Les bibliothèques populaires hongroises vers 1900

Dans son  très riche ouvrage sur Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France (1906), Maurice Pellisson évoque  les bibliothèques populaires en Autriche-Hongrie. Il passe rapidement sur les bibliothèques hongroises et souligne :

On peut donc dire qu’en Hongrie tout reste à faire, ou peu s’en faut. Et cependant il est certain que la population, en  général, a le goût de la lecture; c’est un fait qui est attesté par le succès qu’obtiennent les publications procurées par les nombreuses sociétés qui s’emploient à propager les bons écrits. Ces sociétés, il est vrai, ont presque toutes un caractère confessionnel et les bons écrits qu’elles distribuent sont faits dans un but d’édification. Mais il est bien vraisemblable que le peuple, qui les lit, lirait volontiers autre chose, s’il le pouvait1.

Un jeune Hongrois, Pál Gulyás (1881-1963), futur directeur de la Bibliothèque nationale hongroise, réagit courtoisement mais fermement dans un long article donné au Bibliographe moderne: courrier international des archives et des bibliothèques en 1907. Ce texte, à lire ici, dresse un intéressant panorama des bibliothèques populaires hongroises vers 1900.

 

 

  1. Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France. Paris, Impr. nationale, 1906 . []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.