Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment Le Siècle1 s’est intéressé à la réflexion autour de la création des bibliothèques populaires sous l’impulsion d’Anthime Corbon. Dans ce billet, nous allons découvrir que tout au long de l’année 1866, Le Siècle a pris la défense des bibliothèques populaires en butte aux tracasseries de l’administration impériale alors que la quasi totalité de la presse observait un silence prudent… Cet engagement du Siècle nous permet un siècle et demi plus tard de repérer les  véritables combats qui se sont engagés un peu partout en France pour la naissance des bibliothèques populaires, et de les documenter grâce aux ressources croissantes fournies par la numérisation. Nous allons ainsi voyager de Verzenay (Marne) à Marseille, en passant par Épernay (Marne), Chevilly (Loiret), et Anduze (Gard). Ces différentes bibliothèques ont reçu le soutien, parfois conjoint, des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de la Société Franklin, et de la Ligue de l’enseignement.

Si Le Siècle se soucie de la possibilité de créer des bibliothèques populaires, dans la réflexion plus large qu’il soutient sur l’instruction populaire, il ne se passionne pas immédiatement pour les fondations effectives. Ainsi, la naissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), en 1861, n’est évoquée qu’un an plus tard dans ses colonnes. L’aide des autorités politiques est soulignée, peut-être pour suggérer entre les lignes que les ouvriers fondateurs n’ont pas eu d’autre choix, pour obtenir l’ouverture de la BAI-III, que d’accepter des parrainages qui s’apparentent à une surveillance et les débordent rapidement : présence par exemple dans ses rangs d’Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III ; rôles-clé détenus par des notables familiers de l’entourage impérial, comme Auguste Perdonnet ; locaux de la bibliothèque situés dans la mairie du IIIe Arrondissement …

Il y a quelque temps, la bibliothèque des Amis de l’Instruction a eu sa première séance publique au Conservatoire des arts-et-métiers, devant un auditoire nombreux.

Après un discours applaudi de M. Perdonnet, président, le secrétaire général, M. Meyer, inspecteur de l’instruction primaire, a lu un rapport, interrompu à plusieurs reprises par les marques d’approbation chaleureuses de l’assemblée. Suivant ce rapport, le 17 mars 1861, deux professeurs réunis à quelques ouvriers, se concertèrent pour se procurer les livres nécessaires à toute bibliothèque utile et pour en faire profiter les autres au meilleur marché possible. Le problème à résoudre, c’était de rendre cette institution accessible à tous, sans qu’ils fussent obligés, après une longue journée de labeur, de quitter chaque soir leur logis. Au commencement de juin, dans une première réunion de l’assemblée générale, qui eut lieu chez M. Marguerin, directeur de l’école Turgot, le problème fut résolu. On vota l’association et la cotisation, et deux cents adhérents avaient déjà accepté ce double principe. Le 7 août., 1861, l’autorisation ministérielle était accordée à la société, qui s’assura le concours des deux grandes associations polytechnique et philotechnique. M. Arnaud Jeanti, maire du 3e arrondissement, offrit dans sa mairie un emplacement convenable pour la bibliothèque et pour les lecteurs. Toutes les autorités, le ministre de l’instruction en tête, se sont empressées d’encourager cette œuvre populaire. Aujourd’hui la société compte 700 souscripteurs et possède 2,000 volumes. Le mouvement du prêt s’est élevé, dans les six premiers mois de l’année, à 3,875 volumes2.

Le Siècle ne s’intéresse ni aux difficultés rencontrées par la BAI-III, en 1863, lorsque celle-ci faillit fermer, le maire du IIIe Arrondissement  ayant vu en elle une assemblée de factieux3, ni à celles entourant la naissance de la bibliothèque populaire de Versailles. En revanche, il dénonce âprement les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires de province dans les années 1866-1867. Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • les obstacles éprouvés par certaines BAI parisiennes et celle de Versailles touchent sans doute  de trop près le pouvoir impérial pour que Le Siècle s’y frotte. En effet, c’est prendre de gros risques dans une période où la presse est étroitement surveillée et facilement bâillonnée
  • Le Siècle tente peut-être toutefois de faire réagir  le pouvoir impérial sur des cas rencontrés dans toute la France, à un moment où l’on rassemble des exemples d’éducation populaire pour en faire la promotion à la future Exposition universelle de 1867 et ainsi vanter les mérites de la politique libérale
  • Les premiers résultats encourageants des bibliothèques populaires et de la Société Franklin permettent  de plaider la cause de nouvelles créations et démontrer que les craintes des autorités sont infondées

Le premier cas rapporté par Le Siècle date de janvier 1866. Il est englobé dans un ensemble de nouvelles destinées à montrer que l’éducation populaire des communes rurales est prise en main par des hommes dévoués et pourtant en butte aux tracasseries administratives. Il s’agit du combat épique mené depuis 1862 par le médecin d’un bourg champenois contre un sous-préfet qui applique de manière très stricte les consignes données par le ministère (on y reviendra très prochainement dans un billet) :

Verzenay fait partie de l’arrondissement de Reims, et Verzenay voudrait bien avoir une bibliothèque populaire ; mais voilà trois ans qu’on sollicite en vain l’autorisation. Cinq fois le règlement a été modifié, corrigé, retouché, sans que l’administration ait été satisfaite. Nous voyons seulement par une lettre du sous-préfet de Reims au docteur Mailliart que la susdite administration ne sera contente qu’à la condition de choisir elle-même non-seulement le président et les membres du comité, mais encore les livres et le local. Trois ans pour en venir à ce résultat ! Si nous parvenons à instruire le peuple, nous y aurons mis le temps. Au nombre des braves instituteurs qui, pendant ces longues soirées d’hiver, ont tenu des cours gratuits d’adultes, il faut citer M. Jules Thielon, à Mont-Louis-sur-Loir (Indre-et-Loire), qui fournissait le chauffage, l’éclairage et les livres à ses élèves. Honneur à ces hommes désintéressés et dévoués qui, sans autre récompense que le sentiment d’une bonne action accomplie, répandent parmi nos populations rurales l’instruction, dont elles ont un si grand besoin4 !

Notons que les autres grands journaux ne semblent pas s’être souciés de cette affaire, sans doute par crainte de trop s’engager. Ainsi, elle sera racontée en détail, mais en 1875, par La Presse (voir un prochain billet) !

Au cœur des tracasseries connues par les fondateurs de bibliothèques populaires, la législation qui interdit alors les réunions de plus de vingt personnes (même par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite (loi de 1834 complétant l’article 291 du Code pénal). Or pour fonder une association et la déclarer aux autorités, encore faut-il pouvoir se réunir une première fois… Le Siècle répercute donc avec  humour une circulaire incitant les  préfets à plus de souplesse dans des cas très précis et limités. Le journaliste conclut d’ailleurs :

Quoi qu’il en soit, tous les citoyens qui songent à former des sociétés de secours mutuels, des associations coopératives, des bibliothèques populaires ou même des cabinets de lecture, grâce à la circulaire ministérielle, devront trouver dans les dispositions de l’autorité plus de bienveillance et de sympathie que par le passé. Nous devions, sous ce rapport, signaler le progrès5.

Le 10 avril 1866, c’est toujours l’humour que manie Le Siècle pour se moquer d’une décision prise cette fois-ci à  Paris. Il s’agit du cas non moins épineux des conférences encouragées à double titre par les bibliothèques populaires : elles permettent de dispenser une instruction et de prolonger ou de susciter des lectures ; la libre participation des auditeurs alimente les budgets souvent très restreints d’acquisitions d’ouvrages. Ces conférences nécessitent des autorisations préfectorales, et les préfets examinent très attentivement le thème des conférences et la réputation du conférencier. Des agents de police sont chargés d’écouter les conférences et font des rapports (Voir un prochain billet sur les conférences). Taxile Delord   signale que si la bibliothèque populaire de Versailles a pu organiser une manifestation, il n’a pas été possible à M. Guéroult de donner une conférence sur le saint-simonisme à Paris :

M. Saint-Marc Girardin a pu faire dimanche à Versailles, et dans la salle du Jeu-de-Paume encore, une très-intéressante conférence au profit de la bibliothèque populaire de la ville ; à Paris, M. Adolphe Guéroult, moins heureux, n’a point été autorisé à consacrer une heure à parler devant le public de la rue Cadet des œuvres de Saint-Simon ; le gouvernement ne voulant pas que la participation des hommes politiques aux conférences leur fasse perdre leur caractère scientifique et littéraire. Ainsi, l’illustre Arago, s’il vivait encore, demanderait en vain à faire à Paris une conférence sur Condorcet, dont il a raconté la vie. « Prenez-le coche, lui dirait-on, et allez faire votre conférence à Pontoise »6.

Cette brève en révèle beaucoup sur les enjeux politiques de l’instruction populaire à cette période. Rappelons déjà que la bibliothèque populaire de Versailles, après avoir connu bien des réticences de la part des pouvoirs politiques7, a pu ouvrir grâce à l’obstination d’Édouard Charton, républicain saint-simonien. Une fois installée, la bibliothèque a connu une paix relative de la part des autorités, et disposé pour ses conférences de la salle du Jeu de Paume, au haut pouvoir symbolique. Au début du mois d’avril 186, Saint-Marc Girardin a donc parlé du « choix des lectures populaires » devant un vaste public, et déclaré que « en initiant de nouvelles classes de lecteurs à de nobles jouissances, on parviendra à effacer des distinctions artificielles et à créer la vraie égalité, l’égalité en haut8 ! » Adolphe Guéroult est quant à lui un publiciste très renommé, franc-maçon et  ancien saint-simonien, qui vient de publier dans son journal L’Opinion nationale 9 le Manifeste des Soixante, cette « première charte de classe d’un mouvement ouvrier français en voie de devenir adulte » selon Marx10. Le Manifeste des Soixante a principalement été initié par l’ouvrier ciseleur Henri Tolain. Rappelons que « la rue Cadet » désigne le Grand Orient de France.  Cet entrefilet et ses sous-entendus nous plongent donc au cœur des relations très complexes de plusieurs réseaux d’influence autour de l’instruction populaire, et plus particulièrement des bibliothèques populaires. 

Pilotell, Le Bouffon, juin 1867.
Pilotell, « Adolphe Guéroult », Le Bouffon, juin 1867.

Le Grand Orient met alors sa grande salle à la disposition de conférences instructives et de lectures. Édouard Laboulaye, par exemple, président de la BAI-V, y donnera une conférence pour la Société de l’Instruction élémentaire11. Les franc-maçons, comme Charles Fauvéty, ont été très actifs dans la fondation des premières bibliothèques populaires. Le second réseau est celui des saint-simoniens, comme on l’a vu plus haut. Adolphe Guéroult comme Charles Fauvéty et Édouard Laboulaye seront quatre ans plus tard parmi les soutiens de l’Association pour le droit des femmes12 fondée par le franc-maçon Léon Richer. Or, Charles Fauvéty a été proche, comme son ami Jean-Baptiste Girard, le principal fondateur des BAI, de Jeanne Deroin, ce qui explique en partie l’accueil favorable fait aux femmes lectrices dans ces premières bibliothèques populaires13. Enfin, Henri Tolain œuvre à la fondation de l’Association internationale des Travailleurs, dont le premier bureau ouvre rue des Gravilliers, rue où résident Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III, ou bien encore Jean-Victor Bellamy, administrateur de la BAI-III et membre actif de l’AIT.

Trois jours après Le Siècle signale de nouvelles difficultés dans le Sud de la France, à Marseille cette fois :

Le Père Tranquille, journal de Marseille, se mêlant un peu de tout chaque jeudi, s’est mêlé de créer une bibliothèque populaire libre dans le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Qui se serait jamais douté qu’aucune institution de ce genre n’existât encore dans une ville comme Marseille ? C’est là une lacune qu’il faut s’empresser de combler. Espérons que les Marseillais s’empresseront de répondre à l’appel du rédacteur en chef du journal dont nous venons de parler, M. Royaunès [sic] , un écrivain distingué dont nous avons lu dernièrement une excellente brochure, L’Athéisme et la Révolution14.

Notons qu’à nouveau Le Siècle semble être un des seuls journaux à signaler ce cas désagréable aux autorités politiques. En effet, Adolphe Royannez est un publiciste connu à Marseille pour ses positions anticléricales et proudhoniennes15. Il a beau déclarer dans que dans le cas où ses opinions philosophiques le feraient juger indigne de la confiance de l’autorité, il s’engage à se démettre de ses fonctions provisoires de président et à  ne pas faire partie du bureau après validation des statuts, sa demande est rejetée16. Adolphe Royannez répercute la décision préfectorale dans son journal (Le Père tranquille) et en appelle à la presse politique parisienne17. Mais Le Siècle semble avoir été un des rares journaux à réagir…

Deux jours plus tard, Taxile Delord attire à nouveau l’attention des lecteurs du Siècle sur les difficultés d’établissement d’une bibliothèque populaire, cette fois dans une commune proche d’Orléans, Chevilly  :

La petite commune de Chevilly, dans les environs d’Orléans, est célèbre dans le département du Loiret par ses luttes en faveur de l’enseignement laïque. Quelques habitants de cette commune ont eu l’idée d’y fonder une bibliothèque populaire. Le 16 novembre dernier, ces honorables citoyens se présentaient à l’hôtel de la préfecture, à Orléans, pour demander au préfet l’autorisation nécessaire en pareil cas, et laissaient entre les mains de ce haut fonctionnaire une copie des statuts, les noms des membres du conseil d’administration et le catalogue des ouvrages destinés à la bibliothèque. Charmés de l’accueil bienveillant et aimable du préfet, convaincus qu’ils s’étaient entièrement conformés à la loi et aux règles tracées par le gouvernement, les promoteurs de la bibliothèque s’étaient retirés avec la douce certitude que l’autorisation allait leur être accordée ; ils l’attendent encore. Trois lettres écrites à M. le préfet sont restées sans réponse ; de nouvelles démarches ont eu pour résultat des réponses évasives. Ce n’est pas tout : le parti qui depuis quatre ans combat à Chevilly l’enseignement laïque, ce parti qui récemment faisait signer à domicile une pétition pour demander la suppression du traitement de l’institutrice laïque adjointe, et par conséquent son renvoi, est autorisé à ouvrir une bibliothèque populaire : Sic vos non vobis. Les libéraux de Chevilly ne protestent point contre l’autorisation donnée à d’autres qu’à eux, ils se félicitent au contraire de leur avoir montré le chemin du progrès ; mais ils s’étonnent, à bon droit, de la lenteur qu’apporte M. le préfet à leur faire connaître sa décision. Espérons qu’il se décidera à les tirer d’incertitude18.

La bibliothèque sera établie grâce aux efforts du Cercle de la Ligue de l’Enseignement. En 1868, elle possèdera 140 volumes et organisera des lectures du soir19.

En novembre 1866, c’est une petite ville du Gard qui occupe Le Siècle, sans doute désireux d’attirer l’attention sur un autre type de souci rencontré par les bibliothèques populaires, à savoir l’autorité possiblement exercée par les maires du Second Empire sur les  structures associatives. En effet, la Société Franklin recommandait lors de la fondation d’une bibliothèque populaire de désigner le maire comme président honoraire afin de faciliter les relations avec les autorités préfectorales. Il est alors plutôt d’usage que le maire se contente de ce  rôle honorifique, mais tous  ne respectent pas cet usage. Dans un premier article, le 15 novembre, Le Siècle accuse le maire d’Anduze de s’immiscer dans l’utilisation des fonds de la bibliothèque20. Dès le lendemain, l’édile, Albin de Montvaillant, envoie une réponse au Siècle qui la publie le 28 novembre. Il faut lire in extenso ce courrier (ici) et l’analyse qu’en fait Le Siècle pour comprendre les enjeux qui se nouent dans des conceptions différentes des bibliothèques, et en particulier la notion de bibliothèque populaire libre face à la bibliothèque populaire communale.

 En effet, la circulaire Rouland sur les bibliothèques scolaires en mai 1860 a permis aux bibliothèques populaires de trouver une légitimité. À cette occasion, le ministre de l’Instruction et des Cultes a lancé un appel à l’initiative privée, appel qui souligne l’impuissance du gouvernement impérial à satisfaire les besoins en instruction de la population et ouvre la brèche pour des bibliothèques libres. Les premières bibliothèques populaires libres relèvent cependant du Ministère de l’Intérieur puisque ce sont des associations. Sous-préfets et préfets examinent leurs statuts, la composition des membres du bureau et peuvent demander  des modifications, voire opposer un refus21. Ils ont aussi la tâche de  prendre connaissance du catalogue, lors de la constitution des fonds, puis d’exercer une surveillance annuelle sur les nouvelles acquisitions, le pouvoir craignant des ouvrages séditieux et/ou immoraux. Or cet examen demande des connaissances spécifiques. Dans un premier temps, le ministère de l’Intérieur semble avoir réclamé les lumières du ministère de l’Instruction. En témoigne une lettre de juin 1866 par laquelle le ministre de l’instruction, sollicité par l’Intérieur à propos de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, explique qu’il ne pourra fournir à son homologue qu’une aide très ponctuelle et lui conseille de suivre les règles suivantes :

Considérant que, par la lettre précitée, le Ministre de l’Intérieur demande quels sont les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Que pour donner son avis sur une demande de cette nature, la commission ne peut se placer au point de vue sévère et rigoureux qu’elle a adopté en ce qui touche le choix des livres à distribuer, par le Ministère, aux bibliothèques scolaires d’adultes ; qu’en effet, il ne s’agit, ni d’une bibliothèque placée dans l’école sous la direction et le contrôle du maître comme appendice du cours d’adultes, ou à titre de moyen d’éducation et pour la surveillance de laquelle le Ministre de l’Instruction Publique serait compétent, ni même d’une bibliothèque communale à fonder par la municipalité au moyen de deniers communaux, sous la responsabilité de l’administration locale et sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur ; qu’il s’agit d’une bibliothèque libre, établie au moyen de souscriptions particulières, soit pour l’usage des classes ouvrières, soit pour fournir à des lecteurs plus instruits un moyen de l’instruction ou même d’amusement ou de distraction ; que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public.

   Considérant qu’il sera fait une juste appréciation de ce double intérêt par l’adoption des règles suivantes :

     1° Ne conserver dans un catalogue de cette nature aucun livre qui n’aurait pas obtenu l’estampille du colportage, la Commission de Colportage est instituée, en effet, pour empêcher la circulation dans les villes ou dans les campagnes des ouvrages dangereux offerts à domicile au lecteur dans un but de lucre, ou dans un but de propagande. Peu importe que la circulation s’opère soit par un colporteur, soit par l’intermédiaire d’un bibliothécaire qui au lieu de poursuivre le lecteur, l’attendrait au siège de la bibliothèque et répandrait dans le pays des ouvrages nuisibles.

     2° Y tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis dans les bibliothèques scolaires ;

     3° Faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux.

     Considérant que si, en ce qui concerne le choix des livres destinés aux bibliothèques scolaires, la Commission permanente ne statue pour chacun d’eux qu’après un rapport écrit, elle ne pourrait songer à adopter, pour examiner l’affaire actuelle, cette forme de procédure ; qu’elle a pu et dû se borner, pour répondre à l’avis qui lui est demandé, à entendre la lecture complète du catalogue, sauf à délibérer sur les propositions d’exclusion ou de mise à part qui seraient faites sur tel ou tel ouvrage, par le rapporteur ou par un de ses membres de la Commission ; qu’en ce qui touche les ouvrages d’inconnus à tous les membres précédents et sur lesquels, par la seule mention du titre ou du nom de l’auteur, un scrupule pourrait s’élever, elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen22.

 À Épernay, la question des ouvrages jugés licencieux par le pouvoir se règle discrètement. En effet, cette bibliothèque bénéficie du soutien d’Auguste Perdonnet, proche du cercle impérial, qui a fait partie des premiers fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement23. Auguste Perdonnet est d’ailleurs le donateur des œuvres de Voltaire que la bibliothèque des Amis de l’Instruction met à part dans une armoire grillagée pour rassurer les autorités… Pour d’autres bibliothèques populaires, en particulier celles de Saint-Étienne et d’Oullins en 1867, cette question viendra au grand jour, et Le Siècle ne sera plus désormais seul à évoquer la question des bibliothèques populaires (voir prochain billet ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951.

  1. En ligne sur Gallica ici. []
  2. Le Siècle, 30 septembre 1862 []
  3. Sur cette crise voir Ian Frazer,  » Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1985. []
  4. Le Siècle, 2 janvier 1866. []
  5. E. André-Pasquet,  » Le droit de réunion », Le Siècle, 2 avril 1866. []
  6. Taxile Delord, »Partie politique », Le Siècle, 10 avril 1866. []
  7. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  8. Ernest Bersot, Le Journal des Débats politiques et littéraires, 10 avril 1866. []
  9. Voir Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau [et alii], Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860, La Découverte, 2016. []
  10. Jacques Julliard, Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, Flammarion, 2014. []
  11. Le Petit Journal, 28 janvier 1870. []
  12. Voir Alban Jacquemart, « Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable« . EHESS, 2011. []
  13. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 (dir. Carole Christen, Laurent Besse), Presses universitaires du Septentrion, 2016. []
  14. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  15. Voir Michael Pakenham, Keith Cameron, Le Champ littéraire 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham. Rodopi, 1996. []
  16. Voir Robert Rossi, Léo Taxil (1854-1907) : du journalisme anticlérical à la mystification transcendante, Le Fioupélan, 2016. []
  17. Ibid. []
  18. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  19. Voir Jean Macé, Les Origines de la Ligue de l’Enseignement 1861-1870, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1891. []
  20. « Courrier », Le Siècle, 15 novembre 1866. []
  21. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  22. Lettre du Ministre de l’Instruction Publique  au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives Nationales : F/1a/632. []
  23. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []

Une réflexion sur « Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *