Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Continuer la lecture de Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur “les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle“.  Cette exposition “retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin”. 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des “papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3”. Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la “bibliothèque populaire du Marais”, dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

En décembre, on parle aussi des bibliothèques populaires (III)

Extrait du CR de l’AG de la Bibliothèque populaire de Saint-Omer (1877). BnF.

 

Le 4 décembre 2019, un atelier “Emporter la bibliothèque : le prêt en perspective” est organisé par la BnF à la Bibliothèque de l’Arsenal (on trouvera les indications pratiques et le programme détaillé ici). Les bibliothèques populaires y seront à l’honneur pour leur combat pionnier !

Programme

Petite histoire du prêt en bibliothèque
* Emprunter la bibliothèque : le combat pionnier des bibliothèques populaires
Par Agnès Sandras
* Le prêt à la Bibliothèque royale (1815-1848) : un autre regard sur le public
Par Bruno Blasselle et Ségolène Blettner
* De la bataille du droit de prêt aux 20 ans de la Sofia
Par Geoffroy Pelletier

La bibliothèque de prêt au XXIe siècle : mesure, diversité, évolutions
* La mesure de l’emprunt en lecture publique : baromètre des prêts et enquêtes d’usages
Par Laurine Arnould et Quentin Auffret
* Le prêt de livres anciens à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : retour d’expérience
Par Pauline Darleguy

Table-ronde : la bibliothèque de prêt au défi du numérique
Table-ronde modérée par Claire Nguyen avec Alban Cerisier et Guillaume de la Taille

En novembre, on parle aussi des bibliothèques populaires (II) !

Mercredi 20 novembre 2019, les Archives nationales (site de Pierrefitte) proposent un colloque portant sur “L’émancipation populaire par l’art d’hier à aujourd’hui”. Ce colloque se focalise sur les relations entre éducation populaire et domaine artistique, en faisant la part belle au théâtre, aux beaux-arts, à la photographie et au cinéma, sans oublier l’éducation à l’image à l’heure du numérique.
La performance artistique sera également mise à l’honneur avec une conférence gesticulée du collectif Daja.
Consultez le programme ici.
Entrée libre et gratuite .
#EducPop2019

L’exposition qui accompagne ce colloque comporte un panneau sur les bibliothèques populaires.

Les bibliothèques populaires à l’origine de la lecture publique

Exposition

Continuer la lecture de En novembre, on parle aussi des bibliothèques populaires (II) !

On parle à nouveau des bibliothèques populaires et de la question de l’émancipation en septembre 2019 (I) !

On parle à nouveau des bibliothèques populaires et de la question de l’émancipation en septembre 2019 dans le cadre du colloque international qui se tient à Genève la semaine qui vient sur les logiques de l’inventaire.

Jeudi 3 octobre : 14h-14h30 : Agnès Sandras (conservatrice, chargée des collections d’histoire de France, BnF, Paris), et Jean-Charles Geslot (maître de conférences, Uni. Paris-Saclay), Rendre intelligible l’organisation des savoirs ? Les catalogues des bibliothèques populaires françaises dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Continuer la lecture de On parle à nouveau des bibliothèques populaires et de la question de l’émancipation en septembre 2019 (I) !

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)

On a vu dans deux billets précédents (billet 1 et billet 2) combien la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe Arrondissement de Paris (BAI-XIX) a bénéficié pendant plus de trente années du soutien sans failles de l’un de ses fondateurs, Auguste Vorbe, fondeur de la rue d’Allemagne, républicain, et conseiller municipal. À la tête du Syndicat des bibliothèques populaires dans le milieu de la décennie 1890, il parvient à obtenir des subventions municipales  conséquentes pour ses bibliothèques “préférées” (voir billet précédent). Il souligne que l’argent doit servir à soutenir les actions permettant le rayonnement des bibliothèques populaires comme les conférences, les cours et les sorties instructives. En effet, dès la fondation de la BAI-XIX, il n’a eu de cesse de permettre un transfert des savoirs, des compétences et des ouvrages entre un réseau intellectuel dans lequel il a trouvé sa place et un peuple parisien privé d’un accès facile à l’instruction. Ce billet se propose d’explorer les liens qu’Auguste Vorbe a tissés avec différents auteurs afin d’obtenir de nombreux ouvrages pour la BAI-XIX.

Fonderie : publication bi-mensuelle : revue technique et pratique du métallurgiste et du fondeur Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1920-01. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)

La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

Règlement intérieur de la Bibliothèque populaire Municipale. 1885. Ville de Toulouse : Archives Municipales, 2R19. Cliché MC.

 

Je signale avec grand plaisir trois billets du blog Fragments d’histoire(s) de Toulouse (XIXe~XXe siècles) – Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose qui portent sur la Bibliothèque populaire municipale de Toulouse : Continuer la lecture de La Bibliothèque populaire municipale de Toulouse (Blog d’histoire culturelle et sociale de la Ville Rose)

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)

On a vu dans le précédent billet que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (BAI-XIX) est née dans le quartier de la Villette en 1868 grâce aux efforts d’Auguste Vorbe et aux dons du  bibliophile Jacob. Les documents conservés par les Archives de la Ville de Paris, les statuts imprimés et quelques entrefilets dans la presse permettent de reconstituer en partie les débuts de la BAI-XIX. Deux aspects font en effet particulièrement défaut : la sociologie des adhérents, faute de statistiques et de listes conservées, n’est pas connue ; la composition du fonds ne peut être que très imparfaitement repérée, le premier catalogue imprimé datant de 1882 et les catalogues manuscrits ayant disparu… Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie II – LA BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLETTE)

Les masses et le besoin d’instruction, une caricature sous le Second Empire

Plusieurs années du Charivari viennent d’être numérisées par Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Je ne résiste donc pas au plaisir de vous proposer la caricature ci-dessous, extraite du numéro du 18 mai 1870.

=> Cliquez sur l’image pour mieux la voir

Cham, “Actualités”, Charivari, 18 mai 1870.

Légendé “où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses”, montrant un enseignant apprenant à un paysan à distinguer le oui du non,  ce dessin revient sur le plébiscite du 8 mai. Les citoyens ont dû répondre à la question :”« Le peuple approuve les réformes libérales opérées dans la Constitution depuis 1860 par l’Empereur, avec le concours des grands corps de l’État, et ratifie le sénatus-consulte du 20 avril 18701. » Le “oui” (7 358 000 suffrages) l’a très largement emporté sur le “non” (1 538 000), grâce au vote des campagnes notamment. Cette victoire est dénoncée par une partie des républicains qui soulignent que les populations les plus modestes ont été amenées à voter “oui”, faute d’une instruction suffisante pour s’émanciper intellectuellement.

Cham ironise donc à la fois sur les conditions du plébiscite et sur la politique d’instruction du Second Empire. On a déjà en effet rappelé à diverses occasions dans ce carnet qu’une grande partie de l’effort d’instruction était alors pris en charge  par des particuliers et des associations – dont les bibliothèques populaires …

  1. Voir Choisel, F. (2008). “La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870)“. Parlement[s], Revue d’histoire politique, hs 4(3), 50-68. []

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

Ce texte est le fruit d’une collaboration  fructueuse avec Louise Oudin que je remercie pour la qualité de ses recherches. Je le publie au moment-même où Louise Oudin donne une conférence, avec Michel Blanc, à la mairie du VIe arrondissement, dans le cadre des activités de la Société historique du VIe Arrondissement, sur l’histoire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Sixième Arrondissement (BAI-VI) : « La bibliothèque des Amis de l’instruction du 6e (1876-1900) ».
La vie de la BAI-VI est brève (un quart de siècle), et cette bibliothèque ne semble pas avoir marqué profondément les pratiques de lecture du sixième arrondissement au XIXe siècle. En revanche, sa fondation entre en résonance étroite avec une politique d’instruction plus volontariste au lendemain de la défaite de 1870 et une lutte électorale des républicains s’adossant aux lieux parisiens de sociabilité culturelle.

Continuer la lecture de La bibliothèque des Amis de l’Instruction du VIe arrondissement de Paris (BAI-VI)

“C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

 

 Les Hommes d’aujourd’hui Auteur : Champsaur, Félicien (1858-1934). Auteur du texte Éditeur : (Paris) Éditeur : Librairie Vanier (Paris) Date d’édition : 1878 Contributeur : Gill, André (1840-1885). Illustrateur. BnF, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Lors de l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne en 18671,  le journal Le Siècle, inlassable défenseur des bibliothèques populaires, donne quelques indications ironiques sur les ouvrages incriminés :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani ; la Vie de Jésus, par Renan !

Continuer la lecture de “C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires

  1. Voir Agnès Sandras, “« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867),” in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189 []