Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression « bibliothèque populaire » dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche « bibliothèque populaire » pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du présidente et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

« Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. « 

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques « ouvrages de polémique sociale et religieuse » et espérant le « plaisir […] de les voir disparaître »21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, « Des nouvelles mesures contre le colportage », Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.