Parmi les premières lectrices de la Bibliothèque des Amis de l’instruction : Anna Angélina et Ernestine Germain

Depuis quelques années, nous nous penchons sur le réseau des premiers lecteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Nous avons choisi pour des raisons évidentes de nous limiter à une première liste de soixante personnes. Toutefois, il nous arrive de temps à autre pour des raisons tout aussi évidentes de mettre à l’honneur d’autres lecteurs. Geneviève Deblock se penche par exemple sur les premières lectrices inscrites (voir ses précédents billets sur Anne Moriset et  sur Antoinette Godart). Ces femmes nous intéressent d’autant plus que le fait de s’inscrire personnellement sur les registres était significatif sous le Second Empire. Elles pouvaient s’inscrire pour apporter le soutien de leur notabilité à une bibliothèque populaire en construction (c’est le cas à Épernay où l’on retrouve un grand nom du Champagne et à Vernon avec la marquise d’Albufera). Les femmes de milieux populaires si elles étaient mariées bénéficiaient quant à elles de l’inscription de leur mari et leur nom n’était pas porté sur le registre. Ainsi, lorsqu’une lectrice de condition modeste s’inscrivait dans une bibliothèque populaire non confessionnelle alors que son mari était également lecteur, c’était le plus souvent pour montrer leur engagement commun dans une œuvre émancipatrice.Agnès Sandras
Les sœurs GERMAIN

Anna Angélina (1824-1895) et Ernestine (1828-1874)

par Geneviève Deblock

Parmi les trente-neuf femmes que comporte le registre dit des premiers lecteurs de la BAI-III[1], figurent les noms de deux sœurs, Ernestine et Angélina Germain. Elles se sont inscrites ensemble à la BAI-III après le 2 avril 1862, en compagnie de l’époux d’Ernestine, Alphonse Decarpentry : Mme Decarpentry figure au numéro 386 à la suite de son mari Alphonse Decarpentry, numéro 385, employé, 35 ans ; Angélina est enregistrée immédiatement après, au numéro 387, également sous son nom d’épouse, Mme Guillard. Leurs inscriptions ne sont suivies que de leurs adresses, 55 rue d’Allemagne pour la première, 86 Grand-Rue à Pantin pour la seconde, contrairement à Alphonse Decarpentry dont on lit aussi le prénom, le métier, employé, et l’âge, 35 ans. C’est probablement pour des raisons de discrétion que ni leur prénom, ni leur âge ni leur profession n’ont été notés.

Les deux sœurs sont institutrices libres. Elles sont issues d’une famille comptant plusieurs pharmaciens : leur grand-père, Alexandre Mouquet époux  de Jeanne-Marie Pasquier, leur père, Jean-Baptiste Germain époux de Virginie Mouquet (1788-1864), et leur oncle Gervais Chevé époux de Fanny Mouquet (1790-1822), institutrice[2].

Un grand-père pharmacien et révolutionnaire

Leur grand-père, Alexandre Mouquet (1761-1819) est pharmacien en chef et inspecteur des hospices civils de Paris. Très engagé durant la Révolution, il est secrétaire du Club des Amis de la Constitution de la ville de Lorient où il demeure alors, et il fait partie de ceux qui ont réclamé la destitution de Louis XVI. Les femmes assistent aux réunions du Club, et son épouse, « la Mouquet », est mentionnée parmi les participantes. Lors d’un soulèvement populaire en 1792 à Lorient suivi de l’assassinat d’un grand négociant de la ville nommé Jean-Louis Gérard, Alexandre Mouquet ne condamne pas ce meurtre, mais le déplore et prend la défense des citoyens arrêtés et emprisonnés à la suite de cet évènement : « malheureusement [la ville de Lorient] n’est plus vierge. Hier le sang a coulé par les mains du peuple. Depuis fort longtemps on accuse nos négociants d’égoïsme, on les accuse de tout sacrifier à leurs intérêts ». À la suite de ces évènements, il quitte Lorient et on le retrouve en 1793 à Toulouse, où il est pharmacien aux armées et membre du club des Jacobins de la ville. Là, sur la dénonciation du Thermidorien Estaden, il est incarcéré trois mois par ordre du Comité de sûreté générale, et libéré le 21 vendémiaire, an IV (sept. 1795), aucun délit caractérisé n’ayant été reconnu à son sujet[3].

En 1807, il édite une plaquette de 28 pages proposant une réorganisation nationale du service de la santé, dans laquelle il inclut officiers de santé, médecins, pharmaciens, sage-femmes, herboristes, dames de charité, Paris et province[4]. Il décède à 57 ans le 5 févr. 1819 à Gaillon (Eure), où il est pharmacien de la maison de détention.

Un père mort tôt

Le père de nos deux lectrices, Jean-Baptiste Germain (1788-1840), est aussi pharmacien. Fils d’un marchand parfumeur, il naît le 15 janvier 1788 à Castelnaudary. Il est nommé pharmacien aide major le 26 juillet 1811 à l’âge de 23 ans[5]. Il épouse la fille d’Alexandre Mouquet, Virginie (1788-1864), le 29 octobre 1814 à Paris, en l’église St Germain l’Auxerrois.

Le couple n’a des enfants que dix ans plus tard, probablement après une séparation due aux déplacements de Jean-Baptiste Germain comme le laisse supposer la mention « demeurant ensemble » inscrite dans l’un des actes de naissance de leurs filles. Il demeure alors dans l’Eure à Beaumont-Le-Roger, une commune d’environ 2000 habitants, à 30 km d’Evreux et 120 km de Paris[6]. Anna Angélina naît le 18 janvier 1824 et Ernestine le 15 mai 1828. Une troisième fille, Maria, née le 15 juillet 1830, décède très jeune en 1837.

Le 22 janvier 1840, Jean-Baptiste arrive à la succursale d’Avignon de l’Hôtel des Invalides (cette annexe de l’édifice parisien a été créée en 1802 pour accueillir les militaires blessés de l’expédition d’Égypte). Il y décède six mois plus tard, le 9 ou plus vraisemblablement le 22 juillet 1840, à l’âge de 52 ans. Il est alors pharmacien aide-major à l’armée d’Afrique[7]. On peut présumer que son décès ainsi que celui de sa troisième fille[8], Maria, à Toulon en 1837, soient dus à la malaria qui sévit alors en Algérie.

Une mère veuve et maîtresse d’institution

Selon la table de successions et absences conservée aux archives départementales du Vaucluse, sa veuve Virginie Mouquet vient retirer 120, 20 fr le 22 octobre 1840[9]. Elle s’installe alors avec ses deux filles à La Villette, dans la banlieue est de Paris, où elle ouvre la même année une institution de demoiselles, laïque et catholique[10]. Elle n’a pas vraiment le choix d’un métier à exercer pour vivre, car maîtresse d’institution est une des rares professions libérales offertes alors aux femmes. Mais l’ouverture d’une institution privée laïque destinée à l’éducation des filles de la bourgeoisie est un projet plein d’embûches. Cela demande la possession du brevet de capacité présenté par les instituteurs publics, ou bien la justification d’un bagage culturel. Ce sont aussi des entreprises commerciales et elles nécessitent une mise de fonds. Elles sont assez nombreuses, très diverses, plus ou moins rentables, et souvent peu stables d’une année sur l’autre. Elles sont soumises à l’inspection de dames nommées par le préfet, qui étudient la qualité de l’enseignement, la salubrité des locaux, et les mœurs du personnel[11].

Virginie Mouquet est munie d’un brevet d’enseignement primaire élémentaire qui lui a été décerné dans l’urgence à Avignon le 7 août 1840, on ne sait par qui. Elle a alors 52 ans, son mari est mort depuis quelques jours, Angélina a 16 ans, Ernestine a 12 ans. « Cette dame veuve d’un pharmacien militaire et mère de deux grandes demoiselles qui la secondent activement mérite par sa position la bienveillance du comité », est-il noté dans un état de situation des écoles de banlieue en 1843.

À cette date, le pensionnat est situé 3 rue de Nancy. Deux méthodes d’enseignement sont alors principalement pratiquées dans les écoles françaises, la méthode mutuelle propagée par les libéraux, qui repose sur un monitorat orchestré par le maître, et la méthode simultanée préconisée par les conservateurs, qui pratique la transmission directe par le maître aux élèves. Virginie Mouquet adopte la méthode d’enseignement simultané. Officiellement choisie par le ministre François Guizot pour l’importance qui est donnée à l’ascendant moral du maître sur ses élèves, celle-ci prend progressivement le pas sur la méthode mutuelle[12].

L’institution reçoit 33 élèves de 5 à 12 ans pour un prix moyen de 3 francs. L’hygiène y est assez bien observée, la santé des enfants et la tenue de classe sont bonnes. La culture générale est assez bonne. Les « devoirs religieux » consistent en prières, catéchisme et histoire sainte. Les matières enseignées sont épellation, lecture courante, écriture en gros, écriture moyen, grammaire, dictée, orthographe, arithmétique, géographie et histoire de France. Les enfants pratiquent quelques travaux d’aiguille, mais il n’y a ni cours de dessin ni gymnastique, et surtout le local est trop petit[13].

Les sœurs Germain se marient

Les deux sœurs se marient chacune à l’âge de 21 ans, à La Villette. L’acte de mariage d’Angélina date du 30 octobre 1845. Il nous apprend qu’elle est institutrice et qu’elle habite 55 rue d’Allemagne, actuelle rue Jean Jaurès à Paris, dans le 19e arrondissement. Elle épouse Jean Pierre Guillard, un professeur âgé de 29 ans originaire du Morbihan, demeurant 85 rue de Flandre[14].

Quatre ans plus tard, le 10 mai 1849, Ernestine Germain épouse Alphonse Alexandre Constant Decarpentry, fils d’un bijoutier, originaire de Valenciennes, commis négociant, demeurant 55 boulevard de Strasbourg à La Villette.

Elle a 21 ans , elle est mineure, se dit sans profession, et demeure 3 rue de Nancy avec sa mère, maîtresse de pension, « présente et expressément consentante », qui a alors 61 ans.

Nous connaissons les noms des témoins de ce mariage :

Pour Ernestine Germain, deux pharmaciens, confrères de son père, qui ont pu aider Virginie Germain au décès de son mari : Emmanuel Narcisse Beguin, 48 ans (1799-1864), demeurant 78 rue Montmartre, administrateur et ordonnateur du bureau de bienfaisance du 2e arrondissement[15], et un éminent chercheur, Joseph Bienaimé Caventou (1795-1877). Ce chimiste de 54 ans, est professeur à l’école de pharmacie et demeure à Paris, 23 rue Louis Le Grand. Il a été promu Officier de la Légion d’honneur le 27 avril 1845. Il a mis au point avec Pierre Joseph Pelletier le sulfate de quinine. Ce médicament devient incontournable lors de la conquête de l’Algérie, dans la lutte contre le paludisme au sein de l’armée comme parmi les populations civiles. Il est d’abord fabriqué dans le laboratoire de Pelletier, puis il s’industrialise rapidement dans les premières firmes pharmaceutiques françaises. Celles-ci alimentent l’armée et fournissent la France, mais aussi la Russie, l’Allemagne, l’Amérique[16].

Les témoins d’Alphonse Alexandre Constant Decarpentry sont un avocat, Antoine Marius Augustin Turrel (1800-1871)[17] et un instituteur de La Villette, Joseph Désiré Honoré Sole (1822-1877), 27 ans[18].

Angélina n’a pas d’enfant. Elle est la marraine des trois filles d’Ernestine et Constant Decarpentry : Virginie Angèle Eugénie née le 29 avril 1850, Antonia Angèle née le 13 juin 1851, et Henriette Esther Virginie (1853-1910), née le 14 février 1853, qui sera la seule survivante de la famille et la seule héritière lors du décès de sa tante en 1885. Institutrice libre, célibataire, elle décède à 57 ans le 6 sept 1910[19]. Les dates de décès de ses deux sœurs n’ont pu être retrouvées.

Des institutions pour jeunes filles

Entre 1853 et 1857, l’institution pour jeunes filles du 3 rue de Nancy à La Villette accueille entre 70 et 90 élèves payantes,  venant toutes de Paris. Un rapport d’inspection pour l’année 1855-1856 nous indique que la majorité des élèves sont externes. Il n’y a pas de professeur venant de l’extérieur, mais seulement trois sous-maîtresses dont les deux filles de la directrice, Angélina Guillard, 31 ans, entrée en 1841, Ernestine Decarpentry, 27 ans, entrée en 1843, et une ancienne élève de la pension, Melle Henriette Gallemant, 21 ans, entrée en 1850.

L’établissement est petit mais cossu. Il ne comporte pas de chambres, mais un dortoir éclairé la nuit d’une lampe à huile et chauffé, dans lequel couchent aussi deux maîtresses. Le lever se fait à 6h / 6h30 ; le coucher à 8h30/9h. Les enfants ont 8 heures d’étude et 4 heures de récréation par jour. Les travaux d’aiguille occupent une heure par jour. Les repas sont pris à la table de la directrice et des maîtresses, avec la même nourriture que celles-ci : trois repas chauds à 8h, midi, 18h, de la viande à un repas, souvent à deux. Les élèves vont à la messe tous les dimanches, accompagnées de leurs maîtresses. En ce qui concerne l’hygiène et la santé, les vêtements sont simples mais propres, et un médecin est attaché à l’établissement. En ce qui concerne la discipline, il n’y a pas de punition par privation de récréation entière ; des bons-points et une distribution des prix participent à l’émulation des élèves. Comme activités artistiques et de loisirs, on joue la comédie, costumée, avec des costumes des deux sexes, et les élèves peuvent apporter des livres[20]. Les sœurs Germain en empruntent-elles à la BAI-III pour leurs élèves ?

Mais la maison est trop petite, les classes mêmes sont trop étroites. Le local est salubre, mais une fabrique de bougies voisine donne des odeurs très désagréables. En 1857, madame Germain n’a pas de nouvelle autorisation pour cette maison. Elle doit rechercher un autre emplacement, et finalement deux nouvelles institutions voient le jour.

En 1858, Ernestine Germain, Mme Decarpentry, ouvre une école privée pour filles qui compte 35 élèves, 28 quai de Loire à La Villette, dans le futur 19e arrondissement. Puis elle déménage rapidement tout près de là, au 55 rue d’Allemagne, adresse qu’occupait déjà sa sœur lors de son mariage en 1845. Elle y reçoit 90 élèves en 1870[21]. Elle donne cette adresse lors de son inscription à la BAI-III, et elle y décède à l’âge de 55 ans le 14 févr. 1874[22]. Son mari, Alphonse Alexandre Constant Decarpentry décède dix ans plus tard à Tours, hôtel de la Boule d’or, le 6 septembre 1885[23].

De leur côté, Virginie Mouquet et sa fille Angélina ouvrent un pensionnat et externat de demoiselles dirigé par Mme Germain[24], 86 Grande-Rue-de-Paris à Pantin, puis rue de Paris, avec un très grand jardin pour la récréation des élèves[25]. C’est à cette adresse que décède Virginie Mouquet le 26 novembre. 1864, à l’âge de 76 ans[26].

Angélina déménage ensuite, toujours au centre de Pantin, 11 rue de Montreuil[27]. En 1870, l’école de Mme Guillard née Germain reçoit 60 filles payantes, dont 11 pensionnaires. La maison d’école est convenable. Il y a deux institutrices adjointes. Le rapport termine par les mots « Bien à tous égards ». C’est là qu’elle fait en 1874 une demande d’emploi d’inspectrice[28] qu’elle n’obtient pas. Mais en 1884, à l’âge de 60 ans, la médaille d’argent des instituteurs lui est décernée[29].

Lors du recensement de 1881, il est noté qu’elle est veuve. Son mari est donc décédé entre 1870 et 1881.

En 1886 , toujours 11 rue de Montreuil à Pantin, Angélina Guillard est à la tête d’une institution importante composée de quinze personnes, cinq institutrices et professeurs, dont une Polonaise et une Écossaise, 4 sous-maîtresses, une lingère, une infirmière, une femme de chambre, trois domestiques[30].

Elle décède le 26 janvier 1895[31]. Elle réside alors à Paris, 79 rue Manin, (19e arrondissement). Sa seule héritière est sa nièce Henriette Esther Virginie Decarpentry, aussi maîtresse d’institution, qui demeure avec elle[32]. Son  héritage s’élève à 10 540 francs, dont 9000 francs d’actions de la maison Banque Valdon et cie, rue du Louvre.

*****

[1] Pierre Farouilh et Danièle Majchrzak, « Registre des premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement, édition critique », dans Agnès Sandras (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014.Le registre comporte 559 inscrits du 1er juillet 1861 au 3 juillet 1862.

[2] ADVP. Fanny Mouquet (1790-1822), institutrice, épouse en 1812 un pharmacien Gervais Chevé. Mariage à Paris en 1812.

[3] Alexandre Mouquet a possédé une officine à Lorient puis à Paris. Il a été inspecteur et pharmacien en chef des hospices civils de Paris pendant 8 ans. Vers 1802, son officine à Paris se trouvait Cour Batave n°8. Voir à son sujet : Mouquet, Alexandre, Motion proposée à la Société des Amis de la Constitution par Mouquet, l’un de ses membres, le premier juillet 1791,  [Lorient, 1791], 80,  7 p. ; Mouquet à Roland, le 17 sept. (AN F7 3682 18, Liasse 1792) ; Joseph-Marie Lequinio, Affaire de l’Orient . Instruction, [Paris], impr. De Guerin, 1792 ; Philippe MÜLLER, Clubs et clubistes du Morbihan de 1790 à 1795, Nantes, 1885. Selon Philippe Müller, il y avait aussi à Lorient une loge maçonnique pour les dames ; « L’assassinat de Jean-Louis Gérard, négociant lorientais (15 septembre 1792) », Richard M. Andrews, dans Annales historiques de la Révolution française, Année 1967, n° 189, p. 309-338

[4] A. Mouquet, pharmacien, Observations sur les lois relatives au diverses parties de l’art de guérir et moyens de remédier  aux abus qui en résultent…, Paris, Allut, 1807.

[5] L’Annuaire de l’état militaire de France pour l’année 1840, p. 562.

[6] AD 27.

[7] Almanach royal et national, 1840, p. 127.; Registres de réception des pensionnaires à l’hôtel des Invalides à Paris 1673 – 1796    Germain réception 1840 (SHD/GR/2Xy360), acte n° 243d  : « Germain, Jean, né le 15 janvier 1781[sic 1788 selon l’acte de mariage],pharmacien aide major à l’armée d’Afrique. Emploi à la succursale : pharmacien aide major. Reçu à l’hôtel le 22 janvier 1840. Mort le 9 Juillet 1840 [sic : le 22 selon l’acte de décès] ». Aide major est une fonction et non un grade militaire. Il est officier et a un brevet de lieutenant.

[8] AD 83. Marie Germain, décès le 23 octobre 1837 à Toulon.

[9] AD 84. 19 Q 2707, p. 96

[10] ADVP. D2T1 93 ; ADVP D2T1 98 ; ADVP D2T1 114

[11] Françoise Mayeur, L’éducation des filles en France au XIXe siècle, Perrin, coll. Tempus, 2008, rééd. de 1979

[12] Voir Sylvie Jouan, « Retour sur la querelle des méthodes pédagogiques au XIXe siècle : une analyse de l’argumentaire critique contre l’enseignement mutuel », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 51, no. 1, 2018, pp. 87-109.

[13] ADVP : D2T1 98. Situation de l’institution en 1843.

[14] ADVP. Mariage le 30 oct. 1845.

[15] Selon son acte de décès, le 7 juin 1864, il est administrateur et ordonnateur du bureau de bienfaisance de son arrondissement et chevalier de la légion d’honneur.

[16] Voir : P.-J. Pelletier et J-B Caventou, « Lettre à MM. les membres de l’Académie royale des sciences, sur la fabrication du sulfate de quinine », Annales de chimie et de physique, t. 33, Paris, Crochard, 1826, p. 333 ; Émile Perrot, « Quinquina et quinine », dans Office national des matières premières végétales pour la droguerie, la pharmacie, la distillerie et la parfumerie, n° 25, Paris, Presses universitaires de France, 1930 ; Claire Fredj, (2016). « Soigner une colonie naissante : les médecins de l’armée d’Afrique, les fièvres et la quinine, 1830-1870 », Le Mouvement Social, 257, 21-45. https://doi.org/10.3917/lms.257.0021; La quinine et le quinquina, blog de Gallica.

[17] Marius Augustin Turrel (1800-1871), avocat, 49 ans, Paris, rue Montorgueil, n° 53.

[18] Joseph Désiré Honoré  Sole (1822-1877), 27 ans, instituteur communal, La Villette, place de l’Hôtel de ville, époux d’Elisabeth PRADEAU (1836-1873) maîtresse de pension.

[19] ADVP, décès d’Ernestine.

[20] ADVP, D2T1 114.

[21] ADVP, D2T1 213 ; ADVP,D2T1 87 ; D2T1 115 ; ADVP, D2T1 213.

[22] ADVP. Déclarants : son mari et David Boitel, 73 ans, employé, 84 quai de Valmy [hôpital St louis] ;  « fille de  [sans autres renseignements] » ; table des décès p. 131, décès le 14 févr. Institutrice. Absence de bien à déclarer (ADVP).

[23] AD37.

[24] ADVP : D2T1 87.

[25] Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département : contenant les noms et domiciles des principaux fabricants… / par A. Cambon, Janvier 1861

[26] Virginie Mouquet, décès le 26 nov. 1864. Déclarant, son gendre Decarpentry

[27] ADVP, D2T1 213 ; Almanach national : annuaire officiel de la République française pour … présenté au Président de la République  ; AM Pantin, https://patrimoine.ville pantin.fr/ark:/naan/a0115500733280utaj3/8cfb117d88., PANTIN, Recensement, 1881, p. 209.

[28] ADVP : D1T1 82, boîte F-G.

[29] En 1884, Angélina Guillard reçoit la médaille d’argent des instituteurs en tant qu’institutrice libre ; Bulletin administratif de l’instruction publique,1884, 36-623, p. 291 ; voir aussi le Dictionnaire F. Buisson.

[30] AD93. Pantin. Recensement 1886, p. 60 : https://archives.seinesaintdenis.fr/ark:/naan/a011552558619ITdbCs/bf651e8ea8

[31] ADVP. Décès de Angélina Germain.

[32] ADVP : DQ7 12790.

Une des premières lectrices de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Antoinette Célina Godart

 

Depuis quelques années, nous nous penchons sur le réseau des premiers lecteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III). Nous avons choisi pour des raisons évidentes de nous limiter à une première liste de soixante personnes. Toutefois, il nous arrive de temps à autre pour des raisons tout aussi évidentes de mettre à l’honneur d’autres lecteurs. Geneviève Deblock se penche par exemple sur les premières lectrices inscrites (voir son précédent billet sur Anne Moriset). Ces femmes nous intéressent d’autant plus que le fait de s’inscrire personnellement sur les registres était significatif sous le Second Empire. Elles pouvaient s’inscrire pour apporter le soutien de leur notabilité à une bibliothèque populaire en construction (c’est le cas à Épernay où l’on retrouve un grand nom du Champagne et à Vernon avec la marquise d’Albufera). Les femmes de milieux populaires si elles étaient mariées bénéficiaient quant à elles de l’inscription de leur mari et leur nom n’était pas porté sur le registre. Ainsi, lorsqu’une lectrice de condition modeste s’inscrivait dans une bibliothèque populaire non confessionnelle alors que son mari était également lecteur, c’était le plus souvent pour montrer leur engagement commun dans une œuvre émancipatrice.

Agnès Sandras

 

Antoinette Célina GODART (1839-1865) et son époux Émile Louis Honoré TANNEUR (1838-1865)

par Geneviève Deblock

Parmi les inscrits dans le registre dit des premiers lecteurs de la BAI-III, se trouve un jeune couple d’artisans, les époux Tanneur. Émile Tanneur, graveur, 23 ans, demeurant 41 boulevard Fontarabie, est enregistré sous le numéro 338 c’est-à-dire entre le 1er décembre 1861 et le 2 avril 1862. Madame Tanneur, nom d’épouse d’Antoinette Célina Godart, est enregistrée avec la même adresse un peu plus loin, sous le numéro 409. Ce numéro correspond cependant à une date antérieure, le 23 novembre 1861. En effet, l’ordre chronologique des inscriptions n’est pas toujours respecté. On peut en déduire, comme le proposent Pierre Farrouilh et Danièle Majchzrak, que le registre d’inscriptions est probablement la compilation de plusieurs listes préexistantes. Celles-ci auraient été ensuite recopiées dans un deuxième temps[1]. Les deux époux se sont donc inscrits séparément, mais les dates indiquées n’apportent pas d’informations plus précises. De même, comme on a pu le remarquer pour d’autres femmes, l’inscription de madame Tanneur ne donne pas d’autre information que son adresse.

La famille Godart

Antoinette Célina Godart est originaire des Ardennes. Elle naît le 28 décembre 1839 dans le petit village de Sainte Marie-et-Blaise, à 180 km de Paris.

Ses parents s’y sont mariés le 28 mai 1838[2], sans contrat de mariage. Son père, Nicolas Honoré (1815-1845), a alors 23 ans. Il est peigneur de laine, métier parmi les plus défavorisés. « Il en est qui travaillent quinze à dix-huit heures consécutives, et qui cependant ne peuvent encore parvenir à gagner un franc par jour », lit-on dans le journal provincial L’espoir du 3 novembre 1849[3]. Sa mère, Anne-Marie Buffet (1821-1897) a 17 ans. Elle est couturière. Née à Paris, elle est la fille naturelle d’Antoinette Busquet (1790-1856) une cuisinière originaire de Blaise et demeurant alors 107 rue St Honoré. Le père, Jean Marie Buffet (Reims, 1797- Vanves, 1862), un soldat du train d’artillerie de la garde royale caserné à l’école militaire, ne la reconnaît et ne lui donnera son nom que le 28 février 1838[4], juste avant qu’elle ne se marie.

Célina est l’aînée de trois filles. Ses parents quittent Sainte-Marie-et-Blaise peu de temps après sa naissance, et ses deux sœurs naissent à Paris. Marie Élisabeth Eulalie naît en 1842. Elle décède moins d’un mois plus tard en nourrice à Sainte-Marie-et-Blaise[5] . Élisabeth Alphonsine (1844-1887) naît en 1844 dans le quartier de la Madeleine, 44 rue de la Ferme-des-Mathurins, où son père est alors concierge[6]. Puis la famille déménage quartier Saint Paul, au 7 rue d’Ormesson dans le 4e arrondissement, où le père décède le 2 février 1845 à l’âge de 29 ans, à la suite d’une « très longue maladie dont les frais s’élevaient à 200 francs encore au moins à son décès » [7].

La mère de Célina, Anne-Marie Buffet, se remarie huit ans plus tard, le 18 juin 1853, avec Louis Amable Tanneur (1815-1883)[8]. Elle a 32 ans. Toujours couturière dans le 4e arrondissement, elle demeure 178 rue Saint Antoine. Elle reste proche de son père naturel, qui était « tailleur et marchand » en 1838, et qui prend Louis Amable comme témoin lors de son mariage en 1854[9]. Il est alors journalier.

La famille Tanneur

En 1853, Louis Amable Tanneur est âgé de 38 ans. Originaire de Seine-et-Marne (Fontenay-Trésigny, à 50 km de Paris), il est issu d’une famille de onze enfants dont le père est berger. Il est veuf de Cléophée Mulot, décédée à Paris le 16 janvier 1853 à l’âge de 39 ans[10]. Le couple formé par Célina et Louis Amable a eu également trois enfants. Les deux premiers sont nés à Belleville, Émile Louis Honoré (1838-1865)[11], futur époux de Célina Godart avec qui il adhèrera à la BAI-III, puis Félix Honoré Aimable (1840-1857)[12]. La troisième, Louise Céline Cléophée (1845-1859)[13] est née à Paris.

Arrivés d’abord à Belleville entre 1837 et 1840, où Louis Amable était jardinier, ils se sont ensuite installés à Paris dans l’ancien 11e arrondissement, près du cimetière du Père Lachaise. En 1845, ils demeurent 113 rue de la Roquette[14] ; en octobre 1846, ils signent un bail de neuf ans[15] avec un entrepreneur de monuments funéraires dénommé Nicolas Vacheron pour un appartement situé 38 rue de la Folie-Regnault : une pièce servant de bureau en rez-de-chaussée et deux chambres au 1er étage, avec un petit terrain[16]. Louis Amable est alors marchand marbrier et, toujours jardinier, il s’occupe de l’entretien de tombes. Il est également garde national. On trouve en effet mention d’une tunique de garde national dans l’inventaire de ses vêtements établi à l’occasion du décès de sa première épouse. Plus tard, lors de la Commune de Paris, alors qu’il a 56 ans, il pourrait faire partie d’un groupe de gardes du 66e bataillon fédéré mentionné dans le Journal officiel de la Commune, qui signale le dévouement de Marguerite Guinder, femme Lachaise [17].

Le nouveau couple formé par Anne Marie Buffet et Louis Amable Tanneur conserve l’appartement du 38 rue de la Folie-Regnault avec cinq enfants issus des deux lits. La famille est encore confrontée à une succession d’épreuves. Après le décès à 66 ans de la mère d’Anne-Marie, Antoinette Busquet, qui vivait à la même adresse, Félix Amable Honoré meurt en 1857 à l’âge de 17 ans, puis sa sœur Louise Céline Cléophée en 1859 à l’âge de 14 ans. Le frère de Louis Amable, Jean Louis Maximilien demeurant tout près au 140 rue de la Roquette[18], décède en 1859 d’un cancer du foie. Anne Marie et Louis Amable ont eux-mêmes deux enfants, qui meurent en bas âge : Léon Louis Marie Tanneur (1855-1856)[19], puis Céline Louise Tanneur (1861-1863)[20] dont le parrain et la marraine sont Émile Tanneur et Célina Godart. Celle-ci signe au bas de l’acte de baptême « f. Tanneur » pour femme Tanneur.

Antoinette et Émile

En 1858, Émile Louis Tanneur a 20 ans. Il demeure 140 rue de la Roquette[21]. Comme la grande majorité de sa classe d’âge, il sait lire et écrire, mais il ne sait pas compter (niveau d’instruction 1, 2). Il est exempté de ses obligations militaire (des varices, et une hernie inguinale à droite)[22]. Le mariage du jeune couple est célébré le 11 mai, d’abord civilement puis religieusement à Saint Ambroise[23], après un nouveau déménagement de la famille, dans la même rue de la Folie-Regnault, au numéro 44 où ils deviennent alors propriétaires. Célina Godart a 19 ans, elle est modiste. Émile Tanneur est graveur sur marbre.

Les quatre témoins du mariage sont deux membres de la famille et deux amis de la famille : pour l’époux, son grand-oncle par alliance, Louis Thirion[24], époux de Gertrude sa tante paternelle, et un ami de la famille, Pierre Antoine Victor Lecomte, marbrier, que l’on retrouve plus tard dans d’autres circonstances de la vie familiale.

Pour l’épouse, le premier témoin est son grand père, Jean-Marie Buffet demeurant au Grand Montrouge[25], quoiqu’il soit déclaré comme ami sur l’acte de mariage. Le second témoin est Pierre Charles Lardeau[26], le concierge du 44 rue de la Folie-Regnault. Il était témoin de Anne-Marie Buffet le 18 juin 1853, lors de son mariage avec Louis Amable Tanneur. Il est encore témoin lors de la déclaration de naissance d’Alphonsine Pauline Tanneur en 1860, et lors de celle de Célina Louise Tanneur en 1861.

En 1859/60, et peut-être depuis plus longtemps, Émile Louis Tanneur suit les cours du soir de la société Philotechnique[27]. Il a 21 ans. Il est marié depuis 1 an et demi. Ses professeurs en dessin linéaire et lavis sont Proal, Tripon et Fouché. On retrouve son nom lors des distributions des prix aux côtés de plusieurs autres élèves, dont deux figurent comme lui sur le registre de la BAI-III : en dessin linéaire, Henri François Michel [voir la fiche MICHEL] lecteur à la BAI-III n° 16 et Armand Chevigny tous deux employés au service du plan de Paris, reçoivent le 1er prix ex-aequo en dessin linéaire ; Felix Keller commis architecte, reçoit le 2e prix ; Noël Combey menuisier en fauteuils et lecteur n°157 à la BAI-III, reçoit le 3e prix ; Émile Tanneur, la 1e mention, Charles Sprewitz, ébéniste, la 2e mention, François Joseph Drechesler, commis de magasin, la 3e mention, Alexandre Moutiers, graveur sur métaux, la 4e mention, Stéphane Farque commis architecte. De même, pour les cours en Lavis : 1er prix Felix Keller, 2e prix Émile Tanneur, 3e prix Michel, 1e mention Monnot, commis architecte, 2e Chevigny, 3e Drechesler, 4e Louis Marchese commis aux écritures, 5e Sprewitz, 6e Farque.

C’est aussi en 1859, que le jeune couple déménage au 157 rue de la Roquette, toujours dans le 11e arrondissement, où naît leur fille Louise Antoinette Valentine (1859-1937)[28]. Le grand-père Louis Amable et la grand-mère par alliance Anne-Marie Buffet sont les parrain et marraine. Une deuxième fille, Alphonsine Pauline, naît en août 1860, mais elle décède en novembre[29].

En 1861, ils déménagent de nouveau. Ils vont habiter au 41 boulevard Fontarabie, dans le 20e arrondissement, toujours près du cimetière du Père Lachaise, mais plus au nord, et ils s’inscrivent à la BAI-III.

Mais en 1865, Émile décède le 8 janvier dans un appartement qu’ils avaient loué au 79 Boulevard Beaumarchais[30], et Antoinette Célina décède le 14 mars chez ses parents, au 44 impasse de la Folie-Regnault[31], à la suite de plusieurs maladies selon l’inventaire après décès.

Au cœur du réseau socio-professionnel de la BAI-III

Pour statuer sur la situation de Louise Valentine Tanneur devenue orpheline, un conseil de famille est constitué le 1 juin 1865 devant le juge de paix. Puis, un inventaire après décès des biens de ses parents est établi [32] sur la demande du grand père, tuteur de droit de sa petite fille. Les deux documents juridiques permettent de mieux appréhender la position et la vie de ce jeune couple d’artisans dans les années 1860.

Le conseil de famille entourant le tuteur doit être composé « des parents et alliés de l’enfant, et à défaut de parents ou alliés en nombre suffisant, des amis ». Or, aucun parent n’en fait partie, et, signe de la solidarité existant entre voisins et petits artisans indépendants, il est entièrement composé d’amis : six marbriers demeurant tous dans le quartier de la Roquette, et l’on peut imaginer, compagnons de travail de Louis Amable et de son fils, trois représentant la ligne paternelle, et trois représentant la ligne maternelle, dont un subrogé tuteur, François Thérèse Adolphe Cabot originaire comme les Tanneur et les Mulot de Fontenay-Treigny, et donc vraisemblablement cousin éloigné ou ami de la famille[33]. Parmi ceux-ci, un entrepreneur de monuments funèbres, Pierre Antoine Victor Lecomte qui pourrait être le lecteur n° 220 inscrit sur le registre dit des lecteurs de la BAI-III. Il demeure dans le quartier de la rue de la Folie-Regnault, au 167 rue de la Roquette en 1858, et après une faillite au 7 rue Saint-Maur en 1865. Il a aussi été témoin au mariage d’Émile Louis Honoré et Antoinette Célina. Il a accompagné Louis Amable en 1865 pour la déclaration du décès de son fils. Il décède à l’âge de 61 ans le 13 mars 1866, et ce sont Louis Amable Tanneur et Auguste Lacave, autre membre du conseil de famille, qui vont déclarer son décès[34].

L’inventaire après décès du jeune couple[35] décrit un mobilier en acajou, simple mais plutôt cossu, prisé 680 francs, dans « un appartement [une pièce] que Mme Tanneur-Godart occupait lors de son décès […], passage de la Folie-Regnault » (Le loyer de l’appartement 79 boulevard Beaumarchais, où est décédé Émile Louis Honoré, a été réglé par Louis Amable). À la différence de l’inventaire après décès de la mère d’Antoinette Célina, le jeune couple possède aussi parmi le mobilier une guitare, l’instrument de musique qui remplace le piano pour les classes moyennes et populaires, et une importante bibliothèque de soixante volumes. Prisée 40 francs, elle est composée de classiques, d’ouvrages d’écrivains contemporains, de poésie, et semble-t-il de musique : « 30 volumes reliés, œuvres de Raspail, Boileau, Racine, Lamartine, Nouvier[e][36], Boretti, La Bédoyère, Chateaubriand, Molière ; 30 volumes brochés, œuvres de George Sand, Balzac, Lord Byron, Sainte-Beuve, Rabelais, Théophile Gautier, et Brantôme ».

Parmi les écrivains mentionnés, Marcel Nouvière est un auteur de vaudevilles et de comédies populaires jouées dans les années 1850. Le jeune couple a pu assister à une des représentations de son vaudeville Ninon et Ninette, donné pour la première fois à Paris, au théâtre des Folies dramatiques, boulevard du Temple, le 5 octobre 1858.

Enfin, le lien est maintenu avec les Ardennes, province d’origine de la famille Godart : la maison de Saint-Blaise a été conservée, et Louise Valentine en est héritière avec sa tante Elisabeth Alphonsine.

Louise Valentine, est élevée par ses grands-parents, tous deux propriétaires. Elle épouse le 6 août 1878, à Paris, 11e arrondissement, à l’âge de 19 ans, Constant Médéric Marchand. Elle est couturière, il est employé de commerce et il a 29 ans.

Louis Amable décède le 3 avril 1883, à l’âge de 68 ans, passage de la Folie-Regnault, où il est toujours marbrier. Son épouse Anne-Marie Buffet décède à l’âge de 76 ans le 23 novembre 1893, 49 rue Ledru Rollin dans le 12e arrondissement, où elle demeure avec Louise Valentine et son mari.

En 1886, la sœur d’Antoinette Célina, Elisabeth Alphonsine Godart, épouse Joseph Auguste Cozette[37]. Elle a 42 ans, elle est fleuriste, et l’un des témoins du mariage est un ami, Edmé Alexandre Christophe, frère de Clémentine Miche lectrice n° 262 et cousin de Jean Chardar, lecteur n° 4 et Charles Chardar, lecteur n°92 [Voir la fiche Jean CHARDAR].

***

[1] Pierre Farouilh et Danièle Majchrzak,, « Registre des premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement, édition critique », dans Agnès Sandras (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014.

[2] Mariage Godart Buffet le 28 mai 1838 à Sainte-Marie-et-Blaise, Ardennes (AD8).

[3] L’espoir, journal provincial de l’arrondissement de Rethel, Ardennes (AD8).

[4] Anne-Marie Buffet, Paris, acte de naissance reconstitué (ADVP).

[5] Marie Elisabeth Eulalie GODART (1842-1842), Naissance Décès le 6 avril à Sainte-Marie-et-Blaise (Ardennes), décès à 3 semaine et 2 jours (AD8). La mise en nourrice en province, ici dans la famille, est une pratique très répandue.

[6] Elisabeth Alphonsine Godart, naissance le 14 août 1844 dans le 8e arrondissement, 44 rue de la ferme des-Mathurins. Baptême Le 15 août, Paroisse de la Madeleine (8e arrondissement).

[7] Contrat de mariage du 3 juin 1853 (AN MC/ET/LXXXIX/1344) ; table des décès (ADP : DQ8 799).

[8] Mariage de Louis Amable Tanneur et Anne Marie Buffet, le 18 juin 1853 à Paris, 4e arrondissement (ADP).

[9] Mariage de Jean-Marie Buffet et Marie-Marceline Champenois, le 15 juillet 1854 (ADP).

[10] Mariage de Louis Amable Tanneur fils de Georges Louis Pierre TANNEUR et de Anne Elisabeth BODEAU, et Cléophée Mulot, le 29 mai 1837 à Chaumes-en-Brie, Seine-et-Marne (AD77). Décès de C. Mulot à Paris le 16 janvier 1853 (actif de la communauté : 2543fr25, dont la moitié pour la succession, plus une maison avec jardin en Ardennes).

[11] Émile Louis Honoré (1838-1863) naît le 25 mars 1838 à Paris. Il est baptisé à Saint-Jean Baptiste de Belleville (ADP).

[12] Félix Honoré Aimable Tanneur naît le 22 mars 1840 à Belleville où son père, jardinier, demeure rue des Amandiers. Il est baptisé le 29 mars à Saint-Jean-Baptiste De Belleville (ADP D6J 2406), et décède le 17 juin 1857, 38 rue de la Folie-Regnault (ADP, actes d’état civil reconstitués).

[13] Louise Céline Cléophée Tanneur née le 16 février 1845 à Paris, 113 rue de la Roquette, 8e arrondissement, décédée à la même adresse le 25 mai 1859, à Paris, 8e arrondissement (ADP).

[14] Naissance de leur fille.

[15] Pour un loyer de 300 francs par an.

[16] Cléophée Mulot, inventaire après décès, chez le notaire Alexandre Pierre Le Comte (AN.MC/ET/LXXXIX/1340).

[17]Voir le Maitron.

[18] Adresse de son oncle Jean Louis Maximilien (1796-1859), hospitalisé à l’hôpital de la Charité de juin 1858 à janvier 1859, où il décède le 6 janvier 1859 d’un cancer du foie (ADP, actes reconstitués ; APHP, archives numérisées).

[19] Leon Louis Marie TANNEUR , baptisé le 28 novembre 1855 à Sainte Marguerite, Paris, décédé le 19 avril 1856, à 4 mois, en nourrice à Chantôme de Binas, Loir et Cher, chez François COUTOUX, jardinier

[20] Céline Louise TANNEUR (1861-1863)[20], née le 28 janvier 1861.

[21] Adresse de son oncle Jean Louis Maximilien (voir plus haut).

[22] Tableau de recensement de la classe 1858 (ADP, D1R1 99).

[23]Mariage (ADP).

[24] Louis Isidore Thirion (1814-1898), épouse le 2 juin 1838 Gertrude Tanneur (1813-1898) sœur de Louis Amable, à Coubert, Seine-et-Marne (AD77). Il est alors manouvrier, elle est domestique

[25] Il était tailleur et il demeurait à Paris, 4e arrondissement, lorsqu’il a reconnu sa fille Anne-Marie Buffet le 26 mai 1838, puis journalier lors de son mariage avec Champenois Marie Marceline le15/07/1854, à St Jacques du Haut. Louis Amable était un de ses témoins (ADP).

[26] Pierre Charles Lardeau, (1796-1868). Estropié de la main droite, il est exempté du service militaire en 1816 (ADD1R1/8). Il épouse Anne-Marie Borel le 3 mars 1817 à Paris, Saint-Paul-Saint-Louis. Il est témoin le 18 juin 1853 au mariage de Louis Amable Tanneur et Anne Marie Buffet, témoin à la naissance de Alphonsine Pauline Tanneur en 1860 (1860-1860), puis à celle de Céline Louise Tanneur en 1861 (1861-1863), fille de Louis Amable et Anne Marie BUFFET, décédé le 10 février 1868 à l’âge de 72 ans au 44 rue de la Folie-Regnault/ 4 passage de la Folie-Regnault où il est concierge, Fichier des électeurs de Paris, 1866(AD D4M2 5).

[27] Voir Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique, Louise Oudin et Agnès Sandras.

[28] Naissance de Louise Antoinette Valentine le 5 septembre 1859 à Paris ; baptême le 7 septembre, 157 rue de la Roquette (ADP).

[29] Alphonsine Pauline Tanneur (1860-1860) née le 26 aout 1860, rue de la Roquette, n° 157, père graveur, 22 ans mère, 20 ans, modiste ; décès le 10 nov. 1860 à Dixmont (Yonne), canton de Villeneuve-sur-Yonne, chez François LEMERLE, manouvrier.

[30] Émile Tanneur, décédé le 8 janvier 1865, 26 ans, en son domicile Bd Beaumarchais, n° 79. Pierre Antoine Lecomte, marbrier, 60 ans, rue St Maur, n° 7 accompagne Amable Tanneur lors de la déclaration.

[31] Antoinette Célina décède le 14 mars 1865, 25 ans, sans profession, à son domicile 44 rue Folie-Regnault et passage Folie-Regnault, n°4, 11e arrondissement. Les déclarants : son beau-père Louis Amable Tanneur, 49 ans, propriétaire, 44 rue de la Folie-Regnault, Sosthène Lefevre de Sainte Marie, 26 ans, employé, Paris, rue St Louis, n° 26.

[32] Inventaire après décès de ses parents, Paris, par M Charles Louis Morel d’Arleux le 14 juin 1865, n° 725 (AN MC/ET/CI/1360).

