L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement

Parmi les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI), celle du XIIIe arrondissement est évoquée par Maxime Rodinson, historien, sociologue et linguiste spécialiste de l’Islam dans ses Mémoires d’un marginal parues un an après sa mort : le rôle vital qu’a rempli ce foyer de lecture et de sociabilité pour le jeune apprenti né de parents juifs immigrés d’Europe de l’Est épris de valeurs universalistes y est décrit avec conviction.

Évoquant le Paris populaire dont faisait partie le quartier des Gobelins de son enfance, il explique comment le jeune autodidacte qu’il était nourrissait grâce aux livres de la BAI son insatiable appétit de livres et de culture qui allait faire de lui un des grands orientalistes français, titulaire de la chaire d’éthiopien et de sud-arabique à l’École pratique des hautes études :

La bibliothèque paternelle ou plutôt ses vestiges étaient fort loin de suffire à ma boulimie de savoir. Je passerai vite sur la curieuse et minuscule bibliothèque d’une classe supérieure de l’école primaire … une réserve de livres bien plus importante m’était offerte au lieu même de ma naissance, tout près de notre domicile-atelier de la rue Véronèse, dans le « passage » du 59, rue des Gobelins … Il y avait là, sur la gauche en entrant, au rez-de chaussée, mais un peu surélevé, un vaste local qui servit plus tard à une pizzeria. Dans mon enfance (et un peu auparavant) y était installée … [la] « Bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement ». Si vous notez ce titre, prenez garde de ne pas écrire « XIIIe » en chiffres romains… tradition archaïque liée à l’Ancien Régime, à l’aristocratie et au cléricalisme. Le modernisme progressiste et républicain devait l’abolir !

J’ai totalement oublié comment était organisée cette bibliothèque à laquelle on pouvait s’inscrire en payant une cotisation très modique … Je me souviens seulement de la grande salle rectangulaire encadrée par des rayonnages du plancher au plafond. Au fond de la salle aux rayonnages, une petite porte menait à une plus petite arrière-salle … où on gardait les livres les plus précieux. Mais surtout une grande table centrale permettait de tenir des réunions de bureau.

Là se réunissaient quelques personnes en charge de l’administration de l’institution, en général barbues, avec toutes les particularités vestimentaires, physionomiques et capillaires qui sont devenues classiques pour représenter les républicains du temps du Second Empire et leurs successeurs du temps de la IIIe République, radicaux-socialistes et militants de la laïcité, souvent francs-maçons. Du moins c’est l’image que j’en ai gardée.

… Il est peut être … intéressant de rapporter ici l’apport de la fréquentation de cette bibliothèque à ma formation globale et d’abord, ce qu’elle offrait à mes appétits culturels … il y avait évidemment de nombreux ouvrages classiques de littérature française, mais aussi anglaise, allemande, etc., ou encore grecs et latins, tous en traduction évidemment. Beaucoup de livres de vulgarisation concernaient les sciences physiques et naturelles ou l’astronomie. C’étaient des livres honnêtes, sans particularité, ou avec des orientations diverses et contradictoires. Certains étaient dépassés par le progrès des études, remontant à des achats anciens, peut-être au fond de départ. Il y avait beaucoup de livres d’histoire (y compris d’histoire des religions et d’histoire non occidentale) et certains classiques philosophiques.

Mais le fonds de littérature engagée était néanmoins très important. De nombreux livres étaient consacrés à la polémique anticléricale, ou tout au moins nettement inclinés dans ce sens. De même pour la polémique républicaine contre l’Ancien Régime. L’anticléricalisme débouchait très souvent sur la critique des religions. L’extrême gauche était relativement peu représentée. Mais tout de même, on trouvait là des ouvrages critiquant la morale traditionnelle. Très globalement, on peut dire que l’inspiration générale suggérée se rattachait à un déisme agnostique.

Ma passion pour l’histoire orienta le plus souvent mes lectures. Je savais déjà beaucoup de choses par l’école sur l’histoire de France, avec un complément factuellement très douteux, mais utilement mémorisable, comme pour tous les Français et beaucoup d’autres, puisé chez Alexandre Dumas père. Mais cela ne me suffisait pas. C’est le hasard, je crois – livres laissés libres par les emprunteurs –, qui me fit lire Michelet, mais systématiquement au moins les les premiers volumes de la grande Histoire de France d’Henri Martin (1810-1883) en dix-neuf volumes, « pesante compilation dit le rigoureux historien Louis Halphen … je dévorais donc passionnément les pages sur les révoltés du Moyen Âge à l’époque de la Grande Jacquerie de 1368… sur la révolution bourgeoise déclenchée à Paris par le prévôt des marchands Etienne Marcel… [sur] le mouvement des communes en Flandres… Mais les rayonnages de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction portaient d’autres livres qui recelaient bien d’autres trésors, lesquels élargissaient énormément mon horizon… c’est l’histoire qui m’attirait primordialement et, de la façon la plus séductive [sic], mais non exclusivement, l’histoire des pays lointains, celle qui était la plus négligée par l’enseignement scolaire. La bibliothèque contenait presque tous les volumes de « L’Univers pittoresque que ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs et coutumes, etc. », collection publiée par le célèbre éditeur Firmin Didot, dans les années 1830 et 1840.

Je ne me dissimulais pas que ces ouvrages contenaient des informations déjà anciennes et périmées… je ne disposais de rien de mieux pour le moment. En attendant, un noyau de connaissances valables se trouvait là et me fournissait des repères précieux.

Bibliographie :

Maxime Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Fayard, 2005, p.260 et suivantes

Jérémie Chaponneau, « L’Orient sans fantasmes. Maxime Rodinson (1915-2004) », Revue de la BnF, 2018/1, n° 56, p. 174-183


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.