La bibliothèque roulante, les enfants et le maraîcher : quand le goût de la lecture impliquait efforts physiques et entraide !

Les bibliothèques populaires ont pour certaines échangé des livres entre elles, ou proposé leurs ouvrages à des communes voisines, dès le Second Empire. Il fallait pour cela transporter les ouvrages dans des caisses. Ce système est entre autres inspiré des « circulating libraries » des grandes villes londoniennes et américaines qui utilisaient alors les trains de banlieue pour transporter les caisses. Voici le fonctionnement de la bibliothèque roulante mise en place à Nancy et dans les communes voisines en 1891 :

Une bibliothèque principale envoie dans chaque quartier des caisses de livres qui circulent d’école en école. Cette bibliothèque roulante rentre au dépôt principal, à la fin de chaque année, et l’on procède alors aux réparations les  plus urgentes.

Le roulement s’opère sans frais. Les caisses munies de poignées sont confiées à des écoliers chargés du transport. Bien plus, la bibliothèque roulante de Nancy envoie des livres aux communes voisines. Un maraîcher complaisant charge les caisses sur sa charrette, et les distribue aux hameaux visités1.

  1. La Justice, 5 avril 1891. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *