Quand Gambetta, la tragédienne Mme Segond Weber (et bien d’autres !), s’intéressaient à la bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement

second weber
Eugénie Second Weber (1867-1945) Photographie Touranchet1

 

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 18612, a rapidement eu des petites sœurs parisiennes. Parmi les plus jeunes, celle du XIe arrondissement. A la différence de son aînée, elle ne naît pas sous le Second Empire, mais sous la Troisième République en 1877.  Bien des personnalités se pressent autour de son berceau, soucieuses pour certaines de montrer ainsi qu’elles appuient une initiative (censée être ?) populaire.

Les bibliothèques des Amis de l’Instruction ont très vite mis en place des conférences destinées à renforcer l’instruction que l’on trouvait dans les livres. Cette initiative qui avait suscité bien des méfiances et une très grande surveillance de la part des autorités impériales s’épanouit sous la Troisième République. Les conférences font toujours l’objet d’une surveillance mais elles sont un peu moins difficiles à organiser et elles peuvent attirer, si les orateurs sont célèbres, une foule de gens. Très avisés, les fondateurs de la Bibliothèque du XIe se placent sous la protection de Léon Gambetta, lequel accepte la présidence d’une conférence  dans la célèbre salle du Tivoli-Vauxhall. Il prend alors place sur l’estrade en compagnie d’une douzaine de sénateurs et députés parisiens. Sa présence a attiré pas moins de trois mille personnes qui seront récompensées par un court mais efficace discours à la fin de la séance. Le député parisien en profite pour faire le lien avec sa lutte politique :

Après les applaudissements qui accueillent ce discours, M. Gambetta remercie successivement l’orateur et l’assistance de la sympathie dont ils ont fait preuve envers l’œuvre. L’illustre député de Paris rappelle que dimanche dernier, il présidait, à Montparnasse une réunion du même genre, et qu’il la félicitait de son concours empressé à une œuvre d’enseignement mutuel. « Ces félicitations, ajoute M. Gambetta, je les renouvelle aujourd’hui et j’acquiers une nouvelle preuve de ce que peut le capital intellectuel d’une nation. Le temps n’est plus où avec une main si avare on distribuait l’instruction ; la science est un patrimoine sacré que l’on doit restituer à tous ceux qui sont capables de le recevoir. ». L’orateur dit encore qu’en fondant des bibliothèques populaires les citoyens font l’éducation du suffrage universel. Il n’y a dans ces généreux efforts rien qui doive inquiéter personne, puisque les bibliothèques sont autorisées par la loi. En outre les organisateurs de ces associations sont animés du même esprit : l’amour commun de la patrie. « Et par amour de la patrie, termine M. Gambetta, j’entends la haine d’un parti dont les jours sont comptés. Car je puis dire que ceux qui nous gouvernent savent aussi bien que nous les moyens à employer pour faire respecter la République et sauver la société moderne des atteintes de l’ultramontanisme ! » Cette chaleureuse allocution est saluée par l’assistance aux cris de : Vive Gambetta ! Vive la République ! 3

Grâce à cette conférence, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement reçoit des fonds. Gambetta termine en effet sa harangue en incitant les auditeurs à verser une obole. On sait que les frais engagés pour la conférence ont été de 372 francs environ alors que les dons et conférences ont rapporté 1793 francs4 . Cet astucieux parrainage permet aussi à la Bibliothèque  de se faire connaître puisque la conférence a  drainé nombre d’admirateurs de Gambetta et qu’elle est narrée dans les journaux. De plus, avant le discours tant espéré, en « première partie » les auditeurs ont entendu un historique des bibliothèques des Amis de l’Instruction et un discours de M. Tolain sur le livre, lequel selon le journaliste présent a également soulevé l’enthousiasme :

Ce que nous réclamons aujourd’hui, mesdames et messieurs, dit l’honorable sénateur, bien des penseurs et des patriotes l’ont réclamé avant nous. Tout le monde est d’accord pour que l’instruction primaire soit obligatoire et laïque, mais cela ne suffit pas, il faut une éducation plus étendue, afin que les travailleurs sachent autre chose que lire, écrire et compter. Au moment où l’enfant entre en apprentissage, où il quitte la famille pour l’atelier, il perd peu à peu l’habitude de l’étude, et les exemples qu’il trouve sous ses yeux éveillent trop souvent ses instincts au détriment de sa vigueur physique et de sa moralité. C’est à ce mal qu’il appartient d’apporter un prompt remède, et ce remède, c’est l’étude, le livre. (Très-bien !)  Il y a dans notre société deux grandes catégories de citoyens : les savants et les ignorants. Les uns sortent des lycées, des facultés, des écoles supérieures, et par droit de naissance deviennent savants ou du moins ont sous la main tous les trésors pour le devenir. Les autres, préoccupés du pain quotidien, vivent d’une vie végétative, sans avoir pu goûter les délassements de l’esprit. Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement.

Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !  (Applaudissements.)

L’orateur montre ensuite comment une bibliothèque organisée avec des cours, des conférences , peut être le germe de véritables facultés à la portée du peuple. Ce n’est pas du nombre des livres, mais de leur choix qu’il faut se préoccuper. Un homme expérimenté, ayant déjà la pratique de l’enseignement, est indispensable à la tête d’une pareille œuvre.5

Afin de rendre plus accessible son discours sur la nécessité des bibliothèques populaires, M. Tolain se laisse aller à une confidence sur sa propre fréquentation des bibliothèques dans sa jeunesse qui est fort éclairante :

Quand j’étais enfant, il n’était pas question de bibliothèques populaires. J’avais la passion des livres et une seule bibliothèque existait dans mon quartier, celle de Sainte-Geneviève, ouverte seulement jusqu’à 10 heures du soir.

Mon âge m’en défendait l’accès, et chaque fois que je voulais m’y introduire, un vieux sergent me barrait la route en disant : « Vous êtes trop jeune, on ne passe pas ! » Un jour, je parvins pourtant à arriver au bibliothécaire, un brave homme, qui se laissa émouvoir par mon insistance et leva la consigne en ma faveur.
Ah ! mes chers amis, si vous saviez comme je me précipitai sur tous les livres et comme je les dévorai, sans suite, au hasard, pêle- mêle ! Par une rude expérience, j’ai compris combien il est dangereux pour le lecteur de n’avoir pas de méthode et voilà pourquoi je vous conjure d’éviter cet écueil.
6

On l’aura compris, Tolain prône donc des bibliothèques populaires où le choix des livres n’est pas laissé au peuple lui-même… Quelques mois plus tard, il semble d’ailleurs avoir soutenu à la Bibliothèque populaire du XIe arrondissement un groupe dont un des membres aurait acheté autoritairement pour 900 francs de livres « sans consulter le Conseil ni sur la dépense ni sur le choix des livres ».7

Ce lectorat qui ne trouve donc pas forcément les ouvrages qu’il aurait souhaité voir figurer sur les rayonnages de la bibliothèque, se rattrape quelque peu dans sa liberté de  choix au milieu des ouvrages qui lui sont proposés. Comme à l’habitude, on retrouve une forte propension à choisir des ouvrages de « délassement » plutôt que d’instruction. Le bilan dressé en février 1878 est le suivant :

Les auteurs les plus demandés sont, pour les romans : Erckmann-Chatrian, Eugène Sue, George Sand, Jules Verne, etc.

En histoire : Michelet, Louis Blanc, Henri Martin, Anquetil et même Rollin.

La Bibliothèque compte environ 220 lecteurs, se partageant comme suit :

Romans, 120 ; Histoire, 60 ; Littérature, 10 ; Voyages et Géographie, 8 ; Hygiène et Médecine, 6 ; Industrie, 4 ; Sciences, 2.8

Dix ans plus tard environ, une jeune femme  se rendait à cette bibliothèque. Rappelons en effet que les Bibliothèques des Amis de l’Instruction avaient à cœur d’accueillir un lectorat féminin et que pour cela les femmes payaient une cotisation inférieure de moitié à celle des hommes. C’est une jeune actrice, trop pauvre pour acquérir elle-même ses ouvrages et qui souhaite lire Euripide. La demande pose problème au bibliothécaire qui craint un refus du Conseil d’administration de la Bibliothèque (pour des raisons morales? ou pragmatiques? on ne sait). Il feint donc d’acheter un roman de Dumas pour pouvoir procurer à la comédienne le texte demandé… Cinquante ans plus tard, Mme Segond Weber tient à raconter au Monde Illustré cet épisode :

C’est une jeune Parisienne pauvre qu’avait élue en vous le génie méditerranéen de la tragédie. C’est Paris, tel qu’il est, qui vous a fait ce que vous êtes. Quand l’éclosion de votre âme d’artiste, développant en vous les appétits de l’intelligence, vous poussa à des lectures toujours plus vastes, c’est la bibliothèque populaire du onzième arrondissement qui vous prêta les livres. Et le jour où la préface que Racine mit à Phèdre vous donna la curiosité de lire Euripide, le bibliothécaire s’arracha les cheveux à l’audition de votre requête. Point d’Euripide sur ses rayons ! Il prit sur lui d’en acheter un, mais il craignit d’être désapprouvé pour cette acquisition insolite, et il trouva le moyen de la déguiser sous l’entrée d’un roman de Dumas père, de consommation incontestablement plus courante.9

 

 

 

  1. image provenant du site http://www.lesarchivesduspectacle.net; libre de droits []
  2. voir les premiers billets []
  3. P. Gallery des Granges, « La Réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire, 30 janvier 1877 []
  4. D’après le compte-rendu de 1878 []
  5. ibid. []
  6. ibid. []
  7. l’affaire est longuement narrée dans un compte rendu « imprimé aux frais d’un membre du Conseil » en 1878, adressé aux sociétaires []
  8. Ibid. []
  9. « Mme Segond Weber, tragédienne », Le Monde illustré , 27 juin 1936 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *