« Le désir fou de lire ces choses » … littérature catholique et bibliothèques populaires

« Rêverie », illustration de « Noëlle », Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des « histoires violentes de passions déchaînées et malsaines », des « pages criminelles » . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa « rêverie » la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.
  1. Mme Henri Contesse, « Noëlle« ,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *