Édouard Charton et les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)

Comme beaucoup d’autres villes de la région parisienne, Versailles a eu, elle aussi, sa bibliothèque populaire, fondée au moment de l’essor de ce type d’institution, en 1864. Celui qui en fut l’un des principaux créateurs n’est autre qu’Édouard Charton, infatigable promoteur de l’éducation du peuple depuis les années 1830 et la fondation du Magasin pittoresque[1]. Comment ce Parisien originaire de l’Yonne se retrouve-t-il en ce milieu du second Empire à la tête du petit groupe d’édiles de l’ancienne ville royale décidés à créer une bibliothèque populaire ? La raison en est essentiellement politique. En 1864, Charton n’est versaillais que de fraîche date : il s’y est installé en 1863, à l’âge de 56 ans, après avoir vécu à Paris depuis 1825 et avoir été élu député républicain de l’Yonne en 1848. Vaincu à Sens aux élections de 1863, il rejoint à Versailles un solide noyau d’opposants au régime impérial, constitué autour de la figure d’Ernest Bersot, l’ancien professeur de Philosophie du lycée de la ville, révoqué en 1852 pour refus de prêter le serment au nouvel empereur. Aux élections municipales de 1865 ce groupe obtient 20 des 30 sièges : Versailles devient alors un bastion républicain et Charton, un conseiller municipal très actif[2].

[Edouard Thomas Charton] / Eug. Pirou

Le principal fondateur de la Bibliothèque populaire de Versailles : Édouard Charton (1807-1890)
Photographie d’Eugène Pirou, 1883 © BnF-Gallica

Dès avant cette promotion démocratique donc, Édouard Charton a été l’un des promoteurs d’une Bibliothèque populaire. La création de cette dernière se fait selon un processus relativement rapide. L’annonce du projet est faite au maire de la commune Pierre Ploix, le 23 février 1864. Dès le mois suivant, la société Franklin apporte son soutien à l’entreprise, et on recherche celle du ministre Victor Duruy[3]. Le 9 avril suivant, le préfet de Seine-et-Oise autorise la constitution de la société destinée à créer et gérer la bibliothèque, laquelle est à son tour fondée le 15 décembre, après une nouvelle autorisation préfectorale.

Il est à noter que Versailles possède déjà une institution de lecture publique : la bibliothèque municipale, fondée en 1804. Très bien équipée, elle possède en 1863 environ 62 000 ouvrages, ce qui la place au cinquième rang des bibliothèques municipales françaises en termes d’importance du fonds. Cependant, abritée dans un local exigu et vétuste, cette bibliothèque n’a guère d’impact auprès des classes populaires versaillaises[4]. Il faudra attendre la fin de l’année 1866 pour que la municipalité, sur proposition d’ailleurs d’Édouard Charton, et afin de favoriser la fréquentation des travailleurs, accepte de financer son ouverture le dimanche, et l’année suivante pour que soit également expérimentée son ouverture certains soirs de la semaine[5]. Cette faiblesse de l’offre de lecture est d’autant plus étonnante que la ville de Versailles connaît sous le second Empire un certain essor. L’année 1849 a ainsi vu l’ouverture de la gare des Chantiers, et la population de la ville est passée de 35 000 habitants en 1836 à 45 000 en 1861[6]. Pour pallier ce problème, le Club de l’Europe (démocrate-socialiste) avait bien tenté en 1848 d’initier une action en faveur de l’éducation populaire, mais cette idée avait été sans lendemain[7].

Plan pittoresque de la ville et du parc de Versailles

Versailles, ville la plus peuplée de banlieue parisienne sous le second Empire (Plan pittoresque de la ville et du parc de Versailles, par Auguste Logerot, 1854 © BnF-Gallica)

L’importance de la demande de lecture trouve se voit dans les progrès rapides de la bibliothèque populaire fondée à la fin de 1864. D’abord installée, avant l’autorisation de création, dans un petit local au 64 rue de la Paroisse (ne s’y trouvent que quelques rayonnages, deux chaises et une table pour la consultation) la bibliothèque déménage dès avril 1864 rue de Jouvencel, dans un espace suffisamment grand pour qu’y soient séparés les lieux de conservation et de consultation[8]. L’aide matérielle afflue : la Société Franklin fournit du mobilier, les ministères de l’Instruction publique et de la Marine offrent des ouvrages, qui viennent s’ajouter à ceux offerts par les particuliers (notamment en 1870 un don de 5 000 ouvrages d’histoire de l’art). De la centaine de volumes initiale, on passe à près de 800 au catalogue de 1865. Celui de 1869 contient 5 000 références et, en 1873, Charton évalue à une grosse dizaine de milliers de volumes le fonds de la bibliothèque. Le conseil d’administration de la société mène également une politique indirecte d’acquisition en formulant des vœux auprès des donateurs[9].

Le public est au rendez-vous. Deux éléments le permettent : d’une part le prix modique de l’inscription (1 franc) et de l’abonnement (50 centimes par mois), d’autre part les horaires d’ouverture (de 19h à 21h en semaine, à partir de 14h les dimanches et jours fériés)[10]. Tout ceci attire la population ouvrière de la ville, mais séduit aussi les étudiants, les employés, les commerçants, les rentiers, ainsi que les militaires – élément important de la sociologie versaillaise, puisque l’armée représente le quart de la population de la ville en 1861[11]. Le nombre de lecteurs passe de plus de 2 000 à plus de 8 000 entre 1865 et 1873.  Au 1er février 1865, Charton comptabilise déjà 200 livres empruntés[12] et le chiffre des prêts connaît un triplement en quelques années, avant les perturbations de l’activité provoquées par l’Année terrible – même si la bibliothèque reste ouverte durant toute la période de l’occupation de la ville par l’armée prussienne[13].

Mais comme souvent l’activité de la bibliothèque populaire de Versailles ne se limite pas au prêt de livres : des conférences sont également organisées. Les premières ont lieu en décembre 1865 en marge de la première Assemblée générale de la Société ; un millier de personnes sont alors réunies dans la fameuse salle du Jeu de Paume, pour écouter Charton parler de l’éducation populaire, et Édouard Laboulaye discourir sur « L’éducation et les bibliothèques populaires »[14]. Elle propose également au public des « cours gratuits d’anglais, de physiologie, d’histoire naturelle et de comptabilité. »

C’est donc une institution d’éducation populaire complète qui a été fondée à Versailles en 1864, une institution modèle qui correspond bien à l’idéal porté par le courant des promoteurs de l’instruction dont Édouard Charton est l’un des emblèmes. De ce point de vue, la Bibliothèque populaire semble correspondre autant au vœu des élites locales qu’à une demande de la population, et s’impose rapidement dans le paysage des institutions éducatives et culturelles de Versailles dans le dernier tiers du XIXe siècle.

Jean-Charles Geslot

[1] Sur Édouard Charton, voir Lagarde-Fouquet Annie et Lagarde Christian, Édouard Charton (1807-1890) et le combat contre l’ignorance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 248 p.

[2] Dauphin Noëlle, « Les Républicains à Versailles 1848-1889 », in Catherine Lecomte (éd.), Versailles au XIXe siècle. Evocations et variations. Conférence nationale des Académies des Sciences – Belles-Lettres et Arts. Académie de Versailles, colloque 9 octobre 1998, Versailles, Académie de Versailles, 1999, p. 72.

[3] Lettre d’Edouard Charton à Pierre Ploix, 14 mars 1864, in Charton Édouard, Correspondance générale, vol. 2, 1860-1890, Paris, H. Champion, 2008.

[4] Durand Romain, La Politique de l’enseignement au XIXe siècle. L’exemple de Versailles, Paris, Les Belles Lettres, 2001, pp. 117-119.

[5] Archives communales de Versailles : 1D56* (PV de la séance du 1er février 1869).

[6] Mollat Michel (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, Paris, Privat, 1971, p. 445 ; Dauphin, op. cit., p. 74.

[7] Dauphin, op. cit., p. 67.

[8] Lettre d’Edouard Charton à Pierre Ploix, 2 mai 1864.

[9] Dauphin Noëlle, « Volkslektüren in Frankreich im 19. Jahrhundert: Das Beispiel der Bibliothèque populaire von Versailles », in János riesz et Hans-Walter Schmidt-Hannisa (Hrsg.), Lesekulturen/Reading cultures, Frankfurt-am-Main, Peter Lang, 2003, pp. 71-73.

[10] Sur le prix, les horaires d’ouverture, le lectorat et les chiffres de prêts, nous renvoyons aux éléments fournis par les catalogues de la Bibliothèque populaire édités à Versailles en 1865 et 1874.

[11] Dauphin, « Volkslektüren… », op. cit., pp. 67-71.

[12] Lettre d’E. Charton à P. Ploix, 1er février 1865.

[13] Catalogue 1874, p. vi-vii.

[14] Revue des cours littéraires, 30 décembre 1865, p. 81.

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)

sebastien_commissaire_ne_a_dole____marin-lavigne_louis-stanislas_btv1b53015326w
Sébastien Commissaire député du Bas-Rhin en 1849 (Gallica/BnF)

La tentative décrite dans le billet précédent pour fonder en 1838 à Lyon une structure apparentée à une bibliothèque populaire prêtant tous types de livres, y compris des brochures jugées séditieuses par les autorités, s’inscrit dans un intense bouillonnement politique. Il n’est donc pas surprenant que ses instigateurs aient été surveillés puis arrêtés, jugés, et pour certains d’entre eux emprisonnés.

Marianne Carbonnier a évoqué dans son étude sur une autre bibliothèque populaire de Lyon (la bibliothèque populaire protestante) dont la genèse est passionnante1, l’existence d’une « société des bibliothèques » d’inspiration icarienne signalée par les Mémoires de Sébastien Commissaire. La lecture de ces Mémoires, et plus largement des quelques éléments connus de la biographie de Sébastien Commissaire (1822-1900), est très éclairante. La trajectoire de Sébastien Commissaire2, ouvrier devenu député, est semblable à celle de Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction. Les deux hommes se sont nécessairement rencontrés puisqu’ils ont tous deux fréquenté à Paris, en 1849, le Club de la Montagne3 (club classé à l’extrême-gauche), et nourri un vif intérêt pour les théories de Fourier et de Victor Considerant4:

C’est en compagnie de M. Victor Considérant [sic] que j’entrai pour la première fois dans le Palais-Bourbon. Ce jour-là, j’eus l’honneur de voir plusieurs représentants non réélus que je n’aurais jamais vus sans notre visite au chef de l’Ecole phalanstérienne. Il y en a un surtout dont j’ai conservé un excellent souvenir, je veux parler de M.  Audry de Puyraveau qui me fit un accueil cordial auquel j’étais loin de m’attendre.

J’allai ensuite à la questure porter mon acte de naissance et donner mon adresse ; puis, le soir, en compagnie de mes collègues du Bas-Rhin, j’allai à la réunion de la Montagne, rue du Hasard, 6. M. Deville présidait la séance ; plusieurs membres de la réunion parlèrent, notamment MM. Ledru-Rollin, Félix Piat [sic], Gent, Gambon, etc5.

Les Mémoires de Sébastien Commissaire permettent de cerner les rapports à la lecture de gens d’origine modeste (Jean-Baptiste Girard est fils d’un petit vigneron de la Haute-Marne dont les enfants sont obligés de partir à Paris pour s’engager qui comme bonne à tout faire, qui comme cocher, etc. ; Sébastien Commissaire provient également d’une nombreuse fratrie dont le père exerce des métiers variés comme vendeur de foire ou tisserand) qui au XIXe siècle sont en quête d’ouvrages leur permettant de mettre à profit de très maigres rudiments scolaires. Sébastien Commissaire décrit fort bien les frustrations de son père et les conséquences de la censure pesant sur la vente des livres:

Doué d’une intelligence au-dessus de la moyenne et d’une mémoire prodigieuse, il aimait à lire, il aurait voulu être instruit. Malheureusement, il lui manquait un guide et de bons livres. De loin en loin, il achetait un de ces livres que les colporteurs cachaient dans le double fond de leurs balles et vendaient en secret. C’était à la fin du premier Empire et sous la Restauration ; sous ce dernier gouvernement surtout, le parti clérical était tout-puissant, il empêchait la vente des livres qui le gênaient, qui auraient pu éclairer les populations, mais il était impuissant à empêcher la vente de ces livres qui souillent l’imagination du lecteur.

La bibliothèque de mon père se composait presque exclusivement des Œuvres de Piron, des Contes de La Fontaine, de la Pucelle de Voltaire, de La Guerre des Dieux de Parny, et de plusieurs autres livres plus immoraux encore6.

De la même manière, le jeune Sébastien Commissaire, mis au travail à dix ans, ne sait comment s’instruire. Les ouvrages sont trop chers pour lui, les quelques bibliothèques n’ont pas d’horaires satisfaisants si tant est qu’elles acceptent des enfants, et les bibliothèques scolaires n’existent pas encore :

En même temps que je renonçais aux amusements de mon âge, le désir de m’instruire devenait impérieux : je dévorais tous les livres que je pouvais emprunter. Je lisais indistinctement les bons et les mauvais, je n’avais personne pour me guider.

Ce que j’avais appris chez les Frères était bien peu de chose. Tout mon savoir se bornait à la lecture, à l’écriture, à l’arithmétique : en outre, j’avais quelques notions de géographie. Je connaissais très peu l’orthographe, je n’avais aucune notion d’histoire universelle et aucune idée de ce qu’était une science.

Je n’avais rien de ce qui est indispensable pour étudier; je n’avais ni livres classiques, ni conseils, tout me manquait. Que de lecture perdue faute d’un guide !

D’ailleurs, où aurais-je appris à distinguer les livres qu’on peut lire avec fruit de ceux qui sont plutôt nuisibles qu’utiles ?

Ma mère ne sachant pas lire trouvait que j’étais assez savant; elle me grondait parce que je veillais tard pour m’instruire et aussi parce que je brûlais de l’huile7.

Devenu adolescent, Sébastien Commissaire essaie de suivre les cours du soir et tente toujours de trouver des livres. Il s’engage également dans les luttes politiques des Canuts lyonnais, et fréquente les disciples de Cabet, Fourier, etc. Aussi, lorsqu’il croise le chemin d’hommes résolus à fonder une bibliothèque, participe-t-il avec enthousiasme à l’aventure:

A peu près vers la même époque, les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.

Dans notre ignorance, nous pensions n’avoir rien à craindre des lois de septembre 1834, en nous réunissant au nombre de vingt seulement. C’était une erreur; nos groupes communiquaient entre eux par le moyen d’un délégué par groupe, tous nos groupes concouraient au même but, l’affiliation était facile à établir et dès lors nous tombions sous le coup de la loi. La magistrature du roi Louis-Philippe nous l’a bien prouvé.

Pendant quelques mois tout alla bien, les recrues abondaient; mais un jour le procureur général vint jeter le trouble dans la société en faisant arrêter tous les membres d’un groupe.

Poursuivi pour délit de société secrète, le président du groupe, M. Millet, fut condamné à deux ans de prison; plusieurs de ses coaccusés furent condamnés à des peines un peu moins fortes.

La Société des bibliothèques n’en continua pas moins à fonctionner; on prit un peu plus de précaution, voilà tout8.

Fonctionnement, nom,  dates, et sort de cette bibliothèque populaire avant l’heure sont ceux que les journaux évoquaient lors du procès fait à une « société des bibliothèques » lyonnaise (voir le précédent billet). La ville des Canuts a donc bien eu sa bibliothèque icarienne. On pardonnera à Sébastien Commissaire des approximations sur le nom des prévenus et la durée d’emprisonnement. Comme Jean-Baptiste Girard, Sébastien Commissaire a connu un emprisonnement de nature  politique, et traversé bien des tourmentes …

 

 

  1. CARBONNIER, Marianne. La bibliothèque populaire protestante de Lyon au XIXe siècle [en ligne]. Mémoire d’étude du diplôme supérieur de bibliothécaire. Villeurbanne : École nationale supérieure de bibliothécaires, 1976 []
  2. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/10509) []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74948v/f187.image []
  4. Ian Frazer raconte comment Girard et ses camarades « furent conduits lors de leur arrestation de 1849 au dépôt de la Préfecture, où ils aggravèrent leurs cas en lisant à haute voix, pour tuer l’ennui, des extraits du livre Destinée sociale, de Victor Considerant, chef fouriériste proscrit ». Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction(1861) », Actes du colloque de 1984 sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ; voir également : BOUCHET Thomas, « « Je les aimais comme des philanthropes ». Sébastien Commissaire (1888)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Fourier (et le fouriérisme) vu(s) par… » , février 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article612 (consulté le 24 octobre 2016).   []
  5. Mémoires et souvenirs, de Sébastien Commissaire, Meton, Lyon, Garcet et Nisius, Paris, 1888, 2 vol. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)

Gallica (BnF)
Événements de Lyon. Barrière de la Croix-Rousse : [estampe] 1831

Le Journal La Presse a fréquemment évoqué la question des bibliothèques populaires entre 1840 et 1860, on y reviendra dans un prochain billet. Mais un premier entrefilet de la rubrique « Nouvelles diverses », publié en 1838, retient l’attention :

Le 12 de ce mois, le tribunal de police correctionnelle de Lyon s’est occupé d’une affaire d’association composée de plus de 20 personnes.

Les prévenus, au nombre de 15, ont prétendu qu’ils voulaient former une bibliothèque populaire, une société de lecture pour l’instruction de la classe ouvrière, que leur intention était de se procurer tous les ouvrages de science, mais que cette société n’était encore qu’un projet qui n’avait pas été exécuté; que dès lors ils ne se trouvaient pas sous le coup de la loi du 10 avril 1834.

Mais le tribunal a reconnu et déclaré l’existence de cette association en contravention à la loi de 1834; il a jugé qu’elle avait été organisée pour répandre, parmi la classe ouvrière, des ouvrages démocratiques dont quelques-uns ont été saisis. En conséquence, le tribunal a condamné à deux mois d’emprisonnement les sieurs Blanc fils et Darlande; à 24 heures d’emprisonnement le sieur Gauthier; à 50 fr. d’amende les sieurs Schmit, Bretonville, Bourguignon, Cheylan, Raoul et Ravet. Les autres prévenus ont été acquittés.1

Si l’affaire n’a pas eu, semble-t-il, davantage de retentissement national, un journal lyonnais lui a consacré ses colonnes à plusieurs reprises. Le Censeur retranscrit l’audience du 5 juillet 1838 qui débute ainsi :

Blanc, Darlande, Champart, Bourguignon, Chélan, Guinand , Lardet, Bretonville, Mazoyer, Ravel, Gautier et Raoul sont prévenus du délit d’association pour s’occuper d’objets politiques et littéraires.

Le commissaire central dépose que la police se présenta un soir chez M. Blanc, cafetier-cabaretier, rue de la Barre, et dans une chambre à l’entresol, trouva MM. Blanc fils, Gautier, Chélan, Ravel et trois autres, assis autour d’une table sur laquelle étaient deux listes contenant des noms; ces deux listes furent saisies. Le lendemain matin, une visite domiciliaire fut faite chez M. Blanc fils, dessinateur, rue de l’Archevêché, et amena la saisie de divers ouvrages de philosophie, d’histoire, de politique et de littérature ; des exemplaires de l’Almanach populaire et des tableaux des droits de l’homme furent également saisis. Interpellé sur l’origine de ces ouvrages, M. Blanc exhiba les factures des libraires.2

L’après-midi, une perquisition chez Darlande permet aussi de retrouver des ouvrages « démocratiques ». Blanc est déjà sur place, ce qui laisse à penser que la police a volontairement laissé le temps aux personnes surprises la veille, en ne les arrêtant pas immédiatement, de se débarrasser d’un certain nombre de documents. En revanche, le procureur entend bien démontrer que cette « société de lecture » surveillée de longue date a des activités illicites. Les deux listes saisies permettent en effet de dénombrer vingt-cinq personnes, ce qui est contraire à la loi de 1834 évoquée plus haut qui limite les réunions à vingt personnes (même si elles se réunissent par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite3

La surveillance exercée depuis plusieurs mois a permis d’établir que :

Ces personnes se rencontraient à la Croix-Rousse chez Audenis, chez Damery, cafetiers; qu’elles y venaient presque tous les­ jours avec des livres sous le bras ; que parmi elles les unes buvaient du vin, les autres de l’eau, les autres ne faisaient aucune consommation. Il est dès lors évident que lorsque l’on vient au café avec un livre sous le bras, et qu’on n’y boit rien, on forme une association défendue par la loi.4

Pour confirmer le délit d’association non déclarée, le procureur du roi s’appuie sur un carnet de dessins présent dans les papiers de Blanc, « sur lequel se trouvent inscrits les noms des personnes à qui il prêtait des livres de sa bibliothèque particulière, et des noms devant lesquels sont des chiffres de quelques cotisations mensuelles remontant au mois de septembre dernier. »5

Le procureur peine à obtenir des renseignements précis lors de cette séance. Les prévenus savent très bien que s’ils reconnaissent avoir formé une association de plus de vingt personnes, ils risquent l’emprisonnement. Certains admettent avoir emprunté des livres à Blanc de manière occasionnelle, d’autres soutiennent ignorer pourquoi leur nom figure sur le carnet. Gautier donne cependant une explication plus convaincante :

On devait au moyen de 50 centimes par mois, se procurer toutes sortes d’ouvrages. J’ai versé deux francs en quatre fois. J’allais chez Audenis, les livres étaient sur la table, je prenais ceux qui me convenaient, je mettais mes cinquante centimes sur la table, et je m’en allais sans m’inquiéter de savoir qui prenait l’argent. La société n’existait qu’en projet ; elle était subordonnée à l’autorisation. Nous étions réunis chez Blanc pour préparer les statuts.6

Sur ce dernier point, les différentes personnes trouvées par la police chez Blanc indiquent pour se dédouaner qu’ « on ne s’était réuni que pour s’occuper des statuts à faire, avant de demander l’autorisation à l’autorité. »7 Les prévenus feignent donc avoir préparé une future « société de lecture », mais personne n’est dupe. Les sociétés de lecture, associations déclarées, laissent alors généralement peu de latitude quant à l’admission des membres et au choix des ouvrages. De fait, La Presse indique avec raison (voir plus haut) qu’il s’agit dans l’esprit d’une bibliothèque populaire, c’est-à-dire ouverte au peuple avec un choix de livres très ouvert.

La seconde séance devant le tribunal correctionnel se déroule mal pour les deux principaux accusés. Un ballot très important de livres a été découvert aux messageries. Dans les papiers de Blanc une correspondance avec le libraire parisien Pagnerre atteste que les ouvrages étaient achetés en quantité importante, correspondant à une activité bien supérieure d’une vingtaine de membres. Le procureur pourfend l’appellation de « société de lecture » :

Pour tromper l’autorité et ses soustraire à ses recherches, la société s’est couverte d’un voile inoffensif et d’utilité ; elle s’est nommée, par un mensonge adroit, Société de Lecture. – Les sociétaires ne s’étaient point réunis, disent-ils dans un but politique ; ils voulaient seulement répandre le bienfait de l’instruction parmi les classes ouvrières et pauvres, former une bibliothèque où la littérature, la philosophie, les sciences, l’histoire devaient trouver leur place, sans exclusion des ouvrages politiques, parce que l’instruction doit être complète, et qu’elle ne peut pas souffrir d’exclusion.8

La correspondance échangée par Blanc avec son libraire parisien renforce les soupçons du procureur :

Etait-ce bien là leur but ? Quels étaient donc les ouvrages qu’ils faisaient venir de Paris ? Les œuvres de St-Just, de Robespierre, de Marrast. Blanc écrivait : Citoyen, c’est dans le but de faire de la propagande ; aussi je vous conjure de nous les envoyer avec empressement.

Ce n’est donc pas pour lui individuellement qu’il les demandait.

Pagnerre répondait : Je vous recommande les chansons ; c’est le catéchisme le mieux fait et le plus logique. Les secondes chansons politiques ont été condamnées ; aussi je vous engage à les vendre en cachette.9

La correspondance avec Pagnerre fait sérieusement pencher la balance du côté d’une association séditieuse. Si le procureur n’explicite pas ses soupçons devant le tribunal, Pagnerre est réputé pour ses éditions de pamphlets , il est éditeur entre autres de Cabet et Louis Blanc10

Les prévenus sont très habilement défendus par Maître Périer. Celui-ci souligne que le procureur tente de donner des dimensions colossales à l’affaire en lui imprimant une dimension politique :

Eh ! sans doute, Blanc, Darlande et autres, qui ont fait venir ces publications pour les distribuer, ont obéi à cet irrésistible besoin de prosélytisme qui anime tous les hommes à convictions sincères ; ils n’ont fait qu’user d’un droit, car nul de ces ouvrages n’est poursuivi, et il ne saurait être défendu de les propager.

[…] la note où l’on a instruit Blanc qu’un recueil de chansons a été condamné à Paris prouve précisément qu’il ignorait auparavant cette circonstance ; et cet ouvrage, le seul qui soit dans le même cas, n’a été distribué à personne11.

Avec beaucoup d’humour, l’avocat fait feu de tout bois, jouant même sur l’intempérance alors fréquemment reprochée au monde ouvrier, et sur la lecture prônée par les philanthropes comme remède à l’alcoolisme :

Des livres échangés dans un cabaret de la Croix-Rousse ? Mais on agissait avec si peu de mystère, qu’on se plaçait à des tables disposées à l’extérieur, d’où la conséquence qu’on n’avait aucune raison pour dissimuler ces prétendues réunions illicites, puisqu’elles avaient lieu sous les yeux de tout le monde. Si, selon la remarque du cabaretier, l’on buvait peu, c’est une circonstance à la louange des prévenus, qui préfèrent la lecture au vice de l’ivrognerie, et qui ne s’attendaient pas à se voir reprocher aujourd’hui comme un crime leurs habitudes de tempérance.12

Après plusieurs passes d’armes entre le procureur (M. Sériziat) et Maître Périer qui crie à une justice arbitraire, la séance se solde par le jugement suivant :

Le tribunal, après une délibération assez longue, a rendu un jugement par lequel il a tenu pour constante l’existence d’une association de plus de vingt personnes, et condamne Blanc et Darlande à deux mois de prison, Gauthier à 24 heures de la même peine,; les autres prévenus à 50 fr. d’amende et tous solidairement aux dépens. Quatre des prévenus ont été acquittés.13

Peut-on parler de bibliothèque populaire dans la mesure où cette première bibliothèque n’a pas de statuts, de catalogue, ni d’existence reconnue ? Son inexistence physique et administrative, son côté indubitablement politisé, sont liés aux difficultés rencontrées par les premières véritables bibliothèques populaires pour obtenir l’autorisation d’exister. Rappelons que c’est en 1861, sous l’Empire libéral, que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (première bibliothèque à répondre véritablement aux critères précédemment évoqués qui font une bibliothèque populaire : prêter tous les livres à tous, hommes et femmes) obtiendra non sans mal les autorisations nécessaires. Il a fallu à Lyon des hommes profondément convaincus de la légitimité socio-politique de leur combat pour risquer un emprisonnement en créant une bibliothèque. Nous verrons dans un prochain billet que cette tentative s’inscrit dans le milieu des Canuts lyonnais disciples de Cabet, père de l’Icarie…

 

  1. La Presse, 17 juillet 1838 []
  2. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  3. La loi de 1834 complète dans un sens restrictif l’article 291 du Code pénal : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5660266j/f940.image []
  4. Le Censeur, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  5. Ibid. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 14 juillet 1838 http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215963 []
  9. Ibid. []
  10. Voir Stoskopf Nicolas. La fondation du comptoir national d’escompte de Paris, banque révolutionnaire (1848). In: Histoire, économie et société, 2002, 21ᵉ année, n°3. pp. 395-411. www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2002_num_21_3_2310  []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []
  13. Ibid. []

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho1. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!2

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre3. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !4

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.5

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron6, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir7. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat8.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.9

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.10

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.11

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)12, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 13

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.14

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

  1. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  2. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  3. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  4. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  5. Ibid. []
  6. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  7. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  8. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  9. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  10. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  11. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  12. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  13. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  14. Ibid. []

1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.

  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Paul Féval converti et les bibliothèques

Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle
Caricature de Paul Féval par André Gill, publiée dans La Lune (déc.1866), collection personnelle

A la fin de sa vie, le romancier populaire Paul Féval (1816-1887) revient à la foi catholique et décide d’expurger ses ouvrages et de les réécrire. Edités par la librairie V. Palmé, ces romans visent clairement un lectorat catholique et les bibliothèques paroissiales.

En étudiant les catalogues des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de quelques sociétés de lecture, de bibliothèques populaires, et de bibliothèques paroissiales, on découvre que Paul Féval est un excellent indicateur des politiques d’acquisition des bibliothèques. Si les sociétés de lecture qui répondent aux demandes des lecteurs, sans s’encombrer de considérations sur la moralité et/ou l’intérêt de tel ou tel auteur, ont acheté ou accepté des dons de romans de Féval avant sa conversion, ce n’est pas le cas des bibliothèques catholiques ou laïques qui n’en acquièrent que de manière très marginale. Le roman populaire est en effet jugé pernicieux par l’Eglise et la production févalienne semble avoir été considérée comme peu instructive par les bibliothèques populaires.

Après la conversion, comme on pouvait s’y attendre, les bibliothèques paroissiales achètent les romans revus et corrigés ou les nouveaux ouvrages (Les Etapes d’une conversion, etc.). En revanche, les Amis de l’Instruction acquièrent du Féval d’avant la conversion, dans un réflexe de préservation très intéressant, puisque le romancier avait fait racheter ses anciennes œuvres non réécrites afin de les détruire… Peut-être est-ce aussi une manière d’attirer les lecteurs qui ne trouvent plus désormais les romans de Féval non expurgés dans les librairies ou les bibliothèques paroissiales  !

Pour en savoir plus : voir l’article :  « D’énormes ballots, avec Féval complet et converti, vont s’éparpiller dans les bibliothèques paroissiales » dans le dossier du Rocambole N°75-76 consacré à Paul Féval, dirigé par D. Laporte et A.Sandras

 

aaaaaaaaaaaroc

 

 

 

Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?

 

Fondée en 1862, la Société Franklin est une association à la fois méconnue et atypique dans l’histoire des bibliothèques populaires. Indépendante de toute administration et de toute Eglise, elle se donne pour but de diffuser le mouvement des bibliothèques populaires à travers la France entière. D’inspiration anglo-saxonne, elle prétend incarner la rencontre de deux mondes, celui des ouvriers et des lecteurs populaires avec celui des sommités intellectuelles et de la classe politique. Le résultat en est un curieux mélange social et idéologique, à la fois exotique et surprenant au regard de ce que nous vivons aujourd’hui. 

 

L’initiative vient de deux hommes qui sont déjà représentatifs des objectifs de cette association : Jean-Baptiste Girard, d’un côté, ouvrier typographe d’origine modeste, artisan établi comme tant d’autres à l’époque dans le Marais. De l’autre, le colonel Favé, polytechnicien et surtout aide de camp de l’empereur.

Ces deux hommes s’étaient déjà trouvés en première ligne lors de la fondation de la BAI (Bibliothèque des Amis de l’Instruction) un an plus tôt, en 1861. Pour cette première fondation, les rôles étaient déjà bien définis entre eux : Girard maître d’oeuvre et organisateur sur le terrain, Favé protecteur et garant de l’association auprès d’un pouvoir toujours réticent face aux initiatives ouvrières.

Quoi de plus naturel ? Pour Girard le travail de l’ombre, à Favé l’oreille du prince et le prestige moral. Comment se sont-ils rencontrés ? Aux cours du soir de la Philotechnique, sans doute, dans une loge franc-maçonne, peut-être.

 

La Société Franklin se lance sur les mêmes fondations, mais avec des buts cette fois bien différents. Il s’agit de donner au mouvement des bibliothèques populaires laïques une envergure nationale. Les Amis de l’Instruction fondés par Girard ont certes commencé à essaimer dans Paris et en banlieue. Cela ne suffit pas : il faut développer le mouvement en Province, comme Girard a commencé à le faire en fondant une BAI dans son village natal de Hortes (1861), puis à Vernon (Eure) en 1862.

Pour une aussi grande oeuvre, il faut des soutiens plus reconnus que de sympathiques et déterminés camarades ouvriers. Il faut aussi de l’argent et des mécènes. Le but est donc d’intéresser des personnes puissantes, financièrement et politiquement, à la lecture et à l’instruction populaires ; d’unir faibles et puissants, bourgeoisie et classes populaires, dans le même effort.

Dans cette perspective, Favé utilise son réseau et réunit bientôt une première liste de noms intéressés : « Autour d’eux se forma son premier noyau, les Boussingault, les Marguerin, les Vincent, les Alfred Blanche, les frères Thierry, Augustin et Amédée Thierry ! »1

La première Assemblée générale de l’association peut avoir lieu en 1862. Intellectuels, scientifiques et écrivains, hommes politiques de tous bords, républicains mais aussi conservateurs modérés, hauts fonctionnaires, banquiers, industriels,… des personnes remarquables ne tardent pas à rejoindre l’association.

Le nom de Franklin est alors choisi en hommage à Benjamin Franklin, considéré à l’époque comme le fondateur des bibliothèques américaines. A la fois homme de science, dirigeant politique, bienfaiteur du peuple et démocrate convaincu, Franklin incarne l’idéal qui sied parfaitement aux hommes de la Société.

Dès les premières années, le « maelström » que constitue la Société interroge. Le marquis de Chasseloup-Laubat, catholique, député orléaniste et ancien ministre de la Marine sous le Second Empire, est élu premier président de la Société… tandis que Jules Simon, agrégé de philosophie et homme politique républicain, est rapidement choisi comme vice-président.

On y trouve également les frères d’Eichthal, Adolphe et Gustave, dont l’itinéraire est pour le moins atypique2 . Fils de banquiers juifs, convertis au protestantisme, ils font fortune dans la banque, puis investissent dans les chemins de fer français en plein développement et ensuite par-delà les frontières, à Londres et jusqu’en Europe de l’Est. Leur parcours intellectuel est tout aussi remarquable : élèves de Comte qui est leur précepteur, ils l’abandonnent ensuite pour se tourner vers le saint-simonisme. Leur influence est croissante au sein de la Société dont Adolphe prend la présidence en 1873, à la mort de Chasseloup.

Les intellectuels sont nombreux et fournissent un tiers des membres du Conseil d’administration de la Société. Des scientifiques, tels Boussingault, astronome membre de l’Académie des Sciences, dont un cratère lunaire porte aujourd’hui le nom, ou des hommes de lettres, comme Ernest Legouvé, académicien français.

Les hommes politiques en présence offrent un panorama presque complet du spectre idéologique des années 1870 : républicains (Jules Simon, Jules Fabre, Edouard Laboulaye), royalistes (Chasseloup, l’imprimeur Paul Dupont, Albert de Broglie) et même bonapartistes comme Favé lui-même ou le comte Léopold Le Hon.

Les hauts fonctionnaires sont les moins nombreux, mais ils possèdent souvent un profil qui font d’eux des spécialistes de l’instruction populaire. Ils prennent donc une part active dans le programme d’action de l’association et la rédaction de son Bulletin, qui paraît mensuellement jusqu’en 1933. Parmi eux, on peut citer Edouard Charton, fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles et maître d’oeuvre du Magasin pittoresque, revue de vulgarisation qui connaît un grand succès, Emile Marguerin, directeur des écoles municipales de Paris ou encore Charles Robert, conseiller au ministère de l’Instruction publique.

Enfin, quelques patrons et industriels sont également présents. Edme Jean Leclaire, ancien ouvrier, s’est enrichi en fondant sa propre société de peinture en bâtiment. Il a créé une bibliothèque ainsi qu’une société de consommation pour les ouvriers qu’il emploie3 . Il est un des premiers administrateurs de la Société Franklin. Quelques grands noms, comme Armand Peugeot, adhèrent également à l’association et la soutiennent de loin.

Qu’est-ce qui peut réunir tous ces hommes d’horizons si divers dans cette lutte pour le « bon livre » qu’entend mener la Société ?  N’y a-t-il pas là, comme point de convergence, l’appartenance à une association ou à une société secrète comme la Franc-maçonnerie qui transcenderait les opinions, les religions et les états sociaux différents ?

On ne peut pas pour l’instant répondre à cette question.

Une chose semble toutefois certaine : la Société Franklin n’a pas été le lieu de la rencontre entre « les deux mondes », la bourgeoisie et la classe ouvrière, qu’elle a prétendu être.

Girard reste le seul ouvrier à avoir siégé à son Conseil d’administration. Il n’est mentionné qu’une seule fois dans les comptes rendus des séances de ce Conseil :

Un ouvrier qui sentait la nécessité, le profit et les joies de l’instruction, et se la donnait au prix des plus rudes sacrifices, suivait les cours de l’Association philotechnique. Pour permettre aux auditeurs de ces cours d’acquérir, sans trop de frais, les livres dont il avait besoin, il eut la pensée d’établir entre eux une cotisation, qui les fit jouir tous de tous les livres au prix d’un seul livre. Cet ouvrier, vous l’avez reconnu : qui peut parler de bibliothèques populaires et ne pas se souvenir de notre collègue J.-B. Girard ?4

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent ?

Plus largement, la Société Franklin semble avoir été plutôt déconnectée du terrain et de la lecture populaire quotidienne. Lorsque Girard présente Paul Delamarche, son camarade de toujours, qui l’a suivi dans la fondation de la BAI du IIIe arrondissement, a fondé celle du XIVe et a présidé le Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine, les membres les plus éminents de la Société Franklin semblent découvrir cet homme (et s’empressent de le décorer). Lui aussi a pourtant « fait » les bibliothèques populaires depuis l’origine.

Malgré les correspondants qu’elle possède dans les départements et même si elle se targue d’être en contact avec 1 338 bibliothèques populaires en 1874, la Société Franklin demeure une structure sans attaches sur le terrain, qui emprunte ses bureaux à la Société de Géographie au 1, rue Christine à Paris5 .

Dans les années 1870, elle tente de se poser en alternative au Ministère de l’Instruction pour venir en aide aux bibliothèques populaires. Alors que le Ministère veut mieux contrôler les associations de lecture en échange de son aide, la Société Franklin se positionne quant à elle en faveur de l’indépendance totale des bibliothèques populaires : elle-même répète à l’envie qu’elle « n’appartient à aucun parti, à aucune école ; elle a […] pour seul moyen d’action la puissance de l’association mise au service de l’initiative individuelle. »6

Sorte de haut patronage éloigné des réalités quotidiennes, elle commence à décliner dès les années 1880, lorsque les livres qu’elle propose sont de moins en moins plébiscités par les bibliothèques populaires. Elle continue cependant à publier son Bulletin mensuel qui constitue aujourd’hui une mine d’or sur le programme intellectuel de la Société et sa conception du « bon livre ».

Ses membres sont finalement bien plus efficaces lorsqu’ils fondent leurs propres bibliothèques, à l’image d’Edouard Laboulaye avec la BAI du Ve arrondissement ou de Jean Macé en Alsace. C’est en réalité à une autre échelle, plus locale et quotidienne, dans les bibliothèques elles-mêmes, que la rencontre des « deux mondes » s’est concrétisée.

  1. Société Franklin, L’éducation du pays par l’armée, Paris, 1874, p. 13. []
  2. Les deux frères ont fait l’objet d’une thèse d’Hervé Le Bret, Les frères d’Eichthal. Gustave, saint-simonien et Adolphe, financier pionnier des chemins de fer, Paris, PUPS, 2012, 639 p. []
  3. Une première Société de secours mutuel et de coopérative de la Maison Leclaire voit le jour dès 1838, mais il faut attendre 1864 pour qu’une bibliothèque y soit fondée []
  4. Société Franklin, op. cit., p. 11-12. []
  5. Gustave d’Eichthal était l’un des membres les plus éminents de cette société savante où il siégeait avec Elisée Reclus ou Jules Verne []
  6. Société Franklin, Notice sur la Société Franklin, Paris, 1866, p. 2. []

Elena Ferrante et la « biblioteca circolante » (bibliothèques populaires napolitaines)

La mystérieuse Elena Ferrante lève peut-être le voile sur ses premières rencontres avec la lecture et les bibliothèques dans les années 1950. Dans L’amica geniale, deux petites filles des quartiers pauvres napolitains, Elena et Lila, découvrent le plaisir de la lecture grâce aux conseils de leur maîtresse d’école, Mme Oliviero. Frustrées de ne pouvoir posséder un livre, elles emploient leur premier pécule à acheter Les Quatre filles du docteur March.

A peine devenues propriétaires du livre, nous commençâmes à nous retrouver dans la cour pour le lire, soit silencieusement, l’une à côté de l’autre, soit à voix haute. Nous le lûmes pendant des mois, tellement de fois qu’il en devint un torchon : il partait en lambeaux et perdit son dos, on pouvait en tirer des fils et en détacher les cahiers. Mais c’était notre livre, et nous l’aimions beaucoup. C’est moi qui en étais la gardienne et je le conservais à la maison au milieu de mes manuels scolaires, parce que Lila ne se voyait pas le garder chez elle. Son père, ces derniers temps, s’énervait rien qu’en la surprenant à lire.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 81. Traduction d’Elsa Damien.

Si Elena obtient, grâce au combat de Madame Oliviero, la permission d’aller au collège, Lila, une jeune fille brillante, travaille bientôt à la cordonnerie familiale. Un dimanche, à la sortie de la messe, Elena suit en cachette Lila qui vient d’entrer dans l’école de leur enfance… Le rythme de la langue italienne transmet parfaitement l’émerveillement des sens dans une bibliothèque, et le plaisir qu’on éprouve lors du choix librement consenti des ouvrages :

Non ero mai più entrata nella mia vecchia scuola e provai una forte emozione d’agio, un senso di me che non avero più. Infilai l’unica porta aperta al pianterreno. C’era una sala ampla, illuminata dai neon, le pareti erano coperte di scaffali carichi di vecchi libri. Contai una decina di adulti, numerosi bambini e ragazzini. Prendevano volumi, li sfogliavano, li rimettevano a posto, ne sceglievano uno. Poi si mettavano in fila davanti a una scrivania oltre la quale era seduto un vecchio nemico della maestra Oliviero, il maestro Ferraro, magro, con capelli grigi tagliati a spazzola. Ferraro esaminava il testo prescelto, segnava qualcosa nel registro e le persone se ne uscivano con uno o più libri.

Elena Ferrante, L’amica geniale, edizioni e/o, 2011

Je n’étais jamais retournée dans mon ancienne école et en éprouvai une forte émotion, je reconnus son odeur qui m’apporta une sensation de bien-être, faisant resurgir une part de moi que j’avais perdue. Je franchis la seule porte ouvert du rez-de-chaussée. C’était une vaste pièce éclairée au néon, dont les murs étaient couverts d’étagères remplies de vieux livres. Je comptai une dizaine d’adultes et de nombreux enfants, petits et grands. Ils prenaient des volumes, les feuilletaient, les remettaient à leur place et en choisissaient un. Puis ils se mettaient en file indienne devant un bureau où était assis un vieil ennemi de Mme Oliviero, M. Ferraro, maigre et les cheveux gris coupés en brosse. M. Ferraro examinait le texte sélectionné, inscrivait quelque chose dans un registre et les personnes sortaient avec un ou plusieurs livres.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 125. Traduction d’Elsa Damien.

Elena vient de découvrir la « Biblioteca circolante » à laquelle elle s’inscrit à son tour. Quelques mois plus tard, elle reçoit par la poste une invitation à venir à la bibliothèque le prochain dimanche. Elle découvre alors que l’instituteur a convié ses collègues et le curé de la paroisse à une petite fête récompensant les lecteurs les plus assidus par la remise d’un ouvrage. A la surprise générale, les quatre premiers primés sont absents. Ce sont tous des membres de la famille Cerullo, la famille de Lila, cette dernière ayant inventé d’emprunter en leur nom le plus de livres possible afin de satisfaire sa boulimie de lecture!  Pasquale, un jeune apprenti, voyant Elena repartir avec les ouvrages censés récompenser la famille Cerullo, s’en amuse :

Pasquale me dit en dialecte des trucs qui me firent rire de plus en plus fort : Rino s’abîmait les yeux sur les livres, Fernando le cordonnier ne dormait pas de la nuit tant il lisait et Mme Nunzia bouquinait debout près de ses fourneaux pendant qu’elle faisait cuire les pâtes aux pommes de terre, un roman dans une main et la louche dans l’autre.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 153. Traduction d’Elsa Damien.

La « biblioteca populare » ou « biblioteca circolante » est née dans les années 1860 en Italie. Fascinés par la naissance des bibliothèques populaires françaises, des intellectuels italiens font le voyage et viennent observer le fonctionnement de ces lieux en France, comme en témoigne le Bulletin de la Société Franklin du 27 septembre 1870. Les bibliothèques populaires italiennes vont rapidement essaimer, et comme en France, nourrir la naissance de la lecture publique. Certaines d’entre elles n’ont pas survécu à la période fasciste pendant laquelle elles furent subordonnées à la politique du gouvernement. En France, le terme de « bibliothèque circulante » a été plus rapidement abandonné, car ne correspondant pas aux réalités du terrain: l’idée initiale, qui était de faire « circuler » les ouvrages d’une bibliothèque populaire à une autre, s’est en effet alors avérée trop compliquée faute de transports.

La ville napolitaine semble avoir gardé une belle tradition autour des bibliothèques populaires. Après Lila et Elena qui dans les années 1950 peuvent y emprunter tantôt des romans tantôt des grammaires grecques, le 2 mars 2016 une « biblioteca populare » va être inaugurée à Naples!

 

Une « Bib’ Pop’ » à Chambéry (1873-2009)

aaestampille                           Sophie MANAVELLA, bibliothécaire à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, nous propose une passionnante exploration de la bibliothèque populaire de Chambéry. Cette bibliothèque, très représentative des bibliothèques populaires du XIXe siècle, a la particularité d’avoir survécu jusqu’en 2009…

Parmi les différents ouvrages conservés dans les fonds de conservation des Bibliothèques Municipales de Chambéry, se trouvent environ 6500 livres, presque tous recouverts de toile noire, qui se reposent après avoir vécu une longue et trépidante histoire.

aa rayonnage conservation médiathèque JJR

Leur point commun est d’avoir appartenu à la « Bibliothèque Circulante » de la Ville de Chambéry.

 

Et leur histoire commence en 1873….

A l’origine : Une société savante et une personnalité militante

A Chambéry, la lecture populaire se développe sous l’impulsion de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie (S.S.H.A.) et de l’un de ses membres le Dr Jules Carret (1844-1912), personnalité haute en couleur et très investie dans la vie culturelle et politique de sa Ville, franc-maçon et membre de la loge l’Espérance Savoisienne.

Jules Carret (copyright: médiathèque Chambéry)

Bien sûr, il existe déjà à Chambéry une Bibliothèque municipale, constituée du don de l’Abbé Amédée Philibert de Mellarède et ouverte au public en 1783, mais cette Bibliothèque est réservée à un public d’érudits et de chercheurs.

Le conseil municipal valide le projet proposé par Jules Carret le 19 mars 1873. La création de la toute nouvelle Bibliothèque Populaire circulante sera effective le 8 juillet 1873, pourtant elle va rester en phase de gestation plusieurs années.

La Bibliothèque Populaire et les francs-maçons

Régulièrement fournie par de nouveaux dons, la Bibliothèque Populaire circulante n’avait visiblement de circulante que le nom et elle a cherché longtemps un organisme de filiation, un lieu facile d’accès afin de s’ouvrir au public.

En 1887, le Vénérable de L’Espérance savoisienne, M. Ménard (également membre de la S.S.H.A.) a réinvesti le projet et propose à la Ville que la Loge administre la Bibliothèque Circulante.

Le conseil municipal autorise, en 19 juin 1893, le « nouveau » comité de la « Bibliothèque Populaire circulante » à prendre possession des ouvrages de la bibliothèque circulante.

Et le 14 juillet 1893 on peut lire dans l’Indicateur Savoisien : « […] l’installation est terminée, et l’ouverture de la Bibliothèque aura lieu le dimanche 16 juillet », soit 20 ans après sa création !

1898 – Le Cercle Savoisien de la ligue de l’enseignement

Remise sur les rails, la Bibliothèque Populaire a enfin pris son essor, et ce sont encore les francs-maçons, qui vont œuvrer pour lui donner sa forme finale.

Comme « l’énergie des Loges était largement destinée à défendre la laïcité et à combattre les cléricaux », « l’Ordre encourageait les Loges à coopérer avec différentes ligues […] ». C’est ce qui va se produire avec le tout jeune Cercle Savoisien de la Ligue de l’enseignement créé en 1898.

Ainsi, la Bibliothèque Populaire, jusqu’alors liée à des sociétés philanthropiques, va être rattachée au Cercle et dépendre de lui pour son organisation.

« Perturbations territoriales » (1918 – 1939)

Pendant cette période qui comprend deux guerres, les objectifs de fonctionnement de la Bibliothèque Populaire sont soumis aux agitations qui vont secouer Le Cercle savoisien dont elle dépend statutairement. A cette époque, les deux structures dites de « lecture publique » : la Bibliothèque municipale et la Bibliothèque Populaire ont quasiment une égale importance aux yeux de la municipalité.

En mai 1932, Le Cercle savoisien devient une association et une ramification subordonnée à la Fédération des Œuvres Laïques et il est précisé dans ses statuts, qu’« elle s’attache entre autres à entretenir une bibliothèque populaire ». Ensuite, lorsque pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ligue de l’enseignement doit entrer en clandestinité, à Chambéry, le Cercle savoisien se voit obligé d’obéir au gouvernement de Vichy, changeant de dénomination pour devenir le « Cercle savoisien de l’éducation populaire » et donnant comme motivation idéologique de la Bibliothèque Populaire d’ « instruire par le bon livre ».

 « Les trente glorieuses » (1945 – 1979)

Après-guerre, les mentalités changent et l’on estime dans les milieux institutionnels « qu’il faut lire à la fois pour s’informer et se former, recourir à la lecture de plaisir et à des apprentissages efficaces ». Les deux discours opposant la lecture de formation (d’école ou d’Eglise) à la lecture consommation (d’information ou de loisir) se rejoignent donc. La ligue reconstituée ouvre ses pôles d’activités aux loisirs éducatifs et à l’éducation permanente

Les bibliothèques populaires suivent le mouvement et s’inscrivent parfaitement dans ce courant au regard de leur mission affichée d’éducation populaire. Celle de Chambéry propose elle aussi l’objectif consensuel dans ses statuts en se donnant la mission de « distraction et lecture ». Reconnue par la municipalité, menée de main de maître par des personnels inspirés, passionnés et bénévoles, issus de l’instruction publique, la Bibliothèque Populaire va connaître une longue période de fonctionnement confortable.

 « L’époque des changements » (1980 – 2009)

Au début des années 80, la lecture devient un axe prioritaire du gouvernement socialiste (politique du prix unique du livre, droit d’auteurs, combat contre l’illettrisme) et est considérée comme un outil indispensable de communication, et d’intégration. C’est ainsi que les bibliothèques municipales du XXe siècle prennent la relève des bibliothèques populaires créées pour inciter les couches populaires à lire.

Dans ce cadre de l’essor national de la lecture publique, la Ville de Chambéry organise un plan de développement des bibliothèques qui propose notamment de concevoir des petites bibliothèques « bien adaptées en chaque lieu ». Et dans son analyse de la situation, le conservateur de la Bibliothèque municipale souligne que le centre-ville est fortement sous-équipé. C’est alors que naît le projet de construction de l’actuelle Médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

A la suite d’un programme de restructuration urbaine mené par la Ville de Chambéry à la fin des années 80, la Bibliothèque Populaire est relogée avec les ouvrages les plus contemporains de son fonds dans l’école Pasteur, anciens locaux, plus étroits et plus difficiles d’accès, au fond d’une impasse. Son déclin est définitivement enclenché, entrainé par le mouvement national de développement de la lecture publique. Elle va alors s’adresser et toucher essentiellement un public de personnes âgées et plus particulièrement de retraités.

Démantèlement de la Bibliothèque Populaire

En 1990, lors de sa réinstallation dans l’école Pasteur, la Bibliothèque Populaire n’a pas déménagé l’ensemble de la collection. Une partie de ses ouvrages les plus anciens, a été proposée à la Bibliothèque municipale de Chambéry. Ce sont environ 4 900 livres qui ont alors été stockés en vue d’être intégrés dans les magasins de conservation.

La participation de la municipalité à la Bibliothèque Populaire, a été constante tout au long de l’histoire de cette association, outre des représentants de la municipalité toujours présents aux assemblées générales, des locaux renouvelés ou restaurés lorsque nécessaire, elle a octroyé des subventions dans le cadre des aides aux associations culturelles. Mais 2008 sera la dernière année de sa contribution financière.

Lorsque la Médiathèque, structure « officielle » de lecture publique et vitrine de la politique culturelle de la Ville, a pris en charge la lecture pour tous, et plus seulement l’étude et la conservation, la Bibliothèque populaire, aux collections vieillissantes, est progressivement tombée dans l’anonymat.

Elle ferme définitivement ses portes en 2009.

Aujourd’hui une part importante certes mais non intégrale de ses collections a été récupérée et intégrée dans les fonds de conservation de la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, responsable involontaire de sa disparition… L’ensemble de ses inventaires (référençant 40 138 documents en 2008) a pu être sauvegardé et conservé, véritables témoins d’une bibliothèque ayant eu, pendant 136 ans, la mission magnifique de faire lire le plus grand nombre.

Sophie MANAVELLA

Pauline-Désirée Weiler

54 rue de Turenne / Atget
54 rue de Turenne / Atget

La tradition orale de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) prête nombre de changements dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale à une certaine Mme Weiler. Si l’on lit les compte-rendus des conseils d’administration durant cette période, il apparaît clairement que « Madame P. Weiler » n’a pas eu les coudées franches et qu’elle n’est pas, du moins officiellement, à l’origine des modifications que la tradition lui prête. Certes, la bibliothèque, sise au 54 rue de Turenne, est passée des combles à un rez-de-chaussée côté rue (dans les actuels locaux), certes ce déménagement a entraîné un bouleversement dans le classement des ouvrages, les livres les plus demandés étant désormais situés près du guichet, mais tout cela est lié au fait que l’école, également logée au 54 rue de Turenne, a désiré reprendre les combles, et que le menuisier logé au rez-de-chaussée est décédé: les livres ont donc trouvé refuge dans les anciens casiers, rabotés pour la circonstance, de l’artisan…

En revanche, on découvre bien des choses en tentant d’en savoir plus sur « Madame P.Weiler ». Elle est en effet désignée comme secrétaire générale de la BAI en 1907 par le président qui est alors Serge Jacob (bibliothécaire à Carnavalet, bibliothèque toute proche). Le compte-rendu indique que cette désignation, contraire aux statuts de la BAI, est rendue nécessaire par le manque de sociétaires capables d’assister avec régularité aux réunions du CA. En effet, »Mme P. Weiler » assiste avec ponctualité aux conseils depuis 1902. Le compte rendu précise également qu’elle est institutrice de la Ville de Paris. En 1916, plusieurs membres du Conseil étant tombés à la guerre, Mme Weiler devient « président » (sic) pour la durée du conflit. Après guerre, les membres du conseil la désignent à l’unanimité à la tête de la BAI, et elle signe désormais en toutes lettres « P.Weiler, présidente ».

Une recherche dans le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris permet d’identifier Pauline Weiler, institutrice à l’école de filles de la rue de Picpus (12e) en 1926, devenue directrice en 1932. En recherchant « Pauline Weiler » dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, on découvre que « Pauline-Désirée Weiler »  a reçu les palmes académiques en 1932. Enfin, une recherche sur Internet nous apprend que Pauline-Désirée Weiler « née le 19 mars 1883 à Paris 10e (Seine) » , est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne) » …

Il est alors possible de deviner toute l’exemplarité du parcours d’une jeune fille brillante sur les bancs de l’école républicaine. Les registres de l’état-civil confirment qu’une petite Pauline-Désirée Weiler, fille de Théodore Weiler, 34 ans, ébéniste, et de Victorine Waltz, 31 ans, sans profession,  a vu le jour Passage de l’Industrie (Paris 10e), le 19 mars 1883. Elève appliquée de l’école Sophie Germain, on peut supposer qu’elle devient facilement institutrice, désireuse à son tour de transmettre l’instruction reçue, y compris à la BAI dont elle  est nommée secrétaire générale à 24 ans…

·

·

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Gaboriau et la naissance du roman policier

Jeudi 4 juin 2015, Virginie Fernandez donnera une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sur Gaboriau et les débuts du roman policier.

C’est l’occasion de rappeler une fois de plus que les bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction fondées à partir de 1861 ont eu l’intelligence d’encourager à la fois les lectures instructives mais aussi les lectures « de délassement », comme en témoignent leurs statuts. Les premiers « romans policiers » y trouvèrent tout naturellement leur place.

Gaboriau a publié ses premiers écrits au moment-même de la mise en place de ces bibliothèques populaires. Si ses romans sont restés célèbres, comme L’Affaire Lerouge (1866), on connaît moins sa charge contre l’administration publiée en 1862 (Les gens de bureau)…

 

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.

Conférences 2014-2015 à la BAI du IIIe Arrondissement: bibliothèques positivistes, comtisme et saint-Simoniens…

La Bibliothèque des Amis de l’instruction du III e Arrondissement parisien (BAI) continue à explorer les différentes influences qui l’ont marquée. Cette année, Michel Blanc, sociologue (et bénévole de la BAI) a construit un programme autour des influences comtistes et saint-simoniennes.

Les conférences se déroulent dans les locaux de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction,

54 rue de Turenne (75003)  à 19h30. Entrée (et participation) libres, sous réserve des places disponibles.

Site Internet : http://www.bai.asso.fr

1) Annie Petit, Les bibliothèques positivistes. Des projets d’Auguste Comte aux réalisations institutionnelles des disciples,  jeudi 6 novembre 2014, 19h30. 

Annie Petit, agrégée de philosophie, est Professeur émérite de philosophie de l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Sa thèse de Doctorat d’Etat a été consacrée en 1993 aux Heurs et malheurs du positivisme comtien, Philosophie des sciences et politique scientifique chez Auguste Comte et ses premiers disciples 1825-1890. Ses recherches et publications portent sur l’histoire de la philosophie, la philosophie et l’histoire des sciences, et sur l’histoire des idées au XIXe siècle ; surtout sur les mouvements positivistes et les importants débats qu’ils ont entraînés. Les auteurs qu’elle a plus particulièrement étudiés sont : Auguste Comte, Emile Littré, Pierre Laffitte, C. Bernard,  E. Renan,  M. Berthelot et  H. Bergson.

2) Carole Christen, Auguste Comte et l’éducation populaire dans le premier XIXe siècle : le rôle particulier de l’astronomie, jeudi 27 novembre 2014, 19h30.

Carole Christen est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille Nord de France – Lille 3 et membre de l’Institut universitaire de France. Après avoir travaillé sur l’histoire sociale des Caisses d’épargne en France au XIXe siècle (thèse publiée en 2004 chez Economica sous le titre : Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France, 1818-1881), Carole Christen s’intéresse aux savoirs enseignés aux ouvriers adultes dans le premier XIXe siècle et à l’éducation populaire en général (elle a codirigé les ouvrages suivants : Charles Dupin (1784-1873). Ingénieur, savant, économiste, pédagogue et parlementaire du Premier au Second Empire, Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2009; Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Connaître et réformer la société, Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2014.

3) Michel Blanc, Auguste Comte, une œuvre, une pensée, une vie déroutante et édifiante, jeudi 18 décembre 2014, 19h30.

Michel Blanc, sociologue, membre de la « Maison d’Auguste Comte » et de la « Bibliothèque des Amis de l’Instruction », consacre actuellement une recherche à l’influence de Clotilde de Vaux, en tant qu’égérie d’Auguste Comte, et plus généralement au rapport « homme/femme »,  propre à cette époque.

4) Jean Claude Wartelle, La « religion de l’Humanité » selon Auguste Comte : logiques et paradoxes, jeudi 8 janvier 2015, 19h30.

Jean Claude Wartelle a consacré plusieurs de ses travaux à Auguste Comte et ses disciples, à la « religion de l’Humanité » en tant que telle : L’héritage d’Auguste Comte, histoire de « l’Eglise » positiviste (1849-1946), Paris, L’Harmattan, 2001.

 

5) Juliette Grange,  Instruire le Peuple et vulgariser les connaissances. Du lien entre les idéaux philanthropiques et les philosophies de C.-H. de Saint-Simon et d’Auguste Comte,  jeudi  29 janvier 2015, 19h30.

 Juliette Grange, agrégée de philosophie, Docteur d’État, Professeur des Universités. Auteur de nombreux ouvrages dont un ouvrage de référence sur Auguste Comte (PUF), elle a publié des études sur Quinet, Michelet, Balzac et sur le républicanisme ou encore l’écologie. Elle a coédité les œuvres complètes de C.-H. de Saint-Simon (PUF).

_____________________________________________________________