L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944)

Catalogue des bibliothèques populaires de la ville édité en 1887. Source BM Saint-Etienne : FAR C18(19). Cliché: A. Bertrand

Cet article sera publié dans le prochain numéro (n°68) que la revue Saint-Étienne, Histoire et Patrimoine dédie aux « Librairies et Bibliothèques ». Il peut constituer une introduction au mémoire de recherche que j’ai consacré à la situation des bibliothèques publiques de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale1 Ce mémoire est consultable à la Médiathèque Tarentaize (Service Patrimoine) et aux Archives Municipales de Saint-Étienne.

L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944).

Durant plus d’un siècle, les bibliothèques populaires stéphanoises ont constitué un puissant outil municipal au service de la promotion de lecture en milieu populaire. Longtemps resté en marge de l’histoire du livre et des bibliothèques, le modèle des bibliothèques populaires fait l’objet d’un regain d’intérêt depuis quelques années : en témoignent de nombreuses publications et travaux universitaires, ainsi que la patrimonialisation d’une « bibliothèque populaire témoin » par la Médiathèque Tarentaize. En attendant une grande exposition qui permettrait aux Stéphanois de redécouvrir la richesse et l’originalité de ces bibliothèques, cet article se propose de retracer leur histoire en se focalisant sur les tensions politiques qui se cristallisèrent autour de ce symbole républicain en étudiant un événement historique méconnu : l’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des origines des bibliothèques populaires et leur situation en 1940.

A la faveur d’une relative libéralisation du régime impérial au début de la décennie 1860, de nombreuses initiatives voient le jour partout en France afin d’encourager l’éducation et la lecture populaire. Parmi celles-ci, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction à Paris (1861), la Société Franklin (1862) et la Ligue de l’Enseignement (1866) jouent un rôle primordial dans la multiplication des bibliothèques populaires. A Saint-Étienne, malgré l’opposition des élites conservatrices, l’effort de certaines municipalités contribue à la création d’un dense réseau de bibliothèques au service de la lecture populaire.

La création contestée des premières bibliothèques populaires

En 1866, à l’initiative de notables libéraux, la municipalité stéphanoise dirigée par Benoît Charvet décide de l’ouverture de deux bibliothèques populaires situées Rue de la Vierge et Place Jacquard2. Par la fourniture d’ouvrages pouvant être lus à domicile contre cautionnement, ces bibliothèques, installées dans des locaux affrétés par la mairie, viennent combler un vide qui profitait jusque-là aux bibliothèques paroissiales. En effet, si Saint-Étienne dispose depuis 1831 d’une Bibliothèque Municipale qui déménage en 1861 dans le Palais des Arts, celle-ci n’a pas vocation à promouvoir ce qui ne s’appelle pas encore la « lecture publique ». Héritage de la Révolution Française, la bibliothèque municipale se distingue alors par son souci de conservation et d’enrichissement du patrimoine, par son caractère « scientifique » et par l’impossibilité du prêt à domicile.

En se proposant de mettre entre ltry>

etoublagelledmigistre de l&rsquoInstruction publique gels’éoiqu,e Vistor>Duudy, àetrnechee en faveur de laldgralité des bibliothèques populaires tout enpteffonçantlle ouvoir de contrôle de s’stat sur leur Jacqi sitioes. A Saint-Étiennt coime pa tout en Francs, ceite oldérique et la décnsio sotdmigistère metnent unfrelin à s&rsquo-expansio sde le modèle da bibliothèques.Pieu d&rsquo année* ardsnpveur créatiot, dansique ces Archivesuue puisnent s&rsquo-exotiqur), ces deux bibliothèques populaires itéphanoisesfperment) et veues ouvrages sotn regroutés en uueseulle bibliothèque populair" plagée au sfin ut téântre municipas.Pjourcauan0, dsn ces année* 1860, de nouvellea créatiort de bibliothèques populairesitémoignent s&rsquo un colontariome municipal en faveur de ladiffunsio sde lalecture.

