Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires

Timothée Trimm. [Recueil.] Célébrités du XIXe siècle. VI . 1860-1880. Gallica (BnF).

Timothée Trimm (Léo Lespès : 1815-1875) a connu un long oubli proportionnel à une célébrité fulgurante1. C’est sur son infatigable plume et sa capacité à mettre à la portée d’un large public les sujets plus variés que repose en grande partie le succès initial du Petit Journal. Le Petit Journal est alors vendu au numéro à un prix défiant toute concurrence (5 centimes, soit « un sou »), et propose au grand public des textes alléchants : feuilletons, faits divers, etc.

La célébrité et la puissance de travail de Timothée Trimm lui valent de sévères jalousies de la part de certains de ses collègues. Adolphe Racot, par exemple, lui consacre un de ses Portraits d’hier (1887), et dénonce « la vulgarisation poussée à ses limites extrêmes, jusqu’aux limites mêmes de la naïveté épique » :

Le Petit Journal, idée sublime pour la réalisation de laquelle Millaud eut la chance providentielle de trouver tout à propos, sous sa main le seul homme capable de lui donner un corps, le seul écrivain rompu au métier, spirituel et habile, de force à mettre en action ce principe admirable de la presse à un sou, coulé en bronze un jour par ce grand remueur de millions et de feuilles imprimées, dans cette formule, dans ce moule superbe :

« J’ai eu le courage d’être bête2 ».

Nombre de journaux contemporains se font une joie de relever les approximations et les fautes supposées de Timothée Trimm, et lui reprochent de se mêler de l’instruction du peuple. Le Figaro comme Le Tintamarre plaisantent quasi quotidiennement sur Timothée Trimm, « la machine à coudre des articles de confection impertinemment étiquetés littérature populaire par le propriétaire-éleveur des grenouilles et des escargots aquatiques du bazar Frascati3 ».

Timothée Trimm s’est chargé de l’instruction des masses. Il le dit lui-même, en termes dignes :

« —J’ai fait de cette chronique quotidienne du Petit Journal un perpétuel enseignement. »

Et le fait est que le bon Timothée apprend au peuple mille choses dont les savants eux-mêmes ne se doutent pas.

[…] Il faut bien instruire le peuple.

Mais le peuple est-il si ignorant qu’on veut bien le dire4?

Charles Monselet ironise dans ses souvenirs sur « l’emploi de chroniqueur du peuple, d’éducateur et d’amuseur des masses », et analyse ce qui a fait selon lui le succès de la prose de Trimm:

Sur ces entrefaites il fut appelé au Petit Journal pour y écrire un article par jour.

Un article par jour ! Dans l’origine cela parut insensé, énorme, monstrueux. On n’avait jamais assisté à un tel tour de force. […]
Un article par jour? cela supposait pour le peuple un phénomène d’imagination, un puits de science, un colosse d’esprit, un foudre d’éloquence. Un article par jour ! cela résumait aux yeux éblouis des fruitiers et des cochers de fiacre Homère, Chateaubriand et Eugène de Pradel. Aussi la renommée de Timothée Trimm ne connut-elle plus de bornes ; il n’y a pas eu d’acteur plus applaudi dans un théâtre, de gymnaste plus acclamé dans un cirque. C’était bien là l’idée que le peuple se faisait d’un homme de lettres, chez qui il aime à retrouver quelque chose de l’écrivain public.

Et puis, pour tout dire, Timothée Trimm avait eu une trouvaille de génie : il avait inventé une langue particulière composée de petits alinéas, qu’il avait empruntés à Emile de Girardin, puis, qu’il s’était ensuite appropriés, et qu’il avait perfectionnés. Et ce style propre à tout rendre, effroyablement clair, il le débitait en menues tranches, à la façon de l’ancien marchand de galette du Gymnase.

Quant à la manière de penser, il avait choisi, sans grand tâtonnements, celle de M. Prudhomme, qui de bonne heure lui avait paru la meilleure, la seule, l’éternelle5.

D’autres au contraire prennent la défense de ce journalisme populaire, comme Eugène de Mirecourt:

Soutenez tant qu’il vous plaira que c’est un écrivain de second ordre; accusez le public d’engouement; dites qu’il y a dans cette cuisine de journaliste des épices inusitées, et qu’elle ne peut agréer aux gourmets du style, – je ne trouve pas que vous ayez absolument tort.

Mais prenez garde, ô critique, ma mie! Je vous soupçonne de manquer de bienveillance, et d’être même un peu jalouse. […]

Honneur au fourneau populaire qui fait la cuisine aux masses et ne les empoisonne pas!

