Le biblioteche del popolo (Consorzio milanese per le biblioteche popolari) : les bibliothèques du peuple (Consortium milanais pour les bibliothèques populaires)

couverture bib del popolo

Le livre instrument de rédemption sociale [1]  !

    À Milan, au début du XXe siècle, un ensemble d’institutions de statuts variés s’associent pour créer un réseau de bibliothèques populaires. En une année, quatre bibliothèques ouvrent et connaissent un franc succès qui est rapporté dans un état des lieux détaillé [2].

    Ce projet est porté par des socialistes réformistes dont Filipo Turati. Il est membre du Conseil d’administration de la Società promotrice delle biblioteche popolare qui a été fondée en  1867 par des éducateurs, économistes et politiques. Toutefois, rien de bien concret n’est venu étayer cette société, et une seule bibliothèque populaire fonctionnait à Milan, Turati la décrit ainsi dans sa préface : « divenuta la preda delle muffe e dei ragnateli » (« Elle était devenue la proie de la moisissure et des araignées », p. 5.). Turati déplore la situation des bibliothèques en Italie. Il soutient que  l’instruction est un bien indispensable et la bibliothèque, un instrument de progrès pour intégrer les classes laborieuses  nées de la révolution industrielle. Les bibliothèques apportent un bénéfice économique global à la société ; les besoins intellectuels des ouvriers augmentent avec l’essor de l’industrialisation, et si la machine remplace la force physique, l’homme a d’autant plus besoin de son cerveau pour la faire fonctionner. Mais l’argent manque pour la création des bibliothèques. Turati trouve enfin des financements après de L’Umanitaria, fondation  créée en 1893 par Prospero Moisè Loria, un entrepreneur juif. Elle développe des actions comme la création d’établissements éducatifs, techniques, professionnels,  et au-delà de la bienfaisance favorise l’auto-éducation. L’autonomie des participants et les bibliothèques populaires répondent à cette ambition. Pour ce projet, Turati rassemble aussi l’Université populaire, la Chambre du travail et la Società promotrice delle biblioteche popolare. Ces institutions se constituent en consortium et son conseil se réunit en novembre 1903. Le budget prévu est de 18 000 lires et la société Umanitaria fourni 6000 lires. La mise en œuvre est confiée à Ettore Fabietti [3] (1876-1962), autodidacte, socialiste, il a publié une vulgarisation du Capital de Marx,  passionné par la lecture et ses enjeux, il devient le bibliothécaire.  Ettore Fabietti et son équipe s’attellent à la création des espaces. Ils sont portés par cette entreprise galvanisante !  Des recherches sont menées en amont, ils étudient les réalisations en Europe et en Amérique. Ils rassemblent des données qualitatives et quantitatives sur plusieurs réseaux ; ils citent Paris en exemple où on recense 90 bibliothèques, dans divers quartiers, avec des collections entre 4000 et 20 000 livres qui réalisent 2 millions de prêts.

Dans ce rapport d’activité sur les bibliothèques du peuple publié après un an de fonctionnement, Fabietti relate avec précision et emphase un projet novateur.

La création des bibliothèques

Les espaces

Quatre bibliothèques ouvrent, elles sont nommées sections A, B, D, E, elles se répartissent dans différents quartiers milanais. La section C correspond à l’ancienne bibliothèque de la Società promotrice delle biblioteche popolare qui reste en l’état.

via crocefissoLa section B – via Crocefisso, 1905 (Biblioteche del popolo: Il primo anno del Consorzio milanese per le biblioteche popolari)

La section A est la plus grande, elle se situe via Ugo Foscolo, dans le centre de Milan, à côté de l’université populaire, qui fournit les premiers contingents de lecteurs. Elle est en accès libre, elle est constituée de deux grandes salles, équipées de mobilier neuf, de larges tables. Elle peut accueillir 50 lecteurs assis. Des divans sont installés le long des murs, de grandes fenêtres apportent la lumière naturelle et elle dispose aussi de lumière électrique pour les ouvertures nocturnes et du chauffage. Une troisième salle est dédiée à la distribution des livres, elle est entièrement carrelée et équipée avec des étagères du sol au plafond. Les horaires sont amples, 12 heures à 18 heures puis 20h30 à 23 heures soit 8h30 d’ouverture, sauf les jours fériés où les établissements ouvrent de 10 heures à 16 heures. La section B est située au  rez-de chaussée de la Chambre du travail (via crocefisso, au sud de Milan), elle est constituée de deux petites salles, une pour le prêt et la seconde pour la consultation. Le local est clair, propre et harmonieux. Les sections D et E sont dans des quartiers populaires (Porta Genova et Porta Venezia) elles sont installées de plein pied, elles disposent d’enseignes lumineuses extérieures. Les espaces sont simples mais décents avec du chauffage et des éclairages. La section C est l’ancien siège, (via Magenta), elle est maintenue en l’état.

Les personnels

Un bibliothécaire en chef, un secrétaire, un coursier travaillent pour le consortium et deux employés sont postés dans chaque section.

L’activité majeure du bibliothécaire est de toujours chercher à attirer de nouveaux lecteurs, « comme le prêtre, il a cure d’âmes ». La bonne marche des bibliothèques repose sur la responsabilité des employés au prêt qui guident et dirigent les lecteurs avec tact, attention et psychologie. Une bonne organisation tient aussi à la qualité des infrastructures et il est noté que les agents « disposent de toilettes personnelles ».

Les services

Le prêt de livres à domicile est possible pour tous les Milanais. Chaque adhérent reçoit une carte qui contient le règlement et un espace vide pour noter les titres des livres empruntés avec les dates. Une fiche est conservée à la bibliothèque pour chaque prêt : elles sont classées par jour, puis par ordre alphabétique. Des statistiques sont faites tous les soirs. Les prêts sont de durées différenciées,  20 jours pour les livres scientifiques, 10 jours pour les  « letture amene » soit les lectures agréables ou de distraction. Un renouvellement est possible. Pour tout retard, un courrier est envoyé, puis le coursier se déplace chez le lecteur pour  récupérer le livre et la carte.

Un catalogue à disposition du public avec un  classement par sujet et par auteur, il est imprimé pour chaque section. Un catalogue de fiches est géré par les bibliothécaires.

Les collections

Les collections ont  été construites à partir de différents sources. Des volumes ont été récupérés de la société des bibliothèques populaires, la section C, constituée des vieilles éditions de classiques italiens, latins, grecs, anglais, allemands. Ces ouvrages ont été triés,  identifiés, inventoriés puis partagés : « Une fièvre de travail et d’enthousiasme a porté les équipes pour exécuter l’ensemble des tâches  ». Les manuels techniques, professionnels de la maison d’édition Hoepli complètent le fonds : cette maison créée en 1878 disposait d’un catalogue de plus de 2000 manuels sur les métiers. L’éditeur Sonzogno procure 800 ouvrages, issus de ses diverses séries didactiques comme  la Biblioteca del popolo ou Biblioteca illustrata di educazione. Le gouvernement donne des œuvres en double de la Braidense, une bibliothèque nationale et publique, située à Milan. La société Umanitaria  acquiert 1000 livres techniques, par exemple L’Enclopedia d’arti e industria,  très utilisée par les mécaniciens et électriciens. Le recours à des dons, d’éditeurs milanais, d’auteurs ou d’amis permis d’enrichir le fonds avec des œuvres modernes. Mais les livres manquent « piu libri ! piu sezioni ! » : il est rare qu’un lecteur trouve le livre qu’il cherche et il lui faut souvent l’aide du bibliothécaire pour lui conseiller un ouvrage similaire. Le nombre de volumes mis à disposition est de 17 653 soit  7828 œuvres.

biblioteca-popolo-fascicoli-1875-1879 maremagnumCouverture d’un manuel sur l’ébénisterie de l’éditeur SONZOGNO, collection Biblioteca del popolo – Source Maremagnum.

Les lecteurs

Les utilisateurs forment un kaléidoscope animé et diversifié, dont voici quelques portraits.

  • Les étudiants avides de livres qui sont parfois difficiles à gérer car ils voudraient que certains manuels leur soit uniquement réservés.
  • La jeune femme du peuple avec son enfant au bras qui demande un « bon livre qui puisse retenir son homme le soir à la maison et lui fasse oublier la compagnie de ses amis »
  • Les jeunes apprentis de l’orphelinat qui passent leur unique heure de liberté à venir chercher un livre.
  • Les enfants du peuple passionnés de livres d’aventure et ils apprennent ainsi la géographie,  la physique et l’histoire naturelle. Un jeune garçon avait perdu un livre de Sienkiewicz, il coûtait 1,50 lire, tremblant, il demanda à rembourser avec ses étrennes de Noël mais le bibliothécaire décida de ne pas le faire payer.
  • L’ouvrier et l’humble employé qui ont l’expérience de la vie et qui fatigués, ne cherchent plus la fantaisie mais les lectures graves pour chercher un sens à la vie et une explication à leur sort.
  • La demoiselle ouvrière curieuse de connaitre à travers les pages d’un livre la vie et l’âme d’une femme bourgeoise
  • Le chômeur qui occupe ses interminables journées à la lecture sur place.
  • Une vieille femme maigre, mal habillée vient « chaque jour que Dieu fait », ponctuelle, silencieuse, toujours concentrée sur les pages de son livre, comme si elle lisait son missel à l’église, elle se tient collée au chauffage. Les livres sont ses meilleurs amis et elle semble rechercher dans leur compagnie une consolation.

Les anecdotes sont sincères, particulières et imagés. Les bibliothèques ont « pour ambition de rendre les prolétaires amoureux du livre »,  Ettore Fabietti est animé par cette volonté, il aime ses lecteurs et leur porte une attention chaleureuse et  émouvante.

 Inscrits et prêts

Cette synthèse est réalisée après 6 mois d’ouverture. Les bibliothèques ont ouvert en avril 1904.

4950 personnes sont inscrites pour une carte de prêt mais le nombre de lecteurs  est largement supérieur car les livres sont lus par toute la famille, mère, fils, frère et aussi les amis.

Des calculs précis sont établis  selon les catégories socio-professionnelles en fonction des différentes bibliothèques. Dans les sections B et E, espaces implantés dans des quartiers populaires, 87% des inscrits sont ouvriers, les 23% restants se répartissent entre employés et étudiants. Dans la section D, on compte 71% d’ouvriers, 29% employés, en majorité des chemins de fers et des étudiants. À la bibliothèque A, les publics sont plus diversifiés avec 39% d’ouvriers et vendeurs, 28% étudiants dont un tiers d’écoles de classes élémentaires, 27% d’employés, 3% d’enseignants et 3% riches « agiati ».

Ces chiffres prouvent que cette institution créée pour le peuple répond entièrement à son objectif. Les bibliothèques populaires ont réellement conquis un public ouvrier.

Les lectures sur place représente 30% des demandes des statistiques quotidienne sont faites. Le nombre de prêts augmente de façon constante, 6028 prêts ont été réalisés en juin, 8717 en décembre.

Que lisent les emprunteurs ? 51,7% apprécient les lectures agréables, sous ce terme sont classés les romans, les nouvelles, le  théâtre, la poésie, les voyages. 10, 2% l’histoire et la géographie, 9, 2 % la philosophie, les sciences politiques et sociales, 6,3 % technologie, 5% classique, 8,5 % sciences naturelles et mathématiques, 0, 8% musique, 6,3% divers (varieta). Les lectures pour la jeunesse représentent 7% des prêts.

Le bibliothécaire s’interroge sur la part importante des « letture amene » ou agréable. Il fait alors un parallèle avec les pays étrangers pour mieux comprendre les goûts des lecteurs. À Paris, 66% des prêts sont tournés vers les romans et le responsable de la bibliothèque de la fabrique Krupp (Essen, Allemagne) défend ce genre car il considère comme tout à fait licite qu’un ouvrier après son labeur quotidien ait besoin d’un livre récréatif. Parmi les romans, sont complètement exclus des rayons les récits avilissants qui corrompent la littérature populaire, comme Gli amori di un’avvelenatrice (Les amours d’une empoisonneuse) et le personnel explique aux lecteurs avec patience que ces livres ne seront jamais en bibliothèque, car il existe des lectures avec des sentiments meilleurs.

« Piu sezioni, piu libri, piu braccia ! »

Satisfaction générale pour ce premier rapport ! Les bibliothèques ont donné des résultats inespérés. En moins d’un an, le Consortium a ouvert quatre bibliothèques, le noyau d’une sorte de « système de bibliothèques urbaines ». L’année suivante, le réseau s’élargit à 12 bibliothèques avec une augmentation continue des lecteurs, collection et prêts. Le succès de cette expérience suscite d’autres initiatives similaires et en 1908 un premier congrès national des bibliothèques populaires est organisé à Rome. À cette date, Fabietti publie un Manuel pour les bibliothèques populaires [4], il définit les critères et les méthodes pour gérer et organiser une bibliothèque populaire. Il revendique la ligne apolitique, le caractère non confessionnel et insiste sur la fonction primordiale de centre de diffusion et non de préservation du livre. Il poursuit ce travail de promotion des bibliothèques populaires,  « la véritable école de l’homme du peuple », assisté de son épouse, Maria Sanguini, spécialiste des bibliothèques publiques anglaises. Ils encouragent la création de bibliothèques circulantes entre les écoles et, pendant la Première Guerre mondiale, ils mettent en place des bibliothèques pour les soldats. Ils éditent le Bulletin des bibliothèques populaires, une publication de la Fédération italienne des bibliothèques populaires qui s’est constituée en 1914 et compte 1 500 membres. Avec l’avènement du fascisme, les militants de la première heure (dont Fabietti) sont évincés. Comme tous les régimes totalitaires, le Parti national fasciste était conscient de l’importance des livres et des bibliothèques en tant que médiateurs de l’idéologie et du consensus [5]. En 1926, les bibliothèques sont regroupées au sein de la Direction générale des Académies et des Bibliothèques au sein du Ministère de l’Education. Ettore Fabietti reprend des activités dans les bibliothèques après 1945, il demeure un éminent professionnel italien.

Cette synthèse éclaire sur l’avancée et la réalisation d’un projet de création de bibliothèque au début du XXe siècle à Milan. Elle permet de disposer d’informations précises sur les collections, les espaces, les lecteurs et les prêts. Elle décrit une gestion bibliothéconomique tout à fait opérationnelle. Les organisateurs ont un haut niveau de réflexion avec en amont des études comparatives à l’international. Ils s’engagent dans un plan d’action mené avec efficacité, ouvrir 4 bibliothèques en six mois constitue une belle réussite ! La politique documentaire est réfléchie, malgré de faibles moyens, les bibliothécaires s’efforcent d’ajuster les collections à la diversité des publics. L’attention aux lecteurs fonde la stratégie de développement, la visée était de toucher l’ouvrier et les statistiques sont formelles, les classes populaires fréquentent largement ces lieux. Les horaires d’ouverture sont adaptés au public avec des services accessibles jusqu’à 23 heures. Le traitement documentaire n’est pas oublié.

Évidemment, il est nécessaire de garder un regard distancié sur cet écrit qui est un outil de valorisation et n’est peut-être pas impartial quant aux résultats. Ce rapport doit permettre de trouver des financements et de renouveler la contribution de la Fondation l’Umaniataria.  Mais Fabietti n’est pas dupe et il conclut ainsi  : « Nous sommes au regret qu’en parlant d’une aussi belle et noble cause, nous ayons la nécessité de conclure sur un ton plaintif de mendicité ». D’ailleurs, Fabietti souligne que les bibliothèques doivent sortir de la philanthropie privée pour être soutenues au même titre que les musées ou les théâtres.

[1] [2] Fabietti, Ettore ,  Biblioteche del popolo: Il primo anno del Consorzio milanese per le biblioteche popolari, con prefazione di Filippo Turati, Milano : Consorzio delle biblioteche popolari, . En ligne : https://archive.org/details/bibliotechedelpo00fabi, consulté le 5 juillet 2018.

[3] Rossano Pisano, « Fabietti, Ettore », Dizionario Biografico degli Italiani – Volume 43 (1993) : http://www.treccani.it/enciclopedia/ettore-fabietti_(Dizionario-Biografico)/

[4] Fabietti, Ettore, Manuale per le biblioteche popolare, Milano : Federazione Italiana delle Biblioteche Popolari, 1909

[5] Betri, Maria Luisa,  Leggere, obbedire, combattere. Le biblioteche popolari durante il fascismo, Franco Angeli, 1991, 160 p.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.