Histoir, ParisXs, 9984."42

En dpait de la conuisation sotnvellea font s’objet dsn ceurncuissacn0,lle nombrt de bibliothèques populairsnvla l acrnoîure coni drtablrmene auncourt de laIIIea R publique à Saint-Étienns. A la faveur de s&rsquoinivent.ssement me municipalitps rad_cals-.sosiagisdes et.sosiagisde0,lle nombrt de bibliothèques populairsn paose s&rsquo uueseulle en1875 ( celln utTthântr)n à plus d’uenvlong> Dochmp, nieureMradgnnies etÉ mide itrofet, et la décennie 920n à la faveur de s&rsquoengtagrmeneffort otdfareLopuis Sobli). uer bibliothèques populairsn symboaisene sur l" plin ducatf, etcmulturlt s&rsquo actior de re « sosiariome municipas»e au service dea clasuer ouvnièrestrltqus&rsquoial n ité itudté par l histvnin JelinLorcind

A pa iir au début u XXdn siècl0,lle cotrdôle et laageution des bibliothèques sotn de plusin plus utiresfort municipas : les mairir Jathtnent arectrmene aardsn dxlibraireeouer ouvrages destiger aux bibliothèques populaire ; mals ua touta

En 1900,lla ville de Saint-Étienne port s&rsquoBenrogueiloir de copitr 25a bibliothèques populaire Jaatives sur ldensomble della vill). ue nombrt

Histoirn et deGérgiaphli,riqui sotnven nombrt pgpcoddtrnet parwrapfort axtœouvsea clastiques de laaliitpeaturn et axtatrn ps oiraer eubillecon, auXIXn (W altr Scotet,Fneoimoeu C.opr),Du"mae, ue9).>A pa iir au début u XXdn siècln et de municipat.ation prgirestivr dr Jachtae,ouer bibliothiquis populaire Jancoidend de plusin plus de place axt oiraey, àa

n de aupprigtemps-190ssotuaîAccign s&rsquo êtreirepcontable de ladd fati,r sep gdrm pallrmenfare etpgppublicfon ets, axtyiexn ueMrpgachl P itin0, y:noymnn deddceado c).>rar rnet aupmouvois, il etvenœouvseddsn s&rsquo itn-190e un prgiaoomei dcolgtiqu; baptign>A Saint-Étienn,r laddi gationsmposial, (coitm panorsg oucensement de Vihyu ardsnpla unprensiod au conseil municipal «ftrot populairs»edio, en-135, (ns ao de pas à foruura

nquols -coraires.

nquos -corair,uutllisé en clasc). En effet, ce217 octobre 1900,GenrodsuRioprts,.sep itioeu s&rsquo ltet à s&rsquoIonstructiou publiqu faet paaî oeu «a

n dnsiqinddsnaoûtn-190i s&rsquo p purnet sur laliiu;"BenCheda psurslaifie et itrlbre enp gtnod paaifienns plus e 700n500n coumle,r dep gime de Vich', tout en coeinqrnet à apptiquar cruopureusomindrlacrenture pgugaativr s&rsquo-Étetp itubltt en(193, (s&rsquola pasdDurant s&rsquo annén-190t aopitéa

it deGgyot6, pge-idenndrs-la i gationsmposial stéphanois6, ptent en cee eandraxtm"nturis foiues : dbbapticie csu(coasdrstrurt voiqrnet csuatrn dsuffigurps d publcfan rnet «drs faoeupgignie cen ougl,veppret aug oucensement de Vihyu dans lundifftpsenuis bibliothiquis municipales»s, foacevet drs consdaturiqrs-laimitt en apptication ds retnsinjno etnodvet effact derivc,zdèle. ue28s nucoobr,r dasdaoeacveues das bibliothiquesppopulaireittuvounet coetraants defpermir crt itabt.ssemenls jusqs&rsquo àn ougl,coioee. ue5eddc"emvrn sotn(coitn,lsn-4tememvrn, de la coiminsioe chrighn dels&rsquo ppuation das bibliothiquesppopulaire). uerememvrn, sotn lsntnotableiexeonçant o,"yrnet xeo gn psur la lc pa r s&rsquouneoeuiexn der prfrestion,libéralsnfelioddpcetaalsn(a vocas, idjusvmsl),tnotaoe), mdecin6, crav ns o,mêrmlibrair!9).Lla lc pa r s&rsquouneoeuiexnose co

Almigitiativ drs la pgiatro ddsn-1161 rs la> ffigurei d="attachment_1375" style="max-width: 756px" class="wp-caption aligncenter">

/strongDdeola renture à s&rsquotépuation das «maouv n,luvses» :ta

odigu', laf-amalsn etolaimoall sexqro l :t nombreux oiraerigaaawretLtxtshns)aideeêrmiqrs drt a ieuraifeetolaliogutvetos&rsquogccrioitt ceavelseetppricheaia «pcabler opulairs»a(EurtniaDabri,rL-F Cdil ffigurei d="attachment_1345" style="max-width:4356px" class="wp-caption aligncenter">

nq crotns rn, ouvraget rentuti).Scuaei: AM Saint-Étienn 16D8 (Cplité: A. Bertran)>

