La « bonne bibliothèque » et le « dialogue sur la lecture » d’Agricol Perdiguier

 

[Agricol Perdiguier] Biographies et portraits d’après nature des candidats socialistes du département de la Seine : liste adoptée par le comité central démocrate socialiste / par le citoyen Ch. Joubert ; dessins par le citoyen Ch. Marville. Paris, A la propagande démocratique et sociale (Paris), 1849. Gallica (BnF).

Noë Richter avait souligné la singularité d’Agricol Perdiguier parmi ceux qui ont influencé  la pensée des théoriciens et des fondateurs de bibliothèques à destination du peuple:

Le maçon Martin Nadaud, le menuisier Agricol Perdiguier, le serrurier Jérôme-Pierre Gilland nous ont laissé de précieux témoignages sur l’atmosphère de ces cercles ouvriers. On y trouvait des journaux et des livres. On y lisait à haute voix les auteurs classiques et contemporains, la presse ouvrière, républicaine et socialiste. C’est là que s’est forgée la conscience ouvrière éveillée en juillet 1830 et que s’est préparée la Révolution de 1848. Agricol Perdiguier a été le premier ouvrier à proposer un programme de lectures pour les ouvriers dans son Livre du compagnonnage publié en 1839 et 1841. Il y reviendra dans la troisième édition de l’ouvrage en 1857 et dans Question vitale sur le compagnonnage et la classe ouvrière en 1861. Ces différents programmes révèlent la vaste culture professionnelle et générale de cet autodidacte. Les lectures des militants ouvriers accusent l’énorme déphasage qui s’est créé au cours des années trente et quarante entre le projet philanthropique et la réalité de la culture prolétarienne. Alors que les promoteurs bourgeois les mieux intentionnés, François Delessert en 1836, Cormenin en 1845, Curmer en 1846, Jules Radu en 1850 limitent encore la lecture populaire aux ouvrages élémentaires de science, d’histoire, de géographie, de dessin, de morale religieuse et civique, des ouvriers et des artisans pénètrent sans crainte dans le domaine réservé du savoir et fraient les voies à la conquête des valeurs de culture par le monde du travail 1.

On ne pourra revenir ici de manière détaillée sur le parcours d’Agricol Perdiguier (1805-1875), ce fils de menuisier, lui-même compagnon du tour de France,  devenu député républicain puis libraire  et auteur2, mais il importe dans le cadre de ce carnet de livrer sa conception de la lecture et le contenu de ses conseils. Ses préconisations ont en effet marqué profondément et réellement les diverses expériences de bibliothèques entre 1850 et 1870, ainsi qu’on le verra dans de prochains billets. La lecture d’Agricol Perdiguier a aussi radicalement modifié la pensée de George Sand3 et la coloration de ses livres. Elle a d’ailleurs publié dès 1841 Le compagnon du Tour de France4, largement inspiré d’Agricol Perdiguier. George Sand fera partie des auteurs dont la présence de certains ouvrages dans les bibliothèques populaires dérangera une partie de l’opinion (voir l’affaire des bibliothèques de Saint- Étienne), et elle soutiendra l’action des premières bibliothèques des Amis de l’Instruction en donnant des livres.

Lettre d’Agricol Perdiguier à George Sand, octobre 1863. Gallica (BnF).

Dans Le Livre du Compagnonnage (1839), Agricol Perdiguier souligne l’importance pour les compagnons de lire des ouvrages spécialisés, préconisations reprises dans l’édition de 18575:

On pourra posséder aussi une petite bibliothèque dans laquelle figureront, chez les tailleurs de pierre, les charpentiers et les menuisiers, de bons traités d’architecture, de géométrie et de trait où les Compagnons les plus intelligents et les plus avancés puiseront des connaissances qu’ils devront communiquer à tous leurs confrères. Il faudra aux ébénistes des modèles de meubles, aux serruriers des traités d’ornements, aux tanneurs, aux corroyeurs, aux chamoiseurs, aux cordonniers, aux peintres, aux teinturiers, des traités de chimie et autres livres où ils trouveront des procédés avantageux ; les maréchaux ont à se verser dans les éludes du vétérinaire ; enfin, chaque corps d’état prendra les ouvrages spéciaux qui lui conviendront plus particulièrement.

Perdiguier prodigue ensuite des conseils de lecture visant à construire la culture de l’honnête homme:

Il ne faudrait pas encore s’arrêter là, l’intelligence ne serait pas satisfaite de si peu : une fois qu’elle s’ouvre elle veut tout connaître. Il nous faudra d’autres livres et je crois pouvoir vous les indiquer : le Discours sur l’Histoire Universelle, par Bossuet, où nous pourrons voir comment les grands empires de l’antiquité se sont renversés les uns sur les autres; l’histoire de France, car elle nous touche de près ; une géographie de quelque étendue qui nous fera comprendre la grandeur du globe, ses variétés et ses transformations physiques, politiques et morales ; un dictionnaire géographique et un dictionnaire de la langue française : le premier nous dira où sont situées telles et telles villes, quelles sont leurs beautés, leurs produits, leurs revenus, leurs administrations et combien leur population est forte ; le second nous donnera l’étymologie des mots de notre langue et leur véritable signification. Une bonne encyclopédie est une œuvre qui coûte cher, mais une association de jeunes gens économes et laborieux pourrait facilement se la procurer; on trouverait là des notions concises sur les mathématiques, l’astronomie, la physique, la chimie, la géologie, la botanique, l’agriculture, les machines, les arts et métiers, la philosophie, la littérature, etc., etc. On raisonne, dans un tel ouvrage, sur toutes choses, et chaque Compagnon pourrait y étudier ce qui conviendrait plus particulièrement à ses goûts ou à ses intérêts. On connaît plusieurs encyclopédies, celle que dirigent MM. Pierre Leroux et Jean Reynaud est un monument incomparable ; on n’apprécie nulle part avec autant de savoir et de sagesse les hommes et les choses ; mais les parties abstraites et métaphysiques de ce bel ouvrage ont un développement immense, et ce qui nous intéresse le plus en a souvent trop peu. Cette encyclopédie, si digne d’être recherchée des penseurs et des philosophes, est trop savante pour nous. Celle que l’éditeur Courtin a publiée nous conviendrait, je crois, beaucoup mieux (Elle a été éditée récemment par Firmin Didot, avec des augmentations considérables.) ((Ibid. p. 273.))

On remarquera que Perdiguier préconise la lecture du socialiste Pierre Leroux (lequel fera lire cet ouvrage  à G. Sand). D’autre part, il suggère une bibliothèque associative pour les acquisitions les plus  onéreuses. Cette idée revient à deux reprises dans la suite du texte :

Vous aurez formé une bonne bibliothèque, appartenant à la Société, où les Compagnons pourront passer leurs instants de loisir, et puiser de nombreuses connaissances qu’ils se communiqueront les uns les autres.6

Croyez-moi, mes amis, unissons-nous, instruisons- nous : un voile épais couvre nos yeux, il tombera ; et puis, dans le monde, rien ne pourra nous être étranger : tout parlera à notre intelligence, à notre âme, à notre cœur, et nous sentirons par tous les sens.

La collection des livres dont je vous ai parlé ne coûtera pas très cher, trois ou quatre cents francs peut-être. Dans une seule bataille, dans un seul procès, vous avez souvent dépensé davantage. Ce sera bien beau, quand vous aurez réuni dans une seule et grande salle, une école, un musée, une bibliothèque : les fils des entrepreneurs, ceux des simples artisans et des paysans viendront en foule chez vous ; tous voudront s’instruire et puiser à la source de vos connaissances la moralité, le savoir et le bonheur7.

Après la lecture de l’encyclopédie de Leroux, Perdiguier conseille un bon nombre d’ouvrages (voir tableau ci-dessous) dont l’ensemble forme, ainsi que l’a souligné Noë Richter, un ensemble original voire audacieux, et inédit. En effet, s’occupent alors de lectures « populaires » des élites soucieuses de proposer des ouvrages moralisants et non marqués politiquement, et des éditeurs et écrivains répondant le plus souvent à cette demande édifiante, voire tentant de profiter  de cette aubaine financière nouvelle, comme Jules Radu. Certes, le programme de Perdiguier est marqué par ses opinions politiques, mais il est essentiellement nourri d’un éventail encyclopédique de lectures librement choisies dont il entend faire profiter ceux qui découvrent son ouvrage :

Ajoutons aux livres déjà cités quelques ouvrages littéraires, de ceux qui frappent l’imagination, élèvent la pensée, forment le goût et délassent, tels que l’Iliade et l’Odyssée d’Homère […]8.

Remarquons dans cette phrase l’idée clairement énoncée de délassement et l’idée implicite d’instruction. On retrouvera dans les statuts fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) ces notions d’instruction et de délassement. Et le premier livre de la BAI-III sera précisément l‘Iliade, ce qui la démarquera des bibliothèques paroissiales contemporaines qui mettaient en tête de leurs catalogues les ouvrages religieux. Perdiguier poursuit ses propositions novatrices en suggérant « des grands écrivains (…) vivants », puis « quelques écrits politiques sortis des plumes les plus puissantes », et enfin « un ouvrage moral, savant, mais simple, mais varié et orné de dessins et vendu au prix le plus modique, dont le nom est : Magasin Pittoresque9 ».

Ces conseils sont assortis de remarques sur les bienfaits de l’instruction. Perdiguier augmente toutefois  l’édition de 1857, nourrie de sa rencontre avec George Sand  et du bouillonnement politique et intellectuel de 1848 :

Le Livre du Compagnonnage est un travail qui ne peut être refait ; cependant j’ai cru devoir le relire et le compléter dans quelques-unes de ses parties. J’ai augmenté, et de beaucoup, le nombre des chansons de compagnons; j’ai ajouté une chronologie du progrès, un dialogue sur la lecture, un dialogue astronomique, et tout cela dans la pensée de servir l’intelligence et les intérêts des travailleurs10.

Dans le long dialogue sur la lecture, Perdiguier fait discuter un lecteur averti, paysan d’origine (Victor),  avec un campagnard (Michel) qui déroule tous les fantasmes autour des méfaits possibles de la lecture. Il faut lire ici ce dialogue dont on sent qu’il tient du témoignage et qu’il reflète la lutte de Perdiguier pour convaincre ses contemporains de s’instruire, et les débats entendus à l’Assemblée. La discussion se termine par des conseils bibliographiques plus précis que ceux donnés en 1840 (Perdiguier est devenu libraire entre temps), et enregistrant des nouveautés éditoriales (robinsonnades, Dumas, auteurs anglais… voir tableau ci-dessous),  conseils qui marqueront indubitablement les choix de livres des BAI. Le lecteur averti a en effet convaincu le paysan, devenu « enragé lecteur » à son tour. On notera que Perdiguier emploie à propos des conseils délivrés le mot de « catalogue » :

 

VICTOR. Voilà le catalogue que j’ai l’honneur de présenter à mon brave Michel.

MICHEL. C’est là tout?

VICTOR.  […] Ce sera assez pour l’ouvrir un bien vaste horizon ; et, ensuite, tu pourras marcher en avant sans avoir besoin de moi.

MICHEL. Et où trouver tous ces livres?

VICTOR. Chez les libraires : quand on ne trouve pas chez l’un, on va chez l’autre ; on les parcourt tous au besoin.

MICHEL. Et les prix?

VICTOR. Les prix varient: il y a des livres de 1 fr., de 2 fr., de 3 fr. ; de plus, de moins ; cela dépend du format, de la nature des œuvres, et de la manière dont elles ont été éditées.

MICHEL. Bien ! Merci, Victor ; maintenant lu peux lire tout à ton aise sans redouter que je te gronde ; va, tu m’as donné ton défaut : me voilà un enragé lecteur11.

 

Source Ouvrages
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Ouvrages spéciaux selon corps de métiers
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) Histoire de France
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) une géographie
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) un dictionnaire géographique
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) un dictionnaire de la langue française
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage (édition de 1840) une encyclopédie (Ex 1. dirigée par Pierre Leroux et Jean Reynaud; ex 2. encyclopédie de M. Courtin)
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 L’Iliade et l’Odyssée d’Homère
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 l’Enéide de Virgile
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 La Jérusalem délivrée du Tasse
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Paradis perdu de Milton
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Télémaque de Fénelon
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Corneille
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Racine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Molière
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Voltaire
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Chefs-d’œuvre dramatiques de Ducis
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Boileau
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Lafontaine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Chateaubriand
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Béranger
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Lamartine
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Casimir Delavigne
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de Victor Hugo
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Morceaux de George Sand
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Les Paroles d’un croyant de Lamennais
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Livre du Peuple de Lamennais
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Les Dialogues de maître Pierre de Cornemin
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 L’Inauguration de la statue de Gutenberg de Aug. Luchet
Ouvrages préconisés par le Livre du Compagnonnage en 1840 Le Magasin pittoresque
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) livres d’agriculture comme la Maison rustique pour les paysans
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Ouvrages spéciaux selon corps de métiers
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Iliade et l’Odyssée d’Homère
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Enéide de Virgile
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Géorgiques de Virgile
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Jérusalem délivrée du Tasse
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Paradis perdu de Milton
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Moralistes anciens
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Évangiles, la Bible
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Télémaque de Fénelon
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Estelle et Némorin de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Numa de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Chaumière indienne de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Etudes de la nature de Bernardin de Saint-Pierre
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Incas de Marmontel
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Lettres d’une Péruvienne par Mme De Graffigny
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un choix des Lettres de Madame de Sévigné
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fables de Lafontaine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fables de Florian
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Œuvres choisies de Corneille
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Théâtre de Racine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Théâtre de Molière
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Chef-d’œuvre dramatique de Voltaire
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Théâtre de Ducis
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Théâtre de Schiller
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Esprit des lois de Montesquieu
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix des morceaux de Buffon
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Discours sur l’Histoire universelle de Bossuet
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Essai sur les mœurs de Voltaire
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Robinson Crusoë de Daniel De Foé
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Robinson suisse de Wyss
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Gil Blas de Santillane par Lesage
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Fiancés de Manzoni
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Magu le Tisserand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Reboul
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Poncy
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Lebreton
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Beuzeville
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Poésies de Lapointe
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un Résumé de littérature
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Mes Prisons de Silvio Pellico
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) De l’ambition de l’estime publique de Giraud
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Atala de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) René de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages en Amérique de Chateaubriand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Émile de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Lettres sur la botanique de Jean-Jacques Rousseau
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Mondes de Fontenelle
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Hommes illustres de Plutarque
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Mystères de Paris par Eugène Sue
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Case de l’Oncle Tom par Mme Becher-Stowe
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Compagnon du Tour de France par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Mare au diable par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) La Petite Fadette par George Sand
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Les Entretiens du Village par Cornemin
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Notre-Dame de Paris par Victor Hugo
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Le Tailleur de pierre de Saint-Point par Lamartine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) L’Oiseau par Michelet
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire des peuples anciens
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire de France
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une histoire de la révolution française
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un dictionnaire de la langue française
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Un dictionnaire géographique, avec cartes
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Une petite biographie universelle
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages de Cook
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Voyages de Le Vaillant
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Lamennais
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Lamartine
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Victor Hugo
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Casimir Delavigne
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Alfred de Vigny
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Turquety
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Ponsard
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Choix de Alexandre Dumas
Ouvrages préconisés dans le « dialogue sur la lecture » (1857) Petits traités sur les sciences

 

Illustration du Livre du compagnonnage d’Agricol Perdiguier (édition de 1857). Agricol Perdiguier a lui-même été reçu compagnon menuisier à l’issue de son Tour de France. Gallica (BnF)
Cite this article as: Agnès Sandras, "La « bonne bibliothèque » et le « dialogue sur la lecture » d’Agricol Perdiguier," in Bibliothèques populaires, 14/12/2017, https://bai.hypotheses.org/1861.

 

 

  1. Noë Richter, « Lecture populaire et lecture ouvrière », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1983, n° 2, p. 123-134. []
  2. Voir les conseils bibliographiques donnés dans sa notice Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Agricol_Perdiguier et la conférence de Maurice Agulhon à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1997: http://bai.asso.fr/wordpress/conference/soiree-de-janvier-1997-agricol-perdiguier/ []
  3. Voir Martine Watrelot, « Une littérature populaire: le Livre du Compagnonnage – La rencontre entre Agricol Perdiguier et George Sand », article publié dans 1851, une insurrection pour la République. Evénements, mémoire, littérature, Association 1851, Les Mées, décembre 2004, pp. 211-226. []
  4. George Sand,  Le compagnon du Tour de France. Paris, Perrotin, 1841. []
  5. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 2. Paris,  Perdiguier, 1857. []
  6. Ibid. p. 274. []
  7. Ibid. p. 276. []
  8. Ibid., page 274. []
  9. Ibid. []
  10. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 1. Paris,  Perdiguier, 1857. Page 8. []
  11. Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage. Tome 2. Paris,  Perdiguier, 1857. Page 185. []

Une réflexion sur « La « bonne bibliothèque » et le « dialogue sur la lecture » d’Agricol Perdiguier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.