[33] Conseil de famille Tanneur  devant le juge de paix, 1 juin 1865 (ADP D8U1 149) :

« Pour composer la ligne paternelle :

  1. François Damien marbrier, demeurant à Paris, rue de la Roquette n° 113, ami
  2. Pierre Antoine Victor Lecomte [Lecteur n° 220 ?] marbrier demeurant à Paris rue St Maur Popincourt, n° 7, ami
  3. Auguste Lacave, marbrier demeurant à Paris rue de la Roquette, n°158, ami

Pour composer la ligne maternelle

  1. François Thérèse Adolphe Cabot, marbrier, demeurant à Paris, rue de la Folie-Regnault, 44, ami
  2. Michel Blanchon marbrier, Paris, rue de la Roquette, n°161, ami
  3. Jean Bordes, marbrier, Paris, rue de la Roquette, n° 169, ami*
  4. Nomination d’un subrogé tuteur, à l’unanimité François Thérèse Adolphe Cabot», rentier, décédé le 23 juillet 1873, passage de la Folie-Regnault, né à Fontenay-Tresigny , (Seine-et-Marne).

[34] Pierre Antoine Victor Lecomte : Gazette des tribunaux, 23 mars 1859 ; décès à Paris le 13 mars 1866.

[35] Inventaire après décès. Maison sise passage Folie-Regnault, n°4 et impasse n° 44 :

 « Dans une pièce au premier étage éclairée par une fenêtre donnant sur la cour,

  • Un dessin dans un cadre doré, un autre dans un cadre de bois peint, un Christ, aussi encadré de bois peint et une gravure dans un cadre doré, prisés 40 f.
  • Une pendule en zinc doré, monocylindre en verre, prisée 25 f.
  • Une table ovale en acajou prisée 30 f.
  • Une armoire à glace en acajou prisée 80 f.
  • Un buffet bibliothèque en acajou prisé 120 f.
  • Une table de nuit en bois… prisée 3 f.
  • 4 chaises … de paille prisées 6 f.
  • Une guitare prisée 7 f.
  • Une couchette en noyer, une paillasse, un lit de plume, deux matelas, un A…., deux oreillers, une couverture en laine, un édredon et une descente de lit, prisés 120 f.
  • Total : 431 fr.

Dans le buffet bibliothèque,

  • Un plat, une cuiller à …..en fer battu, six verres, une carafe, une Salière et trente-cinq pièces en porcelaine et faïence (plats, soupières, assiettes, tasses et soucoupes), prisés 3 fr., trente volumes […]

En évidence

  • Une petite fontaine prisée 3 fr.

Linge

  • huit draps en toile et coton, huit taies d’oreiller, en coton, six rideaux de vitrage, en mousseline brochée, prisés 35fr.
  • Huit serviettes, une nappe en toile, une toile à matelas, douze torchons, deux tabliers en indienne, prisé 12 fr.
  • Deux petites couvertures en laine prisées 6 fr.
  • Habits, linge et hardes du sieur Tanneur. Six chemises en coton, une blouse en toile grise, un paletot en drap noir, un autre en drap gris, un autre en velours, un gilet gris clair, un gilet en drap noir, trois pantalons drap noir et de fantaisie, deux paires de bottines, sept paires de chaussettes, laine et coton, dix mouchoirs en toile, trois en coton, deux cravates, douze faux-cols, trois bonnets de coton, prisés 70 fr.
  • Habits, linge et hardes de la défunte dame Tanneur. Neuf chemisiers, quatre camisoles, trois pantalons, six paires de bas, deux paires de bottines, dix jupons blancs et de laine, un schal (sic, châle) noir, quatre autres robes en laine et en étoffe d’été, deux chapeaux, trois paires de manches, huit cols de lingerie, un petit schal (sic, châle ),une alliance en or, prisé 85 fr.

Total des objets : 685 »

[36] Marcel Nouvière, Ninon et Ninette en collaboration avec Léon Beauvallet (1828-1885) et de Jallais

[37] Elisabeth Alphonsine Godart, Mariage à 44 ans le 12 octobre 1886 avec Joseph Auguste COZETTE, 49 rue de Panoyaux(ADP)

 

 

 

 

On parle toujours des bibliothèques populaires : 18e Festival Victor Hugo et Égaux

Dans le cadre du 18e Festival Victor Hugo et Égaux dédié cette année à Victor Hugo et Émile Zola, j’ai eu le plaisir de donner une conférence sur le thème « Lire Hugo et Zola dans les bibliothèques populaires ».

Je remercie les organisateurs de ce passionnant festival, notamment Danièle et Arnaud Laster.

Merci également à la dynamique équipe de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction grâce à laquelle on peut déjà réécouter cette conférence ici.

Les documents qui ont illustré cette conférence sont issus de Gallica et Retronews. Nous avons également évoqué un billet de Louise Oudin (“Frédéric Erbs, un photographe du Second Empire au chevet de l’instruction pour tous”. Bibliothèques populaires. Consulté le 8 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv6e) et une précédente conférence sur Zola et les bibliothèques populaires à réécouter ici.

 

 

 

On parle toujours des bibliothèques populaires : la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt

Nous avons évoqué à plusieurs reprises sur ce carnet la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt. Elle a en effet été fondée semble-t-il à l’instigation de Pierre-Marie André, natif de cette commune et l’un des tout premiers adhérents de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement de Paris1. En 2017, nous avions le plaisir d’annoncer que cette bibliothèque pouvait revivre grâce à une Association. Jean-Charles Geslot a récemment évoqué la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt dans son Histoire d’un livre – L’histoire de France de Victor Duruy2.

Nous avons maintenant le plaisir d’annoncer que Marie-France Rochard, présidente de la fédération Patrimoine des Pierres dorées, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, évoquera ” La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt dans le dernier quartdu 19e siècle” le 7 octobre 2023 à Theizé (Rhône) dans le cadre d’une journée d’étude dont on trouvera le programme ici, et qui s’accompagne de la publication d’un ouvrage.

 

 

 

  1. Voir Geneviève et Pierre Deblock, “Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André,” in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105. []
  2. Agnès Sandras, “On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy,” in Bibliothèques populaires, 04/04/2022, https://bai.hypotheses.org/5401. []

Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3)

Dans le précédent billet, nous avons vu comment Alexandre Dumas accepta en 1864 d’envoyer ses livres à une bibliothèque contre une rente annuelle constituée de … melons ! L’affaire fit grand bruit et contribua à la réputation du melon de Cavaillon. Dans le cadre de ce carnet de recherche sur lectures et bibliothèques populaires elle nous intéresse particulièrement puisqu’elle concerne une bibliothèque populaire et des romans populaires, nous y viendrons dans le troisième billet. Pour le moment, intéressons-nous  à la réception dans la presse (notamment satirique) de cet étrange marché … Continuer la lecture de Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (2/3)

Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3)

Chromo – Chocolat Félix Potin – Le melon – 1900 – Médiathèque de Roubaix-  Cote : IMA_CI04_L3_D021. Bibliothèque numérique de Roubaix : https://www.bn-r.fr/ark:/20179/BNR136861

En 1864, Alexandre Dumas obtient de la ville de Cavaillon (Vaucluse) une rente annuelle de douze melons contre l’envoi de ses ouvrages à la bibliothèque locale. La presse s’empare de cette nouvelle qui constitue encore aujourd’hui, dans les journaux comme sur Internet, un véritable marronnier. Au-delà de l’anecdote amusante, le troc de douze melons contre des romans populaires recèle bien des enseignements sur les débuts des bibliothèques populaires (car on le verra dans de prochains billets la bibliothèque locale est populaire, et cela a son importance dans le don de Dumas et les réactions des journaux), les effets de mode dans la presse satirique du Second Empire, et la relation du public aux romanciers populaires. Continuer la lecture de Quand Alexandre Dumas et une bibliothèque populaire contribuaient à la réputation … du melon de Cavaillon ! (1/3)

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent

VINCENT,  Alexandre (1802-1872)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Alexandre VINCENT est avocat depuis 37 ans au moment de la création de la BAI-III dont il est un des fondateurs officiels. C’est probablement à la société de secours mutuels du quartier qu’il a rencontré GIRARD. Malgré un rôle controversé dans l’association il restera actif au moins jusqu’en 1868.

NOM : VINCENT Prénoms : Alexandre, Nicolas, Joseph N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 691 Rôle dans la BAI-III : Censeur puis vice-président2

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Alexandre Vincent

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI III. []

Les “Bibliothèques Populaires” de René Bazin (1908)

En 1908, dans La Revue française politique et littéraire, l’académicien René Bazin décrit une bibliothèque populaire parisienne et son atmosphère au moment du prêt de livres. Je vous laisse d’abord découvrir ce texte et vous propose ensuite quelques éléments de réflexion à son propos. Continuer la lecture de Les “Bibliothèques Populaires” de René Bazin (1908)

Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy 

Le registre dit des premiers lecteurs de la BAI-III comporte 559 inscrits du 1er juillet 1861 au 3 juillet 1862 [1], qui devraient représenter les tout premiers sociétaires de la bibliothèque. « Cette réunion d’hommes dévoués et actifs pour fonder dans le IIIe arrondissement la Bibliothèque des Amis de l’Instruction » [2], est sensible, dès sa création, à l’accès des femmes à la lecture. Leurs droits d’inscription et leurs cotisations sont fixés à la moitié de ceux des hommes, car leurs salaires sont beaucoup plus bas [3]. Le prêt à domicile doit aussi leur être favorable :

C’est aux enfants et aux femmes au moins autant qu’à nous-même [est-il expliqué], qu’est destinée notre bibliothèque ; aussi avons-nous décidé d’un accord unanime que les livres ne seront pas lus dans la bibliothèque seulement, mais qu’ils iront, véritables missionnaires, développer au foyer de la famille les idées saines et les bons sentiments ».

Le vocabulaire utilisé est celui d’ une société patriarcale qui se veut ouverte, mais dans laquelle l’organisation et les décisions restent l’apanage des hommes. Parmi « cette réunion d’hommes dévoués et actifs », se sont tout de même glissées quelques femmes qui ont fait le pas de devenir sociétaires à part entière [4]. Elles sont 39, à peine 6% de l’ensemble. Mais qui sont-elles ? Continuer la lecture de Une lectrice de la BAI-III, Anne Moriset épouse de Claude Germain Bellamy 

On parle toujours des bibliothèques populaires : délassement et préservation des fonds

  • Vendredi 30 septembre, dans le cadre d’une journée consacrée à la thématique “conserver ou désherber ? la gestion des collections XIXe-XXe en bibliothèques territoriales”, la question des fonds provenant des bibliothèques populaires sera abordée : “préserver et valoriser les fonds des bibliothèques populaires“.

Voir ici le programme de cette journée qui se déroulera à la Bibliothèque municipale de Tours.

  • Parution en ligne de l’ouvrage Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) dirigé par Jean-Charles Buttier, Clothilde Roullier et Agnès Sandras. En 2019 et en 2020, les Archives nationales se sont engagées dans un programme de recherche consacré à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours. Le programme, intitulé “Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (xixe–xxie siècles)”, a bénéficié du soutien de la Comue Université Paris Lumières. Il a pris la suite d’une initiative de la BnF, qui avait, en 2018, organisé un colloque et des ateliers sur cette même thématique, en collaboration avec les Archives nationales et le Fonjep. Le présent ouvrage est le résultat de ces travaux.

L’ouvrage est en ligne ici. On y trouvera  un texte intitulé Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870)”.

Signalons également, toujours dans le cadre de l’histoire des bibliothèques, le texte de David Hamelin, Au carrefour des savoirs militants et de l’éducation populaire : Passé et présent des bibliothèques des bourses du travail”

L’histoire de ces bibliothèques et leur fonctionnement sont en effet très proches de ceux des bibliothèques populaires.

 

 

 

 

 

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

GERMINET,  Auguste (1821-1878)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce lithographe, qui a  joué un rôle de premier plan dans la fondation de la bibliothèque, est né dans le Cher d’une famille de boulangers. Devenu peintre sur porcelaine, il meurt en Italie.

NOM : GERMINET

Prénoms : Georges, Auguste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 291

Rôle dans la BAI-III : administrateur2 et donateur de livres3.

État-civil et famille:

Auguste GERMINET est né à Baugy (Cher) le 27 août 18214. Son père, Jean-Baptiste, Hilaire, 25 ans, est maître boulanger et tient  l’Auberge de la Paix où il réside. Deux oncles paternels sont témoins : Georges, 28 ans, en garnison à Paris, militaire voltigeur dans la garde royale5 et  Paul, 29 ans, tondeur de draps à Châteauroux (Indre). Avant d’être établi à Baugy, le père d’Auguste est boulanger à Étréchy (Cher) comme son grand-père6.

Sa mère, 32 ans, est Anne FERRAND. Née à Bourges, elle est orpheline (père meunier de son vivant) et domestique quand elle épouse Jean Baptiste, Hilaire en 1815 à Étréchy7.

Elle meurt à Paris le 16 février 1852 à l’ancien hôpital Trousseau, 110 rue du Faubourg Saint-Antoine (anc. 8e) et demeure alors 26 rue de Miromesnil 8.

La famille d’Auguste Germinet s’installe à Paris avant 1838, Auguste n’a pas 18 ans  et son père Jean-Baptiste y exerce la profession de cocher et au moins jusqu’au 26 avril 18449.

Le père d’Auguste meurt à Paris, à son domicile 8 rue de la Folie Méricourt (11e arrdt.) le 17 mai 186910.

Auguste GERMINET a une sœur, Marie, née à Etréchy le 18/11/1816. Couturière, elle épouse à Paris Claude, Simon, Stanislas ROUX le 28 avril 183811. Il est alors lithographe et l’est encore en 1844 ; il est imprimeur en 1886 lors du décès de sa femme. Le marié est né à Paris, le 26 novembre 1814, 15 rue des Canettes, son père Claude  est tailleur de pierres, sa mère est née Marie Victoire Ambroisine LOYER. Le mariage religieux a lieu à Sainte-Madeleine. Ils ont deux enfants. Elle meurt le 16 février 1886 à Paris 6e arrdt. 16 rue des quatre vents12.

Auguste se marie deux fois :

En 1850, le 17 septembre, avec Mélanie, Augustine, Alphonsine CHARNIER, la mère de son fils13. Native de Paris, 12 rue du Colisée, actuel 8e arrdt, son père est sellier lors de sa naissance le 24 octobre 1826. Elle meurt à Sesto-Fiorentino le 19 février 187414.

Auguste se remarie à une date postérieure non trouvée, en Italie avec Colomba POZZI15. Auguste et Mélanie ont un fils : Louis Élie, né à Paris anc. 1er  arrdt le 17 septembre 1851 et qui se marie à Volterra, province de Pise avec Elisa, Isabelle TESTI, le 5 juin 187516. Il habite Sesto Fiorentino et exerce la profession de lithographe sur porcelaine ou peintre sur porcelaine.

La première épouse de Louis meurt à Paris à l’hôpital Ambroise Paré  10e arrdt le 13 août 190617.

Louis a 4 filles nées à Sesto Fiorentino : Augustine, Elie le 4 juin  octobre 1876 ; Guillaumine, Eugénie, Louise née le 6 mai 1879 (quand elle se marie en 1900 ses parents habitent Neuilly-Plaisance) ; Georgine, Renza, Ida née le 7 décembre 1880 ; Anne, Assomption,  Elvire née le 13 octobre 1883 (quand elle se marie en 1909, son père habite 1 bd de Belleville 20e arrdt).

Louis GERMINET se remarie à Paris 11e  arrdt le 11/4/1907 avec Marie Louise GIRARDIN. Lors du mariage il est alors peintre sur éventail et habite 38 avenue Claude Vellefaux 10e arrdt. Il est établi un contrat de mariage chez Maitre TAUPIN à Clichy le 6 avril 190718.

 Marie Louise  meurt en 1926 Paris 11e arrdt19. Louis meurt entre 1909 et 1926 (sans que son acte de décès ne soit retrouvé).


Auguste GERMINET meurt à 57 ans à Sesto Fiorentino en Italie le 11 août 187820.

Professions :

  • Lithographe en 186121 ; imprimeur-lithographe ; « lithographe de Paris » sur son acte de décès italien.
Impression par Auguste GERMINET, dessin de William MUSSILL. BnF, département des Estampes et de la photographie, Cote : SNR-3-MUSSILL, W. Cliché Louise Oudin.
  • en 1870 « spécialité pour porcelaine » ou « chromo sur porcelaine22”. 

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III 1861/62. []
  3. CR BAI-III- 1863/64. []
  4. AD18,Baugy,1813-1823,N.M.D., page167/221, acte 21, voir ici. []
  5. Informations tirées des notices Wikipédia : Dans son sens militaire, le voltigeur est un fantassin porté en première ligne par un cavalier qui le prend en croupe. Plus généralement, le terme désigne les unités d’infanterie légère d’une compagnie d’élite destinées à agir en tirailleurs en avant de la ligne d’un bataillon. []
  6. Naissance de Marie GERMINET, AD18, Étréchy, 1802-1822, N.M.D., page 285/362, acte 25. []
  7. AD18, Étréchy, Registre des mariages, 1802-1822,  page 130/183, acte 15. []
  8. AD75, actes de l’état civil reconstitué, décès 1852, 5Mi1 1433, page 42/51, voir ici. []
  9. D’après l’acte de naissance de sa petite-fille Anne, Adélaïde, Claudine ROUX, AD75, actes d’état-civil reconstitué, 5Mi1 557, page 44/49, voir ici. []
  10. AD75,décès,11, page 21/27, acte 1602, voir ici. []
  11. AD75, actes d’état-civil reconstitués, 5Mi1 2101, page 7/47, voir ici. []
  12. AD75, 1886, décès 6e arrdt, page 21/31, acte 398, voir ici. []
  13. AD75,actes d’état civil reconstitués, 5Mi1 2204, page 43/51, voir ici. []
  14. AD75, décès, transcrit dans le  4e arrdt. le 9 mai 1878,  page 6/31, acte 1227, voir ici. []
  15. Information qui figure sur son acte de décès. []
  16. AD75, mariages, 1876, 4e arrdt, page 9/31, acte transcrit 783, voir ici. []
  17. AD75, décès, 1906, page 30/31, acte 3572, voir ici. []
  18. AD 75,1907, mariages, 11, page 9/31, acte 667, voir ici. []
  19. AD 75, décès, 1926, page 22/31 acte 1337 voir ici. []
  20. AD75, décès, 4e arrdt, 1879, page 22/31, acte 3297, voir ici. []
  21. Liste des lecteurs. []
  22. Il figure en 1870 dans l’annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis avec les deux compétences voir ici. []

On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy

Les bibliothèques populaires sont à l’honneur cette semaine avec la publication aux Editions du CNRS d’un ouvrage de Jean-Charles Geslot qui fera date : Histoire d’un livre – L’histoire de France de Victor Duruy.

Comme l’indique la présentation de l’éditeur, “cet essai d’histoire culturelle nous plonge dans les modes d’élaboration et de circulation du livre et les pratiques de lecture du second XIXe siècle”. Édité en 1858, le livre de  Victor Duruy a connu un succès important, au beau milieu des débats sur le roman national et la place de l’histoire à l’école, succès qui ne s’est guère démenti jusqu’en 1914. 

Histoire de France par Victor Duruy. 50 livraisons à 50 cents la livraison de 16 pages. En vente chez tous les libraires. Librairie Hachette & Cie, Paris. 79. Boul[evar]d St Germain… : [affiche] / EG [monogramme Eugène Grasset] ; Verdoux, Ducourtioux & Huillard, sc. 1894-1895. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de On parle toujours des bibliothèques populaires avec L’histoire de France de Victor Duruy

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

BELLAMY,  Victor (1833-1890)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce tourneur en métaux, membre très actif aux débuts de la BAI-III, est l’un des plus impliqués dans la vie politique contemporaine : il est notamment un des pionniers de l’Internationale.

NOM : BELLAMY

Prénoms : Jean, Victor

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 131

Rôle dans la BAI-III : à la fois administrateur pendant 16 ans au moins, de 1861 à 18772, membre zélé et aidant3.

État-civil et famille Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III, 1862, 1863/64, 1864/68, 1873/74, 1875/77. []
  3. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []

On parle encore et toujours des bibliothèques populaires (petite revue 2021-2022)

Avec un peu de retard, mais “le cœur y est” :

– Nos amis les “Compagnons Papetiers de Crèvecoeur et du Marais” ont organisé une petite exposition sur la bibliothèque populaire du Marais lors des dernières Journées du Patrimoine à Jouy-sur-Morin (77) en septembre 2022 ainsi qu’à la Librairie éphémère de Coulommiers (77) en décembre 2022.

Exposition des Compagnons de Crèvecoeur et du Marais aux JDP 2022 de Jouy-sur-Morin. Clichés Sophie Barre. Avec mes remerciements.

 

– La bibliothèque municipale de Chambéry (73)  a organisé une exposition de septembre 2021 à janvier 2022 : ” Pop’ ! un siècle de littératures et de lectures populaires (1830-1930)“. Voir ici la bande-annonce de cette exposition.

Affiche de l’exposition. Avec mes remerciements à S. MANAVELLA (Médiathèque Jean-Jacques Rousseau – Chambéry).

– Vient de paraître Splendeurs et misères de la littérature. De la démocratisation des lettres dirigé par Olivier Bessard-Banquy. Le chapitre 4 est consacré au “rôle clé des bibliothèques populaires”

Sommaire

1.  Le livre et la littérature au début du XIXe siècle (Jean-Yves Mollier)

2.  Être homme de lettre au XIXe  siècle : entre contrainte économique et contrainte médiatique (Anthony Glinoer)

3.  La révolution du roman-feuilleton (Pascal Durand)

4.  Le rôle clé des  bibliothèques populaires (Agnès Sandras)

5.  De l’enseignement du français d’hier à aujourd’hui (Martine Jey)

6.  L’écriture ordinaire, paramètre de  la  démocratie (Nelly Wolf)

7.  Médiamorphoses de  la  critique (Marie-Eve Thérenty)

8.  Mythe et réalité du grand écrivain (Laurent Demanze)

9.  Best-sellers d’hier et d’aujourd’hui (Sylvie Ducas)

10.  Du snobisme des  lettres dans l’entre-deux-guerres (David Martens)

11. A rebours de l’élitisme (Michel Murat)

12.  Entre démocratisation et  inégalités  : les  traductions littéraires (Gisèle Sapiro)

13.  Le poche de  l’après-guerre, un  outil démocratique  ? (Bertrand Legendre)

14. Splendeurs et misères de la figure de l’intellectuel  (Guillaume Louet)

15.  Les lettres et  la  génération de  1968 (François Chaubet)

16.  Quelle politique culturelle possible à l’heure de l’hyper-démocratisation ? (Laurent Martin)

17.  Démocratie contre littérature (William Marx)

18.  La littérature par la voix (Pierre Jourde)

19.  La démocratisation de l’écriture (Alexandre Gefen)

20.  La littérature comme relation (Dominique Viart)

 

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean Chardar

CHARDAR, Jean (1837-1906)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Après des études brillantes à l’APH et de sages débuts à la BAI-III pour laquelle il est comptable, Jean CHARDAR, originaire de Lorraine, mène la vie bouillonnante des aventuriers économiques du XIXe siècle, sillonnant le monde, entre Égypte, Australie, Nouvelle Calédonie, Tonkin, Japon , France, Argentine et Madagascar…

NOM : CHARDAR

Prénoms : Jean à l’état-civil, Jean Eugène parfois par l’usage

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 41

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB puis premier comptable de la bibliothèque2. Il ne semble rester que trois ans à la BAI-III.

État-civil et famille3:

Jean CHARDAR est né le 3/9/1837 dans une famille catholique  à Hayange, canton et arrondissement de Thionville (Moselle), en Lorraine. Hayange – devenue allemande après le traité de Francfort, en 1871 –  et ses environs (avec par exemple Avril à 10 km restée française), demeurent  le berceau de la famille (voir ci-dessous). Jean CHARDAR  est déclaré français en 1872 (liste des optants).

Le père de Jean est tonnelier puis marchand de vin en gros, et meurt à Hayange le 29 juillet 1868. Marié deux fois, il a eu 11 enfants en 27 ans. La mère de Jean, Marie Victoire GASSEAUX, couturière, a 23 ans l’année de la naissance de Jean. Elle est domiciliée à Hayange sur l’acte de mariage de Jean CHARDAR en 1878 et meurt à Paris (17e arrdt) le 4 mai 1894.

Le père de Jean CHARDAR a 53 ans lors de la naissance de Jean. Il est né à Volkrange, à 5 km d’Hayange, d’un père tonnelier. Il est arrivé à Hayange avant la naissance de son premier enfant en 1823 avec sa première femme, probablement attiré par la bonne santé de la commune.  

Jean CHARDAR se marie deux fois. À 34 ans, il épouse à Waverley (Australie), le 17/4/1870, Mary Anne MANSFIELD, 17 ans, née en Tasmanie en 1852. Il est alors installé depuis deux ans en Nouvelle Calédonie. Elle est britannique d’origine irlandaise de par sa mère Margaret O’Donnell & de son père, William John Mansfield, capitaine de vaisseaux baleiniers. Mary Anne meurt à 24 ans d’un accident de cheval  à Boulouparis, Nouvelle-Calédonie, le 21/4/ 18774. Chardar se retrouve veuf avec 3 enfants de 6, 3 et 1 an.

Il se remarie à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, le 5/9/1878 avec Annie Mac CARROL5 dont il se sépare de corps et de biens en 1880. Pour ce deuxième mariage, Jean CHARDAR a pour témoin Jules Ange CHRISTOPHE, son cousin germain (voir ci-dessous).  

Jean Chardar a eu 3 enfants avec sa première femme :

* Adèle Victoire née en 1871 à Nouméa avec pour parrain représenté son oncle Jean baptiste CHARDAR qui vit à Hayange , qui se marie à Buenos Aires en Argentine d’où postérité.

* Eugénie Ida, née en 1873 à Nouméa6, qui se marie à Madagascar le 29/11/19027 d’où postérité, et qui reviendra en France ; elle meurt le 18/5/1954 à Bourg-Lès-Valence (Drôme)

* Jean Eugène Charles né à Boulouparis le 27 mars 1876. En 1896, il est domicilié rue Mexico à Buenos Aires en Argentine où il se mariera, d’où postérité et il est cartonnier. Décédé à Paris, 10e arrdt, le 13 septembre 1954.

Jean CHARDAR est décédé à Nice le 16 janvier 19068.

Professions

* en 1861, garnisseur de nécessaires9, c’est-à-dire de boîte ou étui renfermant les ustensiles indispensables à la toilette, à un ouvrage).

* après 1863, CHARDAR figure comme employé comptable au canal de Suez, travaillant en Égypte10.

* après 1868, CHARDAR est éleveur et cultivateur en Nouvelle-Calédonie et remplit des fonctions pour le gouvernement (comptabilité, responsable du magasin des Ponts et Chaussées, assesseur auprès du tribunal de Nouméa, membre de la commission sanitaire du bétail).

* après 1885, il est imprimeur et fondateur d’un journal au Tonkin à Hanoï mais n’y reste que 3 mois11. Il est probablement régisseur d’un domaine en France12

* après 1895, il est à Buenos Aires recensé comme cartonero. Il retourne à son premier métier et fonde un atelier de maroquinerie13.

* après 1899 (62 ans), il est à Madagascar d’abord écrivain auxiliaire puis régisseur-comptable du service des travaux publics de Tananarive14 .

Adresses connues :

– 11 rue Pavée au Marais (7/61 et 2/62 ; actuelle rue Pavée 4e) ;

– Nouméa en 1872 lors de la déclaration d’optant ;

– Boulouparis ;

– Hanoï 3 mois en 1885 ;

– Yokohama, Japon 28 jours ;

– Buenos Aires ;

– villa « Moselle » rue Théodore Villette, quartier Isoraka à Tananarive, Madagascar en 1902 ;

– Nice en 1906.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique15 :

Il a 21 ans quand il commence à être inscrit au palmarès de l’APH en 1856. Pendant 6 ans, cet élève brillant et assidu suit des cours jusqu’à 5 soirs par semaine de 20 h 30 à 22 h16. Il est un des rares amis de l’instruction à obtenir un certificat d’études17. En 1856/57, Chardar suit les deux cours de français 1ère et 2e année, de langue allemande 2e année (le professeur est Hermann BIRMANN donateur de livres à la BAI-III). En 1857/58, il suit le cours de langue française 2e année, de langue allemande 2e année. En 1858/59 il suit le cours de langue française 1ère année (délivré par Émile MARGUERIN, [voir fiche MARGUERIN] du conseil de patronage de la BAI-III, lecteur 10), il suit le cours d’arithmétique 1ère année, de langue allemande 2e année, d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné par le docteur-médecin Victor POIRSON, donateur de livres à la BAI-III), de géographie commerciale et industrielle (animé par François BAZIN, censeur, lecteur 17, donateur de livres à la BAI-III). Il a trois premiers prix et deux mentions. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’Empereur. En 1859/60,  il suit le cours de langue anglaise 1ère année, d’arithmétique 2e année (délivré par Émile LIONNET du conseil de patronage, professeur à Louis-Le-Grand, donateur de livres à la BAI-III), de physique 1ère année (donné par Félix HÉMENT, professeur au collège Chaptal et à l’école Turgot, lecteur 221, donateur de livres à la BAI III), de chimie 1ère année (animé par Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte Eugénie, lecteur 139), d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné Louis HEBERT, pharmacien en chef de l’hôpital de Bicêtre, donateur de livres à la BAI-III). En 60/61 il suit le cours de langue française 2e année (délivré par Adolphe ADAM [voir fiche ADAM], de la commission administrative, lecteur 2, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de physique 1ère année (Jules Joseph BONDON, professeur de physique, lecteur 222, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de chimie 1ère année (animé par Louis Alphonse DAVANNE, chimiste et surtout photographe, donateur de livres à la BAI-III), 2e mention, il suit le cours de comptabilité (donné par Jules REVERT, professeur de comptabilité, donateur de livres à la BAI-III), 1ère mention, il suit le cours de dessin linéaire, 5e mention. Il obtient un premier, un second et un troisième prix et deux mentions. Il obtient un prix d’honneur du Ministre de l’Instruction et surtout un certificat d’études relatif au commerce pour 6 nominations. En 1861/62, il suit le cours de comptabilité, le cours de géographie commerciale et industrielle (donné par Ernest MORIN, lecteur 248 et administrateur et donateur de livres), le cours de législation usuelle (donné par Ernest CADET, lecteur 32) et de matière première. Il obtient un premier et deux seconds prix et une mention. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’impératrice lors de la remise des prix le 8 février 1863. BIRMANN, BAZIN, MORIN et HÉMENT sont professeurs à Turgot. Par la philotechnique CHARDAR est en contact avec de nombreux professeurs « aidants » à la BAI : soit juste donateurs BIRMANN, POIRSON, HEBERT, DAVANNE et REVERT, soit  inscrits comme lecteurs BAUDRIMONT, BONDON et CADET, soit dans l’organigramme MARGUERIN, BAZIN, LIONNET, ADAM et MORIN .

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

CHARDAR s’investit dans la colonisation de la Nouvelle-Calédonie. Il publie des articles dans les journaux locaux. Par exemple il défend la culture de la canne à sucre plutôt que le café, le coton et le riz  et l’introduction d’oiseaux insectivores : les merles des Moluques contre les sauterelles qui l’attaquent18. D’abord opposé à  l’accaparement des terres par l’administration pénitentiaire, il se range à l’avis opposé : « La transportation est la vache à lait de la colonie, il ne faut pas lui ménager la place. »19.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

non repérée

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Simon JACQUEL [voir fiche JACQUEL] et Paul DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] ont mis en place la comptabilité20 et Jean CHARDAR est le premier à prendre la fonction de comptable21, relayé par DELAMARCHE, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS] puis Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN]. À l’APH il suit les mêmes cours que le futur bibliothécaire Charles PLOMB [voir fiche et billets PLOMB]  dès 1856, Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], l’initiateur de la bibliothèque dès 1858, et  DELAMARCHE [voir fiche et billets DELAMARCHE] en 1860. Il suit les mêmes cours que ceux qui vont aider activement ces fondateurs, comme Stanislas PIQUART dès 1856, PAUL-MARIE [voir fiche PAUL-MARIE], Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL], Henry BRIÈLE dès 1858, Louis FONTAINE, Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET], Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ] en 1860 et que Jean-Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en 1861.

Son frère Charles, 15 ans, serrurier, qui habite à la même adresse s’inscrit à la bibliothèque sous le numéro 92. Sa cousine germaine Clémentine MICHÉ, photographe, s’inscrit aussi sous le numéro 262 (voir ci-dessous).

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Avec HÉMENT qui est fondateur de la BAI-IX22.

Éléments biographiques complémentaires :

Hayange, berceau de la famille :

Hayange est la capitale de l’entreprise de sidérurgie de la famille WENDEL dès 1704, fleuron de l’exploitation du fer et du charbon et de la production d’acier de la Lorraine et de la France23. En 1848, le père de Jean est inscrit sur la liste électorale de 413 électeurs parmi 150 commerçants et artisans et 261 « travailleurs de l’usine », avec Charles de WENDEL, 28 ans, 5e génération des maîtres de forge WENDEL, et Charles MONDELANGE, alors employé aux forges. Douze ans plus tard, en août 1860, Nicolas CHARDAR, lui aussi tonnelier et marchand de vin, un demi-frère de Jean, né en 1828, est candidat sur la liste gagnante pour les élections municipales de Charles MONDELANGE, devenu directeur de la forge WENDEL et qui reste maire 17 ans24. Nicolas CHARDAR meurt à Avril (Meurthe et Moselle) le 2 septembre 1906, ville frontière à 10 km d’Hayange. Peu avant sa mort Jean CHARDAR rend visite à ce demi-frère Nicolas resté dans l’est français. Charles de WENDEL est administrateur des chemins de fer de l’Est (comme Auguste PERDONNET). Il est  député de la Moselle, candidat du gouvernement. Il demeure 24   rue de Clichy 9e arrdt. et est  membre du conseil de patronage de la philotechnique dès 1858. Auguste PERDONNET vient avec ses élèves le 12 mai 1864 visiter un des sites WENDEL25.

Une famille également enracinée à Paris

Paris et son bassin agissent comme un aimant sur la famille même avant 1816 :

 Deux enfants sur trois dans la fratrie du père de Jean sont parisiens. Les deux tantes de Jean CHARDAR partent y travailler et s’y marient.

La première tante, Anne Élisabeth CHARDAR, née en 1786 à Hayange se marie  à Paris avec Denis Marie LEGENDRE en 1816. Cuisinière, elle est alors enceinte. Ils habitent 81 rue des Martyrs. Il  apporte 300 francs, compris son denier comptant, elle apporte 1000 francs dont 600 francs de mobilier, habits, linge et bijoux26.  Elle meurt, étant garde-malade  à Paris le 10 août 184727. Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre.

La deuxième tante, Marie Magdelaine CHARDAR,  née en 1792 à Neufchâteau dans les Vosges,  se marie à Paris, à Notre-Dame des Lorettes  le 22/8/1821 avec Jean CHRISTOPHE, bottier originaire de Noisseville (Moselle). Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre28.

Dans la fratrie des 11 à laquelle appartient Jean,  4 partent à Paris.

Une demi-sœur de Jean, Agathe née en 1824, est ouvrière en linge en 1849 quand elle épouse à paris Michel CALIS, né en 1829 aussi en Moselle à Grosbliederstroff. Sur l’acte de mariage, il est  domestique à Paris anc. 2e29. Il est optant en 1872. Elle retourne à Hayange, ville alors allemande et y meurt le 14 janvier 187930.

La plus jeune sœur de Jean CHARDAR, Adélaïde, 19 ans, épouse à Hayange le 23 novembre 1869 son demi-neveu Louis DEJONC, 25 ans, fils de l’aînée d’une de ses demi-soeurs, munie de « lettres de dispense de parenté31. Ils vivent à Evry et Adélaïde y meurt en 188432. Louis DEJONC est ajusteur quand il est optant en 1872 et devient directeur des « ateliers de Petit-Bourg » qui appartiennent à la famille DECAUVILLE de 1848 à 1894. La pratique de l’agriculture betteravière associée à une distillerie permet à la famille DECAUVILLE de prospérer et d’allier la philanthropie au paternalisme. D’abord contremaître puis directeur vers 1880, Louis DEJONC est aussi conseiller municipal pendant 11 ans à partir de 188133.  

Son frère CHARDAR Charles Jean-Baptiste, même adresse, serrurier, est lecteur à la BAI-III à 15 ans en 1861 (n°92). Il est né à Hayange le 29/1/184634, et s’est marié à Hayange avec Elisabeth MARX, d’Hayange, le 2/4/1872. Ils sont tous les deux  optants en 1872. Quand il est témoin du décès de sa sœur en 1884, il est épicier et habite Paris, 34 rue Eugène Sue et 105 rue de Clignancourt 18e. Il meurt le 19 mars 1917, 77 Bd Barbès 18e35.

On retrouve à la BAI-III le jeune frère de Jean,  Charles CHARDAR,  et leur cousine germaine Clémentine MICHÉ née CHRISTOPHE. Clémentine, Pauline s’inscrit à la bibliothèque (lectrice 262) avec la profession de photographe sous son nom de femme mariée MICHÉ (mariage le 8 décembre 1851 à Paris). Elle est la fille de Marie Magdelaine CHARDAR et de Jean CHRISTOPHE.  Clémentine, née en 1830, habite Belleville, 51 rue des Rigoles quand elle s’inscrit à la bibliothèque. Elle a 4 frères dont Jules Ange qui suivra CHARDAR  en Nouvelle-Calédonie (voir plus loin).

 

Jean Chardar, aventurier du XIXe siècle

En Nouvelle-Calédonie, Chardar vend  612 hectares de pâturage aux enchères avec une mise à prix de 16 200 francs36  et reçoit une mention honorable pour son maïs en août 1877 à l’exposition de Nouméa37. Il crée 3 centres d’exploitation agricole et d’élevage à Boulouparis, Thio et Poya soit plusieurs milliers d’hectares. On retrouve aussi son cousin Jules Ange CHRISTOPHE en Nouvelle-Calédonie. Né en 1832 à Paris, d’abord horloger mécanicien puis fabricant de mitrailleuses, Jules Ange est jugé et bénéficie d’un non-lieu après la Commune38. Jules, d’abord horloger,  devient  « piqueur de 1ère classe », c’est-à-dire surveillant du bagne de l’île des PINS39. Les deux enfants de Jules CHRISTOPHE,  nés à Paris, se  marient et meurent en Nouvelle-Calédonie.

La famille vit un épisode terrifiant pendant l’insurrection Kanak : le  26 juin 1878 ,  les 3 enfants CHARDAR échappent au massacre grâce à un « libéré » et un condamné qui portent les 2 plus jeunes sur leurs épaules, ils réussissent  après une marche harassante à atteindre Bouraké vers 9 heures du soir et embarquent in extemis sur le vapeur La Dépêche appareillant pour Nouméa (Récit ayant fait l’objet de plusieurs publications et souvenir toujours vivace dans la famille, Jean  se trouvait, à cheval, vers Thio, sur la côte est). Il tient plusieurs postes administratifs pour le gouvernement. Il est président élu  de la commission municipale de Boulouparis de sa création en 1879 à 1881.

Vers 1885, il est au Tonkin. Il se trouve sur le SS City of Tokyo qui partant pour San Francisco par mauvais temps, s’échoue et coule dans la baie de Tokyo le 24 juin 1885. Ensuite, il rentre en France où ses deux filles sont pensionnaires au Couvent des oiseaux et il est probablement gérant d’un domaine en France40. Entre 1895 et 1900, il s’essaie à divers métiers (voir plus haut) en Argentine et à Madagascar, où il est fait chevalier de l’Ordre de l’étoile d’Anjouan41.

Liste des bateaux pris par Jean Chardar42 : L’aviso Coëtlogon en 1868 ; le Roturoa en 1877 ; le paquebot Dupleix en 188443;  le Melbourne des messageries maritimes parti  de Madagascar et arrivant à Marseille le 14/6/1902 en passant par Zanzibar, et Djibouti. Cedernier  bateau transporte 291 passagers et 1000 tonnes de marchandises44.

Écrits de la personne : 

Nombreux articles dans la presse de Nouvelle-Calédonie. Par exemple dans Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885,45 que l’on peut lire46 ici.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

 

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  18 février 2022 ; modifiée le

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III, ADVP : V6 1191. et rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. Cette fiche doit beaucoup à Pierre ESCALIER des ORRES, rencontré sur Geneanet. Descendant de Jean CHARDAR, il a bien voulu multiplier les échanges avec nous et mener conjointement  de nombreuses et fructueuses recherches, et nous l’en remercions. Voir la généalogie de Jean CHARDAR ici. []
  4. ANOM, Nouvelle-Calédonie Boulouparis , 1877,  acte 3 voir ici. []
  5. ANOM, Nouméa, 1878, mariages   acte 18, voir ici. []
  6. ANOM, Nouvelle Calédonie. []
  7. ANOM, Madagascar, Tanarive, 1902, mariages, page 13, voir ici. []
  8. AD 6, Nice, décès, 1906, acte 137 voir ici. []
  9. Registre dit des lecteurs. []
  10. Le canal de Suez. Tome 1, partie 1 / par Voisin-Bey,… François-Philippe (1821-1918). (Paris) 1902-1906, page 131, ici.  Noté « Chardard », mais confirmé par la famille. []
  11. Lettre communiqué par Georges COQUILHAT. []
  12. Source familiale. []
  13. Source familiale. []
  14. BO de Madagascar et de ses dépendances, 1/5/1899,  ici. []
  15. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  16. Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  17. Charles BRESSON obtient les 4 certificats d’études en 1858, ceux relatifs aux « arts », au « commerce », aux « sciences mathématiques », aux « sciences physiques » ; Charles-Honoré PLOMB obtient deux certificats en 1860, ceux relatifs aux « sciences physiques » et aux « sciences mathématiques » et Henri-François MICHEL obtient 3 certificats, ceux relatifs aux « sciences mathématiques » en 1860 et ceux relatifs aux « arts industriels » et aux « sciences physiques » en 1861. []
  18. Le Moniteur de la Nouvelle Calédonie et de ses dépendances  du 5 /7 /1871, page 158,  ici. []
  19. Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885, communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse. []
  20. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  21. CR BAI-III, exercice 1861-1862, page 19. []
  22. Le Petit Journal, 27/3/1865,  ici. []
  23. Voir Philippe MIOCHE, « Une dynastie de maîtres de forges, les WENDEL », Archives ouvertes de l’université d’Aix-Marseille, voir ici. []
  24. Adrien PRINTZ, Hayange d’un siècle à l’autre, 1980, publié chez l’auteur. []
  25. Le Temps, 12/5/1864. []
  26. AD75, Archives notariées,  MC/ET/CVIII 942. []
  27. AD 75, acte d’état civil reconstitué, 5Mi1 1359, vue 18/51, ici. []
  28. Merci à Solange DENIEUL contactée sur Geneanet par Geneviève Deblock-Perret de nous avoir communiqué les recherches d’Arlette BROSSARD, généalogiste déjà rencontrée pour la généalogie de Charles-Honoré PLOMB. []
  29. AD75, 5Mi1 2191, vue 10/43 ici []
  30. AD57, tables décennales 1792-1952, 9 NUM/8 E 311/1, vue 277/710, ici. []
  31. AD    9NUM/1MIE311/18  NMD 1868-1871 page 257/540 voir ici. []
  32. AD91, Evry,  NMD  (1883-1889), 4E/3339, vue 67/262. []
  33. Thèse de Déborah COLIN, Histoire de la municipalité d’Évry : étude de la vie politique et des mutations du pouvoir municipal de Charles Bonaventure Delage à Manuel Valls (1787-2008), 2016, sous la direction de Jean-Louis Loubet Université Paris-Saclay (ComUE). Tome 1. Page 818 et suivantes, ici. []
  34. AD57, Hayange, NMD 1843-1852, 9NUM/1MIE311/141843-1852, vue 143/500 ici. []
  35. AD 75, 1917,  18 D 276,  acte 1265, vue 19/31 ici. []
  36. Le Nouvelliste du 15/3/1884, ici. []
  37. J.O. de la République française du 20 août 1877, page 5893, ici. []
  38. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), ici. []
  39. L’Annuaire de la Nouvelle Calédonie, 1890. []
  40. Source familiale. []
  41. B.O. du Ministère des Colonies, 1/1/1905, voir ici. []
  42. Communiqué par Pierre Escalier des Orres. []
  43. Encyclopédie des messageries maritimes ici. []
  44. Le Sémaphore de Marseille du 14/6/1902, page 1, ici. []
  45. Communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse voir son site ici. []
  46. Saisi par Pierre ESCALIER des ORRES, que nous remercions à nouveau. []

Histoire des bibliothèques et de la lecture populaires

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search