/strongsa>

1a cuasuldse dfftpsenuisuémunros ia CIAn tout ae-monsideos&rsquo annén-191,r desfortide rrt ouvragetvet dans reosendé"ato, et la voioeé:idepiolognie crt publcfatros dioet «os&rsquorigdogêt artiitiqu;doaitgêtrenuls»avet ué afieré>2.

r gefaet s&rsquoa

nidaetnde faoeulttrdénage dans crt bibliothiquesimunicipales.Cepcetaae,ola renoitsiqinvlaftroppas ln, bibliothiquesro antc.tesrLyon6, tout en idaet contraan ire faoeuittiituraa plus foi ire laogueur), il convlo l iêrm àorrt co dères bibliothcfars ire prvloei s&rsquo votnuattous gcritnodhântive.

ffigurei d="attachment_1365" style="max-width:4366px" class="wp-caption aligncenter">

/strongs .

nmièr, jerm"etmunlcagoalt).Dde-191s à-193t, hriqrs ouvrags cvoift et fa< si ahets pua25a o,26nfxre ploitis à laalibraiouaPaiasoue. usn a ieuraero viggftis seetsvoetirrt croav nsn locaux conosnirrtememvrn,da CIAn(Ggy. CaiasiM,Lopuis"Benao )t oetirrt oiraer ioet rrt a ieura seetau-irrntsnirettout opncotns&rsquoimimoaalité(H;eny Bcoig au,lMrnhlold Aliic2, oage. Cauevté9).>eptsn ctel -repc.tt unoaie2, drt bibliothiqurt opulairns(s&rsquo nspioraet s, udèrnire crigtt aux s, lricau. Ttousfroit, s&rsquoreeamaunvlo drs a BBibmo tèiqceMmunicipaitquttulamrigtnnmfreiuura

nié: at-bibmo técfare nieureLRéêiquniresuavvlo lie et nno cas ln,ouacieursiqinié.nutaseet conmulge.irrt ouvragetjurtuer «-suivertfes»dHistoirnire laSsecondeGgueureemo diais»e, Saint-Étienne,10njuuo let(1624."132oxgisdt, coiar pu iir de s&rsquo ié:-191,r nieureLRéêiqu,riqui jusqd-o àrav et;iba dansuénsertt auxcoioesnire la giggcatro smposial, aheArctt à coav ncitt ln, a modiértemunicipaisnirenst pas renoitua la-bibmo tèiqceemunicipaie crgnrnet «oe zdèl.irrt nccos iretes»d

<

<aormaimaM, 216e.

<

<

Histoirniria-bibmo tèiqcrtftrnnçaisn. Ttil 4M,Lria-bibmo tèiqcrt atXXdaifècout1914--190s<

Histoirniria-bibmo tèiqcrtemunicipaisnireRo ant :t1910-(9462<

<

ol, lae ="foot nels">"BentrndnAnstons,s><↩s AM Saint-Étienns, D 442,>↩s nroymte,>↩sVm  ,Lcait L vvlo de,Lriap-etiria-bibmo tèiqcrtnre la g publiqrs:. axeoorigicsnire souacoitt publiqutppuritienn), csn annésn-870: axn annésn-190,.TtènrnireDmacterasvn,>Histoir), paai X,r1998. [↩sLfoaonlJeli,s «Unrsa mpieaf nsiraifècout atPray.No  :tlst osiariomeemunicipat àSrig--Édienn,vn,1900s»e,>↩s chiiopp P itins, dincourt au3eddc"emvrn-134s,>↩s chiiopp P itins,«Ppolitique sosial, rsl ducatoin 2,>↩s< ↩s jerm-pcacoutndeolaFt cationncatrorou caehotiqut et otneuaia di obre gcideideouactur >↩s Jacqrbl↩s prteaL-A,s «Opouittidesalubcriis»,>↩s AM Saint-Étienns, 6D8 (61) >↩s Archuria nn, lae tuerire laMtrdi tèiqceireTabretLsiz,s>Histoirnire laSsecondeGgueureemo diais»2<↩s AMLyon6,177WP 59(58),>↩s


< < < <
< fotge. class=iae-y-i"ea">-bibmo tèiqce opulair<a hreft="htt://bai.htyctchelesnro/img/depcatio"titl="img">g pcatio<a hreft="htt://bai.htyctchelesnro/img/ouacoit- opulair"titl="img">ouacoitt opulair<a hreft="htt://bai.htyctchelesnro/img/-reorn-ir-avihy"titl="img">pggfil nd Vihy<< Navigcatro csn a icleid

A iclee p ctriae.a hreft="htt://bai.htyctchelesnro/13215"itl="ntex"> A icleesuoavae.