Honneur à l’écrivain qui se rapproche des intelligences modestes, les élève sans s’abaisser, et les instruit sans les corrompre6!

Nadar, « Timothée Trimm ». Caricature, dessin au fusain rehaussé de gouache, sur papier brun. Vers 1850. Gallica (BnF).

Qui faut-il croire? les détracteurs ou Eugène de Mirecourt? Un article de Timothée Trimm sur la Société Franklin, portant plus largement sur les bibliothèques populaires, donne raison à de Mirecourt. En effet, ce texte7, datant de janvier 1868, est plutôt bien rédigé, soigneusement documenté, et a des vertus pédagogiques indéniables. Timothée Trimm part de la raréfaction des cabinets de lecture pour rappeler que ces derniers, comme les bibliothèques d’hôpitaux contemporaines, offraient un choix limité et le plus souvent daté. Il se félicite de la création de la Société Franklin qui aide les bibliothèques populaires alors récemment créées à choisir des ouvrages, évoque le rôle moteur des bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) et de leur véritable initiateur, Jean-Baptiste Girard.

Le Petit Journal, 20 janvier 1868. Gallica (BnF).

Pour décrire le fonctionnement de la Société Franklin comme des premières BAI, Trimm emprunte ouvertement ses données au Dictionnaire Larousse. En effet, le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique a publié en 1867 un article « Bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction ». Mais le journaliste a bénéficié d’autres sources, puisqu’il commente par exemple les statistiques d’emprunts que l’on peut trouver soit dans le Bulletin de la Société Franklin soit dans les compte rendus d’activités des BAI. Les a-t-il consultées lui-même, ou s’agit-il des « notes précieuses pour l’article du jour » apportées par « tout un état-major d’hommes érudits » dont l’avait entouré le directeur du Petit Journal selon Albert Wolff 8 ? Quoi qu’il en soit, cet article se caractérise, toujours comme le souligne Wolff, par « une forme juste et claire pour intéresser la foule à des questions historiques ou scientifiques auxquelles l’écrivain, lui-même, ne s’intéressait que médiocrement9. » La mention de « livres bien choisis », d’une « cotisation très minime », à destination des « deux sexes », a forcément contribué à attirer aux BAI de nouveaux sociétaires.

Soulignons enfin, à la fin de l’article, une suggestion ingénieuse et novatrice de Timothée Trimm:

Je fais à la Société Benjamin Franklin mon salut le plus cordial.
Je lui souhaite pour l’exercice 1868 qu’elle commence avec ses administrateurs élus d’hier un succès toujours croissant.

Mais je lui demande humblement la permission de lui donner un conseil.
On ne met pas, dans notre société moderne, un homme en face d’un autre homme, sans un cérémonial de présentation.
Je crois fermement qu’un ouvrier de Paris demandera à lire Pascal, Cicéron, Marc-Aurèle, Montesquieu, Plutarque ou Cuvier.
Mais il les demandera bien plus volontiers, si la Société des Bibliothèques populaires ajoutait à chaque ouvrage une page volante qui vint apprendre au lecteur quel fut celui dont il lira l’ouvrage, quelles étaient ses tendances, quelles sont ses qualités.

On ne s’enferme pas toujours avec un inconnu, se présentât-il sous la forme portative d’un livre.

La notice sur chaque auteur que le lecteur lirait tout d’abord, serait comme l’ouverture d’un opéra, indiquant à l’avance les principales mélodies de la partition.
En ce faisant, les administrateurs de la Société Franklin et ceux de toutes les bibliothèques populaires étendront encore, avec gloire pour eux et profit pour tous, leur mission civilisatrice10.

 

 

  1. Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son « Petit Journal ». Paris, A. Carrière, 2011. []
  2.  Adolphe Racot, Portraits d’hier. Paris, Librairie illustrée,1887. []
  3. Tantinet, « Léo Lespès méfiez-vous de Trimm! …. », Le Tintamarre, 27 août 1865. []
  4. Le Passe-temps : journal de l’entr’acte, 8 janvier 1865 []
  5. Charles Monselet, Mes souvenirs littéraires. Librairie illustrée, Paris, 1888. []
  6. Eugène de Mirecourt, Timothée Trimm (3e éd.). Paris, Librairie des contemporains, 1869. []
  7. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []
  8. Albert Wolff, La gloire à Paris. Paris, V. Havard, 1886. []
  9. Ibid. []
  10. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *