun une curiosité inépuisable et un inlassable dynamisme. Le fondateur officiel, Jean-Baptiste Girard, semble quant à lui porté par un combat politique dont on découvre, au fil des recherches, qu’il est celui de toute une famille très modeste, issue d’une petite paysannerie haut-marnaise qui, installée à Paris, se passionne pour les combats républicains du milieu du XIXe siècle…

Retour sur le « complot de la rue Michel-le-Comte », ou le procès de l’Association des Associations…

En   1850 Jean-Baptiste Girard, le futur fondateur des bibliothèques populaires, est arrêté, en compagnie de Pauline Roland, Jeanne Deroin, Joseph Delbrouck, et bien d’autres, lors de l’affaire dite  du « complot de la rue Michel-le-Comte ». Il est reproché à ces hommes et femmes qui mettaient en place une Union des Associations1 de se rassembler sans autorisation et d’avoir des menées séditieuses. En effet, le pouvoir s’inquiète devant un mouvement qui prône les échanges de services entre associations, inspiré tantôt des idées phalanstériennes tantôt des idées proudhoniennes, et qui ne se cache pas de désirer ouvrir la voie au socialisme.  La place occupée par Jeanne Deroin dans ce mouvement focalise particulièrement l’attention des autorités, car son activité a été très remarquée dans les mois précédents : rappelons entre autres ses interventions dans les clubs de 18482, son rôle de secrétaire générale de la Société de la Voix des femmes, la création du journal l’Opinion des femmes, sa candidature aux élections législatives de 18493, sa brochure sur l’Association fraternelle des démocrates socialistes des deux sexes pour l’affranchissement politique et social des femmes

Le Constitutionnel, 1er juin 1850. Gallica (BnF).

Le procès du « complot de la rue Michel-le-Comte » est largement rapporté par les journaux qui prennent un plaisir peu dissimulé à narrer les « provocations » des uns et des autres : réparties féministes de Jeanne Deroin4 et Pauline Roland5, plaidoyer  socialiste et associationniste de Joseph Delbrouck6, etc. Les journaux racontant les dépositions et interrogatoires de façon très différente, il faut analyser les éléments rapportés par les uns et les autres pour comprendre à quel point les autorités font de ce procès un symbole et un point d’orgue politique, destiné à étouffer les mouvements associationnistes et socialistes (voir ici la reconstitution  du procès menée par Ian Frazer en 1984).

Les associationnistes jugés (47 personnes ont été arrêtées en mai,  27 comparaissent) ont en effet pour beaucoup d’entre eux, quand il ne s’agit pas de membres de leur famille,  un passé politique déjà actif, voire agité. Après Jeanne Deroin qui irrite d’emblée le président par ses revendications féministes, vient Auguste Billot, cordonnier, qui a présidé la réunion non autorisée, et a déjà été arrêté en 1842 dans une affaire de bombes incendiaires7. Lors de son arrestation rue Michel-le-Comte, il portait sur lui, selon l’accusation, des recettes de poudre. On lui tient rigueur également d’avoir été envoyé à Londres pour discuter avec Ledru-Rollin, alors exilé, de l’éventuelle vente des bâtiments de l’École de commerce afin d’abriter la future Union des Associations. Suit Joseph Delbrouck à qui sont reprochés ses opinions ouvertement socialistes, son passé d’orateur clubiste recherché, sa correspondance avec des membres actifs d’autres associations républicaines, comme Hizay jugé en avril 1850 dans l’affaire des réunions non autorisées de la Solidarité républicaine8. Delbrouck a en effet fait partie du comité de soutien à Jeanne Deroin pour les élections législatives. Jean-Baptiste Blaison, cuisinier phalanstérien9, se voit rappeler ses activités politiques et des échanges de courriers avec Proudhon10. Le pharmacien Joffroy est relativement épargné, l’accusation se bornant à évoquer son passé de journaliste dans un journal socialiste. Robert Nusbaumer, « limonadier » d’origine suisse, tient un café où Jeanne Deroin se rend régulièrement  ainsi que d’autres socialistes, souligne l’accusation. Le très raide avocat général Suin11 déjà déstabilisé par ces différents personnages, arrive alors à Jean-Baptiste Girard, à qui il est reproché d’avoir eu une intense activité. Girard était secrétaire de l’Union, envoyait des lettres de convocation, s’était chargé de demander les autorisations précédentes pour les réunions, etc. On aurait trouvé chez lui, comme chez d’autres accusés, des brochures et papiers compromettants :

Girard, secrétaire de l’Union. Une grande quantité de brochures, de chansons et de mauvais écrits politiques saisis au domicile de cet individu semblent attester, de sa part, des idées, dangereusement anarchiques12.

Quand vient son tour, Girard provoque l’irritation de l’avocat-général par  ses déclarations trop réalistes sur son passé d’enfant tôt mis au travail, et sa conception du socialisme. Avec la même parole économe mais  mâtinée de provocation (voir l’extrait ci-dessous de La République du 14 novembre 1850), Jean-Baptiste répond que certains des documents trouvés chez lui lors des perquisitions appartiennent en réalité à son frère transporté 13.

A la recherche d’un frère Girard transporté en Algérie … et/ou d’un cocher

L’issue du procès de 1850 a été parfaitement retracée par Ian Frazer qui a raconté les différentes condamnations des uns et des autres, dont Jean-Baptiste Girard qui,  condamné à un an de prison et cinq ans de privation de droits, reste enfermé plus longtemps que prévu à Sainte-Pélagie, car il ne peut s’acquitter des 200 francs d’amende. Lors de la préparation du colloque  de 2014 portant sur les bibliothèques populaires, reprenant l’histoire de Jean-Baptiste Girard, je m’étais toutefois étonnée de ne pas trouver trace de la transportation de ce frère, identifié par Ian Frazer comme un frère  cocher14. J’avais alors pu reconstituer que la  fratrie, composée selon Ian Frazer de 3 enfants, comprenait au moins 4 personnes, 2 filles et 2 garçons, et que que les parents avaient longtemps vécu entre Hortes et Paris, sans doute au gré des saisons et des nécessités économiques, poussés vers la capitale par l’exiguïté des terres agricoles familiales  (voir ce billet). Deux éléments me semblaient donc perturbants :

– pourquoi Jean-Baptiste Girard avait-il évoqué son frère devant le tribunal, comme si cela allait de soi  pour les magistrats qui d’ailleurs ne l’interrogeaient pas davantage ? et si cela allait de soi, pourquoi ne retrouvait-on pas parmi les transportés le frère de  Girard,  Auguste, dont Ian Frazer avait établi qu’il était cocher ? Jean-Baptiste Girard semblant tout au long de sa vie avoir été d’une grande rectitude morale, comment comprendre qu’il ait désigné son frère au risque de lui valoir des ennuis  s’il n’avait pas été transporté ?

– la famille Girard, grâce au travail  des parents comme des enfants et leurs navettes entre Paris et Hortes, semblait vers 1846 avoir trouvé un semblant d’aisance. Les parents tenaient désormais un café à Hortes. Or, entre 1847 et 1849, ils partaient de Hortes, sans doute en transmettant la gestion du café à leur gendre et à la seule fille qui leur restait désormais, Anne-Joséphine15. Le couple Girard s’installait alors  dans une modeste maisonnette du village de Trois-Champs qui avait vraisemblablement appartenu aux parents de  Didier Girard16,  désormais manouvrier. Son épouse, Catherine,  mourait en 1849 à 58 ans. Quels événements pouvaient expliquer ces changements ? Des drames successifs ne les avaient-ils pas affectés, après la mort de leur fille aînée en 184317, et/ou avaient-ils tenté d’améliorer  la vie de leurs plus jeunes enfants ?

L’existence d’Auguste n’était pas contestable. Un recensement de  1846 m’apprenait d’ailleurs qu’à l’âge de 28 ans, il avait été recensé chez ses parents à Hortes, tout  comme sa jeune soeur18 … Il fallait donc retrouver davantage d’éléments sur lui.  J’ai croisé son second prénom (Nicolas, apparaissant sur son acte de baptême)  à la fonction que je lui connaissais (cocher), et  pu trouver ainsi un Auguste Nicolas Girard mort en février 1874, au 5 passage des Arts, dans le XIVe Arrondissement, bien né à Paris de Didier Girard et Catherine Moris, en 1818. Lors de son décès, il était  loueur de voitures, marié, et âgé de 56 ans. Le nom de sa femme (Agathe Pépin) me conduisait alors à un acte de mariage qui indiquait qu’à l’occasion de cet événement Auguste Girard avait reconnu une fille née quelques années plus tôt19. En effet, en août 1847, à Montrouge, Agathe Anne Pépin, jeune couturière de 20 ans, donnait naissance à Virginie Agathe, de père inconnu20. Les tables annuelles des naissances montraient d’ailleurs qu’elle avait déjà donné naissance à un autre petite fille prénommée Agathe en 1845, également de père inconnu21. Et lors du mariage de Virginie Agathe, en août 1872, on retrouvait comme témoin … son oncle, Jean-Baptiste Girard, âgé de 51 ans, employé, résidant au 96 route d’Argenteuil à Asnières22. « Notre » Jean-Baptiste Girard réside bien à cette période route d’Argenteuil à Asnières et y fonde une nouvelle bibliothèque populaire !

Il était bien tentant alors de considérer que la complexité de la vie d’Auguste, son absence lors de la naissance de ses filles,  sa réapparition en 1853 pour épouser la mère de ses enfants, correspondaient à une vie semi-clandestine,  puis à une période d’emprisonnement après les événements de 1848. Jean-Baptiste l’aurait alors à tort ou à raison rendu responsable de la présence chez lui de documents compromettants, ce qui ne les aurait pas empêchés de renouer leurs liens familiaux une fois   libérés de leurs prisons respectives…

Néanmoins, je n’avais pas totalement fermé une autre piste. En effet, parmi la liste des déportés de juin 1848 recensés dans la base des transportés figurait un Girard Joseph de 22 ans, né à Paris. Malheureusement, l’état-civil reconstitué de Paris ne me permettait que de repérer un Joseph (sans autre prénom) né en 1846, sans plus de précisions. Par ailleurs, j’avais identifié  dans la presse le procès d’un Joseph Girard accusé en mai 1848 d’être un des principaux acteurs de l’affaire dite du « passage Molière ». Ce Joseph était marchand de bouillon, militant de la Société des Droits de l’homme. Ce Joseph Girard ne pouvait-il être un petit frère non repéré à ce jour, portant le même prénom qu’une sœur aînée (Anne-Joséphine), s’intéressant aux mêmes mouvements politiques que son grand-frère Jean-Baptiste, et tenant un commerce proche de celui de ses parents23 ?  Le fait que les journaux soulignent pour l’un comme pour l’autre qu’on retrouvait chez eux, ou leurs co-accusés, des portraits de révolutionnaires ornées de rubans rouges, des brochures et des chansons socialistes et qu’ils lisaient Considerant, tenait-il du simple fait que les Girard étaient légion ?

Passage Molière – Vue prise de la rue St Martin : [Mai 1906] : [photographie] / [Atget] Auteur : Atget, Eugène (1857-1927). Photographe Date d’édition : 1906-1907. Gallica (BnF).

La solution est venue des registres matricules de la Haute-Marne, numérisés en mode texte, ce qui facilite les recherches. Si l’on n’y retrouve pas Auguste, en revanche y figurent Jean-Baptiste et même son père Didier. On apprend donc que Jean-Baptiste réside à Belleville.  Il est « cocher à Paris, rue Transnonain, 37 ».  Cette indication est déjà précieuse puisqu’elle confirme les dires de Jean-Baptiste Girard sur son premier métier à 20 ans24 et nous permet de savoir qu’il réside Rue Transnonain vers 1840. Doit-on y voir un hasard ? La rue Transnonain est célèbre pour le sort affreux réservé aux habitants d’un immeuble en 1834,  une manifestation organisée par la Société des Droits de l’homme (que nous allons retrouver)  et le conseil exécutif des sociétés ouvrières de secours mutuel de Lyon25 ayant entraîné des soulèvements à Paris. La rue Transnonain donne sur la rue Michel-le-Comte que nous avons déjà rencontrée (cf. supra),  car Jean-Baptiste Girard connaît bien ce quartier…

Plus intéressant encore, le registre matricule porte la trace d’un Joseph Girard, né à Paris en juillet 1826,  fils de Didier Girard et de Catherine Moris ! Il est précisé qu’il a été « reconnu impropre au service pour hernie inguinale » en 184726. Il réside à Paris et est « marchand de vins27 ». Jean-Baptiste Girard avait donc un petit frère, Joseph, dont on va voir qu’il a été particulièrement actif en 1848. On comprend mieux pourquoi Jean-Baptiste parle au tribunal de son frère et de ses activités (selon La République, la question est posée d’emblée à Jean-Baptiste lors du procès de 1850 ; d’autres journaux mentionnent une lettre de son frère à Girard) : les objets trouvés chez Jean-Baptiste sont les mêmes que ceux précédemment saisis chez son frère. … qu’ils appartiennent ou non à Joseph ne change rien au sort de celui-ci, déjà déporté en Algérie,  mais cela peut en revanche tout changer pour Jean-Baptiste…

Un petit frère plus engagé politiquement que l’aîné ?

La base des transportés de 1848, qui recense les informations  collectées sur les personnes déportées suite aux événements de 1848, donne des informations complexes sur Joseph Girard (voir ici) qui répondent à une situation non moins compliquée qu’il a été possible de reconstituer grâce à la presse numérisée. Joseph Girard a en effet des ennuis successifs. Il est soupçonné  dans une première affaire (l’affaire du Passage Molière) et relâché faute de preuves. Puis il est arrêté lors des événements de juin 1848, jugé et transporté au Havre.  Détenu à Belle-Ile, il en est extrait  pour être à nouveau jugé pour l’Affaire du Passage Molière à  Paris, puis est ramené. Il fait donc partie du tout dernier convoi envoyé en Algérie en avril 185028.

La première affaire a fait à l’époque beaucoup de bruit. Joseph Girard tient un  commerce de marchand de bouillon au Passage Molière. Ce passage Molière comprend une salle louée pour des réunions, souvent à caractère politique en 1848… Le 15 juin,  Paris est en proie à une agitation toute particulière, car l’Assemblée nationale vient d’être envahie suite à une manifestation organisée par les clubs en soutien à la cause polonaise. Un gouvernement insurrectionnel (composé de Louis Blanc, Blanqui, Cabet, Leroux, etc.) est formé à l’Hôtel de Ville sur lequel marche déjà la Garde nationale.  La Société des Droits de l’homme et du citoyen, société républicaine « à tonalité clairement ouvriériste29’ qui connaît une activité importante avec les événements de 1848 est constituée en sections fonctionnant de manière pyramidale et secrète. Elle est selon le témoignage  – à prendre avec précaution – d’ Alphonse Lucas, organisée militairement par Joseph Léopold Villain30 qui la préside, héritière de la Société des Droits de l’homme, et espère contribuer à l’installation du socialisme (Lamartine la qualifie de « maçonnerie démocratique« ).

Statuts de la Société des Droits de l’Homme in Tableaux historiques des principaux événements de la Révolution française de 1848 : douze  planches imprimées à deux teintes avec texte explicatif Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1848. Gallica (BnF).

 

Villain, ouvrier passementier, néo-babouviste, très influent dans les premiers évènements  de 1848, « aurait tenté de convaincre les manifestants de ne pas chercher à s’approcher de l’Assemblée. Mais ayant constaté son impuissance à peser sur le cours des événements, il serait revenu au siège de la Société des droits de l’Homme pour mettre en lieu sûr divers papiers, ainsi que la liste des adhérents31 », puis se serait rendu à la Salle Molière louée pour les réunions à venir. Selon les témoignages, voyant plusieurs personnes très excitées, dont Villain qui serait sorti par une fenêtre de l’Assemblée nationale pour se rendre  à la Salle Molière y porter des fusils, les riverains du passage auraient prévenu les autorités municipales, lesquelles viennent accompagnées de gardes nationaux. Que s’est-il passé ? Selon les gardes nationaux et une partie des témoins, les gardes auraient été accueillis à coups de fusils par des clubistes. Selon une autre version, les gardes nationaux, arrivant par deux issues différentes, se seraient tiré dessus par erreur. La fusillade fait deux morts parmi les gardes nationaux de Charonne et plusieurs blessés. Aussitôt, les derniers clubistes retranchés sont arrêtés et des perquisitions menées dans le Passage, car des témoins pensent avoir reconnu des tireurs en blouse, dont  … Joseph Girard ! Dans le local de Joseph Girard, des fusils qui viennent de servir sont retrouvés. Girard est arrêté dans sa chambre du 4e étage, ainsi que son colocataire Jean-Charles Mack, ouvrier-tourneur, ex-gardien de Paris32. On retrouve dans leurs affaires des affiches de la Société des Droits de l’homme, des courriers  et autres documents montrant l’implication indiscutable de Joseph Girard dans la Société, et un autre fusil.

L’émotion est grande. Villain a fui33, les adhérents de la Société des Droits de l’homme se désolidarisent, et une souscription est ouverte en faveur des victimes du Passage Molière.

Médaille commémorative. Conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848 (Passage Molière). Ville de Paris, CC.

 

Médaille sur le conflit entre les membres du Club des Droits de l’Homme et la Garde nationale, manifestation du 15 mai 1848. Cuivre. Après 1848. Paris, musée Carnavalet.

Toutefois, les charges ne paraissent pas suffisantes contre Mack, et seul Girard est emprisonné au donjon de Vincennes, avant d’être relaxé34, une première enquête donnant à penser que ce sont les gardes nationaux qui ont tiré les uns sur les autres. Girard, arrêté lors des journées de juin 1848 les armes à la main35,  est envoyé à ce titre à Belle-Ile. Mack est à nouveau arrêté le 11 octobre 1848 :

On saisit dans la chambre qu’il occupait alors un pistolet chargé, mais non amorcé, cinq cartouches de guerre, une cartouche de chasse, deux balles, trois lingots de plomb, une lithographie représentant Robespierre et Saint-Just ; deux ceintures rouges des Montagnards ; enfin une lettre de Girard dans laquelle celui-ci lui reprochait de l’avoir desservi, et lui demandait de suivre ses conseils, ajoutant que tout autre système pourrait les perdre l’un et l’autre, et entraîner leur condamnation. L’accusation voit dans cette lettre un aveu36.

Devant ces nouveaux éléments, Mack est emprisonné et un procès prévu. Une erreur du système judiciaire fait qu’un Gérard est tiré de la prison de Belle-Ile, à la place de Girard ! La méprise reconnue, Mack criant au scandale depuis  la prison de Sainte-Pélagie37, Joseph est ramené à Paris et « l’Affaire du Passage Molière » enfin jugée en octobre 1849. Voici la description du prévenu Girard donnée par Le Constitutionnel :

Le premier se nomme Joseph Girard. Il est âgé de vingt-trois ans. Son teint est basané, ses yeux enfoncés sous d’épais sourcils, sa bouche proéminente donnant quelque chose de sauvage à sa physionomie38.

Si le journaliste du Constitutionnel fait le portrait à charge d’un dangereux individu, on ne peut s’empêcher néanmoins de penser que Joseph ressemble à son frère Jean-Baptiste …!

Jean-Baptiste Girard vers 1860-1869. Album de 197 photographies positives sur papier albuminé ou tirage au charbon d’après des négatifs sur verre au collodion, format carte de visite. Gallica (BnF).

Les deux co-accusés se chargent mutuellement et nient la majeure partie des accusations. Ils ignorent  ce que pouvaient faire des armes qui venaient de servir dans le local de Joseph Girard, et prétendent n’avoir pas entendu la fusillade … Toutefois, de fil en aiguille, il apparaît, malgré leurs dénégations, que l’un comme l’autre sont bien des membres de la Société des Droits de l’homme et que Girard y a joué un rôle certain. Ainsi on a retrouvé par exemple dans sa chambre un registre sur lequel se trouvent « les noms suivants : Louis Blanc, Caussidière, Chevassu, Dupuis , Huber, Napoléon Lebon, Ledru-Rollin, Pierre Leroux, Mallarmet, Proudhon, Cabet, Considérant, Barbès, etc ». Réponse du prévenu : « C’était une liste que j’avais faite pour les élections39… » Néanmoins, leur culpabilité quant à la fusillade pouvant d’autant moins être prouvée que les fusils ont été perdus par la justice, Girard et Mack, défendus par les avocats Picard et Billiard, sont relaxés.

Joseph Girard est donc ramené à Belle-Ile et transporté en Algérie en 1850 pour sa participation aux événements de juin 1848. C’est là que je perds pour le moment40 sa trace, même si l’on peut supposer qu’il est éventuellement le Joseph Girard qui, revenant d’Oran (Algérie), s’arrête à Montpellier et déclare repartir à Paris, en  février 185141.

La famille Girard semble avoir été une famille soudée. Les parents ont tôt fait travailler leurs enfants mais pour leur  permettre d’avoir un confort – certes relatif – qu’ils n’avaient pas sur des terres de Haute-Marne épuisées par les partages successifs liés à des familles trop nombreuses. La ferme de La Malavisée ne suffisant pas à tous les nourrir, parents comme enfants ont fait des allers-retours entre Hortes (Haute-Marne) et Paris. À force d’économies les parents ont acheté un café à Hortes, qu’ils ont transmis à leur fille cadette, auparavant domestique dans la capitale, comme sa mère. Auguste, l’aîné, suivant le modèle paternel, a conduit des voitures à cheval, comme Jean-Baptiste à son arrivée à la capitale. Joseph a sans doute bénéficié de l’expérience, voire d’une aide de ses parents pour devenir marchand de bouillon. Est-ce le père, lors de ses déplacements, ou Auguste, qui a rencontré des interlocuteurs sensibles aux bouleversements politiques de la capitale ? Ou bien est-ce Jean-Baptiste ? Cette dernière hypothèse semble la plus plausible. En effet, après avoir été cocher, Jean-Baptiste travaille dans un atelier de lithographes, milieu où il rencontre Brout, l’oncle de sa femme, à qui il restera attaché toute sa vie durant (voir un prochain billet). C’est sans doute  à ce moment-là que Girard fait son éducation politique, entraînant bientôt son ou ses frères,  et en particulier Joseph  … Il semble de plus que son ancrage dans un quartier très remuant de la capitale a fortement contribué à ses engagements (voir le plan ci-dessous).

 

Extrait du Plan des barricades de février [1848], 1850. Gallica (BnF).

Sur ce plan, entourée en vert la rue Transnonain où réside J. B. Girard quand il a 20 ans, donc vers 1840. Entourées en rouge, la Rue des Gravilliers où il habite en 1849 (et où vivront encore plusieurs fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ainsi que de l’AIT au début des années 1860) et la rue Michel le Comte où a lieu la réunion de l’Union des associations non autorisée qui entraîne les arrestations de 1849. En bleu, les Arts-et-Métiers qui abritent en 1848 un des principaux clubs de la Société des Droits de l’homme, celui animé par Villain lequel, le 15 mai 1848, en déménage des papiers pour les abriter à la salle Molière…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. On peut lire le compte-rendu des activités à venir de cette Association dans La Démocratie Pacifique du 7 décembre 1849. Ce compte-rendu est signé entre autres de Girard. Ce même journal donne ensuite le 21 janvier 1850 le Contrat d’Union des Associations signé DECHENAUX, D. M. P., NICLOT, P. PORIER, A. TACHON, LIONNE,  P. MESNEL, TERNAY, BLAISON, JEANNE, BILLOT, GIRARD, L. FORTIN, JEANNE DEROIN, PAULINE ROLAND. Sur l’importance du mouvement associationniste à cette période  voir Riot-Sarcey Michèle, « Chapitre 3. Le temps des associations », dans : , Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, sous la direction de Riot-Sarcey Michèle. Paris, La Découverte, « Sciences humaines », 2016, p. 41-56. []
  2. Sur les clubs voir Caron Jean-Claude, « Les clubs de 1848 », dans : Jean-Jacques Becker éd., Histoire des gauches en France. Volume 1. Paris, La Découverte, « Poche/Sciences humaines et sociales », 2005, p. 182-188. URL : https://www.cairn.info/histoire-des-gauches-en-france–9782707147363-page-182.htm []
  3. Riot-Sarcey Michèle. L’utopie de Jeanne Deroin. In: 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, Numéro 9, 1993. Utopies au XIXe siècle. pp. 29-36. []
  4. Selon le journal Le Droit du 15 novembre 1850, lors du verdict, Jeann Deroin tiendra encore excellemment tête au tribunal  : « Mme Desroches (Jeanne Deroin) : Je remercie, dit-elle, MM. les jurés, ils viennent de consacrer les droits politiques de la femme, en condamnant des femmes pour des faits politiques ». []
  5. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815- 1945 (éd. Carole Christen et Laurent Besse), Presses du Septentrion, 2017, pages 199 à 220. []
  6. Joseph Delbrouck fondera la bibliothèque populaire de Vernon. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque (populaire) communale de Vernon : une tentative originale de transmission des savoirs dans une petite ville de province sous le Second Empire libéral », Congrès du CTHS, 2018 et travaux précédents sur Vernon. []
  7. Le procès a eu lieu en 1847 et Billot n’est pas inculpé, faute de preuves. Voir par exemple Le Journal des débats du 8 octobre 1847. []
  8. Sur le procès de la Solidarité républicaine voir par exemple La Gazette des tribunaux ici. Raymond Huard évoque largement l’activité de cette société dans La naissance du parti politique en France, Presses de Sciences Po, 1996. Voir aussi  Michel Cordillot, « Les fouriéristes et l’émergence de la coalition démoc-soc à l’automne 1848  », Cahiers Charles Fourier , 2002 / n° 13 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article55 []
  9. Voir SOSNOWSKI Jean-Claude, « Blaison, Jean-Baptiste (parfois Blaizon) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2010 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article778 []
  10. Voir La Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850. []
  11. On retrouvera Suin lors de vives joutes orales autour des bibliothèques populaires au sénat en 1867 ; voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires » in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Nathalie Brémand (dir.). Presses de l’enssib, 2020., []
  12. Gazette nationale ou le Moniteur universel, 13 novembre 1850. []
  13. NB: ll faut faire la synthèse des différents comptes-rendus des journaux pour comprendre ce qui est exactement reproché aux uns et aux autres. Par exemple, La Gazette des Tribunaux du 13 novembre 1850 ; Le Constitutionnel du 13 novembre 1850 ; Le Moniteur universel du 13 novembre 1850La République du 14 novembre 1850 ; Le Journal des villes et des campagnes du 14 novembre 1850 ; etc. []
  14. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900 ) : fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985 []
  15. Anne Joséphine épouse en 1847 à Hortes François Chanticlair dont elle a deux enfants, Élisabeth Adelphine, née en mars 1848, et Jean-Baptiste Ernest, né en juillet 1852. AD52, BMS Hortes. []
  16. Didier Girard était né à Trois-Champs. La maisonnette est décrite dans un acte notarié. AD52. []
  17. Marie-Louise, domestique à Paris, meurt à l’âge de 23 ans. []
  18. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?, » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  19. Je remercie  Louise Oudin qui m’a aidée à reconstituer l’état-civil de la femme et de la fille d’Auguste Girard. []
  20. AD92, BMS Montrouge. []
  21. Ibid. Je n’ai pas trouvé trace du décès de cette petite fille, alors que la mère réside à la même adresse lors des deux naissances  Sans doute est-elle morte en nourrice, comme cela se produisait alors fréquemment à l’époque. Cela expliquerait, autre coutume usitée, que sa sœur a le même prénom. []
  22. ADVP, Mariage Girard/Maillard, XIVe arrondissement, août 1872. []
  23. Le marchand de bouillon dans les fonctions les plus simples vend du bouillon de boeuf ou de mouton, du pain et du vin. []
  24. Les registres matricules donnent théoriquement l’état civil du conscrit, lors de ses 20 ans,  avec les noms de ses parents, son domicile (ainsi que les localités successives habitées), sa profession, son « signalement » physique (taille, couleur des cheveux, marques particulières), son degré d’instruction, la décision du conseil de révision, le détail des services et mutations. Ces mentions sont très incomplètes pour Jean-Baptiste Girard et Joseph. []
  25. Voir le Massacre de la rue Transnonain et deux articles en ligne du Site de l’Histoire par l’image ici. Le massacre de la rue Transnonain a inspiré à Daumier une superbe composition qu’on peut voir ici. []
  26. Registre matricule, AD52 ; http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1075_01/FRAD052_R1075_01_160.jpg []
  27. La délimitation n’est pas claire à cette date entre marchands de vin, marchands de bouillon, gargotiers … []
  28. Selon la base des transportés de 1848, voir ici. []
  29. Samuel Hayat, « La République du travail: 1848 et l’invention d’un républicanisme socialiste ouvrier« , in Olivier Christin (ed.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté, Le Bord de l’eau, p. 177-193. []
  30. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848 , Paris, E. Dentu, 1851. []
  31. Notice VILLAIN Joseph [VILLAIN Léopold-Joseph], dit Joseph ou VILAIN  par Michel Cordillot et J. Grandjonc., version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009. Maitron en ligne. []
  32. Jean-Charles Mack est né en Alsace, à Beblenheim le 8 novembre 1819 et opte pour la nationalité française en 1872 d’après le Bulletin des Lois ; il se marie à Paris en 1852 avec Anna-Françoise Bonne, une cartonnière, et meurt à Paris en 1887 d’après les actes d’état-civil des ADVP. Il est impliqué par la suite dans d’autres affaires politiques. []
  33. Villain, qui s’est finalement rendu, est jugé en mars 1849 devant la Haute Cour de justice de Bourges en compagnie de Louis Blanc, Auguste Blanqui, et autres personnes accusées pour la journée du 15 juin 1848. Il est innocenté dans cette affaire mais sera condamné ensuite à la déportation pour l’affaire du affaire du 13 Juin 1849. []
  34. Le Siècle, 6 octobre 1849. []
  35. Ibid. []
  36. L’Assemblée nationale, 6 octobre 1849. []
  37. Voir la lettre publiée par Le Peuple du 28 avril 1849. []
  38. Le Constitutionnel, 6 octobre 1849. []
  39. Journal des débats politiques et littéraires6 octobre 1849. []
  40. La fermeture des sites d’archives liée à la pandémie a quelque peu différé mes recherches … []
  41. Voir la Liste nominative des secours ou avances aux émigrants en Algérie passés entre 1838 et 1879 par le gîte d’étape de Montpellier correspondant aux relevés effectués par L’Amicale Généalogie Méditerranée (AGM). []

Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les biographies des premiers fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) sont toujours emplies de surprises, et riches d’enseignements sur les trajectoires socio-professionnelles du second dix-neuvième siècle (Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard, Auguste Vorbe, etc.). C’est le cas de  Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement  (BAI-III), dont nous allons retracer la passionnante trajectoire : entre autres ouvrier-bijoutier, ouvrier-opticien, et bibliothécaire à Paris, puis professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique théâtral … Continuer la lecture de Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

La tradition associative de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction a dès le XIXe siècle identifié son héros fondateur, Jean-Baptiste Girard1. Cette tradition, confortée par le colloque de 19842, a mis à l’honneur la figure de l’ouvrier méritant, arrivé peu instruit à Paris, et que des rencontres politiques auraient déterminé à s’émanciper grâce à la lecture. Par opposition, Auguste Perdonnet, issu des élites de la grande bourgeoisie, proche du cercle impérial, a peu séduit la tradition associative et les chercheurs… Pourtant, il semble à peu près assuré que sans Perdonnet la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement parisien (BAI-III) serait durablement restée fermée  après seulement quelques mois d’existence (voir prochain billet). Je vais donc tenter de tenir une promesse – répétée depuis des années lors de mes présentations sur les bibliothèques populaires – en livrant ici les différents éléments que j’ai pu trouver sur Auguste Perdonnet. Continuer la lecture de Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? (I/ Un ingénieur des chemins de fer passionné par l’instruction du peuple)

  1. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3807 []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984. []

Bibliothèques et éducation populaire aujourd’hui : Chut… !, un film à voir

Saluons la sortie en février de Chut… ! premier long-métrage documentaire en France sur une bibliothèque, réalisé par Alain Guillon et Philippe Worms.

Le film évoque les tentatives collectives menées à la bibliothèque municipale de Montreuil pour s’inscrire dans une démarche d’éducation populaire et de réduction des inégalités d’accès à la culture, en faisant appel à tous les domaines du savoir et de la création, en partenariat avec des artistes, des intellectuels, des militants, des acteurs éducatifs, sociaux, culturels

La bande annonce est ici.

La projection du film est suivie de débats lors de certaines séances à l’Espace Saint-Michel :

– mardi 10 mars à 20h (ce soir) : Marie Despleschin autrice et présidente de Bibliocité-Paris Bibliothèques ;
– vendredi 13 mars à 20h : Danièle Obono, députée et bibliothécaire
– lundi 16 mars à 18h : Alice Bernard, présidente de l’Association des Bibliothécaires de France.

La presse en parle

“Chut…!”, un documentaire citoyen formidable.
Télérama

Dans le style du cinéma direct, un film passionnant sur l’éducation populaire.
L’Humanité

Un documentaire revigorant sur la beauté du service public lorsqu’il tient ses promesses
Le Canard enchaîné

Une très belle contribution à la défense de ces lieux culturels d’échanges et d’ouverture sur le monde
France inter

La vie éclate dans ce film que d’aucuns pourraient trouver presque trop beau pour être vrai.
Alternatives économiques

Une utopie en acte… La preuve avec « CHUT…!
Mediapart

Passionnant
TV5 Monde

Le bibliothécaire du 93, ce héros
Marianne

Un documentaire fascinant qui rappelle combien ces lieux non marchands sont essentiels au vivre ensemble
Siné Mensuel

« Chut… ! », quand une bibliothèque crève l’écran
La gazette des communes

« Chut… ! », un film qui retentit du bruit de la réalité, de la jeunesse et de la vie. Foncez voir ce film en salle : c’est un concentré d’énergie pour tous.
Revue de la BnF

En février 2020, on parle aussi des bibliothèques populaires

  • Je signale avec grand plaisir la conférence qui sera donnée demain (jeudi 6 févier 2020) sur la BAI-XIII :

« La Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 13e arrondissement créée en 1878 au 59 avenue des Gobelins », par Pierre et Geneviève Deblock

Voir ici les renseignements nécessaires pour assister à cette conférence.

Rappelons qu’un premier projet pour élaborer une bibliothèque populaire dans le 13e arrondissement parisien avait tourné court en 1864 …

Les premiers socialistes « utopistes » ont souvent imaginé des sociétés idéales. Quelle place tenaient les bibliothèques dans leurs rêves ? Dans leurs débats ? Dans leur pratique ? Certains ont participé aux débats sur les droits d’auteur, d’autres se sont efforcés d’investir les bibliothèques populaires d’où une certaine philanthropie bourgeoise les écartait. La mise en application concrète des projets socialistes autour de la lecture (familistère de Guise, colonies icariennes aux États-Unis, etc.) est ici étudiée pour la première fois. Le collectif réuni par Nathalie Brémand aborde presque tous les courants de pensée sous l’angle de leur intense rapport à la lecture.

Deux de ces contributions sont plus spécialement consacrées aux bibliothèques populaires (Chapitre 12. Militantisme et bibliothèques populaires : l’action des fouriéristes des années 1860 aux années 1880 – Chapitre 13. Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires), mais l’ensemble apporte un éclairage renouvelé et passionnant, permettant de comprendre le socle idéologique d’une partie des fondateurs des premières bibliothèques populaires.

Cite this article as: Agnès Sandras, "En février 2020, on parle aussi des bibliothèques populaires," in Bibliothèques populaires, 05/02/2020, https://bai.hypotheses.org/3885.

Le journal La Presse et les bibliothèques populaires

J’ai déjà souligné dans d’autres articles le rôle de journaux comme Le Petit Parisien (voir ici)  et Le Siècle (voir ici)  dans la défense et la promotion des bibliothèques populaires. Jules Claretie évoque, dans son Rapport sur la fondation d’une bibliothèque communale et d’une salle de lectures et conférences dans chacun des arrondissements de Paris1, « deux publicistes, M. Jules Mahias dans la Presse, et M. Ch. Sauvestre dans l’Opinion nationale,  [qui] s’attachèrent alors à faire triompher cette idée des bibliothèques populaires. » On découvrira dans ce billet le rôle de Jules Mahias, puis d’Alfred Darimon, dans un soutien aux  bibliothèques populaires que La Presse leur permet d’amplifier, même si leurs motivations semblent sensiblement différentes.

Continuer la lecture de Le journal La Presse et les bibliothèques populaires

  1. Voir sur ce rapport : « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe), » in Bibliothèques populaires, 21/08/2019, https://bai.hypotheses.org/3359. []

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur « les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle« .  Cette exposition « retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin ». 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des « papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3 ». Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la « bibliothèque populaire du Marais », dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

En décembre, on parle aussi des bibliothèques populaires (III)

Extrait du CR de l’AG de la Bibliothèque populaire de Saint-Omer (1877). BnF.

 

Le 4 décembre 2019, un atelier « Emporter la bibliothèque : le prêt en perspective » est organisé par la BnF à la Bibliothèque de l’Arsenal (on trouvera les indications pratiques et le programme détaillé ici). Les bibliothèques populaires y seront à l’honneur pour leur combat pionnier !

Programme

Petite histoire du prêt en bibliothèque
* Emprunter la bibliothèque : le combat pionnier des bibliothèques populaires
Par Agnès Sandras
* Le prêt à la Bibliothèque royale (1815-1848) : un autre regard sur le public
Par Bruno Blasselle et Ségolène Blettner
* De la bataille du droit de prêt aux 20 ans de la Sofia
Par Geoffroy Pelletier

La bibliothèque de prêt au XXIe siècle : mesure, diversité, évolutions
* La mesure de l’emprunt en lecture publique : baromètre des prêts et enquêtes d’usages
Par Laurine Arnould et Quentin Auffret
* Le prêt de livres anciens à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : retour d’expérience
Par Pauline Darleguy

Table-ronde : la bibliothèque de prêt au défi du numérique
Table-ronde modérée par Claire Nguyen avec Alban Cerisier et Guillaume de la Taille