1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.|

Cite this article as: Agnès Sandras, "1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?," in Bibliothèques populaires, 01/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1091.
  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *