Et si vous furetiez dans Les Lectures de Prison ?

J’ai exploré les Lectures de prison, Le Lampadaire, 2017. 464 p. Et je vous incite à mener cette exploration à votre tour.

Préface : Philippe Claudel. Postface : Jean-Lucien Sanchez.

Direction éditoriale : Sophie Saulnier

Thomas Bellegarde et Philippine Chaumont, graphistes.

L’objet est surprenant. Pavé aux tons de grisaille, comme déchaussé d’une cour de prison. Le titre et le code barre l’apparentent  quant à eux à une thèse. Ça va être sévère, se dit-on. Impression confirmée par une série de photographies en noir et blanc, sans légendes. Des photographies anciennes de l’univers carcéral. Perte de repères. Le lecteur  se débat, cherche la table des légendes, les têtes de chapitres. Les trouve et respire ! la lecture le pose, il peut comprendre, retrouver la légende de chaque photographie … On réalise qu’on vient de vivre une expérience d’enfermement, un égarement, et que la lecture  a permis de sortir du labyrinthe, de se calmer. Alors, l’objet surprenant, très esthétisant, donne ses clés, grâce à la préface et aux cinq présentations des thématiques par des spécialistes des bibliothèques et/ou des prisons …

La partie texte est en effet composée de cinq chapitres  :

CHAPITRE 1 Historique de la bibliothèque de prison et représentations associées, par Philippe Artières, historien
CHAPITRE 2 Constitution et organisation des fonds, par Guillaume de la Taille, conservateur
CHAPITRE 3 Circulation du livre et fonctionnement des bibliothèques, par Marianne Terrusse, bibliothécaire
CHAPITRE 4 Ce que lisent les personnes détenues, par Jean-Louis Fabiani, sociologue
CHAPITRE 5 Le lieu bibliothèque, par Claude Poissenot, sociologue

L’objet métaphore est pleinement réussi. Il incarne l’emprisonnement, la  perte des repères et la réassurance qui vient petit à petit avec l’univers de l’image, des livres. Il nous dit aussi que la bibliothèque de prison est un refuge difficile à trouver, une lumière difficile à saisir, et que son invention n’allait pas de soi.

Délibérément modeste dans ses ambitions, il incite, et il faut souhaiter qu’on entendra cette exhortation, à explorer les archives et imprimés qu’il reproduit (catalogues de la bibliothèque de la Bastille, lettres de prisonniers de la Bastille et listes de livres qu’ils lisent ; registres des livres empruntés à la prison de Fontenay-le Comte (1873-1926) ; catalogue de la bibliothèque de la prison Saint Paul (Lyon); etc.), afin d’en savoir plus sur l’histoire de ces bibliothèques de prisons. On espère aussi qu’il servira de pionnier dans une histoire encore trop méconnue. La mythologie des bibliothèques des Amis de l’Instruction ne raconte-elle pas par exemple que, détenus à la prison Sainte-Pélagie (qui comportait une bibliothèque) pour cause de réunions socialistes, Jean-Baptiste Girard et ses amis auraient alors réfléchi à la fondation des bibliothèques populaires … ?!

Bulletin du bibliophile, 1849. Gallica (BnF).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.